Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Pensées émergentes en géographie ...Mobilisations politiquesL’espace politique de l’agricultu...

Pensées émergentes en géographie politique et géopolitique
Mobilisations politiques

L’espace politique de l’agriculture urbaine militante à São Paulo et à Paris

The political space of urban agriculture as activism in São Paulo and Paris
Gustavo Nagib

Résumés

Cet article vise à présenter l’agriculture urbaine à partir de son expression militante et par conséquent en tant que mécanisme politique de transformation spatiale à São Paulo et à Paris. Pour cela, nous utilisons des méthodologies participatives, en mettant l’accent sur la recherche-action. À partir d’un travail de terrain et de la participation active dans des réseaux et des initiatives pour l’horticulture urbaine, nous élargissons aussi l’analyse critique concernant l’agriculture intra-urbaine non commerciale, en mobilisant des essences idéologiques, des articulations de la société civile et des programmes et politiques publiques qui y sont liés. Nous reviendrons plus spécifiquement sur les matérialités des jardins partagés, qui ont un potentiel politique de transformation de l’espace urbain car ils peuvent élargir les réflexions sur : l’utilisation des espaces publics, l’origine et la qualité de l’alimentation, la production biologique, la coopération entre les citoyens, le processus de végétalisation comestible dans la ville, les différentes formes d’interaction entre la société et les pouvoirs publics, et le débat sur le droit à la ville. En croisant des expériences de São Paulo et de Paris, on clarifie également les similitudes et les différences dans la compréhension d’une « agriculture urbaine militante » dans différents contextes, à la fois au niveau de l’organisation des jardiniers dans leurs respectives échelles locales d’activité ainsi que par rapport aux réponses des gouvernements locaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article fait partie d’une recherche menée sur les jardins partagés entre les villes de São Paulo et Paris. L’objectif est de présenter le thème de l’agriculture urbaine sous le biais d’une approche militante. Pour cette construction théorique, on s’est appuyé sur des méthodologies participatives, en mettant l’accent sur la recherche-action, dans laquelle le chercheur fait partie de l’objet d’étude (Thiollent, 2011) et se considère comme un agent du processus de « cultiver la ville » (Brondeau, 2017). Cependant, il ne s’agit pas d’être aveuglé par le militantisme qui est porté à la discussion, mais d’intégrer et d’interagir avec l’objet d’étude dans le cadre d’une production scientifique et politique de transformation de l’espace urbain, reconnaissant les contradictions inhérentes à la production de la ville capitaliste (Lefebvre, 2000).

2L’agriculture urbaine englobe la production alimentaire et l’élevage dans les zones intra et périurbaines, ce qui implique une grande pluralité de pratiques, de formes, d’intentions et de définitions selon les différents contextes (Mougeot, 2005). Elle implique une série d’acteurs et de secteurs, ce qui lui confère de multiples dimensions : sociale, écologique, économique, politique et spatiale (Cabannes, 2012). Ici, on la présente sous une perspective militante, à la suite des actions des initiatives de la collectivité locale, exprimées par le modèle des jardins partagés (Nagib, 2018). L’originalité de cet article est d’interpréter l’agriculture urbaine, en particulier la typologie des jardins partagés intra-urbains, dans une perspective militante, mais aussi en considérant le militantisme « communautaire » ou « de quartier » (Souza, Rodrigues, 2000) comme une condition (politique) conceptuelle de l’agriculture urbaine. Dans une perspective plus large, nous reconnaissons deux expressions très évidentes de l’agriculture urbaine : I. celle se référant à la production alimentaire et à la génération de revenus (activité économique) ; II. et celle résultant du militantisme (qui couvre les mouvements citoyens), visant à transformer l’espace urbain, dont la matérialisation révèle des finalités essentiellement non-économiques (Nagib, Nakamura, 2020).

3L’objectif central de « l’agriculture urbaine militante » est plutôt la réoccupation de l’espace public et la reprise du droit à la ville à travers des pratiques agricoles partagées par un groupe de citoyens. Dans cet article, nous établirons une discussion impliquant cette conception de l’agriculture urbaine plus les réponses des gouvernements locaux, et l’accent sera mis sur les villes de São Paulo et de Paris.

4Ces grandes villes mondiales (Sassen, 2001) se distinguent en termes d’actions entourant l’agriculture intra-urbaine à la micro-échelle locale. Dans différents contextes, les inspirations militantes peuvent se croiser, mais leurs originalités répondent à l’arrangement politico-institutionnel de chaque localité. C’est aussi un effort pour élargir le débat sur la « l’agriculture urbaine militante » (Nagib, 2018) dans le scénario actuel de la mondialisation, compte tenu de la diversité des actions et des mouvements citoyens au-delà de l’horizon de la production scientifique en Europe–Amérique anglo-saxonne.

5Il peut également être souligné que travailler avec les expériences des grandes villes mondiales (Sassen, 2001), telles que São Paulo et Paris, aide à déconstruire les stéréotypes de ce qui est le Sud et le Nord, permettant des analyses et des réflexions qui démantèlent une hiérarchie possible concernant l’émergence de l’agriculture intra-urbaine. Les différents contextes ne transforment pas une ville ou une autre en « scénario modèle à suivre », mais ils contribuent à réfléchir sur la production d’espaces qui envisagent la démocratisation de l’urbain, à partir de coexistences et de relations de pouvoir plus horizontales (Manier, 2012). São Paulo et Paris sont des villes très bien insérées dans la logique du capital mondialisé et reflètent toutes deux les contradictions inhérentes au capitalisme dans la production et la reproduction de l’espace urbain (Harvey, 2011), dont le contenu politique d’une « agriculture urbaine militante » peut être vu comme un contrepoint à la logique productiviste de l’espace à partir des mouvements citoyens, conscients des particularités locales et de leur capacité politique à promouvoir des transformations socio-environnementales au niveau local (Demailly, 2014).

6Cet article se tourne vers des jardins partagés de São Paulo et Paris. Dans les deux villes, ils synthétisent une expression d’agriculture intra-urbaine dans laquelle l’objectif principal n’est pas exactement la garantie de l’approvisionnement alimentaire ou la commercialisation de ce qui est cultivé. Malgré des motivations différentes, telles que le renforcement du lien social, les loisirs et la reconnexion aux cycles de la nature en milieu urbain, cette pratique sociale est pré-conditionnée à l’engagement d’un groupe de citoyens désireux d’assurer un entretien constant sur une portion de l’espace urbain.

7À São Paulo, il est possible de parler d’une « agriculture urbaine militante » de la décennie de 2010, liée à l’émergence d’un réseau appelé Hortelões Urbanos (« Horticulteurs Urbains »), qui a vu le jour en 2011. Il s’agissait d’une étape fondamentale pour réunir les passionnés d’agriculture urbaine qui étaient initialement intéressés par un débat sur la production alimentaire dans la ville, mais qui ont également incité les militants à démarrer la pratique de l’agriculture urbaine dans les espaces publics. Hortelões Urbanos sont devenus un « groupe public » sur Facebook (en septembre 2020, le groupe comptait plus de 82 mille membres sur le réseau social) permettant l’échange d’expériences et d’informations relatives à l’agriculture urbaine à l’échelle domestique ou collectif. Depuis son apparition officielle en 2011, la communication entre les acteurs du thème est devenue plus facile, remarquablement parmi les militants, dans lesquels une quinzaine d’entre eux activement engagée dans la production de jardins partagés dans les quartiers les plus centraux de la ville (Nagib, 2018).

8En 2015, une loi a été adoptée sur la gestion participative des places municipales dans la ville, un fait célébré par les militants, qui ont fini par compter sur cette protection juridique pour donner une garantie de survie aux jardins partagés situés sur des places et squares publics, en voyant leurs luttes légitimées par le pouvoir public. Cependant, l’agriculture intra-urbaine n’est toujours pas réglementée en ville et la mairie n’a pas encore considéré cette question comme une priorité.

9En France, le contenu militant de l’agriculture urbaine est plus évident et apparaît dès l’origine du réseau national de jardins partagés, Le Jardin Dans Tous Ses Etats (JTSE). Ce réseau a été créé en 1997 à l’occasion de la rédaction de la « Charte de la terre en partage » et de l’organisation du 1er forum international « Jardin et Citoyenneté », à Lille. Dans ce dernier, des militants, jardiniers et acteurs associatifs, institutionnels, politiques et professionnels français et étrangers ont été rassemblés avec l’objectif d’échanger des expériences et valeurs sur l’horticulture collective en milieu urbain (JTSE, 2012). Cette étape a été fondamentale pour l’articulation d’autres réseaux régionaux, ainsi que ses performances politiquement actives pour encourager la création de jardins partagés dans les villes françaises.

10À Paris, à son tour, Graine de Jardins est le réseau des jardins partagés créé en 2001. Représentant de JTSE en Île-de-France et reconnu par le Conseil de Paris, Graine de Jardins affirme réunir des acteurs associatifs et institutionnels afin de matérialiser des jardins partagés basés sur des valeurs communes de partage et solidarité. Le réseau parisien organise des campagnes d’adhésion et fournit un site contenant des informations sur tous les jardins enregistrés dans la région métropolitaine (Graine de Jardins, 2020).

11La Mairie de Paris a également fixé des objectifs pour 2020. L’incitation publique couvre les intérêts urbanistiques de l’agrandissement des espaces verts parisiens sur les terrasses, les balcons et les toits. L’agriculture urbaine envisage également les objectifs de matérialisation des corridors écologiques et de la biodiversité urbaine, qui couvrent l’ensemble du Grand Paris. En ce qui concerne plus particulièrement les jardins partagés, depuis 2003 le programme et la charte Main Verte officialisent le jardinage non commercial sur les espaces publics au moyen de la représentativité menée par les associations (Mairie de Paris, 2019).

12Dans le cadre de cette recherche, les territoires étudiés étaient : I. Centro Expandido (« Centre élargi ») de São Paulo (189,6 km2), avec 2.425.380 habitants et 11.544,6 hab./km2 ; II. Paris intra-muros (105,4 km2), avec 2.190.327 habitants et 20.934,4 hab./km2 (CET, 2019 ; Rouet, 2002). Le réveil du militantisme et de l’intérêt collectif pour la propagation de jardins partagés est récent dans les deux villes. Mais à Paris, l’articulation politique et les premiers jardins partagés ont vu le jour 10 ans avant São Paulo. Par conséquent, il est important de noter que le nombre de jardins partagés est très différent entre les deux villes. Jusqu’en 2020, 14 initiatives à São Paulo ont été visitées ; à Paris, 62 jardins ont été visités, mais le programme Main Verte comptait 129 jardins partagés dans la ville en 2019 (Mairie de Paris, 2019).

13La recherche empirique a été menée dans les espaces de collectifs ou des associations (dans des salles, des bâtiments, etc.) et, surtout, dans les jardins partagés. L’étude sur le terrain (programmée ou spontanée) s’est déroulée pratiquement en continu tout au long du processus de la recherche (2016-2020). Les jardins partagés sont dynamiques et, chaque jour, de nouveaux faits deviennent pertinents. Pendant la période de recherche à Paris (2018-2019), les terrains se sont déroulés dans les jardins partagés situés dans tous les arrondissements de la ville (seuls les 1er, 6e et 8e arrondissements ne disposaient pas de jardins partagés), plus fréquemment dans ceux situés dans les 3e, 4e, 7e, 10e et 14e arrondissements, du fait de la proximité des différents lieux de résidence du chercheur (il y avait trois lieux de résidence différents sur la durée totale du séjour) et aussi de la stratégie méthodologique d’agir dans les zones de proximité, cohérentes avec la vocation des jardins partagés, qui renforcent les relations de voisinage ; en plus de la participation au collectif parisien de jardinage de guérilla (guerrilla gardening).

14En raison du grand nombre de jardins partagés, il y a eu : I. des visites programmées ou spontanées, effectuées plus rapidement et ponctuellement ; II. de l’observation participante pendant les activités de jardinage et les réunions ; III. et de la participation quotidienne plus active, soit présentielle dans les jardin, soit virtuelle sur les réseaux sociaux. Une étude de cas détaillée n’a pas été développée pour chacun des jardins visités, mais on a produit une analyse globale des cas. Concernant la collecte d’informations auprès des jardiniers ou des militants, il y avait deux approches distinctes : la démarche menée dans un lieu éloigné de la pratique horticole et l’approche pendant le jardinage. Les diverses voix entendues et enregistrées ont permis d’obtenir des informations provenant des perspectives les plus différentes et dans / de différents contextes (Hardman, Larkham, 2014).

15Cet article est structuré en quatre sections : premièrement, nous présenterons la spatialité politique de l’agriculture urbaine à São Paulo et à Paris, en discutant les aspects du processus historique qui sont pertinents pour la compréhension de la construction conceptuelle d’une « agriculture urbaine militante ». Ensuite, nous reviendrons sur la conceptualisation de cette dernière. Nous mettrons en évidence le contenu idéologique et utopique présent dans le discours et les actions de cette « agriculture urbaine militante ». Enfin, nous présenterons des résultats empiriques dans les jardins partagés de São Paulo et Paris, en plus de les relier à une interprétation de leurs politiques publiques actuelles.

La spatialité politique de l’agriculture urbaine à São Paulo et à Paris

16À São Paulo, l’agriculture urbaine est présentée dans le plan local d’urbanisme comme une activité stratégique visant à bloquer l’extension horizontale continue de la ville, en particulier au-dessus des sources et des zones de la forêt atlantique à l’extrême sud de la ville, afin d’éviter le processus d’occupation irrégulière s’est produit, par exemple, près d’importants réservoirs d’eau de la région métropolitaine (zones de préservation de l’environnement), ce qui a eu une incidence sur la qualité des ressources en eau nécessaires à l’approvisionnement humain et aux activités agricoles de la région. Aux extrémités est et ouest, le processus de conurbation aux villes environnantes se consolident – même si, à l’extrême est, des zones sont encore disponibles et destinées à l’agriculture urbaine, mais le paysage est déjà assez urbanisé, contrairement à l’extrême sud. À son tour, dans la zone nord, la Serra da Cantareira (zone de montagne) différencie le tableau géomorphologique local, ayant contribué à freiner la propagation rapide de la ville. La réserve forestière de cette partie de la municipalité, bien que constamment soumise aux pressions du marché immobilier et des occupations clandestines, restreint également le processus d’expansion urbaine, délimitant une superficie de 7 916,52 hectares au Parc de la Cantareira (Parque Estadual da Cantareira, depuis 1994, déclaré partie de la Réserve de biosphère de la ville de São Paulo par l’UNESCO). Bien que la protection des sources de la région soit considérée comme stratégique pour l’approvisionnement en eau de la ville depuis le début du XXe siècle, il y a toujours eu une combinaison entre la spéculation immobilière, la présence de résidences haut de gamme et les bidonvilles (Langenbuch, 1971 ; Nagib, 2018 ; Nakamura, 2017).

17En juillet 2014, l’ancien maire Fernando Haddad (Parti des travailleurs) a approuvé le nouveau plan local d’urbanisme de São Paulo, qui reconstitue la zone rurale, en l’insérant sous le nom de « Macro-zones de contention urbaine et utilisation durable et de préservation d’écosystèmes naturels », représentant 399 km2 (26,2 % du territoire municipal) où il est devenu interdit d’installer le terrain à des fins urbaines. Outre ce changement axé sur la préservation de l’environnement et une nouvelle tentative juridique d’empêcher l’expansion horizontale de la ville, le nouveau plan local d’urbanisme vise à encourager les liens plus étroits entre producteurs alimentaires et consommateurs, à favoriser la transition vers l’agriculture biologique et agroécologique dans la municipalité et à établir des relations directes avec les sphères du pouvoir fédéral, dans l’espoir d’élargir les incitations publiques destinées aux agriculteurs locaux (surtout dans l’extrême sud) et de régulariser le problème foncier de ceux qui ne possèdent pas leur titre de propriété. Les jardins partagés, quant à eux, sont cités deux fois dans le nouveau plan local d’urbanisme : l’une des actions prioritaires du système d’équipement urbain et social, afin de promouvoir l’éducation environnementale et la sécurité alimentaire ; et comme l’une des propositions possibles qu’un plan de quartier peut contenir (« mise en place de jardins partagés »), il s’agit d’un instrument de planification municipale qui doit être élaboré par les associations de quartier, les subpréfectures (équivalant aux mairies d’arrondissements) et avec la participation de conseils participatifs (Miketen, 2013 ; Prefeitura de São Paulo, 2014).

18L’administration municipale dispose également du Département de l’agriculture, chargé de promouvoir le développement rural durable et la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la ville. Son personnel devrait fournir une assistance aux agriculteurs dont les bases opérationnelles sont les deux Maisons de l’agriculture écologique (Casas de Agricultura Ecológica – CAE), dont l’une est situé à Parelheiros (au sud), région comptant environ 400 agriculteurs, et l’autre, à São Mateus (zone est), où il y a environ 80 agriculteurs. À Parelheiros, la CAE concentre ses efforts sur le soutien de l’agriculture traditionnelle de la région, basée sur de petites exploitations et qui se distingue par l’horticulture, dont la production est commercialisée dans les foires et les marchés de la capitale. Ces dernières années, la production biologique et agroécologique a augmenté, notamment la Coopérative agroécologique de producteurs ruraux et de l’eau propre de la région sud de São Paulo (COOPERAPAS). À São Mateus et dans l’ensemble de la zone est, la production est réalisée sous des lignes à haute tension et des conduites d’eau, et la vie des producteurs n’est généralement pas liée à la production traditionnelle du maraîchage périurbain de São Paulo, et de telles activités agricoles font partie des possibilités de complément de revenu pour une population socialement plus vulnérable. L’agriculture agroécologique s’est également distinguée dans cette région, en particulier les 40 producteurs de l’Association des agriculteurs de la zone est (Associação de Agricultores da Zona Leste – AAZL) (Paaocsp, 2013 ; Prefeitura de São Paulo, 2018).

19Les jardins partagés, cependant, n’ont jamais été au centre des préoccupations des pouvoirs municipaux et ont été traités de manière transversale dans les politiques et programmes publics concernant l’ensemble des pratiques en matière d’agriculture urbaine. Dans la ville de São Paulo, les premières concrétisations de ce type d’initiatives horticoles datent des années 2010 et se sont illustrées par des mobilisations citoyennes non institutionnalisées, en particulier par l’émergence du réseau Hortelões Urbanos et de Horta das Corujas (le premier jardin partagé) ce qui, à son tour, a entraîné des changements dans la façon dont les divers acteurs comprennent ce type d’organisation spatiale dans l’ensemble des expressions de l’agriculture urbaine (Nagib, 2018).

20En 2013, le conseiller municipal Nabil Bonduki (Parti des travailleurs) a présenté un substitut de projet de loi prévoyant la gestion participative des places publiques de la ville de São Paulo et en fixant les objectifs, les principes et les instruments. Parmi les équipements et le mobilier urbain que les places pourraient avoir, les jardins partagés biologiques ont été inclus. Les Hortelões Urbanos ont joué un rôle important dans l’inclusion des jardins partagés dans le projet de loi et ont garanti une reconnaissance minimale du gouvernement. Bien que l’ancien maire, Fernando Haddad, ait promulgué en juin 2015 la loi sur la gestion participative des places à São Paulo et le fait qu’elle était célébrée par des activistes, il n’y a toujours pas de réglementation pour le jardinage citoyen en ville (Nagib, 2018).

21Afin de renforcer politiquement les initiatives de jardins partagés de la ville, d’échanger des expériences et de s’entraider, l’Union des jardins partagés de São Paulo (União de Hortas Comunitárias de São Paulo – UHCSP) a vu le jour en mars 2018. Le collectif réunit des représentants d’une dizaine d’initiatives en considérant les jardins partagés comme étant ceux qui : I. n’utilisent pas de produits chimiques ou de pesticides ; II. respectent la nature et suivent les principes de l’agroécologie et de la permaculture ; III. l’utilisation de l’espace, son travail, sa gestion et sa récolte se font de manière collective, collaborative et inclusive ; IV. promeuvent des activités gratuites d’éducation à l’environnement ouvertes au public ; V. partagent la récolte librement entre les volontaires et la collectivité locale.

22Ce collectif de jardins n’est pas une organisation associative formelle avec statut et siège administratif. Il reste dans le même schéma d’organisation typique du réseau « d’agriculture urbaine militante » à São Paulo, qui promeut des événements et mène des actions dans l’espace urbain sans statut ou logique de fonctionnement bureaucratique. Ses membres, qui sont des jardiniers, tiennent des réunions mensuelles pour discuter des moyens possibles d’agir en faveur des jardins partagés de la ville, en définissant des stratégies de communication pour faire face au pouvoir public et à la société civile dans son ensemble, dans les domaines les plus divers : aux conseils participatifs, à l’assemblée législative, dans la production de recherches scientifiques, avec les institutions d’appui à la cause, etc. Ainsi, à São Paulo, les jardins partagés (figures 1 et 2) constituent une réponse citoyenne et militante face à l’absence de politique publique en la matière et un moyen de revendication qui englobe une série de questions socio-environnementales urbaines, renforçant l’importance déjà reconnue de l’agriculture périurbaine productive des zones rurales.

Figure 1. Horta das Corujas

Figure 1. Horta das Corujas

Le premier jardin partagé de la ville de São Paulo, Horta das Corujas, est situé dans une place publique du quartier de la Vila Betariz et il a été créé en 2012 par un groupe de militants qui deviendrait connu sous le nom de Hortelões Urbanos.

Photo de l’auteur, décembre 2019

Figure 2. Horta do Centro Cultural de São Paulo (CCSP)

Figure 2. Horta do Centro Cultural de São Paulo (CCSP)

Ce jardin est situé sur une petite portion de toit vert de l’un des principaux centres culturels de la ville. Les deux jardins n’ont pas de parcelles individuelles et les cultures sont cultivées en respectant les principes agroécologiques et permaculturels, en privilégiant la diversité des espèces, cultivées ensemble.

Photo de l’auteur, mars 2020

23Paris, à son tour, présente une densité de population particulièrement élevée – 20.934,4 hab./km2 –, qui a permis une plus grande concentration de commerces et de services à proximité du lieu de résidence, facilitant ainsi les déplacements quotidiens à pied. La topographie essentiellement plate facilite également l’utilisation accrue de vélos et de trottinettes dans la ville pour différents besoins quotidiens. Paradoxalement, la forte densité de population a réduit la disponibilité des zones vertes. La concurrence pour les terrains urbains non encore construits implique des conflits d’intérêts immobiliers (rentier et commercial) et tend à élargir les défis urbanistiques de l’État, notamment en ce qui concerne l’offre d’espaces verts à la population et leur meilleure répartition entre les quartiers et les arrondissements – 85 % des quartiers parisiens ont moins de 10 m2 d’espaces verts par habitant (Île-de-France, 2017 ; Rouet, 2002 ; Torre et al., 2013).

24L’agriculture urbaine se présente dans ce contexte comme une possibilité d’élargir l’espace vert parisien. L’État a commencé à voir dans cette activité un mécanisme d’expansion de la couverture végétale, associé à l’augmentation de la biodiversité urbaine et à l’ouverture d’un nouveau front économique, issu de la production d’aliments dans la ville. Devant le manque de terrains disponibles pour le développement de l’agriculture urbaine ou la création de nouvelles places et parcs, la Mairie de Paris a également commencé à stimuler la végétalisation productive sur les murs et les toits de la ville, et en outre à introduire des espèces comestibles systématiquement et dans un but pédagogique dans les parcs, squares et places existants (Mairie de Paris, 2019).

  • 1 Anne Hidalgo (Parti socialiste) a été élue pour un nouveau mandat de six ans aux élections municipa (...)

25À Paris, en ce qui concerne l’action de la mairie, l’agriculture urbaine est devenue l’un des principaux fronts de l’agenda environnemental, notamment depuis 2003, avec le lancement du programme Main Verte. Plus généralement, la question environnementale a acquis une plus grande pertinence politique et médiatique, notamment avec les administrations de Bertrand Delanoë (2001-2014) et d’Anne Hidalgo (2014-2020)1 – en 2014, la Mairie de Paris a fixé des objectifs pour la matérialisation de 100 hectares de végétalisation du bâti d’ici 2020.

26Avant les années 2000, les jardins partagés n’étaient pas parmi les pratiques les plus courantes des Parisiens. Certaines initiatives commençaient à émerger, comme le Jardin Solidaire de 2001, considéré comme le premier jardin partagé de Paris. Cependant, après l’élection de Bertrand Delanoë, un nombre croissant d’associations et de collectifs ont été encouragés à présenter de plus en plus de demandes de jardins partagés à la mairie. C’est à ce moment-là que Graine de Jardins, l’association qui assume le rôle de représentante du réseau de jardins partagés locaux (qui avait également été créé en 2001), a été contactée dès les premiers mois de cette administration et, depuis lors, elle représente le réseau national des jardins partagés français (Le Jardin Dans Tous Ses États) en Île-de-France.

27À partir de ce rapprochement entre la mairie et Graine de Jardins, il s’agissait d’identifier le potentiel de jardinage de Paris tout en modélisant les politiques publiques existantes d’autres importantes villes françaises, telles que Rennes, Lyon et Lille, mais surtout dans les métropoles étrangères telles que Montréal et Toronto (l’agriculture urbaine au Canada est reconnue internationalement), et à New York, où le processus de réglementation des jardins partagés a commencé dans les années 1970 (Acteurs du Paris Durable, 2014 ; Baudelet, Basset, Le Roy, 2008).

28La proposition d’un programme parisien de jardins partagés a fait l’objet de nombreuses discussions au fil des mois, car elle impliquait différentes dimensions socio-spatiales, telles que : comment concevoir une ville fortement densifiée ; fournir un véritable outil aux citoyens pour transformer la ville par une intervention directe dans l’espace ; et créer un nouveau modèle juridique d’espace partagé, qu’il soit de propriété publique ou privée. Ce dernier point était le plus laborieux du point de vue du processus de construction politique, car : il définissait que les associations représenteraient le collectif d’habitants avec le pouvoir public ; créait un modèle unique pour tous les jardins partagés à suivre, quelles que soient leurs conditions particulières ; devait être satisfaisant pour les différentes échelles de gouvernement local, à savoir à la fois la mairie et les mairies d’arrondissements (Acteurs du Paris Durable, 2014).

29En 2001, le pouvoir public a été incité à répondre à la demande citoyenne concernant la matérialisation de jardins partagés dans la capitale. Les études et débats, alors dirigés par la ville, ont nécessité deux années de maturation et de négociations politiques pour devenir officiellement une réalité. Lancé en juin 2003, le programme Main Verte est devenu une expérience inédite, en défendant que les associations représenteraient le collectif d’habitants auprès de la mairie et qu’il y aurait un modèle unique à suivre par tous les jardins partagés (Mairie de Paris, 2019). L’agriculture urbaine, dans la typologie des jardins partagés, a exigé la mobilisation de différents groupes de riverains, avec leurs différentes idéologies et classes sociales, pour élaborer sur le papier un nouveau projet de ville.

30Lorsqu’ils entrent dans le champ de la légalité, les jardins partagés doivent être gérés et représentés par des associations, les représentants légalement non officiels des habitants. Cependant, le fonctionnement et la vie quotidienne de chaque jardin partagé représentent des réalités très particulières, variant selon les idéologies, les intérêts d’action, les conditions économiques et le statut foncier où ils se sont matérialisés. Si dans les espaces publics (généralement des squares, places et parcs), les jardins partagés demandent une nouvelle compréhension du gouvernement et de la collectivité concernant les modèles d’occupation et d’utilisation de ces espaces. En ce sens, l’esprit de citoyenneté est élargi par la pratique démocratique sur le territoire, sans beaucoup d’intermédiaires, plaçant le citoyen ordinaire en contact direct avec les agents du pouvoir public, exigeant à la fois de savoir négocier leurs revendications et de trouver un moyen harmonieux (via consensus) pour assurer la continuité de l’action dans la légalité (Mathivet, 2014).

31L’élaboration de politiques et de programmes publics en faveur de l’agriculture urbaine, en particulier des jardins partagés, était un objectif souhaité par les experts et les militants de la cause à Paris, principalement en raison des garanties d’accès à la terre des collectifs et des associations, permettant ainsi la continuité des initiatives matérialisées et en évitant les frustrations liées à d’éventuels changements partisans et administratifs (Baudelet, 2011). Comme Demailly et Darly (2017) le mettent en évidence, l’évolution actuelle des jardins partagés parisiens montre qu’elle résulte de l’engagement des citoyens dans la négociation de l’accès à la terre, ce qui a abouti à des formes de jardinage plus collaboratives. Depuis le Jardin Solidaire de 2001, Paris comptait 129 jardins partagés en 2019 selon la mairie (figures 3 et 4) (Mairie de Paris, 2019).

Figure 3. Le Jardins d’Abel, dans le 13e arrondissement de Paris

Figure 3. Le Jardins d’Abel, dans le 13e arrondissement de Paris

Ce jardin est situé dans un espace totalement ouvert sur une place publique et où il n’y avait pas de parcelles individuelles et les cultures effectuées étaient marquées de petits panneaux en bois colorés.

Photo de l’auteur, juin 2019

Figure 4. Le Jardin de Perlimpinpin, dans le 17e arrondissement de Paris

Figure 4. Le Jardin de Perlimpinpin, dans le 17e arrondissement de Paris

Ce jardin est situé dans un grand espace vert public, où le jardin est bien délimité et possède un petit portail près de la rue. Dans le jardin, il y avait des parcelles collectives et individuelles, avec la culture de plantes alimentaires et de fleurs, en particulier des tulipes, au printemps.

Photo de l’auteur, avril 2019

Vers une agriculture urbaine militante

32« L’agriculture urbaine militante » a différentes méthodes de matérialisation, qui peuvent se produire par le « jardinage de guérilla », c’est-à-dire l’occupation sans autorisation préalable de terres urbaines publiques ou privées à des fins agricoles (Reynolds, 2009) ; ou à travers des collectifs, associations et autres mouvements citoyens, à caractère communautaire, local ou de quartier, afin de favoriser la réoccupation des espaces (publics) de la ville (Demailly, 2014). On comprend les deux méthodologies d’action citoyenne « comme outil et enjeu de géopolitique locale » (Ibid., p. 9) et comme des types de militantisme à l’échelle locale qui visent à donner un autre sens politique à l’espace urbain ; favoriser la reconnexion avec la nature ; éveiller l’esprit du travail coopératif non productif et non monétaire ; et créer de nouvelles relations sociales de proximité.

33À travers le cas de cette activité horticole pratiquée collectivement dans un espace commun, il devient donc possible de comprendre et d’analyser de manière critique la ville (Tornaghi, 2014) et les cadres de crise urbaine contemporaine, en présentant des alternatives pour les perspectives d’un monde de plus en plus urbanisé (la ville est la matérialité spatiale avec plus de poids politique), et le droit à la ville (Lefebvre, 1969) se renforce en tant qu’agenda politique et environnemental (Mathivet, 2014).

34Il est courant que les modèles urbains stimulent la formation de villes fragmentées ou ne contribuent pas à la consolidation de plans urbains véritablement démocratiques en termes d’utilisation et d’occupation de l’espace, ce qui aboutit à la ségrégation (Rolnik, 1997). À partir de ce cadre de contradictions et de leur relation dialectique, le militantisme est un mécanisme important pour lutter à fin d’améliorer la qualité de vie de la population, avec des actions visant à réduire les inégalités et les discriminations (Reynolds, 2014), y compris de nouvelles lectures utopiques sur l’espace – et cette analyse de l’espace devient essentiellement politique.

35Il s’agit du militantisme qui occupe les espaces publics dans l’intention de concrétiser des initiatives collectives, où les citoyens peuvent s’autonomiser pour stimuler le travail solidaire en faveur d’une utilisation démocratique de l’espace urbain. L’échange d’expériences, l’apprentissage en équipe et les activités liées aux arts et à l’éducation environnementale, par exemple, stimulent la conception d’un autre urbain, fondé sur des relations de solidarité, non marchandes et recherchant la pluralité des idées.

36En ce qui concerne le militantisme spécifiquement pour l’agriculture urbaine, ses agents apportent au champ de la pratique quotidienne une série de questions politico-idéologiques découlant de sa revendication première : l’utilisation de la ville à des fins agricoles (Reynolds, 2009). Lorsque des groupes urbains se joignent à la lutte pour attribuer les zones intra-urbaines aux cultures vivrières et à l’élevage, une nouvelle lecture spatiale est introduite et nécessite de nouvelles positions face à un arrangement matériel qui semble anachronique ou assez éloigné du mode de vie urbain actuel.

37« L’agriculture urbaine militante » s’intéresse aux problèmes locaux, liés aux problèmes culturels et aux demandes des citoyens, tout en revendiquant, dans sa dimension spatiale, les aspirations qui sont discutées dans le processus de mondialisation. Elle se présente comme un mécanisme de promotion d’interventions dans l’espace public, animé par des collectivités distinctes et matérialisé par le désir de transformation de la vie quotidienne. Dans une certaine mesure, l’agriculture urbaine lutte contre les effets du processus d’urbanisation rapide et intense. Finalement, il s’agit du militantisme lorsque les citoyens utilisent l’agriculture urbaine pour repenser et transformer l’espace urbain en lui donnant une dynamique de voisinage, le renforcement de la solidarité, la reconnexion avec la nature, la connaissance de l’origine des aliments, l’éducation environnementale et la promotion de différentes activités (arts, sports, alimentation saine, etc.) (Mougeot, 2005 ; Nagib, 2018).

De l’essence idéologique (et utopique) de l’agriculture urbaine militante

38Selon Schumacher (2010), la taille appropriée correspond à ce que l’on essaie de faire. Une analyse et une action à petite échelle (« small is beautiful ») contribuent à répandre la perception selon laquelle les êtres humains sont mieux organisés dans les territoires plus petits (à l’échelle locale) que les gouvernements ou les entreprises qui travaillent à des échelles considérées, par l’auteur, mégalomanes. Il a aussi soulevé la question de la taille d’une ville, par exemple, en soulignant que dans les métropoles telles que Londres, New York et Tokyo – et on peut ajouter São Paulo et Paris –, la surpopulation est liée à la dégradation humaine et que, partout, des problèmes semblent se poser plus rapidement que les solutions.

39L’engagement des citoyens ordinaires dans les affaires concernant leurs localités, qui vivent dans des villes petites ou grandes des continents les plus divers et dans les environnements et les situations sociales les plus différents, aboutit à ce que Manier (2012) qualifie de « petites révolutions ». Ceux-ci, chacun dans son domaine, introduisent des solutions que ni les gouvernements ni les entreprises privées ne peuvent faire, mais répondraient à la plupart des maux du monde, tels que l’inversion du processus de désertification, de la lutte contre la faim, de la création d’emplois, de l’autogestion dans la distribution de l’eau ou du développement d’une agriculture durable.

40Dowbor (2008) affirme que, depuis notre enfance, nous sommes amenés à croire que l’État est le responsable naturel de l’organisation de notre vie quotidienne. Ce que l’auteur appelle « le pouvoir local » gagne en importance au cours des dernières décennies, permettant aux personnes de déterminer le destin de leur espace de reproduction par le biais de la décentralisation, de la bureaucratie et de la participation collective.

41Selon Robertson (1983), la société industrielle touche à sa limite et les gens se sentent de plus en plus pris au piège et « sans valeur » dans l’exercice de leurs fonctions professionnelles. On assiste actuellement à des transformations non-violentes de la société, au moment où les personnes décident de changer le sens de leur vie et, partant, de la structure des relations sociales en général, en recherchant des alternatives qui réduisent leur dépendance excessive au système d’institutions créées par la société industrielle. De tels changements pacifiques de caractère personnel et collectif seraient ainsi les traits distinctifs de la « révolution contemporaine ».

42Il ne s’agit pas ici de présenter une analyse qui romance une perspective utopique de transformation de l’urbain, mais d’approprier le discours utopique sur le droit à la ville (Lefebvre, 1969) afin de porter au champ d’action une voie de réelle transformation de l’espace urbain. Évidemment, les mouvements citoyens impliqués dans les initiatives de jardins partagés ne sont pas de parfaits projets de démocratie et d’inclusion dans leur ensemble (Mestdagh, 2016), mais à partir du moment où les jardins sont situés dans un espace public, la démocratisation de l’utilisation des terres urbaines doit être une condition institutionnelle de leur existence. À Paris comme à São Paulo, les garanties légales d’utilisation et d’occupation des espaces publics qui donnent des droits égaux aux citoyens guident l’horizontalité des relations sociales au sein des jardins. Notamment, ces jardins peuvent reproduire la logique socio-spatiale du quartier où ils se situent, montrant, dans l’espace public, les ségrégations existant dans les sociétés capitalistes qui visent à faire de la ville l’espace de reproduction du capital et ses relations inhérentes à l’inégalité (Harvey, 2011). Cependant, les principes démocratiques d’utilisation et de partage de l’espace public sont des pistes de réflexion et de critique du modèle néolibéral en vigueur.

43La logique de l’inégalité est inhérente à la production de la ville capitaliste (Lefebvre, 2000) et bien avant une « tendance » actuelle à se regrouper autour de jardins partagés. Ces initiatives visent à renforcer les liens de solidarité et de coopération entre ses membres, en diversifiant l’équipement des places, squares et parcs, en plus de donner le droit de réclamer des habitants du quartier pour participer à cet espace de plantation (Tracey, 2007). L’approche des éléments de la nature (terre, graines et plantes), le détachement de ce qui est cultivé dans les parcelles collectives et la capacité à créer de la cohésion et à résoudre par eux-mêmes les intrigues et problèmes internes possibles, sont autant d’éléments qui stimulent l’autonomie et le dialogue, socialisent les espaces et produisent un nouveau paysage urbain à travers leur propre travail (McKay, 2011).

L’approche empirique à São Paulo et Paris

44Dans les jardins partagés de São Paulo, les cultures directement au sol sont prédominantes (par opposition aux structures suspendues). La ville ne fournit aucun type de support et de matériel aux jardins. Cependant, en raison de l’implication de nombreux jardiniers dans les conseils participatifs et après de négociations informelles avec les autorités locales, la municipalité offre parfois des surplus de matériaux qui ne seront pas utilisés par les services publics. La question de l’eau est un défi majeur pour l’existence de jardins partagés à São Paulo. Puisque les robinets ne sont pas autorisés sur les places publiques, les jardiniers doivent trouver leurs moyens pour maintenir les plantes en vie. Parmi les principales alternatives figurent l’installation de réservoirs pour stocker l’eau de la nappe phréatique ou de la pluie.

45En ce qui concerne la délimitation physique des jardins, il n’y a pas de parcelles individuelles, ce qui permet à tous de planter et de récolter collectivement. Afin d’éviter les tensions entre les jardiniers, il est d’usage d’identifier les parcelles avec le processus en cours : s’il y a des espèces qui viennent d’être replantées, s’il faut attendre pour intervenir, si elles sont déjà prêtes pour la récolte, ou s’il s’agit d’une parcelle réservée à une école du quartier. Il n’y a pas de liste d’attente pour faire partie d’un jardin partagé à São Paulo. Pour ceux qui sont intéressés, il suffit de s’impliquer dedans et de commencer à y participer. Les moyens de communication les plus utilisés sont Facebook et WhatsApp, que ce soit entre jardiniers ou entre eux et de nouveaux intéressés.

46La plupart des jardins partagés de São Paulo suivent les principes de l’agroécologie et de la permaculture. Les parcelles mélangent les espèces, selon la méthode de culture intercalaire, et contiennent généralement des panneaux explicatifs à des fins pédagogiques. Les fleurs sont moins fréquentes à São Paulo, mais elles ont gagné de l’espace ces dernières années grâce au militantisme en faveur des abeilles sauvages qui n’ont pas de dard. L’une des grandes spécificités des jardins partagés de São Paulo est l’attention (et la publicité) pour les plantes alimentaires non conventionnelles (PANC) : des plantes alimentaires qui ne sont pas communes ni utilisées par une grande partie de la population, elles peuvent être spontanées ou cultivées (Kinupp, Lorenzi, 2015). Les hôtels à insectes sont peu fréquents, car les conditions climatiques ne nécessitent pas ce type de méthode, compte tenu de l’hiver moins rigoureux par rapport à Paris.

47« J’aime voir comment chaque jardin de la ville a une atmosphère complètement différente de l’autre ». Ce témoignage révèle le profil hétérogène des jardins partagés de São Paulo, non seulement en relation avec les perceptions du paysage, mais aussi de l’ensemble des acteurs qui les ont matérialisés. Des personnes de différents groupes de revenus et professions participent aux jardins. À São Paulo, le réseau UHCSP et l’interaction entre les jardiniers de différentes régions de la ville signifient qu’il y a des échanges fréquents entre les initiatives, en particulier lors des ateliers ou des fêtes dans les jardins. Cependant, il est vrai que les contacts quotidiens entre des personnes de classes sociales très différentes sont sporadiques, car les jardins reproduisent généralement la réalité des quartiers (riches ou pauvres) où ils se trouvent. Comme São Paulo est très inégale et la ségrégation spatiale est l’une de ses caractéristiques les plus perverses, la vie quotidienne des quartiers ne révèle guère de convivialité caractérisée par l’hétérogénéité des classes (Rolnik, 1997).

48Les jardins ouverts 24 heures sur 24 tendent à permettre une plus grande démocratisation de l’espace, car, même si beaucoup de gens qui passent ne sont pas des jardiniers permanents ou des militants de la cause, ils finissent par utiliser l’espace, récolter ou planter des espèces végétales, échanger des informations avec un jardinier, ou même simplement utiliser l’espace comme lieu de repos temporaire, ce qui rend très difficile de spécifier qui sont toutes les personnes qui établissent une sorte de relation avec les jardins.

49Par rapport aux positions politico-idéologiques, à São Paulo, il y a une convergence d’idées : tous les témoignages, indépendamment des opinions partisanes, se sont révélés sensibles aux enjeux environnementaux, que ce soit par rapport à l’importance des espaces verts dans la ville, de la permaculture et de la agroécologie ; l’expansion de la biodiversité urbaine ; la reconnexion des citoyens avec la nature ; la destination des déchets organiques (la question du compostage) ; le problème de la disponibilité et de l’approvisionnement en eau dans la ville ; la sensibilisation à la nourriture ; ou le problème du réchauffement climatique et des îlots de chaleur dans les zones urbaines. En ce qui concerne les préférences politiques, on ne peut pas dire qu’il y a un profil lié à un parti politique spécifique pour chacun des 14 jardins étudiés.

50La tranche d’âge des jardiniers est variée, même si la présence de jeunes entre 12 et 18 ans n’a pas non plus été retrouvée, sauf à l’occasion des ateliers et festivités spécifiques proposés tout au long de l’année et dans la condition de compagnons de leurs parents / familles. Les activités scolaires sporadiques observées tout au long de la recherche ont coïncidé avec des visites d’enfants jusqu’à 10 ans accompagnés de leurs enseignants, ou avec des groupes d’étudiants et de chercheurs universitaires. La présence de personnes âgées n’est pas si marquée, et pour cette raison, elles sont bien connues des autres habitués. Bien que nous ayons vu des personnes des tranches d’âge et des professions les plus variées, le public féminin entre 40 et 60 ans est prédominant. Les jardiniers ont les professions les plus diverses (enseignants, médecins, artistes, étudiants, chercheurs, ingénieurs, journalistes, avocats, etc.), et par conséquent, il n’est pas non plus possible d’établir une relation entre champ professionnel et affinité avec l’horticulture collective. Dans toutes les déclarations, les jardiniers se définissent comme des « militants » spontanément ou lorsqu’on leur pose cette question.

51À Paris, l’hétérogénéité des jardins partagés attire également l’attention sous différents aspects. Les cultures sont basées directement au sol local ou dans des structures suspendues. La ville fournit du sol propre, assurant la sécurité contre d’éventuelles sources de contamination. Il y a des jardins qui ont la délimitation physique traditionnelle des parcelles, d’autres dans lesquels les délimitations ne peuvent être perçues exactement, à l’exception des chemins étroits pour la circulation. Il y a des jardins qui divisent les parcelles entre leurs membres, dans lesquels chaque individu ou groupe de jardiniers assure l’entretien uniquement dans sa partie respective ; et il y a des jardins qui ne déterminent pas les parcelles et tout le monde peut intervenir là où cela est jugé nécessaire, et les activités d’entretien sont généralement convenues à l’avance par les jardiniers, soit dans le jardin, soit par e-mail, texto, WhatsApp, etc.

52Il existe aussi des modèles mixtes, dans lesquels les jardiniers les plus anciens et les plus fréquents ont leurs propres parcelles, mais il y a aussi des parcelles collectives, où il y a ceux qui sont sur la liste d’attente pour une parcelle individuelle ou ceux qui visitent le lieu avec une faible fréquence. L’attente pour une parcelle individuelle est également très variable, il y a eu des témoignages qui ne révèlent aucune alternance d’une année à l’autre, ou une alternance de six parcelles par an (dans des jardins plus grands, qui comptaient environ 40 parcelles) ; la liste d’attente pour une parcelle peut être longue, dans certains cas, jusqu’à 100 personnes. En raison de la fonction pédagogique des jardins, de nombreuses initiatives visitées avaient des parcelles réservées aux enfants des écoles adjacentes. Il n’est pas rare que des parcelles soient réservées à des associations qui développent des projets pour les personnes âgées et pour des activités d’insertion sociale.

53Tous les 62 jardins visités avaient un certain nombre d’espèces cultivées de manière non uniforme et suivant la méthode de plantation intercalaire. Inspiré de la permaculture et de l’agroécologie, aucun jardin n’avait de rangées du même légume, rompant le paradigme classique de l’horticulture commerciale. Les légumes ont été mélangés à des fleurs et plantes sauvages (spontanées), afin de stimuler la reproduction des insectes et de faciliter la pollinisation. Les jardins avaient des hôtels à insectes et parfois des ruches en bois.

54Il n’est pas possible d’établir un profil unique pour ceux qui sont engagés dans les jardins partagés parisiens. De nombreuses associations, qui sont chargées de la gestion des jardins, mènent des activités d’insertion sociale, en plus de la satisfaction d’un groupe homogène d’habitants du quartier. Chaque jardin est une initiative différente, avec des propositions différentes, qui peuvent être plus ou moins hétérogènes. Les relations d’amitié au-delà du « monde » des jardins et des temps d’activités conjointes ne peuvent être appréhendées uniquement avec ce qui est observé dans l’espace horticole. Les barrières à l’intégration sociale sont beaucoup plus grandes, atteignant l’éducation scolaire, le lieu de résidence et toutes les opportunités de vie qui sont limitées par la situation financière de la famille ou de l’individu.

55Quant aux positions politiques et idéologiques, appréhendées en posant des questions par e-mail dans dix jardins différents (une personne a répondu au nom de chaque jardin) et en observant et en discutant sur le terrain avec des dizaines de jardiniers, c’est un sujet de plus grande convergence : tous les témoignages révèlent une certaine prise de conscience environnementale, que ce soit en relation avec l’importance des espaces verts en ville, la permaculture et l’agroécologie ; l’expansion de la biodiversité urbaine ; la reconnexion avec la nature ; la destination des déchets organiques (la question du compostage) ; la sensibilisation à l’alimentation saine ; ou le problème du réchauffement climatique et des îlots de chaleur dans les zones urbaines. En ce qui concerne les préférences politiques, la grande majorité des témoignages informels révèlent une plus grande affinité avec la « gauche écologique », et il n’y a pas eu d’expressions de soutien ou d’identification avec des groupes politiques d’extrême droite.

56La tranche d’âge des jardiniers est très variée, même si la présence de jeunes entre 12 et 20 ans n’a été constatée dans aucune visite de terrain, sauf dans des activités spécifiques, des festivals ou des ateliers proposés tout au long de l’année, qui bénéficient d’incitations et / ou publicité de la mairie. Les activités scolaires sporadiques observées tout au long de la recherche ont toujours coïncidé avec des visites d’enfants jusqu’à 10 ans, accompagnés d’un animateur et / ou d’un enseignant. En revanche, la présence des personnes âgées (plus de 60 ans) et des retraités est remarquable, justifiée par le temps libre à consacrer au jardinage ; il y a aussi l’assiduité des femmes de plus de 45 ans ; et des générations de jeunes parents, qui fréquentent les jardins avec leurs jeunes enfants. Notons enfin que les jardiniers parisiens avaient les métiers les plus divers (enseignants, artistes, fonctionnaires, étudiants, chercheurs, ingénieurs, jardiniers, paysagistes, architectes, etc.), et il n’est pas possible d’établir une relation entre domaine professionnel et affinité avec l’horticulture urbaine.

57Le soi-disant aspect « militant » des jardiniers parisiens n’est pas évident. Les messages envoyés directement aux associations qui prennent en charge les jardins devant la mairie (dix réponses différentes) et les entretiens dans les terrains (des dizaines, avec des bénévoles de tous les jardins visités), environ la moitié des jardiniers ont immédiatement pris la posture « militante », considérant que, d’une certaine manière, le dévouement aux activités horticoles a une finalité socio-spatiale, que ce soit dans les relations de voisinage, ou avec la transformation des espaces publics de la ville. L’engagement direct dans les espaces verts municipaux se traduit par des discours optimistes, qui symbolisent la fierté du dévouement quotidien des personnes interrogées. L’autre moitié des jardiniers consultés disent aussitôt qu’ils ne se considèrent pas comme militants. Cependant, après avoir approfondi la discussion, nombre d’entre eux s’accordent à dire qu’ils peuvent être considérés comme des militants en raison de leur contribution à la transformation de la ville ou de son quartier.

58Chaque jardin se révèle, dans l’ensemble des pratiques et actions quotidiennes des jardiniers, un système complexe et très particulier, avec ses propres règles et avec une identité tout à fait unique, exprimé par la rencontre d’individus qui fréquentent, produisent et consomment ces lieux (Massey, 1991). Le nombre de visiteurs par jardin est très varié, en fonction des activités menées. Comme le souligne Torres (2017), le nombre de membres par association peut varier entre dix et plus d’une centaine, et lorsqu’il y en a beaucoup, la plupart peuvent soutenir l’initiative, mais pas exactement correspondre à un ensemble de jardiniers engagés.

59Après ces considérations, il est encore possible de faire quelques remarques entre les deux villes. À São Paulo, bien qu’il existe un programme axé sur l’agriculture urbaine et que le plan d’urbanisme local reconnaisse l’existence d’une « zone rurale » sur l’ensemble du territoire municipal, correspondant à environ un tiers de son territoire total, la pratique de l’agriculture intra-urbaine et plus particulièrement les jardins partagés ne font pas spécifiquement l’objet de politique ou de programme.

60En ce sens, les mouvements citoyens sont spontanément organisés et occupent des espaces publics à des fins horticoles sans autorisation préalable de la ville. Cette soi-disant pratique est très similaire à ce que l’on a appelé le « jardinage de guérilla ». Dans le cas de São Paulo, la mairie est appelée à posteriori à légitimer l’action citoyenne et à garantir sa pérennité, afin de démontrer qu’il s’agit d’une pratique collective, ouverte à l’ensemble de la communauté du quartier et aussi de démontrer qu’il n’y a pas de privatisation de l’espace public. Les jardins partagés deviennent ainsi un autre équipement possible dans une place ou square, où il n’y a pas de délimitation de parcelles personnelles.

61La relation entre les mouvements citoyens et les politiques de la ville n’est cependant pas toujours harmonieuse. La mairie garantit la pérennité des jardins partagés lorsqu’ils n’apparaissent pas comme sources de conflits entre les habitants du quartier et sont animés par des groupes présents dans les associations ou les conseils participatifs locaux. En d’autres termes, les jardins partagés sont le résultat d’une construction politique par des groupes de citoyens déterminés à utiliser des parcelles collectives pour la production d’aliments biologiques dans l’espace public.

62À Paris, en revanche, cette négociation informelle ou liée par d’autres moyens d’accès au pouvoir institutionnel n’est pas nécessaire, puisque la ville dispose d’un programme spécifique à cet effet : le Main Verte. Dans cette mesure, les citoyens qui souhaitent créer un jardin partagé disposent des canaux institutionnels pour légitimer leur action, en plus du soutien et des règles claires établies par la ville. Les jardins partagés ne sont pas des œuvres de la mairie, car leur existence est conditionnée au désir des citoyens de s’engager dans ces initiatives, et ce sont eux qui demandent une parcelle de l’espace public pour commencer des potagers.

63À São Paulo, les jardiniers soulignent dans leurs discours le fait de planter de la « nourriture » (ou des « espèces comestibles ») dans la ville et de « soigner » ou « (ré) occuper » les espaces publics. À cet égard, nous pouvons souligner que : I. à Paris, des recherches empiriques ont montré que la pratique de faire des jardins avec des plantes comestibles dans la ville et pour le plaisir de la communauté était culturellement plus consolidée (pas seulement une pratique individuelle, restreinte à la sphère domestique) la relation entre la production alimentaire et la ville paraît donc moins étrange, malgré toute la construction culturelle des principes de modernité qui séparaient aussi très clairement le « monde urbain » du « monde rural » (Brand, 2015) ; II. à Paris, l’espace public est aussi la principale base territoriale pour la matérialisation des jardins partagés, mais, en général, il est bien pris en charge par la municipalité, étant un environnement sûr et largement fréquenté par les citoyens ; III. à São Paulo, à son tour, l’espace public est toujours perçu et vécu comme l’espace d’insécurité et d’abandon, et donc, dans ce cas, il est revendiqué par la communauté comme un espace de coexistence et de bien-être (Jacobs, 2013).

64Les relations entre les mouvements citoyens et les politiques publiques, par conséquent, malgré des chevauchements différents à São Paulo et à Paris, se révèlent dans la production de jardins partagés, dans la mesure où il existe une relation dialectique entre les deux pour l’existence de ces jardins. Les institutions étatiques locales sont mobilisées par les citoyens pour garantir leurs initiatives, et dans cette mesure, il y a une volonté de transformer l’espace qui se construit principalement dans le domaine politique : de la formation de groupes de « jardiniers urbains » aux conditions pour garantir la légitimité de l’occupation de l’espace.

65À São Paulo, les politiques publiques sont moins restrictives envers les actions citoyennes, simplement parce qu’elles sont inexistantes en ce qui concerne aux jardins partagés. La perspective opposée semble plus pertinente, dans laquelle ces mouvements citoyens finissent par stimuler leur création, exigeant des réponses de la ville. À Paris, on ne peut pas en dire autant. La spontanéité des mouvements a tendance à se perdre avec un ensemble de règles à suivre pour l’implantation d’un jardin, cependant, cela assure également une plus grande complicité entre la ville et la population, car ce sont les habitants qui demandent à la ville l’autorisation de démarrer le jardin, exigeant que ce dernier remplisse également ses obligations, à savoir : libérer une parcelle de terre pour la culture, fournir une sortie de l’eau potable dans l’espace du jardin, installer un bac à compost sur place et fournir du sol propre pour les plantations. Dans les deux cas, il y a un exercice constant de citoyenneté, dans lequel les politiques et les citoyens ont des devoirs et des réponses l’un envers l’autre. Dans cette relation quotidienne, les conflits possibles sont gérables la plupart du temps, car la pratique du jardinage n’est pas exactement violente ou offensante pour le bien public et les autres habitants de la ville, mais elle produit des lectures différentes sur l’espace urbain, visant une nouvelle construction culturelle, où la ville est conçue comme un lieu possible pour la production d’aliments biologiques.

Conclusion

66Les jardins partagés sont une source de divertissement gratuite dans la ville, contrairement à la demande constante de consommation de biens et de marchandises. Au sens strict de jardins partagés, il est entendu que le fait de « consommer le jardin partagé » signifie déjà un militantisme contre la société de consommation, car les jardiniers dépensent de l’énergie dans une activité productive et offrent également une autre configuration d’utilisation et d’expérience pour l’espace urbain, loin de l’ostentation du marché. Ce concept d’agriculture urbaine élargit également le débat à la compréhension du fait que le droit à la ville passe par l’instauration d’un contrôle démocratique sur la transformation urbaine (Harvey, 2011).

67Dans les deux métropoles, São Paulo et Paris, il y a une valorisation idéologique de la production biologique dans les jardins partagés. L’agroécologie et / ou la permaculture apparaissent comme un symbole de la pratique militante et collective consistant à valoriser les connaissances ancestrales et à se différencier de la production biologique destinée au marché.

68À São Paulo et à Paris, les initiatives d’agriculture urbaine collectives ont tendance à être de plus en plus fréquents dans les espaces verts de la ville, sans utilisation de pesticides, assurant ainsi une production alimentaire « propre » et respectant la faune locale urbaine (comme les abeilles, qui sont des pollinisateurs fondamentaux).

69Depuis 2003, toutefois, Paris a mis en place des politiques et des programmes publics spécifiques pour l’agriculture urbaine. Elle est désormais devenue l’un des piliers de l’administration actuelle, qui soutient autant de nouvelles initiatives collectives et commerciales que possible, en envisageant aussi la propagation des « entreprises durables » et des fermes urbaines. À São Paulo, à son tour, le « militantisme de quartier » est toujours le moteur responsable de la matérialisation des jardins partagés, qui restent dans un vide juridique-administratif tout en accordant une originalité politique à une occupation de micro-territoire flirtant avec d’idéologies anarchistes (Nagib, 2018).

70Il faut souligner, enfin, que dans les espaces publics urbains dédiés aux pratiques agricoles, que ce soit à São Paulo ou à Paris, on assiste au renforcement des identifications et des interactions entre les personnes au travers de leurs contacts quotidiens, tout en leur permettant, lors du partage de l’espace, de vivre la ville autrement (Nahmias, Le Caro, 2012). En fait, les enthousiastes de l’agriculture urbaine ne sont pas nécessairement des agriculteurs ou des travailleurs dans ce secteur de l’économie. Cette pratique prend donc de vastes dimensions et permet des analyses et des études de natures différentes, réaffirmant sa complexité et son caractère pluriel et transversal – y compris le militantisme. Comme le dirait Pollan (2011), reprendre le contrôle de sa propre nourriture et cultiver n’importe lequel de ses aliments sont des actes subversifs.

Haut de page

Bibliographie

Acteurs du Paris Durable, « Paroles d’expert, Laurence Baudelet », Les jardins partagés, n° 24, https://www.acteursduparisdurable.fr/fr/themes-du-mois/24-les-jardins-partages, septembre 2014.

BAUDELET, L, 2011, « Jardins collectifs : une histoire de partages », Jardins de France, Paris, n° 612, https://www.jardinsdefrance.org/jardins-collectifs-une-histoire-de-partages, 17 septembre 2020.

BAUDELET, L ; BASSET, F. ; LE ROY, A, 2008, Jardins partagés : utopie, écologie, conseils pratiques, Mens, Terre Vivante.

BRAND, C., 2015, Alimentation et métropolisation : repenser le territoire à l’aune d’une problématique vitale oubliée, Saint-Martin d’Hères, Thèse, École Doctorale Science de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01306863/file/Thèse_Caroline Brand_2015.pdf, 07 septembre 2020.

BRONDEAU, F., 2017, « Cultiver la ville : outils et territoires d’une (re)conquête citoyenne ? », Géographie et cultures, 101, p. 5-15, https://journals.openedition.org/gc/4731 - quotation, 17 septembre 2020.

Cabannes, Y., 2012, Pro-poor legal and institutional frameworks for urban and peri-urban agriculture, Rome, FAO.

CET – Companhia de Engenharia de Tráfego, http://www.cetsp.com.br, 17 septembre 2020.

DEMAILLY, K. E., 2014, « Les jardins partagés franciliens, scènes de participation citoyenne ? » EchoGéo, Paris, n° 27, p. 1-18, http://journals.openedition.org/echogeo/13702, 17 septembre 2020.

Demailly, K. E ; Darly, S, 2017, « Urban agriculture on the move in Paris : the routes of temporary gardening in the neoliberal city », ACME: An International Journal for Critical Geographies, v. 16, n° 2, p. 332-361, <https://acme-journal.org/index.php/acme/article/view/1384>, 17 septembre 2020.

DOWBOR, L, 2008, O que é poder local, São Paulo, Brasiliense.

Graine de Jardins, « Jardinons ensemble », <http://www.jardinons-ensemble.org>, 17 septembre 2020.

HARDMAN, M. ; LARKHAM, P. J., 2014, Informal urban agriculture: the secret lives of guerrilla gardeners, Cham, Springer.

Harvey, D, 2011, Le capitalisme contre le droit à la ville : néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éditions Amsterdam.

Île-de-France, « Plan Vert de l’Île-de-France : la nature pour tous et partout », <https://www.iledefrance.fr/espace-media/applis_js/rapports_cp-cr/2017-03-09/rapportsPDF/CR2017-50.pdf>, mars 2017.

JACOBS, J., 2012, Déclin et survie des grandes villes américaines, Marseille, Editions Parenthèses.

JTSE – Jardin dans tous ses état, « Le Jardin dans Tous ses États, est le réseau national des jardins partagés », <http://jardins-partages.org/IMG/pdf/JTSE-leger.pdf>, octobre 2012.

KINUPP, V. F. ; LORENZI, H., 2015, Plantas alimentícias não convencionais (PANC) no Brasil: guia de identificação, aspectos nutricionais e receitas ilustradas, Nova Odessa, Instituto Plantarum.

LANGENBUCH, J. R, 1971, A estruturação da Grande São Paulo : estudo de Geografia Urbana, Tese de Doutorado, Campinas, Universidade de Campinas.

LEFEBVRE, H., 1967, « Le droit à la ville », L’Homme et la société, n° 6, p. 29-35, <https://www.persee.fr/doc/homso_0018-4306_1967_num_6_1_1063>, 17 septembre 2020.

LEFEBVRE, H., 2000, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

MANIER, B, 2012, Un million de révolutions tranquilles : travail, environnement, santé, argent, habitat… : comment les citoyens transforment le monde, Paris, LLL.

Mairie de Paris, 2019, <https://www.paris.fr>, 02 septembre 2019.

MASSEY, D., 1991, « A global sense of place », Marxism today, Londres, CPGB, p. 24-29, <http://banmarchive.org.uk/collections/mt/pdf/91_06_24.pdf>, 06 septembre 2020.

MATHIVET, C. (Ed.), 2014, Take back the land! The social function of land and housing, resistances and alternatives, Paris, Aitec.

MCKAY, G., 2011, Radical gardening: politics, idealism and rebellion in the garden, Londres, Frances Lincoln.

MESTDAGH, L., 2016, « Construire un réseau de quartier : quand le collectif jardinier imprègne les sociabilités locales. Deux exemples parisiens », Lien Social et Politiques, Montreal, n° 77, p. 166-183, <https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2016-n77-lsp02708/1037907ar>, 17 septembre 2020.

MIKETEN, S, 2013, Agricultura e conservação ambiental: o caso da APA Bororé-Colônia no município de São Paulo, Dissertação de Mestrado, São Paulo, Universidade de São Paulo.

MONGEAU, S., 1998, La simplicité volontaire, plus que jamais..., Montréal, Écosociété.

Mougeot, L. J. A., 2005, Agropolis: the social, political and environmental dimensions of urban agriculture, Londres, Earthscan.

Nagib, G., 2018, Agricultura urbana como ativismo na cidade de São Paulo, São Paulo, Annablume.

NAGIB, G. ; NAKAMURA, A. C., 2020, « Urban agriculture in the city of São Paulo: new spatial transformations and ongoing challenges to guarantee the production and consumption of healthy food », Global Food Security, v. 26, <https://doi.org/10.1016/j.gfs.2020.100378>, 17 septembre 2020.

NAHMIAS, P. ; LE CARO, Y., 2012, « Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales », Environnement Urbain/Urban Environment, Montréal, v. 6, p. a-1-a-16.

NAKAMURA, A. C, 2017, Cooperapas: agricultura e cooperativismo no extremo sul do município de São Paulo, Dissertação de Mestrado, São Paulo, Universidade de São Paulo, 2017.

Paaocsp – Plataforma de Apoio à Agricultura Orgânica na Cidade de São Paulo, « Cartilha », São Paulo, <http://aao.org.br/aao/pdfs/sustentabilidade/texto-da-plataforma-agricultura-organica-versao-fina-%202013.pdf>, 2013.

POLLAN, M, 2011, The Omnivore’s Dilemma, New York, Bloomsbury.

Prefeitura de São Paulo, « Política de Desenvolvimento Urbano e o Plano Diretor Estratégico do Município de São Paulo e revoga a Lei n. 13.430/2002 », <http://www.prefeitura.sp.gov.br/cidade/secretarias/upload/chamadas/2014-07-31_-_lei_16050_-_plano_diretor_estratgico_1428507821.pdf>, 31 juillet 2014.

Prefeitura de São Paulo, « Oficializa a Casa da Agricultura Ecológica José Umberto Macedo Siqueira », <https://leismunicipais.com.br/a/sp/s/sao-paulo/decreto/2006/4728/47280/decreto-n-47280-2006-oficializa-a-casa-da-agricultura-ecologica-jose-umberto-macedo-siqueira>, 06 avril 2018.

Reynolds, R., 2009, On guerrilla gardening: a handbook for gardening without boundaries, Londres, Bloomsbury.

REYNOLDS, K., 2014, « Disparity despite diversity: social injustice in New York City’s urban agriculture system », Antipode v. 47, n° 1, p. 240–259, <https://nycfoodpolicy.org/wp-content/uploads/2015/02/Reynolds-2014-Disparity-Despite-Diversity-Antipode-vol-47-no-1.pdf>, 29 juin 2020.

ROBERTSON, J., 1983, The sane alternative: a choice of futures, Londres, Gibbons Barford.

ROLNIK, R, 1997, A cidade e a lei: legislação, política urbana e territórios na cidade de São Paulo, São Paulo, Studio Nobel.

ROUET, P, 2002, « La densité, un bon outil pour connaître Paris ? Note de 4 Pages », Paris, Apur, n° 4, s.p., <https://www.apur.org/fr/nos-travaux/densite-un-outil-connaitre-paris>, 17 septembre 2020.

SASSEN, S., 2001, The global city, Princeton, Princeton University Press.

SCHUMACHER, E. F., 2010, Small is beautiful: Economics as if people mattered, New York, Harper Perennial.

SMIT, J., NASR, J., RATTA, A., 2001, Urban agriculture: food, jobs and sustainable cities, Washington, The Urban Agriculture Network.

SOUZA, M. L., RODRIGUES, G. B., 2004, Planejamento urbano e ativismos sociais, São Paulo, UNESP.

THIOLLENT, M., 2011, Metodologia da pesquisa-ação, São Paulo, Cortez.

TORNAGHI, C., 2014, « Critical geography of urban agriculture », Progress in Human Geography, v. 38, n° 4, p. 551-567, <https://doi.org/10.1177/0309132513512542>, 30 juin 2020.

TORRE, A. et al, 2013, « Paris, métropole agricole ? Quelles productions agricoles pour quels modes d’occupation des sols », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, Paris, p. 561-593, <https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2013-3-page-561.htm>, 17 septembre 2020.

TORRES, A. C., 2017, Initiatives citoyennes de conservation de la nature en milieu urbain : rôle des jardins partagés, Paris, Thèse, École Doctorale Sciences du Végétal : du gène à l’écosystème, Université Paris-Saclay, <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01956207>, 07 septembre 2020.

TRACEY, D., 2007, Guerrilla gardening: a manualfesto, Gabriola Island (Canada), New Society.

Haut de page

Notes

1 Anne Hidalgo (Parti socialiste) a été élue pour un nouveau mandat de six ans aux élections municipales de 2020 (le second tour a eu lieu le 28 juin 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Horta das Corujas
Légende Le premier jardin partagé de la ville de São Paulo, Horta das Corujas, est situé dans une place publique du quartier de la Vila Betariz et il a été créé en 2012 par un groupe de militants qui deviendrait connu sous le nom de Hortelões Urbanos.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 2. Horta do Centro Cultural de São Paulo (CCSP)
Légende Ce jardin est situé sur une petite portion de toit vert de l’un des principaux centres culturels de la ville. Les deux jardins n’ont pas de parcelles individuelles et les cultures sont cultivées en respectant les principes agroécologiques et permaculturels, en privilégiant la diversité des espèces, cultivées ensemble.
Crédits Photo de l’auteur, mars 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 3. Le Jardins d’Abel, dans le 13e arrondissement de Paris
Légende Ce jardin est situé dans un espace totalement ouvert sur une place publique et où il n’y avait pas de parcelles individuelles et les cultures effectuées étaient marquées de petits panneaux en bois colorés.
Crédits Photo de l’auteur, juin 2019
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 4. Le Jardin de Perlimpinpin, dans le 17e arrondissement de Paris
Légende Ce jardin est situé dans un grand espace vert public, où le jardin est bien délimité et possède un petit portail près de la rue. Dans le jardin, il y avait des parcelles collectives et individuelles, avec la culture de plantes alimentaires et de fleurs, en particulier des tulipes, au printemps.
Crédits Photo de l’auteur, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gustavo Nagib, « L’espace politique de l’agriculture urbaine militante à São Paulo et à Paris », L’Espace Politique [En ligne], 40 | 2020-1, mis en ligne le 21 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7878

Haut de page

Auteur

Gustavo Nagib

Géographe. Docteur en géographie humaine de l’Université de São Paulo, Brésil (PPGH-FFLCH-USP). Doctorant en visite à Sciences Po Paris (2018-2019). Membre du Groupe d’études sur l’agriculture urbaine de l’Institut des hautes études de l’Université de São Paulo (GEAU-IEA-USP).
guganagib@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search