Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Géopolitiques de la commémorationNationalismesCommémorer et contester un ordre ...

Géopolitiques de la commémoration
Nationalismes

Commémorer et contester un ordre spatial dominant

Soft-power mémoriel russe et résistances ukrainiennes à la nécropole soviétique de Noyers-Saint-Martin (Oise)
Commemorating and contesting a dominant space order. Memory wars between Ukraine and Russia at the Noyers-Saint-Martin Soviet cemetery (France)
Hervé Amiot

Résumés

L’article étudie la manière dont la commémoration – en tant que performance se déroulant dans un lieu singulier – contribue à construire un ordre spatial dominant, traduisant et reproduisant des rapports de force politiques et mémoriels, et dans quelle mesure cet ordre peut être contesté. Il se fonde sur une observation participante des commémorations de la Deuxième Guerre mondiale au cimetière soviétique de Noyers-Saint-Martin (Oise), complétée par des entretiens avec les différents acteurs engagés dans la cérémonie et l’analyse d’archives et autres documents textuels sur la nécropole et les cérémonies. L’article montre que l’investissement du cimetière par les acteurs russes dans les années 2000 a contribué à créer un ordre spatial reposant sur la prééminence de la Russie sur les autres républiques post-soviétiques et la diffusion du mythe de la Grande guerre patriotique, instrument du soft power mémoriel russe à l’étranger. Mais le moment de la commémoration est utilisé par les acteurs ukrainiens, depuis 2014, pour contester cet ordre spatial micro-local, rendre visibles des mémoires alternatives de la Seconde Guerre mondiale et dénoncer la politique de déstabilisation menée par la Russie dans le Donbass et en Crimée. Néanmoins, la portée de cette contestation est limitée car elle s’inscrit dans un espace socio-politique plus large, où les acteurs russes possèdent davantage de ressources et des positions plus dominantes que les acteurs ukrainiens. Face aux approches englobantes, assimilant souvent commémoration et fabrique de la mémoire, l’article plaide pour une approche ethnographique de la commémoration, qui redonne de l’importance à l’analyse des spatialités des corps et des objets au moment de la cérémonie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’autre nécropole soviétique est située à Valleroy (Meurthe-et-Moselle), mais ne regroupe que 52 to (...)
  • 2 Établissement public sous tutelle du ministère des Armées, il entretient la nécropole et organise l (...)
  • 3 L’Union des républiques socialistes soviétique était un État fédéral regroupant quinze Républiques  (...)

1Le 7 mai 2019, comme chaque année depuis la fin des années 2000, des membres et sympathisants d’associations ukrainiennes en France participent à la commémoration annuelle de la victoire alliée lors de la Deuxième Guerre mondiale, à la nécropole de Noyers-Saint-Martin (Oise), le plus importante des deux cimetières soviétiques situés sur le territoire français1. Cette cérémonie, organisée par l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre (ONACVG)2, rassemble des représentants d’anciennes républiques soviétiques3 – personnel des ambassades et membres d’associations – et vise à honorer les victimes soviétiques du conflit mondial. Face à l’importante délégation russe, venue rappeler la contribution essentielle de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) à la victoire, les participants d’origine ukrainienne souhaitent mettre l’accent sur les souffrances du peuple ukrainien pendant la guerre, et dénoncer la politique que la Russie mène à l’heure actuelle dans son voisinage.

  • 4 Ce terme est régulièrement présent dans la littérature (Torbakov, 2011 ; Portnov, 2013 ; Zhurzhenko (...)
  • 5 Terme utilisé en URSS puis en Russie pour désigner le conflit entre l’Union Soviétique et l’Allemag (...)
  • 6 Précocement pour certains, comme la Lituanie ou la Lettonie (Onken, 2007), plus tardivement pour d’ (...)
  • 7 En Ukraine, si les mythes concurrentiels de la Grande guerre patriotique et de la « libération nati (...)
  • 8 Né du refus du président Ianoukovych de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union eu (...)
  • 9 La Révolution de Maïdan provoque des réactions de rejet dans l’Est de l’Ukraine, et du côté des aut (...)

2Les enjeux autour de la nécropole de Noyers-Saint-Martin renvoient à la question des concurrences mémorielles, voire des « guerres de mémoires »4, qui traversent l’espace post-soviétique (Fedor, 2017, dir. ; Amacher, Berelowitch, dir., 2014) et post-socialiste (Bernhard, Kubik, dir., 2014). Alors que la mémoire de la Seconde Guerre mondiale est plutôt réconciliatrice en Europe occidentale (Hertzog, 2012), des conflits émergent en Europe orientale entre, d’un côté, des narratifs mettant l’accent sur les souffrances des populations prises en étau entre l’URSS et l’Allemagne nazie, et de l’autre, le mythe de la Grande guerre patriotique5, récit glorifiant la victoire de l’Armée rouge et l’unité des « peuples frères » dans la lutte (Siddi, 2017). Si la majorité des nouveaux États indépendants6, dont l’Ukraine7, s’est détachée du récit soviétique pour promouvoir des récits nationaux de la Seconde Guerre mondiale, la Russie a connu le mouvement inverse. Le mythe de la Grande guerre patriotique est devenu, sous Vladimir Poutine, la clé de voute de l’édifice mémoriel russe (Minjssen, 2010 ; Wood, 2011 ; Koustova, 2013 ; Edele, 2017 ; Malinova, 2017) et une grille de lecture des enjeux géopolitiques contemporains. La révolution de Maïdan en Ukraine (novembre 2013 – février 2014), mouvement populaire ayant abouti au départ du président Viktor Ianoukovitch8, est présentée dans le discours politico-médiatique russe comme un coup d’État fomenté par des éléments « nazis », alors même que de nombreux citoyens « ordinaires » y ont participé (Goujon, Shukan, 2015 ; Shukan, 2016). Le soutien de la Russie aux séparatistes du Donbass9 est, lui, justifié au nom de la lutte « anti-fasciste » (McGlynn, 2018 ; Luxmoore, 2019).

  • 10 Terme forgé par Joseph Nye pour signifier « l’habileté à séduire et à attirer » d’un pays dans les (...)

3Le mythe russe de la Grande guerre patriotique est aussi dirigé vers l’extérieur, pour légitimer la place de la Russie dans le concert des grandes puissances et la nécessaire multipolarité des relatons internationales (Malinova, 2017). Aussi, cet article fait l’hypothèse que ce mythe est un instrument d’influence culturelle. Plusieurs auteurs ont en effet mis en évidence un soft power10 russe à l’étranger, et notamment en France, reposant sur des moyens d’information et sur la « coopération humanitaire », autre nom de la diplomatie culturelle (Audinet, 2017, 2017 bis ; Laruelle, 2017). Bien qu’il ne faille pas mettre sur le même plan la politique mémorielle en Russie, très organisée, et les actions – plus disparates – menées à l’étranger, il semble toutefois que ces dernières participent à l’émergence d’un soft power mémoriel hors des frontières russes. Les événements (commémorations, expositions, conférences…) et artefacts (monuments) mettant en scène l’intervention soviétique dans la Seconde Guerre mondiale sont, au même titre que les médias et les événements culturels, un moyen de promouvoir une image positive de la Russie en dehors de ses frontières.

4Dans ce contexte, les Ukrainiens participant à la commémoration annuelle de Noyers-Saint-Martin ont, depuis 2014, détourné le protocole qui avait cours jusque-là, avec l’objectif, d’une part, de promouvoir un récit alternatif de la Seconde Guerre mondiale, et d’autre part, de dénoncer l’occupation de la Crimée et l’intervention russe dans la guerre du Donbass. L’article interroge les modalités et la portée de ces contestations, en les replaçant dans leurs contextes. Contexte du lieu de commémoration, d’une part : le cimetière est un lieu chargé de symboles, et il n’est pas aisé de détourner, le temps d’une commémoration, le sens que différents acteurs lui attribuent. Contexte de l’arène d’acteurs impliqués dans la commémoration, d’autre part : services de l’État, associations d’anciens combattants, pouvoirs publics locaux sont autant de protagonistes que les Ukrainiens doivent prendre en compte dans leurs pratiques contestataires. Contexte de l’espace politique et mémoriel français, enfin, où circulent différentes représentations sur le rôle de l’URSS dans la Deuxième Guerre mondiale, plus ou moins favorables aux participants ukrainiens. Ainsi, dans quelle mesure les Ukrainiens impliqués dans la commémoration parviennent-ils à résister au soft power mémoriel russe et à faire de Noyers-Saint-Martin un théâtre en miniature d’un conflit plus général sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale ?

  • 11 Pour Pierre Nora, l’usage du terme « lieu » est toutefois métaphorique. Les « lieux de mémoire » so (...)

5Pour répondre à cette question, l’article analyse les liens entre espace et mémoire. À la suite des travaux fondateurs de Maurice Halbwachs (Halbwachs, 1925, 1950) et de Pierre Nora (Nora, 1984-1992)11, des géographes ont interrogé la façon dont la matérialité de l’espace en général, et de certains lieux en particulier, cristallisait la mémoire collective et l’identité des groupes sociaux (Chivallon, 2004 ; Tratnjek, 2009 ; Chevalier, 2017 ; Chevalier, Hertzog, dir., 2018 ; Lasserre, Stan, 2018). L’espace et les lieux, en ce qu’ils matérialisent et reproduisent des mémoires, sont au cœur de ces travaux, qui ont parfois pour terrain la Russie (Nivat, dir., 2007). En revanche, plus rares sont les contributions qui analysent la façon dont les spatialités des acteurs – c’est-à-dire la façon dont ceux-ci « font avec l’espace » (Lussault, 2010) – produisent des récits sur le passé. Cette approche des spatialités semble pourtant fructueuse. En effet, la commémoration peut être vue comme une scène où chaque acteur endosse un rôle (Goffmann, 1973) et joue une partition éminemment spatiale, faite de positionnements et de déplacements, de gestes et de postures, de prises de paroles et de silences. Ce caractère théâtral de la commémoration a justement été étudié, dans le cas de l’URSS, où les commémorations de la Révolution d’Octobre étaient conçues comme un spectacle visant à renforcer l’adhésion au régime (Haver et al., 2017). Au-delà de cet aspect spectaculaire, le rituel commémoratif, par les différentes places attribuées aux acteurs sur le lieu de la cérémonie, reproduit un ordre social et symbolique basé sur des positions sociopolitiques inégales et de relations de pouvoir. Toutefois, malgré la matérialité du lieu de mémoire et l’inertie du protocole, cet ordre spatial n’est pas figé. Il peut être remis en cause par les stratégies de placement, de distanciation ou encore de limitation d’accès mises en place par certains acteurs. Ce sont ces « stratégies spatiales » (Lussault, 2007) de résistance que je souhaite mettre en lumière.

  • 12 Photographies et vidéos recueillies d’une part auprès d’enquêtés, et d’autre part dans les médias.
  • 13 Compte-rendu des réunions de préparation des années 2010, 2014, 2015, 2019. Articles de presse décr (...)
  • 14 Commémorations des victimes du Holodomor (19/11/2017 à Paris et 24/11/2018 à Lyon) ; commémoration (...)
  • 15 Marche du Régiment immortel (08/05/2019 à Paris).

6L’article se fonde sur une observation participante réalisée le 7 mai 2019 à Noyers-Saint-Martin, le jour de la commémoration, aux côtés des acteurs ukrainiens engagés dans celle-ci. La comparaison de cette observation avec, d’une part, des archives visuelles12 et textuelles13 des cérémonies des années précédentes à Noyers-Saint-Martin, et d’autre part, avec des observations réalisées lors d’autres commémorations ukrainiennes14 ou post-soviétiques15 en France, permet de mettre en évidence les aspects récurrents ou exceptionnels des pratiques commémoratives à Noyers. Ces observations ont été complétées par des entretiens informatifs avec les différents acteurs impliqués dans la cérémonie (président de l’ONACVG, maire de la commune, maître de cérémonie) et par des entretiens plus longs réalisés auprès des Ukrainiens participant à la commémoration. Ceux-ci permettent de resituer leur engagement mémoriel dans leurs trajectoires biographiques et de mieux comprendre le sens qu’ils confèrent à leurs actions. Enfin, l’étude d’archives diplomatiques a permis de reconstituer la genèse de la nécropole soviétique.

7L’aménagement de la nécropole et l’organisation des commémorations ont contribué à créer, sur le temps long, un ordre spatial favorable à l’expression d’une mémoire russe de la Deuxième Guerre mondiale. Cet ordre spatial, défini comme la configuration produite, dans un lieu donné, par la position des corps et des artefacts, leurs mouvements et leurs interactions, traduit et reproduit un ordre symbolique fondé sur la prééminence de la Russie sur les autres républiques post-soviétiques. Néanmoins, cet ordre spatial est contesté par les participants ukrainiens, dans le but de rappeler l’attitude néo-impérialiste de la Russie vis-à-vis de leur pays. Cette résistance, bien que perçue comme un succès par le groupe ukrainien, possède toutefois une portée modeste, en raison de leurs positions moins dominantes dans l’espace sociopolitique français.

  • 16 Cette tendance est exacerbée dans les études portant sur l’espace post-soviétique, où la commémorat (...)

8L’article souhaite enrichir de deux manières la littérature sur les enjeux politiques des commémorations. À rebours des approches tendant à privilégier les États comme acteurs principaux de la fabrique de la mémoire, dans la lignée de Benedict Anderson et Eric Hobsbawm (Ashplant, Dawson, Roper, dir., 2000), je souhaite mettre en évidence le rôle des acteurs non institutionnels dans la fabrique de la mémoire et des résistances qu’ils peuvent opposer aux mémoires dominantes, comme l’ont fait certains travaux portant sur l’ex-URSS (Gessat-Ansett, 2007 ; Coumel, Guichard, Sperling, 2017). Initialement tournées vers la production du consensus (Schwartz, 1991) et fortement ritualisées (Clavandier, 2001), je montre que les commémorations peuvent acquérir une dimension contestataire et être alors envisagées comme des formes de mouvements sociaux (Latté, 2009). Le deuxième apport de l’article consiste à se départir des approches englobantes assimilant « commémoration » et « fabrique de la mémoire », pour étudier la commémoration en tant que telle. Face aux travaux portant sur les politiques, débats et compétitions qui présidant à la mise en œuvre des commémorations (Namer, 1983 ; Gensburger, 2014)16, il s’agit ici de revenir à l’essence même de ce qu’est la commémoration – un événement – et de montrer, dans la veine des travaux basés sur une approche ethnographique (Clavandier, 2001 ; Cossart, Hainagiu, 2014 ; Fabbiano, 2017), ce qui se joue au moment même et sur le lieu même de la cérémonie.

Genèse d’une nécropole soviétique investie par les autorités russes

9Une commémoration ne se déroule pas hors-sol, mais dans un lieu précis, dont la matérialité (monuments installés, plaques commémoratives, stèles, drapeaux…) contribue à symboliser une réalité absente. L’espace possède en effet une fonction sémiotique qui lui permet, tout autant que les discours verbaux, de faire advenir des construits sociaux, et notamment de transmettre la mémoire collective (Chivallon, 2004). L’analyse d’une commémoration ne peut donc faire abstraction de l’étude du cadre physique dans lequel celle-ci se déroule. Reconstituer la genèse de ce lieu de mémoire qu’est la nécropole soviétique permet de montrer que, contrairement au récit qu’en font certains membres de la communauté ukrainienne de France, celle-ci n’est pas née d’une volonté de Moscou à l’époque de la guerre froide. En revanche, sa deuxième naissance, dans les années 2000, est intimement liée à l’investissement des commémorations par les autorités russes, manifestation d’un soft power mémoriel.

L’établissement de la nécropole : une stratégie française plus que soviétique

  • 17 Journal Officiel de la République Française du 19 août 1980, n° complémentaire, p. 7534.
  • 18 Document de la mairie de Noyers-Saint-Martin décrivant la nécropole.
  • 19 L’article 2 de l’arrêté du 24 juillet 1990 « fixant la liste des nécropoles nationales et la liste (...)

10La nécropole nationale de Noyers-Saint-Martin est créée par un arrêté ministériel du 22 juillet 198017, sur un ancien terrain militaire de 16 000 m² utilisé par l’armée de l’air18. 4598 corps de ressortissants de l’ex-URSS, alors enterrés dans différents endroits du territoire français, y ont été regroupés : 78 en sépultures individuelles et 4520 en ossuaires. La nécropole est placée sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Anciens Combattants auprès du ministre des Armées, qui l’administre et en assure l’entretien19.

  • 20 Les noms des enquêtés ont été anonymisés. Le nom de son association n’est pas mentionné, par souci (...)
  • 21 Entretien avec Anna, novembre 2017.
  • 22 Individus pris par les Nazis en Europe de l’Est pour effectuer des travaux forcés sur le territoire (...)
  • 23 Quatre ouvrages de Gabriel Becker : Le camp du Ban-Saint-Jean, 1941-1944 : lumière sur une honte en (...)
  • 24 C’est la nomination de Volodymyr Chtcherbytsky comme Premier secrétaire du Parti communiste d’Ukrai (...)
  • 25 Ceux-ci ont fait mettre deux plaques commémoratives, dans les années 1950 et 1960 à Denting et Boul (...)

11Concernant l’origine de la nécropole, une version est partagée par les membres de la communauté ukrainienne de France et m’a été pour la première fois expliquée par Anna20, présidente d’une association œuvrant dans le domaine de la mémoire ukrainienne en France21. Le cimetière de Noyers-Saint-Martin regrouperait les corps de 2879 Ostarbaiter22 soviétiques, majoritairement ukrainiens, morts en captivité au Camp du Ban-Saint Jean, à Denting (Moselle). Ces corps auraient été exhumés par les autorités françaises, en 1979-1980, sous la pression des autorités soviétiques. Ce récit a été développé par l’Association franco-ukrainienne pour la restauration de la mémoire du Ban-Saint-Jean, avec qui Anna est en contact depuis le début des années 2010. Créée en 2004 par des membres de la communauté ukrainienne et des Mosellans sans origine ukrainienne, elle a restauré le site du camp, sensibilisé les autorités locales, installé une stèle commémorative et publié plusieurs ouvrages sur l’histoire du site23. Ceux-ci expliquent qu’à la fin des années 1970, les autorités soviétiques, mises au courant des initiatives ukrainiennes pour honorer les victimes du Ban-Saint-Jean, ont usé de diplomatie pour obtenir l’exhumation des corps et la création d’un cimetière de regroupement à Noyers-Saint-Martin (Becker, 2005). L’URSS ne pouvait souffrir qu’une nationalité particulière s’exprime de façon autonome. En effet, alors que sous Khrouchtchev, la politique des nationalités avait retrouvé une certaine souplesse après les répressions staliniennes, le début des années 1970 est marqué par un retour à la russification en Ukraine24 (Kappeler, 1997). Bien que l’identification de l’origine nationale des corps situés dans les charniers du Ban-Saint-Jean ait été impossible, les actions commémoratives menées par les Ukrainiens de Moselle dans les années 1950 et 1960 ont contribué à diffuser l’idée selon laquelle les victimes seraient en majorité ukrainiennes25. Pour les membres de la communauté ukrainienne de France, le cimetière de Noyers-Saint-Martin devient ainsi l’expression de la négation de l’identité ukrainienne par le pouvoir soviétique.

  • 26 Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, série URSS, sous-série 4, dossier 3, « Affa (...)
  • 27 Le ministère des Affaires étrangères indique avoir reçu une note verbale de l’ambassade d’URSS anno (...)
  • 28 Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, ibid
  • 29 Cette décision semble chagriner les Soviétiques, jusqu’au sommet de l’État : dans une note de 1984, (...)

12L’étude des archives du ministère des Affaires étrangères invite toutefois à nuancer cette version. Les autorités soviétiques ont peut-être essayé de mettre la main sur les victimes du Ban-Saint-Jean et de faire taire les activités ukrainiennes locales, mais elles ne sont vraisemblablement pas à l’origine de la création de la nécropole. Une correspondance de janvier-février 1981 entre le ministère des Affaires étrangères et le Secrétariat d’État aux Anciens combattants est à ce titre éclairante26. Elle indique que les Soviétiques s’intéressaient aux sépultures de leurs ressortissants situées dans l’Est de la France27, mais qu’ils ne voulaient pas retirer ces corps de Moselle. Au contraire, le Secrétariat d’État aux anciens combattants explique avoir reçu, de la part de l’ambassade soviétique, des plans de rénovation d’ossuaires et d’installation de sculptures dans plusieurs cimetières de l’Est de la France. Ces projets inquiètent les autorités françaises : derrière cette volonté de s’occuper des tombes de leurs ressortissants, les Soviétiques souhaiteraient en réalité « officialiser leur éparpillement » pour ensuite accéder quand bon leur semble dans « des zones que le ministère de la Défense et de l’Intérieur tiennent pour “sensibles” ». C’est pour cette raison sécuritaire, et également par souci de réduire le coût d’entretien de ces sépultures, que la décision de créer une nécropole soviétique à Noyers-Saint-Martin a été prise lors d’une réunion interministérielle, le 31 mars 198028. Cette décision revient, comme le dit le compte rendu, à mettre les Soviétiques « devant le fait accompli » : si ces derniers étaient favorables à un regroupement de leurs sépultures jusqu’en 1972, ils y sont en effet désormais opposés29. Ainsi, la création du cimetière de Noyers-Saint-Martin semble relever d’une volonté unilatérale des autorités françaises.

Le retour du mythe de la Grande guerre patriotique dans la Russie de Vladimir Poutine

  • 30 Entretien avec Jacques Teinielle, maire de Noyers-Saint-Martin, 20 mars 2020.
  • 31 Recherche sur la base « Europresse », pour toutes les dates avant le 31/12/2013, avec l’expression (...)

13Les archives diplomatiques de la période 1980-1985 ne mentionnent pas de commémoration à Noyers-Saint-Martin. Les premières semblent s’être tenues en 1986 ou 1987, selon le maire de la commune30. D’après lui, les cérémonies étaient assez confidentielles jusque dans les années 2000 où elles auraient pris de l’ampleur. Quand on consulte la presse31, on ne trouve en effet pas d’article sur la nécropole avant 2002. Cette dynamique locale correspond à celle observée en URSS puis en Russie.

  • 32 La guerre d’Afghanistan oppose, de 1979 à 1989, l’armée soviétique (venue en soutien des communiste (...)
  • 33 Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, série URSS, sous-série 4, dossier 3, « Affa (...)
  • 34 Le Ministre des Relations Extérieures, Roland Dumas, dépêche un colonel de l’armée de l’Air, ancien (...)
  • 35 Voir notes 6 et 7.

14La victoire face à l’Allemagne nazie a été célébrée pour la première fois en Union soviétique en juin 1945, et le 9 mai, décrété jour férié. Néanmoins, face à la popularité des chefs militaires, et notamment du maréchal Joukov, Staline supprime dès décembre 1946 le jour férié du calendrier, et la parade militaire dès 1947. Ils ne sont rétablis qu’en 1965, pour le 20e anniversaire (Tumarkin, 2003 ; Fayet, 2011). Sous Brejnev (1965-1982), La Grande guerre patriotique devient peu à peu le principal mythe de légitimation du régime, à l’intérieur comme à l’étranger, où les commémorations de la Grande guerre patriotique sont un outil diplomatique visant à entretenir le prestige de l’URSS à une période où celle-ci est critiquée pour son intervention en Afghanistan32. La représentation soviétique en France organise ainsi régulièrement des commémorations en y conviant des officiels français33, et des chefs d’États étrangers sont invités aux grandes célébrations des quarante ans de la Victoire, le 9 mai 1985 à Moscou34. Sous Gorbatchev (1985-1991), les commémorations du 9 mai connaissent un net déclin ; la parade militaire est supprimée et certaines thèses officielles concernant des épisodes de la Grande guerre patriotique sont remises en cause (Fayet, 2011). Avec la chute de l’URSS, elles disparaissent peu à peu en Russie, et surtout dans certains pays d’ex-URSS qui se mettent alors à réviser la mémoire soviétique de la guerre et à diffuser des récits nationaux alternatifs35. Ce n’est que pour le 50e anniversaire, en 1995, que Boris Eltsine rétablit les cérémonies, mais en les déplaçant de la place Rouge vers le mémorial nouvellement érigé sur la colline Poklonnaïa Gora (Tumarkin, 2003).

  • 36 Avec notamment la participation de Vladimir Poutine au défilé.

15C’est l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000 qui donne un nouvel élan à l’usage politique du passé soviétique en Russie (Oushakine, 2007 ; Morenkova, 2017), et plus particulièrement, au culte de la Grande Guerre patriotique (Fayet, 2011 ; Wood, 2011). Alors qu’à l’époque de Boris Eltsine, l’accent était davantage mis sur la souffrance du peuple russe pendant la guerre, les cérémonies renouent avec une célébration toute soviétique de la grandeur de l’État et de son rôle décisif dans la victoire (Malinova, 2017). On observe une « nationalisation » de l’héritage de la Grande Guerre patriotique : celle-ci est replacée dans une série de grands événements constitutifs de l’histoire du peuple russe, et devient un mythe central dans la construction d’une identité nationale basée sur la reconstitution de la grandeur de la Russie (Popov, 2008 ; Mijnssen, 2010 ; Wood, 2011 ; Petersson, 2020). Ce culte de la Grande Guerre patriotique est aussi tourné vers l’extérieur. Dans les relations internationales, le rappel du rôle de la Russie soviétique dans la victoire contre l’Allemagne nazie et l’ampleur des sacrifices consentis justifient la place due à la Russie contemporaine dans l’arène internationale. La Russie aurait ainsi un droit moral d’être garante de l’ordre international (Malinova, 2017). Depuis le milieu des années 2010, les célébrations de la Victoire ont pris une ampleur sans précédent en Russie avec la marche du « Régiment immortel ». Créée par des acteurs de la société civile en 2012, à Tomsk (Sibérie), cette commémoration a été récupérée par le pouvoir russe à partir de 201536 et est devenue incontournable dans les cérémonies de la Victoire en Russie et dans les pays où vit une diaspora russe (Fedor, 2017 ; Gabowitsch, 2018). Elle consiste en un défilé de personnes tenant des photographies de membres de leur famille ayant combattu dans l’Armée rouge. Cette commémoration, qui permet de relier le culte étatique de la Grande guerre patriotique avec les mémoires familiales, est un outil supplémentaire de légitimation du pouvoir russe.

L’investissement du cimetière par les autorités russes dans les années 2000

  • 37 Témoignage signé « Alexandra Eragny », daté du 9 mai 2000. Archives privées d’une enquêtée.
  • 38 Plaque au dos du monument. La réplique de cette plaque est visible dans l’atelier du sculpteur, Vla (...)
  • 39 « Un monument aux citoyens soviétiques morts en France durant la Deuxième Guerre mondiale sera inau (...)
  • 40 Outre « Les Fleurs de Russie », on peut citer le monument « aux combattants russes tombés dans la R (...)
  • 41 Monument au régiment Normandie-Niemen, inauguré devant le musée de l’Air du Bourget par les préside (...)
  • 42 Monument au Corps expéditionnaire russe en France pendant la Première Guerre mondiale, inauguré par (...)

16C’est à partir de 2000 que l’ambassade de Russie en France tente de mobiliser ses ressortissants autour de la célébration de Noyers-Saint-Martin. Une participante aux commémorations du 9 mai 2000 explique ainsi que le point de rassemblement des participants à la cérémonie était le Consulat russe à Paris, et que la délégation russe était fournie, rassemblant personnel de l’ambassade, enfants et anciens combattants37. Une étape supplémentaire est franchie en 2002, avec l’installation dans le cimetière d’un monument intitulé « Les Fleurs de Russie », réalisé à l’initiative de l’ambassade de Russie en France, du ministère de la Culture russe, du ministère de la Défense et des Anciens combattants français et de la mairie de la commune38, et financé par l’entreprise « Aluminium russe » et par la « Banque commerciale pour l’Europe du Nord / Eurobank » - branche parisienne de la banque centrale de Russie39. « Les Fleurs de Russie » n’est que le premier d’une série de monuments commémoratifs offerts par la Russie à la France, tous réalisés par le sculpteur Vladimir Sourovtsev. Ceux-ci, installés dans des lieux de commémoration40, des lieux touristiques41 ou au cœur de la capitale42, visent à matérialiser dans l’espace le rôle de la Russie dans la défense de la France lors des grands conflits mondiaux.

  • 43 La première vague est réservée aux représentants d’associations, la deuxième aux représentations di (...)
  • 44 Relevé des décisions de la réunion préparatoire du 6 avril 2012. Archives personnelles d’un enquêté

17Au-delà du façonnement du lieu de mémoire, le déroulement des commémorations de Noyers-Saint-Martin fait la part belle à la Russie. Le compte rendu de la réunion préparatoire à la cérémonie du 11 mai 2012 est instructif quant à la place respective de la Russe et des autres républiques dans le protocole. Si les délégations étrangères sont mentionnées comme « représentantes des États ayant appartenu à l’URSS », le protocole montre que c’est la délégation russe qui est la plus importante. Comme en 2000, celle-ci est composée d’enfants russes, véhiculés depuis Paris pour fleurir les sépultures. Lors de la deuxième vague des dépôts de gerbes43, c’est l’ambassadeur de la Fédération de Russie qui a la préséance, suivi de l’ambassadrice russe auprès de l’UNESCO puis des « États ayant appartenu à l’URSS », dont les noms ne sont pas précisés. Après la sonnerie aux morts et la minute de silence, c’est l’hymne soviétique – possédant la même mélodie que l’hymne russe, mais des paroles différentes – qui est joué. La suite du protocole précise d’ailleurs que « l’hymne national russe est accepté par chacun des ambassadeurs présents comme représentatif de son pays ». Un autre aspect de la position dominante de la Russie est visuel : le drapeau russe flotte sur la nécropole aux côtés du drapeau français. Enfin la Russie apparaît comme la seule interlocutrice des organisateurs : ce sont « les services de l’ambassade de Russie » qui sont chargés de remettre à la mairie et à l’ONACVG les noms et qualités des représentants officiels de toutes les républiques de l’ex-URSS44. L’organisation de la cérémonie entérine ainsi le rôle dominant de la Russie, qui apparaît comme tutrice des « républiques sœurs ».

  • 45 Notes d’observation de la marche du Régiment immortel à Paris, le 8 mai 2019.

18Cette idée d’union fraternelle des peuples post-soviétiques autour dans la lutte et les souffrances communes est également véhiculée par les défilés du Régiment immortel organisés en France. Alors que le Régiment immortel en Russie met davantage l’accent sur la grandeur du sacrifice du peuple russe, le cortège parisien présente, lui, des drapeaux de toutes les républiques post-soviétiques. Néanmoins, ce sont les drapeaux russes qui sont les plus nombreux et c’est la langue russe qui est uniquement utilisée sur les affiches et dans les chants entonnés par les participants45.

19Le cadre physique de la commémoration, tout comme les places occupées, les gestes, paroles et sons performés durant la cérémonie, contribuent à construire un ordre spatial asseyant la domination symbolique de la Russie par rapport aux autres républiques de l’ex-URSS. Néanmoins, cet ordre spatial n’est pas figé. Bien que les acteurs institutionnels aient souvent la prééminence dans le façonnement des commémorations, par leurs prérogatives concernant l’édification du lieu de mémoire et l’établissement du protocole, des individus ou des groupes peuvent remettre en cause le caractère réglé de la commémoration – ou créer des commémorations alternatives – pour exposer leurs griefs (Latté, 2009).

Spatialités contestataires : une contre-commémoration ukrainienne

  • 46 Communiqué de presse des associations ukrainiennes, mai 2014. Archives privées d’un enquêté.
  • 47 Traité d’alliance conclu en 1654 entre l’hetman cosaque Bohdan Khmelnytsky et le tsar Alexis Ier de (...)
  • 48 Famine organisée par le pouvoir soviétique, qui aurait fait 3,5 millions de morts en Ukraine (Werth (...)
  • 49 Voir notes 12 et 13.

20En 2014, face à l’annexion de la Crimée et à la guerre du Donbass, les représentants ukrainiens à la cérémonie estiment qu’il n’est pas possible de « se joindre à un pays qui occupe illégalement le territoire de l’Ukraine, qui déstabilise l’Ukraine et tente de provoquer une guerre civile meurtrière »46. Il s’agit de faire du cimetière de Noyers-Saint-Martin un espace de visibilisation de l’« agression » russe en Crimée et dans le Donbass. Mais la conjoncture géopolitique est également un moyen de rappeler « l’oppression séculaire » de la Russie sur l’Ukraine, depuis le traité de Pereïaslav47 jusqu’à la déstabilisation Donbass, en passant par le Holodomor de 193348. Ces événements sont, pour les enquêtés, les manifestations d’un même phénomène : la négation de l’identité ukrainienne par la Russie. Les Ukrainiens veulent faire la nécropole un cas emblématique de cette négation, en rappelant que les victimes du Ban-Saint-Jean, dont ils clament la nationalité ukrainienne, auraient été « soviétisées » par leur transfert à Noyers-Saint-Martin en 1980. L’observation participante aux côtés des Ukrainiens lors de la cérémonie de 2019, ainsi que les archives des cérémonies de 2011 à 201849, éclairent la manière dont les pratiques commémoratives permettent de contester l’ordre spatial dominant.

Acte 1 : Une mise à l’écart volontaire de la cérémonie principale

21Le 7 mai 2019, les membres et sympathisants des associations ukrainiennes impliquées dans la commémoration se rassemblent à 10 h 45 devant la nécropole. La cérémonie officielle est commencée depuis 15 minutes, et tous les participants sont déjà rassemblés au fond du cimetière. Cette non-concordance temporelle est la première forme de protestation : les Ukrainiens n’assistent pas à l’entrée de la délégation russe et des représentants des autorités françaises dans le cimetière. La distance – plus d’une centaine de mètres – entre l’entrée du cimetière et le lieu de la cérémonie évite aux Ukrainiens d’entendre les hymnes joués, et notamment l’hymne russe (Illustration 1).

Illustration 1. Les Ukrainiens se tiennent en dehors du cimetière pendant la cérémonie officielle

Illustration 1. Les Ukrainiens se tiennent en dehors du cimetière pendant la cérémonie officielle

22À la distance s’ajoute la séparation physique. Le groupe ukrainien se tient en dehors de l’enceinte du cimetière, derrière le mur de briques, qui agit, malgré sa faible taille, comme une barrière symbolique. Son franchissement indique la compromission avec le régime russe : les autres républiques de l’ex-URSS acceptent de se soumettre à la Russie, mais pas l’Ukraine. Les postures corporelles renforcent la mise à l’écart de la cérémonie officielle : à part des coups d’œil furtifs, les Ukrainiens se tiennent en général dos à la cérémonie et l’ignorent.

  • 50 Voir note 48.
  • 51 Voire note 8.

23Comment cette mise à l’écart s’est-elle imposée comme principale spatialité protestataire ukrainienne à Noyers-Saint-Martin ? À l’origine de celle-ci, on trouve deux Françaises d’origine ukrainienne, participant depuis quelques années déjà aux cérémonies de Noyers-Saint-Martin. Elles sont toutes deux familières de la lutte pour la reconnaissance menée par la diaspora ukrainienne en France depuis les années 1920. Maria est présidente de la principale organisation de la diaspora ukrainienne en France et a œuvré dans les années 2000 pour la reconnaissance du Holodomor50 comme génocide. Anna a intégré le milieu ukrainien dans les années 2000, après des recherches sur l’engagement de son père dans la Légion étrangère en 1940. Toutes deux ont été très sensibles à la Révolution de Maidan51 : Maria fut très active dans le mouvement « Euromaidan Paris », et Anna était présente sur le Maidan à Kiev lors de la journée du 18 février où des dizaines de manifestants sont tombés sous les balles de la police. Le parcours engagé de ces deux femmes explique leur propension à dénoncer les agissements russes en Crimée et dans le Donbass, à partir du printemps 2014. Elles souhaitent se saisir du contexte du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie, où Vladimir Poutine a été invité par François Hollande, pour sensibiliser le public français sur la déstabilisation que mène la Russie dans l’Est de l’Ukraine.

  • 52 Lettre des associations ukrainiennes aux organisateurs et participants, 17 avril 2014. Archives pri (...)

24Les deux femmes concentrent leur attaque sur les principaux symboles de la cérémonie : l’hymne et le drapeau. Elles envoient une lettre aux responsables de la cérémonie, en indiquant que le protocole « semble admettre que la Fédération de Russie est la seule héritière de l’Union soviétique » et que celui-ci « impose, sous le drapeau russe, le seul hymne russe »52. Elles demandent à faire flotter le drapeau ukrainien et à jouer l’hymne ukrainien. Les organisateurs, soucieux d’éviter les débordements, obtiennent de la Russie qu’elle ne fasse pas flotter son drapeau sur la nécropole. Néanmoins, ils refusent la demande concernant les hymnes, estimant que tous les jouer rallongerait trop l’événement. C’est ce refus qui entraîne la décision des représentants ukrainiens de ne pas participer à la cérémonie : ceux-ci resteront en dehors du cimetière, puis rentreront déposer leurs gerbes quand les autres participants seront sortis. Ce retrait ne doit pas signifier invisibilisation, au contraire : Anna explique que la presse locale sera prévenue, et incite le plus de monde possible à participer à l’action. En entretien, elle explique que « ce qui est intéressant, c’est d’avoir la population, que les gens sachent. On ne fait pas un truc tout seul, par acquit de conscience, juste aller déposer une fleur jaune et bleue. Il y a le souci pédagogique toujours. Si on fait un truc la veille et un truc le lendemain, on n’aura personne. Et c’est 30 associations d’Anciens combattants, au moins, qui sont là ! ». Il s’agit donc de se mettre à la marge de la cérémonie, tout en restant inclus dans celle-ci.

  • 53 Voir note 48. Des commémorations annuelles sont organisées par des associations ukrainiennes à Pari (...)
  • 54 Le 26 avril 1986, l’explosion du réacteur n° 4 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine soviétique, (...)
  • 55 Il célèbre l’Acte d’unification du 22 janvier 1919 entre la République populaire ukrainienne (UNR) (...)
  • 56 Observation réalisée à Lyon le 24/11/2018.

25La commémoration de Noyers-Saint-Martin est un moment unique pour les Ukrainiens de d’exposer leurs griefs, puisqu’elle regroupe un grand nombre d’acteurs a priori étrangers à la cause et qu’il est possible de sensibiliser. En ce sens, elle diffère des principales commémorations ukrainiennes en France (célébration de la mémoire des victimes du Holodomor53, de la catastrophe de Tchernobyl54 ou encore, jour de l’Unité de l’Ukraine55), qui sont organisées par des associations ukrainiennes ou l’ambassade d’Ukraine en France et qui se font dans l’entre-soi du groupe. À titre d’exemple, la commémoration des victimes du Holodomor organisée par la communauté ukrainienne de Lyon, le 24 novembre 2018, est utilisée par son principal initiateur pour sensibiliser le public sur la « guerre coloniale » que mènerait la Russie dans le Donbass et qui serait la prolongation de la politique d’anéantissement du peuple ukrainien entamée lors du Holodomor56. Trois officiels non ukrainiens sont présents, mais les cinquante participants à la cérémonie sont en grande majorité des membres de la communauté ukrainienne locale, habitués de cet événement annuel et déjà sensibilisés à la question de la guerre du Donbass et au travail de mémoire autour du Holodomor.

26À Noyers-Saint-Martin, Anna insiste sur la nécessité pour les Ukrainiens de venir en nombre, pour gagner en visibilité. Le nombre est en effet un élément majeur de reconnaissance pour toute mobilisation (Ripoll, 2008). Dans son premier courrier d’invitation à la cérémonie, destinée à une liste d’Ukrainiens de France, Anna précise « il faudrait que nous soyons présents et surtout pas moins que d’habitude… mais un peu plus si possible ». Face à l’ampleur de la délégation russe, il faut que le groupe ukrainien soit nombreux et visible. Avant la cérémonie de 2014, Anna avait publié un communiqué interne à la communauté ukrainienne appelant à se « mobiliser », à « compléter le maximum de voitures » et à prendre des drapeaux ukrainiens pour venir à Noyers-Saint-Martin.

  • 57 Compte-rendu de la réunion de préparation du 26 mars 2015. Archives privées d’un enquêté.

27Le nouveau protocole, établi en 2014 par l’action unilatérale des Ukrainiens, est institutionnalisé lors de la réunion de préparation de la cérémonie de 2015. De par son action de 2014, Anna devient la représentante de l’Ukraine à cette réunion. Malgré la présence de trois membres de l’ambassade russe, Anna parvient à rejeter leur demande de faire flotter le drapeau soviétique. Il est également décidé que les hymnes de toutes les républiques participantes seront joués, selon l’ordre alphabétique57.

Acte 2 : Éviter les interactions conflictuelles pour maintenir la place fragile de l’Ukraine dans la commémoration

  • 58 « À Lisbonne, des participants à l’action du “régiment immortel” ont attaqué des Ukrainiens » (trad (...)

28Cette division du protocole en deux temps pose alors la question des interactions entre les participants. Les rapports de pouvoir se jouent-ils seulement dans l’occupation des places sur le lieu de la nécropole ou également dans les interactions entre acteurs de la commémoration ? Deux jours auparavant, à Lisbonne, des émigrés ukrainiens sont venus s’opposer à la marche russe du Régiment immortel, avec des affiches présentant les crimes de Staline, et des heurts ont éclaté entre les deux groupes58.

29Mais lors de la cérémonie, aucune tension n’est observée entre les participants. La fin de la première phase, marquée par la sortie du cimetière des délégations russes et des autres pays post-soviétiques, ne donne lieu à aucune interaction avec le groupe ukrainien. Celui-ci se tient à l’écart et ne tente pas de faire une haie d’honneur de drapeaux ukrainiens à la délégation russe, ni d’invectiver celle-ci (Illustration 2). De même, les participants qui sortent du cimetière ne prêtent pas attention aux Ukrainiens. Hormis quelques regards curieux, aucune interpellation ni remarque personnelle visant les Ukrainiens n’a été prononcée. L’ambassadeur ukrainien se tient particulièrement à l’écart, ne souhaitant en aucun cas croiser son vis-à-vis russe.

Illustration 2. Le croisement entre les délégations russe et ukrainienne ne donne lieu à aucune interaction

Illustration 2. Le croisement entre les délégations russe et ukrainienne ne donne lieu à aucune interaction
  • 59 Les Ukrainiens attachés à distinguer l’histoire de l’Ukraine de celle de la Russie préfèrent la gra (...)

30Néanmoins, le moment de transition entre les deux phases peut être l’occasion, pour les Ukrainiens, de discussions informelles avec certains représentants français ou membres du protocole. Alors que le maître de cérémonie vient voir la délégation ukrainienne pour préparer le début de la deuxième phase, une discussion s’engage sur l’histoire de l’Ukraine. Le maître de cérémonie, ancien colonel de réserve, se targue de connaître l’existence d’Anne de Kiev (1024-1075), « princesse russe » selon ses mots, qui fut épouse d’Henri Ier de France. C’est alors l’occasion pour Anna et l’ambassadeur d’Ukraine de lui expliquer que l’État d’origine d’Anne de Kyiv59, la « Rous’ kiévienne », n’a rien à voir avec la Russie, mais est l’ancêtre de l’Ukraine actuelle.

Illustration 3. Le moment de la commémoration est l’occasion de sensibiliser les acteurs français (ici, l’ambassadeur d’Ukraine en France avec le maître de cérémonie).

Illustration 3. Le moment de la commémoration est l’occasion de sensibiliser les acteurs français (ici, l’ambassadeur d’Ukraine en France avec le maître de cérémonie).
  • 60 Entretien avec Anna, mai 2019 ; Entretien avec le maître de cérémonie, mars 2020.
  • 61 Nom péjoratif utilisé pour désigner les Russes. Il s’agit de contester aux Russes l’appropriation d (...)
  • 62 Entretien avec le maître de cérémonie, mars 2020.

31L’absence d’interaction conflictuelle s’explique par le cadre très régulé de la cérémonie. Placée sous le patronage de l’État français et de ses institutions militaires, par le biais de l’ONACVG, elle est soumise à un protocole strict, qui exclut tout débordement. La présence de la gendarmerie pour sécuriser le lieu de la cérémonie n’incite pas à la confrontation. Mais au-delà, c’est la volonté de ne pas menacer la place acquise de haute lutte lors des négociations de 2014 et 2015 qui incite les Ukrainiens à la retenue. Le souci d’Anna est de maintenir l’équilibre fragile, qui consiste à placer l’Ukraine à la fois hors de la phase principale de la cérémonie, mais à l’intérieur du cadre de la commémoration. Tout impair pourrait entraîner le retour à l’ancien protocole et l’exclusion de l’Ukraine de la cérémonie. En 2014, Anna explique avoir eu des soucis avec un Français d’origine ukrainienne, habitué de longue date de cette cérémonie. Celui-ci, habillé en cosaque et muni d’un sabre, avait mal parlé à un porte-drapeau russe et refusé de serrer la main à des vétérans russes, comme il est pourtant d’usage60. Lors du vin d’honneur suivant la cérémonie, il aurait porté un t-shirt avec l’inscription « Je remercie Dieu de ne pas être Moskal61 ». Ce comportement est dangereux pour Anna, car il menace la place de l’Ukraine dans la commémoration. En effet, lors de la réunion de préparation de l’année suivante, les représentants russes se sont servis de ce cas pour expliquer que la présence ukrainienne faisait peser des menaces à la sécurité et à la bonne tenue des événements. Anna s’est alors désolidarisée de cette personne, et les responsables du protocole ont décidé son interdiction d’accès à la nécropole62. La représentante ukrainienne doit donc sans cesse naviguer entre une posture d’opposition, pour marquer le désaccord avec les agissements de la Russie en Ukraine, et une posture de conciliation, nécessaire au maintien du protocole actuel et à l’inclusion de l’Ukraine à la commémoration.

Acte 3 : Une cérémonie alternative visant à séparer l’Ukraine du « monde russe »63

  • 63 Concept utilisé dans le discours politique russe depuis le début des années 2000. Il désigne l’unio (...)

32Lorsque la première colonne de participants est sortie du cimetière, la deuxième phase de la cérémonie s’ouvre, avec l’entrée de la délégation ukrainienne. C’est la phase de mise en visibilité de l’Ukraine. Bien que les délégations des autres pays post-soviétiques ne soient pas présentes, Anna a obtenu, par des négociations informelles avec le maître de cérémonie, que les membres d’associations d’Anciens combattants français restent en place dans le cimetière et fassent une haie d’honneur aux participants ukrainiens. La délégation ukrainienne entre donc dans la nécropole à l’ombre des drapeaux français, et sous le regard des anciens combattants et des écoliers du village, eux aussi restés sur place (Illustration 4).

Illustration 4. Entrée de la délégation ukrainienne dans la nécropole, en compagnie du maire et du représentant de la Préfecture

Illustration 4. Entrée de la délégation ukrainienne dans la nécropole, en compagnie du maire et du représentant de la Préfecture

33Arrivés face au monument, les représentants de l’ambassade déposent une gerbe. Les associations ukrainiennes, elles, déposent leurs fleurs sur une plaque commémorant les « 2 879 prisonniers de guerre ukrainiens et autres soviétiques morts au stalag de Ban Saint-Jean (Moselle) », située à gauche du monument principal (Illustration 5). Au-delà des changements du protocole, visibles une fois par an, l’apposition de la plaque apporte une visibilité permanente à l’Ukraine dans le cimetière. Cette plaque a été installée en octobre 2017 par l’Association franco-ukrainienne de Boulay-Moselle. Alors que le monument principal du cimetière, « Les Fleurs de Russie », célèbre en premier lieu les Russes, cette plaque rétablit la balance en mentionnant d’abord les Ukrainiens et ensuite, sans les nommer, les autres nationalités de l’Union soviétique. Le fait de ne pas déposer de fleurs au pied d’un monument commandé par l’ambassade de Russie peut se lire comme un geste de protestation et une volonté de commémorer les victimes spécifiquement ukrainiennes, dont la plaque rappelle l’origine. La sonnerie aux morts, la Marseillaise et l’hymne ukrainien chanté a capella, concluent cette deuxième phase de la cérémonie (Illustration 6).

Illustration 5. Au fond, dépôt de la gerbe des associations franco-ukrainiennes au pied de la stèle commémorative du Ban-Saint-Jean

Illustration 5. Au fond, dépôt de la gerbe des associations franco-ukrainiennes au pied de la stèle commémorative du Ban-Saint-Jean

Illustration 6. La présence ukrainienne, rendue visible par les drapeaux et l’hymne national

Illustration 6. La présence ukrainienne, rendue visible par les drapeaux et l’hymne national
  • 64 L’OUN, créée en 1929, avait pour but la création d’un État ukrainien indépendant. Elle fut active e (...)
  • 65 Ayant connu une première popularisation pendant la présidence de Viktor Iouchtchenko (2005-2010), l (...)
  • 66 En France, les partisans de Melnyk se regroupent dans l’Alliance nationale ukrainienne en France, e (...)
  • 67 Dans l’URSS de l’après-guerre, « banderiste » est devenu synonyme de nationaliste ukrainien d’extrê (...)

34Cette cérémonie séparée est essentielle pour véhiculer un récit alternatif à celui de la Grande guerre patriotique, basé sur l’unité de tous les peuples soviétiques dans la lutte et leur communion dans la souffrance. Ce récit est vu comme dangereux par les Ukrainiens, car il met en avant l’amitié entre les peuples russe et ukrainien, voire leur origine commune, et peut être utilisé par la Russie pour justifier le maintien de l’Ukraine dans sa sphère d’influence. Les participants ukrainiens adhèrent à un autre récit de la Seconde Guerre mondiale, axé sur la souffrance du peuple ukrainien, pris en étau entre les totalitarismes allemand et soviétique, et sur la lutte pour l’indépendance menée par l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA)64. Ce récit, minoritaire en Ukraine jusqu’à une période récente65, est en revanche dominant au sein de larges fractions de la diaspora ukrainienne depuis 1945. En effet, certains déplacés de guerre ukrainiens, qui ont émigrés en Occident après 1945, étaient membres de ces organisations nationalistes et ont eux-mêmes fondé des associations politiques et culturelles, de tendance antisoviétique, qui ont structuré les communautés ukrainiennes à l’étranger66 (Satzewich, 2002). La majorité de participants à la commémoration sont des Français d’origine ukrainienne qui ont grandi dans ce milieu politique, où le discours sur la Seconde Guerre mondiale était tout autre qu’en URSS : l’Armée rouge y était considérée comme une force d’occupation, et les figures d’Andriy Melnyk ou Stepan Bandera – diabolisé et qualifié de « fasciste » en URSS67 – y étaient célébrées.

35Les Ukrainiens ont donc utilisé trois stratégies pour renverser l’ordre spatial dominant basé sur la prééminence russe : le maintien à l’écart, symbolisant la séparation de l’Ukraine du « monde russe » et la dénonciation de la politique russe en Crimée et dans le Donbass ; l’absence d’interactions conflictuelles, visant à maintenir la place fragile de l’Ukraine dans la cérémonie ; l’organisation d’une cérémonie alternative, pour rendre visible les souffrances du peuple ukrainien en tant que tel. Le but des Ukrainiens est de présenter publiquement leurs griefs, et de sensibiliser les autres participants à la commémoration à la mainmise de la Russie sur la mémoire de la guerre et à la déstabilisation son voisinage. Cet objectif est-il atteint ?

Quelle portée pour la contestation ? La difficulté à renverser un rapport de force favorable à la Russie

36L’action des Ukrainiens vise à marquer l’espace du cimetière de manière permanente (avec la pose de la plaque commémorative) et temporaire (avec le protocole alternatif, rejoué chaque année). Or, cette capacité à inscrire une mémoire dans l’espace est intimement liée aux capacités – inégales – que possèdent les différents groupes sociaux (Veschambre, 2008). Les groupes les mieux dotés en ressources – financières et relationnelles – seront davantage en capacité d’arriver à leurs fins. Pour évaluer la portée de la contestation ukrainienne à Noyers-Saint-Martin, il faut donc replacer ces actions dans un espace social, politique et médiatique plus global, où les différents acteurs possèdent des positions et des ressources inégales. Si la commémoration alternative est vécue comme un succès par les Ukrainiens et qu’elle a permis de donner une visibilité à l’Ukraine dans les médias locaux, ce sont bien les acteurs russes qui conservent une position dominante dans la commémoration.

« Jamais, de mon existence, plus belle victoire ! » : un succès symbolique pour les Ukrainiens

  • 68 Vague migratoire des années 1920 et 1930, composée, d’une part de migrants politiques (dirigeants e (...)
  • 69 Vague suivant immédiatement la Deuxième guerre mondiale, composée essentiellement de déplacés de gu (...)

37La nouvelle version du protocole, en cours depuis 2014, est vécue comme une victoire par la majorité des participants ukrainiens. Ceux-ci sont, en grande majorité, des Français d’origine ukrainienne, dont les parents sont issus des deuxième68 ou troisième vague69 de migration ukrainienne, et qui ont été socialisés le milieu ukrainien antisoviétique, constitué des églises et des associations patriotiques. En entretien, ils relatent la souffrance, héritée de leurs parents, d’avoir vu toute leur vie la particularité de la nation ukrainienne inconnue du public français, et subsumée derrière la catégorie englobante de « soviétique » ou de « russe ».

38Le fait de pouvoir commémorer les morts ukrainiens de façon séparée est vécu comme une véritable victoire par Anna. Trois ans après la cérémonie de 2014, la première ayant vu l’Ukraine être célébrée de façon séparée, Anna relate toujours les événements avec beaucoup d’émotion :

Un matin, j’ai reçu un mail du directeur de l’ONAC indiquant que « la Fédération de Russie accepte de ne pas faire flotter son drapeau sur la nécropole de Noyers Saint Martin et espère que la communauté ukrainienne entrera dans la nécropole avec elle ». Ne pas faire flotter son drapeau ! Jamais, de mon existence, plus belle victoire ! Jamais. Jamais ! Une émotion, je veux dire, complètement… Comment arracher un drapeau russe à la terre ? Pour moi, il était scellé à vie quoi, avec tout ce qu’on a lu, vécu, entendu !

39Le fait que les représentants des associations d’anciens combattants, le maire et le sous-préfet restent présents dans le cimetière pour la deuxième phase de la cérémonie est considéré par ces Ukrainiens d’origine comme une reconnaissance par la France – leur pays de naissance et de nationalité – non seulement du rôle des Ukrainiens dans la Deuxième Guerre mondiale mais aussi de la particularité de la nation ukrainienne en tant que telle. Anna explique avoir été « inondée de larmes » quand elle est entrée pour la première fois dans le cimetière sous les drapeaux tricolores des anciens combattants.

40Les Ukrainiens sont donc parvenus à recomposer le paysage visuel et de la cérémonie – suppression du drapeau russe, hymne de toutes les républiques présentes, cérémonie séparée – en inscrivant ces changements dans le protocole et en aménageant le lieu de mémoire (apposition d’une plaque). Ces succès apportent une rétribution symbolique non négligeable qui permet de trouver la motivation nécessaire à la poursuite d’un engagement qui est sur la pente déclinante depuis 2016. Dans un combat lointain, et sur lequel les Ukrainiens de France ont peu de prise directe – changer la situation du pays d’origine, aboutir à la « désoccupation » de la Crimée et du Donbass – chaque petite victoire apparaît comme bonne à prendre et confère du sens à cet engagement à distance.

Une contestation visible sur place et dans les médias ?

41L’objectif des représentants de l’Ukraine à la cérémonie n’est toutefois pas, comme le dit Anna, « de faire un truc tout seul, par acquit de conscience, juste aller déposer une fleur jaune et bleue ». L’objectif de mise en visibilité a-t-il été atteint ?

  • 70 Utilisé de façon courante en Russie et dans les États post-soviétiques dans les années 2000, le rub (...)

42Un premier niveau d’analyse est celui du moment-même de la commémoration. Sur ce point, il convient de constater que la délégation russe a l’avantage du nombre : en plus du personnel de l’ambassade, on y trouve des représentants d’associations russes, des anciens combattants et des enfants. La première phase de la cérémonie rassemble au moins 100 participants de l’ex-URSS, alors que la délégation ukrainienne est composée d’une dizaine de personnes de l’ambassade et de 15 membres ou sympathisants d’associations franco-ukrainiennes. L’esthétique utilisée renforce également la visibilité de la Russie (Illustrations 7 et 7 bis). Alors que la délégation ukrainienne entre dans le cimetière avec trois drapeaux et deux gerbes de fleurs jaunes et bleues, la délégation russe, en plus des drapeaux, arbore le ruban de Saint-Georges orange et noir70. Les enfants russes présents possèdent tous le même calot bleu, avec le drapeau de la Russie, et certains ont en bandoulière une écharpe aux couleurs de leur pays. Cela s’inscrit dans une tendance plus générale : depuis 2015, on assiste en Russie à une omniprésence d’images d’enfants habillés en costume de la Grande Guerre patriotique dans les commémorations, suggérant la pureté de la cause commémorée et s’inscrivant dans l’attention plus générale portée par le pouvoir russe à l’éducation patriotique de la jeunesse (Fedor, 2017). Enfin, les sénateurs et députés présents accompagnent uniquement l’ambassadeur russe, contribuant à renforcer la visibilité de la première phase de la cérémonie (Illustration 8).

Illustration 7. Délégation russe sortant du cimetière

Illustration 7. Délégation russe sortant du cimetière

Illustration 7 bis. Délégation ukrainienne entrant dans le cimetière

Illustration 7 bis. Délégation ukrainienne entrant dans le cimetière

Illustration 8. La délégation russe bénéficie de l’accompagnement prestigieux du sénateur Paccaud et du député Dassault, ici avec le maire de Noyers-Saint-Martin

Illustration 8. La délégation russe bénéficie de l’accompagnement prestigieux du sénateur Paccaud et du député Dassault, ici avec le maire de Noyers-Saint-Martin
  • 71 Recherche avec l’expression « Noyers-Saint-Martin cimetière ».
  • 72 Date du premier article trouvé sur les commémorations.
  • 73 Date de la commémoration de 2014 à Noyers-Saint-Martin
  • 74 Ce fait est souvent mentionné dans les articles.

43Le deuxième niveau d’analyse concerne la visibilité médiatique. Pénétrer l’espace médiatique permet en effet aux acteurs de réaliser un saut d’échelle et de toucher un public plus large que celui immédiatement présent à la commémoration. Une recherche sur la base de données « Europresse »71 a permis de recenser 6 articles parlant de la commémoration de 200572 au 7 mai 2014, puis 10 articles du 8 mai 201473 à 2019. Le tableau 1 recense les termes mentionnant une nationalité (« soviétique », « Russie », « Ukrainiens »…) associés aux sujets principaux (le cimetière, les morts, les participants à la cérémonie). On observe que quatre des cinq allusions à la nationalité ukrainienne des victimes ont été faites après 2014. Mais le principal changement concerne la description des participants : avant 2014, les articles mentionnaient exclusivement la délégation russe ; à partir de 2014, ils évoquent les autres républiques participantes, dont l’Ukraine. On peut donc penser que l’action des Ukrainiens – ayant notamment permis l’introduction de tous les hymnes nationaux à partir de 2015 74– a donné une visibilité plus grande aux autres Républiques de l’ex-URSS. Enfin, les 5 mentions de l’Ukraine dans la catégorie « autre » en 2014 révèlent que les journalistes ont parlé du contexte géopolitique particulier du moment, ce que l’on peut considérer comme un succès pour le groupe ukrainien. En revanche, le cimetière, qui était essentiellement qualifié de « soviétique » avant 2014 est de plus en plus qualifié de « russe ».

Tableau 1. Nombre d’occurrences des nationalités, selon le type d’objet désigné, dans les articles de presse traitant de la commémoration

Tableau 1. Nombre d’occurrences des nationalités, selon le type d’objet désigné, dans les articles de presse traitant de la commémoration
  • 75 Le Bonhomme Picard, 12/05/2015

44Une analyse plus qualitative des articles montre que l’Ukraine a en effet gagné en visibilité en 2014. L’article du Parisien-Oise du 8 mai 2014 fait référence à la situation géopolitique ukraino-russe dans son titre (« L’hommage aux soldats russes perturbés par l’actualité »), tandis que l’article du Courrier Picard titre « Une commémoration en deux temps » et donne exclusivement la parole à Anna et à Maria, qui rappelle que « l’Ukraine, ce n’est pas la Russie ». En 2015, un article publie même une photographie de la délégation ukrainienne et titre « le conflit russo-ukrainien est passé par le cimetière soviétique »75. Mais la dynamique semble s’infléchir ensuite : en 2018 et 2019, la cérémonie séparée des Ukrainiens est seulement mentionnée brièvement, non expliquée, et aucun acteur ukrainien n’a la parole. Au fil des années, l’action protestataire est donc de moins en moins évoquée. D’une part, les différents acteurs de la commémoration et les médias se sont habitué à cette action qui s’est par ailleurs routinisée en intégrant le protocole officiel. D’autre part, le conflit dans le Donbass, bien que toujours meurtrier, est une guerre de positions depuis la mi-2015. On peut donc penser qu’il soulève moins d’intérêt – voire n’est pas connu – de la part des journalistes, qui sont moins incités à y faire référence.

Une lutte inégale ? Une différence de ressources et des positions plus dominantes pour les acteurs russes

45L’action du groupe ukrainien a indéniablement permis d’attirer l’attention sur la place des autres républiques ex-soviétiques dans la commémoration et sur le conflit russo-ukrainien. Néanmoins, c’est la Russie qui garde une place prépondérante, que ce soit le jour de la cérémonie, dans l’espace médiatique et aux yeux des acteurs français engagés dans les événements. Comment expliquer cette difficulté rencontrée par les Ukrainiens pour atténuer la domination symbolique qu’ils subissent ?

  • 76 Lettre d’Anna à l’ambassadeur d’Ukraine en France, mars 2015. Archives privées d’un enquêté.
  • 77 À ce sujet, je renvoie à ma thèse de doctorat en géographie : Les Ukrainiens de France et l’Ukraine (...)
  • 78 Ibid.

46Le premier élément d’explication tient à la nature du groupe ukrainien engagé dans la cérémonie. Avec l’arrivée du nouvel ambassadeur, nommé par le gouvernement pro-européen issu de Maidan, à la fin 2014, on aurait pu penser que les autorités ukrainiennes se réinvestiraient dans la cérémonie. Mais l’ambassade semble peu impliquée dans les événements. C’est Anna, en 2015, qui a informé l’ambassadeur du déroulement de la cérémonie et sollicité sa participation76. Par ailleurs, l’ambassadeur ukrainien n’est venu pour la première fois qu’en 2016, et aucun membre de l’ambassade ukrainienne n’est présent à la réunion de préparation annuelle. La délégation ukrainienne quitte Noyers-Saint-Martin juste après la fin de celle-ci, ne se rendant pas au vin d’honneur. La participation ukrainienne repose surtout sur les représentants et sympathisants d’associations franco-ukrainiennes : en plus de participer à la réunion de préparation, ceux-ci se chargent d’apporter les drapeaux et de contribuer au vin d’honneur. Mais, alors que la mobilisation ukrainienne avait été assez forte en 2014 et 2015, années de la Révolution de Maidan et de la phase active du conflit du Donbass, les années suivantes ont vu le groupe diminuer en nombre, suivant le mouvement plus général de déclin de l’engagement post-Maidan au sein de la diaspora ukrainienne en France77. Interrogé sur sa venue, un des participants répond qu’on lui a dit que sa voiture était nécessaire au transport des autres, mais qu’il ne serait pas venu sinon. Par ailleurs, les Français d’origine ukrainienne, souvent mobilisés par le travail de mémoire (qui renvoie parfois directement à leur histoire familiale) ont des difficultés à impliquer les Ukrainiens arrivés récemment en France dans ces activités78.

  • 79 Définis par Vladimir Poutine en 2001 comme les « dizaines de millions de personnes, parlant, pensan (...)
  • 80 Discours de l’organisateur du « régiment immortel » parisien, lors de la première Conférence intern (...)
  • 81 Le Conseil de coordination des compatriotes joue en effet « le rôle d’intermédiaire entre les autor (...)

47Au-delà de l’infériorité numérique de la diaspora ukrainienne en France par rapport à la communauté russe, la première est moins soutenue par son État d’origine que la seconde. La Russie a en effet mené une vaste politique d’engagement de ses « compatriotes de l’étranger »79 depuis le début des années 2010, visant notamment à utiliser ces derniers pour promouvoir une image positive de la Russie à l’étranger (de Tinguy, 2010 ; Bronnikova, 2014). Cette politique est visible dans la marche du Régiment immortel, qui a lieu à Paris et dans 12 villes de province en 2019. Celle-ci est organisée par des membres de la société civile et des associations russes, comme « France-Russie : mémoire commune ». Néanmoins, bien que les responsables de la marche soient conscients du « risque de bureaucratisation » du mouvement par les organes gouvernementaux80, le Régiment immortel bénéficie du soutien indirect des autorités russes par le biais du Conseil de coordination des compatriotes81, qui est un des organisateurs de l’événement.

  • 82 Elle n’a pas fait suite à mes demandes d’entretien.
  • 83 Relevé de décisions de la réunion de préparation du 15 avril 2019. Archives privées d’un enquêté.

48Contrairement à l’Ukraine, l’engagement de l’ambassade de Russie dans l’organisation de la commémoration de Noyers-Saint-Martin est important. Interrogée sur son rôle dans la cérémonie, celle-ci m’a simplement répondu que la Russie n’était qu’une des participantes, aux côtés des autres républiques de l’URSS et m’a conseillé de m’adresser au maire de la commune82. Néanmoins, la Russie semble bien plus qu’une simple participante, au vu des ressources mises en œuvre. L’ambassadeur est présent tous les ans aux cérémonies et l’ambassade dépêche, depuis 2015, trois représentants à la réunion de préparation. Par ailleurs, l’ambassade achemine les enfants russes présents, leur donne les fleurs à déposer sur les tombes, fournit les musiques de tous les hymnes nationaux ainsi que des airs militaires aux organisateurs83. En 2019, elle a organisé une exposition sur le siège de Leningrad dans la salle des fêtes de la mairie de Noyers-Saint-Martin, où se déroulent le vin d’honneur et les discours post-cérémonie, avec des photographies et des affiches de propagande d’époque (Illustration 9). Ainsi, en raison des moyens mis en œuvre par la représentation diplomatique et les associations russes pour façonner le paysage de la commémoration, c’est bien le récit célébrant la contribution de l’URSS à la victoire et la communion des peuples post-soviétiques qui est dominant.

Illustration 9. Exposition sur le siège de Leningrad organisée par l’ambassade de Russie dans la salle des fêtes de la mairie de Noyers-Saint-Martin

Illustration 9. Exposition sur le siège de Leningrad organisée par l’ambassade de Russie dans la salle des fêtes de la mairie de Noyers-Saint-Martin
  • 84 Olivier Paccaud l’est actuellement au Sénat. Olivier Dassault l’était de 2012 à 2017 à l’Assemblée (...)
  • 85 La marche du Régiment immortel de Paris, en donnant la part belle à certains symboles (colombe de l (...)

49Le caractère dominant du récit russe est renforcé par l’attitude tantôt favorable, tantôt neutre, des acteurs de la commémoration vis-à-vis de la Russie. Le vin d’honneur, qui suit la cérémonie se déroule ainsi dans une ambiance plutôt pro-russe. Les discours des sénateur et député locaux, Olivier Paccaud et Olivier Dassault, membres du parti « Les Républicains » et des groupes d’amitié France-Russie au Sénat et à l’Assemblée nationale84, ne mentionnent pas l’Union soviétique – et encore moins les républiques membres – mais uniquement les relations franco-russes de Napoléon à nos jours. Alors que le premier explique qu’« à chaque fois que la Russie et la France ont été ennemies, elles ont été faibles », le second estime que « la France et la Russie n’ont cessé de jeter un regard passionné l’un sur l’autre » et qu’« entre nos peuples s’est produite une alchimie inexplicable, fondée sur l’héroïsme, le courage, la fraternité dans les combats pour la liberté ». Ces mots témoignent d’un sentiment de fascination-rejet pour la Russie, présent dans l’imaginaire français depuis l’époque tsariste (Cadot, 1973 ; Rey, 2014) et soviétique (Cœuré, 2017). Le soft power mémoriel russe est ainsi susceptible de trouver une résonnance au sein de certains milieux économiques et politiques français, possédant des attitudes favorables à l’approfondissement des liens avec la Russie : les mouvements souverainistes eurosceptiques, certains représentants de la droite classique (dont les parlementaires mentionnés plus hauts sont représentants) et certains milieux de gauche de tradition anti-américaniste85 (Vaissié, 2016 ; Laruelle, 2017). Le travail mémoriel de la représentation diplomatique russe à Noyers-Saint-Martin a également porté ses fruits auprès des autorités locales. Le maire de la commune, qui ouvre le buffet « en l’honneur de l’amitié franco-russe », explique en entretien avoir de très bonnes relations avec l’ambassade russe, et avoir été invité « une fois ou deux » en Russie par l’ambassade. Il utilise d’ailleurs le terme « russe » pour désigner le cimetière.

  • 86 Entretien avec le maître de cérémonie, mars 2020.

50C’est enfin la volonté de certains acteurs de la cérémonie de préserver son caractère consensuel qui explique l’échec relatif de la contestation ukrainienne. Le président de l’ONACVG et le maître de cérémonie distinguent bien, en entretien, l’Union soviétique de la Russie, et sont tous deux au fait du caractère ukrainien de bon nombre de victimes enterrées à Noyers-Saint-Martin. C’est également avec leur accord que le protocole singularisant l’Ukraine a pu être adopté. Mais en entretien, le maître de cérémonie explique que, bien qu’il comprenne la position ukrainienne, il préférerait que les Ukrainiens et les Russes recommencent à célébrer ensemble : « On est en France. Le problème russo-ukrainien il est à 2000 km de chez nous. Là, on fête un truc où à l’époque ils étaient ensemble, donc pourquoi faire deux cérémonies ? (…) Chaque année, je leur remets le couvert [nb : pour faire une cérémonie commune], quand on fait la réunion de préparation86 ». Cet extrait montre que, même les acteurs qui ne sont pas sur le registre de l’amitié franco-russe peuvent contribuer, par leurs positions, à favoriser la place dominante de la Russie et son rôle de tutrice des autres républiques.

Conclusion

51La commémoration, en tant que cérémoniel codifié, véhicule un discours sur des faits historiques, des événements actuels et des projets futurs. Ce discours est construit par la matérialité du lieu de mémoire, chère aux géographes (Chivallon, 2004 ; Tratnjek, 2009 ; Petit, 2014 ; Lasserre, Stan, 2018). Mais celle-ci n’est pas suffisante pour expliquer les ordres spatiaux commémoratifs : le cadre matériel interagit avec cette performance qu’est la commémoration. Ainsi, les participants ukrainiens, s’ils n’ont réussi à modifier qu’à la marge le cadre physique du cimetière (installation d’une plaque commémorative), parviennent à contester l’ordre spatial dominant par les actions, les gestes, les paroles prononcées le jour de la cérémonie. Bien qu’elle se distingue des formes théâtralisées de commémorations, visant à reconstituer tel quel un événement historique (Robin Azevedo, 2013), l’action des Ukrainiens est véritablement performative, au sens où elle vise, par des discours verbaux et non verbaux, à faire advenir une vérité historique.

52Les Ukrainiens construisent ainsi l’espace-temps commémoratif comme le théâtre d’un conflit mémoriel plus général sur l’héritage de la Seconde Guerre mondiale. Face au mythe de la Grande guerre patriotique, représenté dans l’espace par la communion de toutes les républiques post-soviétiques autour de la Russie, la performance ukrainienne vise à symboliser la séparation de leur nation du « monde russe », et à promouvoir un récit alternatif de la Seconde Guerre mondiale, axé sur la souffrance des peuples d’Europe orientale face aux deux totalitarismes. Cette contestation ukrainienne vise, plus généralement, à sensibiliser le public français à la politique jugée impérialiste de la Russie dans son étranger proche, en particulier l’annexion de la Crimée et l’intervention russe dans le conflit du Donbass.

53Néanmoins, le cas étudié invite à ne pas trop surestimer le potentiel contestataire d’une telle commémoration. D’une part, celle-ci est organisée par des acteurs français, a priori extérieurs aux conflits mémoriels est-européens. Les acteurs ukrainiens doivent prendre garde à ne pas trop bousculer le protocole, sous peine d’exclusion, ce qui réduirait à néant l’objectif de visibilisation de la cause. D’autre part, la capacité à remettre en cause les cadres de la commémoration dépend des ressources dont disposent les différents acteurs. Les participants ukrainiens, essentiellement issus de la société civile, peu nombreux, et dont l’activité associative est un simple passe-temps, sont dans une position moins dominante que les acteurs russes – plus nombreux, plus institutionnels, et bénéficiant d’un important soutien de leur État d’origine – dans le champ socio-politique lié à la commémoration. Les acteurs russes bénéficient, en outre, de l’attitude favorable – ou du moins neutre – des acteurs français de la commémoration, attachés au maintien d’un rituel consensuel.

Haut de page

Bibliographie

AMACHER K., BERELOWITCH W. (dir.), 2014, Histoire et mémoire dans l’espace postsoviétique. Le passé qui encombre, Louvain-la-Neuve, L’Harmattan-Academia.

ASHPLANT T. G., DAWSON G., ROPER M. (dir.), 2000, The Politics of War Memory and Commemoration, Londres, Routledge.

AUDINET M., 2017, « Soft power russe : l’information au cœur. Une nouvelle dimension pour la stratégie russe ? », in de Montbrial T. (dir.), La guerre de l’information aura-t-elle lieu ?, Paris, Institut français des relations internationales, p. 126-131.

AUDINET M., 2017 bis, « Anatomie de la diplomatie culturelle russe à l’ère postsoviétique », Hérodote, vol. 166-167, n° 3, p. 165-177.

BECKER G., 2005, Camp du Ban-St-Jean, Moselle : le drame ukrainien en France, 1941-1944, Ricrange.

BERNHARD M., KUBIK J. (dir.), 2014, Twenty Years After Communism: The Politics Of Memory And Commemoration, Oxford, Oxford University Press.

BOULÈGUE M., 2018. « La guerre dans le Donbass trois ans après les Accords de Minsk 2 », Revue Défense Nationale, vol. 809, n° 4, p. 107-112.

BRONNIKOVA O, 2014, Compatriotes et expatriotes : le renouveau de la politique dans l’émigration russe. : L’émergence et la structuration de la communauté politique russe en France (2000-2013), thèse de doctorat en Science politique. Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

CADOT M., 1973, « Naissance et développement d’un mythe ou l’Occident en quête de l’âme slave », Revue des études slaves, vol. 49, p. 91-101.

CHEVALIER D., 2017, Géographie du souvenir : ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah, Paris, L’Harmattan.

CHEVALIER D., HERTZOG A. (dir.), 2018, « Spatialités des mémoires », Géographie et cultures [En ligne], n° 105, URL https://journals.openedition.org/gc/6318

CHIVALLON C., 2014, « Espace, mémoire et identité à la Martinique. La belle histoire de Providence », Annales de géographie, n° 638-639, p. 400-424.

CŒURÉ S., 2017, La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, CNRS Éditions.

COUMEL L., GUICHARD B., SPERLING W., 2017, « Mémoires, nostalgie et usages sociaux du passé dans la Russie contemporaine », Le Mouvement Social, vol. 260, n° 3, p. 3-15.

COSSART P., HAINAGIU M., 2014, « Le 14 juillet 2014 : Une commémoration paradoxale de la Grande Guerre », Observatoire du centenaire, Université Paris 1, [En ligne], URL : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/IGPS/Cossart-Hainaigu_paradoxe_def.pdf

CLAVANDIER G., 2001, « Le processus commémoratif post-accidentel », Socio-anthropologie [En ligne], vol. 9, URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/7

DE TINGUY A., 2010, « Chapitre 7 - La Russie et les “compatriotes” de l’étranger. Hier rejetés, demain mobilisés ? », in Dufoix S., Guerassimoff C., de Tinguy A. (dir.)., Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences Po, p. 183-204.

DYMYTROVA V., 2016, « L’Ukraine entre le passé et l’avenir. Entretien avec l’historien Andrii Portnov », Sens public, URL : https://www.erudit.org/en/journals/sp/2016-sp063/1043378ar/

EDELE M., 2017, « Fighting Russia's History Wars: Vladimir Putin and the Codification of World War II », History and Memory, vol. 29, n° 2, p. 90-124.

FABBIANO G., 2017, « Ce que commémorer veut dire. Le dispositif mémoriel du “cinquantième anniversaire de l’installation définitive du bachaga Saïd Boualam et ses harkis” en France », Communications, vol. 100, n° 1, p. 87-104.

FAYET J.-F., 2011, « Le 9 mai contre le 7 novembre : concurrence commémorative et nouvelle légitimité internationale de l’URSS », Relations internationales, vol. 147, n° 3, p. 7-18.

FEDOR J., 2015, « War Museums and Memory Wars in Contemporary Poland ». in William Logan W., Nic Craith M., Kockel U. (dir), A Companion to Heritage Studies, Malden, Wiley-Blackwell, p. 243-253.

FEDOR J. (dir.), 2017, War and memory in Russia, Ukraine and Belarus, Cham, Palgrave Macmillan.

FEDOR J., 2017, « Memory, Kinship, and the Mobilization of the Dead: The Russian State and the “Immortal Regiment” Movement », in Fedor J. (dir.), War and memory in Russia, Ukraine and Belarus, Cham, Palgrave Macmillan, p. 307-345.

FEDOR J., LEWIS S., ZHURZHENKO T., 2017, « Introduction: War and Memory in Russia, Ukraine, and Belarus », in Fedor J. (dir.), War and memory in Russia, Ukraine and Belarus, Cham, Palgrave Macmillan, p. 1-40.

GABOWITSCH M., 2018, « Are copycats subversive? Strategy-31, the Russian runs, the immortal regiment, and the transformative potential of non-hierarchical movements », Problems of Post-communism, vol. 65, n° 5, p. 297-314.

GENSBURGER S., 2014, « Comprendre la multiplication des » journées de commémoration nationale » : étude d’un instrument d’action publique de nature symbolique », in Halpern C., Lascoumes P., Le Galès P. (dir.), L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistances, effets, Paris, Presses de Sciences Po, p. 345-365.

GESSAT-ANSETT É, 2007, Une Atlantide russe. Anthropologie de la mémoire en Russie post- soviétique, Paris, La Découverte.

GOFFMAN E., 1973 [1959], La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit.

GOUJON A., SHUKAN I., 2015, « Sortir de l’anonymat en situation révolutionnaire », Politix, n° 4, p. 33-57.

HALBWACHS M., 1925, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Félix Alcan.

HALBWACHS M., 1950, La mémoire collective, Paris, PUF.

HAVER G., FAYET J-F., GORIN V., KOUSTOVA E. (dir.), 2017, Le spectacle de la Révolution. La culture visuelle des commémorations d’Octobre, Lausanne, Antipodes.

HERTZOG A., 2012, « Tourisme de mémoire et imaginaire touristique des champs de bataille », Via. Tourism Review, vol. 1, [En ligne], URL : https://journals.openedition.org/viatourism/1276?lang=it#quotation

KAPPELER A., 1997, Petite histoire de l’Ukraine, Paris, Institut d’études slaves.

KASTOUÉVA-JEAN T., 2015, « Le système Poutine : bâti pour durer ? », Politique étrangère, vol. été, n° 2, p. 53-65.

KOUSTOVA E., 2013, « La Russie en quête d’une histoire nationale », Revue internationale et stratégique, vol. 92, n° 4, p. 65-73.

LARUELLE M., 2017, « L’idéologie comme instrument du soft power russe. Succès, échecs et incertitudes », Hérodote, vol. 166-167, n° 3, p. 23-35.

LASSERRE F., STAN C.A., 2018. « Guerres coloniales et commémoration : le cas des défaites occidentales. Enjeux de pouvoir sur des lieux de mémoire », L’Espace Politique [EN ligne], vol. 36, URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5591

LATTÉ S., 2009, « Commémoration », in Fillieule O. (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, p. 116-123.

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

LUSSAULT M., 2010, « Ce que la géographie fait au(x) monde(s) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], vol. 10, mis en ligne le 30 novembre 2012, URL : http://journals.openedition.org/traces/4854.

LUXMOORE M., 2019. « “Orange Plague”: World War II and the Symbolic Politics of Pro-state Mobilization in Putin’s Russia », Nationalities Papers, vol. 47, n° 5, p. 822-839.

MALINOVA O., 2017, « Political Uses of the Great Patriotic War in Post-Soviet Russia from Yeltsin to Putin », in Fedor J. (dir.), War and memory in Russia, Ukraine and Belarus, Cham, Palgrave Macmillan, p. 43-70.

MCGLYNN J., 2018, « Historical framing of the Ukraine Crisis through the Great Patriotic War: Performativity, cultural consciousness and shared remembering», Memory Studies.

MIJNSSEN I., 2010, « The victory myth and Russia’s identity », Russian Analytical Digest, n° 72, p. 6-9.

MORENKOVA E., 2017, Mémoire et politique : les représentations du passé soviétique en Russie, Paris, Éditions Université Panthéon-Assas.

NAMER G., 1983, Batailles pour la mémoire. La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, Papyrus.

NIVAT G. (dir), 2007, Géographie de la mémoire russe, Paris, Fayard,

NORA P. (dir.), 1984-1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes.

NYE J., 1990, « Soft power », Foreign policy, n° 80, p. 153-171.

ONKEN E-C., 2020, « The Baltic States and Moscow's 9 May Commemoration: Analysing Memory Politics in Europe », Europe-Asia Studies, vol. 59, n° 1, p. 23-46.

OUSHAKINE S., 2007, « “We’re nostalgic but we’re not crazy”: Retrofitting the Past in Russia », The Russian Review, vol. 66, n° 3, p. 451-482.

PETERSSON B., 2020, « Chapter 27: Nationalism and greatness: Russia under the Putin presidencies », in Greefeld L., Wu Z. (dir.), Research Handbook on Nationalism, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, p. 371-381.

PETIT É., 2014, « Faire avec l’espace. Pour une lecture micro-géographique des artefacts du souvenir », Géographie et cultures, vol. 91-92, p. 83-106.

POPOV N., 2008, « Nostalgia for Greatness - Russia in the Post-Soviet Space », Sociological Research, vol. 47, n° 5, p. 36-51.

PORTNOV A., 2013, « Memory wars in post-Soviet Ukraine (1991–2010) », in Blacker U., Etkind A., Fedor J. (dir), Memory and theory in Eastern Europe, New York, Palgrave Macmillan, p. 233-254.

PORTNOV A., 2014, « La mémoire de la Seconde Guerre mondiale en Ukraine : quelques réflexions sur le pluralisme postsoviétique », in Amacher K, Berelowitch W. (dir.), Histoire et mémoire dans l’espace postsoviétique. Le passé qui encombre, Louvain-la-Neuve, L’Harmattan-Academia, p. 129-142.

PORTNOV A., 2016, « Bandera mythologies and their traps for Ukraine, Open Democracy, vol. 22, URL : https://www.opendemocracy.net/od-russia/andrii-portnov/bandera-mythologies-and-their-traps-for-ukraine

REY M.-P., 2014, 1814 : un Tsar à Paris, Paris, Flammarion.

RIPOLL F., 2008, « Espaces et stratégies de résistance : répertoires d’action collective dans la France contemporaine », Espaces et sociétés, vol. 134, n° 3, p. 83-97.

ROBIN AZEVEDO V., 2013, « (Re) jouer l’histoire de la guerre, revivre le massacre. Performance carnavalesque et processus mémoriels dans les Andes d’Ayacucho (Pérou) », Droit et cultures. Revue internationale interdisciplinaire, n° 66, p. 103-124.

SATZEWICH V., 2002, The Ukrainian diaspora, Londres, Routledge.

SCHWARTZ B., 1991, « Mourning and The Making of Sacred Symbol: Durkheim and The Lincoln Assassination », Social forces, vol. 70, n° 2, p. 343-364.

SHUKAN I, 2016, Génération Maïdan : Vivre la crise ukrainienne, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

SIDDI M., 2017, « The Ukraine crisis and European memory politics of the Second World War », European Politics and Society, vol. 18, n° 4, p. 465-479.

TORBAKOV I, 2011, « History, Memory and National Identity: Understanding the Politics of History and Memory Wars in Post-Soviet Lands », Demokratizatsiya, vol. 19, n° 3.

TRATNJEK B., 2009, « Questionnements géographiques sur les monuments aux morts : Symboliques et territoires de la commémoration », Les Cafés géographiques, Vox geographi (1741), URL : www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1741.

TUMARKIN N., 2003, « The Great Patriotic War as myth and memory », European Review, 2003, vol. 11, n° 4, p. 595-611.

VAISSIÉ C., 2016, Les réseaux du Kremlin en France, Paris, Les Petits Matins.

VESCHAMBRE V., 2008, Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, PUR.

WEINER A., 1996, « The making of a dominant myth: The Second World War and the construction of political identities within the Soviet polity », The Russian Review, vol. 55, n° 4, p. 638-660.

WERTH N., 2014, « Retour sur la grande famine ukrainienne de 1932-1933 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 121, n° 1, p. 77-93.

WOOD E. A., 2011, « Performing memory: Vladimir Putin and the celebration of World War II in Russia », The Soviet and Post-Soviet Review, vol. 38, n° 2, p. 172-200.

YURCHUK Y., 2017, « Reclaiming the Past, Confronting the Past: OUN–UPA Memory Politics and Nation Building in Ukraine (1991–2016) », in Fedor J. (dir.), War and memory in Russia, Ukraine and Belarus, Cham, Palgrave Macmillan, p. 107-137.

ZADORA A., 2014, « Les représentations postsoviétiques de l’histoire et l’exception biélorusse », in Amacher K, Berelowitch W. (dir.), Histoire et mémoire dans l’espace postsoviétique. Le passé qui encombre, Louvain-la-Neuve, L’Harmattan-Academia, p. 63-84.

ZADORA A., 2016, « La Grande Guerre Patriotique Comme Pilier de L’identité Nationale : Une Étude Biélorusse », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 47, n° 1, p. 287-314.

ZHURZHENKO T., 2013, « Memory wars and reconciliation in the Ukrainian–Polish borderlands: Geopolitics of memory from a local perspective », in Mink G., Neumayer L. (dir.), History, Memory and Politics in Central and Eastern Europe, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 173-192.

Haut de page

Notes

1 L’autre nécropole soviétique est située à Valleroy (Meurthe-et-Moselle), mais ne regroupe que 52 tombes, contre 72 tombes et 4520 corps en ossuaire pour Noyers-Saint-Martin (Journal officiel n° 255, 3 novembre 1990).

2 Établissement public sous tutelle du ministère des Armées, il entretient la nécropole et organise la cérémonie.

3 L’Union des républiques socialistes soviétique était un État fédéral regroupant quinze Républiques : Russie, Ukraine, Ouzbékistan, Kazakhstan, Biélorussie, Azerbaïdjan, Géorgie, Tadjikistan, Moldavie, Kirghizistan, Lituanie, Turkménistan, Arménie, Lettonie, Estonie. Le nombre de Républiques présentes à la commémoration de Noyers-Saint-Martin varie selon les années. Des pays n’ayant pas appartenu à l’URSS sont parfois également invités : Israël en 2015 et 2016, Serbie en 2018 et 2019.

4 Ce terme est régulièrement présent dans la littérature (Torbakov, 2011 ; Portnov, 2013 ; Zhurzhenko, 2013 ; Fedor, 2015)

5 Terme utilisé en URSS puis en Russie pour désigner le conflit entre l’Union Soviétique et l’Allemagne nazie, de 1941 à 1945. Utiliser ce terme, plutôt que « Seconde Guerre mondiale » permet de se focaliser sur les faits qui concernent l’histoire soviétique, de montrer que le peuple soviétique a vécu la guerre de manière spécifique et d’affirmer l’apport de l’URSS dans la victoire (Zadora, 2016). Amir Weiner explique comment ce récit de la Grande Guerre patriotique devient, au même titre que la Révolution d’Octobre, un mythe (re)fondateur du régime soviétique, dans lequel tous les citoyens peuvent s’identifier car il touche leurs histoires personnelles (Weiner, 1996).

6 Précocement pour certains, comme la Lituanie ou la Lettonie (Onken, 2007), plus tardivement pour d’autres, comme l’Ukraine. La Biélorussie, et dans une moindre mesure, l’Arménie, n’ont pas rompu avec le mythe de la Grande guerre patriotique (Zadora, 2014).

7 En Ukraine, si les mythes concurrentiels de la Grande guerre patriotique et de la « libération nationale » – mettant en avant la lutte des organisations nationalistes ukrainiennes contre les Soviétiques et les Nazis durant la guerre – ont existé côté à côte jusqu’au début des années 2000 (Portnov, 2014 ; Yurchuk, 2017), le premier a été largement mis à mal au profit du second depuis 2015 par la politique active de décommunisation et les nouvelles lois mémorielles (Fedor, Lewis, Zhurzhenko, 2017).

8 Né du refus du président Ianoukovych de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne, le mouvement protestataire de la place Maïdan (Kiev), débute le 21 novembre 2013 et devient, au fur et à mesure des répressions, un mouvement révolutionnaire qui entraîne le départ de Viktor Ianoukovitch le 22 février 2014 et l’arrivée au pouvoir de l’opposition pro-européenne.

9 La Révolution de Maïdan provoque des réactions de rejet dans l’Est de l’Ukraine, et du côté des autorités russes, qui la considèrent comme un coup d’État anticonstitutionnel. En mars 2014, la Russie annexe de facto la Crimée. En avril, dans certaines villes du Donbass (Est de l’Ukraine), des groupes séparatistes prennent le contrôle de bâtiments administratifs. Le président ukrainien lance une « opération antiterroriste », visant à récupérer ces territoires. Mais la résistance des séparatistes, soutenus par la Russie, transforme ces troubles en véritable guerre, qui a fait jusqu’à aujourd’hui 13 000 morts, 28 000 blessés et 1,8 million de déplacés (Rapport de l’ONU de février 2019). La Russie, bien qu’ayant une responsabilité dans la continuation des hostilités et l’instrumentalisation des territoires séparatistes, se targue d’une « réfutabilité plausible » quant à la présence de ses troupes dans le Donbass (Boulègue, 2018).

10 Terme forgé par Joseph Nye pour signifier « l’habileté à séduire et à attirer » d’un pays dans les relations internationales (Nye, 1990). Il représente les vecteurs non coercitifs de la puissance, contrairement au hard power. Ce terme de soft power (miagkaïa sila) est utilisé dans le Concept de politique étrangère russe de 2013 et défini comme un « élément indispensable des relations internationales » (Audinet, 2017).

11 Pour Pierre Nora, l’usage du terme « lieu » est toutefois métaphorique. Les « lieux de mémoire » sont « d’abord des restes » allant de « l’objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l’objet le plus abstrait et intellectuellement construit » (Nora, vol. 1, 1984).

12 Photographies et vidéos recueillies d’une part auprès d’enquêtés, et d’autre part dans les médias.

13 Compte-rendu des réunions de préparation des années 2010, 2014, 2015, 2019. Articles de presse décrivant les cérémonies.

14 Commémorations des victimes du Holodomor (19/11/2017 à Paris et 24/11/2018 à Lyon) ; commémoration des victimes de la catastrophe de Tchernobyl (24/06/2018 à Paris) ; commémoration du Jour de l’Unité de l’Ukraine (21/01/2018 et 22/01/2019 à Paris).

15 Marche du Régiment immortel (08/05/2019 à Paris).

16 Cette tendance est exacerbée dans les études portant sur l’espace post-soviétique, où la commémoration disparaît souvent derrière des analyses politiques générales. L’ouvrage Le régiment immortel. La guerre sacrée de Poutine de l’essayiste Galia Ackerman (2019) est emblématique de cette tendance : seules 20 pages sur 270 sont dédiées à cette commémoration, et son déroulement ne fait pas l’objet d’une description ethnographique.

17 Journal Officiel de la République Française du 19 août 1980, n° complémentaire, p. 7534.

18 Document de la mairie de Noyers-Saint-Martin décrivant la nécropole.

19 L’article 2 de l’arrêté du 24 juillet 1990 « fixant la liste des nécropoles nationales et la liste des cimetières militaires étrangers entretenus par le secrétariat d’État chargé des anciens combattants et des victimes de guerre » définit 7 cimetières étrangers où reposent des victimes de la Première ou de la Deuxième Guerre mondiale, dont le secrétariat d’État aux anciens combattants doit « assurer la garde et l’entretien » (Journal officiel n° 255, 3 novembre 1990).

20 Les noms des enquêtés ont été anonymisés. Le nom de son association n’est pas mentionné, par souci d’anonymat.

21 Entretien avec Anna, novembre 2017.

22 Individus pris par les Nazis en Europe de l’Est pour effectuer des travaux forcés sur le territoire du Reich.

23 Quatre ouvrages de Gabriel Becker : Le camp du Ban-Saint-Jean, 1941-1944 : lumière sur une honte enfouie (2001), Le drame ukrainien en France, 1941-1944 (2005) ; La revie (2010) ; Nadejda : Espoir (2016).

24 C’est la nomination de Volodymyr Chtcherbytsky comme Premier secrétaire du Parti communiste d’Ukraine en 1972 qui marque ce retour à la russification. Celui-ci réprime les intellectuels ukrainiens, purge le parti de ses cadres ukrainiens et favorise le russe comme langue d’enseignement à tous les niveaux (Kappeler, 1997).

25 Ceux-ci ont fait mettre deux plaques commémoratives, dans les années 1950 et 1960 à Denting et Boulay, commémorant respectivement « les 22 000 Ukrainiens » et les « 3600 Ukrainiens » victimes de la guerre (Becker, 2005). Or, aucune source ne détermine l’origine nationale des victimes du Ban-Saint-Jean.

26 Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, série URSS, sous-série 4, dossier 3, « Affaires militaires », « Sépultures de soldats soviétiques en France ».

27 Le ministère des Affaires étrangères indique avoir reçu une note verbale de l’ambassade d’URSS annonçant qu’après avoir vu un article de la presse locale consacré au camp du Ban-Saint-Jean, elle avait envoyé un de ses membres en Moselle pour interroger les autorités locales sur la nature des sépultures. Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, ibid.

28 Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, ibid

29 Cette décision semble chagriner les Soviétiques, jusqu’au sommet de l’État : dans une note de 1984, l’ambassadeur de France en URSS indique qu’il a été interpellé par le ministre des Affaires étrangères en personne, Andreï Gromyko, qui lui a signifié son opposition à la politique de regroupement des sépultures. Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, ibid.

30 Entretien avec Jacques Teinielle, maire de Noyers-Saint-Martin, 20 mars 2020.

31 Recherche sur la base « Europresse », pour toutes les dates avant le 31/12/2013, avec l’expression « Noyers-Saint-Martin cimetière »

32 La guerre d’Afghanistan oppose, de 1979 à 1989, l’armée soviétique (venue en soutien des communistes afghans) aux moudjahiddines, soutenus par les États-Unis.

33 Archives diplomatiques de La Courneuve, fonds INVA1930, série URSS, sous-série 4, dossier 3, « Affaires militaires », « Relations avec la France ».

34 Le Ministre des Relations Extérieures, Roland Dumas, dépêche un colonel de l’armée de l’Air, ancien membre du bataillon franco-soviétique « Normandie-Niemen » pendant la guerre, pour le représenter aux cérémonies. Source : ibid.

35 Voir notes 6 et 7.

36 Avec notamment la participation de Vladimir Poutine au défilé.

37 Témoignage signé « Alexandra Eragny », daté du 9 mai 2000. Archives privées d’une enquêtée.

38 Plaque au dos du monument. La réplique de cette plaque est visible dans l’atelier du sculpteur, Vladimir Sourovtsev, notamment au lien suivant : https://www.raidfrancerussie.org/post/rencontre-avec-le-sculpteur-vladimir-surovtsev

39 « Un monument aux citoyens soviétiques morts en France durant la Deuxième Guerre mondiale sera inauguré au cimetière militaire de Noyers-Saint-Martin » (traduction du russe), Ria Novosti, 21/06/2002, URL : https://ria.ru/20020621/178273.html

40 Outre « Les Fleurs de Russie », on peut citer le monument « aux combattants russes tombés dans la Résistance française », installé au cimetière du Père-Lachaise en 2005.

41 Monument au régiment Normandie-Niemen, inauguré devant le musée de l’Air du Bourget par les présidents Jacques Chirac et Vladimir Poutine en 2006.

42 Monument au Corps expéditionnaire russe en France pendant la Première Guerre mondiale, inauguré par les Premiers ministres François Fillon et Vladimir Poutine en 2011 près du Pont Alexandre III à Paris.

43 La première vague est réservée aux représentants d’associations, la deuxième aux représentations diplomatiques, et la troisième aux représentants de l’État français et aux élus.

44 Relevé des décisions de la réunion préparatoire du 6 avril 2012. Archives personnelles d’un enquêté.

45 Notes d’observation de la marche du Régiment immortel à Paris, le 8 mai 2019.

46 Communiqué de presse des associations ukrainiennes, mai 2014. Archives privées d’un enquêté.

47 Traité d’alliance conclu en 1654 entre l’hetman cosaque Bohdan Khmelnytsky et le tsar Alexis Ier de Russie. Il aboutit de facto au rattachement de l’hetmanat à la Russie.

48 Famine organisée par le pouvoir soviétique, qui aurait fait 3,5 millions de morts en Ukraine (Werth, 2014).

49 Voir notes 12 et 13.

50 Voir note 48.

51 Voire note 8.

52 Lettre des associations ukrainiennes aux organisateurs et participants, 17 avril 2014. Archives privées d’un enquêté.

53 Voir note 48. Des commémorations annuelles sont organisées par des associations ukrainiennes à Paris (sous l’Arc de Triomphe), à Senlis et à Lyon (au mémorial du génocide arménien).

54 Le 26 avril 1986, l’explosion du réacteur n° 4 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine soviétique, provoque un grave accident nucléaire, propageant un nuage radioactif sur une partie de l’Europe. Une commémoration est organisée chaque année, le 26 avril, par le Comité représentatif de la communauté ukrainienne de France (CRCUF) à l’Arc de Triomphe, consistant en un ravivage de la flamme du soldat inconnu, en présence d’association d’anciens combattants.

55 Il célèbre l’Acte d’unification du 22 janvier 1919 entre la République populaire ukrainienne (UNR) et la République populaire d’Ukraine de l’Ouest (ZUNR). Une commémoration annuelle est organisée par le CRCUF au square Taras Chevtchenko, à Paris, devant l’église gréco-catholique ukrainienne.

56 Observation réalisée à Lyon le 24/11/2018.

57 Compte-rendu de la réunion de préparation du 26 mars 2015. Archives privées d’un enquêté.

58 « À Lisbonne, des participants à l’action du “régiment immortel” ont attaqué des Ukrainiens » (traduction de l’ukrainien), UkrInform, 05/05/2019, URL : https://www.ukrinform.ua/rubric-diaspora/2694004-u-lisaboni-ucasniki-akcii-bezsmertnij-polk-napali-na-ukrainciv.html?fbclid=IwAR0M-22jhOE0PscPuPfwEsv8GZbd-izJfzThQGvMUoFocdpMNg8aY32UNlU

59 Les Ukrainiens attachés à distinguer l’histoire de l’Ukraine de celle de la Russie préfèrent la graphie Kyiv, qu’ils jugent plus proche de la langue ukrainienne – Kiev étant selon eux une transcription du russe.

60 Entretien avec Anna, mai 2019 ; Entretien avec le maître de cérémonie, mars 2020.

61 Nom péjoratif utilisé pour désigner les Russes. Il s’agit de contester aux Russes l’appropriation du nom de la « Rous’ de Kiev » et de souligner que la Russie moderne est issue de la principauté de Moscovie.

62 Entretien avec le maître de cérémonie, mars 2020.

63 Concept utilisé dans le discours politique russe depuis le début des années 2000. Il désigne l’union des Russes par-delà les frontières, et la nécessité pour la mère patrie de venir en aide à ses compatriotes où qu’ils soient. Ce concept a été mobilisé au moment de l’annexion de la Crimée et de la guerre du Donbass pour justifier les interventions russes (Kastouéva-Jean, 2015)

64 L’OUN, créée en 1929, avait pour but la création d’un État ukrainien indépendant. Elle fut active en Galicie orientale (partie occidentale de l’Ukraine actuelle, polonaise dans l’Entre-Deux guerres). En 1940, l’OUN se scinda en deux branches rivales : l’OUN(m), modérée, dirigée par Anriy Melynk (1890-1964) ; l’OUN(b), dirigée par Stepan Bandera (1909-1959), plus radicale et militant en faveur de la lutte armée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces différentes branches collaborèrent d’abord avec les Allemands, puis s’y opposèrent, voyant que leur désir d’indépendance était vain. Certains membres de l’OUN fondèrent une « Armée insurrectionnelle ukrainienne » (UPA) qui, dans le Nord-Ouest de l’Ukraine, lutta contre les communistes et l’Armée rouge, contre la population polonaise des Confins, et dans un second temps, contre les Allemands (Kappeler, 1997).

65 Ayant connu une première popularisation pendant la présidence de Viktor Iouchtchenko (2005-2010), le récit de la libération nationale est devenu dominant après la Révolution de Maïdan et le début de la Guerre du Donbass, porté par les lois de décommunisation et par l’Institut national de la Mémoire (Fedor, Lewis, Zhurzhenko, 2017)

66 En France, les partisans de Melnyk se regroupent dans l’Alliance nationale ukrainienne en France, et les partisans de Bandera, dans l’Union des Ukrainiens de France.

67 Dans l’URSS de l’après-guerre, « banderiste » est devenu synonyme de nationaliste ukrainien d’extrême droite. La légende noire de Bandera a été réexploitée en Russie, à partir de 2014, pour qualifier la révolution de Maïdan de coup d’État « fasciste ». En réaction à ce discours, la figure de Bandera a été réappropriée par une partie importante de la population ukrainienne, en dehors des cercles ultranationalistes où elle était habituellement convoquée (Portnov, 2016).

68 Vague migratoire des années 1920 et 1930, composée, d’une part de migrants politiques (dirigeants et militaires de la République populaire ukrainienne qui ont fui l’Ukraine après la défaite contre les Bolcheviques en 1921) et d’autre part de migrants économiques (Ukrainiens de l’Ouest, possédant des passeports polonais, qui arrivent en France sous contrat pour travailler dans l’agriculture et dans l’industrie)

69 Vague suivant immédiatement la Deuxième guerre mondiale, composée essentiellement de déplacés de guerre. Déportés en Allemagne pour le travail obligatoire, emprisonnés dans des camps allemands ou enrôlés dans la Wehrmacht, ils sont regroupés en 1945 dans des camps de déplacés en Allemagne et en Autriche, puis – lorsqu’ils ne sont pas renvoyés en URSS – ils rejoignent l’Amérique du Nord ou d’autres pays d’Europe occidentale à partir de 1946.

70 Utilisé de façon courante en Russie et dans les États post-soviétiques dans les années 2000, le ruban de Saint-Georges a acquis une connotation « pro-russe » en Ukraine au moment du Maidan – il était utilisé par les contre-manifestants – et surtout avec la guerre du Donbass, où il est devenu un symbole des séparatistes pro-russes (Dymytrova, 2016).

71 Recherche avec l’expression « Noyers-Saint-Martin cimetière ».

72 Date du premier article trouvé sur les commémorations.

73 Date de la commémoration de 2014 à Noyers-Saint-Martin

74 Ce fait est souvent mentionné dans les articles.

75 Le Bonhomme Picard, 12/05/2015

76 Lettre d’Anna à l’ambassadeur d’Ukraine en France, mars 2015. Archives privées d’un enquêté.

77 À ce sujet, je renvoie à ma thèse de doctorat en géographie : Les Ukrainiens de France et l’Ukraine : rapports au pays d’origine et engagement transnational, en cours de préparation à l’Université Bordeaux-Montaigne. 

78 Ibid.

79 Définis par Vladimir Poutine en 2001 comme les « dizaines de millions de personnes, parlant, pensant et peut-être, ce qui est le plus important, se sentant russes [qui] vivent en dehors des frontières de la Russie » (de Tinguy, 2010).

80 Discours de l’organisateur du « régiment immortel » parisien, lors de la première Conférence internationale des coordinateurs du régiment immortel, URL : https://conseil-russes-france.org/ru/novosti/bessmertnyj-polk-v-parizhe-i-franczii/

81 Le Conseil de coordination des compatriotes joue en effet « le rôle d’intermédiaire entre les autorités russes en charge du projet des compatriotes et les représentations de la “communauté russe” de France » (Bronnikova, 2014, p. 21). Son président est le coordinateur parisien du Régiment immortel.

82 Elle n’a pas fait suite à mes demandes d’entretien.

83 Relevé de décisions de la réunion de préparation du 15 avril 2019. Archives privées d’un enquêté.

84 Olivier Paccaud l’est actuellement au Sénat. Olivier Dassault l’était de 2012 à 2017 à l’Assemblée nationale.

85 La marche du Régiment immortel de Paris, en donnant la part belle à certains symboles (colombe de la paix, chant des partisans, drapeaux soviétiques) et certains discours (pacifisme, anti-guerre, anti-impérialisme, internationalisme) attire des attire des sympathisants de certaines fractions de la gauche française, enclines à soutenir la Russie dans les questions internationales, par anti-américanisme. Lors de l’observation effectuée dans le cortège parisien le 8 mai 2019, j’ai rencontré un Français, retraité, m’expliquant que ses parents, communistes convaincus, lui ont transmis leur russophilie. Il décrit le Maïdan comme un coup d’État fomenté par des néo-nazis soutenus par la CIA, et la guerre du Donbass comme une opération de l’OTAN contre les populations pro-russes du Donbass.

86 Entretien avec le maître de cérémonie, mars 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Les Ukrainiens se tiennent en dehors du cimetière pendant la cérémonie officielle
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Illustration 2. Le croisement entre les délégations russe et ukrainienne ne donne lieu à aucune interaction
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Illustration 3. Le moment de la commémoration est l’occasion de sensibiliser les acteurs français (ici, l’ambassadeur d’Ukraine en France avec le maître de cérémonie).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Illustration 4. Entrée de la délégation ukrainienne dans la nécropole, en compagnie du maire et du représentant de la Préfecture
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Illustration 5. Au fond, dépôt de la gerbe des associations franco-ukrainiennes au pied de la stèle commémorative du Ban-Saint-Jean
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Illustration 6. La présence ukrainienne, rendue visible par les drapeaux et l’hymne national
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Illustration 7. Délégation russe sortant du cimetière
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Illustration 7 bis. Délégation ukrainienne entrant dans le cimetière
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Illustration 8. La délégation russe bénéficie de l’accompagnement prestigieux du sénateur Paccaud et du député Dassault, ici avec le maire de Noyers-Saint-Martin
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 1. Nombre d’occurrences des nationalités, selon le type d’objet désigné, dans les articles de presse traitant de la commémoration
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Illustration 9. Exposition sur le siège de Leningrad organisée par l’ambassade de Russie dans la salle des fêtes de la mairie de Noyers-Saint-Martin
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8423/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Amiot, « Commémorer et contester un ordre spatial dominant », L’Espace Politique [En ligne], 41 | 2020-2, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.8423

Haut de page

Auteur

Hervé Amiot

UMR Passages, Université Bordeaux-Montaigne
Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne
herve.amiot@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search