Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Pensées émergentes en géographie ...Savoirs géographiquesLe citoyen, l’expert et le politi...

Pensées émergentes en géographie politique et géopolitique
Savoirs géographiques

Le citoyen, l’expert et le politique : quelle place pour les savoirs locaux dans la lutte contre les changements climatiques ?

Le cas de l’estuaire du fleuve Sénégal
The citizen, the expert and the politician: what place for local knowledge in the fight against climate change? The case of the Senegal River estuary
Cheikh Ba

Résumés

Depuis 15 ans, la région de l’embouchure est altérée par une accumulation des risques hydrologiques face auxquels les puissances publiques nationales et supranationales ont montré des limites. Aujourd’hui, il est nécessaire d’investir de nouveaux imaginaires créatifs pour réenchanter sa trajectoire de gouvernance adaptative jusque-là peu soutenable. Pour documenter une possible transition soutenable, je propose une monographie sociohydrologique – description géophysique et humaine – du panorama de la zone de l’embouchure du Sénégal, avant de caractériser sa trajectoire de gouvernance adaptative depuis les années 1970 et pour finir, je présente l’agenda de son possible réenchantement, dans une dimension pluriverselle, relationnelle et cosmopolite des savoirs. Les temps analytiques de ce papier sont documentés grâce à un recueil de données empiriques « mixtes » – enquêtes de terrains (53 informateurs enquêtés) ; archives académiques ; documents administratifs/institutionnels. Le traitement de ce corpus empirique prouve qu’en dehors des savoirs savants, des savoirs locaux/vernaculaires co-existent et peuvent donner un nouveau souffle aux politiques publiques en détresse, face aux désastres écologiques devenus planétaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On peut se référer à de nombreuses publications récentes (2017 et 2018) dans des revues de référenc (...)
  • 2 Une adaptation qui échoue à réduire la vulnérabilité, mais au contraire l’accroît (IPCC, 2001 : 990 (...)
  • 3 « L’ensemble des problèmes perçus comme appelant un débat public voire l’intervention des autorités (...)

1La gouvernance des zones côtières est un objet fortement investi dans le cadre des études du changement climatique1. Ces zones se sont transformées en des espaces vulnérables, fortement menacés par l’augmentation du niveau de la mer, des courants, des vents et des vagues, ainsi que par les conséquences d’une « maladaptation »2 – une adaptation qui échoue – conçues pour protéger les espaces en danger (Rahmstorf, 2007 ; Grinsted et al., 2009 ; GIEC, 2014 ; Steffen et al., 2015 ; Magnan et al., 2016). Actuellement, la gestion des « problèmes publics »3 (Dewey, 1927) ne cesse d’attirer l’attention des politiques d’État, des organisations régionales, des sociétés civiles et des communautés humaines qui habitent les milieux littoraux. C’est le cas de la gouvernance des estuaires dans un contexte de crises écologiques (Miller et al., 2018). En réalité, les régions d’embouchures sont fortement marquées par une « synergie d’impacts » – écologiques, hydrauliques, socio-économiques et énergétiques ou de « risques accumulés » (Mietton et al., 2006 ; Pelling, 2009). Ces phénomènes engendrent des trajectoires dites « vicieuses » (Levin et al., 2012) de développement graduées par des « combinatoires de désastres » peu soutenables (Miller et al., 2018).

  • 4 La sécheresse est « un phénomène accidentel, de durée variable, marqué par un déficit anormal en ea (...)

2Au Nord du Sénégal, la région de l’embouchure du fleuve Sénégal est devenue un territoire d’accumulation de risques hydrologiques à cause de l’anthropisation à l’œuvre et des changements globaux. Les territoires du Sahel, pris dans leur globalité, ont vu les équilibres naturels qui les composent fortement menacés par une conjoncture climatique défavorable (sécheresses notamment4) dans les années 1970. Cette situation s’est traduite par une baisse significative des débits du fleuve Sénégal (Mahé et Olivry, 1995). Ce contexte de grande incertitude climatique a favorisé la construction de barrages par l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Loin de se révéler être un levier de sécurisation, que ce soit des ressources, des infrastructures ou des personnes, ces investissements ont ouvert une nouvelle période historique (« post-barrage ») marquée par d’importants bouleversements du système fluvial. En 2003, une nouvelle tentative d’aménagement, via l’ouverture d’une brèche, a de nouveau perturbé le fonctionnement de l’estuaire (Durand et al., 2010) et orienté le développement de systèmes associés dans une perspective difficilement soutenable (Ba, 2019).

3Des travaux scientifiques ont documenté les risques hydrologiques dans l’estuaire du Sénégal (Cogels et al., 1993 ; Kane, 2002 ; Sy, 2010 ; Durand et al., 2010 ; Bilbao et al., 2013 ; Sy, 2015 ; Vedeld et al., 2015 ; Taïbi et al., 2006 ; Seck et al., 2009), ils constituent autant d’archives qui montrent les conséquences de l’anthropisation du fleuve, en particulier celles relatives à la construction des barrages et de la brèche artificielle. Ces articles attirent notre attention sur la complexité de la gouvernance multi-sectorielle du fleuve Sénégal, qui tend en cause les politiques publiques de développement fluvial qui se sont instaurées (pouvoir central et OMVS) depuis les indépendances. Mais au-delà, l’étude des modalités de dialogues, de collaborations et d’actions collectives du système de gouvernance peut permettre d’approfondir cette hypothèse. Dans cette perspective, la question suivante peut également être envisagée : quelles sont les alternatives au développement, afin de favoriser la qualité des relations – entre les différentes parties prenantes concernées, pour lutter contre les changements climatiques ?

  • 5 Le patrimoine urbain de la région est menacé par l’érosion côtière, « bidonvilisation », insécurité (...)

4L’embouchure du fleuve Sénégal est une zone d’étude intéressante pour plusieurs raisons. Elle représente une région « moyenne » dont les stratégies adaptatives sont jusque-là mal connues par les travaux académiques existants, comparée aux « mega-cities » (Birkman, 2016). Et par ailleurs, face aux changements climatiques, la gouvernance hydrologique de la région de l’estuaire du fleuve Sénégal semble n’évoluer que de manière incrémentale, dans un contexte pourtant croissant de désastres écologiques5.

  • 6 L’idée qu’il n’existe pas de connaissance ou d’ignorance dans l’absolu (de Sousa Santos, 2011 ; Esc (...)

5Notre article propose d’aborder ces enjeux à travers une approche décoloniale du développement, respectueuse des savoirs, croyances et cosmogonies locales. Le but est de penser une « écologie des savoirs »6 – dialogue des savoirs – (de Sousa Santos, 2011 ; Escobar, 2018 ; Sarr, 2017) et d’apporter une contribution dans la même direction que ces approches, par le champ des savoirs locaux/vernaculaires (Collignon, 1996 et 2005 ; Rondeau, 2016) à partir de l’étude de cas de l’embouchure du fleuve Sénégal. Il s’agirait ainsi de montrer la place que pourraient occuper les savoirs locaux dans une gouvernance multi-échelle.

  • 7 Le concept de gouvernance adaptative est issu du cadre théorique de la gestion adaptative qui a éme (...)

6Par conséquent, le propos sera structuré en trois parties. Dans un premier temps, la méthodologie, les corpus de terrain et les particularités de la zone d’étude sont présentés à partir d’une approche monographique. Ensuite, une analyse critique de la trajectoire de gouvernance adaptative7 de l’estuaire du fleuve Sénégal est proposée. Et pour finir, invitation est faite aux lecteurs d’investir une grille de lecture sur le dialogue des savoirs dans un monde incertain – crise écologique planétaire –, dans une perspective de refondation de la scène de gouvernance hydrologique de l’estuaire du fleuve Sénégal.

Méthodologie

  • 8 Thèse de doctorat soutenue à Grenoble (01/10/2019) : Changement climatique et gouvernance des risqu (...)

7Le recueil d’observation utilisé (figure 1) dans cet article est issu de données collectées sur le terrain pendant huit mois de résidence entre 2015 et 2017, dans le cadre d’une thèse de doctorat8. La démarche utilisée est qualitative. Elle peut se définir comme : « Une analyse sociologique qui permet de comprendre les mécanismes de l’opinion, de comprendre pourquoi les gens pensent ceci ou cela, pourquoi ils s’autorisent ou non telle pratique, et comment ils comprennent leur environnement » (Wahnich, 2006). Des entretiens semi-directifs ont permis de renseigner la grille d’entretien.

Figure 1. Tableau des informateurs enquêtés

Figure 1. Tableau des informateurs enquêtés

Cheikh BA, 2020

  • 9 Les entretiens semi-directifs étaient individuels et les focus groups collectifs.

8Pour améliorer ces matériaux, nous avons utilisé la méthodologie des focus groups. Ces derniers sont des discussions libres – ouvertes – semi-dirigées par un animateur qui se déroulent en suivant une série de questions jugées percutantes adressées aux participants. L’important est de créer une interaction entre les participants (Kitzinger, 1994). À la différence des entretiens semi-directifs, ils permettent de valoriser des expressions d’idées au sein d’une communauté. Nous avons choisi cette démarche pour caractériser les opinions, les idées, les croyances et les représentations sociales des acteurs et groupes d’acteurs rencontrés. Son originalité se trouve dans les discussions entre les participants. La communication entre les informateurs qui participent au focus group dévoile le cœur des représentations sociales. « Nous pensons avec nos bouches » disait Moscovici (1984), ce qui veut dire que la fabrique des idées, des croyances et des opinions, se trouve dans la communication. Pour organiser des focus groups, nous nous sommes inspirés de la grille d’analyse de Moscovici et nous l’avons adaptée aux réalités culturelles et traditionnelles de notre territoire d’étude. En fait, nous avons saisi un moment opportun en milieu rural pour réunir des citoyens : un baptême au sein d’une communauté villageoise enquêtée. Une occasion pour tisser des liens et organiser la rencontre. Les entretiens semi-directifs et les focus groups ont concerné principalement les services publics, les communautés villageoises, les collectivités locales et une ONG. Au final, nous avons interrogé 53 individus (entretiens semi-directifs et focus groups9 figure 2) sur deux missions de terrain dans la région de Saint-Louis.

Figure 2. Extrait d’une grille d’entretien

Figure 2. Extrait d’une grille d’entretien

Cheikh BA, 2020

  • 10 Les fonds d’archives ministérielles du premier empire colonial (XVIIe – début XIXe siècle) et du de (...)

9Ensuite, nous avons opté pour la retranscription de la totalité des entretiens, et pour la protection des informateurs, nous avons rendu anonymes les personnes interrogées, en créant des prénoms fictifs. Par contre, les structures identifiées, tout comme les profils des informateurs sont divulgués car ils ne permettent pas leur identification individuelle. Les données collectées sur le terrain sont croisées à des archives hydrodroclimatiques, socio-économiques, historiques10 et politiques sur les réalités qui continuent de façonner le paysage de l’embouchure du Sénégal, et que nous pouvons analyser en filigrane dans une esquisse monographique.

Esquisse monographique de l’estuaire du fleuve Sénégal

10L’estuaire du fleuve Sénégal et la région de Saint-Louis comptent parmi les panoramas urbains, architecturaux, historiques, naturels et culturels parmi les plus remarquables d’Afrique de l’Ouest (Toulier, 2003). En partie patrimonialisés (notamment par l’UNESCO), ces paysages sont menacés par une multiplicité d’aléas hydroclimatiques, résultant d’un positionnement géophysique particulier (Ba, 2019), et de choix politiques de développement peu soutenables. Cette première section décrit de manière synthétique l’estuaire et ses dynamiques territoriales.

La région de l’embouchure : un littoral emblématique

En descendant la côte d’Afrique, quand on a dépassé l’extrémité sud du Maroc, on suit pendant des jours et des nuits un interminable pays désolé, c’est le Sahara, la Grande mer sans eau. [...] Et puis enfin apparaît au–dessus des sables une vieille cité blanche, plantée de rares palmiers jaunes, c’est Saint–Louis du Sénégal, la capitale de la Sénégambie. Une église, une mosquée, une tour, des maisons à la mauresque. Tout cela semble dormir sous l’ardent soleil, comme ces villes portugaises qui fleurissaient jadis sur la côte du Congo.
[...] On s’approche et on s’étonne de voir que cette ville n’est pas bâtie sur la plage, qu’elle n’a même pas de port, pas de communication avec l’extérieur. La côte basse et toujours droite est inhospitalière comme celle du Sahara, et une éternelle ligne de brisants en défend l’abord aux navires. On aperçoit aussi ce que l’on n’avait pas vu du large : ce sont d’immenses fourmilières humaines sur le rivage, des milliers et des milliers de cases de chaume, des huttes lilliputiennes aux toits pointus (…). Ce sont deux grandes villes Yolofes, Guet–N’Dar et Ndar–Toute, qui séparent Saint–Louis de la mer (figure 3). (Loti, 1999, p. 5).

Figure 3. Une vue d’ensemble du paysage de l’estuaire du fleuve Sénégal

Figure 3. Une vue d’ensemble du paysage de l’estuaire du fleuve Sénégal

Google Images, 2020

11Le fleuve Sénégal est l’un des grands socio-écosystèmes de la façade Atlantique de l’Afrique de l’Ouest. Il descend des massifs gréseux du Fouta Djalon puis traverse le plateau mandingue. Il résulte de la confluence de 2 branches mères (le Bafing et le Bakoye), à Bafoulabé. A partir de Bafoulabé, le fleuve Sénégal se dirige vers le nord-est en passant par Kayes. Long de plus de 1700 kms, il draine un bassin versant de 290 000 km² dans les territoires du Sénégal (21 000 km²), du Mali (155 000 km²), de la Guinée (31 000 km²) et de la Mauritanie (75 000 km²) (figure 4).

Figure 4. Bassin du fleuve Sénégal

Figure 4. Bassin du fleuve Sénégal

Cheikh BA, 2020

12L’estuaire du fleuve Sénégal est circonscrit dans une petite zone entre le barrage de Diama et le cordon sableux de la Langue de Barbarie. Avant la mise en eau du barrage de Diama (1986) (figure 5) la remontée saline était sensible, en période d’étiage, jusqu’à Podor, à environ 300 km de l’embouchure. L’estuaire du Sénégal est limité aujourd’hui, en amont, par le barrage anti-sel de Diama, tant que ses vannes restent fermées, et en aval, par son embouchure, exutoire par lequel les eaux marines remontent dans le fleuve. L’estuaire du fleuve Sénégal appartient à la catégorie des estuaires lagunaires microtidaux fermés par une flèche sableuse. La Langue de Barbarie est orientée nord-sud et s’étire sur près de 40 km sur une largeur variant de 200 à 400 m. La houle joue un rôle fondamental dans la morphologie des littoraux. La propagation de la côte sénégalo-mauritanienne, jusqu’à la Presqu’île du Cap-Vert est classée parmi les côtes à forte énergie de houle. Les houles du Nord-Ouest assurent un important transport de sable qui contribue à la propagation de la Langue de Barbarie (figure 6). La région de l’embouchure du Sénégal est historiquement marquée par les particularités du pays de Gandiol. En fait, si « L’Egypte est un don du Nil, disait le grec Hérodote. Le Gandiol, aussi, est un don du Delta, dira-t-on. Ce pays, en effet, aura tout obtenu des eaux de l’estuaire qui a façonné son sol, fécondé, sa végétation, nourri ses hommes et protégé ceux-ci, à chaque fois qu’il l’a fallu, par l’inviolabilité de ses remparts naturels, de la violence des agresseurs qui n’ont jamais eu de cesse de convoiter les grâces naturelles de ce petit pays lové à la croisée du fleuve et de la mer. » (Diop, 2019, p. 15-16). La section suivante est une ébauche géohistorique du pays de Gandiol.

Figure 5. Localisation de l’estuaire du fleuve Sénégal

Figure 5. Localisation de l’estuaire du fleuve Sénégal

Cheikh BA, 2020, source : Fanget et Rey : 2016

Figure 6. L’estuaire du fleuve Sénégal

Figure 6. L’estuaire du fleuve Sénégal

Source : Kane, 2010

Le pays de Gandiol : une micro-région très spécifique

Le Gandiol historique s’étend longitudinalement des confins méridionaux de la ville de Saint-Louis jusqu’à Potou, sur une largeur d’une vingtaine de kilomètres. Il est le pays de l’embouchure du Sénégal et présente, de cet effet, un paysage unique par sa beauté et par ses singularités géographiques. (Diop, 2019 ; p. 15).

13La région est peuplée majoritairement de Wolofs regroupés dans les grands centres ruraux et de Peuls qui habitent dans les hameaux. Sa communauté humaine s’attache à ses propres spécificités culturelles. Ainsi, elle accorde une attention particulière à leur identité – le sentiment d’appartenir à un groupe.

  • 11 L’un des anciens royaumes issus de l’éclatement de l’empire wolof du Djolof au XVIᵉ siècle et imméd (...)

14En réalité, avant l’achat de la cité coloniale de Saint-Louis – île de Saint-Louis – au roi du Walo11, les acteurs de la colonisation française s’étaient installés dans la région de Gandiol, qui était la porte d’entrée, dans la colonie, par voie maritime. Les aléas naturels rendant difficile l’aménagement des structures d’échanges commerciaux – commerce transatlantique –, de nombreux bateaux échouaient à l’entrée, à cause des bancs de sable (Diop, 2019). Cependant, des populations locales entretenaient des relations collaboratives avec l’empire colonial sur l’analyse des paysages, de son évolution et les risques associés aux aléas hydroclimatiques du milieu. Ainsi, les « gandiolais » étaient régulièrement consultés pour des prévisions météorologiques et des stratégies de luttes contre les risques hydrologiques (Ba, 2019). Dans le passé, ces populations fournissaient des produits maraîchers à la ville de Saint-Louis. Elles étaient relativement prospères. Aujourd’hui encore, ces habitants vivent principalement de la pêche et du maraîchage : des ressources essentiellement liées aux ressources en eau. Ils entretiennent des relations équilibrées et soignées avec la nature (Ibid, 2019).

15En effet, les Gandiolais ont une conception territorialisée de leur territoire qu’ils protégeaient face aux aléas naturels grâce à leur savoir traditionnel. Ce savoir est différent des connaissances expertes et scientifiques, c’est-à-dire un savoir répondant aux conditions épistémologiques de la science moderne. Celui-ci « est marqué au sceau de la rigueur dans la collecte des informations, de la validation par la multiplication des expériences et de la recherche d’une portée universelle ». Il doit être en outre « débarrassé de toute irrationalité » (Collignon, 2005, p. 2). Cependant, le savoir hydrologique porté par les Gandiolais offre un arsenal d’unités d’informations – observationnelles, préventives, de prédictions et de résilience – pour s’adapter aux aléas hydroclimatiques, dans un contexte de crises conjuguées.

16Par contre, depuis les années 1970, la trajectoire de gouvernance adaptative de l’estuaire du fleuve Sénégal est fortement altérée par une accumulation de « politiques du désastre » (Pelling, 2009), ce que nous allons montrer dans la partie suivante.

La gouvernance adaptative du fleuve Sénégal : une accumulation de politiques du désastre 

17Les injonctions adaptatives qui ont institué la trajectoire de gouvernance de l’estuaire du fleuve Sénégal ont été rigoureusement instruites (Hardy, 1921 ; Seck, 1981 ; Barry, 1988). Ici, nous présentons les stratégies de résilience insufflées par des logiques supranationales et locales pour s’adapter aux changements climatiques – sécheresse, inondations – ensuite, nous caractérisons les enjeux, les complexités, les limites et les « oppositions » (Rosière, 2001) des « représentations sociales » qui l’ont structuré (Moscovici in Jodelet, 2003).

Des logiques supranationales asymétriques

18L’aménagement du fleuve Sénégal s’inscrit dans le vieux rêve colonial de mise en valeur des ressources hydriques en Afrique de l’Ouest. Une volonté d’aménagement de barrages, de production énergétique, de navigabilité et d’exploitation minière était déjà pensée à la fin du XIXe siècle (Hardy, 1921 ; Seck, 1981 ; Barry, 1988). Elle répond à un projet du colonisateur : rendre les eaux du Sénégal navigables, pour faciliter la circulation entre les colonies dans le Soudan français (actuel Mali) et la valorisation des cultures irriguées industrielles, pour approvisionner la métropole, et une production hydro-électrique pour l’industrialisation de la partie en amont du fleuve. L’aboutissement de ce projet est consolidé dès les premières années de souveraineté des anciennes colonies de l’Afrique occidentale française, dans le cadre du Comité inter-États des pays limitrophes du fleuve Sénégal (CIE) formé en 1963 à Bamako par la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. En 1968, ce comité est remplacé par l’Organisation des États riverains du fleuve Sénégal (OERS) pour renforcer la coopération transfrontalière entre les gouvernements.

19L’Organisation a fonctionné avec des difficultés à cause des tensions politiques au sein des pays ou entre les États membres. À la suite d’un problème géopolitique opposant la Guinée et le Sénégal en 1971, le Président guinéen reprochait au Sénégal d’abriter des opposants, qui menaçaient le régime de son gouvernement. Faute d’avoir pu trouver un consensus entre les deux nations et suite à l’échec des réunions d’instance, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal décidèrent de dissoudre l’OERS et de former en 1972 l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) (Seck, 1981).

20L’institution formée est chargée de missions plus réalistes. Elle devrait prendre en compte, d’une part, « les enseignements porteurs de l’échec retentissant » de l’OERS (Merzoug, 2005), et d’autre part construire une stratégie de résilience pour lutter contre les aléas climatiques (sécheresse, désertification) qui ont fragilisé les paysages naturels de la région du fleuve Sénégal (delta, estuaire, vallée et haut-bassin) au début des années 1970.

21Sur le plan organisationnel (figure 7), elle est structurée par trois organes permanents : la Conférence des chefs d’États et de gouvernement qui est l’instance suprême de l’organisation, elle définit les politiques de coopération et prend des décisions concernant le développement économique général ; le Conseil des ministres qui élabore la politique générale d’aménagement du fleuve Sénégal ; et le Haut-Commissariat, qui est l’organe d’exécution de l’OMVS. En plus de ces principaux organes permanents, elle est dotée d’organes consultatifs où la participation des populations locales est recommandée par l’article 2 de la Charte des eaux.

22Les Organes consultatifs sont majoritairement formés par la CPE (Commission permanente des eaux) créée en 2002, les CNC (Comités nationaux de coordination) et les CLC (Comités locaux de coordination) créés en 1997 (figure 7). La CPE est formée de représentants des États membres de l’Organisation. Elle est chargée de définir les principes et les modalités de la répartition des eaux du fleuve Sénégal entre les États et les secteurs d’utilisation de l’eau, à savoir, l’industrie, l’agriculture et les transports (Séne, 2009). Les populations locales peuvent être représentées au sein de la commission.

23Les CNC/CLC doivent participer à l’échelle régionale à l’élaboration du Programme d’atténuation et de suivi des impacts sur l’environnement (PASIE) (Ibid., 2009). L’ambition de ce programme est de définir un ensemble de mesures de correction, d’optimisation et de surveillance des impacts sur l’environnement, dans le cadre de la mise en valeur des ressources fluviales. Il préconise la participation, la coordination, la communication et le dialogue entre les acteurs concernés – collectivités territoriales, comités locaux, leaders communautaires et organisations de la société civile – par le prisme d’un « égal système de pensée » (Diagne & Amselle, 2018) – globale, locale et communautaire (Ibid., 2009).

24Le CLC regroupe dans chaque pays, les ministères impliqués, les organisations professionnelles, la société civile (ONG, associations, comités locaux, associations sportives et culturelles) et des représentants. Il est chargé au niveau de chaque gouvernement membre de l’OMVS, d’assurer la coordination, le suivi des actions de concertations, la participation des acteurs impliqués et la sensibilisation des populations (Ibid, 2009). Ces Comités locaux de coordination (CLC) sont constitués dans les États fédéraux par les collectivités territoriales, les associations, les coopératives professionnelles, les représentants d’associations, la société civile et les représentants des autorités administratives.

25En outre, les CLC doivent avoir la capacité de s’exprimer sur la gouvernance hydraulique des ressources et l’exécution des stratégies de résilience formulées dans les Programmes d’atténuation. Par ailleurs, d’autres outils de régulations comme le GEF/BFS (Gestion des ressources en eau et de l’environnement du bassin du fleuve Sénégal), créés dans les années 2000, avec le soutien de la Banque mondiale et le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) plaident pour la relationalité, la participation, le dialogue et la communication entre les politiques, les experts et les citoyens concernés dans les différentes instances de contrôle de l’OMVS, grâce aux cadres de dialogues déjà institutionnalisés – la Commission permanente et les Comités nationaux/locaux de coordination – (Ibid., 2009).

26Au final, les CLC, CNC, PASIE et la GEF/BFS constituent une Charte de gouvernance des eaux du fleuve Sénégal. Adoptée en 2002, par la conférence des chefs d’États de l’OMVS et amendée par les gouvernements signataires. Elle doit réellement consolider la participation, la démocratie et le dialogue dans les instances décisionnelles de l’Organisation fédérale.

Figure 7. Le modèle de gouvernance de l’OMVS

Figure 7. Le modèle de gouvernance de l’OMVS

Cheikh BA, 2020

27Parallèlement, l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal avait déployé des stratégies de résilience pour lutter contre les aléas climatiques des années 1970 au Sahel qui avaient fragilisé les ressources hydrauliques – fleuve Sénégal – partagées collectivement par les États de l’OMVS (Mahé & Olivry, 1995). Cette période a été marquée par une sévère baisse pluviométrique (IRD, 2015). Pour apporter une réponse face à ce désastre écologique, des édifices ont accompagné les instruments politico-institutionnels de gouvernance de l’Organisation.

28Le barrage anti-sel de Diama été édifié en 1986 et celui de Manantali (barrage hydroélectrique régulateur) en 1988 (Cf. figure 4). La gestion de ces édifications est sous la supervision du Haut-commissariat qui a mandaté deux instances pour la maintenance et la supervision : la SOGED pour le barrage de Diama et la SOGEM pour celui de Manantali. Et pour ce qui est de la mise en valeur fluviale, les missions sont confiées à la société d’exploitation de la navigation. (Cf. figure 7) (Seck, 1989). Cependant, même si les stratégies d’aménagement ont favorisé le développement d’un cadre favorable à l’agriculture – cultures irriguées – (Séne, 2009), elles ont des conséquences négatives sur la morphodynamique littorale, les sols et l’environnement agro-climatique, les ressources d’eau souterraine, la faune et la flore aquatique, les systèmes anthropiques, la santé, et les systèmes économiques et socio-culturels (Kane, 2002 ; Diakhaté, 1986).

29À cela, s’ajoute un problème inhérent à l’articulation entre les différents niveaux institutionnels au sein de l’organisation supranationale. Une « asymétrie de pouvoirs » entre des acteurs qui n’ont ni la même capacité ni le même intérêt à participer au processus, à se l’approprier et à en influencer le cours (Barnaud et al., 2010). En réalité, l’articulation des dispositifs politico-institutionnels institués par l’organisation supranationale du fleuve Sénégal, tend à homogénéiser les représentations, les valeurs et les savoirs des acteurs (DiMaggio et Powell, 1983).

30Les enquêtes de terrain prouvent que les acteurs des services déconcentrés et des pouvoirs locaux ne sont pas suffisamment intégrés dans la gouvernance adaptative et ne reçoivent presque pas d’informations sur les décisions de gouvernance adaptative (Séne, 2009). Ainsi, au cours d’un entretien, un informateur, – responsable d’un service déconcentré – de l’État du Sénégal, porte un regard critique sur les mécanismes institutionnels de gouvernance : « quand il s’agit de prendre des décisions. On dit que c’est les grands qui sont convoqués. Maintenant, quand on doit partager la décision prise avec les citoyens, usagers et les acteurs qui sont concernés, nous sommes mobilisés. » (Enquête, 2017). Cette remarque est confirmée par un autre interlocuteur à Saint-Louis – responsable à la direction de l’environnement à Saint-Louis – « Des réunions importantes sont tenues à Saint-Louis, nous ne sommes même pas invités, on ne participe pas. Alors que nous avons des expériences récoltées sur le terrain que nous voulons partager avec les experts et politiques de cette organisation. On ne peut même pas donner notre avis sur les décisions prises. » (Enquête, 2017).

31Des constats similaires sont dressés par un leader communautaire de l’estuaire :

il n’y aucune organisation supranationale aussi puissante que l’OMVS. Elle exerce sa puissance sur nous à l’échelle locale. En tant qu’usager du fleuve Sénégal et représentant au sein de ma communauté locale, je n’arrive pas à prendre part aux réunions importantes, ni à partager les expériences communautaires de gestion des aléas hydroclimatiques avec eux. (Enquête, 2017).

32Ces dysfonctionnements structurels et asymétriques apparaissaient déjà dans les travaux de Baldé (1999) sur les stratégies d’aménagement dans le bassin du fleuve Sénégal. Selon lui, la participation du pouvoir local dans les instances décisionnelles de gouvernance est quasi inexistante. La dimension sociologique est minimalisée par les acteurs centraux. Par conséquent, les représentations territoriales portées par toutes les parties prenantes qui sont concernées par les enjeux de gouvernance adaptative sont loin d’être intégralement recensées.

33Dans les années 2000, une stratégie de résilience locale face à un évènement climatique – crue majeure du fleuve Sénégal – accentua le problème de mal gouvernance des risques hydrologiques de l’embouchure du Sénégal.

Une injonction locale controversée : l’épisode de 2003 au pays de l’embouchure sénégalaise

34L’embouchure du fleuve Sénégal est située sur la côte septentrionale sénégalaise (la grande Côte), à 400 km au nord de la région de Dakar. L’attrait de ses plages et son patrimoine colonial en font un des principaux pôles touristiques du Sénégal. L’estuaire du Sénégal est altéré par de fortes contraintes naturelles et anthropiques. Il s’est historiquement construit, urbanisé et développé dans un paysage hydrique, marqué par des débits d’eau aux volumes alternatifs et par une forte dynamique marine (Océan Atlantique). Donc, il apparaît clairement vulnérable, dans un contexte de crise écologique conjuguée à l’échelle planétaire (GIEC, 2014). Le retour progressif des crues à partir du XXe siècle (Di-Baldassare et al., 2010) est un élément qui renforce les vulnérabilités (e.g. : les inondations) dans cette partie du Sénégal, nécessitant des actions des puissances publiques.

35En 2003, le retour pluviométrique a été marqué par une vague de nouvelles crues importantes liée à une abondance pluvieuse, dans l’ensemble du bassin du fleuve Sénégal (Diop, 2004 ; Dumas et Mietton, 2006). Cette forte pluviométrie entraîne une première onde de crue dès le début du mois d’août, mais qui est écrêtée par le barrage de Diama (ce qui préserve temporairement Saint-Louis des inondations). Toutefois, les fortes précipitations persistant dans tout le bassin versant, l’eau demeure à un niveau élevé les jours suivants. Le seuil d’inondation à Saint-Louis (1,2 m) est dépassé à partir du 8 septembre et l’eau monte progressivement lors des jours suivants pour atteindre 1,35 m le 28 septembre et se maintenir à 1,33 m jusqu’au 4 octobre. Il en résulte de très fortes inondations, à la fois dans la ville moderne ainsi que sur la rive orientale du fleuve et de la cité coloniale. Dans cette dernière, l’eau se propage à partir des zones les plus basses du Nord et de l’Est de l’île. Encore plus préoccupant, la montée de la crue risque d’entraîner l’ouverture naturelle d’une brèche à la racine de la Langue de Barbarie (figure 8) (Sy, 2015), soit à 5 km au nord de la ville, ce qui constituerait une menace pour tous les quartiers situés immédiatement au Sud.

Figure 8. La brèche artificielle de 2003 dans l’estuaire du Sénégal

Figure 8. La brèche artificielle de 2003 dans l’estuaire du Sénégal

Cheikh BA, 2020

36Dans un contexte de pression de plus en plus forte venant de la part de la population, exaspérée par la répétition des inondations lors des années précédentes et par le maintien d’un niveau élevé des eaux pendant plus d’un mois, les autorités locales décident d’agir le plus rapidement possible (Diop, 2004). Le 1er octobre 2003, la municipalité de Saint-Louis avertit les autorités nationales et les gestionnaires de la Direction de l’aménagement hydraulique de l’ampleur des inondations présentes et à venir dans la ville. Elle demande la prise d’une mesure en urgence pour faire baisser le niveau des eaux. Après une brève reconnaissance sur le terrain, une brèche artificielle de 4 m de large sur 1,5 m de profondeur est créée le 3 octobre dans la Langue de Barbarie, à 7 km au sud du pont Faidherbe, là où la flèche littorale était la plus mince, atteignant une largeur de 100 mètres environ (Kane, 2002 ; Ba, 2013  et Sy, 2015).

37Les différents travaux menés dans ce secteur ont montré que la brèche a très rapidement joué le rôle qui lui a été assigné. En l’espace de 48 h, le niveau du fleuve s’est abaissé de près de 0,50 m, retombant en dessous de la cote 1 m et il a décru ensuite progressivement de 0,40 m supplémentaires en une dizaine de jours. Conjointement, la brèche s’est élargie. Sa largeur est passée de 4 m le 3 octobre à 80 m dès le 5, puis 330 m moins de trois semaines plus tard. Dans les mois qui ont suivi, le renforcement des houles lors de la saison sèche a accentué l’érosion sur la rive Sud. Huit mois après son ouverture, la largeur de la brèche atteint finalement près de 800 m. Elle fait aujourd’hui plus de 5 km (Ndour et al., 2018) (figure 9).

Figure 9. La progression de la brèche et ses conséquences

Figure 9. La progression de la brèche et ses conséquences

SenCarto et Cheikh BA, 2020

38La décision politique prise en urgence a donc profondément modifié le comportement hydrologique du fleuve à Saint-Louis. L’accroissement de la sensibilité des zones urbanisées à l’aléa submersion est établi. Les apports sédimentaires dans les estuaires ne sont en effet généralement pas suffisants pour compenser l’élévation de la mer, mis à part là où les sédiments peuvent se déposer librement (zones de vasières littorales non anthropisées) (Paskoff, 2006). De plus, depuis son ouverture, la brèche ne s’est toujours pas stabilisée, avec notamment une dynamique combinant élargissement et mouvement d’ensemble vers le sud en direction du Gandiol où le village de Doun Baba Diéye a déjà été effacé en 2010. D’autres localités plus au Sud sont donc exposées (Cf. figure 9).

  • 12 La justice cognitive reconnaît le droit des différentes formes de savoirs à coexister, mais ajoute (...)

39Loin de se révéler comme une véritable action publique à l’échelle locale orientant la gouvernance adaptative de l’estuaire, dans une trajectoire soutenable, cette solution s’apparente plutôt à une « politique du désastre » (Pelling, 2009). Elle est cependant significative et montre les limites d’un dispositif de gouvernance marqué par une forte centralité et un maillage assez faible entre les différentes parties impliquées/identifiées (figure 10 et 11). L’établissement d’une intelligence territoriale collaborative entre les acteurs est bloqué par une frêle « justice cognitive »12 – une reconnaissance des différentes formes de savoirs – (Visvanathan, 2016) dans l’administration des « problèmes publics » – écologiques – (Dewey, 2003).

40En 2017, sur le terrain, un informateur - élu local, habitant de Gandiol racontait : « En 2003, On ne nous a rien demandé. On voulait s’organiser avant l’ouverture de la brèche dans 33 villages autour de l’embouchure du fleuve Sénégal. Nous étions en train de réfléchir sur une possible inondation de certains marigots desséchés à cause de la sécheresse. Mais le pouvoir central, ses experts, ses collaborateurs (e.g. OMVS) et les services déconcentrés (e.g. Direction de l’environnement, Gouvernorat de Saint-Louis et autres), à l’échelle locale, ne proposaient pas un cadre de dialogue pour le partage des savoirs, des visions et des connaissances sur la gestion des aléas hydroclimatiques. Ils ne reconnaissent pas notre savoir. Car, il n’est pas scientifique ou rationnel Nous ne pouvons pas donner notre avis, malheureusement. Et pourtant, nous sommes les plus exposés et vulnérables. Ensuite, nous avons des connaissances, pas forcément scientifiques, mais opératoires. Car on vit la situation au jour le jour, dans un apprentissage par expérience. ». En réalité, les « populations vulnérables » sont souvent accusées d’inefficacité ou d’incapacité organisationnelle, de manque de connaissances adéquates et d’incapacité à réduire les risques, alors qu’elles le pourraient (Hewitt, 1983 ; cité par Bankoff, 2001). Dans ce sens, l’intervention externe est perçue en termes de compétences – compétences issues des savoirs développés par la « science » (Cheylan et Riaux, 2013).

Figure 10. Schéma du modèle de gouvernance adaptative des risques hydrologiques à l’échelle locale à Saint-Louis

Figure 10. Schéma du modèle de gouvernance adaptative des risques hydrologiques à l’échelle locale à Saint-Louis

Cheikh BA, 2020

Figure 11. Les acteurs identifiés dans la gestion locale des crises écologiques – brèche artificielle de 2003

Figure 11. Les acteurs identifiés dans la gestion locale des crises écologiques – brèche artificielle de 2003

Cheikh BA, 2020

41Le propos auquel conduit l’observation de l’expérience de l’estuaire du fleuve Sénégal n’est pas une opposition entre savoir scientifique et savoir local. L’objectif auquel il invite est plutôt d’engager une réflexion sur la production de savoirs alternatifs, dans une égale dignité des systèmes de pensée, de philosophies, d’épistémologies et des savoirs locaux (Amselle et Diagne, 2018). Une démarche que nous pouvons mobiliser via une écologie politique des savoirs qui facilitera la transition féconde vers un autre développement.

42En effet, au regard des stratégies d’aménagement et des politiques de développement qui l’ont structuré depuis les indépendances – top-down et bottom-up –, la trajectoire de gouvernance de l’estuaire du fleuve Sénégal, n’est pas saisie comme le produit d’une histoire exigeant des ruptures sociales-écologiques dans la manière de la transformer, mais reste perçue comme devant prolonger une histoire qui, jusqu’ici, n’a fait qu’invalider et restructurer les identités (sociales, politiques, économiques) des groupes sociaux qui y vivent. Œuvrer à une écologie politique des savoirs, fondée sur une reconnaissance/valorisation des pratiques individuantes autochtones, semble donc être une étape incontournable afin d’instruire des transitions endurables refondées de la trajectoire de gouvernance adaptative de la zone estuarienne du Sénégal.

Façonner une gouvernance adaptative : une écologie politique des savoirs

  • 13 Par injustice épistémique, on entend les différentes situations où se joue la capacité de certaines (...)

43Les différentes stratégies de gouvernance – logique supranationale et locale – qui ont structuré la résilience de l’embouchure du fleuve Sénégal depuis les années 1970-80 ont montré une profonde crise de la « relationalité » (Sarr, 2017) – la qualité des relations entre les acteurs – et une « injustice épistémique »13 fondamentale (de Sousa Santos, 2011). Ces stratégies sont historiquement coupées du local. En réalité, la « crise » de la brèche artificielle de 2003 n’a pas constitué un point de « basculement » (Dill et Pelling, 2010) du « cadre » (Rosière, 2001) de gouvernance, mais plutôt un aboutissement malheureusement partiellement prévisible. On comprend combien qu’il est donc nécessaire aujourd’hui de refonder les formes, les stratégies et le « cadre » (Ibid., 2001) de la gouvernance adaptative de l’embouchure du Sénégal. Dans les sections suivantes nous envisageons certaines ouvertures en ce sens, et notamment l’intérêt des savoirs locaux dans la construction des transitions « soutenables » (Ballouche et al., 2019) dans une démarche qui s’inspire d’une pensée « pluriversaliste » (Escobar, 2018)

Raccoutumer la résilience !

44L’Afrique de l’Ouest en général et le Sénégal en particulier ont subi les effets des philosophies réformatrices (décentralisation et gouvernance) à partir des années 1970-80. Au moment où les communautés africaines sortaient de la colonisation, les principes d’organisation auraient dû émerger de l’intérieur de la société – et non de l’extérieur – (Le Roy, 1999). Les réformes issues de ces politiques ont de fait perturbé le fonctionnement des sociétés traditionnelles au lieu de les consolider. Ces dernières ont perdu leur légitimité face à l’émergence de structures bureaucratiques produit par les réformes territoriales importées d’une autre culture. Fortement influencées par l’Occident, les institutions du développement ont dès lors symbolisé la force « providentielle » organisatrice du vide originel (Ibid., 1999). Elles ont ainsi bloqué l’entretien et le développement des savoirs traditionnels ou vernaculaires dans les sociétés africaines (un « trop plein » que les politiques de développement importées de l’Occident ne pouvaient voir).

45Dès lors, « réinventer l’avenir n’allait donc pas de soi, il fallait de la témérité pour une telle entreprise. Il s’agissait d’inventer à nouveau, car l’avenir semblait déjà donné. Ses lieux et espaces indiqués, les chemins qui y menaient et les prairies où brouter, fléchées avec précision. Son image idéale se donnait à voir en Europe occidentale et en Amérique du Nord » (Sarr, 2016). Aujourd’hui, face aux défis écologiques et climatiques et au relatif échec des politiques de gouvernance adaptative, il est nécessaire de réinventer les stratégies d’action collective dans l’estuaire du fleuve Sénégal. Mais cette volonté de recréation doit éviter un mimétisme inadapté aux réalités sociales, économiques et culturelles du territoire à réinventer.

46Pour infléchir la trajectoire de gouvernance adaptative non soutenable des risques hydrologiques dans l’estuaire du fleuve Sénégal, il semble nécessaire d’« enfanter des formes de sa propre contemporanéité » (Sarr, 2016).

  • 14 Pour cette auteure : “ successes can be achieved even with quite active mutual misunderstanding. Ag (...)

47Une telle perspective nécessite d’être au clair sur les notions de savoirs « indigènes » et « modernes ». Dans les années 1950, les travaux en ethnosciences combinés aux travaux de Claude Lévy-Strauss (1962) avaient démontré que les savoirs vernaculaires sont une construction intellectuelle et ne se réduisaient pas uniquement à une praxis issue de l’expérience empirique. En effet, ils s’élaborent dans un mouvement de mobilisation conjointe d’unités d’informations de types très divers issues de l’expérience, de raisonnements abstraits relevant de la géométrie, de la physique, de la biologie, etc., de réflexions d’ordre philosophique, de la spiritualité individuelle et collective, de croyances, de rêves et d’émotions qui, ensemble, forment ces savoirs (Agrawal, 1995 ; Collignon, 1996). Ils sont subjectifs, contextualisés et pluriels et renvoient à l’expression des cultures singulières. Ce qui les différencie des savoirs scientifiques, c’est le fait qu’ils ne reposent pas sur une démarche analytique. Même si des expériences sont nécessaires, il ne s’agira pas de chercher la véracité des éléments qui font sa pratique. La vérification n’est pas systémique. Sa validité est appréciée sur la base de sa cohérence et son efficacité et non sur l’exactitude de ses unités d’informations qui seront mobilisées. Comme ils incorporent dans leurs démarches des émotions ou des rêves, il est difficile de faire de la théorisation sur ces derniers. Leur antonyme, les savoirs savants, sont discursifs et formalisés à travers des approches théoriques. Ils visent l’objectivation, la communicabilité et aspirent à l’universalité (Collignon, 2005). Raccoutumer la résilience en revalorisant les savoirs locaux n’est donc pas chose aisée : un tel processus nécessite, dans un premier temps, la négociation de transitions socio-institutionnelles qui respecte de manière scrupuleuse la non commensurabilité des savoirs à l’œuvre (locaux et experts) mais n’exclut pas l’émergence de solutions soutenables s’appuyant sur leur éventuelle mise en regard. Bello-Bravo (2020) parle à cet égard de « mission collective »14. Instruit d’une telle perspective et tirant les conclusions des insuccès des programmes d’aménagement, il semblerait possible d’envisager une analyse d’expériences locales dans une démarche pluriversaliste – « un monde dans lequel tiendraient de nombreux mondes » (Escobar, 2018, p. 76).

« Sentir-penser »15 avec le pays de Gandiol : du pluralisme au pluriversalisme

  • 15 Une inspiration par les expériences et les vécus – avec le territoire pour concevoir des réponses a (...)
  • 16 Pour les auteurs en effet, « en matière de régulation foncière, les acteurs s’appuient en pratique (...)

48L’articulation de la diversité des savoirs diversifiés et incommensurables est pensée la plupart du temps à l’aune du pluralisme. C’est à un approfondissement de cette notion – fut-elle pensée sous la forme avancée d’un « pluralisme de régulation » – que notre analyse invite. En effet, comme le concèdent d’Aquino et al., (2017) à la fin de leur analyse de la gouvernance foncière au Sénégal, une telle approche revient à valoriser la notion d’« assemblage »16. Stimulante, cette perspective continue toutefois de se placer dans un « pluralisme de juxtaposition » qui manque en partie le dialogue inter et transculturel et appelle plutôt à une reconnaissance dans leur plénitude de tous les « particuliers » afin de rendre possible des stratégies transitionnelles viables mobilisant égalitairement ces derniers (F. Lopez, 2017).

  • 17 Ces derniers avancent : « A pluriversal world over comes patriarchal attitudes, racism, casteism, a (...)

49Pour le dire de manière concise, il convient de passer du pluralisme au pluriversalisme (Kothari et al., 2019)17. Notons cependant que ces stratégies transitionnelles ne peuvent émerger que si elles se confrontent aux rapports de force hérités de politiques de développement inégalitaires et qu’elles engagent des « luttes politiques ontologiques » – des luttes pour la sauvegarde de la nature (Howitt et Suchet-Preaston, 2003 ; Escobar, 2018). Ce rééquilibrage de rapports sociaux asymétriques est essentiel afin d’alimenter un éventuel « travail politique des écarts » (Jullien, 2016 et Renou 2019) – dialogue entre les cultures/les parties prenantes – et de faire émerger de nouveaux « communs » (Ibid., 2016).

50Sur la base de matériaux récoltés dans notre étude, il est possible d’identifier une séquence analytique articulant la reconnaissance de la profondeur historique, le renforcement de la cohérence systémique et la consolidation de la pertinence opératoire des savoirs/pratiques vernaculaires. En effet, comme on l’a vu, Gandiol est un territoire ancien (Diop, 2019). Dans le cadre de notre travail doctoral, nous avons travaillé avec les anciens habitants d’un vieux village de Gandiol. Il s’agit de la communauté villageoise de Doun Baba Dièye, village qui a été détruit à la suite de l’aménagement de la brèche de 2003. Les savoirs incorporés et transmis de manière intergénérationnelle entre les « sentinelles » (Ba, 2019) de la mer au sein de cette communauté ont un caractère opératoire qui a été progressivement reconnu et mis en acte. C’est ce qu’a révélé notre immersion sur le terrain.

  • 18 Une personnalité très connue par les communautés villageoises de Gandiol. Il a travaillé avec les c (...)
  • 19 Ce territoire a reçu les premières installations françaises, avant que les colons français choisiss (...)

51Ainsi, Baba Dièye Diagne18 s’est installé sur l’île même devenue française19. Il avait l’obligation de continuer la mission que les Français avaient confiée à ses parents : il s’agissait de sonder la barre au niveau de l’embouchure et de contrôler l’entrée des bateaux. Doté de connaissances en géomorphologie et hydrologie, il répondait aux besoins spécifiques de cette mission stratégique et importante pour le pouvoir colonial. Ses connaissances sur l’estuaire du Sénégal ont ainsi servi l’autorité coloniale et ont été transmises de manière transgénérationnelle. Ibrahima Diagne son petit-fils a été l’un des héritiers successeurs remarqué pour la robustesse de connaissances détenues. Il avait fait savoir aux autorités que les populations de Gandiol encouraient de graves risques si une brèche était ouverture sur le cordon littoral. Grâce à l’expérience héritée de son ancêtre, Baba Dièye Diagne, il savait en effet que le cordon littoral servait de rempart entre la houle et la rive de son village Doun Baba Dièye. Il a été menacé par les autorités publiques qui ne voulaient rien entendre et, à son décès, a été remplacé par son fils Ameth Sène Diagne. Ameth Sène Diagne disait que les communautés, grâce à leurs savoirs pratiques, pouvaient consolider le cordon littoral de l’estuaire en accompagnant une restauration des bandes de filaos sur la langue de Barbarie. Ainsi, les dunes seraient fixées et protègeraient le littoral contre les risques de submersion marine. Il disait également qu’il était possible de se fonder sur les observations lunaires pour préciser le niveau de la mer attendu et d’avoir recours au calendrier wolof afin de disposer d’un corpus d’observations enrichi.

52Pendant la gouvernance coloniale, les savoirs autochtones – certes insérés dans des rapports de domination culturelle – semblent donc avoir été reconnus et entretenus par les autorités françaises afin de consolider la fixation du cordon littoral qui protégeait Saint-Louis. La décolonisation a contribué à partiellement les dévaloriser. Leur « rendre justice » implique donc non seulement de reconnaitre leur profondeur historique et de consolider leur cohérence systémique mais également de les faire « cohabiter » avec d’autres savoirs afin de consolider la dimension opératoire de leur mise en pratique. In fine, c’est bien de nouvelles stratégies de gouvernances territoriales, couvrant la diversité des risques hydrologiques accumulés en amont et en aval de la zone estuarienne, qu’il s’agit de repenser (Ba, 2019). Une perspective cosmopolitique (Mignolo, 2015) peut alors être endossée afin de s’inspirer d’une diversité de pratiques et méthodes qui fleurissent actuellement sur une pluralité de territoires (Howitt et Suchet-Preaston, 2006 ; Boelens et al., 2016 ; White et al., 2019 ; Bello-Bravo, 2020).

Conclusion

53La région de l’embouchure du Sénégal est affaiblie par une accumulation de risques hydroclimatiques et une profonde crise de relationalité entre les acteurs – inondations, crise érosive des plages, submersions marine, asymétrie structurelle, injustice épistémique – qui ont montré les limites des stratégies de résilience jusqu’ici envisagées. Face aux manquements du système de gouvernance, des communautés locales porteuses de savoirs vernaculaires souhaiteraient apporter leur contribution pour infléchir sa trajectoire de gouvernance adaptative – les réponses scientifiques à visée opérationnelle – à côté des acteurs supranationaux et nationaux institutionnalisés. Ainsi, la construction d’une passerelle pour rebâtir la qualité des relations que nous produisons entre individus, sociétés et avec le vivant qui nous accueille (Sarr, 2017) à l’aune des crises écologiques serait engagée.

54La démarche peut passer par une démarche pluriverselle, dans une perspective de circulation des savoirs, des connaissances, des imaginaires, des expériences, des vécus et des histoires qui offrirait une hospitalité aux savoirs locaux/vernaculaires qui sont jusque-là minorés, déclassés et dévalués. Dans cette optique de réparation épistémique, il ne s’agit en aucun cas de discréditer les savoirs scientifiques, mais de les utiliser d’une manière « contre-hégémonique », c’est-à-dire « d’explorer des pratiques scientifiques alternatives rendues visibles grâce aux épistémologies plurielles des pratiques scientifiques et, d’autre part, de promouvoir l’interdépendance des connaissances scientifiques et non scientifiques » (de Sousa Santos, 2011, p. 17).

55C’est dans cette direction qu’on peut s’envisager une mise en commun des connaissances, des savoirs, des méthodes et des protocoles, au service d’une intelligence collaborative opérationnelle. Car « le groupe accroît la puissance d’agir des femmes et des hommes, en faisant communauté, il transforme une multiplicité désarticulée en tout capable de faire acte. Faire horde, famille, société a été la première réponse pour assurer la survie et la pérennité des groupes humains et leur permettre d’affronter les défis que leur imposer leur environnement » (Sarr, 2017, p15-16.). Dans une époque fortement marquée par la détresse écologique et une crise de la relationalité entre les politiques, les experts et les citoyens qui continuent d’affecter les cadres décisionnels, habiter ce nouveau monde consisterait donc à asseoir celui-ci sur la production des relations de qualité entre les différents acteurs qui sont impliqués, une manière de reconnaître la « pluralité des situations » (Dahan, 2001).

Haut de page

Bibliographie

AGRAWAL, A., 1995, Dismantling the divide between indigenous and scientific knowledge, Development and Change, 26, p. 413-439.

AGRAWAL, A., et RIBOT, J., 1999, Accountability in decentralization: A framework with South Asian and West African cases, The Journal of Developing Areas, 33, p. 473-502.

BA, C., 2019, î Le citoyen, l’expert et le politique face aux changements climatiques : quels modèles de gouvernance ? Cas de l’estuaire du fleuve Sénégal î, École Doctorale Internationale des Ateliers de la Pensée de Dakar – Sénégal, organisée par le Consortium des Humanités, Dakar.

BA, C., 2019, Changement climatique et gouvernance des risques hydrologiques : quels modèles de gouvernance ? Le cas de l’estuaire du fleuve Sénégal. Thèse de doctorat, UGA, 266 p.

BA, K., 2013, Apport de la télédétection et des SIG dans l’étude de l’évolution de la Langue de Barbarie et de l’estuaire du fleuve Sénégal, Thèse de Doctorat, université Cheikh Anta Diop, 212 p.

BALDÉ, M.L., 1999, L’aménagement des périmètres intermédiaires de la moyenne vallée du fleuve (rive gauche) : Bilan et perspectives, Thèse de doctorat, Toulouse, p. 113-201.

BALLOUCHE, A., GAUCHÉ, E. & GUINEBERTEAU, T., 2019, Afrique(s) atlantique(s), Entre espace de transition et cohérence régionale, Norois, 252, p. 7-18.

BANKOFF, G., 2001, Rendering the World Unsafe : Vulnerability as Western Discourse, Disasters, 25,1, p. 19-35.

BARNAUD, C., et al.,., 2016, Dispositifs participatifs et asymétries de pouvoir : expliciter et interroger les positionnements. Participations, 16(3), 137-166. DOI :10.3917/parti.016.0137.

BARRY, B., 1988, La Sénégambie du XVe au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 431 p.

BELLO-BRAVO, J., 2020, Managing biodiversity & divinities: Case study of one twenty-year humanitarian forest restoration project in Benin, World Development 126, p. 111-123.

BERKES, F., C. FOLKE., 1998, "Linking social and ecological systems for resilience and sustainability", in, Berkes F. and C. Folke, (eds), Linking social and ecological systems: management practices and mechanisms for building resilience, Cambridge University Press, New York, USA.

BILBAO, I.A., et al.,. 2013, Résultats du suivi 2010-2012 de l’évolution de la brèche ouverte sur la Langue de Barbarie au Sénégal et de ses conséquences, vol. 7, Varia, p. 223-242

BOELENS, R., et al., 2016, Hydrosocial territories : A political ecology perspective. Water International, 41 (1), p. 1 – 14.

COGELS, F.X., et al., 1993, Premiers effets des barrages du fleuve Sénégal sur le lac de Guiers, Revue d’hydrobiologie Tropicale, n° 26, vol. 2, p. 105-117

COLLIGNON, B., 1996, Les Inuit, ce qu’ils savent du territoire, Paris, L’Harmattan.

COLLIGNON, B., 2005, Que sait-on des savoirs géographiques vernaculaires ? (What do we know about vernacular geographic knowledges), In : Bulletin de l’Association de géographes français, 82e année. p. 321-331.

D’AQUINO, P., 2002, Le territoire entre espace et pouvoir : pour une planification territoriale ascendante, Belin, L’Espace Géographique, tome 3, p. 3-22.

D’AQUINO, P., et al., 2017, Du savoir local au pouvoir central : un processus participatif sur la réforme foncière au Sénégal, Natures Sciences Sociétés, vol. 25(4), 360-369. DOI : 10.1051/nss/2 018 001.

DAHAN, A., 2001, La tension nécessaire. Entre universalité et localité des savoirs scientifiques, Alliage (en ligne), No.45-46. http://www.tribunes.com/tribune/alliage/45/Dahan_45.htm.

DEWEY, J., 1927, Le Public et ses problèmes, trad. de l’américain par J. Zask, Paris, Gallimard, 2010.

DIAKHATÉ, M., 1986, Le barrage de Diama : essai sur l’évaluation de ses impacts potentiels, In : Revue de Géographie de Lyon, vol. 61, n° 1, p. 43-61.

DI-BALDASSARRE, G., et al., 2010, “Flood fatalities in Africa: From diagno-sis to mitigation», Geophysical Research Letters, Vol. 37. no. 22, p. 1-5.

DILL, C., PELLING, M., 2010, Disaster politics: tipping points for change in the adaptation of socio-political regimes, Prog Hum Geogr 34: p. 21-37.

DIMAGGIO, P., POWELL, W., 1983, The Iron-Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Field, American Sociological Review, 48, April, p. 147-160.

DIOP, I., 2004, « Canal de délestage de la crue de 2003 : impacts et perspectives ». Communication devant l’Académie des sciences du Sénégal, Dakar, 12 p.

DIOP, S., 2019, Histoire du Sénégal. Mémoire du Gandiolais. L’Harmattan.

DURAND, P., ANSELME, B., & THOMAS, Y.F., 2010, L’impact de l’ouverture de la brèche dans la langue de Barbarie à Saint-Louis du Sénégal en 2003 : un changement de nature de l’aléa inondation ? Cybergeo: European Journal of Geography [Online], Environment, Nature, Landscape, document 496.

ESCOBAR, A., 2018, Designs for the Pluriverse. Radical Interdependence, Autonomy, and the Making of Worlds, Durham, NC: Duke University Press

FORSYTH, T., 2013, Community-based adaptation to climate change: A review of past and future challenges, Wiley Interdisciplinary Reviews: Climate Change, 4(5), p. 439-446.

GIEC., 2014, Changements Climatiques 2014 : Rapport de Synthèse.

GRINSTED, A., MOORE, J.C., & JEVREJEVA, S., 2009, Reconstructing sea level from paleo and projected temperatures 200 to 2100 AD. Climate Dynamics, 10 p.

GUNDERSON, L., 1999, Resilience, flexibility and adaptive management – antidotes for spurious certitude ?, Conservation Ecology, vol. 3, article 7. DOI : http://dx.doi.org/10.5751/ES-00089-030107.

GUPTA, J., ET BAVINCK, M., 2017, Inclusive development and coastal adaptiveness, Ocean & Coastal Management, 136, p. 29-37.

HARDY, G., 1921, La mise en valeur du Sénégal de 1817 à 1854, Paris, Larose, 376 p.

HOWITT, R., S. SUCHET-PEARSON., 2006, Rethinking the Building Blocks: Ontological Pluralism and the Idea of ‘Management’. Geografiska Annale: Series B, Human Geography 88(3) : p. 323-335.

IPCC., 2001, Climate change 2001: impacts, adaptation, and vulnerability. In: McCarthy, D., Canziani, O.F., Lear y, N.A., Dokken, D.J., White, K.S. (Eds.), Contribution of Working Group II to the Third Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press.

IRD., 2015, Monographie hydrologique du fleuve Sénégal. De l’origine des mesures jusqu’en 2011, IRD, Éditions.

JULLIEN, F., 2018, L’écart et l’entre. Leçon inaugurale de la Chaire sur l’altérité, Galilée, 91 p. ; Rééd. Gallimard, Folio.

KANE, A., 2002, Crues et inondations dans la basse vallée du fleuve Sénégal. In: D. Orange et al., (Ed), Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales. Paris-Bamako : IRD ; CNRST, Colloques et Séminaires, p. 197-208.

KITZINGER, J., 1994, The methodology of Focus Groups: the importance of interaction between research participants, Sociology of health and illness, n°1, vol. 16, Glasgow University Media Group, p. 103-121.

LE ROY, E., 1999, Le jeu des lois, une anthropologie dynamique du droit, Paris, LGDJ.

LEVIN K., et al., 2012, Overcoming the tragedy of super wicked problems: constraining our future selves to ameliorate global climate change, Policy Science, DOI : https://doi.org/10.1007/s11077-012-9151-0.

LEVY-STRAUSS, C., 1962, La pensée sauvage, Paris.

LOTI, P., 1999, Le roman d’un spahi, La Gibecière à mots.

MAGNAN, A. K., et al., 2016, « Addressing the risk of maladaptation to climate change », WIREs Clim Change, DOI : https://doi.org/10.1002/wcc.409.

MAHÉ, G., OLIVRY, J.C., 1995, Variation des précipitations et des écoulements en Afrique de l’Ouest et centrale de 1951 à 1989, Sécheresse, n° 1, vol. 6, p. 109-117.

MERZOUG, M-S., 2005, L’eau, l’Afrique, la solidarité : Une nouvelle espérance, Paris, Présence africaine, 192 p.

MIETTON, M., DUMAS, D., 2006, « Le delta du fleuve Sénégal. Une gestion de l’eau dans l’incertitude chronique », Actes du Colloque international « Incertitudes et Environnement – mesures, modèles, gestion », Arles, France, 23-25 novembre 2005, 12 p.

MILLER M.A., DOUGLASS M., et GARSHAGEN M., (Eds), 2018, Crossing Borders: Governing Environmental Disasters in Global Urban Age in Asia and the Pacific, Springer.

MOSCOVICI, S., 2003, Des représentations collectives aux représentations sociales : éléments pour une histoire, In Denise, J., Les représentations sociales, Presses Universitaires de France, p. 79-103.

MOSCOVICI, S., (Ed), 1984, Social Representations. Cambridge, Cambridge University Press.

NDOUR, A., et al.,2018, Strategies for coastal erosion problems in west Africa: Analysis, issues, and constraints drawn from the examples of Senegal and Benin, Ocean & Coastal Management 156, p. 92-106.

OMVS., 2009, SDAGE du fleuve Sénégal, Rapport de phase 1 : État des lieux et diagnostics. Canal du Provence.

PADIOLEAU, J.-G., 1982, L’État au concret, Paris, Presses Universitaires de France.

PAHL-WOSTL, C., 2009, "A conceptual framework for analysing adaptative capacity and multi-level learning process in resource governance regime", Global Environmental Change, 19, p. 354-365.

PELLING, M., DILL, K., 2010, Disaster politics : tipping points for change in the adaptation of sociopolitical regimes, Progress in Human Geography, vol. 34 (1), p. 21–37.

PELLING, M., 2009, Disaster risk reduction: cases from urban Africa, Earthscan, London.

RAHMSTORF, S., 2007, A semi-empirical Approach to projecting sea-level Rise, Science, vol. 315, p. 368-370.

RENOU, Y., 2019, Négocier les transitions socio-institutionnelles : travail des possibles, régimes de valorisation et communs, Mémoire d’Habilitation à diriger des recherches (HDR), Université Grenoble Alpes, 194 p.

RONDEAU, D., 2016, La place des savoirs locaux (endogènes) dans la cité globale. Essai de justification., in Piron, F ; Regulus, S., & et Dibounje Madiba, S., justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, Québec, Editions science et bien commun, [En ligne] : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/justicecognitive1.

ROSIÈRE, S., 2001, Proposition pour une distinction opératoire entre la géopolitique, la géographie politique et la géostratégie. L’information géographique, Paris, Armand Colin, vol. 65, n° 1, p. 33-42.

SANTOS (de Sousa), B., (Ed.), 2011, Another knowledge is : possible : beyond Northern epistemologies, London : Verso.

SARR, F., 2016, Afrotopia. Éditions Philippe Rey, Paris.

SARR, F., 2017, Habiter le monde, Mémoire d’encrier.

SECK, S.M., 1981, Irrigation et aménagement de l’espace dans la moyenne vallée du Sénégal, thèse de doctorat de géographie, Université de St Etienne, 625 p. multig.

SECK, S.M., LERICOLLAIS, A., MAGRIN, G., 2009, L’aménagement de la vallée du Sénégal. Logiques nationales, crises et coopération entre les États riverains. In Raison, J-P et al., Des fleuves entre conflits et compromis, Éditions Karthala, p. 31-76.

SÉNE, A.M., 2009, Développement durable et impacts des politiques publiques de gestion de la vallée du fleuve Sénégal : du régional au local, VertigO –La revue en sciences de l’environnement, vol. 9, n° 3, 16 p.

STEFFEN, W., et al., 2015, The Trajectory of the Anthropocene, The Great Acceleration, The Anthropocene Review, 2(1), p. 81-98.

SY, B.A., (Dir), 2015. Brèche » ouverte sur la Langue de Barbarie à Saint-Louis. Esquisse de bilan d’un aménagement précipité, La Librairie Universitaire, L’Harmattan.

SY, B.A., 2010, L’histoire morphodynamique de Doun Baba Dièye du Sénégal, Perspectives et Sociétés, vol. 1, p. 3-21.

TAÏBI, A., et al., 2006, « Diagnostic par télédétection satellitaire des impacts environnementaux et socio-économiques du Parc National du Diawling sur le Bas Delta du fleuve Sénégal », dans Symoens, J.-J., Les Écosystèmes côtiers de l’Afrique de l’Ouest. Diversité biologique – Ressources – Conservation, Bruxelles, FFRSA, CNBSB, PRCZCMAO, p. 211-229.

TOULIER, B., 2003, Saint-Louis du Sénégal, un enjeu pour le patrimoine mondial, In Situ [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 23 avril 2012, consulté le 22 janvier 2015. URL : http://insitu.revues.org/1623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.1623.

VEDELD, T. ; COLY, A., 2015, Climate adaptation at what Scale? Multi-level governance, resilience, and coproduction in Saint-Louis, Senegal, Natural Hazards, vol82, p. 1-27.

VISVANATHAN, S., 2016, La quête de justice cognitive. Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, in Piron, F., Regulus, S., Madiba, M.S ; (dir.), Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, Québec, Éditions science et bien commun, [En ligne] : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/justicecognitive1/chapter/en-quete-de-justice-cognitive/. Consulté le : 13/02/19, p. 44-55.

WAHNICH, S., 2006, Enquêtes quantitatives et qualitatives. Observation ethnographique,. Bulletin des bibliothèques de France (BBF), vol. 6, p. 8-12.

Haut de page

Notes

1 On peut se référer à de nombreuses publications récentes (2017 et 2018) dans des revues de référence telles que Ocean and Coastal Management, Environmental Science and Policy ou Global Environmental Change.

2 Une adaptation qui échoue à réduire la vulnérabilité, mais au contraire l’accroît (IPCC, 2001 : 990). Dans le cas de l’embouchure du fleuve Sénégal, elle se manifeste par une accumulation de risques engendrée par l’installation des barrages pour lutter contre les changements climatiques et l’anthropisation des paysages naturels en cours.

3 « L’ensemble des problèmes perçus comme appelant un débat public voire l’intervention des autorités politiques légitimes » (Padioleau, 1982, p. 125).

4 La sécheresse est « un phénomène accidentel, de durée variable, marqué par un déficit anormal en eau, entraînant une rupture des équilibres naturels, une désorganisation de l’aménagement du pays, une baisse considérable de la production vivrière et des équilibres naturels et des bouleversements sociaux qui peuvent être irréversibles » (Toupet et Michel, 1979).

5 Le patrimoine urbain de la région est menacé par l’érosion côtière, « bidonvilisation », insécurité maritime, précarité, migrations environnementales face à la crise érosive du littoral et une augmentation des vulnérabilités (Ba, 2019). Les stratégies adaptatives initiées par les acteurs (politiques, citoyens et experts) n’engendrent que des effets très marginaux (Vedeld et Coly, 2015).

6 L’idée qu’il n’existe pas de connaissance ou d’ignorance dans l’absolu (de Sousa Santos, 2011 ; Escobar, 2018 ; Sarr, 2016) à partir de la manière dont des communautés territorialisées ont appris à vivre (Fals-Borda, 1986 ; cité par Escobar, 2018).

7 Le concept de gouvernance adaptative est issu du cadre théorique de la gestion adaptative qui a émergé dans les années 70 comme une réponse scientifique à visée opérationnelle privilégiant une approche intégrée et multidisciplinaire pour répondre aux enjeux de la complexité et de l’incertitude qui caractérisent la gestion des ressources naturelles (Berkes et Folke, 1998 ; Gunderson, 1999). Elle repose sur la reconnaissance du fait que les ressources gérées sont modifiées sous l’effet de l’intervention humaine. Aussi des « surprises » sont-elles inévitables et sources de nouvelles incertitudes. La gestion adaptative peut être définie comme un « processus systématique d’amélioration des pratiques et des politiques de gestion fondé sur un apprentissage basé sur la connaissance des résultats de stratégies ayant préalablement été mises en œuvre » (Pahl-Wostl et al., 2007). La notion est utilisée dans ce texte pour parler de l’organisation de la gestion des ressources en eau au Nord du Sénégal, dans un contexte de crises climatiques dans les années 70-80 par les États riverains.

8 Thèse de doctorat soutenue à Grenoble (01/10/2019) : Changement climatique et gouvernance des risques hydrologiques : quels modèles de gouvernance ? Cas de l’estuaire du fleuve Sénégal.

9 Les entretiens semi-directifs étaient individuels et les focus groups collectifs.

10 Les fonds d’archives ministérielles du premier empire colonial (XVIIe – début XIXe siècle) et du deuxième empire colonial (XIXe – XXe siècle) ont été consultés pendant un séjour de recherche aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM).

11 L’un des anciens royaumes issus de l’éclatement de l’empire wolof du Djolof au XVIᵉ siècle et immédiatement antérieur à la colonisation européenne.

12 La justice cognitive reconnaît le droit des différentes formes de savoirs à coexister, mais ajoute que cette pluralité doit aller au-delà de la tolérance ou du libéralisme et prôner une reconnaissance active de la nécessité de la diversité. Elle exige la reconnaissance des savoirs non seulement comme méthodes, mais aussi comme modes de vie. La connaissance est considérée comme ancrée dans une écologie des savoirs où chaque savoir a sa place, sa prétention à une cosmologie, son sens comme forme de vie. En ce sens, un savoir ne peut être détaché de la culture comme forme de vie ; il est relié à des moyens de subsistance, à un cycle de vie, à un mode de vie ; il détermine les chances de vie (de Sousa Santos, 2011).

13 Par injustice épistémique, on entend les différentes situations où se joue la capacité de certaines personnes à faire valoir leur statut de personnes légitimes/fiables et compétences en matière de production et de transmissions de savoirs.

14 Pour cette auteure : “ successes can be achieved even with quite active mutual misunderstanding. Again, we speak of a collective mission to capture this kind of situation. Under a collective mission, furthermore, we would highlight the co-managerial behavior of dissimilar actors. This behavior operates within the overlap of other wise non-aligned world views and interpretive frameworks intersect and generate a variety of behaviors not other wise possible. At the case site, this situation resulted in compromises or modifications to behavior by actors that often emerged not out of any shared understanding with respect to the use of the forest but became possible and practicable through the space of an edge “(2020, p. 9).

15 Une inspiration par les expériences et les vécus – avec le territoire pour concevoir des réponses adaptées, en explorant sa diversité, le bien-être de ses habitants, leur dignité, leur aspiration et leurs potentialités (Fals Borda, 1986 ; cité par Escobar, 2018).

16 Pour les auteurs en effet, « en matière de régulation foncière, les acteurs s’appuient en pratique davantage sur un pluralisme de régulation, que l’on peut comparer à un “mille-feuille” de formes de régulations, plutôt que sur une seule référence de régulation reconnue et appliquée par tous. [….] Ce faisant, les acteurs se construisent de manière flexible et dynamique leurs puzzles respectifs de fonctionnement foncier, l’assemblage de la grande diversité des puzzles existants formant l’essence du pluralisme de régulation » (2017, p. 249).

17 Ces derniers avancent : « A pluriversal world over comes patriarchal attitudes, racism, casteism, and other forms of discrimination. Here, people re-learn what it means to be a humble part of ‘nature’, leaving behind narrow anthropocentric notions of progress based on economic growth. While many pluriversal articulations synergize with each other, unlike the universalizing ideology of sustainable development, they cannot be reduced to an over arching policy for administration either by the UN or some other global governance regime, or by regional or state regimes. We envision a world confluence of alternatives, provoking strategies for transition, including small everyday actions, towards a great transformation » (Khotari et al., 2019 ; p 28).

18 Une personnalité très connue par les communautés villageoises de Gandiol. Il a travaillé avec les colons français sur l’estuaire du fleuve Sénégal. Actuellement, son petit-fils est le chef de village délocalisé à la suite de l’ouverture de la brèche de 2003.

19 Ce territoire a reçu les premières installations françaises, avant que les colons français choisissent l’île de Saint-Louis pour sa meilleure position stratégique et la sécurité que cette ville assurait face aux risques de submersions marines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Tableau des informateurs enquêtés
Crédits Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2. Extrait d’une grille d’entretien
Crédits Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 3. Une vue d’ensemble du paysage de l’estuaire du fleuve Sénégal
Crédits Google Images, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Figure 4. Bassin du fleuve Sénégal
Crédits Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 5. Localisation de l’estuaire du fleuve Sénégal
Crédits Cheikh BA, 2020, source : Fanget et Rey : 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6. L’estuaire du fleuve Sénégal
Crédits Source : Kane, 2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure 7. Le modèle de gouvernance de l’OMVS
Crédits Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 8. La brèche artificielle de 2003 dans l’estuaire du Sénégal
Légende Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 9. La progression de la brèche et ses conséquences
Crédits SenCarto et Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 10. Schéma du modèle de gouvernance adaptative des risques hydrologiques à l’échelle locale à Saint-Louis
Crédits Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 11. Les acteurs identifiés dans la gestion locale des crises écologiques – brèche artificielle de 2003
Crédits Cheikh BA, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7917/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cheikh Ba, « Le citoyen, l’expert et le politique : quelle place pour les savoirs locaux dans la lutte contre les changements climatiques ? », L’Espace Politique [En ligne], 40 | 2020-1, mis en ligne le 21 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7917

Haut de page

Auteur

Cheikh Ba

Docteur en Sciences du territoire (PACTE, CNRS/UGA)
ba_cheikh@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search