Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Pensées émergentes en géographie ...« Pensées Emergentes » : Vivacité...

Pensées émergentes en géographie politique et géopolitique

« Pensées Emergentes » : Vivacité et diversité des approches spatiales du politique

"Emerging Thoughts": Vivacity and Diversity of Spatial Approaches to Politics
Amaël Cattaruzza, Sophie Hou et Kevin Limonier

Texte intégral

1Ce numéro de l’Espace politique s’inscrit dans une démarche originale. Nous n’avons pas cherché, pour une fois, à traiter un thème spécifique, mais plutôt à donner à lire des productions de jeunes collègues – en cours de thèse ou ayant récemment soutenu. Bien évidemment, il ne s’agit pas de considérer que ces recherches ont un statut particulier du fait de la jeunesse de leurs auteurs, mais plutôt d’offrir une fenêtre sur la vitalité de l’approche géographique du politique. De fait, la constitution de ce numéro est particulière en ce sens qu’elle fait suite à la première journée doctorale de la Commission de Géographie politique et de géopolitique du CNFG, qui s’est tenue le 14 juin 2019 à l’Institut de Géographie sur le thème « Pensées émergentes en géographie politique et en géopolitique ».

Les dessous d’une journée doctorale

2Disons-le d’emblée : nous n’imaginions pas, en organisant cette journée, rencontrer un tel succès. Nous avons reçu trente propositions d’intervention, venues de toute la France, et même plus largement de la Francophonie, plusieurs candidats étant originaires de pays d’Afrique francophone et du Maghreb. Les réponses à notre appel ont d’ailleurs conforté le pressentiment que nous avions en organisant cet événement, à savoir que l’approche géographique du politique ne concerne pas seulement les seules branches de la géographie politique et de la géopolitique, mais aussi l’ensemble du champ de la géographie, voire au-delà puisque plusieurs propositions nous sont parvenues d’étudiants en sciences politiques – toujours plus sensibles aujourd’hui aux analyses spatiales. Quelques propositions inédites nous étaient alors parvenues issues de collègues de géographie rurale, urbaine, culturelle et même, pour l’une d’elles, d’une articulation entre politique, économie, géologie avec pour ambition d’ouvrir le thème d’une géopolitique des matériaux ! Autant dire que le comité scientifique a eu un travail difficile pour sélectionner huit doctorants pour cette journée, et que cette sélection n’était absolument pas représentative ni de la diversité, ni de l’originalité et de la qualité des propositions envoyées.

3L’organisation de cet événement nous conforte dans l’idée que les approches spatiales du politique sont désormais largement acceptées et diffusées dans la production scientifique contemporaine, comme le soulignait notre appel :

Si au début des années 70, géographie politique et géopolitique étaient quasi inexistantes dans le paysage universitaire français, la situation a nettement évolué depuis et la dimension politique s’est insérée dans de nombreux domaines de la géographie française. Cela est évidemment le cas de ces deux champs que sont la géopolitique, renouvelée par Yves Lacoste et la revue Hérodote, ou la géographie politique dont les publications en France se sont développées à nouveau à partir de la fin des années 1970 (Paul Claval, Claude Raffestin, André-Louis Sanguin).
Mais l’approche politique des phénomènes spatiaux dépasse aujourd’hui largement ces seules branches. Elle apparaît également plus ponctuellement dans d’autres champs comme la géographie sociale, culturelle, urbaine, environnementale, entre autres. Alors que le champ du politique en géographie a d’abord été étudié à travers le seul prisme de l’Etat (Ratzel), les échelles d’analyse, les méthodologies, les approches épistémologiques et les objets d’études se sont multipliés au cours des dernières décennies. Les approches critiques ont d’abord procédé par déconstruction conceptuelle, pour mettre en avant la puissance des représentations qui sous-tendent les rapports de force dans les territoires. Sous l’influence d’approches plus radicales, notamment grâce à l’apport des pensées féministes, la géographie politique se déplace vers d’autres champs, avec des applications dans l’analyse du quotidien et de l’intime notamment. Elle pose également la question de la circulation des concepts et ouvre des débats sur la géopolitique des savoirs. La géopolitique des données est aussi un nouveau champ alors que la numérisation de la société se renforce.

4Cet événement, que nous avons volontairement voulu ouvert et fédérateur, a été l’illustration de la diversité de notre champ académique, tant au niveau des thématiques (agriculture urbaine, activités culturelles, espace numérique, médias, production de la ville, savoirs environnementaux, entre autres) qu’au niveau des méthodologies (cartes mentales, cartes topologiques, observation participante, entretiens, focus groups, approches pluridisciplinaires). Le caractère transversal de nos approches est également ressorti, nous confirmant la porosité de quelques-unes de nos barrières disciplinaires.

Une publication autour de trois grands fils directeurs

5Le numéro qui est ici présenté se veut donc également être un reflet, très partiel, de cette diversité. Quelques mots d’abord sur l’appel à communication qui nous a permis de constituer ce dossier. Cet appel était ouvert à tous les doctorants qui avaient envoyé une proposition à la journée doctorale. Tous n’ont pas répondu, bien évidemment, et ce n’était pas l’objet de notre journée doctorale. Nous voulions en revanche offrir la possibilité à ceux qui le souhaitaient de soumettre leurs travaux à une revue scientifique. Aussi, entre septembre 2019 et aujourd’hui, se sont déroulées toute les étapes du travail éditorial classique d’une revue scientifique (double évaluation anonyme de chaque proposition, sélection et modification des textes, mise aux normes, édition). Les sept articles présentés ici ne sont donc pas forcément le fruit des présentations orales de la journée de juin 2019. Les deux processus – appel à communication et appel à publication – ont été menés successivement et de manière distincte. Mais le résultat est là encore l’illustration de la vivacité et de la diversité des approches spatiales du politique. Les articles de ce numéro peuvent être répartis selon trois grands fils directeurs :

Mobilisations politiques

6Le premier axe est celui des mobilisations politiques. Les articles les abordent sous diverses formes, qu’il s’agisse des stratégies et comportements électoraux (article d’Yvan Issekin), de la politisation des membres d’une communauté et des actions visant à investir l’espace public (article d’Hervé Amiot), ou encore d’initiatives de collectifs d’habitants revendiquant une autre manière de faire la ville (article de Gustavo Nagib). Les contextes sont également divers : le Cameroun, la diaspora ukrainienne en France et les deux villes de Sao Paulo et de Paris. Si les formes et les contextes diffèrent, les articles proposent une réflexion sur l’articulation des échelles spatiales et montrent la pertinence de l’analyse de géographie politique et de géopolitique pour comprendre les mobilisations politiques. Ainsi, la géopolitique du vote au Cameroun met en évidence les interactions entre dynamiques nationales et enjeux locaux. L’étude de l’action politique de la diaspora ukrainienne en France pose la question des ancrages multiples des membres de cette diaspora, de leur mise en réseau et de la construction d’un espace de mobilisation spécifique, distinct de l’espace-enjeu. S’intéresser à l’agriculture urbaine militante à Sao Paulo et à Paris induit une réflexion sur les rapports entre planification urbaine à l’échelle de la ville et initiatives associatives à l’échelle du quartier. Si les notions et les méthodes de l’analyse de la géopolitique et de la géographie politique ressortent, les trois démarches font le lien avec d’autres approches, comme celles de la géographie sociale et de la sociologie électorale.

Savoirs géographiques

7Le deuxième axe relève des savoirs géographiques. Deux articles proposent un décentrement du regard en donnant la parole, à travers notamment des entretiens de groupes, à des acteurs souvent négligés dans les analyses de géopolitique et de géographie politique : les enfants (article d’Anne-Cécile Ott) et les communautés autochtones (article de Cheikh Ba). Là encore, les deux cadres étudiés sont bien différents, entre les écoles primaires parisiennes et l’estuaire du fleuve Sénégal. Il s’agit cependant, dans les deux cas, de s’interroger sur les représentations, objet central de la géographie politique et de la géopolitique, et du rapport à l’espace. Comment se construisent ces représentations ? Quelle place leur est-elle accordée par rapport aux représentations d’autres acteurs ? Comment les (re)valoriser ?

Géopolitique du numérique

8La géopolitique du numérique constitue le troisième axe de ce numéro. Les deux articles qui le composent s’appuient sur des cas d’étude impliquant la Fédération de Russie, que cela soit par la question de son influence informationnelle (article de Colin Gérard et al.) ou par le cas du conflit russo-ukrainien (article de Louis Pétiniaud et al.). A travers l’étude d’un objet récent et en pleine évolution, celle du cyberespace, il s’agit tout à la fois de réinterroger des concepts clés de la géopolitique (le soft power, la stratégie d’influence, la souveraineté, la puissance) et de s’intéresser aux nouvelles logiques que les technologies numériques impulsent. Comment repenser les territorialités et les communautés ? Quelles représentations cartographiques émergent ? Dans ces approches, géopolitique et informatique se complètent.

Une grande diversité d’approches et de brassages méthodologiques

9Ce numéro donne à voir la diversité des approches permettant d’étudier le politique à travers l’analyse spatiale, et l’importance, quel que soit l’objet d’étude, des brassages méthodologiques, des comparaisons et des confrontations entre différentes démarches au sein de la discipline, et plus largement au sein des sciences sociales. Les mobilisations politiques abordées par le champ du transnational et des diasporas sont ainsi l’occasion de faire dialoguer la géopolitique (espace enjeu) avec des questionnements plus proches de la géographie culturelle et de la géographie sociale (autour du champ des pratiques et des dynamiques de socialisation). La géographie électorale du Cameroun, souvent analysée à travers le prisme communautaire, se trouve renouvelée par des interprétations économiques et sociologiques, qui interprètent les logiques des votants au regard de stratégies plus larges. L’étude de l’agriculture urbaine, abordée sous l’angle d’une géographie plus radicale, permet d’entrevoir dans ce mouvement une dimension idéologique et la remise en cause de l’organisation urbaine contemporaine et du système libéral qui la sous-tend.

10Les savoirs géographiques, qu’ils soient le fruit d’un apprentissage, d’une transmission ou d’une imposition, sont interrogés à travers différentes approches. La réflexion autour d’une « géopolitique » enfantine se situe dans la tradition initiée par la géographie des représentations, et les méthodes développées au sein de la démarche didactique, montrant que le politique peut faire l’objet d’une transmission, voulue ou non par l’institution scolaire. Tandis que l’étude des crises environnementales dans l’estuaire du fleuve Sénégal appelle à une réarticulation des savoirs scientifiques avec les savoirs vernaculaires portés par les communautés locales. Enfin, les méthodes géopolitiques, telle qu’elles avaient été pensées par Yves Lacoste, continuent d’inspirer la recherche, et de se décliner autour de nouveaux objets d’études, comme l’espace numérique. Que ce soient au sujet du routage des données dans le contexte du conflit ukrainien ou via l’analyse de la formation de communautés politiques sur twitter, on retrouve des travaux articulés autour de « l’étude de rivalité de pouvoir sur des territoires », réinventée au contact des sciences de l’ingénieurs et des humanités numériques.

Conclusion

11Ce numéro et la journée doctorale dont il est issu se veulent une invitation aux échanges et aux métissages entre les différentes démarches et disciplines qui s’intéressent aux dimensions géopolitiques au sens large. Ces différents articles, à la manière d’une fresque impressionniste, esquissent en creux une « cartographie » des approches politiques de la géographie française et francophone et permettent d’identifier, de façon non exhaustive, de nouveaux objets d’étude ouverts dans ce domaine.

12Notre démarche ici est donc un appel à ce que ces initiatives se reproduisent, pour rendre visible et stimuler les dialogues entre collègues et entre institutions. Dans ce contexte, la Commission de géographie politique et de géopolitique du CNFG peut avoir un rôle pour fédérer les chercheurs, créer et nourrir un débat. Ces échanges et réflexions pourront faire émerger des thèmes susceptibles de faire l’objet de panels lors du Congrès exceptionnel de l’Union Géographique Internationale, « Le temps des géographes/Time for geographers » qui aura lieu à Paris en 2022. De façon plus large, l’expérience de la journée doctorale de la Commission de géographie politique et de géopolitique souligne l’intérêt d’entretenir des liens et des échanges entre les chercheurs de la discipline, malgré leur dispersion dans différentes structures. Cette dispersion, si elle est parfois un obstacle aux discussions, les enrichit également en confrontant, comme nous l’avons montré, une diversité d’approches, de notions et de méthodologies.

13Finalement, last but not least, l’organisation de ces événements scientifiques nous a permis de constater combien l’engouement pour les questions géopolitiques et les approches spatiales du politique dépassait le simple cadre de la géographie. Plusieurs contributions ont ainsi émané de jeunes chercheur(e)s provenant d’autres sciences sociales telles que les sciences politiques ou la sociologie. L’intervention de Camille Escudé sur l’Arctique a montré comment certaines « notions phares » telles que celle des représentations territoriales restent pertinentes pour étudier des objets appartenant au champ de la sociologie des relations internationales. La question de savoir comment des organisations ou des acteurs fabriquent des représentations de l’espace (en l’occurrence, de l’Arctique) esquisse ainsi de possibles croisements interdisciplinaires fructueux – qui permettront tout à la fois à des politistes de mieux s’approprier la question territoriale, et à des géographes d’approfondir les conditions sociologiques d’émergence de certains phénomènes territoriaux, notamment au niveau de la production des discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaël Cattaruzza, Sophie Hou et Kevin Limonier, « « Pensées Emergentes » : Vivacité et diversité des approches spatiales du politique », L’Espace Politique [En ligne], 40 | 2020-1, mis en ligne le 21 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8192 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.8192

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search