Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Géopolitiques de la commémorationNationalismesAmbiances commemoratives : concep...

Géopolitiques de la commémoration
Nationalismes

Ambiances commemoratives : concepts, méthodologies, implications

Position de recherche
Atmospheres of commemoration: concepts, methodologies and implications
Shanti Sumartojo
Traduction de Anne Hertzog

Résumés

Pour l’auteure de ce texte originellement rédigé en anglais et traduit en français, la commémoration ne se limite pas à « relier » les sociétés au passé, promulguer des programmes politiques particuliers ou renforcer les rituels collectifs d’expression d’une identité nationale. Elle propose de l’aborder à partir de la façon dont elle est ressentie et vécue, et plaide pour une approche de la commémoration qui se concentre sur les ambiances, de manière conceptuelle et empirique. Dans ce texte, qui résume des positions de recherche ancrées dans des perspectives théoriques anglo-saxonnes (voir bibliographie), elle suggère l’utilisation de méthodologies qui, en s’intéressant aux ambiances (« atmospheres »), tiennent compte de la façon dont les individus ressentent et expérimentent les espaces commémoratifs. Elle montre comment les approches ethnographiques numériques, sensorielles et/ou visuelles peuvent être utilisées, et en quoi elles contribuent à étendre la compréhension des espaces-temps commémoratifs. Elle propose enfin de réfléchir aux perspectives ouvertes par cette approche centrée sur les ambiances, qui explore la relation entre l’expérience individuelle et collective, et cherche à identifier en quoi les affects partagés peuvent amplifier les événements et leurs significations, ou au contraire détourner les individus du discours officiel imposé. L’attention portée à l’expérientiel parallèlement au discursif aide alors, selon l’auteure, à comprendre à la fois l’inscription dans la durée, et la constante fragilité des expressions partagées des identités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les commémorations constituent des moments partagés rythmant le quotidien, à travers lesquels, avec régularité, le passé ressurgit. Elles rassemblent différents acteurs qui font acte de se remémorer individus ou groupes dont l’existence ou la mort furent souvent traumatiques. Véritable temps suspendu, elles constituent des moments de « pause » physique et mentale, durant lesquels les rituels se déroulant dans des lieux symboliques, manifestent un respect collectif. Ces rituels récurrents sont composés d’éléments généralement bien connus de la plupart des participants : succession précise des gestes, récitation de textes religieux, répétition de mélodies, chants entonnés en chœur, temps de silence. Les formes et le calendrier des commémorations officielles, utilisés par les gouvernements et certains groupes sociaux dans le monde entier, ont une fonction qui peut être vue comme réconfortante, de par leur dimension repetitive, familière, sans surprise mais toujours émouvante. En dehors des temps cérémoniels inscrits dans le calendrier, le phénomène commémoratif se manifeste diversement, à travers des événements plus ordinaires, l’aménagement de l’espace, l’organisation d’expositions muséales ou la mise en œuvre d’actions éducatives. La commémoration repose sur des modes d’expression et des pratiques socialement ancrés, culturellement construites et spatialement inscrites. Et, tout en renforçant les récits historiques dominants, la commémoration s’articule également à des histoires familiales.

2La commémoration a inévitablement des connotations politiques. Lorsqu’elle est organisée et encadrée par les Etats (ce qui n’est pas toujours le cas, puisque d’autres acteurs publics ou privés peuvent en être les instigateurs), les cérémonies officielles permettent de relayer et de mettre en scène des versions de l’histoire nationale, dans lesquelles la nation est présentée dans son unicité. Cet encadrement par l’État fait de la commémoration un exercice fondalement « conservateur », offrant une version du passé, à la fois intouchable et univoque, permettant d’identifier des caractères « nationaux », essentiels et uniques. Elle incarne la version officielle d’une identité nationale, en laquelle cependant peu de gens se reconnaissent pleinement. L’impression que la commémoration sert une glorification de la violence armée ou élude la souffrance de victimes non reconnues, peut par ailleurs détourner certains citoyens de la participation aux différentes cérémonies commémoratives.

3La commémoration est un objet de recherche vivant et diversifié, avec des approches géographiques axées sur les interactions entre les lieux, la mémoire, l’État, l’histoire et les sociétés. Les études se concentrent généralement sur des sites particuliers ou des événements récurrents, organisés et perpétués du fait de leur forte institutionalisation. Partant de ces constats, trois axes de reflexion seront privilégiés dans cet article. Au delà de ses fonctions de « lien » entre les sociétés et leur passé, d’instrument d’un discours politique et d’expression collective du sentiment national à travers les rituels – sentiment inégal, ignoré ou rejeté – je montrerai que la commémoration est un phénomène dont la complexité peut être saisie par la dimension sensible et les ambiances (ndt: « atmosphere »). J’aborderai la commémoration à partir de la façon dont elle est ressentie et vécue, plutôt que de la considérer seulement à travers les récits historiques, les discours et son caractère symbolique. Pour ce faire, je proposerai une approche par les ambiances de manière conceptuelle et plus empirique. Je montrerai qu’une telle approche permet de poser un éclairage nouveau sur un ensemble de pratiques et de politiques mémorielles, élargissant la compréhension des effets politiques, sociaux et culturels du phénomène commémoratif. Je suggèrerai ainsi l’utilisation de méthodologies propres à l’étude des ambiances, centrées sur le vécu des cérémonies par les participants, et la manière dont ces derniers les ressentent. À partir de mes propres terrains et d’autres travaux, je montrerai l’intérêt des méthodes ethnographiques pour analyser les espaces-temps commémoratifs, notamment celles qui utilisent les technologies numériques (en lien avec des approches sensorielles et/ou visuelles).

4Je proposerai enfin deux champs d’investigation possibles, en montrant que l’approche par les ambiances permet de renouveller l’étude de la commémoration en portant la focale sur la relation entre l’expérience individuelle et collective. Il s’agira de se demander si le partage des émotions « amplifie » les événements et en intensifie la portée, et ainsi, dans quelle mesure les sentiments suscités, manifestent une forme d’adhésion ou des réactions de résistance (Wetherell et al., 2020). Le discours officiel mis en scène lors d’une cérémonie peut en effet être subverti ou affaibli à travers la façon dont il est reçu et « vécu » par le public. En d’autres termes, la prise en compte de l’expérience vécue au même titre que les discours produits nous aident à saisir le caractère à la fois solide et fragile de la diffusion du discours politique à travers la manière dont les cérémonies sont éprouvées et vécues individuellement et collectivement. C’est par le sensible et l’émotionnel que nous établissons du lien ou de la distance aux autres, et ce, de multiples manières. Ainsi, saisir la commémoration par les ambiances permet de discuter la façon dont l’idée de nation s’incarne, s’éprouve et peut se transmettre dans le futur ; la démarche permet aussi de saisir la diversité de ses interpretations.

5Je commencerai par présenter les principaux concepts que sous-tend une approche par les ambiances, en retraçant leur apparition dans la géographie culturelle anglophone et au-delà. En lien avec ce cadre conceptuel, j’exposerai ensuite ma méthodologie. Enfin, j’examinerai en quoi cette approche permet de nouvelles perspectives dans la compréhension de la commémoration, en questionnant notamment l’existence possible d’un « sentiment national » partagé dans l’espace-temps de la commémoration.

Sur quelles approches conceptuelles fonder une analyse du phénomène commémoratif par les ambiances ?

6L’analyse du phénomène commémoratif s’ancre dans des approches bien établies, attentives au rôle des représentations, des discours, des récits et du politique (Gillis, 1994). En géographie, ainsi qu’en histoire – et dans le champ plus large des « memory studies » – les travaux portent sur les paysages (Gough, 2007, Inglis, 1998, Marschall, 2009), les sites et monuments de guerre (Johnson, 1995, Harvey et Wallis, 2017, Winter 2015, Shelby 2014, Steenkamp 2006), les villes (Till, 2005, Foote et al., 2000, Stevens et Sumartojo, 2015, Stevens et Franck, 2015) avec une attention particulière pour les mémoires des conflits majeurs (Sumartojo et Wellings, 2014, Heffernan, 1995). Les travaux fondateurs de Connerton (1989) sur la « manière dont les sociétés se souviennent » ont ouvert la voie à une multiplication de travaux consacrés à la description de lieux et d’événements commémoratifs par le prisme de l’expérience sensible et affective. Sans ignorer l’importance des représentations, ces travaux, qui utilisent les methodes ethnographiques, explorent la commémoration à travers les récits de l’expérience des participants.

7Des travaux empiriques fondateurs examinent les relations sensibles et affectives aux lieux de mémoire. Marshall (2008) fournit un exemple précoce de recherche sur la façon dont les sens et les sentiments influencent les pratiques associées aux lieux de mémoire des guerres, notamment le toucher et l’ouie. Elle encourage les approches attentives à « la mémoire par les sens » (Marshall 2008, p. 38), en faisant valoir que les lieux de mémoire ne prennent sens qu’à travers l’appropriation sensible et corporelle qu’ils suscitent. Depuis, en géographie et dans d’autres sciences sociales, les travaux axés sur l’expérience et les pratiques commémoratives se sont multipliés, avec un intérêt croissant pour les dimensions émotionnelles et sensorielles. Ces travaux portent sur les pratiques de visite de musées ou de monuments commémoratifs (Waterton et Dittmer, 2014, Turner et Peters, 2015, Sumartojo et Graves, 2018, Drozdzewski, 2018a, Seal, 2011, McCreanor et al, 2018, Wetherell et al, 2020), les effets des technologies numériques sur les sens et les émotions (Witcomb 2013, Sumartojo et Graves 2019, Sear, 2016), le rôle du toucher et du contact avec des objets matériels dans la transmission du passé (Zhang et Crang, 2016, Freeman et al, 2016). De leur côté, dans l’introduction de leur livre sur la dimension affective des pratiques patrimoniales (ndt : « affective practices »), Wetherell, Smith et Campbell (2018, p. 2) affirment que « l’attention portée aux émotions et au sensible nous permet d’approfondir notre compréhension de la manière dont les individus développent des formes d’attachement aux choses et s’approprient le passé, les croyances, les lieux, les traditions et les institutions ». Ces travaux se concentrent sur les objets, les technologies, les environnements bâtis et les dimensions sensibles des lieux de mémoire institutionnels. Ces analyses utilisent la richesse des récits vivants des visiteurs qui entrent en interaction avec leur environnement dans les lieux qu’ils visitent ou pratiquent. Dans un exemple tiré de mon propre travail sur les lieux de mémoire australiens (Sumartojo, 2015), je montre que l’expérience de l’obscurité lors d’une cérémonie avant l’aube permet d’éprouver une sorte de correspondance entre les contemporains (habitants d’une grande metropole australienne) et les soldats « imaginés » d’un siècle auparavant, correspondance ressentie par l’intermédiaire du corps et de certaines sensations corporelles : « La plongée dans le noir fait résonner plus fortement le récit [officiel]... en le transposant dans le corps des participants à travers l’expérience de l’obscurité, du silence et de l’attente, laquelle est productrice d’empathie » (Sumartojo, 2015, p. 283).

8Un autre aspect important développé dans certains travaux est la question du partage par les individus de l’expérience affective et sensible de la commémoration. Les individus semblent liés par la transmission (Brennan, 2004) ou la circulation d’affects. Même si les impressions ressenties ne le sont pas uniformément, elles émergent, se diffusent dans l’environnement et sont partagées par les participants : les comportements et les expressions des autres influencent nos propres attitudes, tel le son communicatif des sanglots pouvant nous tirer des larmes ; ou l’absence de mouvement ou de bruit dans la foule nous obligeant à figer nos corps. Cela rejoint l’analyse d’Ahmed sur les « sentiments collectifs » (ndt : « collective feelings ») qui se manifestent à travers les « impressions » que les autres laissent sur nous, et qui nous intègrent à un collectif « qui, paradoxalement, ne “prend forme” que le temps de ces interactions ; ces influences réciproques suscitent l’émergence de “sentiments partagés” (“feelings-in-common”) » (Ahmed, 2004, p. 27). Cependant, il est important de souligner que ces affects ne sont pas uniformément ressentis et communs à tous. Comme le souligne Edensor (2012, p. 1105), le fait de vivre une cérémonie ensemble ne signifie pas que, soudainement, se diffuse une « muette harmonie » qui effacerait tout désaccord politique, clivages sociaux et différences culturelles » ou priverait les individus de leur capacité d’agir ou de penser. La participation collective à une même cérémonie ne gomme pas, loin s’en faut, la variété des intentions/réceptions individuelles. Je dirais plutôt que l« harmonie » peut tantôt s’installer, tantôt disparaître et se fragmenter, et ce, sans discontinuer. De même, les environnements matériels construits et modelés afin de communiquer certaines significations, suscitent des perceptions et des émotions qui peuvent certes être partagées, mais sont également très changeantes. Une partie des travaux récents en géographie de la commémoration s’intéresse ainsi directement au caractère dynamique des affects et des ambiances, explorant leur inégale intensité et la manière dont les qualités matérielles et immatérielles des lieux y contribuent.

Ambiance commémorative (« Commémorative Atmosphere »)

9À la lumière de ce qui précède, il s’agit de confronter deux notions : la commémoration – définie comme ensemble de pratiques et de récits articulant identité nationale, mémoire collective et individuelle, deuil, rituels réguliers et représentations matérielles et esthétiques de la guerre et de la mort – et la notion d’ambiance (« atmosphere ») – définie ici comme la combinaison dynamique d’espaces, d’expériences sensorielles, d’émotions, de mémoires, d’expériences individuelles et d’environnements matériels. J’ai proposé la notion d’« ambiances commémoratives » (« commemorative atmospheres »), comme notion pertinente pour explorer l’impact des événements commémoratifs sur les participants (Sumartojo 2016). Cette approche suggère que les ambiances commémoratives existent par les interactions entre les comportements individuels et collectifs, elles-mêmes agissant sur la perception sensible des paysages et des environnements bâtis. À leur tour, ces éléments matériels influencent la manière dont la commémoration est vécue, et dont les individus s’approprient les récits historiques, la mémoire collective et les « communautés nationales imaginées » (Anderson, 1991).

10Ces communautés ne se construisent pas de manière uniforme ou fixe comme l’ont montré les travaux de Nora (1989). Les institutions peuvent façonner un récit national qui peut rencontrer l’adhésion, le rejet ou encore l’indifférence. Winter (2006) évoque le « boom mémoriel » (« memory boom ») depuis trois décennies, caractérisé par l’omniprésence dans l’espace public de la mémoire – définie comme un rapport au passé modelé par une subjectivation et une empathie, parfois associée à la transmission familiale – laquelle se distingue de l’histoire, comme enquête rigoureuse sur les événements du passé. Ainsi, les récits historiques ont été « reconfigurés en versions chargées d’émotion de “notre histoire”... l’ » histoire » officielle et la « mémoire » vernaculaire ont été mêlées de manière sélective dans les constructions identitaires nationales par une série d’acteurs qui opèrent une sélection des aspects du passé en réponse à des enjeux politiques » (Sumartojo 2014, p. 6-7). La commémoration est ainsi utilisée pour produire du lien entre les individus et entre les générations.

11Les relations entre mémoire, histoire et identité nationale, condensées par les commémorations, constituent un point central des recherches. Ashplant et al. (2000, p. 13) affirment que trois approches dominantes de la commémoration ont largement façonné les approches scientifiques du phénomène. La première met en avant la politique des Etats, lesquels jouent le rôle principal dans la définition de la forme et du contenu des commémorations. La seconde s’intéresse aux usages de la commémoration par les acteurs de la « société civile » en réponse à des enjeux de reconnaissance (par exemple, celle du traumatisme causé par la guerre, le deuil). La troisième, basée en partie sur la collecte de témoignages oraux, étudie les mémoires individuelles, en soulignant « leur capacité à relier et à articuler des conceptions populaires individuelles ». Cette approche « fournit un moyen de montrer la manière dont l’expérience individuelle s’inscrit toujours dans une mémoire sociale, et même une mémoire officielle, celle de l’État-nation » (Ashplant et al., 2000, p. 14). Ici, la commémoration s’articule à la multiplicité des échelles de la mémoire, allant de l’échelle individuelle au groupe, en passant par l’échelle nationale. Cependant, selon Mitchell (2003, p. 443), elle les intègre dans des approches englobantes : « La répétition des différents événements et rituels commémoratifs... est cruciale pour estomper les differences entre les interprétations que chacun peut avoir du passé ; elle permet d’imposer une représentation collective uniformisée et hautement idéalisée. Cette représentation forme ensuite un cadre social général à l’intérieur duquel se forgent les souvenirs à venir et, au fil du temps, les mémoires individuelles tendent à se conformer et à correspondre à ce cadre. » Ces auteurs font remarquer le rôle de la commémoration dans la relation de l’individu à la nation. Ils cherchent à explorer la manière dont la répétition des rituels permet de créer du lien. Ils soulignent que la perte des êtres chers et le deuil assombrissent inévitablement l’histoire et la mémoire liées à la guerre. L’impact émotionnel de tels événements s’explique par un lien intime entretenu au passé, liée à des douleurs familiales qui peuvent être transmises sur plusieurs générations.

12Les aspects émotionnels de la commémoration sont largement explorés. Le travail de Winter (1995, p. 5) sur la Grande Guerre, par exemple, a permis de comprendre comment les repertoires symboliques qui ont émergé après la guerre étaient le résultat de la « recherche d’un langage approprié pour dire la perte » face à « l’universalité du deuil dans l’Europe de la Grande Guerre et l’après-guerre ». Saisir l’articulation entre la mémoire, l’identité, l’émotion et les pratiques ritualisées conduit à analyser comment les événements commémoratifs sont appropriés sur le plan cognitif mais aussi, éprouvés ou ressentis.

13L’intérêt d’une approche par les ambiances pour saisir l’expérience et la perception de l’espace s’est imposé dans les sciences sociales et humaines (Sumartojo et Pink 2018, Bille et al, 2015). Les recherches sur les ambiances s’intéressent aux espaces domestiques (Pink, 2015, Daniels 2014, Bille, 2014), aux lieux publics tels que les musées (Waterton et Dittmer, 2014) et les sites patrimoniaux (Turner et Peters, 2015, Crang et Tolia-Kelly, 2010, Modlin et al, 2011), ainsi qu’aux espaces de pratiques collectives comme les trains (Bissell, 2010) ou les terrains de football (Edensor, 2015). Dans ces travaux, les ambiances (« atmospheres ») sont considérées comme des dimensions de l’espace, fruits de la combinaison entre le « ressenti » et l’expérience des événements et des lieux, et les interelations qui s’y nouent. Elles s’apparentent à un « état constamment changeant par le renouvellement des expériences » qui « dépasse les environnements dont elles émanent » (Anderson 2014, p. 148-160). Interviennent les représentations de l’espace materiel, les expériences vécues au moment présent, ainsi que les experiences remémorées ou projetées.

14Les assemblages d’objets, de personnes et d’activités ritualisées qui constituent la commémoration ont une dimension spatiale. Elles dependent de caractéristiques architecturales comme le montre par exemple la notion de « matérialités mises en scène » construites par Böhme en 2013. Les comportements ou les émotions que les concepteurs entendent provoquer (comme le suggère Zumthor en 2006), conduisent à s’intéresser au contexte paysager, à la forme de l’architecture et aux matériaux, en un mot à la dimension sensible de l’espace.

15Pallasmaa (2014) voit dans l’expérience une dimension centrale des ambiances (« atmosphere »), la décrivant comme « une interaction entre les propriétés matérielles ou existantes du lieu et les dimensions immatérielles de la perception et de l’imagination humaines ». Ainsi, les ambiances ont pu être décrites comme l’émanation sensible d’une combinaison entre l’environnement bâti et l’appropriation changeante du lieu par les individus. Certains auteurs décrivent l’ambiance comme « latente mais palpable, une qualité de l’environnement ressentie par le corps en immersion, tout en demeurant diffuse dans l’air, éthérée » (McCormack, 2008, p. 413). Dans la caractérisation des ambiances, il ne semble pas évident de savoir « si elles doivent être attribuées aux objets et aux environnements dont elles proviennent, ou aux sujets qui les vivent » (Bille et al, 2015, p. 2). Griffero (2010, p. 6) relève le caractère vague du terme, évoquant « quelque chose de plus, un je-ne-sais-quoi perçu par le corps sensible dans un environnement donné, qui n’est jamais entièrement attribuable au cadre matériel de cet espace ». En effet, les subjectivités individuelles – mémoire, expérience et perception sensorielle – contribuent de manière essentielle aux ambiances, à leur existence ou leur evanescence. Une approche par les ambiances questionne le processus par lequel l’interprétation individuelle des événements, les pratiques spatiales et les expériences sensorielles permettent de construire du sens. Il s’agit d’un « phénomène vague mais tout sauf faible, une mise en scène, culturellement construite et voulue pour remplir des objectifs sociaux, politiques et économiques en exploitant les émotions et les sentiments » (Bille et al 2015, 37). Les ambiances n’appartiennent donc ni au sujet ni à l’objet, et révèlent plutôt l’existence de « configurations relationnelles spécifiques » (Anderson 2014, p. 12) entre le sujet, ses souvenirs et ses experiences, ainsi que les éléments perçus qui constituent son environnement spatial. Des sentiments tels que la fierté, l’humilité, le chagrin, la tristesse, l’ennui ou le malaise peuvent accompagner l’expérience d’une cérémonie commémorative collective ; les ambiances produites se manifestent dans des cadres produits par des representations et des esthétiques spécifiques. Elles ne sont pas réductibles à ces composantes, mais sont façonnées et caractérisées par un cadre spatial et un ensemble de discours.

16Cela rejoint la remarque de Thrift (2004) selon laquelle l’émotion peut être « fabriquée » ; aussi, les ambiances peuvent-elles se charger de significations, tout particulièrement idéologiques, par le biais d’interventions sur l’espace comme l’éclairage, le décors, le son et d’autres aménagements. Il en résulte une puissante dramaturgie qui vise des objectifs particuliers en donnant forme simultanément à l’environment et à l’expérience de cet environnement. Un exemple devenu classique est la « cathédrale de lumière » d’Albert Speer lors des rassemblements nazis de Nuremberg, étroitement chorégraphiés, conçus pour susciter un patriotisme frénétique centré sur la figure d’Hitler (McQuire, 2005, p. 127). À travers les commémorations, les acteurs politiques produisent donc des ambiances à visée idéologique, capables de susciter un « enrôlement » des corps et des émotions chez les participants afin qu’ils adhèrent collectivement au « récit national ». Cependant, les qualités multiples des ambiances produites, de même que leur inégale perception par chacun, suggèrent qu’elles ne peuvent être parfaitement contrôlées. L’ambiance est co-construite par les participants et « imbriquée dans d’autres dimensions de la vie » (Anderson 2014, p. 14). Ainsi, son caractère éphémère peut en faire un outil imprévisible, susceptible de renforcer la portée du discours officiel autant que de le déformer ou le rendre inaudible. À travers mon approche par les ambiances, je tente de saisir l’expérience des participants lors des commémorations, en tenant compte d’éléments tels que le sonore, la vue/le visuel, les mobilisations corporelles et l’environnement physique. J’utilise les conclusions de Degen et Rose (2012) concernant l’importance de la mémoire perceptive et des pratiques individuelles pour comprendre la signification donnée aux lieux par les individus, et la manière dont les participants sont impactés par leur environnement. Je defends l’idée que les ambiances commémoratives résultent de la combinaison d’éléments où interviennent les connaissances préalables et les attentes des uns et des autres, les environnements bâtis et leurs représentations symboliques, les rites et les récits officiels, enfin, l’expérience sensorielle des environnements, éventuellement réactivée par la participation répétée aux cérémonies (Sumartojo 2016). Il ne s’agit pas de lire les experiences vécues comme mécaniquement déterminées par l’ensemble de ces facteurs, mais plutôt de montrer que ces éléments contribuent à produire des ambiances par lesquelles on peut saisir des façons de ressentir et de vivre ces cérémonies. Il s’ensuit qu’une approche par les ambiances requiert des méthodes permettant d’explorer les expériences sensorielles et affectives des participants, en les reliant à d’autres aspects de leur subjectivité, en particulier la mémoire et l’identité. C’est l’objet de la partie suivante en lien avec le cadre conceptuel qui vient d’être présenté.

Quelques approches méthodologiques pour saisir les « ambiances commemoratives » ?

17L’approche de la commémoration par les ambiances requiert des méthodologies qui doivent permettre d’explorer les émotions, les sensations et l’imaginaire des individus participant aux cérémonies. Tout en questionnant les discours et les symboles associés aux commémorations comme ensembles de rituels fixes et figés, il s’agit de rendre compte des dimensions expérientielles du monde dans lequel nous vivons, en considérant le caractère inattendu et imprévisible des situations vécues. Cela nécessite des approches méthodologiques abordant la commemoration à la fois de l’intérieur (à partir ou du point de vue de l’expérience des participants) et de l’extérieur (dans les discours et les représentations), en articulant ces deux perspectives pour parvenir à une comprehension renouvelée.

18Ces approches par l’expérience posent la question de savoir ce que les lieux de mémoire et les commemorations « font » aux individus, et comment cela s’exprime sur le plan à la fois matériel et affectif. J’ai abordé ces questions à travers des méthodes explorant les dimensions sensorielles, mais également les sentiments, les cadres mentaux et les souvenirs des visiteurs eux-mêmes. En d’autres termes, plutôt que d’entreprendre l’étude des commémorations à travers l’analyse des discours des concepteurs, financeurs et conservateurs des lieux de mémoire et tenter de saisir leurs intentions à l’égard d’un public vu comme récepteur passif, je suggère une approche différente. Celle-ci se fonde sur l’écoute et l’observation des participants et des visiteurs in situ, ainsi que sur le recueil de leur parole afin de saisir les significations données aux lieux et à l’histoire à travers leurs formulations propres. Prendre en considération leurs émotions et leurs réflexions dans la même analyse permet d’inscrire les significations données à la commémoration dans l’expérience de chacun.

19Cette approche repose sur le principe selon lequel le passé n’est pas ordonné, linéaire, accessible, rappelé ou considéré comme « disponible pour une relecture instantanée par l’esprit ou mobilisé par des récits démystifiants et sans faille » (Edensor 2005, p. 845 ; Sumartojo, 2017). L’attention portée à l’expérience met en lumière les réactivations du passé à travers différents filtres émotionnels ou expérientiels qui ne fonctionnent pas selon les temporalités et les chronologies évoquées sur les lieux de mémoire. Au contraire, le passé surgit dans le présent, par exemple lorsqu’il est mobilisé à des fins idéologiques ou pédagogiques spécifiques, comme c’est généralement le cas dans les lieux de mémoire institutionnalisés. Cependant, comme on l’a déjà souligné, les discours officiels peuvent être subvertis, perturbés ou simplement ignorés par les visiteurs. L’attention portée à l’expérience nous permet de saisir et de lire les lieux de mémoire comme des « types spécifiques de configurations relationnelles » (Anderson, 2014, p. 12). Ici, les récits historiques se mêlent aux souvenirs et aux expériences sensibles des individus qui les vivent, dans des cadres spatiaux conçus dans un objectif pédagogique souvent explicite (Sumartojo et Graves, 2018). Comme le souligne Crouch (2015, p. 177), cela permet aux « énergies, sentiments, affects et émotions provoqués par la confrontation de chacun au patrimoine » de faire surface et de se situer à l’endroit de l’« intersection de la sensation, de l’expérience et de la signification qui survient au moment de nos interactions avec les formes matérielles » (Freeman et al. 2016, p. 4). Cette approche qui cherche à relier representations individuelles et espaces matériels, rappelle que « nous nous souvenons rarement uniquement à travers des idées, mais plutôt à travers nos rencontres avec les choses, et à travers les répercussions plus ou moins durables des formes des objets et des traces matérielles » (Freeman et al, 2016, p. 3-4).

20Par ailleurs, l’attention portée aux expériences sensibles des lieux peut nous aider à progresser dans la compréhension plus générale des lieux de mémoire. Des travaux consacrés à la « muséologie sensorielle » et à l’engagement multisensoriel dans la médiation muséale (Howes, 2014 ; Fors, 2013) ont examiné plus spécifiquement les pratiques des visiteurs dans l’espace des musées et les manières dont ils font appel à leurs différents sens. Ils étudient comment ces pratiques s’approprient les dispositifs de médiation réalisés dans le cadre des missions pédagogiques de ces institutions. Ces approches s’intéressent non seulement aux contextes dans lesquels se produisent les rencontres avec le passé, mais aussi à la manière dont ces rencontres se produisent, nourries des compétences et des expériences préalables de chacun. Par conséquent, l’analyse des perceptions sensorielles et des formes de connaissances qui ne réfèrent pas nécessairement à des catégories cognitives (Pink, 2015) peut aider à questionner les interactions entre les visiteurs et les lieux de mémoire, à la fois dans le présent, mais aussi dans le futur, celles-ci façonnant leurs représentations à plus long terme.

21En pratique, cette approche cherche à aller au-delà de la description du monde apportée par les personnes interrogées. Elle consiste à mettre en place un protocole de recherche dans lequel le chercheur accompagne l’enquêté dans ses pratiques, sollicitant des commentaires, des réflexions, des explications et des échanges – afin de parvenir à un éclairage de leurs pratiques à travers une véritable collaboration. Il s’agit de developer une recherche « avec » plutôt que « sur » les visiteurs. Afin de saisir leur experience globale, le chercheur est alors amené à accompagner les visiteurs dans leur découverte des espaces et leurs activités ordinaires et routinières. Cette éthique de la collaboration s’étend sur toute la durée de la recherche, et peut contribuer à renouveler l’étude des commémorations.

22L’attention portée à l’expérience sensible et affective est au cœur d’une telle approche. Il existe dès lors certaines techniques pouvant aider à orienter la recherche vers l’analyse des interrelations entre les mondes expérimentés, remémorés et imaginés – l’imaginaire interagissant étroitement avec la mémoire. Par exemple, l’analyse de la photographie et l’usage des entretiens filmés après visite, permettent d’interroger les enquêtés sur des images qu’ils produisent eux-mêmes. Cela peut mettre en lumière la manière dont les souvenirs sont mobilisés et s’imposent, notamment leur imbrication avec des environnements spécialement conçus pour susciter une adhésion affective. Ces methodes permettent aussi de questionner la valeur et le sens que les enquêtés attribuent aux photographies qu’ils prennent et, par extension, aux environnements dans lesquels ces photographies ont été prises.

23Dans ces recherches, les méthodologies toutes faites et les guides pratiques ne sont pas d’une grande utilité. En effet, l’adaptation des techniques d’enquête doit être constante, variant d’un terrain à l’autre, et parfois même au sein d’un même terrain. Ces techniques sont en réalité construites en articulation étroite avec des contextes, des lieux et des objectifs spécifiques. Pink (2013, p. 261) soutient qu’« il n’existe pas de modèles fixes pour l’ethnographie sensible [c’est à dire mobilisant les sens comme méthode d’enquête] – que ce soit au niveau des méthodes de recherche, au moment de l’analyse des matériaux collectés ou des modalités de représentation des résultats ». Elle incite à approfondir la reflexion et l’analyse du « déroulement des processus par lesquels nous pratiquons l’enquête ethnographique, notamment les façons dont nous élaborons nos méthodes d’approche des sites, mais aussi la manière dont nous les analysons et nous les représentons » (Pink, 2013, p. 261).

24Les chercheurs qui empruntent cette voie font souvent le choix d’approches permettant de s’attarder longuement sur les expériences sensibles et affectives des enquêtés (Pink, 2015). Appliquées aux memory studies et à l’étude du phénomène commémoratif, ces approches font souvent usage des technologies numériques et audiovisuelles. Dans Doing Memory Research, par exemple, Drozdzewski et Birdsall (2018) utilise la vidéo, la photographie, des enregistrements sonores, croisés avec de la prise de notes, des croquis et d’autres outils de recherche. Ce type de méthodes leur permet de capter et d’enregistrer des scènes ordinaires et les petits gestes au plus près des enquêtés, afin d’en faire des objets d’étude pouvant être scrutés, discutés et interprétés avec les enquêtés. Elles ont ainsi mené une analyse innovante de l’ambiance sonore d’une marche commémorative à Amsterdam à partir d’enregistrements numériques. L’analyse informatique des types de sons captés à différents moments a permis de mieux saisir les rythmes sensoriels et affectifs de ce rassemblement commémoratif annuel circulant dans l’espace urbain (Birdsall et Drozdzewski, 2017).

25L’utilisation de telles méthodes permet également de réinscrire dans le temps long, des expériences auparavant définies dans leur caractère fugace et ponctuel, pour en tirer des analyses et des réflexions. À titre d’exemple, dans une étude réalisée avec Matthew Graves consacrée aux perceptions du Camp des Milles, lieu de mémoire français de la Seconde Guerre mondiale, le visionnage de l’enregistrement vidéo d’un entretien avec un enquêté a permis de relever sur l’une des images un petit geste de la main. Le fait de remarquer et de commenter ce geste anodin a été le point de depart d’un récit riche et complexe de la part de l’enquêté, liant les souvenirs d’enfance et expérience sensible du site patrimonial (Sumartojo et Graves, 2018). Ici, la technologie a rendu possible des formes d’attention beaucoup moins évidentes auparavant – car sans l’utilisation de la vidéo et son revisionnage, il aurait été difficile de relever ce geste et d’en faire le point de départ d’une discussion. Dans ce cas précis, cela a permis d’explorer une voie nouvelle dans la compréhension des interactions de la mémoire avec les dimensions sensorielles, discursives, affectives et même spatiales du site.

26De plus, la recherche dans, sur et par l’expérience vécue prend en consideration le fait que nous ne savons jamais précisément ce qui est susceptible de se passer. Sather-Wagstaff (2017, p. 18) souligne ainsi que « l’interaction entre les sens, les sentiments, les émotions, le savoir et la mémoire est un processus dynamique permanent ». Adopter cette approche de la commémoration signifie reconnaître que les terrains de recherche sont vivants, avec des formes affectives et sensibles de ressentis indissociables de l’espace, des représentations, de la mémoire et de l’imagination. L’une des implications méthodologiques de cette affirmation est que les analyses ne peuvent se construire que sur des démarches qui envisagent l’expérience des visiteurs comme changeantes, soumises au hasard et à l’inattendu. Concrètement, cela signifie que le chercheur doit s’immerger dans les environnements qu’il étudie, se laissant porter par le flot et le rythme des événements. Dans ses travaux sur la commémoration, Gillis (1994, p. 5) affirme que « les souvenirs ne sont pas des choses auxquelles on pense, mais des choses avec lesquelles on pense ». L’approche méthodologique dont j’ai parlé ici peut nous aider à repenser les lieux de mémoire institutionnels à l’aune de la mémoire et de l’expérience individuelles. Cela conduit à se pencher sur la spécificité des appropriations individuelles des lieux de mémoire, sur la manière dont ils sont perçus et dont les visiteurs leur donnent sens, la manière dont ils sont produits par les visiteurs dans une relation qui met en jeu à la fois le present, le passé et le futur. L’attention portée au particulier et à l’individu, peut également nous aider à mieux comprendre les sites de mémoire en général, dont la complexité repose notamment sur la variété des processus d’appropriation par les visiteurs des dispositifs de médiation mis en place par les concepteurs/conservateurs. Tenter de saisir l’impact des discours/dispositfs mémoriels sur les visiteurs s’inscrit le plus souvent dans une démarche d’évaluation des « effets » sur le public avec l’objectif implicite d’apporter des améliorations au dispositif et de recommander des « bonnes pratiques ». L’analyse des intéractions entre les visiteurs et les sites montre que les différentes formes d’appropriation sont subjectives et conduisent à attribuer des significations en décalage avec celles produites par les concepteurs des sites/commémorations, dont elles sont loin de dépendre exclusivement. Certaines recherches montrent ainsi que les expériences vécues par les visiteurs sur les sites commémoratifs sont co-constituées de tout ce qu’ils apportent avec eux, leur vécu mais aussi leurs propres souvenirs (Sumartojo et Graves, 2018). De plus, le fait de s’intéresser aux expériences des visiteurs permet de s’écarter des cadres chronologiques donnés dans les sites de mémoire officiels, rendant possible une appréhension pluri-temporelle ou a-chronologique des faits historiques, en considérant que des faits du passé résonnent encore dans le present et le futur. Les photographies et les vidéos, avec ce qu’elles offrent comme possibilités de réflexion a posteriori, en sont peut-être l’exemple le plus éloquent. Dans mes propres recherches sur les sites de mémoire, basées sur des approches ethnographiques, j’ai tenté de saisir en quoi notre experience des commémorations est façonnée par nos connaissances préalables et nos attentes, par notre perception des environnements matériels et notre experience sensible. La mémoire est apparue comme une catégorie d’expérience, liée à l’imagination, aux sensations et aux émotions, révélatrice de nos capacités d’adaptation à nos environnements spatiaux, mais aussi à nos attentes, et à la façon dont l’expérience continue d’exister dans nos souvenirs après coup. En ce sens, les lieux de mémoire ne sont pas fixes, mais sont dynamiques. Ils sont continuellement métamorphosés sous l’effet de notre vécu et de l’experience que nous avons de leurs différentes dimensions, de même que par les rencontres que nous y réalisons (y compris dans le cadre des processus de recherche). Les approches ethnographiques conduisent à être attentifs aux dimensions expérientielles et affectives de la mémoire, et à la façon dont elles se reconfigurent continuellement à travers nos pratiques spatiales.

Implications d’une compréhension de la commémoration par les ambiances : un nouveau regard sur les dimensions sensibles du pouvoir et les affects politiques

27Malgré leur caractère éphémère, les cérémonies commémoratives semblent attractives car elles offrent des possibilités d’expériences riches et denses, où se combinent relations à l’histoire, à la mémoire, pratiques des lieux, perceptions de l’environnement bâti, des paysages et des objets, accès à des récits et rencontres. Ces sytèmes complexes, tout en ayant un caractère imprévisible, irrégulier ou évolutifs, connectent des éléments matériels, sensoriels et affectifs qui créent des liens entre des individus dans une temporalité donnée. Une approche de la commémoration par les ambiances ouvre de nouvelles voies pour comprendre comment le passé nous environne. Comme le soutient Muzaini (2015, p. 110) : « Une approche nuancée des interactions avec notre environnement doit prendre en compte la manière dont le passé est imbriqué dans nos connaissances et subjectivités présentes. Cela permet d’élargir la compréhension de nos relations à la matérialité et aux émotions. » Cela montre l’intérêt d’utiliser les ambiances comme moyen de comprendre nos expériences de commémoration et la façon dont celle-ci nous relie à l’imaginaire national et aux autres. En outre, cela montre comment nos actions, réflexions, sentiments et souvenirs personnels contribuent à créer des ambiances qui conduisent des individus différents à vivre collectivement la commémoration comme une experience partagée. Lors de tels moments, symboles et récits se mêlent, et peuvent se trouver renforcés par le ressenti personnel des ambiances qui « baignent tout dans une certaine lumière, et unifient une diversité d’impressions » (Böhme 2013, p. 2). En effet, les dispositifs commémoratifs, plutôt que « d’affaiblir la force du langage de l’identité, de l’essence et de l’appartenance » (Closs Stephens 2015, p. 12), contribuent à les renforcer par l’enchevêtrement entre le matériel et l’immatériel, le symbolique et le sensible.

28Ainsi, ces considérations m’amènent à affirmer que la commémoration peut être analysée comme un moment affectif et sensible, en plus d’être un événement essentiellement historique, textuel ou symbolique, dont on peut questionner l’efficacité dans la « production » d’un sentiment national. Cela implique de prêter une attention particulière à la manière dont la commémoration met en scène les récits tout en reliant les participants aux disparus, et en tentant ainsi de créer des liens affectifs directs avec le passé. Il s’agit aussi de prêter attention aux environnements bâtis et aux rituels officiels, conçus pour promulguer une version officielle de l’histoire par l’État. De nombreux événements commémoratifs institutionnels doivent être compris comme des exercices du pouvoir. Une approche par les ambiances doit permettre une reflexion semblable à la demarche évoquée par Bille (2014) : une telle approche permet, selon l’auteur, de developper « une recherche critique éclairant les façons de mettre en scène l’architecture, le comportement et les subjectivités ». L’étude des ambiances commémoratives doit conduire l’analyse des différentes formes de manifestations du pouvoir à travers « l’aménagement des lieux de mémoire, les formulations des souvenirs, des histoires et des rituels qui accompagnent les discours et les usages associés aux lieux ; les actions des autorités qui cherchent à contrôler les pratiques sociales dans ces espaces » et « en quoi il “marque” les corps, enfin, à travers son influence sur les pratiques et les comportements des visiteurs et des participants » (Sumartojo, 2015). Dans de nombreux cas, les ambiances commémoratives perçues et ressenties ont tendance à renforcer les versions traditionnelles de l’identité nationale. Cependant, elles peuvent également offrir la possibilité d’expressions contre-hégémoniques de l’identité nationale.

29Quelles sont les implications de cette approche pour les politiques mémorielles ? Comment l’ambiance peut-elle aider à comprendre l’attrait et l’influence des lieux de mémoire, de même que la relation entre commémoration et adhésion à une identité nationale produite lors de ces événements récurrents ? En d’autres termes, « que pourrait signifier une réflexion sérieuse sur le sentiment national comme un ensemble de sentiments (“feelings”) plânant dans l’air » ? (c’est moi qui souligne) (Closs Stephens, 2015, p. 2). L’attention portée à l’ambiance permet de questionner le lien entre le sens donné à la commemoration et l’expérience de l’individu. Elle reconnait le rôle de l’expérience au même titre que celui du récit officiel donné à l’occasion des événements ou à travers l’aménagement de lieux censés agir sur nos sens et nos émotions. Elle permet de voir en quoi le représentationnel et le post-représentationnel sont des éléments importants dans le sentiment d’appartenance à la nation, lequel s’exprime à travers les interactions entre les individus et leurs environnements bâtis. Ainsi, une approche par les ambiances montre comment « le collectif ne précède pas mais est produit par la circulation des émotions » (Closs Stephens 2015, p. 4). Même si ce processus est éphémère et subjectif, comprendre la commémoration par les ambiances peut aider à expliquer sa popularité et son rôle dans le sentiment national. Cette approche conduit à étudier en quoi la commémoration peut nous affecter et nous toucher émotionnellement et physiquement, lorsque « nous saisissons l’ambiance avant d’en identifier les détails ou de la comprendre intellectuellement ». En fait, nous pouvons être totalement incapables de dire quoi que ce soit de significatif sur les caractéristiques d’une situation, tout en ayant une image claire, en ressentant une grande émotion et en développant un souvenir vif de celle-ci » (Pallasmaa, 2014, p. 232). Ici, la connaissance d’un événement se fait à travers l’expérimentation d’une ambiance qui peut rester floue, incertaine, voire non ressentie, mais qui demeure potentiellement intense pour les participants.

30Bell (2008, p. 149) affirme que « la mémoire est utilisée dans les sociétés et les sphères politiques contemporaines d’une manière si variée qu’elle en devient déconcertante ». Ces usages multiples rendent obscure sa capacité à être « vecteur de pouvoir ». Les commémorations accentuent ce mélange opaque d’émotion, d’affect, d’histoire, de symbolique nationale et de mémoire personnelle, mais les ambiances fournissent un axe d’analyse possible pour essayer de comprendre comment ces processus agissent sur nous et quelles sont leurs limites. Cela peut contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes contemporains du nationalisme, de sa persistance et de sa recrudescence actuelle. L’attention portée à ces ambiances permet de rendre compte subtilement de la manière dont l’idée de nation et sa mémoire collective sont « ressenties » à travers les commémorations, contribuant à expliquer leur puissant attrait, et d’évaluer la capacité des lieux et les événements commémoratifs à produire des récits nationaux convaincants. En montrant comment les récits forgés par l’État sont intériorisés et vécus collectivement lors des cérémonies, cette approche cherche à rendre compte des dimensions émotionnelles complexes et plus-que-représentationnels du sentiment d’appartenance nationale et de la mémoire collective. Elle permet aussi de comprendre en quoi ces moments demeurent souvent très émouvants pour les participants et en quoi ces émotions participant d’un sentiment d’appartenance à une « communauté nationale ». L’approche par les ambiances ouvre de nouvelles voies pour saisir et penser la commémoration à partir du sens que lui donnent les individus, tout comme pour comprendre ses effets sociaux et politiques. Enfin, elle peut aider à expliquer comment l’identité nationale se construit à travers ces moments communs partagés, et comment elle est à la fois fixée et sans cesse remise en question au sein de ces lieux de mémoire et lors des cérémonies commémoratives.

Haut de page

Bibliographie

AHMED, S., 2004, The Cultural Politics of Emotion, London, Routledge.

ANDERSON, B., 1991, Imagined communities, London, Verso.

ANDERSON, B., 2014, Encountering Affect: Capacities, Apparatuses, Conditions, London, Routledge.

ASHPLANT, T., DAWSON, G., ROPER, M., 2000, The politics of war memory and commemoration: contexts, structures and dynamics. In Ashplant, T., Dawson, G. and Roper, M. (eds) The politics of war memory and commemoration, London, Routledge.

BELL, D., 2008, « Agonistic Democracy and the Politics of Memory », Constellations, vol.15, n° 1, p. 148-166.

BILLE, M., 2014, “Lighting up cosy atmospheres in Denmark”, Emotion, Space and Society, En ligne: http://dx.doi.org/10.1016/j.emospa.2013.12.008

BILLE, M., BJERREGAARD, P., SØRENSEN, T. F., 2015, “Staging atmospheres: materiality, culture, and the texture of the in-between”, Emotion, Space and Society, vol. 15, p. 31-8.

BIRDSALL, C., DROZDZEWSKI, D., 2017, “Capturing commemoration: Using mobile recordings within memory research”, Mobile Media & Communication. Online: DOI: https://doi.org/10.1177/2050157917730587.

BISSELL, D., 2010, “Passenger mobilities: affective atmospheres and the sociality of public transport”, Environment and Planning D: Society and Space, n°28, p. 270-289.

BÖHME, G., 2013, “The art of the stage set as a paradigm for an aesthetics of atmospheres. Ambiances”. En ligne : http://ambiances.revues.org/315.

BRENNAN, J., 2004, The Transmission of Affect, Ithaca, Cornell University Press.

CLOSS STEPHENS, A., 2015, “The affective atmospheres of nationalism”, Cultural geographies, online DOI: https://doi.org/10.1177/1474474015569994.

CONNERTON, P., 1989, How Societies Remember, Cambridge, CUP.

CRANG, M., TOLIA-KELLEY, D., 2010, “Nation, race, and affect: senses and sensibilities at national heritage sites”, Environment and Planning A, n° 42, p. 2315-2331.

CROUCH, D., 2015, “Affect, Heritage, Feeling”, In: Waterton E., Watson S. (eds), The Palgrave Handbook of Contemporary Heritage Research, London, Palgrave.

DANIELS, I., 2014, “Feeling at home in contemporary Japan: space, atmosphere and intimacy”, Emotion, Space and Society, n° 15, p. 47-55.

DENGEN, M., ROSE, G., 2012, “The sensory experiencing of urban design: the role of walking and perceptual memory”, Urban Studies, n° 49, p. 3271-87.

DROZDZEWSKI, D., 2018a, “Memory, Movement, Mobility: Affect-full Encounters with Memory in Singapore”, Media Theory, vol. 2, n° 1, p. 245-265.

DROZDZEWSKI, D., 2018b, “Stolpersteine and memory in the streetscape”. In Muzaini H., Minca C. (eds), After Heritage: Critical Perspectives on Heritage from Below, Cheltenham, Edward Elgar.

DROZDZEWSKI, D., BIRDSALL, C. (eds), 2018, Doing Memory Research: New Methods and Approaches, Palgrave.

EDENSOR, T., 2005, “The ghosts of industrial ruins: Ordering and disordering memory in excessive space”, Environment and Planning D: Society and Space, n° 23, p. 829-849.

EDENSOR, T., 2012, “Illuminated atmospheres: anticipating and reproducing the flow of affective experience in Blackpool”, Environment and Planning D: Society and Space, n° 30, p. 1103-22.

EDENSOR, T., 2015, “Producing atmospheres at the match: fan cultures, commercialization and mood management in English football”, Emotion, Space and Society, n° 15, p. 82-9.

FORS, V., 2013, “Teenagers’ multisensory routes for learning in the museum”, The Senses and Society, vol. 8, n° 3, p. 268-289.

FOOTE K., TÓTH, A., ARVAY, A., 2000, “Hungary After 1989. Inscribing a new past on place”, The Geographical Review, vol. 90, n° 3, p. 301-334.

FREEMAN, L., NIENASS, B., DANIELL, R., 2016, “Memory, Materiality, Sensuality”, Memory Studies, vol. 9, n° 1, p. 3-12.

GILLIS, J., 1994, “Memory and Identity: the History of a Relationship”, In Gillis J. (ed) Commemorations: The Politics of National Identity. Princeton, NJ : Princeton University Press.

GOUGH, P., 2007, “‘Contested memories: Contested site’: Newfoundland and its unique heritage on the Western Front”, The Round Table: The Commonwealth Journal of International Affairs, vol. 96, n° 393, p. 693-705.

GRIFFERO, T., 2014 [2010], Atmospheres: aesthetics of emotional spaces (de Sanctis, S trans.), Ashgate, Farnham.

HEFFERNAN, M., 1995, “For ever England: the Western Front and the politics of remembrance in Britain”, Ecumene, n° 2, p. 293-324.

HOWES, D., 2014, “Introduction to sensory museology”, The Senses and Society, vol. 9, n° 3, p. 259-267.

INGLIS, K., 1998, Sacred Places: War Memorials in the Australian Landscape, Melbourne, University of Melbourne Press.

MCCORMACK, D., 2008, « Engineering affective atmospheres on the moving geographies of the 1897 Andrée expedition », cultural geographies, n° 15, p. 413-30.

MARSHALL, D., 2004, “Making sense of remembrance”, Social & Cultural Geography vol.5, n° 1, p. 37-54.

MARSCHALL, S., 2009, Landscape of Memory. Commemorative Monuments, Memorials and Public Statuary in Post-Apartheid South Africa, Leiden: Brill.

MCCREANOR, T., WETHERELL, M., MCCONVILLE, A., MOEWAKA BARNES, H., MOEWAKA BARNES, A., 2018, “New light; friendly soil: affective–discursive dimensions of Anzac Day commemorations in Aotearoa New Zealand”, Nations and Nationalism. DOI : https://doi.org/10.1111/nana.12474.

MCQUIRE, S., 2005, “Immaterial Architectures: Urban Space and Electric Light”, Space and Culture, vol. 8, n° 2, p. 126-140.

MERRILL, S., SUMARTOJO, S., CLOSS STEPHENS, A., COWARD, M., 2020, “‘Togetherness after Terror: The more or less digital commemorative public atmospheres of the Manchester Arena bombing’s first anniversary”, Environment and Planning D: Society and Space.

MITCHELL, K., 2003, “Monuments, memorials and the politics of memory”, Urban Geography, n° 24, p. 442-59.

MODLIN, A., ALDERMAN, D., GENTRY, G., 2011, « Tour guides as creators of empathy: the role of affective inequality in marginalizing the enslaved at plantation house museums », Tourist Studies, n° 11, p. 3-19.

MUZAINI, H., 2015, “On the matter of forgetting and ‘memory returns’”, Transactions of the Institute of British Geographers, n° 40, p. 102-112.

NORA, P., 1989, « Between Memory and History: Les Lieux de Mémoire », Representations n° 26, p. 7-24.

PALLASMAA, J., 2014, “Space, place and atmosphere: emotion and peripheral perception in architectural experience”, Lebenswelt: Aesthetics and Philosophy of Experience, n° 4, p. 230-45.

PINK, S., 2013, “Engaging the senses in ethnographic practice: Implications and advances”, The Senses and Society, vol. 8, n° 3, p. 261-267.

PINK, S., 2015, Doing Sensory Ethnography, 2nd ed. London: Sage.

SATHER-WAGSTAFF, J., 2017, “Making polysense of the world: affect, memory, heritage”, In Tolia-Kelly D., Waterton E., Watson S. (eds) Heritage, Affect and Emotion: Politics, practices and infrastructures, Routledge, London.

SEAL, G., 2011,”‘… and in the morning …’: adapting and adopting the dawn service”, Journal of Australian Studies, vol 35, n° 1, p. 49-63.

SEAR, T., 2016, “Dawn servers: Anzac Day 2015 and hyperconnective commemoration”. In West B. (ed), War Memory and Commemoration, London, Routledge, p. 69-88.

SHELBY, K., 2014, Flemish Nationalism and the Great War: The Politics of Memory, Visual Culture and Commemoration, Basingstoke, Palgrave.

STEENKAMP, A., 2006, “Apartheid to democracy: representation and politics in the Voortrekker Monument and Red location museum”, Architectural Research Quarterly, n° 10, p. 249-254.

STEVENS, Q., FRANCK, K., 2015, Memorials as Spaces of Engagement: Design, Use and Meaning, London, Routledge.

STEVENS, Q., SUMARTOJO, S., 2015, « Memorial planning in London », Journal of Urban Design, vol. 20, n° 5, p. 615–635.

SUMARTOJO, S., 2014, “Anzac kinship and national identity on the Australian Remembrance Trail”, In Sumartojo, S., Wellings, B., (eds) Nation, Memory, and Great War Commemoration: Mobilizing the Past in Europe, Australia and New Zealand, Peter Lang, Bern.

SUMARTOJO, S., 2015, « On atmosphere and darkness at Australia’s Anzac Day Dawn Service », Visual Communication, vol. 14, n° 2, p. 267-288.

SUMARTOJO, S., 2016, ‘Commemorative atmospheres: memorial sites, collective events and the experience of national identity’, Transactions of the Institute of British Geographers vol. 41, n° 4, p. 541-553.

SUMARTOJO, S., 2017, “Tweeting from the past: commemorating the Anzac Centenary @ABCNews1915”, Memory Studies, Online: DOI : https://doi.org/10.1177/1750698017709873.

SUMARTOJO, S., 2019, ‘Sensory impact: Memory, affect and photo-elicitation at official memory sites’, in Drozdzewski, D., Birdsall, C., (eds) Doing Memory Research: New Methods and Approaches, London, Palgrave, p. 21-37.

SUMARTOJO, S. (ed), 2020, Experiencing 11 November 2018: Commemoration and the First World War Centenary, London, Routledge.

SUMARTOJO, S., ‘Reframing commemoration at the end of the First World War centenary: new approaches and case studies’, In S. Sumartojo, (ed) Experiencing 11 November 2018: Commemoration and the First World War Centenary, London, Routledge.

SUMARTOJO, S., GRAVES, M., (2018) ‘Rust and dust: Materiality and the feel of memory at Camp des Milles’, Journal of Material Culture. Online : DOI: https://doi.org/10.1177/1359183518769110.

SUMARTOJO, S., GRAVES, M., (2019) “Feeling through the screen: Memory sites, affective entanglements and digital materialities”, Social & Cultural Geography. Online : DOI: https://doi.org/10.1080/14649365.2018.1563711.

SUMARTOJO, S., PINK, S., 2018, Atmospheres and the Experiential World: Theory and Methods, London, Routledge.

SUMARTOJO, S., WELLINGS, B. (eds), 2014, Nation, Memory and Great War Commemoration: Mobilizing the Past in Europe, Australia and New Zealand, Bern, Perter Lang.

THRIFT, N., 2004, “Intensities of feeling: towards a spatial politics of affect”, Geografiska Annaler, n° 86B, p. 57-78.

TILL, K., 2005, The New Berlin, Minneapolis, University of Minnesota Press.

TURNER, J., PETERS, K., 2015, « Unlocking the carceral atmospheric: Designing extraordinary encounters at the prison museum », Visual Communication, vol. 14, n° 3, p. 309-330.

WALLIS, J., HARVEY, D., 2017, Commemorative Spaces of the First World War, London, Routledge.

WATERTON, E., DITTMER, J., 2014, “The museum as assemblage: bringing forth affect at the Australian War Memorial”, Museum Management and Curatorship, vol. 29, n°2, p. 122–139.

WETHERELL, M., MCCONVILLE, A., MCCREANOR, T., 2020, “Defrosting the freezer and other acts of quiet resistance: Affective practice theory, everyday activism and affective dilemmas”, Qualitative Research in Psychology, vol. 17, n° 1, p. 13-35.

WETHERELL, M., SMITH, L., CAMPBELL, G., 2018, “Introduction: Affective Heritage Practices”, In Smith L., Wetherall M., Campbell G., (eds) Emotion, Affective Practices, and the Past in the Present, London, Routledge.

WINTER, J., 1995, Sites of memory, sites of mourning: the great war in European cultural history, Cambridge, University Press Cambridge.

WITCOMB, A., 2013, “Understanding the role of affect in producing a critical pedagogy for history museums”, Museum Management and Curatorship, vol. 28, n° 3, p. 255-271.

ZHANG, J., CRANG, M., (2016) Making material memories: Kinmen’s bridging objects and fractured places between China and Taiwan, Cultural geographies, vol. 23, n° 3, p. 421-439.

ZUMTHOR, P., 2006, Atmospheres: Architectural Environments, Surrounding Objects, Basel, Birkhäuser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shanti Sumartojo, « Ambiances commemoratives : concepts, méthodologies, implications », L’Espace Politique [En ligne], 41 | 2020-2, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8651 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.8651

Haut de page

Auteur

Shanti Sumartojo

Associate Professor of Design Research, Monash University, Australia
shanti.sumartojo@monash.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search