Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Pensées émergentes en géographie ...Mobilisations politiquesLe vote communautaire est-il inte...

Pensées émergentes en géographie politique et géopolitique
Mobilisations politiques

Le vote communautaire est-il intermittent au Cameroun ?

La géopolitique du RDPC à l’élection présidentielle de 2018
Is community voting intermittent in Cameroon? The geopolitics of the CPDM in the 2018 presidential election
Yvan Issekin

Résumés

L’article explore les liens entre la sociologie et la géopolitique électorales, à partir de la question de l’intermittence du vote communautaire dans la victoire du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. Ce vote intermittent (Jardin, 2014) est un vote communautaire irrégulier selon les scrutins et les territoires. Il s’agit d’emprunter une démarche d’analyse géopolitique pour en saisir la construction au Cameroun. Cette irrégularité dépend d’abord d’un abstentionnisme différentiel défini comme « le constat d’un écart d’une différence de mobilisation entre électorats » (Dolez, 2004 : 671). Cette intermittence intègre aussi des stratégies territorialisées du parti au pouvoir pour contrôler le vote local. En mobilisant la période entre les élections présidentielles de 2011 et de 2018, le double scrutin législatif et municipal du 30 septembre 2013 servira ensuite d’étalon pour ressortir une discontinuité du vote communautaire en faveur du parti au pouvoir en octobre. Des données recueillies par Elections Cameroon (ELECAM) à plusieurs niveaux d’analyse (département, région, pays, étranger) seront en outre complétées par une analyse critique des discours autour de cette victoire tirés des entretiens, d’une veille médiatique et de la littérature scientifique sur la question. Notre contribution s’attachera d’abord à présenter le rôle de la périodicité du vote communautaire dans l’importation d’une géopolitique électorale au Cameroun, en partant de la présidentielle de 2018. Après avoir décrypté une sociologie de ce vote partisan à l’épreuve des crises camerounaises en 2018, notre réflexion s’achèvera par une analyse géopolitique des continuités et discontinuités territoriales de l’intermittence du vote communautaire acquis au parti au pouvoir. Dans cette perspective, l’irrégularité du vote ethnique exprime un vote stratégique pluriel. Le vote communautaire intermittent démontre que le recours à un raisonnement géographique n’est pas contradictoire, mais complémentaire aux lectures socio-anthropologiques du vote en Afrique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 C’est un programme visant à faire du Cameroun, un pays émergent économique à l’horizon 2035.

1Le vote intermittent (Jardin, 2014) peut se définir comme un vote irrégulier selon les scrutins et les territoires. Cette irrégularité du vote est influencée par un abstentionnisme différentiel. Ce phénomène électoral peut se définir comme « le constat d’un écart d’une différence de mobilisation entre électorats », dans une démarche relativiste (Dolez, 2004, p. 671). La victoire de Paul Biya (71,28 %), candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) au scrutin présidentiel du 7 octobre 2018 au Cameroun, en est une illustration. Son score en légère baisse par rapport à 2011 (77,99 %), donne à observer l’émergence du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et de l’Union Nationale pour l’Intégration vers la Solidarité (UNIVERS). Recueillant respectivement 14,23 % et 6,28 % à leur première participation à l’élection présidentielle, ces forces politiques ont réussi à dominer le parti au pouvoir dans des communes, des villes, des départements et même une région en 2018. La victoire du RDPC apparait dès lors comme un phénomène géopolitique : elle articule à des échelles différentes plusieurs enjeux de pouvoir. Un premier enjeu réside dans le contrôle électoral du territoire national face aux forces d’opposition combiné à la préservation d’une unité nationale menacée par des crises sécuritaires dans des régions de l’ouest et du nord du pays. En parallèle, l’accélération du processus de la décentralisation constitue un deuxième enjeu de pouvoir. Elle est liée à la préséance de l’arbitrage présidentiel dans des rivalités entre l’État et les collectivités territoriales décentralisées, suite à l’élargissement des compétences de ces dernières (Ngo Tong, 2018). Enfin, la rupture avec des logiques d’austérité est un dernier enjeu. Il s’agît ici de réaffilier des populations jeunes défiantes des politiques de l’Émergence, en relançant la croissance économique par des « grands travaux »1.

  • 2 L’application du mot « géopolitique » aux questions électorales est jugée inopportune par François (...)

2D’un point de méthodologique, l’application de la méthode géopolitique à l’analyse des conflits à l’intérieur de l’État ne va pas de soi. De fait, elle est mise en doute par certains chercheurs en science politique et en géographie politique autour de deux grands arguments. De fait, une partie des politistes restreigne cette démarche d’analyse à l’étude des relations internationales et à « l’analyse des facteurs géographiques qui déterminent la politique extérieure d’un État » (Badie et al, 2001 : 25). De leur côté, certains géographes comme Jacques Levy (1990) et Jean Rivière (2009) limitent l’approche géopolitique à l’étude de la violence interétatique (Rosière, 2007) et de sa médiatisation (Lacoste, 1995)2. Mais ces prises de position doivent être relativisées car elles peuvent constituer des obstacles épistémologiques pour appréhender la typologie et le caractère multiscalaire des conflits géopolitiques. Si les conflits internationaux relèvent de la géopolitique externe, en comptant pour enjeux la souveraineté et le contrôle des territoires disputés, les conflits étatiques internes dépendent par contre de la géopolitique interne liée aux questions de l’exercice de la souveraineté et de la sécession par les actions des États, des mouvements rebelles et des groupes terroristes ; les conflits locaux apparaissent enfin au niveau local entre l’État, les collectivités locales, les associations ou les entreprises autour du contrôle des mandats politiques et des projets d’aménagement (Subra, 2012). La géopolitique peut donc se définir extensivement selon l’école française éponyme, comme une étude des rivalités politiques sur un territoire entre différents acteurs (Lacoste, 2012). C’est par cette brèche conceptuelle que la géopolitique électorale émerge.

3Historiquement, cette géopolitique électorale naît des analyses de géopolitique interne (Giblin, 2012). Elle mobilise un raisonnement géographique pour expliquer le vote, en prêtant attention aux stratégies déployées par des acteurs pour conquérir et conserver un territoire politique donné. Ce raisonnement géographique interroge d’abord « la répartition géographique des forces politiques à l’échelle du territoire national » (Giblin, 1986 : 25). Entendu comme l’analyse de l’imbrication et de l’interaction des ensembles spatiaux de taille différente, le diatope sert à ressortir la complexité des situations politiques données pour expliquer les résultats électoraux à plusieurs échelles. Si la méthode géopolitique a recours aux analyses sociologiques du vote reposant sur les variables lourdes (la classe, le sexe, la religion, l’identité ethnique en Afrique), elle mobilise surtout les systèmes géopolitiques mis en place par des élus pour conquérir et conserver des territoires à une échelle précise à l’aide de stratégies données (Giblin, 2014). Il s’agit à ce moment d’expliquer les résultats électoraux non conformes à la sociologie des territoires, en y décelant le poids des stratégies mises en place par les candidats au sein de systèmes géopolitiques de taille variable. Ces stratégies, qui varient en fonction des contextes et des situations politiques locales, régionales et aussi nationales au fil de la succession des élections, reposent sur la construction et la mobilisation d’une assise électorale liée à l’enracinement politique, à la manipulation des conflits politiques et sociaux et à l’instrumentalisation des politiques publiques. En cela, la géopolitique électorale dévoile une répartition géographique stable et simpliste des forces politiques à l’échelle nationale, en relevant la complexité des échanges et des arrangements constitutifs du partage du pouvoir sur un territoire (Lost, 2012).

4Le partage du pouvoir observé à la suite de résultats électoraux contraires à la sociologie des territoires (Gombin, 2014) justifie un « renouvellement des problématiques » géopolitiques (Dussouy, 2010, art.cit.). Une des questions émergentes est liée à la notion d’intermittence du vote communautaire dans le champ des études électorales africanistes. Le Cameroun en est une bonne illustration. En effet, le pays est marqué par le retour du « paradigme de la compétition électorale » (Sindjoun, 1999) sous la tenue des élections pluralistes depuis 1992. À la suite de la Loi N° 2012/001 du 19 avril 2012 portant code électoral, modifiée et complétée par la Loi N° 2012/017 du 21 décembre 2012, le système électoral camerounais reconnait deux modes de scrutins. Le scrutin uninominal majoritaire consacre l’élection présidentielle comme l’élection principale dans une circonscription nationale unique. Les élections législatives, sénatoriales, régionales et municipales sont identifiées aux élections intermédiaires (Parodi, 2004) par un scrutin mixte à un tour appliqué dans les circonscriptions plurinominales et uninominales.

5Une géopolitique partisane surgit et se consolide autour du vote communautaire dès 1992 (Jean Njoya, 2005). En effet, le vote ethnoregional discrimine les forces politiques dans un système de partis national dominé par le RDPC. Ce dernier cède la place à des formations politiques dominantes dans des systèmes de partis locaux. Ainsi, on peut constater des phénomènes d’ancrage régional pour le Social Democratic Front (SDF) et l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP), respectivement dans les régions du Nord-Ouest et du Nord, ou d’ancrage local pour l’Union Démocratique du Cameroun (UDC), le Mouvement pour la Défense de la République (MDR) ou l’Union des Populations du Cameroun (UPC) dans les départements du Noun, du Mayo Kani et du Nyong et Kellé. Face à ces greffes partisanes territoriales, d’autres forces comme UNIVERS et le MRC apparaissent des grandes villes (Yaoundé, Douala, Bafoussam, etc.), ce qui modifie ponctuellement la répartition géographique des résultats par un éclatement du vote local.

6Le modèle du vote de solidarité sensible au poids des communautés sur les suffrages (Quantin, 2004) montre en outre ses limites, suite aux rivalités politiques liées à l’intégration des coalitions et des alliances avec le parti au pouvoir à l’élection présidentielle. Le camp de la majorité présidentielle constitué des partis alliés au RDPC au sein du gouvernement (UNDP, MDR, etc.) rivalise avec le camp des forces d’opposition, qui se compose des partis des oppositions parlementaire (SDF, UDC, MRC, UPC) et extraparlementaire (UNIVERS, Alliance pour la Démocratie et le Développement-ADD, Peuple Uni pour la Rénovation Sociale-PURS, Front Populaire pour le Développement-FPD, etc.)

7Dans ce contexte, le « réveil des crises camerounaises » (Morelle et Owona Nguini, 2018) renforce la rupture opérée par la dimension ethnorégionale du vote de 2018. Celle-ci est autant liée aux actions terroristes de Boko Haram, qu’aux luttes des sécessionnistes ambazoniens, en observant les résultats en faveur du RDPC dans les régions du nord et de l’ouest du pays en octobre 2018.

8Il est dès lors question d’importer une démarche d’analyse géopolitique pour expliquer cette instabilité du vote de solidarité en 2018. Le vote communautaire au Cameroun peut être perçu comme un vote intermittent (Jardin, 2014), c’est-à-dire un vote qui est irrégulier selon les scrutins et les territoires. Cette hypothèse s’inspire d’abord de l’intermittence du vote identifiée par Antoine Jardin (2014) dans les variations de participation électorale en Ile-de-France entre 2002 et 2012. Ce vote communautaire intermittent intègre ensuite le poids des stratégies territorialisées du RDPC dans le contrôle d’un vote local acquis à l’ADD, à l’UDC et surtout au SDF dans les régions du nord et de l’ouest en 2018. Nous partirons enfin de la période entre 2011 et 2018. L’intervalle entre les deux dernières élections présidentielles camerounaises aidera à analyser l’instabilité du vote communautaire au fil de la succession des scrutins de différente nature. Le double scrutin législatif et municipal du 30 septembre 2013 nous servira d’étalon pour ressortir l’intermittence du vote communautaire en faveur du parti au pouvoir en octobre 2018.

9L’enjeu de ce choix conceptuel est celui de la construction d’un dialogue local entre sociologie et géographie électorales, en vue d’expliquer le vote en Afrique après la période de la libéralisation politique. En tenant compte du poids de la variable « lourde » ethnique sur le comportement électoral camerounais, le recours à un raisonnement géographique dans l’intermittence du vote communautaire intègre aussi l’étude des situations politiques paradoxales locales de fait de la construction de systèmes géopolitiques locaux (Subra, 2016 ; Bailoni, 2018). Celle-ci est liée aux stratégies territorialisées exprimées par l’intermittence de ce vote de solidarité à plusieurs échelles et dans différents contextes. Nous mobiliserons des données recueillies par Elections Cameroon (ELECAM), l’organe en charge de l’organisation des élections, à plusieurs niveaux d’analyse (département, région, pays, étranger) pour saisir les échelles pertinentes de l’intermittence du vote communautaire. Nous appuyant sur une analyse critique des discours autour de la victoire du RDPC en 2018, notre réflexion se fondera prioritairement sur des entretiens avec des responsables politiques et des universitaires, sur une littérature scientifique sur le vote, ainsi que sur une veille médiatique.

10Cette recherche est organisée en trois temps. Elle s’attache d’abord à présenter le rôle de l’intermittence du vote communautaire dans l’importation d’une géopolitique électorale au Cameroun, en partant de la présidentielle de 2018 (1). Nous décryptons ensuite la sociologie du vote RDPC à l’épreuve des crises camerounaises, en prêtant attention à l’incidence de l’offre électorale et à la baisse de la participation dans la construction d’un vote Biya (2). Notre réflexion s’achève par une analyse géopolitique des continuités et discontinuités territoriales de l’intermittence du vote communautaire acquis au RDPC en octobre 2018 (3).

Pour une géopolitique du vote au Cameroun. L’intermittence du vote communautaire

L’intermittence du vote communautaire est-elle un vote « normal » ?

11L’intermittence est une « stabilité de l’instabilité » (Domargen et Mouchard, 2010 : 192) du vote communautaire ignorée par les diverses analyses des premières élections pluralistes en Afrique (Sindjoun et Courade, 1996 ; Nkwi et Socpa, 1997 ; Sindjoun, 1997). Introduite dans la sociologie électorale camerounaise après 1992, le caractère intermittent du vote de solidarité vise à remettre en cause ce modèle explicatif dominant dans l’explication du vote (Zambo Belinga, 2007). Cette remise en cause fait suite aux nombreux cas d’intermittence du vote communautaire perçus dans les résultats de la seconde cohorte de scrutins pluralistes entre 1996 et 1997.

12La remise en question de la captivité de l’électeur est au cœur de l’intermittence du vote communautaire après les élections de 1992. En d’autres termes, l’électeur camerounais n’est pas figé par ses solidarités communautaires comme l’ont présenté les élections de la transition : il est mu par « un vote de cœur, de sang et de raison » (Menthong, 1998). Cette individualisation du vote vis-à-vis des logiques communautaires trouve un écho dans des réflexions contemporaines. À propos de la présidentielle de 2018, Eboko et Awondo présentent des partis camerounais échappant à une « cartographie régionale et linguistique par des alliances ponctuelles et en recrutant au-delà de leur base régionale » (2018 : 19), quand Morelle et Owona Nguini (2018) identifient la rupture des grandes villes avec le RDPC en 2018, comme « un essoufflement d’une logique régionale et régionaliste » du vote. Le vote camerounais est donc « serré », disputé (Enguéléguélé, 2004). Il intègre des incertitudes dans les résultats électoraux précédemment prévisibles par une sociologie communautaire déterministe. D’où une vision dynamique du comportement électoral camerounais.

13Le caractère dynamique du vote au Cameroun relativise le poids de la variable « communautaire ». Un ensemble de variables explicatives diverses est intégré pour expliquer l’intermittence du vote de solidarité. Des lectures sociologiques du vote interrogent d’abord la recomposition des groupes de référence. « Le vote de cœur, de sang et de raison » (Menthong, sus.cit., 1998) est un vote complexe qui réunit en son sein, des votes d’opinion, d’échange et communautaire, face aux solidarités ethnorégionales et géolinguistiques. Le « vote en développement » suit aussi ce sillage (Ngono, 2000 : 221). C’est un vote communautaire dont la rationalité est reconstruite historiquement par des éléments traditionnels et modernes (Ngono, thèse cit, 2000). La solidarité communautaire du vote n’est plus une réciprocité mécanique : elle est calculée, subsidiaire et individualisante face à une « tentation ethnique » (Ngono, thèse cit, 2000 : 361). Les résultats en faveur du RDPC dans la région du Nord-Ouest « anglophone » identifiée au Social Democratic Front (SDF) en octobre 2018 révèlent par exemple, le refus d’un autonomisme prôné par le sécessionnisme ambazonien armé, au-delà de l’abstention-record (95 %).

14À côté de ces lectures sociologiques de l’intermittence du vote communautaire, des analyses néo utilitaristes émergent également pour résoudre le « paradoxe de l’électeur africain » (Enguéléguélé, op.cit., 2004) après 1992. L’électeur camerounais mobilise deux pistes pour maximiser son utilité lors des élections dominées par le RDPC dès 1997. Si le vote du porte-monnaie privilégie l’individu et ses conditions personnelles pour expliquer un vote incertain, les cycles politico-économiques s’intéressent en revanche aux évaluations macro-économiques des politiques publiques pour infléchir ce vote de solidarité (Enguéléguélé, 2008). Les intermittences de l’identification du Nord-Ouest au SDF en 1992 et 1997 correspondent à une rationalité du consommateur affranchie des logiques communautaires et territoriales du vote local, suite aux promesses de soutiens aux planteurs frappés par la baisse des prix du café arabica depuis 1985 et au lancement de la décentralisation en 1996. Tout ceci montre l’importance de s’intéresser à la géopolitique électorale et à la notion nouvelle d’intermittence du vote communautaire pour analyser l’élection présidentielle de 2018.

La géopolitique au secours d’une sociologie communautaire déterministe en 2018

15Notre travail sur la géopolitique du vote RDPC en 2018 invite ainsi à réfléchir à des convergences interdisciplinaires entre sociologie et géographie au sein du champ africaniste des études électorales. Ce dialogue initié « ailleurs », sur d’autres terrains et dans d’autres disciplines (Gombin et Rivière, 2010 ; 2014) peut nous permettre « ici » de mieux cerner l’intermittence du vote. Il s’agit donc de faire une sociologie communautaire du vote, tout en tenant compte de la construction de systèmes géopolitiques locaux exprimée par des stratégies mises en place par des élus.

16De fait, l’analyse du vote RDPC par la démarche d’analyse géopolitique permet d’expliquer l’intermittence du vote communautaire tant à l’échelle des villes, des départements que des régions. La géopolitique électorale permet d’identifier dans ce vote RDPC au scrutin présidentiel différents facteurs de votes en fonction des citoyens et des territoires concernés, suite à des évaluations individuelles et collectives de ce parti, identifié au pouvoir. Or, le pouvoir d’État est contesté par les processus géopolitiques des crises camerounaises précédemment évoquées et par une gouvernance d’austérité liée aux réformes imposées par des bailleurs de fonds internationaux au Cameroun après 2016. Cette défiance est appréhendée sur le plan électoral par des votes hostiles au RDPC à des niveaux macro, méso et micro. D’où les modalités d’importation de ce raisonnement géographique pour expliquer le vote composite de 2018.

17Le reflux du vote communautaire après 1992 invite d’abord à s’intéresser aux résultats contraires à la sociologie électorale communautaire des territoires. La géographie persistante des résultats électoraux en faveur du SDF dans le Nord-Ouest, de l’UNDP dans le Nord, de l’UDC dans le Noun, de l’UPC dans le Nyong et Kellé entre 1992 et 2018 confirme l’existence de formations socioculturelles portant un vote communautaire (Mouiché, 2000). Elle cède la place à des votes stratégiques en faveur du RDPC en 2018. L’intermittence du vote communautaire n’est plus perçue une anomalie (Kuhn, 1983) par des analyses africanistes réduisant le vote aux expressions des solidarités aux communautés ethniques et linguistiques.

18Le repérage de stratégies territoriales permet d’instaurer ce dialogue entre sociologie et géopolitique électorales. L’explication africaniste du vote depuis 1992 est en rupture avec les analyses électoralistes camerounaises tendant à réduire la géopolitique à une description de la cartographie partisane à l’issue des scrutins (Njoya, 2010 ; Minteu-Kajeu et Prémat, 2019). Cette cartographie partisane met uniquement l’emphase sur le caractère communautaire de la répartition des forces politiques au détriment de l’intermittence du vote local. La démarche d’analyse géopolitique rompt avec cet état de fait. Elle intègre la construction de systèmes géopolitiques locaux par des élus (Subra, sus.cit. 2016; Bailoni, sus.cit. 2018) à l’explication communautaire du vote au Cameroun. Les stratégies territorialisées déployées pour reproduire et infléchir ce vote de solidarité à plusieurs échelles, révèlent des mécanismes sociaux de domination et de contrôle électoral des territoires (Loshak, 1978 : 157). Il s’agit de présenter comment la décentralisation affecte les représentations des partis politiques (Agnew, 1996 ; Cox, 1998 ; Rodden, 2010). Elle prend en compte les caractéristiques des territoires et des circonscriptions électorales que ces forces comptent contrôler (Bettoni et Matard-Bonucci, 1998 ; Vieillard-Coffre, 2001). Une lecture géopolitique du vote RDPC révèle ainsi comment les stratégies territorialisées des élus et des forces politiques alliées au président Biya orientent le vote local en leur faveur, dans différents systèmes géopolitiques locaux au Sud, au Nord et à l’Ouest en 2018.

19La communalisation des outils est enfin la dernière motivation de ce dialogue électoraliste en Afrique après 1992. Elle repose sur une complémentarité entre l’analyse multiscalaire et les représentations (Lacoste, art.cit., 2012). S’appuyant sur la cartographie, l’analyse multiscalaire permet d’abord d’observer les permanences et les ruptures du vote RDPC en 2018 à plusieurs niveaux d’analyse, suite aux rivalités électorales entre le SDF, le MRC, UNIVERS et d’autres forces d’opposition à l’ouest. Elle éclaire également les coalitions avec l’UNDP, le Mouvement pour la Défense de la République (MDR), le Front pour le Salut National du Cameroun (FSNC) et d’autres forces de la majorité présidentielle au nord du pays. De son côté, l’étude des représentations permet d’analyser l’ensemble des modélisations statistiques et cartographiques des phénomènes électoraux et connexes susceptibles d’expliquer ces rivalités politiques sur des territoires. Elle traite aussi de la multiplicité des idées contradictoires produites par le RDPC pour légitimer sa volonté de conserver le territoire national, tout en délégitimant inversement les prétentions de ses rivaux (Lacoste, 1995). Nous proposons désormais d’appliquer l’intermittence du vote communautaire à l’étude du vote RDPC en octobre 2018.

Une sociologie du RDPC à l’épreuve des crises camerounaises en 2018

Un rajeunissement de l’offre électorale en faveur d’une candidature « perpétuelle » ?

  • 3 On dénombre des élus (Joshua Osih, Serges Espoir Matomba, Ndam Njoya) des anciens ministres (Mauric (...)
  • 4 Si le ralliement de Jean de Dieu de Momo des Patriotes Démocrates pour le Développement du Cameroun (...)

20La structure de l’affrontement électoral d’octobre 2018 apparait à plus d’un titre, en rupture avec celles des scrutins présidentiels précédents au Cameroun. Joshua Osih (SDF), Maurice Kamto (MRC), Cabral Libii (UNIVERS), Adamou Ndam Njoya (UDC), Garga Ham Adji (ADD), Frankline Ndifor (Mouvement Citoyen National Camerounais-MCNC), Serge Espoir Matomba (PURS) et Akere Muna (FPD) se présentent face à la « candidature perpétuelle » de Paul Biya (Eboko et Awondo, art.cit., 2018:11)3. Au-delà de la routinisation du contentieux préélectoral qui a ramené les 28 dossiers reçus par ELECAM à 9 candidats, l’offre électorale apparait d’abord comme déstabilisée dans sa structure en 2018. Sa morphologie (9 candidatures) est en net reflux par rapport à 2011 (23 candidats) ou à 2004 (16 candidats). Ce phénomène peut s’expliquer par l’absence de certains anciens candidats en raison de désistement ou de coalitions4. Cependant, l’émergence de nouvelles candidatures explique mieux cette offre modifiée dans sa constitution partisane.

  • 5 Face à Paul Biya (5 participations), à Adamou Ndam Njoya (4 participations) et à Garga Haman Adji ( (...)
  • 6 Joshua Osih remplace le « chairman » Fru Ndi à l’investiture du SDF en février 2018, après une prim (...)

21L’originalité du scrutin présidentiel de 2018 se poursuit dans les profils des partis en lice. Face au président sortant, les profils des candidatures reflètent dans sa coloration partisane, une domination numérique des forces d’opposition extraparlementaire (ADD, PURS, MNCC, UNIVERS) sur celles de l’opposition parlementaire (SDF, le MRC, l’UDC). Le rajeunissement des candidats révèle un renouvellement des candidatures5. La moyenne d’âge des candidats (59 ans) rajeunit en raison de la présence de trentenaires en lice (Cabral Libii : 38 ans ; Frankline Ndifor : 39 ans ; Serge Espoir Matomba : 39 ans). Une « fonction utilitariste de la charge présidentielle » (Kakai, 2018 : 61) liée aux objectifs latents et manifestes des candidats s’illustre dès lors. Des candidatures espérées (Paul Biya, Maurice Kamto, Joshua Osih) font face à d’autres candidatures passives (Frankline Ndifor), insoupçonnées (Akere Muna) et surtout négociantes (Cabral Libii, Adamou Ndam Njoya, Serge Espoir Matomba)6. Ce rajeunissement s’inscrit néanmoins dans une offre électorale qui reste marquée par des candidatures de notables, essentiellement masculins.

  • 7 Renvoyant au slogan de campagne de Paul Biya en 2018, « la force de l’expérience » entraine autour (...)

22De fait, le scrutin présidentiel de 2018 est caractérisé par une absence de candidates, contrairement aux candidatures féminines pionnières d’Édith Kah Walla (CPP) et d’Esther Dang en 2011. L’éthos du pouvoir politique camerounais qui évolue entre masculinité, séniorité et notabilité (Eboko et Awondo, art.cit., 2018 : 25) est plus contrarié par l’âge des candidats que par leur genre en 2018. On peut y lire une double résistance des plus jeunes face à un pouvoir politique contrôlé par des seniors âgés de plus de 60 ans (ibid. : 26). Cette résistance des plus jeunes est active à travers la mobilisation des réseaux sociaux La pipolisation et le populisme des stratégies digitales de Cabral Libii et de Serge Espoir Matomba visent d’abord à contourner les logiques de démobilisation collective du contexte postautoritaire camerounais en période de campagne électorale (Pommerolle, 2008 : 13), avant de construire un effet de rattrapage face à « la force de l’expérience » et aux autres forces de l’opposition déjà enracinées dans ce champ politique notabiliaire7. Cependant, la résistance passive des candidats plus jeunes illustrée par le retrait des femmes de la lice des candidats en 2018, semble préfigurer une participation en baisse.

Un net retrait de la participation électorale

23La participation électorale de 2018 (53,85 %), dans son caractère multiforme, est en rupture avec le caractère traditionnellement mobilisateur de la présidentielle au Cameroun. Elle est en reflux par rapport aux quatre (4) élections présidentielles précédentes (71,87 % en 1992, 87 % en 1997, 79,52 % en 2004, 68,28 % en 2011). Cette baisse se couple à une faible représentativité des électeurs par rapport à la proportion de la population en âge de voter. Si le nombre d’inscrits augmente proportionnellement à la taille de la population (4 195 687 inscrits pour 12 184 000 habitants en 1992 face à 6 667 754 inscrits pour 25 129 878 habitants en 2018), il s’avère négligeable, en comparaison à la proportion de la population en âge d’être inscrite sur les listes électorales (55 % en 1992 face à 22,92 % en 2018). Cette participation est inférieure aux 76,79 % du double scrutin législatif et municipal du 30 septembre 2013. Elle rompt avec la hiérarchie mobilisatrice entre les élections camerounaises en faveur de la présidentielle.

24En tenant compte des contextes régionaux des rapports ville-campagne, un gradient de la participation est-ouest subsiste en 2018 (figure 1). Les régions de l’Est (Sud : 73,77 % ; Est : 63,24 % ; Extrême-Nord : 72,30 %) semblent plus mobilisées que les régions de l’Ouest (Littoral : 54,78 % ; Sud-Ouest : 15,94 % ; Nord-Ouest : 5,36 %). La démobilisation électorale est également urbaine. La participation est en baisse dans les capitales politique et économique que sont Yaoundé (49,39 %) et Douala (52,15 %) par rapport au niveau national (53,85 %). Ces baisses entraînent contextuellement les autres villes camerounaises dans le sillage de cette démobilisation urbanisée. Bafoussam (58,44 %) et Bamenda (5 %) subissent le report des moyennes régionales de l’Ouest (64,03 %) et du Nord-Ouest (5,36 %). La démobilisation électorale se prolonge également dans la perspective transnationale d’un vote à distance (Jaulin, 2014). La participation des Camerounais de l’étranger (48,11 %) est en baisse par rapport aux 51,88 % d’inscrits au niveau national. Comment peut-on expliquer ce net retrait de la participation en 2018 ?

Figure 1 : La participation par région en 2018

Figure 1 : La participation par région en 2018

Source : (www.elecam.cm)

25La baisse de la participation électorale en 2018 s’explique d’abord par un abstentionnisme « hors du jeu » (Subileau, 1997) ou structurel. Celui-ci dépend des effets du changement social. Le rajeunissement constant de la population démobilise d’abord l’électorat national du fait des non-inscrits. La limitation institutionnelle de l’âge des électeurs scrutants à 20 ans entraîne une démobilisation électorale des jeunes. Une composante socioéconomique se greffe ensuite au rajeunissement de la population dans la chute de la participation en 2018. La part de la population pauvre progresse de 12 % (8 millions de personnes) entre 2007 et 2014 (INS, 2017). La tranche des jeunes entre 15 et 34 ans (35,5 % de la population) y est identifiée comme celle la plus affectée par le chômage, avec une moyenne nationale de 5,8 %. Une géopolitique de la pauvreté dans le Nord-Ouest (94,64 %) et le Sud-Ouest (84,06 %) y concentre l’abstention, suite aux effets du climat social sur les entreprises affectées par le licenciement (157 sur 373 entreprises) et sur la compression du personnel (1246 sur les 2126 personnels) au niveau national en 2018. Les taux d’abstention de ces régions sont supérieurs à ceux des trois régions septentrionales identifiées comme les plus pauvres du pays en 2018 (56 % de la population pauvre). La baisse des taux de participation des zones traditionnelles de forte participation du Sud joue enfin sur la baisse de la participation électorale. Les logiques de report qui nivelaient nationalement la participation en 2011, ont disparu. Cette chute de la participation dans ces régions (65,23 %) empêche en effet de combler la faible participation structurelle des régions du nord (61,02 %) et surtout de l’ouest (35,02 %) pour équilibrer l’abstention au niveau national (56,15 %). D’où une interrogation sur les dimensions instrumentales de la baisse de la participation en 2011.

26La baisse de la participation électorale en 2018 se vérifie aussi par une « abstention dans le jeu » (Subileau, op. cit., 1997) c’est-à-dire stratégique. Cet « apolitisme-illusion » (Nna, 2010) relève d’abord d’une défiance progressive vis-à-vis de l’institution présidentielle et par la progression de l’abstention face à celle des votes blancs. Ces préférences électorales expriment les perceptions citoyennes du pouvoir d’État, et la progression du discrédit de l’institution présidentielle illustrée par la démobilisation en 2018. La baisse constante de la participation à la présidentielle interroge le caractère compétitif du scrutin. Les résultats de l’enquête Afro baromètre 2015 effectuée par le Centre d’Études et de Recherche en Économie et Gestion (CEREG) de l’Université de Yaoundé II sur un échantillon de 1 200 adultes camerounais en mars 2013, présentaient que 62 % des personnes interviewées considéraient l’élection présidentielle de 2011 comme libre et équitable (Ebodé, 2015). Cependant, 71 % des interviewés étaient d’accord avec l’idée d’une limitation du nombre de mandats présidentiels. Ce chiffre fait certainement référence aux mobilisations hostiles au projet de Loi N° 819/PJL/AN relatif à la suppression de la limitation des mandats (Tchoupie, 2009). Par ailleurs, 67 % des interviewés approuvaient la nécessité de rendre le chef de l’État responsable face au Parlement. Ce chiffre reflète la forte mobilisation du double scrutin du 30 septembre 2013 (76,79 %).

27Cette abstention stratégique en 2018 tient ensuite compte des critiques de l’austérité ambiante au Cameroun. Le taux d’abstention inédit (56,15 %) semble dans ce cas, correspondre à des évaluations critiques localisées de la première phase de la vision de l’Émergence par des citoyens peu satisfaits des résultats des politiques des « grands chantiers » (les barrages de Lom Pangar et de Memve’ele, le complexe portuaire en eau profonde de Kribi, l’autoroute Yaoundé-Douala etc.). Ceux-ci visaient à stimuler la création d’emplois dans le secteur privé sur un intervalle de 7 ans depuis 2011. En dépit d’une croissance estimée à 4,3 % en 2018, les directives des bailleurs de fonds internationaux envisagent le retour d’une gouvernance d’austérité pour atteindre les 8 % nécessaires pour accéder à la catégorie des économies à croissance intermédiaire entre 2015 et 2035. La progression de la pauvreté entre 2007 et 2014 rejoint conjoncturellement une autre progression de l’abstention (2 300 217 voix contre 3 077 073 voix) par rapport à une baisse des votes blancs (113 641 voix contre 52 716 voix) entre 2011 et 2018. Ce phénomène révèle une territorialisation de la défiance vis-à-vis du vote. Les votes nuls concentrés dans les trois régions septentrionales (56 % de la population pauvre) sont perçus comme des votes protestataires. Ils confirment un défaut d’intégration socio-économique des plus jeunes frappés par une insécurité liée aux catastrophes naturelles (inondations, sécheresse) et aux attaques des « coupeurs de route » et des islamistes de Boko Haram, surtout dans l’Extrême-Nord (17 122 voix). La forte abstention dans les régions du Nord-Ouest (94,64 %) et du Sud-Ouest (84,06 %) exprime par contre le poids conjoncturel de la crise « anglophone » sur la participation. Les appels au boycott des sécessionnistes armés vers des populations rurales menacées de représailles en cas de vote, jouent fortement sur la démobilisation des campagnes vidées de leurs habitants enrôlés parmi les 500 000 « déplacés internes ». Cette abstention n’est donc pas étrangère à un contrôle du vote local par le RDPC à l’issue de ce scrutin.

La consolidation d’un vote personnel

28La victoire du RDPC à l’élection présidentielle de 2018 (71,28 %) face à huit candidats des forces d’opposition (1 016 006 voix pour 28,72 %) n’a pas changé structurellement le rapport majorité présidentielle/oppositions prégnant depuis 1997 (figure 2). Le camp de la majorité présidentielle accumule d’abord 2 521 934 voix contre les 1 016 006 voix des partis d’opposition. Ces résultats officiels issus d’ELECAM sont cependant en baisse par rapport à ceux de 2011, sous un écart réduit des voix entre le RDPC et les partis d’opposition par rapport à 2011 (2 698 206 voix). Ceci peut s’expliquer par la baisse du nombre de candidatures de 23 à 9 candidats entre 2011 et 2018. Le vote Biya/RDPC domine ensuite individuellement les candidats d’opposition. Le président sortant confirme son hégémonie nationale face à Maurice Kamto (MRC : 14,23 % pour 503 384 voix), Cabral Libii (UNIVERS ; 6,28 % pour 221 995 voix), Joshua Osih (SDF ; 3,35 % pour 118 706 voix), Adamou Ndam Njoya (UDC ; 1,73 % pour 61 220 voix), Garga Haman Adji (ADD ; 1,55 % pour 55 048 voix), Frankline Ndifor (MCNC ; 0,67 % pour 23 687 voix), Serge Espoir Matomba (PURS ; 0,56 % pour 19 704 voix) et Akere Muna (FPD ; 0,35 % pour 12 262 voix). Quatre grands enseignements semblent militer cependant en faveur d’une singularisation de cette victoire du RDPC en 2018.

29La première leçon des résultats du RDPC en 2018 concerne sa diffusion complexe d’est en ouest sur le territoire national. Les régions du Sud (Centre : 71,10 % ; Sud : 92,91 % ; Est : 90,43 %) conservent une forte intensité en sa faveur en termes de participation (65,23 %) et de suffrages au-dessus de sa moyenne nationale (71,23 %), quand celles du Nord (Adamaoua : 79,77 % ; Extrême-Nord : 89,21 % ; Nord : 81,62 %) et de l’Ouest (Nord-Ouest : 81,71 % ; Sud-Ouest : 77,69 % ; Ouest : 48,19 %) en dehors du Littoral (35,75 %), sont respectivement dominées (carte 1). Si les régions de l’Ouest semblent plus sensibles à une baisse de l’intensité (35,02 %) et de la représentativité du RDPC (46,89 %), celles du Nord sont de plus en plus enclines à voter Paul Biya à l’élection présidentielle (47,54 %), après la nationalisation de son vote suite au boycott du SDF, de l’UDC et de l’UNDP en 1997. Toutefois, une lecture en termes d’inscrits permet d’observer que les territoires qui fournissent le plus grand nombre de voix sont passés des régions du Sud à celles du Nord au cours de cette période ; en allant du Centre (de 34,47 % à 18,98 %) à l’Extrême-Nord (de 17,05 % à 28,44 %) entre 1992 et 2018 (figure 3).

Figure 2 : Rapport de force majorité présidentielle/oppositions en octobre 2018

Election présidentielle

Majorité présidentielle

Opposition parlementaire

Opposition extra parlementaire

Ecart entre Majorité et Oppositions

2018

71,28 %
(2 521 934 voix)

19,31 %
(683 310 voix)

9,41 %
(332 696 voix)

42,56 %
(1 505 928 voix)

Source : (www.elecam.cm)

Figure 3 : Trajectoires comparées du poids électoral régional des inscrits en faveur du RDPC en 1992 et en 2018

Figure 3 : Trajectoires comparées du poids électoral régional des inscrits en faveur du RDPC en 1992 et en 2018

Source : (www.elecam.cm)

Carte 1 : Résultats officiels de la présidentielle du 7 octobre 2018

Carte 1 : Résultats officiels de la présidentielle du 7 octobre 2018

Source : (www.elecam.cm)

  • 8 Soit 58,44 % à Bafoussam et 52,15 % dans le Wouri.

30Le reflux urbain du RDPC s’impose en outre comme la seconde leçon du vote Biya en 2018. Dominant dans 8 des 10 capitales régionales du pays, le parti au pouvoir est perdant à Douala (98 606 voix soit 28,96 %) et à Bafoussam (22 317 voix soit 29,95 %). Un retour des forces d’oppositions en ville est favorisé par une participation en progression par rapport à 20118. UNIVERS et le MRC bénéficient par exemple d’une concentration urbaine de leurs voix pour rivaliser et dominer le RDPC dans la région du Littoral (181 417 voix soit 35,75 %). L’effet régional de transplantation est la domination structurelle du vote des campagnes sur celui des villes suite aux transformations sociales. Il joue cependant sur un vote urbain en faveur du RDPC en 2018. Ce sont ces interactions contextuelles entre la ville et les campagnes qui jouent en faveur de ce vote : si les villes du Nord contrôlent les campagnes, c’est l’inverse qui se produit dans le sud du pays (Kamdem Simeu, 2004).

31La confirmation électorale de niches nationales d’un « espace politique transnational » (Jaulin, art.cit., 2014) en faveur du vote RDPC/Biya est la troisième leçon du scrutin de 2018. Le vote à distance des Camerounais de l’étranger connait une démobilisation électorale (48,11 % soit 9 342 votants sur 19 430 inscrits) après son essai liminaire de 2011. La démographie en baisse du vote Biya à l’étranger (50,92 % soit 4 653 voix) révèle une géographie électorale travaillée par des dynamiques nationales des votes de la « diaspora » hostiles au pouvoir. Si le RDPC domine le vote des Camerounais en Afrique (49,29 %), en Europe (51,97 %), en Asie (71,91 %) et en Amérique (83,85 %), il perd face au MRC en Allemagne (11,97 %), en République Démocratique du Congo-RDC (27,42 %) et au Liberia (29,55 %) du fait d’un vote communautaire en faveur de Maurice Kamto (MRC). « Le champ politique camerounais « à l’étranger » (Tchingankong Yanou, 2019) révèle une combinaison de différents facteurs hostiles au RDPC ; si le refus de la xénophobie se manifeste dans les fortes mobilisations du Liberia hostiles au RDPC (77,19 %) où ces électeurs semblent dénoncer un abandon par Yaoundé, ce sont les réseaux associatifs pro MRC qui semblent déterminants dans le vote hostile en RDC (36,62 % soit 187 votants sur 472 inscrits) et surtout en Allemagne (13,57 %, soit 119 votants sur 877 inscrits), dans le contexte d’une participation électorale coûteuse (Lafleur, 2014) liée aux procédures et à l’épineuse question de la binationalité des Camerounais de l’étranger (Wongo Ahanda, 1993).

32Le degré variable du couplage du vote local qui entraine un vote identique à des scrutins de nature différente est le quatrième et dernier enseignement du vote Biya en 2018. Les régions du sud opèrent un voté couplé, constant et stable en sa faveur en octobre 2018 par rapport aux élections de 2013 (législatives, municipales) et de 2018 (sénatoriales). Un éclatement du vote caractérise par contre les régions de l’Ouest et du Nord dans des zones hostiles d’envergure régionale (Nord-Ouest, Littoral) et départementale (Noun, Mifi, Bénoué, Mayo Kani) et urbaine (Wouri) entre 1992 et 2018. La résistance couplée du vote local au RDPC dans des zones de l’ouest, contraste toutefois avec son caractère foncièrement éclaté dans les régions du nord dès octobre 1997. Il est important de projeter ces résultats du RDPC sur la géopolitique partisane du Cameroun.

Continuités et discontinuités territoriales de l’intermittence du vote communautaire

L’abstentionnisme différentiel est-il un marqueur des territoires du RDPC en 2018 ?

33L’intermittence du vote communautaire a subi le poids déterminant de l’abstentionnisme différentiel en 2018. Une baisse de la participation entraîne en effet, un reflux du vote communautaire, quand une forte mobilisation électorale favorise sa reproduction en faveur d’un parti local. La géographie de la participation en 2018 permet de vérifier ce fait en faveur du RDPC. Si le Nord-Ouest (5,36 %) a infléchi le vote local en faveur du RDPC (81,76 %), le Littoral (54,78 %) reproduit un vote communautaire contre le parti au pouvoir (35,75 %).

  • 9 Cette crise correspond aux mobilisations insurrectionnelles liées au retour de la question anglopho (...)

34La baisse de la participation dans le Nord-Ouest (5,36 %) suite à la crise « anglophone » permet d’observer une intermittence du vote communautaire traditionnellement acquis au SDF en faveur du RDPC9. Cette progression de l’abstention a permis au RDPC de conserver, dans une certaine mesure, ses électeurs mobilisés entre 2011 et 2018, soit 28 048 voix à 27 229 voix. Par contre, le SDF chute de 230 784 voix à 3 468 voix dans la région. Le Nord-Ouest est l’épicentre de l’abstention, avec une différence de 38,49 % par rapport à la moyenne nationale. Cependant, c’est sur la structure que cette démobilisation régionale est encore plus problématique. La progression de l’abstention de 42,65 % entre 2011 et 2018 joue sur la capacité du SDF à mobiliser ses réseaux pour contrôler le vote local lors de la présidentielle. Mieux, une analyse à l’échelle régionale révèle que l’abstention affecte plus les zones rurales que les zones urbaines, suite aux menaces de répression des sécessionnistes. Bamenda (5 %) a un taux de participation supérieur à certaines campagnes comme le Ngo Ketunjia (2,43 %), le Mentchum (1,47 %) ou le Boyo (0,63 %). L’abstentionnisme différentiel structure le contrôle du Nord-Ouest en 2018 par le RDPC, face à un SDF régional diminué par ce phénomène. Le Littoral représente cependant la reproduction d’un vote communautaire contre le RDPC en 2018.

35Les dynamiques abstentionnistes du Littoral en octobre 2018 illustrent le rôle de la progression de la participation dans la reproduction d’un vote communautaire conforme à la sociologie urbaine de la région. La participation progresse tant de manière structurelle (+ 8,57 % entre 2011 et 2018) que par rapport à la moyenne nationale (+0,93 %). Cette progression de la participation est décisive dans la victoire du MRC (38,60 %) face RDPC (35,75 %), avec un écart de 14 426 voix entre ces deux forces politiques. Les logiques de surmobilisation en ville ont permis au MRC (195 843 voix) de dominer le RDPC (181 417 voix) dans le Littoral, contrairement aux logiques rurales du Nord-Ouest, qui ont entraîné la défaite du SDF. Le Wouri, département le moins mobilisé de la région (Nkam : 67,99 % ; Sanaga Maritime : 61,81 % ; Mungo : 59,80 %), est en effet celui qui concentre paradoxalement le plus grand nombre des inscrits (657 976 sur 935 531 citoyens). Aussi, le MRC convertit la domination sociologique des populations Bamiléké dans la ville-département (près de 70 % de la population) (Bignon, 2018) en un succès électoral en 2018, suite à un travail d’identification partisane. La « bataille de Douala » décisive pour le contrôle du Littoral est gagnée par Kamto (46,21 % pour 157 336 voix) face à Biya (28,96 % pour 98 609 voix) : un afflux des allogènes originaires de l’Ouest dans la ville joue contre un RDPC affaibli par une dispersion des autochtones Douala, Bassa et Bakoko entre le parti au pouvoir et UNIVERS (12,15 % pour 29 882 voix). La manifestation d’un vote communautaire en faveur du MRC s’explique par une forte mobilisation électorale en ville et par des résultats conformes à la sociologie urbaine du Littoral. D’où la nécessité de dresser un tableau des territoires du vote RDPC, à partir du référentiel de l’intermittence du vote communautaire en 2018.

Une territorialité du vote RDPC sensible au reflux du vote communautaire

36La typologie des territoires du vote Biya se construit à partir de son degré de sensibilité à la variable communautaire au cours de sa diffusion en 2018. En s’inspirant de la représentation géopolitique classique des « anneaux » (Njoya, 2005 : 81), nous distinguerons d’abord les territoires de « l’anneau intérieur ». Ils correspondent aux territoires du Sud où se déploie une « politique de l’affection » (Sindjoun, art.cit., 1999) en faveur de Paul Biya originaire de cette aire culturelle. Les territoires de « l’anneau extérieur » regroupent les régions du Nord et de l’Ouest portées par un vote stratégique pluriel. Les cartes 2 et 3 des résultats des élections législatives et municipales du 30 septembre 2013 peuvent servir à repérer la reproduction et le reflux d’un vote communautaire pour le RDPC.

Carte 2 : Résultats officiels des législatives du 30 septembre 2013

Carte 2 : Résultats officiels des législatives du 30 septembre 2013

Source : (www.elecam.cm)

Carte 3 : Résultats officiels des municipales du 30 septembre 2013

Carte 3 : Résultats officiels des municipales du 30 septembre 2013

Source : (www.elecam.cm)

37Trois types de territoires du vote RDPC se déclinent selon ce référentiel communautaire en 2018 : le bastion RDPC correspond aux territoires de l’anneau intérieur quand le fief et la terre de mission dépendent de l’anneau extérieur. Le bastion est perçu comme un système politique local où la dimension nationale des problèmes est privilégiée pour les définir et les traiter (Négrier, 2001 : 111). Il se caractérise par une domination du parti au pouvoir aux présidentielles et aux législatives ; le bastion lui fournit un vote communautaire avec des fortes moyennes des fortes intensités dans les régions du Sud, du Centre et de l’Est. Les structures électorales présidentielles sont ici semblables à celles des autres types de scrutins en faveur de l’enfant du pays depuis 1992 (cartes 1 et 2).

38Le fief infléchit aussi ponctuellement le vote local en faveur du RDPC en 2018. Il renvoie « à une forme d’horizontalité des rapports politiques liée à l’existence de réseaux affinitaires locaux et d’échanges politiques territoriaux » (Dubasque et Kocher-Marboeuf, 2014 : 16). Cette figure correspond en 2018, aux territoires du Nord (83,53 %) et de l’Ouest (51,89 %) reconquis progressivement par le RDPC dès 1997, suite au poids d’un abstentionnisme différentiel sur le vote local. Deux types de fiefs émergent des votes stratégiques exprimés dans ces zones en faveur du candidat sortant.

39Les fiefs présidentiels correspondent d’abord aux territoires d’un vote utile (Blais, 2004) au Nord, suite aux soutiens de l’UNDP, du MDR et d’autres partis locaux en faveur du président Biya en 2018. Caractérisés par un écart supérieur entre le score du RDPC et ses rivaux, ces « territoires infidèles » au parti au pouvoir (Laurent, 1987) au cours des législatives et des municipales, donnent des sièges aux partis locaux (cartes 1 et 2). Les fiefs-bastions sont liés par contre aux territoires de l’Ouest au sein desquels se produit un vote d’influence (Blais, art.cit., 2004), avec un écart inférieur à la moyenne nationale entre le vote Biya et ses rivaux. Correspondant aux « territoires sédentarisées » (ibid.) par le RDPC depuis octobre 1997, le Sud-Ouest et l’Ouest sont rejoints par le Nord-Ouest et dans une mesure, le Noun dominés par le parti au pouvoir en 2018, en dépit de la présence de Joshua Osih (SDF) et Ndam Njoya (UDC) en lice dans les fiefs de leurs partis en partie abstentionnistes.

40La terre de mission correspond enfin aux territoires d’envergure régionale, départementale et urbaine qui ont échappé au vote Biya en 2018. Si ces terres d’élection sont caractérisées par un reflux urbain du RDPC par rapport à 2011, Douala (28,96 %), Bafoussam (29,95 %), le Nyong et Kellé (34,90 %) et le Littoral (35,75 %) révèlent des votes de protection acquis à Cabral Libii et surtout à Maurice Kamto. D’où les ressorts de l’intermittence du vote communautaire dégagés par les territorialités du vote RDPC/Biya en 2018.

Des stratégies territorialisées explicatives du vote RDPC en octobre 2018 

41La géopolitique du RDPC en 2018 dépend de la capacité de Paul Biya à mobiliser des élites ethnorégionales de la majorité présidentielle au service de sa « présidence perpétuelle » (Owona Nguini et Menthong, art.cit., 2018 : 112). Ce partage du pouvoir contraint ces élites non seulement à lui assurer sa réélection, mais aussi à éprouver leur propre contrôle des systèmes géopolitiques locaux et régionaux. L’intermittence du vote communautaire (figure 4) repose dès lors sur des stratégies territorialisées que l’offre Biya et ses relais locaux déploient pour contrôler le vote local à leur avantage. L’enracinement politique, les politiques publiques et la manipulation des conflits sont autant des stratégies territorialisées qui construisent à Paul Biya, une prime au sortant propice à son vote depuis 1992.

Figure 4 : Matrice de l’intermittence du vote communautaire

Figure 4 : Matrice de l’intermittence du vote communautaire

Source : Issekin, 2019

42L’assise nationale en réseau d’un vote Biya hétéroclite en 2018 relevée plus haut, s’explique d’abord par un usage contextualisé des registres locaux. Ceux-ci jouent un rôle cardinal dans l’enracinement différentiel de ce vote : le chef de l’État y est représenté différemment dans son rôle de garant d’une unité nationale, en fonction de l’identification partisane des régions. Si Paul Biya joue sur une autochtonie dirigeante dans l’aire Fang-Béti du Sud pour y bénéficier d’un vote communautaire, les votes stratégiques du Nord et de l’Ouest révèlent par contre l’usage électoral d’un « axe Nord-Sud » de « l’État des vainqueurs » face à une neutralisation du « mythe de la sécession anglophone » (Sindjoun, 1996), en pleine crise dans les régions éponymes. La tenue de trois-cent-soixante meetings simultanés dans toutes les communes du Cameroun le 29 septembre 2018, confirme son ancrage national par sa présence à Maroua. Le choix de la capitale de l’Extrême-Nord au détriment des villes « anglophones » où des rumeurs annonçaient Paul Biya avant le début de la campagne électorale, rappelle la nature unitaire de l’État décentralisé, dans une continuité autoritaire de la géopolitique de la Réunification des Cameroun britannique et français de 1961. La représentativité de l’entourage de Paul Biya met quant à elle l’accent sur un clientélisme de proximité envers les réseaux locaux et régionaux qui portent son vote depuis 1992. Le remaniement ministériel du 4 janvier 2019 participe par exemple à manager la diversité socioculturelle de ses soutiens, en jouant sur les dynamiques géopolitiques régionales et départementales de la politique unitaire de l’équilibre régional (Alawadi Zelao, 2009 ; Owona Nguini et Menthong, art.cit. 2018, : 108). Il régule cette diversité des soutiens du vote Biya, dans un contexte d’attente d’une circulation clientéliste de nouveaux enjeux politiques liés à l’implémentation présidentielle de la région, dernier échelon de pouvoir de la décentralisation camerounaise.

43Les politiques publiques participent aussi à structurer les logiques durables d’affiliation au vote Biya en 2018 (Négrier, art.cit, 2001 ; Subra, art.cit., 2013 : 63), selon les perceptions de son insécurité politique (Marrel & Payre, 2006). Il s’agit de se rendre indispensable dans la conduite des politiques, pour se faire accepter par ses adversaires afin de consolider son leadership spatio temporel (Healy, 2006). Le monitoring électoral (Njoya, 2014) participe à cet usage partisan des politiques publiques, avec un regroupement spécial de bureaux de vote dans les régions « anglophones » par ELECAM pour permettre aux déplacés de la crise éponyme de voter en octobre 2018. Conjugué à l’impossibilité pour ces paysans inscrits de voter en dehors de ces espaces aménagés pour la circonstance, ce monitoring électoral comme stratégie territorialisée construit une affiliation ponctuelle au RDPC des votes locaux acquis traditionnellement au SDF. En effet, l’impossibilité de voter dans des zones rurales suite aux menaces de représailles des ambazoniens a contraint ELECAM à regrouper les bureaux de vote existants dans des centres ad hoc urbains. La localisation de 13 des 79 bureaux de vote à Bamenda sur les 2 343 bureaux initialement prévus à cause de l’insécurité des campagnes, facilite une relative mobilisation urbaine des votes dans une victoire du RDPC (75,99 % pour 7 289 voix) sur un SDF rural (11,14 % pour 1 069 voix) fragilisé par un abstentionnisme différentiel dans la Mezam (5 % soit 9 744 votants sur 1 949 191 inscrits)10. Cette logique de concentration urbaine des voix en faveur du RDPC se reproduit aussi à Buea dans le Fako (15,86 %, soit 22 800 votants sur 143 743 inscrits). Elle consacre sa victoire (70,79 % pour 15 920 voix) sur un SDF urbain (14,48 % pour 3 257 voix) dans les 24 centres créés pour gérer le vote des déplacés dans le Sud-Ouest.

44La gestion partisane du report de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) par la Confédération Africaine de Football (CAF) en novembre 2018 de la CAN prévue en juin 2019, illustre aussi la capacité de Paul Biya à jouer sur les cycles politico-économiques défavorables pour empêcher un retrait en pleine campagne électorale jouant contre sa réélection. Les menaces de retrait de la CAN camerounaise en 2017 par M. Ahmad Ahmad, président de la CAF, ont en effet, cédé la place à une économie politique de contreparties entre cette organisation et le gouvernement en 2018. Ces contreparties prirent d’abord la forme de reports de missions d’inspection, dans un contexte d’un taux d’avancement de construction des infrastructures insuffisant (65 % à 70 %). Les échanges prirent ensuite la forme de visites, dont celle du 2 octobre 2018 au Palais de l’Unité, en pleine campagne. En déclarant que « le football dépend de nos gouvernements » lors de son discours du report de la CAN, M. Ahmad confirme l’implication de l’État camerounais dans cette décision non assortie de sanctions pourtant prévues par ses textes11. Mieux, la signature d’un décret présidentiel de lancement d’un processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) le 30 novembre 2018, le jour de l’annonce du report de la CAN, confirme cette capacité du président Biya à « agir pour durer » (Healy, art.cit., 2006), en déconstruisant des logiques tribunitiennes des oppositions par l’action publique.

  • 12 L’élection présidentielle passe en dernière position dans le calendrier électoral, contrairement à (...)

45L’orientation partisane des conflits sociaux et politiques à l’avantage de Paul Biya joue enfin dans le contrôle des territoires locaux par l’intermittence du vote communautaire en 2018. Elle repose sur le redéploiement décisif d’une stratégie nationale de fief (Meny, 1992) en sa faveur. Le chef de l’État joue d’abord sur sa « maîtrise de la programmation électorale » (Njoya, 2003) : il reporte les élections municipales et législatives après l’élection présidentielle de 201812. Initialement prévues en septembre 2018, les législatives et les municipales se tiendront en 2020, suite aux prorogations des mandats des députés et des conseillers municipaux d’un an par des décrets présidentiels en juillet 2018. Si des tensions de trésorerie liées aux crises camerounaises et à la tenue prioritaire du scrutin présidentiel sont évoquées pour justifier l’impossibilité de la tenue de ces scrutins en 2018, un enjeu latent lié à la construction ultérieure des élections intermédiaires dégouvernementalisées (Parodi, op. cit., 2004) subsiste cependant. Il s’agit en réalité d’opérer un partage implicite du pouvoir entre le président Biya et les forces locales par un respect mutuel de leurs leaderships respectifs, suite à une multiplication des situations politiques paradoxales portées par des intermittences du vote communautaire en faveur du RDPC à la présidentielle. La progression de l’UNDP, du MDR et du FSNC face au RDPC à l’issue du double scrutin municipal et législatif du 9 février 2020 dans le nord du pays illustre ce partage du pouvoir au sein de la majorité présidentielle, après un vote d’influence Biya en octobre 2018. Si les données de la compétition interne au RDPC structurent une orientation présidentialiste des thèmes de campagne autour de « la force de l’expérience » et de la relance de la décentralisation, c’est l’usage de la stratégie du parti unique qui semble déterminante dans la construction du vote Biya. Celui-ci réussit en effet à débaucher des soutiens dans le marché des oppositions, en allant au-delà des partis de la majorité (UNDP, MDR, FSNC etc.) pour « domestiquer les cadres opérationnels et pragmatiques de la démocratisation » électorale (Owona Nguini et Menthong, art.cit., 2018 : 107). Le Groupe des vingt (G20), collectif de leaders d’opposition acquis à sa candidature porté par MM. Bapoh Lipoh (UPC), Banda Kani et surtout Jean de Dieu de Momo (PADDEC), illustre cette capacité personnelle de Biya à dépasser des enclaves communautaires attribuées à son vote en octobre 2018.

Conclusion

46Les résultats du RDPC à l’élection présidentielle de 2018 ont permis de mettre en évidence la pertinence de l’approche géopolitique dans l’analyse de l’intermittence du vote communautaire. Le reflux du vote communautaire y apparaît comme un vote stratégique pluriel. Il s’intègre dans la construction de systèmes géopolitiques locaux liée aux stratégies mises en place par des élus. La sociologie électorale du RDPC est influencée en 2018 par un poids structurant des crises camerounaises perceptible dans la consolidation du vote Biya suite au rajeunissement de l’offre électorale et au retrait de la participation. L’intermittence du vote communautaire appliquée au vote Biya révèle ses continuités et ses discontinuités territoriales. Un abstentionnisme différentiel présente une territorialité du RDPC sensible au reflux du vote communautaire, avant de mettre en saillance des stratégies territorialisées cardinales dans le contrôle du vote local en 2018. Dans cette perspective, le recours à la géopolitique électorale dans une explication du vote en 2018 a démontré que la mobilisation à un raisonnement géographique n’est pas contradictoire, mais complémentaire aux lectures socio-anthropologiques du vote en Afrique.

Haut de page

Bibliographie

AGNEW, J., 1996, « Mapping politics: how context counts in electoral Geography », Political Geography, vol. 15, n° 2, p. 29-145.

BAILONI, M., 2018, « Géopolitique de l’austérité – Mutations de l’espace politique et renforcement des clivages au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 », L’Espace Politique, n° 34, http://journals.openedition.org/espacepolitique/4555 ; mis en ligne le 22/06/2018, consulté le 12/09/2019.

BIGNON, C., 2018, « Se faire une place en ville en situation autoritaire : les processus de légitimation citadine à Douala », L’Espace Politique [En ligne], n° 35, http://journals.openedition.org/espacepolitique/5214, mis en ligne le 01/11/2018, consulté le 30/09/2019.

BETTONI, G., BRICE, C., MATARD-BONUCCI, M-A., 1998, « Géopolitique du MSI dans le sud de l’Italie » In Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 110, n° 2, p. 877-919.

BLAIS, A., 2004, « Y a-t-il un vote stratégique en France ? », in Cautrès, B., Mayer, N., Le nouveau désordre électoral, Paris, Presses de Sciences Po, p. 279-301.

BUSSI, M., 2013, « Fondations, échelles et horizons de la géographie électorale », Congrès AFSP, Le futur des études électorales en France, Paris, 5 p.

COX, K., 1998, « Spaces of dependence, spaces of engagement and the politics of scale, or: looking for local politics », Political Geography, n° 17, p. 1-24.

DE MAILLARD, J., 2006, « La conduite des politiques publiques à l’épreuve des temporalités électorales. Quelques hypothèses exploratoires », Pôle Sud, vol 2, n° 25, p. 39-53.

DOLEZ, B., 2004, « À la recherche de l’abstentionnisme différentiel. Actualité d’une vieille question », Revue française de science politique, Vol. 54, p. 669-680.

DOMARGEN, J-Y., MOUCHARD, D., 2010, Introduction à la sociologie politique, 3e édition, Paris, De Boeck.

DUBASQUE, F., KOCHER-MARBOEUF, É., 2014, Terres d’élections, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DUSSOUY, G., 2010, « Conceptualiser et (re) problématiser la géopolitique sans faire de théorie », L’Espace Politique, n° 12, http://journals.openedition.org/espacepolitique/17, mis en ligne le 11/02/2011, consulté le 28/09/2019.

EBODE, G-J., 2015, « La performance des institutions au Cameroun : Les cas du président de la République, de l’Assemblée Nationale, et des conseils municipaux » Afrobaromètre Note Informative, Juin, n° .158, www.afrobarometer.org, consulté le 16/12/2019.

EBOKO, F., AWONDO, P., 2018, « Cameroun, l’État stationnaire », Politique africaine, n° 150, p. 5-27.

EDJENGUELE, M., 1999, « Les « déflatés » du développement. De la tradition de la dépendance à l’autogestion », Bulletins de l’APAD, Itinéraires des déflatés au Cameroun, n° 18, p. 19-28.

ELECAM (Elections Cameroon), 2019, Rapport général sur le déroulement de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, Yaoundé, SOPECAM, 2019.

ENGUELEGUELE, M., 2004, « le paradigme économique et l’analyse électorale africaniste. Piste d’enrichissement ou source de nouvelles impasses », in Quantin, P., Voter en Afrique : comparaisons et différenciations, Paris, L’Harmattan, p. 67-103.

ENGUELEGUELE, M., 2008, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et Sociétés 271, p. 12-17.

GAXIE, D., 1993, La démocratie représentative, Paris, Montchrestien.

GIBLIN, B., 1986, « Introduction générale » in Lacoste, Y., Géopolitique des régions françaises, Paris, Fayard, tome 1, p. 9-39.

GIBLIN, B., 2012, « Géopolitique interne et analyse électorale », Hérodote, n° 146-147, p. 71-89.

GIBLIN, B., 2014, « De l’efficacité de la géopolitique électorale », Hérodote, n° 154, p. 3-17.

GOGUEL, F., 1990, « Pouvoir, esprit des lieux. Visiter l’espace politique », « Géographie électorale et science politique : un itinéraire », Espaces Temps, n° 43-44, p. 19-24.

GOMBIN, J., 2014, « Marseille : de la sociologie urbaine à la géopolitique locale ? », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Marseille-de-la-sociologie-urbaine.html. Mis en ligne le 28/03/2014, consulté le 28/08/2019

GOMBIN, J., RIVIERE, J., 2010, « De l’intérêt de multiplier les échelles d’analyse dans les études électorales : Quelques réflexions croisées d’un géographe et d’un politiste ». Groupe Dupont – UMR ESPACE. 18 Biennale de géographie – Géopoint 2010, Juin 2010, Avignon, France. p. 159-165.

GOMBIN, J., RIVIERE, J., 2014, « Vers des convergences interdisciplinaires dans le champ des études électorales ? », L’Espace Politique, n° 23, http://espacepolitique.revues.org/3047, mis en ligne le 04/07/2014, consulté le 28/08/2015

HEALY A., 2006, « Durer pour agir ou agir pour durer ? Le rapport au temps de deux élus lyonnais investis dans la définition de l’action économique intercommunale », Pôle Sud, vol 2, n° 25, p. 55-70.

HERMET, G., BADIE, B., BIRNBAUM, P., BRAUD, P., 2001, Dictionnaire de la science politique et des institutions politiques, Paris, Dalloz, Armand Colin.

INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE, 2017, Annuaire statistique du Cameroun. Recueil des séries d’informations statistiques sur les activités économiques, sociales, politiques et culturelles du pays jusqu’en 2013, Yaoundé.

JAULIN, T., 2014, « Géographie du vote à distance : l’élection tunisienne de 2011 à l’étranger », L’Espace Politique, n° 23, http://journals.openedition.org/espacepolitique/3099, mis en ligne le 04/07/2014, consulté le 20/09/2019.

JOHNSTON, R. J., 1974, « Local Effects at a Local Election », Annals of the Association of American Geographers, vol. 64, n° 3, p. 418-429.

KAIKAI, S., H. F., 2018, « Réinvention du politique : une sociologie critique des pratiques électorales au Bénin » in Batchom, P. E., L’État Ailleurs : Entre logiques de case et dynamiques du village global. Hommage à Luc Sindjoun, Paris, L’Harmattan, p. 65-81.

KAMDEM SIMEU, M., 2004, Produire la ville dans l’Afrique des savanes. Acteurs, héritages et défis du Cameroun septentrional, Yaoundé, Démos.

KUHN, T., 1983, La structure des révolutions scientifiques, France, éditions Champs Flammarion.

LACOSTE, Y., 1995, Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion.

LACOSTE, Y., 2012, « La géographie, la géopolitique et le raisonnement géographique », Hérodote, n° 146-147, p. 14-44.

LAFLEUR, J-M., 2013, Transnational politics and the state. The external voting rights of diaspora, New York and London, Routledge

LAURENT, A., 1987, « Le nomadisme électoral. Le double vote du 16 mars 1986 dans le Nord Pas de Calais », Revue française de science politique, n° 1, p. 5-20.

LEVY, J., 1990, « Espace politique et changement social », Espaces Temps, n° 43-44, p. 112-129.

LOSCHAK, D., 1978, « Espace et contrôle social », in Chevallier, J.J., Centre, périphérie, territoire, Paris, CURAPP-PUF.

LOST, D., 2012, Géopolitique de l’Extrême Droite dans les nouveaux Lander, thèse de doctorat en géographie option géopolitique, Université de Paris 8, Institut Français de Géopolitique.

MARREL, G., PAYRE R., 2006, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles. Du rapport au temps des élus à une sociologie des leaderships spatio-temporels », Pôle Sud, n° 25, p. 71-88.

MENTHONG, H-L., 1998, « Vote communautaire au Cameroun : un vote de cœur, de sang et de raison », Politique africaine, n° 69, p. 40-52.

MENY, Y., 1992, « La République des fiefs », Pouvoirs, n° 60, p. 17-24.

MINTEU-KADJE, D. & PREMAT, C., 2019, « Leçons de l’élection présidentielle camerounaise de 2018 : le changement dans la continuité », Sens public. https://doi.org/10.7202/1067431ar, mis en ligne le 02/07/2019, consulté le 4/05/2020

MORELLE, M., OWONA NGUINI, M-E., 2018, « Le réveil des crises camerounaises : un entretien avec Mathias Eric Owona Nguini », L’Espace Politique, n° 35, http://journals.openedition.org/espacepolitique/5313 mis en ligne le 01/11/2018, consulté le 28/09/2019.

MOUICHE, I, 2000, « Ethnicité et Multipartisme au Nord-Cameroun » African Association of Political Science, Vol 5, n°.1, p. 46-91.

NNA, M., 2010, « La dévalorisation de la fonction électorale au Cameroun », Revue Africaine d’Études Politiques et Stratégiques, n° 7, p. 109-126.

NEGRIER, E., 2001, « Municipales 2001 les nouveaux fiefs », Pole Sud, La commission européenne en politique, n° 11, p. 109-117. 2012,

NEGRIER, E., 2012, « Le Pen et le peuple. Géopolitiques du vote FN en Languedoc-Roussillon », Pôle Sud, n° 37, p. 153-166.

NGO TONG, C-M., 2018, « Le modèle camerounais de décentralisation », in Batchom, P.E., L’État Ailleurs : Entre logiques de case et dynamiques du village global. Hommage à Luc Sindjoun, Paris, L’Harmattan, p. 41-64.

NJOYA, J., 2005, Unité nationale et mutations politiques : essai sur la régulation symbolique et conservatrice du système politique camerounais (1982-2000), Thèse d’État en science politique, université de Yaoundé II.

NJOYA, J., 2003, « Liturgies politiques, construction d’un imaginaire unitaire et “démocratie passive” au Cameroun », Revue Africaine d’Études politiques et Stratégiques, n° 3, p. 23-52.

NJOYA, J., 2010, « Les mutations de la vie politique en Afrique : la trajectoire erratique de l’élu local au Cameroun », Revue Africaine d’Études Politiques et stratégiques, n° 7, p. 21-41.

NJOYA, J., 2014, « Démocratisation et monitoring électoral au Cameroun : autonomisation problématique des organes de gestions électorales », Revue Africaine d’Etudes Politiques et Stratégiques (RADEPS), n° 1, p. 7-32.

NKWI, P., SOCPA, A., 1997, « Ethnicity and Party Politics in Cameroon: The Politics of Divide and Rule », in Nkwi, P., Nyamnjoh, F., Équilibre régional et integration nationale au Cameroun. Leçons du passé et perspective d’avenir, Yaoundé-Leiden, African Studies & Icarssrt, p. 138-149.

OWONA NGUINI, M-E., MENTHONG, H-L, 2018, « Gouvernement perpétuel » et démocratisation janusienne au Cameroun (1990-2018) », Politique africaine, n° 150, p. 97-114.

PARODI, J-L., 2004, « Les élections “intermédiaires” du printemps 2004 : entre structure et événement. Introduction », Revue française de science politique, Vol. 54, p. 533-543.

POMMEROLLE, M-E., 2008, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime post autoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, p. 73-94.

QUANTIN, P., 2004, « Un objet politique déjà identifié : le vote en Afrique » in Quantin, P., Voter en Afrique : comparaisons et différenciations, Paris, L’Harmattan, p. 11-29.

RIVIERE, J., 2009, Le pavillon et l’isoloir. Géographie sociale et électorale des espaces périurbains français (1968-2008) À travers les cas de trois aires moyennes (Caen, Metz et Perpignan), Thèse de doctorat, Université de Caen Basse Normandie.

RODDEN, J., 2010, « The Geographic Distribution of Political Preferences », Annual Review of Political Science, n° 13, p. 21-40.

ROSIERE, S., 2007, « Comprendre l’espace politique », L’Espace Politique, n° 1, http://espacepolitique.revues.org/223, mis en ligne le 16/01/2007, consulté le 04/09/2019.

SINDJOUN, L., 1996 « Le champ social camerounais : désordre inventif, mythes simplificateurs et stabilité hégémonique de l’État », Polis, n° 62, p. 57-67.

SINDJOUN, L., 1997, « Élections et Politique au Cameroun : Concurrence déloyale, Coalitions de stabilité hégémonique et Politique d’Affection », African Journal of political science, vol. 2, n° 1, p. 89-121.

SINDJOUN, L., 1999, « Le paradigme de la compétition électorale dans la vie politique : entre tradition de monopole politique, État parlementaire et État seigneurial » in Sindjoun, L. (dir), La Révolution passive au Cameroun, Dakar, Codesria, p. 269-325.

SINDJOUN, L., COURADE, G., 1996, « Le Cameroun dans l’entre-Deux », Politique Africaine, n° 62, p. 3-14.

SUBRA, P., 2016, Géopolitique locale. Territoires, acteurs, conflits, Paris, Armand Colin.

SUBRA, P., 2013, « la géopolitique, une et plurielle ? Place, enjeux et outils d’une géopolitique locale », Hérodote, vol. 3, n° 146-147, p. 45-70.

TCHINNGANKONG YANOU, M., 2019, « Le champ politique camerounais » à l’étranger » au travers des rivalités entre partis politiques », Revue internationale de politique comparée, vol 26, p. 83-105.

TCHOUPIE, A., 2009, « La suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels : analyse de la bifurcation de la trajectoire d’une politique institutionnelle », Revue africaine des relations internationales, vol. 12, n° 1 et 2, p. 5-37.

VIEILLARD-COFFRE, S., 2001, « Les candidats et leurs territoires : analyse géopolitique comparative en Deux-Sèvres et en Corrèze (exemple des élections législatives de 1997) », Norois, vol 4, n° 188, p. 11-34.

WONGO AHANDA, A., 1993, Election, Vote et représentation politique des africains de l’étranger, Paris, L’Harmattan Paris.

ZAMBO BELINGA, J-M., 2007, « La scénographie de la déviance dans les scrutins politiques. La violence comme phénomène électoral d’ici et d’ailleurs », Cahiers d’études africaines, n° 185, p. 29-64.

ZELAO, A., 2009, « Le jeu politique en Afrique Centrale : la dialectique historique entre centralisme et clientélisme », Enjeux, n° 41, octobre-décembre, p. 33-40.

Haut de page

Notes

1 C’est un programme visant à faire du Cameroun, un pays émergent économique à l’horizon 2035.

2 L’application du mot « géopolitique » aux questions électorales est jugée inopportune par François Goguel (1990) ; une dénomination exclusive liée aux relations internationales en dépit de ses apports heuristiques.

3 On dénombre des élus (Joshua Osih, Serges Espoir Matomba, Ndam Njoya) des anciens ministres (Maurice Kamto, Garga Haman), des leaders de la société civile (Cabral Libii, Akere Muna) et un pasteur pentecôtiste (Frankline Ndifor).

4 Si le ralliement de Jean de Dieu de Momo des Patriotes Démocrates pour le Développement du Cameroun (PADDEC) à la candidature du président Biya illustre le poids des coalitions dans cette diminution des candidatures, le retrait du jeu électoral de Jean Njeunga du Front Uni du Cameroun (FUC) explique aussi ce phénomène en 2018.

5 Face à Paul Biya (5 participations), à Adamou Ndam Njoya (4 participations) et à Garga Haman Adji (3 participations) depuis 1992, les autres candidats participent à leur premier scrutin présidentiel.

6 Joshua Osih remplace le « chairman » Fru Ndi à l’investiture du SDF en février 2018, après une primaire peu disputée. À l’issue du double scrutin du 9 février 2020, Ndam Njoya et Matomba conservent des mandats municipaux à Foumban et de Douala, quand Libii est élu dans son Nyong et Kellé natal. Akere Muna renforce sa notoriété nationale et internationale après 2018.

7 Renvoyant au slogan de campagne de Paul Biya en 2018, « la force de l’expérience » entraine autour des idées-forces du dynamisme et de la solidarité, les thèmes de campagne des autres candidats (« la force de notre diversité » d’Osih ; « Ensemble c’est possible » de Kamto ou « un Cameroun qui libère et protège les énergies de Libii ; etc.)

8 Soit 58,44 % à Bafoussam et 52,15 % dans le Wouri.

9 Cette crise correspond aux mobilisations insurrectionnelles liées au retour de la question anglophone dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dès octobre 2016. 

10 https://www.jeuneafrique.com/639943/politique/presidentielle-au-cameroun-le-vote-impossible-des-deplaces-de-la-crise-anglophone/ consulté le 10/07/2019.

11 https://www.voaafrique.com/a/la-caf-retire-la-can-2019-au-cameroun-/4681586.html consulté le 10/07/2019

12 L’élection présidentielle passe en dernière position dans le calendrier électoral, contrairement à la période monolithique. Les reports des scrutins municipaux, législatifs et sénatoriaux se multiplient entre 1992 et 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La participation par région en 2018
Crédits Source : (www.elecam.cm)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7822/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 3 : Trajectoires comparées du poids électoral régional des inscrits en faveur du RDPC en 1992 et en 2018
Crédits Source : (www.elecam.cm)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7822/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Carte 1 : Résultats officiels de la présidentielle du 7 octobre 2018
Crédits Source : (www.elecam.cm)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7822/img-3.png
Fichier image/png, 299k
Titre Carte 2 : Résultats officiels des législatives du 30 septembre 2013
Crédits Source : (www.elecam.cm)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7822/img-4.png
Fichier image/png, 106k
Titre Carte 3 : Résultats officiels des municipales du 30 septembre 2013
Crédits Source : (www.elecam.cm)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7822/img-5.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 4 : Matrice de l’intermittence du vote communautaire
Crédits Source : Issekin, 2019
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7822/img-6.png
Fichier image/png, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvan Issekin, « Le vote communautaire est-il intermittent au Cameroun ?  », L’Espace Politique [En ligne], 40 | 2020-1, mis en ligne le 21 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7822

Haut de page

Auteur

Yvan Issekin

Docteur en science politique, CERDAP/Université de Yaoundé II Soa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search