Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Géopolitiques de la commémorationNationalismesChanger le paradigme commémoratif...

Géopolitiques de la commémoration
Nationalismes

Changer le paradigme commémoratif en direction des plus jeunes : la voie internationale suivie par les commémorations du Centenaire de la Grande Guerre

Commemorating the Great War For And With The Youth: Changing the Commemorative Paradigm By Promoting International Cooperation.
Alexandre Lafon

Résumés

Cet article revient sur la politique de commémoration du Centenaire de la Première Mondiale à l’égard de la jeunesse et notamment des élèves des établissements scolaires ; il montre en quoi les actions pédagogiques ont conduit à des coopérations internationales en réponse à la vision d’un Centenaire « international » défendue par la France. Rédigé par l’un des acteurs en charge de la conception et de la mise en œuvre de cette politique, l’article évoque les différents objectifs assignés à cette politique engageant de nombreux acteurs en France et ailleurs en Europe et dans le monde. Il décrit différentes modalités de coopérations internationales, illustrant les enjeux éducatifs et diplomatiques de la commémoration. Il insiste enfin sur les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des actions pédagogiques internationales, soulignant la fragilité de la notion de « mémoire partagée » et la prégnance des logiques nationales voire nationalistes dans les commémorations de la guerre impliquant la jeunesse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Antoine Prost, le président du conseil scientifique de la Mission du Centenaire, évoque en amont du (...)
  • 2 Joseph Zimet, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020) : propositions pour un centenaire internation (...)

1En France, les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale ont revêtu entre 2014 et 2018 une ampleur exceptionnelle et inédite (Prost, 2019, Lafon, 2019). Soutenues dès leur préfiguration en 2011 par une forte demande populaire1 (Offenstadt, 2010), elles ont été pilotées en France à partir de 2012 et jusqu’en 2019 par un groupement d’intérêt public (GIP) interministériel intitulé « Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale ». Plus de six milles projets culturels, scientifiques et mémoriels ont reçu le label de cette institution créée ad hoc révélant leur caractère remarquable. Ils ont donné lieu à une multitude d’événements de plus ou moins grande ampleur, soutenus par des expositions, des publications, des productions artistiques très divers. La Mission du Centenaire, créée dans le cadre des commémorations nationales, s’est construite d’emblée dans la perspective d’un cycle commémoratif largement mondialisé. Le rapport précurseur rédigé par Joseph Zimet, futur directeur de la Mission, insistait précisément sur ce point. Le Centenaire représentera « le basculement vers une commémoration mondialisée, transnationale, où la Grande Guerre sera l’objet d’une véritable communion commémorative – une “communio-mémoration” – entre nations ex-belligérantes, engagées dans la recherche de la signification et de la justification, pour le présent2 ». D’autant que les anciens champs de bataille en France ont été foulés par des soldats venus des cinq continents. De fait, la Mission a contribué à l’organisation des nombreuses cérémonies nationales et internationales qui ont scandé l’ensemble des commémorations partout sur le territoire et notamment dans les départements de l’ancien front, en lien avec les services de l’Etat, les collectivités territoriales et les associations, mais également avec les autorités des pays anciennement belligérants. La France, principal lieu des affrontements armés à l’ouest de l’Europe entre 1914 et 1918, a été de ce point de vue fortement investie par l’internationalisation des commémorations.

  • 3 Ibid., p. 10.
  • 4 Cette feuille de route est rédigée par l’auteur de cet article, historien et enseignant-chercheur, (...)

2Un deuxième grand axe en a structuré l’organisation : « C’est en pensant aux défis du temps présent que l’histoire de la “der des der” devra être questionnée et enseignée dans les écoles, les collèges et les lycées de France »3, affirmait encore Joseph Zimet dès 2011. Ainsi, la Mission du Centenaire a développé dès son installation en 2012 une action pédagogique d’ampleur en direction des jeunes et particulièrement des scolaires. Une feuille de route « en direction des jeunes générations »4 ayant pour objectif premier d’inscrire les commémorations futures au cœur des jeunes générations est validée par le ministère de l’Éducation nationale. Elle prévoit de mobiliser l’École dans le cadre des commémorations sur deux fronts essentiels : la création de supports pédagogiques associés à un appel à projets national ; l’implication des jeunes dans les grands rendez-vous commémoratifs. Cette feuille de route pédagogique est mise rapidement en résonnance avec l’internationalisation pressentie des commémorations et l’ouverture internationale concomitante vers d’autres mémoires et histoires.

3L’esprit du Centenaire tel qu’il est alors proposé en direction des jeunes générations repose sur la découverte et le partage de mémoires, la compréhension historienne de l’événement et son inscription dans un patrimoine commun. En un mot : faire des jeunes les acteurs des événements commémoratifs afin de les instituer comme porteur des mémoires et de l’histoire de la Grande Guerre. La découverte et le partage de mémoires ont été tous deux pensés sur un mode comparatiste, comme la prise en compte de mémoires de la Grande Guerre associées à d’autres pays que la France, très investis dans l’organisation des commémorations. Cette mise à distance de notre rapport mémoriel singulier à l’événement avait in fine pour objectif de mieux le définir en retour. L’idée était de prendre le contre-pied du concept de « devoir de mémoire » qui faisait alors florès pour privilégier celui de « travail de mémoire ». Dans les années 1990 et début 2000, les acteurs de la mémoire combattante et de la déportation se sont interrogés en effet sur la moindre participation de la jeunesse aux cérémonies patriotiques et à l’avancée du négationnisme. L’injonction à se souvenir et à cultiver la mémoire collective des événements tragiques du XXe siècle devient une « nouvelle religion civique » (Bensousan, cité par Lalieu, 2001) privilégiant l’émotion et la nécessité imposé du souvenir. Elle s’avère peu efficace sur le plan de la mobilisation des jeunes générations.

4Dans ce contexte, la Mission du Centenaire a souhaité transformer le paradigme commémoratif en plaçant les jeunes en situation d’acteurs visibles des commémorations, sans résumer leur participation à une présence statique et subie et ainsi trouver un moyen de mobiliser la jeunesse. Cet axe fort s’est inscrit dans une approche internationale des mémoires et des commémorations de la Grande Guerre et une volonté de multiplier les partenariats pédagogiques avec les autorités des nations investies dans le Centenaire. Dans cette perspective, le Centenaire international a-t-il été cette occasion souhaitée de transformer la place des jeunes dans les commémorations ? Cette volonté de changement de paradigme a nécessité une organisation originale de l’action pédagogique sur laquelle nous souhaitons revenir, notamment dans sa dimension internationale. Elle s’est traduite par des actions multiples qui n’ont pas toujours pu atteindre leur but, face aux logiques nationales ou obsolètes très prégnantes. L’implication des jeunes français et leur intérêt pour les projets pédagogiques proposés ont souligné la vacuité de projets pédagogiques portés par d’autres pays tout en contribuant malgré tout à stimuler la place des jeunes générations dans les commémorations internationales.

Un Centenaire pédagogique international

5Le premier enjeu du Centenaire de la Première Guerre mondiale en France a été la transmission aux jeunes générations d’un patrimoine mémoriel partagé, en renouvelant leur participation au processus d’hommage collectif.

Une œuvre de transmission ouverte sur l’international

6La Mission du Centenaire en France s’est dotée dans sa structure de fonctionnement de moyens pour contribuer à organiser un Centenaire international, en particulier en direction des scolaires. En plus d’un conseiller pédagogique, elle se dote de façon permanente de trois conseillers diplomatiques successifs chargés de faire le lien avec l’ensemble des autres structures nationales. Mis à disposition par le ministère des Affaires étrangères, il communiquait les informations en direction des postes, ambassades françaises à l’étranger ou ambassades étrangères en France. À plusieurs reprises, il a participé aux réunions annuelles des ambassadeurs et conseillers culturels. Il a facilité la mise en œuvre de comités de pilotages internationaux dans le cadre des principales commémorations en France et à l’étranger, qu’elles soient le fait de la France ou d’autres états. Il s’est appuyé sur les initiatives portées par les pays étrangers partenaires de la Mission et des commémorations afin d’impulser des projets commémoratifs, scientifiques ou culturels.

7Le lien avec l’Allemagne a été d’emblée privilégié, dans le cadre d’un Centenaire imaginé à l’échelle d’une Europe soutenue par le couple franco-allemand. Le choix d’une commémoration centrée sur 2014 d’abord (et non sur 2018) et sur la mobilisation des sociétés et « les entrées en guerre » ensuite, a permis de mettre en partie à distance les questions liées aux responsabilités, aux buts de guerre et aux traités diplomatiques signés entre 1918 et 1923. Ces problématiques ont été essentiellement prises en charge par les travaux universitaires et la publication d’ouvrages idoines (Clark, 2013). Dans ce contexte, la France et sa Mission dédiée ont souhaité privilégier le dialogue franco-allemand dans le cadre du temps long de la réconciliation et des liens d’amitiés entre les deux pays. D’autant que le cycle du Centenaire s’est préparé au moment du 50e anniversaire du traité de l’Élysée de 1963. Ce lien franco-allemand devait s’appuyer sur des productions culturelles et scientifiques communes, mais également sur un partenariat pédagogique fort. Pour ce faire, Sébastien Bertrand, est nommé conseiller à l’action pédagogique et culturelle franco-allemande dès 2012 afin d’épauler le conseiller diplomatique et le conseiller pédagogique. Enseignant et spécialiste de l’histoire allemande, ce dernier a permis de mettre en œuvre plusieurs projets dont un album de guerre franco-allemand numérique qui aboutit à sa publication papier dans les deux langues en 2016 (Bertrand, 2013).

8Cette internationalisation de la Mission du Centenaire en France a pu se lire également dans la composition de son conseil scientifique. La Mission du Centenaire s’est appuyée sur les recommandations d’un conseil scientifique qui regroupait des personnalités de plusieurs nationalités, en particulier des historiens allemands, américains, irlandais ou suisses5. Il témoignait en cela de l’ouverture de la recherche en France sur des perspectives comparatistes qui se diffusaient alors dans l’enseignement. Deux inspecteurs généraux d’histoire puis de français ont également participé durant l’ensemble du cycle aux travaux du conseil scientifique. Ils ont contribué à renforcer et légitimer l’action pédagogique mise en œuvre et ses axes internationaux. Ainsi, des événements comme le Centenaire de la bataille de la Somme en 2016 dont il sera question plus loin dans son aspect pédagogique, ont pu être d’autant plus investis par l’Éducation nationale grâce à une circulation fluide des enjeux mémoriels internationaux.

9En outre, le programme pédagogique s’est construit dès 2012 sur un appel à projets scolaires intitulé « Mémoires héritées, histoire partagée ». Il proposait aux équipes éducatives, dans la pluralité des disciplines, de construire un projet pédagogique fondé sur la découverte des mémoires locales de la guerre, autour de l’espace proche des élèves et de les confronter à d’autres mémoires nationales à travers par exemple la comparaison des monuments aux morts communaux (existe-t-il une même tradition de monuments communaux dans les autres pays marqués par la guerre ?). La mention de l’apprentissage des langues comme support pédagogique possible a facilité les propositions innovantes autour de la poésie de guerre britannique ou l’étude de l’œuvre de guerre de Erich Maria Remarque À l’Ouest rien de nouveau comparée aux Croix de bois de Dorgelès. Cet appel à projet a rencontré entre 2012 et 2014 un succès important qui s’est traduit par la labellisation de plusieurs centaines de projets scolaires, dont certains ont cherché une réelle ouverture internationale du côté des pays du Commonwealth (académie d’Amiens), de l’Italie (académie de Nice), de l’Allemagne (académie de Strasbourg et de Nancy-Metz), de la Russie (académie de Reims) ou de la République Tchèque (académie de Montpellier). La proximité géographique n’explique pas à elle seule ces liaisons heureuses. D’autres facteurs comme les liens tissés durant ou après la guerre (Reims et Amiens avec la Russie ou l’Australie) ont été déterminants. L’investissement de certains pays dans les commémorations ont contribué également à faciliter les échanges scolaires comme certaines initiatives locales. La région Nord–Pas-de-Calais en proposant l’édification d’un Anneau de la Mémoire international en face de la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette, présentant les noms de plus de 500 000 soldats de toutes les nationalités, tués dans cette partie du champ de bataille, ont orienté aussi le sens des commémorations vers une comparaison internationale des expériences combattantes.

Des initiatives pédagogiques de grande ampleur dans plusieurs pays ?

10La synergie souhaitée par la Mission entre pédagogie et commémoration internationale a pu se développer parce que d’autres pays, inscrits dans les commémorations, ont développé une vision également mondialisée des commémorations. L’élargissement calendaire du cycle, passant de 2012-2015 à 2018 a permis d’accélérer ce processus d’internationalisation avec l’intégration progressives de nouveau pays dans le cycle (l’Italie en 2015, les Etats-Unis en 2017). Ces initiatives pédagogiques souhaitent placer les jeunes comme acteurs des commémorations, mais sans toujours y parvenir.

11Au Royaume-Uni, le premier ministre David Cameron annonce en 2013 un investissement financier conséquent pour un Centenaire présenté comme une opportunité historique de transmission. Une partie des cinquante millions de livres sterling investis dans le Centenaire est consacrée à l’envoi sur les anciens champs de bataille de France et de Flandre (Belgique) de représentants (« jeunes ambassadeurs ») de tous les établissements scolaires du Royaume-Uni. Le British Council, largement tourné vers les liens interculturels associés à la jeunesse, oriente l’année 2014 autour du souvenir des Trèves de Noël et des matchs de football, embarquant dans son sillage la First Ligue britannique et les scolaires dans des travaux pédagogiques originaux autour de la question de la paix. Les autorités australiennes sont soucieuses de profiter du Centenaire pour consolider les liens avec la France et l’Europe, usant d’une politique de mémoire comme d’un outil de soft power. La valorisation des lieux de mémoire australiens en France et l’ouverture du Centre Sir John Monash en 2018 à Villers Bretonneux (Somme), témoignent d’une reprise du partenariat stratégique entre les deux pays, adossée à des enjeux actuels de géopolitique. Le prix Sadlier-Stokes du Centenaire attribué chaque année par le gouvernement australien à des établissements scolaires français œuvre à un travail de mémoire franco-australien s’inscrivant dans cette dynamique. Elle trouvera comme point d’orgue les cérémonies de mai 2018 à Sydney, avec la valorisation en présence du président de la République Emmanuel Macron et du Premier ministre australien Malcolm Turnbull, d’un travail pédagogique mené par les élèves du lycée franco-australien de Canberra6. À cette occasion, les élèves présentent en français et en anglais leurs travaux sur la participation des Aborigènes et des Kanaks durant la Première Guerre mondiale. Il est bien question ici de proposer une politique mémorielle de réconciliation partagée, chaque pays faisant une place privilégiée à des minorités largement délaissées voire écrasées durant des décennies. Des élèves du lycée Edouard Branly d’Amiens dévoilent quant à eux leur projet labellisé de passer une nuit dans une tranchée comme le firent les poilus français ou les diggers australiens. Les jeunes Australiens, à la différence des Britanniques impliqués dans des commémorations mises à leur portée, sont invités à se souvenir plus qu’à véritablement penser le processus mémoriel.

12Le volet pédagogique et international apparaît au cœur de la Commission américaine du Centenaire qui se met à l’œuvre essentiellement à partir de 2016 pour préparer l’échéance de 2017 (centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis). La Première Guerre mondiale, largement oubliée du pays, permet pourtant d’expliquer une grande partie de la politique internationale suivie pendant et après le conflit par les jeunes Etats-Unis. Alors que la présidence Trump s’ouvre, le Centenaire est perçu comme un moyen de renouer un dialogue distendu avec la France mais aussi l’Europe. La redécouverte des lieux de mémoire américains en France devient un enjeu majeur de la Commission, qui s’appuie sur sa jeunesse (à l’image des Canadiens) pour passer le relai à une nouvelle génération. Là encore, si la Commission américaine tente d’impliquer la jeunesse, l’importance du souvenir patriotique reste l’alpha et l’oméga de l’implication de la jeunesse.

13Les pays du Commonwealth ont en particulier mis l’accent sur cette dimension, rappelant, comme pour le Canada, que la victoire de Vimy (9-12 avril 1917) a contribué à l’histoire du Canada en tant que Nation. À l’image d’autres pays du Commonwealth comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, le message pacifiste s’accompagne d’un fort accent patriotique associant sacrifice des soldats, liberté et naissance de la mère-patrie. Les commémorations canadiennes mettent en avant la filiation entre les jeunes et leurs aïeux directs, membres de leur famille qui ont combattu et sont tombés. Sacrifice, combat, liberté, paix deviennent les piliers moraux du devoir de mémoire comme le rappelle le premier ministre Justin Trudeau en 20187.

14À l’inverse, en Allemagne, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) est mobilisé comme opérateur historique franco-allemand. Il souhaite faire du Centenaire une occasion d’échanges interculturels, fondé sur les problématiques contemporaines de la jeunesse européenne qui dépassent le strict cadre des deux pays. L’Office devient un interlocuteur constant des commémorations franco-allemandes, facilitant les liens entre la très centralisée Mission du Centenaire en France et les institutions régionales allemandes.

15L’internationalisation des commémorations commence ainsi dès juillet-août 2014. Le lancement des cérémonies débute en France par le traditionnel défilé du 14 juillet 2014. Il sera introduit par une chorégraphie de jeunes étudiants venus de plus de soixante-dix pays anciens belligérants célébrer la paix par un lâché final de colombes sur la place de l’Etoile. Ce premier rendez-vous international des jeunes laisse penser à des commémorations fondées sur les mêmes principes : implication de la jeunesse dans un message pacifiste au Monde.

Une dimension pacifique centrale pour une leçon d’histoire

  • 8 Déclaration de M. François Hollande, président de la République, sur les commémorations du Centenai (...)

16Le 7 novembre 2013, en ouverture officielle des commémorations, le président de la République F. Hollande évoque avec force, le message que souhaite promouvoir la France dans le cycle du Centenaire : « Commémorer la Première Guerre mondiale, c’est également prononcer un message de paix. Les victimes n’ont plus d’uniformes. Elles reposent, à égalité de respect. Le Centenaire n’a pas vocation à exhumer les combats d’hier, mais à réunir tous les belligérants. Réconcilier, c’est fait. Les rassembler dans la même évocation et nous rapprocher encore davantage de nos amis allemands.8 » Pour le président de la République, le Centenaire doit porter une pédagogie de la paix et dans ce contexte : « l’éducation nationale jouera donc un grand rôle ». Par son ampleur symbolique, le Centenaire devra être un moment de transmission d’une histoire partagée à l’échelle européenne et mondiale, rapprochant les peuples. Ce message de paix et de réconciliation, qui s’inscrit dans l’héritage classiques des commémorations, déborde en 2014 largement le cadre national. Il est bien visible dès la préparation des commémorations sur le front franco-allemand (Bertrand, 2013). La Grande Guerre devient un patrimoine immatériel commun, un lieu de mémoire à l’échelle mondiale qui doit porter dans le sillage de ces premiers promoteurs des années 1920 un message pacifique. L’initiative lancée à l’occasion du Centenaire d’inscrire les « Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale du front ouest », communs à la France et à la Belgique, au patrimoine de l’humanité témoigne de ce changement de perception du conflit.

17Le défilé du 14 juillet 2014 évoqué plus haut offre aux yeux du monde une jeunesse proposant un message de paix dans un bel élan international tourné vers le présent et le futur plus que vers le passé. Le thème de la paix se trouve renforcé par celui du combat pour la liberté. Le 3 août, la première pierre du futur Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf (Alsace) est posée en présence de jeunes étudiants français et allemands encadrés par l’OFAJ, proclamant leur ambition commune d’un monde pacifié.

18Pourtant les Écossais, comme certains Irlandais indépendantistes, ont souhaité associer au message de paix l’évocation mémorielle de la « défense de la liberté » moins consensuel. Des mémoires très patriotiques peu compatibles avec l’idée d’une paix universelle ont éloigné également la Russie de la quasi-totalité des commémorations en France.

19Les autorités en charge des commémorations ont tenté durant l’ensemble du cycle de proposer des gestes symboliques forts de rapprochement, relayés par les médias. Sur le versant franco-allemand, il était difficile de dépasser la poignée de main de François Mitterrand et Helmut Kohl à Douaumont en 1984. Plusieurs tentatives ont été soit préparées, soit spontanées : hommage commun dans la solitude du cimetière de Cerny-en-Laonnois (avril 2017), mains sur les épaules ou allumage commun de la vasque à l’intérieur de l’ossuaire de Douaumont (2015, 2016). Dans ce contexte de renouvellement, une place plus grande est donnée alors aux jeunes qui permettent de réinvestir le geste symbolique : lectures, chorégraphies accompagnant les chefs d’état (2016, 2018), comme les adresses aux autorités pour la construction pacifique du monde présent et futur (Marne, 2014).

20Ces actions tournées vers la paix et l’union se traduisent ou se prolongent par l’émergence de projets muséographiques d’ampleur et innovants à destination du jeune public international, comme par exemple le Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux inauguré à l’aube du Centenaire en 2011 ou le Mémorial de Verdun rénové inauguré en 2016. Il s’est agi de projeter les jeunes dans la vie de ceux qui, anciens combattants et connus comme tels, ont été surtout de « jeunes » soldats partageant les mêmes souffrances de part et d’autre des lignes de front. Le lien intergénérationnel et la leçon d’histoire pacifique deviennent les pierres angulaires justifiant l’implication des jeunes comme acteurs d’un processus commémoratif internationalisé et donc consensuel, du moins en apparence.

Temps forts et rencontres internationales : parler pour la jeunesse ?

21Dans le contexte rappelé ci-dessus, le Centenaire en France a été rythmé par de nombreux temps forts internationaux en France. Chacun d’eux a été investi par des événements impliquant volontairement des jeunes selon des modalités changeantes. Pour rappel, voici quelques-uns de ces temps forts.

  • 2014 : 3 août – pose de la première pierre de l’Historial du Hartmannswillerkopf (Vosges) ; 11 novembre - inauguration de l’Anneau de la mémoire (Neuville Saint Vaast – région Nord–Pas-de-Calais)

  • 2016 : 29 mai – centenaire de la bataille de Verdun ; 1er juillet – centenaire de la bataille de la Somme

  • 2017 : 1- avril – centenaire de l’offensive du Chemin des Dames (Craonne/Aisne)

  • 2018 : 11 novembre – centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale sur le front Est.

Il sera question essentiellement de ces temps forts, même si d’autres formes de mobilisation de la jeunesse dans une perspective internationale ont été également mises en œuvre durant l’ensemble du cycle.

Les grandes rencontres internationales de jeunes

22La place des jeunes générations dans les grands temps commémoratifs internationaux s’est traduite par une présence massive et visible durant les cérémonies.

La pose de la première pierre de l’Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf le 3 août 2014 a été réalisé en présence d’un groupe d’une cinquantaine de jeunes étudiants franco-allemands encadrés par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ). L’implication des jeunes ne s’est pas seulement jouée sur le temps court de la cérémonie. Elle s’est fondée sur un programme au long court : plusieurs mois en amont de préparation partagée, plusieurs jours de rencontres pendant lesquels les jeunes ont rédigé des textes et élaboré des supports pédagogiques dans le cadre d’ateliers interculturels (création de fresques, conférences d’historiens). Ainsi, la lecture d’un texte en français et en allemand a marqué un des temps forts de la cérémonie, d’autant que le texte a été placé dans une capsule temporelle à l’intérieur de la première pierre posée. Le partage des mémoires est ainsi passé par un dialogue adossé à un rapport très contemporain aux questions posées par la guerre.

  • 9 Tempérée par une prise de parole d’un élève devant le Premier ministre sur la base d’un texte rédig (...)
  • 10 « L’Anneau de la mémoire/symbole d’unité et de paix », présentation de l’œuvre sur le site de l’arc (...)

23À l’occasion de l’inauguration de l’Anneau de la mémoire, le choix se porte sur la présence de trois élèves, lycéens de l’académie de Lille retenus dans le cadre d’un projet pédagogique spécifique. Chacun d’eux a pris en charge la biographie de trois soldats, un français, un britannique, un allemand. Après avoir privilégié une présence massive de mille collégiens pour le centenaire de la Première bataille de la Marne9, le choix est fait d’un dialogue direct avec le politique dans le cadre d’une déambulation mémorielle. Ce sont alors trois parcours de soldats tués dans la guerre sur le champ de bataille du Nord–Pas-de-Calais qui sont mis à l’honneur, représentatif de l’ensemble des soldats dont les noms sont inscrits sur l’Anneau, dénommé Mémorial international, témoignage de « la souffrance partagée par tous les combattants » et de « la fraternité qui règne aujourd’hui entre les peuples qui furent les belligérants de la Grande Guerre10 ». Le trois élèves choisis le sont parmi les lycéens de la région qui est alors le commanditaire de l’œuvre et de son centre d’interprétation qui sera inauguré l’année suivante. La commémoration reste franco-française : aucun élève étranger ne participe à l’événement, alors même que l’Anneau exalte son caractère international novateur (intégrant entre autres les combattants allemands).

24L’année 2016 verra se concrétiser deux importants projets scolaires internationaux en France. Cent ans en arrière, la guerre sur le front de l’Ouest était rythmée par deux importants épisodes qui ont participé à construire la mémoire franco-allemande et britannique du conflit : la bataille de Verdun (21 février – décembre 1916) et la bataille de la Somme (1er juillet – novembre 1916). Les deux événements étaient liés, la bataille de la Somme ayant été lancée afin de desserrer l’étau allemand sur Verdun. Le Centenaire de ces deux batailles aux mémoires encore très présentes a donné lieu à deux importants programmes pédagogiques selon trois grandes orientations : la mise en tandem sur un temps long préparatoire de classes françaises et étrangères ; la tenue « sur place » en amont de la cérémonie de rencontres physiques animées d’ateliers ; la participation active des scolaires durant la cérémonie officielle. La Mission a ainsi proposé le programme des « 4 000 jeunes pour Verdun » dans la Meuse à l’occasion des commémorations de la bataille de 1916 qui se déroulèrent autour du 29 mai 2016. Durant quatre jours, Verdun accueillie environ 4 000 jeunes français de toutes les académies (également de Nouvelle-Calédonie) et des jeunes allemands de l’ensemble des seize Länder. Encadrés par l’Office Franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), l’académie de Nancy-Metz et les services de l’Etat, ils ont profité de multiples ateliers interculturels, pédagogiques et ludiques. L’idée était de profiter d’un événement fort de reconnaissance franco-allemande d’une mémoire dramatique partagée pour construire du lien générationnel entre les élèves français et allemand. Les élèves ont produit en commun des supports présentés aux politiques des deux pays et ont participé à un « spectacle mémoriel » devant le président de la République française et la Chancelière allemande le dimanche 29 mai sous la férule de Volker Schlöndorff. Un temps de dialogue a ainsi pu être réalisé entre les jeunes et les deux chefs d’Etat dans la nécropole de Douaumont. En partenariat avec l’académie d’Amiens et le British Council, la Mission du Centenaire est également à l’origine du projet des « 600 jeunes pour un Centenaire » sur l’ancien champ de bataille de la Somme autour du 1er juillet. Là encore, sans entrer dans la description précise du programme, le projet a eu pour but de construire un lien durable entre élèves français (300 venant de toute l’académie) et élèves britanniques (300 venant de différentes régions). Mises en relation plusieurs mois avant l’événement, les classes-tandems ont produit des supports pédagogiques (exposition et musées pop-up) présentés aux autorités des deux pays à l’occasion des cérémonies officielles. Elles ont pu également participer à une chorégraphie classique le 1er juillet, en position d’hommage devant chaque tombe des soldats français et britanniques de la nécropole de Thiepval.

25Ces deux programmes d’ampleur ont nécessité de multiples réunions à géographie variable entre les autorités des différents pays partenaires. Ils ont participé à rendre visible les jeunes générations au cœur des cérémonies officielles, retransmises souvent en direct et commentées. Le retour d’expérience des années 2014 et 2015 ont permis de mieux penser et organiser les deux dispositifs. Par leurs atouts et limites, ce sont eux qui seront surtout les maîtres étalons des cérémonies officielles pour la suite des commémorations du Centenaire.

26Les enseignements tirés des cérémonies de 2016 ont permis de resserrer le dispositif international des jeunes dans les événements des années suivantes. Les commémorations de l’offensive du Chemin des Dames ont ainsi été élaborées à partir de l’implication de trois élèves (école, collège et lycée) de l’académie d’Amiens, sélectionnés en amont pour leur capacité à lire des textes littéraires en français et allemand. Le choix s’est porté sur une présence sobre mais remarqué de ces jeunes, accompagné en tribune par plus de 500 de leurs camarades invités le 16 avril 2017 pour cette occasion. Sous l’impulsion de la Mission, ce modèle de présence de jeunes dans une cérémonie internationale a été exporté en avril 2018 par des lycéens samariens dans les bagages du président de la République lors des commémorations de l’ANZAC Day à Sydney.

27L’acmé du Centenaire s’est déroulée sur le « volet jeunesse » le 11 novembre 2018. Ce jour-là, devant plus d’une centaine de dignitaires étrangers, 56 jeunes de trois lycées de l’académie de Créteil, proche de Paris et très impliquée depuis 2014 dans les commémorations, ont participé au cœur du dispositif scénique, à 6 lectures en quatre langues (français, anglais, allemand et mandarin) et à une chorégraphie à la fois solennelle et efficace autour du tombeau du Soldat inconnu. En accompagnant le chef de l’Etat au moment du ravivage de la Flamme, ils ont été les vedettes d’un spectacle commémoratif accompagné par différents musiciens, dont l’Orchestre des Jeunes européens qui ont joué pour l’occasion le Boléro de Maurice Ravel. Fruit d’une maturation de plusieurs années et de plusieurs expériences, ce moment commémoratif a permis en quelque sorte d’inverser les rôles : les adultes ont été au service de la mise en relief du travail de mémoire des jeunes impliqués dans une internationalisation de la commémoration.

Des programmes plus larges de coopérations scolaires internationales

28Le Centenaire pédagogique international ne s’est pas limité à l’organisation de cérémonies commémoratives associées à des temps de rencontres entre jeunes de différents pays. Des coopérations scolaires plus larges ont vu le jour au-delà des grands temps commémoratifs. Souvent à l’initiative et accompagnées par les deux conseillers, pédagogique et diplomatique de la Mission du Centenaire, elles se sont appuyées sur des acteurs variés soucieux d’impliquer les jeunes générations dans le travail de mémoire.

29Le projet de construction d’un monument commémoratif franco-néo-zélandais à Wellington (inauguré finalement en 2018) a entraîné dans son sillage la mise en œuvre d’un programme pédagogique au long court associant les deux pays. L’ambassade e France s’est emparé du programme pédagogique « Mémoires héritées, histoire partagée » dès 2013 pour proposer le dispositif Shared Histories en lien avec l’association des professeurs de français néo-zélandais. L’idée ? Permettre d’envoyer en France chaque année du cycle du Centenaire une quinzaine de jeunes ambassadeurs néo-zélandais (au moins un par province) sur les traces de leurs combattants. Débuté en 2014 et impliquant des professeurs de français néo-zélandais et de de langues en France, ce dispositif permet à l’ensemble du pays de travailler sur les histoires comparées de la guerre entre la France et la Nouvelle-Zélande. Plébiscité par les autorités néo-zélandaise et soutenu par la Mission, le dispositif Shared Histories sera élargi à un échange croisé d’ambassadeurs entre la France-Nouvelle-Zélande durant l’année 2018 et donnera lieu au tournage d’un film documentaire professionnel, diffusé sur les réseaux télévisuels dans les deux pays, rendu disponible sur le site centenaire.org.

30Terminons par un projet scolaire plus européen. L’année 2019 a marqué le centenaire de la naissance de la Tchécoslovaquie. À cette occasion, et par l’entremise de l’ambassade de France à Bratislava, un projet d’échanges scolaires a été mis en œuvre dans le cadre d’un appel à projets franco-slovaque déployé sur l’année 2018. La fin du conflit vécu en France et en Europe de l’Est et l’étude de la figure du général franco-slovaque Stéfanik, père de la nation tchécoslovaque, ont été les deux thèmes proposés. Ce sont quatorze tandems de classes franco-slovaques qui ont été retenus par le ministère slovaque de l’éducation, l’ambassade et la Mission du Centenaire. Ils ont travaillé leur sujet durant une année scolaire entière. Une restitution solennelle spécifique et publique des projets pédagogiques s’est déroulée à Bratislava en présence des autorités des deux pays11.

31Ces différents exemples non exhaustifs illustrent à notre sens l’impulsion forte portée par la Mission du Centenaire dans le champ de l’international scolaire. Ils témoignent également d’un souhait de dépasser les approches uniquement nationales pour porter une histoire comparée de la guerre adossée à un travail de mémoire scolaire spécifique. Le Centenaire est ainsi pensé comme un temps long permettant de mettre en place des dispositifs pédagogiques pérennes d’échanges et ambitieux. Il n’en reste pas moins que ce changement de paradigme commémoratif et ce souci de construire de réels programmes scolaires internationaux s’est heurté à de multiples difficultés, liées tout à la fois aux différentes cultures nationales et à une représentation souvent accessoire du rôle des jeunes dans le rituel commémoratif traditionnel.

Les limites de l’exercice : des freins puissants à l’intégration des jeunes comme acteurs de la commémoration internationale

Des traditions mémorielles qui ont du mal à dialoguer

32Selon les différents pays, les choix discursifs et les opérateurs en charge des commémorations pédagogiques ne se sont pas appuyés sur les mêmes fondations. Différentes variables ont pu freiner les coopérations. Nous prendrons ici quelques exemples qui nous semblent de ce point de vue révélateurs.

  • 12 Département for Digital, Culture, Media and Sport, équivalent d’un ministère français.

33Le Royaume-Uni a fait le choix de s’appuyer sur différentes structures ministérielles. Avant tout, ce fut au DCMS12 de prendre en charge le Centenaire, davantage tourné vers l’élaboration d’une saison culturelle appelée 14-18 Now. Le DCMS supervisait l’organisation des grands temps commémoratifs, associé à des opérateurs comme le British Council. La Commonwealth War Grave Commission (CWGC) traditionnellement en charge de l’entretien des sépultures des soldats britanniques dans le monde et la British Legion (anciens combattants) ont joué également des rôles importants. Elles ont donné aux commémorations, au-delà du foot et des trêves de Noël 1914, un écho très patriotique et héroïque. Les innovations proposées en termes thématiques ou artistiques ont porté un message mémoriel finalement très traditionnel. Pour l’ensemble du Commonwealth, le Centenaire a été l’occasion de mettre en avant une mémoire commune centrée sur le sacrifice des héros. Le Centenaire, plus qu’une commémoration, s’est apparenté à une célébration : les (jeunes) soldats se sont battus pour nous et pour la paix aujourd’hui. Ils ont fait le sacrifice de leur vie, il est important de s’en souvenir et de porter cette mémoire. Les jeunes ont été dans cette perspective sollicités pour effectuer un « devoir de mémoire » sur le destin de leurs aïeux.

34Le choix français s’est inscrit aux antipodes. L’orientation généalogique a primé sur le culte du héros : à l’échelle des familles, des communes, des départements, c’est bien l’histoire familiale, l’histoire locale qui ont dominé les attentes. Il a été question davantage de retrouver les destins des arrière-grands-parents, retrouver la vie quotidienne du temps de guerre, que de vouer un culte aux grands anciens. Cette dimension de compréhension et de récit partagé retrouvé a dominé l’esprit du Centenaire, notamment à l’École.

35L’Allemagne a été au départ absente de la dynamique commémorative, attentive d’abord à comprendre comment les pays désireux de s’investir dans le Centenaire orienteraient leur discours. Le premier bilan de l’action du conseiller culturel et pédagogique franco-allemand de la Mission reste finalement pauvre au regard des attentes formulées en 2012. L’ancien pays vaincu, qui plébiscitait entre 2013 et 2014 la thèse de l’historien Christopher Clark relativisant l’origine germanique de la guerre, ne souhaitait pas s’engager dans une nouvelle repentance (Clark, 2013, Krumeich, 2014)13. Se dessine en creux dans ce premier temps l’absence des autorités mais une attente forte de la part de la société civile et des universitaires, que l’on peut lire à travers quelques initiatives comme la création de l’Encyclopédie internationale gratuite en ligne 1914-1918 on line à l’initiative de l’Université libre de Berlin14. Il faudra attendre 2016 pour que le pays s’investisse réellement dans l’organisation de commémoration à caractère nationale avec la France notamment. Ce sera notamment par le biais du programme des « 4 000 jeunes à Verdun » décrit plus haut.

  • 15 L’UEFA a pris en charge la mémoire des trêves de Noël par le biais de son président Michel Platini (...)

36Dans les cas états-unien, italien ou slovaque que nous ne développons guère ici, les orientations mémorielles sont restées essentiellement nationales, et pour beaucoup dans une perspective de célébration héroïque des soldats (avant les civils). Cette appréhension qui n’a pas facilité l’élaboration de cérémonies réellement internationales, explique aussi la faiblesse de la présence de l’Union européenne dans le Centenaire15. La difficulté de dépasser mémoires et histoire nationales n’a pas permis de penser une histoire européenne de la Grande Guerre, relayée par les institutions idoines. Hormis à Sarajevo en juin 2014, aucune initiative d’ampleur impliquant les jeunes générations ne s’est réalisée à l’échelle de l’Europe.

La primauté du cadre national

37Le programme de transformation du paradigme commémoratif en direction des jeunes s’est donc heurté à des dissonances nationales fortes Si le terreau commun du pacifisme est largement proclamé dans les différentes cérémonies internationales impliquant les jeunes, le souvenir patriotique du sacrifice s’invite largement dans les pays du Commonwealth, sans que les projets pédagogiques n’aboutissent à des échanges approfondis. Les projets portés par la Mission du Centenaire, fondés au contraire sur un partage de mémoires et d’histoire, ont pu réellement se concrétiser avec l’Allemagne. Pays « sans mémoire » vive de la Grande Guerre, elle fut soucieuse de commémorations inscrites dans le présent et dans une perspective moins nationale qu’européenne et mondiale.

38Le programme britannique de visite des champs de bataille par les écoliers, évoqué plus haut, se construit unilatéralement dans le cadre d’une mémoire héroïque nationale. Pourtant en grande partie déployée sur les anciens champs de bataille en France, jamais l’action de la Mission du Centenaire n’a pu s’y arrimer. Les synergies possibles n’ont pu voir le jour telles des rencontres programmées entre élèves, fondées sur des travaux linguistiques, artistiques ou historiens.

39De même, nombre de commémorations des pays du Commonwealth ont été conçues en France mais selon une architecture nationale excluant tout projet pédagogique avec l’Education nationale. La cérémonie de Vimy de 2017, au fort retentissement mémoriel au Canada comme en France, a été pensé sans lien entre scolaires. Elle a pourtant attiré plus de 20 000 personnes. Il est à noter plus généralement la difficulté des anglo-saxons à penser un rapprochement scolaire avec les anciens pays ennemis. Ainsi, dans la Somme, aucun scolaire allemand était présent. Comme pour l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, le culte mémoriel du héros anglo-saxon ne souffre d’une réflexion partagée avec l’Allemagne ou la Turquie, en particulier sur le volet pédagogique. À la différence d’autres travaux universitaires, les historiens britanniques en charge des commémorations officiels, n’ont pas milité pour une conception élargie de la mémoire et de l’histoire. Le soldat britannique a souvent été le seul héros célébré. Le monde scolaire a suivi la même voie. Le Centenaire américain a également privilégié la célébration du soldat américain dans une perspective très militaire. La France a accueilli en 2018 une poignée d’étudiants venus des Etats-Unis à Château-Thierry, sans que de réelles coopérations pédagogiques et scolaires puissent être mises en œuvre.

Des blocages institutionnels hérités

40L’action pédagogique de la Mission du Centenaire s’est heurtée d’emblée à deux écueils : des réflexes culturels tenaces lorsqu’elle a dû travailler à la mise en œuvre de cérémonies avec les autorités politiques et civiles d’autres nations ; des représentations archaïques de la place des élèves et plus généralement des enfants, dans les cérémonies commémoratives. L’injonction à la présence massive d’élèves, justifiée par l’impératif du « devoir de mémoire », ne pouvait être que contre-productive.

41Le programme des « 4000 jeunes pour Verdun » se trouve être l’exception. Il avait pour but la (ré) appropriation symbolique de la nécropole nationale de Douaumont par les jeunes, français et allemands, dans le cadre d’un programme pédagogique conçu avec les autorités éducatives des deux pays. Le sens du Centenaire de Verdun était bien de proclamer l’existence d’un champ de mémoire franco-allemand (présence de corps des deux anciennes armées) à travers une vague de jeunes déferlant respectueusement sur les tombes et ainsi « faire leur », l’histoire dramatique de ces soldats. Pourtant, les choix politiques de favoriser une chorégraphie compliquée, supervisée par Volker Schlöndorff, ont transformé profondément le programme pédagogique en multipliant les temps de répétition. Les divergences de vue, les atermoiements et multiplicité des acteurs/décideurs élyséens ont contribué à grever le volet pédagogique de la cérémonie du 29 mai. La polémique suscitée autour du concert du rappeur Black M en clôture de la journée du 29 mai, concert normalement dédié à la jeunesse, a montré aussi la difficulté pour les politiques d’assumer la place des jeunes dans les choix programmatiques. Nombre d’enseignants et d’élèves ont également développé le sentiment à Verdun d’avoir été instrumentalisés, n’étant plus au cœur du dispositif et victime d’une nette diminution des temps pédagogiques. En lieu et place d’une visite pleine du champ de bataille, d’une densité attendue d’ateliers pédagogiques, ils ont été contraints de fournir temps et énergie, dans des conditions souvent très éprouvantes, pour une « spectacle commémoratifs » dont ils n’étaient que les figurants. Les enseignants allemands et animateurs allemands de l’OFAJ ont été les plus virulents : la manipulation mémorielle ressentie (ne sommes-nous pas là pour comprendre la guerre plutôt que pour cautionner les politiques ?) l’était d’autant que l’enseignement de l’histoire en Allemagne s’appuie sur une réflexion au présent des drames passés. Le témoignage des jeunes reste lui beaucoup plus enjoué. La page Facebook réalisée à l’occasion du programme pédagogique comme les différents sites académiques réalisés à cette occasion montrent que le programme des « 4000 jeunes pour Verdun » a été toute à la fois un temps de mémoire et un temps de découverte de l’Autre. Un temps d’échanges au présent, utiles à la compréhension du monde16.

42Il convient de mentionner également les blocages suscités par des organisations politiques et des cultures administratives différentes. La conception de la laïcité française a eu du mal à composer avec la pluralité religieuse assumée par les Britanniques dans le cadre du programme des « 600 jeunes pour un Centenaire » (juin-juillet 2016). Comme il a été difficile parfois de marier les ministères français et slovaque de l’éducation pour mettre en œuvre un projet commun. Les uns s’appuyaient sur un héritage pédagogique soviétique quand les autres souhaitaient changer le paradigme commémoratif.

43Nous pouvons souligner, enfin, les freins émanant des autorités françaises, depuis l’administration centrale jusqu’aux préfectures. Il aura fallu plusieurs années de commémoration pour imposer, non encore sans fragilité, l’idée d’un « travail de mémoire » plutôt qu’un « devoir de mémoire ». Le décentrement mémoriel en direction de l’international a participé sans aucun doute à cette victoire plus que syntaxique. En parallèle, le combat a été souvent rude, cérémonies après cérémonies, pour imposer une autre vision de l’implication des jeunes : éviter les masses inactives, valoriser les prises de parole proposées par les jeunes, valoriser les productions culturelles et artistiques. La dictature du visuel, notamment des chaînes de télévisions qui diffusèrent les cérémonies, ont contribué à un attentisme coupable. La question du nombre de participants, par exemple, a ressurgi à la fin du cycle commémoratif, lors de la préparation du Centenaire du 11 novembre 2018. L’Elysée, impliqué dans la préparation de cet important événement international, souhaitait au départ la présence d’une « centaine » d’élèves aux côtés des chefs d’état. Finalement, soutenu par le directeur artistique de la cérémonie Éric Checco et à la suite de négociations serrées, le nombre d’élèves a été ramené à 56. Il était en cela conforme au geste chorégraphique imaginé et à la lecture de 6 extraits de textes de soldats ou civil(e)s témoins du 11 novembre 1918 mis en scène et en voix dans les langues originales. Des élèves ont ainsi travaillé des textes en anglais, allemand et chinois. Placés tout autour des chefs d’état et sur la scène entre les deux rangées d’invités, ils ont été placés au cœur du spectacle commémoratif en intervenant à plusieurs reprises et en accompagnant le président de la République lors du ravivage de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu. Ils ont ainsi participé à changer le paradigme du rituel, les adultes étant spectateurs de leurs mots et gestes. On peut s’étonner pourtant du peu de couverture médiatique de l’événement, le mode et la succession de l’arrivée des chefs d’état ont suscité davantage d’intérêt que le sens même donné à la présence de ces jeunes, français et européens et de leur rôle novateur dans la cérémonie.

Conclusion

44La gestion du « volet jeunesse » des commémorations était traditionnellement en France adossée à une présence passive des « enfants des écoles » dans le cadre de cérémonies qui empruntaient au rituel commémoratif hérité de la Grande Guerre. Le nécessaire « devoir de mémoire » rendait de fait les jeunes générations dépositaires du souvenir des glorieux aïeux, dans une injonction à prendre en charge une mémoire nationale sacralisée. Aucune ouverture sur d’autres mémoires n’était réellement envisagée. Dans ce contexte appauvri, la Mission du Centenaire a eu deux ambitions pédagogiques essentielles : la transformation du paradigme commémoratif associé aux jeunes générations et son ouverture à d’autres mémoires et d’autres histoires nationales.

45L’ouverture des commémorations à une traduction cérémonielle internationale sur des thèmes d’union ou de paix, a permis selon nous d’assoir, en France en particulier, l’idée que la transmission aux jeunes générations passait par une approche comparative bâtie sur des programmes d’échanges. La cérémonie officielle devait, dans son organisation, dévoiler une traduction du souci de ce partage aboutissant à des créations pédagogiques réalisées et portées par les élèves.

46La Mission du Centenaire, vitrine des commémorations en France, a porté une politique pédagogique volontariste dans le cadre de cérémonies ou programmes commémoratifs dans le contexte de l’internationalisation du Centenaire. Cependant, cette volonté adossée à un changement de paradigme des commémorations s’est heurtée à des politiques ou logiques nationales propres très ancrées ; en France à des blocages institutionnels parfois tenaces. Si l’Allemagne a pu répondre au souhait français de production d’un véritable travail de mémoire, force est de constater les limites d’un concept resté largement ignoré, notamment par les pays du Commonwealth.

47La cérémonie du 11 novembre 2018 constitue de ce point de vue une sorte de modèle. Elle illustre un changement de point de vue et de conception du travail de mémoire en direction de la jeunesse internationale. Avec cette limite : l’absence regrettée au côté des élèves français déclamant des textes en allemand, anglais ou chinois, de jeunes venus d’autres pays. Ce modèle pourrait ou devrait donc être prolongé, amélioré encore, en alliant programmes pédagogiques au long cours et présence active des élèves français et étrangers dans le déroulé de la cérémonie. Ce nouveau paradigme devrait permettre aujourd’hui de penser en multilatéralité le sens de la commémoration et de trouver des compromis sur le fond (pourquoi commémorer ?) et la forme (comment commémorer ?). L’enjeu reste de faire des plus jeunes des porteurs de mémoires partagées, pouvant renforcer les liens entre les pays. L’enjeu central d’une telle politique commémorative est la prise en compte de la pluralité mémorielle, afin d’enrichir culture et réflexion chez les enfants et, par là même, limiter dans le futur, nous le croyons, les réflexes guerriers au profit d’une gestion plus pacifique des crises.

Haut de page

Bibliographie

BERTRAND, S., « Le centenaire de la Première Guerre mondiale dans la relation franco-allemande », Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne, n° 5, en ligne : https://journals.openedition.org/ifha/7406

CLARK, C., 2013, Les Somnambules. Eté 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion.

KRUMEICH, G., 2014, Le feu aux poudres. Qui a déclenché la guerre en 1914 ? Paris, Belin.

LAFON, A., 2019, Le Centenaire à l’École, un laboratoire pédagogique, Paris, Canopé.

LALIEU, O., 2001, « L’invention du “devoir de mémoire” », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 1, n° 69, p. 83-94.

OFFENSTADT, N., 2010, 14-18 aujourd’hui : la grande guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010.

PROST, A., 2019, « Les Français, la mémoire de la Grande Guerre et le Centenaire », Le Mouvement Social, vol. 4, n° 269-270, p. 165 à 183.

Haut de page

Notes

1 Antoine Prost, le président du conseil scientifique de la Mission du Centenaire, évoque en amont du cycle commémoratif un Centenaire « d’en bas ». Sur le « revival » mémoriel de 14-18 en France, voir Offenstadt, 2010.

2 Joseph Zimet, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020) : propositions pour un centenaire international. Rapport au président de la République, Paris, Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, 2011, p. 11.

3 Ibid., p. 10.

4 Cette feuille de route est rédigée par l’auteur de cet article, historien et enseignant-chercheur, nommé Conseiller pédagogique pour la Mission du Centenaire. Il occupe ce poste entre 2012 et 2020.

5 Sur sa composition précise : https://www.centenaire.org/fr/espace-scientifique/le-conseil-scientifique-de-la-mission-du-centenaire

6 https://www.aefe.fr/vie-du-reseau/mediatheque/commemoration-de-la-grande-guerre-sydney-allocution-des-eleves-du-lycee

7 https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1135139/hommage-soldats-canadiens-vimy-premiere-guerre-trudeau

8 Déclaration de M. François Hollande, président de la République, sur les commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale, à Paris le 7 novembre 2013 - https://www.elysee.fr/francois-hollande/2013/11/07/declaration-de-m-francois-hollande-president-de-la-republique-sur-les-commemorations-du-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale-a-paris-le-7-novembre-2013

9 Tempérée par une prise de parole d’un élève devant le Premier ministre sur la base d’un texte rédigé par des collégiens.

10 « L’Anneau de la mémoire/symbole d’unité et de paix », présentation de l’œuvre sur le site de l’architecte, Alain Prost - https://cgconcept.fr/lanneau-la-memoire-symbole-dunite-et-paix/#:~:text=En%20adoptant%20la%20forme%20de,bellig%C3%A9rants%20de%20la%20Grande%20Guerre.

11 Compte-rendu de la journée du mardi 11 décembre 2018 : https://www.centenaire.org/en/node/11686

12 Département for Digital, Culture, Media and Sport, équivalent d’un ministère français.

13 L’ouvrage de Christopher Clark, Les Somnambules. Eté 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre (The Sleepwalkers) suscite une intense discussion durant les années du centenaire. Pour une « réponse » de l’historien allemand Gerd Krumeich, membre du conseil scientifique de la Mission du Centenaire, voir Krumeich, 2014.

14 1914-1918 on line, http://www.1914-1918-online.net/

15 L’UEFA a pris en charge la mémoire des trêves de Noël par le biais de son président Michel Platini en décembre 2014, par l’apposition d’un monument en Belgique (Comines-Warneton). Il souligne dans ses prises de paroles l’importance de l’union des peuples et de l’humanité des soldats, propos repris par le président de la République François Hollande et le Premier ministre David Cameron. https://fr.uefa.com/insideuefa/about-uefa/news/021c-0e8ea46c7f17-2aa01d95436b-1000--treve-de-noel-100e-anniversaire/?redirectFromOrg=true&referrer=%2finsideuefa%2fabout-uefa%2fnews%2fnewsid%3d2195017

16 À titre d’exemple, l’académie de la Réunion : http://college-bourbon.ac-reunion.fr/category/projets/4000-jeunes-a-verdun/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Lafon, « Changer le paradigme commémoratif en direction des plus jeunes : la voie internationale suivie par les commémorations du Centenaire de la Grande Guerre », L’Espace Politique [En ligne], 41 | 2020-2, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.8315

Haut de page

Auteur

Alexandre Lafon

Ancien conseiller pédagogique et historique de la Mission du Centenaire, France. Professeur agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine.
Alexandre.lafon@ac-toulouse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search