Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaÉlections municipales françaises ...

Varia

Élections municipales françaises dans un contexte de pandémie mondiale : un niveau d’abstention élevé dans l’agglomération mancelle

French municipal election in the context of a global pandemic: a high level of abstention at “Le Mans métropole”
Guillaume Bailly et Thomas Louche

Résumés

Cet article souligne les contradictions induites par la remise en question de l’organisation des élections municipales françaises de mars 2020. Nous mettons en perspective normes législatives et rapport à la norme en revenant sur le positionnement des responsables politiques face à la diffusion de la Covid-19 en période électorale. Nous soulignons les décalages produits entre théorie technocratique et pratique électorale effective à l’échelle du bureau de vote. Dans un champ scientifique peu exploré jusqu’alors au Mans, nous revenons sur le phénomène d’abstention dans le périmètre de la Communauté Urbaine du Mans (CUM) en période de crise sanitaire. À ce titre, l’analyse spatiale multivariée des bases de l’Institut National de la Statistique et des Études Economiques (INSEE) et du ministère de l’Intérieur met en relief la géographie électorale de la CUM aux échelles communales et infra communales. Nous rendons ainsi compte d’une explosion du taux d’abstention. Ce fait corrobore l’hypothèse initiale d’une faible mobilisation de la population mancelle à l’issue de ce premier tour profitant à certains candidats de la scène électorale locale. L’analyse lexicale d’un corpus de déclaration de responsables politiques, l’observation participante sur des terrains de l’agglomération (Allonnes, Coulaines, Arnage, Le Mans) rendent compte de l’effet de peur liée aux annonces gouvernementales impactant fortement la mobilisation. Ce travail monographique croisant analyse spatiale et géographie sociale vient ainsi alimenter le champ de la géographie électorale dans une perspective comparative. Les résultats issus de cette contribution confirment des tendances récentes observées sur d’autres terrains au niveau de l’abstention.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1S’intéresser à l’abstention implique d’en comprendre tous les mécanismes. À ce titre, de nombreux champs disciplinaires fournissent des clés d’interprétation intéressantes du phénomène. Si Foucault (2019) indique que la majorité des Français se mobilise davantage autour du scrutin municipal comparativement aux élections législatives et européennes et reste attachée à la figure du maire, Muxel (2007, 2017) considère l’abstention comme l’un des symptômes les plus emblématiques d’une profonde crise de la représentation politique qui touche tous les segments de la société et tous les types d’élection. Braconnier (2017) indique bien qu’au cours des 25 dernières années, l’abstention n’a cessé de croître, y compris, à l’échelle municipale et non exclusivement dans les grandes agglomérations comme le précise Vignon (2013). Les élus peinent à mobiliser leur base électorale, avec une chute de la participation équivalent à 53,8 % dans les villes de plus de 100 000 habitants. Les représentants politiques sont ainsi désignés par une minorité de citoyens non représentative de l’ensemble de la population. Ce sont avant tout les séniors qui se mobilisent. A contrario, le non vote est majoritaire dans les quartiers populaires où les habitants jeunes, défavorisés, peu diplômés ne se mobilisent pas et ne s’y retrouvent pas.

Qu’en est-il dans le périmètre de la CUM et dans quelle mesure la pandémie est venue concourir à cette tendance ?

2Le premier tour des élections municipales françaises du mois de mars 2020 s’est déroulé dans un contexte exceptionnel de pandémie. Le phénomène de diffusion généralisé de la Covid-19 à l’échelle mondiale a progressivement impacté la vie démocratique du pays. Cette maladie se transmet par projection de gouttelettes, contact indirect sur des surfaces contaminées ou par aérosolisation, selon l’évolution des connaissances du SARS-CoV-2, en milieu intérieur et extérieur. Le virus peut, dans ses formes les plus graves, provoquer des difficultés respiratoires pouvant mener jusqu’à une hospitalisation en réanimation voire au décès (ministère de l’Intérieur, 2020a). Pour lutter contre sa propagation, le gouvernement a proposé des réponses spatiales graduées afin de répondre à la crise sanitaire et réduire les cas de contaminations (figure 3). En parallèle, s’est également posée la question cruciale du déroulement de ces élections dans un climat populaire de défiance vis-à-vis de l’exécutif. La consolidation de l’assise partisane de la majorité en place La République En Marche (LREM) constitue un véritable enjeu présidentiel. En conséquence, Emmanuel Macron a opté pour le maintien du premier tour des élections municipales. Cette décision résulte d’une consultation des représentants de l’opposition, de la majorité gouvernementale ainsi que de l’approbation du comité scientifique de suivi de la crise du coronavirus. La problématique du fonctionnement optimal ou dégradé du système de santé dans un contexte de résilience territoriale s’est donc posée en parallèle du renouvellement des mandats communaux et intercommunaux. Si l’intervention exceptionnelle du président de la République a globalement été bien perçue par une majorité de Français et a contribué à les rassurer, pour autant, les clivages politiques n’ont été qu’en partie gommés, plaçant l’exécutif sous la pression d’une gestion irréprochable de la crise (Brouard, 2020). La prise de parole du chef de l’État, alors en déclin dans les sondages avec 30 % d’opinion favorable, ainsi que l’allocution du 14 mars du Premier ministre Édouard Philippe ont eu un réel impact sur le déroulement de la vie démocratique. Goar mentionne le fait que 25 % des abstentionnistes aient arrêté leur décision après la première allocution d’Emmanuel Macron et l’annonce de la fermeture des écoles. 32 % des potentiels électeurs ont arrêté leur choix après l’intervention du Premier ministre en décidant de ne pas aller voter (14 mars) (Goar, 2020). Cet épisode historique de la vie démocratique française suscite un intérêt scientifique tout particulier dans un contexte plus large de mobilisation électorale sur le temps long et à différentes échelles que nous expliciterons plus loin (Muxel, 2008). Nous souhaitons ici observer comment la dynamique abstentionniste du mois de mars 2020 s’inscrit dans cette tendance. Notre démarche s’inspire largement d’une pratique de la géographie politique (Rosière, 2017), (Sanguin, 2013), géocratique (Bussi, 2007). D’un point de vue théorique et méthodologique, nous mobiliserons les concepts et outils d’une géographie électorale ouverte sur d’autres approches pluridisciplinaires (Gombin, 2014).

3Nous discuterons tout d’abord du cadre juridique et organisationnel du premier tour des élections municipales de 2020. Nous reviendrons sur la capacité du gouvernement à s’adapter à la propagation du virus pour organiser cet évènement de la vie politique française. L’évolution de la mise en place du protocole électoral retiendra notre attention. Nous en pointerons quelques contradictions, déclarations d’acteurs à l’appui (en France et sur nos terrains d’étude : Le Mans, Allonnes, Coulaines et Arnage).

4Dans un second temps, nous estimerons l’impact de l’abstention et son évolution entre 2014 et 2020 en ayant recours à l’analyse spatiale dans l’agglomération mancelle. Deux échelles seront privilégiées. Nous nous intéresserons à l’évolution de l’abstention des communes de la CUM pour porter ensuite notre attention sur les périmètres des bureaux de vote au Mans, Allonnes, Arnage et Coulaines. Il s’agira de corroborer l’hypothèse d’une faible légitimité des listes élues à la sortie de ce premier tour des élections municipales de 2020. Nous testerons le fait que les annonces gouvernementales ont eu un impact sur la mobilisation locale des électeurs de la CUM.

Une organisation électorale stricte dans un contexte sanitaire exceptionnel

Élections et directives préélectorales avant la catastrophe

5Dans un contexte de fonctionnement normal du système politique, hors crise sanitaire, le ministère de l’Intérieur chargé de l’organisation matérielle des élections politiques et du droit électoral précise par circulaires les modalités d’organisation des campagnes électorales. Les services municipaux se saisissent de normes étatiques, législatives, les interprètent et doivent régulièrement rendre compte de leur stricte application aux services de l’État. Ainsi, les différents fonctionnaires territoriaux en charge des élections s’assurent de la légalité des procédures. L’examen des circulaires en place souligne les contours du cadre légal qui vise à arbitrer l’issue des joutes politiques. La procédure fondée sur le respect du code électoral tient compte de la densité spatiale du maillage territorial puisque les documents-cadres envoyés aux municipalités diffèrent selon un seuil fixé à 1 000 habitants comme le montre la figure 1. De cette dichotomie spatiale découle donc des règles différentes de représentation du pouvoir qui tiennent compte de la densité de la maille territoriale française. Selon (Avril, 2007), les assemblées sont élues sur des « bases essentiellement démographiques ». En définitive, comme le mentionne (Bussi, 2006) : les bulletins « sont individuels, mais n’ont de valeur qu’une fois agrégés à d’autres […] chacun est identique au sein du territoire. »

Figure 1

Figure 1

Outils relatifs aux élections municipales et spécificités communales

G. Bailly, T. Louche, source : préfecture de la Sarthe, 2020

Au-delà de ces principes de désignation, l’examen des procès-verbaux des opérations électorales met en lumière la subtilité d’un protocole drastique. Le parcours du votant est balisé de son arrivée dans le bureau jusqu’à sa sortie comme le montre la figure 2.

Figure 2

Figure 2

Cadre règlementaire du déroulement des élections municipales

G. Bailly, T. Louche, ministère de l’Intérieur, 2020c

Le contexte étant posé, il convient d’observer comment ce protocole s’est vu bouleversé par la diffusion de la Covid-19.

Posture gouvernementale et adaptation : un impératif démocratique sous contrainte sanitaire

6Face à la pandémie, le gouvernement s’est positionné afin de revoir les modalités du déroulement du premier tour en imaginant qu’une suite à donner serait possible selon les modalités du calendrier électoral initial. La date du premier tour étant fixée au 15 mars 2020, le dimanche suivant devait logiquement être le point d’orgue de cet évènement de la vie politique locale. Le site Internet du ministère de l’Intérieur rappelle aux électeurs les principes de vote par procuration le 26 février. Est-ce à dire qu’il s’agit là d’anticiper la problématique de la tenue des élections dans un contexte de vague épidémique ? Ce premier tour des élections se déroule dans un contexte particulièrement exceptionnel puisque l’État et la Haute Autorité de Santé (HAS) travaillent de concert. Effectivement, depuis l’arrivée des premiers cas de contamination sur le sol français, la stratégie d’endiguement de la pandémie repose sur la mise en place d’un système selon des stades. Il s’agit de freiner la progression du virus sur le territoire national en fournissant des réponses spatiales et sociales adaptées, selon l’évolution de la diffusion du virus. Pour autant, se pose en parallèle la question du déroulement du premier tour des élections municipales française compte tenu de l’urgence sanitaire (figure 3).

Figure 3

Figure 3

Propagation de la Covid-19 en Pays de la Loire

G. Bailly, T. Louche, source : ARS, 2020 ; ministère de l’Intérieur, 2020b ; Le Monde.fr, 2020

7Ainsi, le 2 mars, le guide des élections municipales est déposé en ligne. Alors même que le virus circule activement dans le pays, l’Association des Maires de France (AMF) milite pour une adaptation des dispositifs électoraux auprès du gouvernement français. Le 5 mars, la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales organise une réunion avec les associations d’élus. La stratégie consiste à freiner la diffusion du virus dans les bureaux de vote. À cette fin, le ministère de l’Intérieur rédige deux circulaires le 9 mars. La première concerne la protection sanitaire des opérations électorales dans le contexte de la Covid-19, la seconde a pour objet l’instruction relative aux modalités d’exercice du droit de vote par procuration. Le 11 mars, le site du ministère de l’Intérieur précise ainsi qu’à la demande de l’AMF des recommandations relatives à l’organisation physique des bureaux de vote vont être adressées aux maires. Puis, le 12 mars, le président de la République s’adresse aux Français en précisant le maintien des élections municipales les 15 et 22 mars 2020. Conséquemment, le 14 mars, à la veille du premier tour, le Premier ministre se prononce solennellement sur la mise en place d’une stratégie de confinement tout en affirmant l’importance du déroulement du premier tour des élections ainsi que son maintien. Sur le terrain, il est désormais question de distance, de prise en compte de la dimension spatiale en lien avec la mise en place d’effets barrières propres au vocabulaire utilisé en analyse spatiale sur le thème de la diffusion (Hagerstrand, 1952, Rogers, 1983). Les directives édictées s’inscrivent dès lors dans l’espace du bureau de vote et ses marges. L’enjeu est clair : limiter la progression du virus, protéger les membres du bureau de vote, les scrutateurs, les électeurs (figure 4).

Figure 4

Figure 4

Déroulement théorique du vote dans un bureau

Source : ministère de l’Intérieur, 2020d

Figure 5

Figure 5

Votes et consignes sanitaires à l’entrée du bureau de vote

Source : ministère de l’Intérieur, 2020d

Une norme en question, entre injonctions et contradictions

8L’organisation de ce premier tour des municipales pose alors questions. Le 14 mars, Édouard Philippe déclare qu’il s’agit au maximum de « s’éviter, de limiter les réunions amicales et familiales, de n’utiliser les transports en commun que pour aller au travail et seulement si votre présence physique au travail est indispensable, de ne sortir de chez soi que pour faire ses courses essentielles, un peu d’exercice. » (Twitter, 2020). Pour autant, la pratique du vote n’est pas prohibée alors même qu’elle implique logiquement un contact rapproché avec des dizaines d’électeurs. À ce titre, l’argumentaire s’appuie sur une caution scientifique, une aide à la décision fondée sur la stricte application des consignes de distanciation et de protection des personnes fragiles, ainsi rappelées dans la semaine. Certes, le modèle théorique semble cohérent sur le papier. Toutefois, l’on peut s’interroger sur la notion d’écart entre modélisation et pratique terrain. Le Premier ministre s’appuie sur le fait que les Français endossent tous leur rôle de citoyen avec calme et civisme. Cette vision stratégique ou optimiste du respect des consignes se heurte cependant au principe de modélisation en sciences sociales : ce modèle en vertu de son caractère exceptionnel n’a jamais été testé sur le terrain et rien ne prouve que tout un chacun se le soit complètement approprié et puisse échapper au caractère rationnel de son application in situ. L’hypothèse même du respect strict des consignes méritait-elle d’être testée dans l’urgence au regard des conséquences théoriques et effectives ?

9Le 18 mars, à 20 h, le Premier ministre indique assumer toutes les conséquences de cette décision à l’aune de critères scientifiques justifiant la décision :

Les scientifiques consultés nous ont dit qu’en respectant les consignes de sécurité elles pouvaient se dérouler sans causer de danger aux électeurs qui allaient voter et aux personnes qui tenaient les bureaux de vote. On ne peut pas, lorsqu’on est un responsable politique dans une démocratie, décider seul la veille ou trois jours avant une élection d’interrompre un processus démocratique.

10Le 15 mars Emmanuel Macron lors de sa prise de parole au Touquet, rassure et indique « être le garant de la santé de nos citoyens, mais également de la vie démocratique de notre pays. Je pense qu’il est important de voter dans ces moments-là en prenant cette discipline, en respectant ces règles parce que je pense qu’il est important de continuer à rester des citoyens dignes, libres. » (Pachou, 2020). Cette décision a engendré des prises de position de l’opposition ainsi que de l’entourage présidentiel. Un proche de l’Élysée souhaitant rester anonyme reconnait d’ailleurs l’impossibilité de renoncer aux élections à quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote : « Il est difficile de reculer. Les scientifiques nous ont dit qu’elles pourraient se tenir. » Un interlocuteur régulier du chef de l’État, souligne « la pression des pour et des contre » dont Emmanuel Macron a été l’objet dans l’optique d’une annulation des élections face à l’émotion d’une certaine frange de l’opposition. Cette hypothèse a été effacée en quelques heures ; « L’ensemble du système politique s’est manifesté, le président était mis en demeure de ne pas annuler ces élections », estime cette source, pour qui, leur maintien était nécessaire pour « l’unité de la nation » (Samson, 2020). Le Parti Socialiste (PS) a aussi réagi dans une tribune du Monde en déclarant n’avoir « jamais été consulté sur le maintien ou le report des élections » (France Info, 2020). C’est devant le Sénat, le 19 mars, qu’Édouard Philippe indique le parfait déroulement du premier tour de scrutin sur le plan technique et sanitaire, conscient de la très forte abstention. Ce dernier argumente sur le bienfondé du maintien de l’exercice démocratique avant d’avoir annulé la veille la tenue du second tour avec la présentation du projet de loi organique d’urgence pour faire face à la pandémie. Les nouvelles dispositions visent d’abord à protéger les populations, à tirer les conséquences de l’impossibilité d’organiser dans de bonnes conditions le second tour des élections municipales :

Qu’aurait-on dit, mesdames et messieurs les sénateurs, si par un décret prit nuitamment la veille d’une élection nous avions annulé le scrutin ou reporté le scrutin alors que le lendemain les français se promenaient dans les parcs et jardins sans avoir pleinement mesurés les contraintes nouvelles ?

11Cette succession de déclarations et l’ajustement des prises de décision témoignent de l’explosion du nombre de cas à l’échelle nationale. Sur le terrain, les décalages entre norme et rapport à la norme soulignent de très vives inquiétudes à l’instar de déclarations d’élus et de nombreux votants. Le maire de Bordeaux se montre rassurant quant au déroulement du premier tour :

Si on respecte toutes ces préconisations, il ne devrait pas y avoir de risque pour aller voter, pas plus que pour aller faire ses courses ou prendre les transports en commun [...] concernant les personnes les plus fragiles, notamment les plus âgées, il est plutôt conseillé de favoriser la procuration. (Bosredon, 2020).

12Cependant, de vives inquiétudes remontent. À Paris, le président d’un bureau de vote du 17e arrondissement souhaitant rester anonyme a annoncé être porteur du virus : « Pourquoi nous a-t-on fait voter ? Combien de présidents de bureau dans mon cas ? Quel responsable nous a fait foncer tête baissée vers le virus ? » (l’Obs, 2020). À Montmagny, dans le Val-d’Oise, trois cas se sont déclarés chez des assesseurs. La municipalité a aussi utilisé les réseaux sociaux pour alerter les électeurs et les inviter à vérifier régulièrement leur température. Romaric Moyon, président de bureau à Melun (Seine-et-Marne) et diagnostiqué positif à la Covid-19 espère « ne pas avoir contaminé trop de monde en tenant [son] bureau de vote dimanche » (Cometti, 2020). Jocelyn Bureau, élu PS de la ville de Saint-Herblain (Loire-Atlantique, 44), qui a tenu un bureau de vote le 15 mars, évoque son anxiété avant, pendant et après le scrutin.

J’ai vraiment eu la sensation d’avoir été envoyé au front sans protection. Si à Paris, les télés ont pu faire de belles images avec des présidents et des assesseurs de bureaux portant masques et gants, je peux vous assurer que nous, en province, nous manquions de gels, de masques, de gants et même de stylos en nombre suffisant. Je faisais tout nettoyer toutes les 30 minutes pour limiter les risques de contamination. On a fait avec les moyens du bord, mais c’était une journée surréaliste au cours de laquelle on se demandait vraiment ce que nous faisions là ! (Denètre, 2020).

13De plus, la question de la mobilisation suffisante des assesseurs se pose également. Si dans sa circulaire, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner demande justement aux maires, de « se rapprocher des candidats afin de recenser d’éventuels suppléants susceptibles d’être présents [...] d’identifier un vivier de conseillers municipaux ou d’électeurs volontaires [...] désignés au plus tard le jeudi 12 mars à 18 h », la crainte est bien réelle et les changements de positionnement actés. Selon cette déclaration anonyme d’un votant, la demande de volontaires s’effectue le jour même du vote dans des conditions d’exercice s’écartant considérablement des préconisations du modèle :

À 20 h, lorsque j’ai fait le dépouillement, pas de gants pour ouvrir les enveloppes. J’ai fait part de mon étonnement et on m’a répondu qu’une circulaire avait interdit les gants parce qu’on risquait de déchirer les bulletins. Seul du gel hydroalcoolique était disponible. S’il y a une plainte, je la signerai. Les élections devraient même être annulées, car tout le monde n’a pas pu aller voter tranquillement, sans risque. Raison suffisante pour tout annuler » (Denètre, op. cit).

14Pis, selon les déclarations d’Edward Mayor (Assesseur dans le 2e arrondissement parisien et numéro 2 sur la liste « Paris Centre » d’Anne Lebreton [Cédric Villani]), le respect des règles d’hygiène n’est plus effectif en fin d’exercice. Après le dépouillement, les équipes se relâchent :

Une fois à la mairie, plus personne ne respectait les gestes barrière ça c’est clair ! Deux semaines après, je me dis qu’il ne fallait pas tenir cette élection, que c’était inconscient, mais c’est facile de dire ça maintenant (Dechir, Dupriez, 2020).

Ces déclarations d’acteurs montrent certains décalages entre le modèle théorique et la pratique et confortent nos observations à Allonnes, Arnage et Coulaines.

15Effectivement, dès le 9 mars, date de parution de la circulaire ministérielle précisant les mesures sanitaires à adopter dans les bureaux de vote, les équipes municipales, garantes du bon déroulement du scrutin, ont dû réagir et adapter leurs dispositifs habituels. Sur les terrains observés, il s’agit pour les maires chargés de l’organisation municipale d’appliquer les directives « issues d’une réunion entre le ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et l’ensemble des associations d’élus ». Le contenu de la circulaire de l’AMF, après un rappel de l’état du droit de la constitution des bureaux de vote, stipule que : « l’organisation matérielle du vote relève de [leur] responsabilité ». Le texte précise à la demande de l’AMF « l’organisation physique des bureaux de vote ». À Allonnes, Arnage, Coulaines, Le Mans, comme dans les 150 bureaux de vote de la Métropole mancelle, les mesures de circonstance sont suivies pour limiter le risque de contamination et ainsi « protéger les membres de bureaux de vote, les scrutateurs et les assesseurs ». Plus précisément, à Allonnes, dès la parution de la circulaire, les fonctionnaires en charge de l’organisation de l’élection, en lien direct avec le Maire et l’élu délégué à l’administration générale et à la population, planifient plusieurs réunions d’information/formation sur les recommandations pour limiter le risque de contamination de l’ensemble des membres des bureaux de vote (présidents, vice-présidents, assesseurs et secrétaires). Dans les huit bureaux de vote allonnais, l’organisation physique du scrutin, finalisée le 13 mars (photo 1), doit permettre simultanément la présence dans chaque bureau de vote de moins de 15 électeurs.

Photo 1

Photo 1

Vote et mesures sanitaires à Allonnes (72)

Crédit Ville d’Allonnes, service communication

16Sur ce terrain, jamais, les membres de la liste, à l’exception d’un président de bureau de vote (âgé de 72 ans) et d’une professionnelle de santé, n’ont émis quelconques réticences à tenir leur bureau de vote dans ce contexte de crise sanitaire. Au cours d’une ultime réunion avec les présidents samedi 14 mars à 12 h, le maire sortant réaffirme le positionnement de chacun et les mesures sanitaires à respecter pour que le premier tour se déroule au mieux (mise en situation spatiale dans un bureau de vote à l’appui). Ce dernier réaffirme également que la campagne a été très propice à la signature des soutiens (plus de 1 500) et que normalement, il n’y aura qu’un seul tour. D’autres élus (la quasi-majorité) sont également certains de passer au premier tour. Les électeurs allonnais (pour la frange qui s’est déplacée) leur donneront raison ! Lors de la proclamation des résultats, une fois le bureau de vote de la mairie dépouillé et les scrutateurs et membres partis, seuls trois représentants de chaque liste ainsi que les administratifs de la mairie restent présents pour vérifier et surveiller la remontée des autres bureaux de vote. Parallèlement, de nombreux allonnais sont présents sur le parvis de la mairie en dehors de toute distanciation sociale préconisée par le gouvernement. À l’annonce des résultats : les scènes de liesse habituelles se succèdent ; cris, embrassades, applaudissements, à l’aube d’une montée en puissance du nombre de contaminations dans l’intégralité du pays.

17Il convient désormais de revenir plus largement sur le contexte politique local des élections dans la communauté urbaine du Mans. Nous mesurerons localement l’explosion de l’abstention à l’échelle municipale (2014-2020), pour nous intéresser à la légitimité effective des listes élues dans un contexte de crise sanitaire extraordinaire.

Le 15 mars 2020, un scrutin habituel dans un contexte extraordinaire, le cas d’une métropole régionale

Cartographie locale de l’abstention

18Au-delà de l’observation de terrain, l’analyse spatiale nous permet de monter en généralité et de livrer des tendances explicatives dans la lignée de nombreux travaux en géographie électorale, qu’ils s’inscrivent à l’échelle nationale (Bussi et al, 2004), (Lévy, 2003), (Ravenel et al, 2003), (Giraut, 2004), ou qu’ils ciblent un terrain spécifique (Rivière 2014).

À l’échelle du Mans métropole, l’exploitation des données électorales met en perspective la pluralité des profils d’électeurs à l’aune des disparités socio spatiales de leur territoire de référence. Schématiquement, sur un axe nord/sud, la CUM est définie par 4 secteurs où l’abstention en 2020 est plus ou moins marquée (carte 1). Au nord et au sud (communes de Saint-Saturnin, La Milesse, Sargé-Les-Le Mans et Mulsanne), le taux d’abstention pour le premier tour des municipales oscille entre 67,36 % à 72,68 %. Le centre du territoire se caractérise par des taux allant de 59,92 % à 67,35 % (communes de La Chapelle Saint Aubin, Coulaines, Le Mans, Rouillon et Arnage). Les deux derniers secteurs se situent à l’ouest et à l’est de la métropole et se caractérisent par des taux d’abstention qui restent malgré tout très importants. Ces derniers sont compris dans un intervalle allant de 37,99 % (soit 1 point au-dessus de la moyenne de 2014 qui constituait déjà un record pour ce type de scrutin) à 59,91 %.

Carte 1

Carte 1

L’abstention au Mans métropole, 15 mars 2020

G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e

19Comme l’illustre la carte 2 (2014-2020), l’abstention s’est nettement renforcée entre 2014 et 2020 dans les communes du nord de la CUM, notamment à Trangé, La Chapelle-Saint-Aubin, Saint-Saturnin, avec une évolution du taux d’abstention supérieure à la moyenne (score allant de 107,90 à 129 %).

Carte 2

Carte 2

Progression de l’abstention dans les municipalités du Mans Métropole (2014-2020)

G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e

20La carte 3 se fonde sur l’usage d’une Analyse en Composante Principale (ACP), une méthodologie mobilisée dans le champ de la géographie électorale, comme en attestent les travaux de (Gana et al, 2012) sur un terrain tunisien. Nous prenons en compte une série de critères sociologiques issus de la base Filosofi INSEE de 2015 que nous croisons avec les résultats de l’abstention (ministère de l’Intérieur, 2020) (figure 6). Il s’agit de mettre en relief la dynamique abstentionniste des habitants de la CUM selon leurs profils sociologiques et économiques. Ainsi, nous pouvons procéder à une différenciation sociale de l’espace urbain du Mans comme l’a justement démontré (Hérin, 1982) sur ce terrain. Une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) est réalisée sur les 4 axes factoriels de l’Analyse en Composante Principale (ACP) et regroupe (82,74 % de l’information). En l’absence de données exhaustives pour l’intégralité des indicateurs, nous avons dû extraire 5 communes du champ d’observation : ces dernières se situent toute à l’ouest du périmètre de la CUM.

Figure 6

Figure 6

Analyse spatiale de l’abstention, communes de la CUM

G. Bailly, T. Louche, mars 2020, source : INSEE, 2015 ; ministère de l’Intérieur, 2020e

Carte 3

Carte 3

Le Mans Métropole, analyse multivariée de l’abstention des habitants de la communauté urbaine, premier tour des élections municipales

G. Bailly, T. Louche, source : INSEE, 2015, ministère de l’Intérieur, 2020e

21La carte 3 illustre des profils communaux bien marqués du point de vue sociologique et géographique : quatre tendances ressortent à l’échelle municipale. Le groupe 1 (Allonnes, Le Mans, Coulaines), qui se compose des communes les plus peuplées de la zone d’études, comprend une majorité de jeunes ouvriers et employés (20-40 ans), principalement locataires avec un faible niveau d’éducation (absence de diplôme, ou équivalent au CAP-BEP). Dans ces municipalités, la mobilisation a été relativement forte. Les communes du deuxième groupe possèdent le même profil, excepté qu’il s’agit là de municipalités périphériques de première couronne dont les habitants ont accédé à la propriété. Cette frange de la population s’est davantage mobilisée dans ces communes. Ce phénomène s’explique sur le terrain par une forte mobilisation des élus et des stratégies de porte-à-porte ciblées visant à mobiliser la base électorale de maires sortants bénéficiant d’une légitimité locale. À titre d’exemple, sur le terrain d’Allonnes, les déclarations de l’équipe municipale confortent certainement ces observations. Ces deux profils tranchent avec les catégories 3 et 4 dont la composition sociale offre des contrastes saisissants avec les deux premières catégories étudiées. Il s’agit cette fois de communes de première couronne majoritairement moins peuplées, dont le niveau de vie est sensiblement plus élevé que dans le reste de la CUM. Si le groupe 3 se compose majoritairement de retraités de plus de 60 ans, d’agriculteurs (Rouillon, Yvré-l’Evêque, Sargé-Les-Le-Mans, La-Chapelle-Saint-Aubin), de locataires s’étant peu mobilisés pour voter, le groupe 4 se différencie du précédent. Ce dernier englobe une majorité de cadres, de professions intermédiaires, d’artisans, de propriétaires ayant un niveau de vie plus élevé que le reste des administrés de la zone étudiée (Saint-Saturnin, La Milesse, Saint-Georges du Bois). L’analyse des résultats des présidentielles de 2017 montre que dans le groupe de communes du nord-ouest dont la population s’est relativement peu mobilisée pour les élections municipales de 2020, le vote Fillon du premier tour s’est reporté au second tour sur les voix La République En Marche (LREM) et Rassemblement National (RN). À ce stade de l’analyse nous ne pouvons pas affirmer qu’une faible mobilisation des électeurs à capital économique et culturel élevé serait liée à une peur de la Covid-19.

22Ce premier niveau d’analyse à l’échelle communale mérite toutefois un approfondissement en prenant pour périmètres les bureaux de vote reconstitués. Il est intéressant de superposer aux données de l’abstention les délimitations des Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) (carte 4). Dans les QPV, le vote abstentionniste est fortement corrélé à l’existence de poches de pauvreté (Bailly, Louche, 2018). Ces différents QPV sont caractérisés par une population au revenu médian inférieur de 60 % par rapport à la moyenne nationale, confortant ainsi les tendances observées à l’échelle nationale.

Carte 4

Carte 4

L’abstention dans la communauté urbaine du Mans au premier tour des élections municipales (échelle communale et infracommunale)

G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e

23Pour aller plus loin, nous avons adjoint aux données de l’abstention les données socio-économiques par Iris de l’INSEE, ventilées par bureaux de vote conformément au protocole exposé par (Beauguitte et Colange, 2013). L’ensemble du périmètre des communes les plus peuplées de l’agglomération a pu être couvert excepté pour la commune de Coulaines (absence de données en raison de la fermeture de certains services administratifs durant le confinement). La figure 7 détaille le protocole méthodologique suivi et les indicateurs retenus.

Figure 7

Figure 7

Analyse spatiale, bureaux de votes des communes les plus peuplées de la CUM (Le Mans, Allonnes, Arnage) premier tour des élections municipales de mars 2020

G. Bailly, T. Louche, source : INSEE, 2016, ministère de l’Intérieur, 2020e

24Les résultats de cette chaîne de traitement multicritères (carte 5) nous permettent de dresser différents constats.

Carte 5

Carte 5

Bureaux de vote, agglomération du Mans (Le Mans, Arnage, Allonnes), analyse multivariée de l’abstention

G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’intérieur 2020e, INSEE, 2016

Nous distinguons plusieurs comportements types. La ville du Mans peut être délimitée en quatre secteurs très marqués par les déterminants sociaux et économiques des électeurs.

25Le groupe 1 est localisé majoritairement au sud de la Sarthe et de la voie ferrée selon un axe ouest-est de la ville du Mans allant de la commune d’Allonnes au quartier des Sablons Est. L’intégralité des QPV appartient à cette catégorie à laquelle il s’agit d’inclure aussi Coulaines. Cette dernière réunit des ouvriers, des employés, des agriculteurs et des professions intermédiaires plutôt en contrat à durée déterminée (CDD) ou en intérim, ayant un faible niveau de diplôme (aucun diplôme CAP/BEP). Ce type d’électeurs s’est peu mobilisé pour aller voter (classe d’âge 25-55 ans). Il s’agit d’une population majoritairement locataire. Le groupe 2 se concentre majoritairement au centre-ville de la commune du Mans et dans les quartiers nord-ouest de la ville (Université, Hôpital). Il se caractérise par la présence d’étudiants, d’artisans, de cadres et professions intellectuelles supérieures locataires de leur bien, la plupart en CDD, ayant un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat. Leur moyenne d’âge est comprise entre 25 et 55 ans. Ces derniers se sont, en moyenne, moins abstenus que le reste de la population pour ce premier tour des élections municipales. Le groupe 3 concentre des populations éparses situées dans les franges nord et sud de la commune du Mans (quartiers de Saint-Georges, les Ardriers, Maillets, Miroir, Batignolles, Le Fouillet, Vauguyon). Il se compose de cadres, de professions intermédiaires en contrat à durée indéterminée (CDI), d’artisans, de commerçants, de chefs d’entreprises de pré retraités et retraités propriétaires. Leur niveau de diplôme est au moins équivalent au baccalauréat. Cette population relativement âgée (59-79 ans) s’est davantage mobilisée pour aller voter que les autres groupes identifiés. Enfin, le groupe 4 se concentre essentiellement à l’est de la ville du Mans et jouxte le QPV des Sablons Est (Bruyères). Sa population se compose de propriétaires possédant de petits pavillons, majoritairement des employés, des professions intermédiaires, des intérimaires et chômeurs ayant un faible niveau de diplôme. Cette population assez paupérisée s’est très peu mobilisée pour aller voter.

26La cartographie des axes 1 et 2 de l’ACP fait ressortir de manière extrêmement saillante la délimitation sociologique qui s’inscrit classiquement dans l’histoire de l’urbanisation de la ville (Garnier, 1942), (Bertrand, Chevalier et al, 2000) marquée par les coupures urbaines de la Sarthe et de la voie ferrée. Pour le parti socialiste (Le Mans Evidemment), le vote se caractérise par des taux exprimés élevés (de 26,3 à 65,65). La liste Divers Gauche (DVG) « Vers le Mans en Commun » et la liste Lutte Ouvrière (LO) concentrent leurs électeurs au Sud-Ouest de la ville (quartiers historiques ouvriers) et sur les quartiers « populaires » (Glonnières Vauguyon, l’Epine, Bellevue et Bords de l’Huisne). La liste « pour le Mans avec Marietta Karamanli » rassemble la quasi-totalité de ses voix dans les quartiers Sud-Est du Mans (Vauguyon, Sablon Est). La base électorale du RN se localise également dans les quartiers sud-est de la ville à proximité des grands ensembles (Glonnières, Sablon Est). Pour les autres partis présents à ce scrutin, le vote écologiste se concentre dans la partie nord de la ville tandis que la Droite et la République en Marche (LREM) se caractérisent par une concentration de leurs électeurs dans les quartiers du centre-ville (carte 6).

Carte 6

Carte 6

Le Mans, scores par listes à l’échelle des bureaux de vote, mars 2020

G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e

27La figure 8 livre un éclairage intéressant sur la dynamique abstentionniste de nos terrains d’étude pour la période 2014-2020. Certes, le contexte de pandémie est exceptionnel. Cependant, il s’avère avant tout un révélateur d’un désintérêt croissant et durable des populations vis-à-vis de l’offre politique locale. À Allonnes, en 2014 l’abstention concerne 46,86 % des électeurs. La légitimité du maire repose alors sur 25,26 % des voix et se fonde sur un score extrêmement serré vis-à-vis de l’opposition. La course à la voix devient un enjeu vital pour le maintien. En 2020, après une stratégie de porte-à-porte poussée à son paroxysme, l’élu sortant conserve sa base électorale. Ce résultat tient également à une dilution des voix de l’opposition qui se répartissent vers deux nouveaux candidats. Le maire sortant voit sa légitimité chuter de 25,26 % à 20,91 % des voix pour une progression de 14,95 % de l’abstention. À Coulaines, le résultat de ce premier tour est tout à fait exceptionnel puisque le maire est élu avec 80,66 % des votes et 67,35 % d’abstention. Cette légitimité électorale repose ainsi sur 24,63 % des inscrits ! Entre 2014 et 2020, la progression de l’abstention s’élève à 63,09 %, d’autant que la Droite est absente de l’arène politique. Le front de Gauche conserve, à peu de voix près, son assise. À Arnage, l’unique liste est élue à 100 % pour un niveau d’abstention de 66,79 % et une légitimité équivalente à 29,84 % des électeurs. Sur ce terrain, l’offre politique concerne la Gauche exclusivement. L’élu PS ouvre sa base au Front de Gauche entre les deux élections. L’abstention progresse de 45,63 %. Concernant la ville centre de l’agglomération, les résultats sont spectaculaires à plus d’un titre. C’est au Mans que l’abstention progresse très fortement de 67,62 % entre 2014 et 2020. Si le rapport de force entre la Gauche et la Droite semblait plus équilibré en 2014, en 2020, la Droite et le Centre n’ont pas réussi à mobiliser les électeurs dont le vote s’est réparti sur les nombreuses listes présentes au premier tour. Au Mans, la grande gagnante de ce suffrage, n’est autre que la liste de l’Union de la Gauche et de Divers Gauche qui recueille 8 357 voix. Si la liste PS récolte en définitive 63,14 % des suffrages, la légitimité effective de ce résultat ne se fonde en réalité que sur 15,94 % des inscrits.

Figure 8

Figure 8

Évolution de l’abstention dans les quatre municipalités les plus peuplées de la communauté urbaine du Mans

G. Bailly, T. Louche, source : Ministère de l’Intérieur, 2014 ; 2020e

28L’abstention a profondément perturbé le processus démocratique des élections municipales qui traditionnellement mobilise plus massivement la population que d’autres élections. Nous souhaitons revenir à présent sur les déclarations des membres de listes issues de la campagne électorale du premier tour des élections municipales de 2020 pour mieux comprendre comment les politiques ont adapté leur discours à la crise sanitaire.

Une campagne électorale perturbée par la pandémie

29L’analyse des articles de la presse écrite s’avère un matériau riche à mobiliser en géographie politique comme l’a justement démontré Brennetot (2010) dans son approche géoéthique de la gouvernance du Grand Paris. Nous avons confronté et analysé les discours des acteurs de la scène politique du Mans, de Coulaines, Arnage et Allonnes en utilisant un langage de programmation et un logiciel libre destiné aux statistiques et à la science des données multidimensionnelles de textes. Nous avons produit une analyse factorielle des correspondances sur un tableau de contingence. Notre corpus se fonde sur plusieurs sources médiatiques (figure 9) répertoriées dans le tableau 1.

Figure 9

Figure 9

Méthodologie de l’analyse multidimensionnelle issue du corpus étudié

G. Bailly, T. Louche (mars, 2020)

Tableau 1

Tableau 1

G. Bailly, T. Louche, sources du corpus consultées en ligne du 9 au 23 mars 2020

30La figure 10 illustre l’enjeu majeur de ce premier tour qui préoccupe les élus (figure 11) : celui d’une faible mobilisation de l’électorat dans un contexte de crise sanitaire avéré.

Figure 10

Figure 10

Un premier tour de campagne municipale 2020 marqué par la crise sanitaire

G. Bailly, T. Louche, 2020

31L’analyse des occurrences principales de notre corpus, le positionnement des variables sur les axes mettent en évidence la teneur des discours et les attitudes variées des responsables politiques (figure 11) durant la période étudiée. 7 groupes d’acteurs peuvent être identifiés (figure 12).

Figure 11

Figure 11

Premier tour des élections municipales de mars 2020 et listes déclarées

Sources : comptes de campagnes, tracts officiels

32Nous distinguons un premier groupe composé de deux listes : « Réveiller Le Mans » et « Ensemble Autr’Mans ». Il est question de l’impact considérable de la crise sanitaire sur l’abstention. Pour la liste « Réveiller Le Mans » il s’agit d’une défaite qui fait écho à un « contexte particulièrement anxiogène ». La faible mobilisation générale de la base électorale à l’échelle locale contribue au dépit des colistiers pourtant prêts à réveiller la ville : « Votre déception est grande, la nôtre immense. L’abstention a été exceptionnellement forte à 64 %, notre électorat a probablement été particulièrement concerné. Le premier tour s’achève sur un score de 15 % des inscrits pour la liste arrivée en tête. Ces résultats interpellent ». Pour autant, il n’est pas question de contester la ligne gouvernementale en remettant en cause la tenue du scrutin. Les remerciements sont adressés aussi aux nombreux bénévoles mobilisés « grâce auxquels notre vie démocratique a pu s’exercer, même imparfaitement ». Pour la liste « ensemble Autr’Mans », grande est la déception dans ce contexte particulier de pandémie : « Je pense que le coronavirus a profondément impacté ces élections. Nous avons ressenti beaucoup de tristesse à la vue des résultats. Ne pas dépasser les 5 %, c’est frustrant [...] La situation actuelle avec le coronavirus qui gèle notre ville, et notre pays... Ce soir c’est un résultat décevant : 36 % de participation seulement ! Le résultat de ce 1er tour des élections ne reflète en rien le souhait du changement annoncé avec ce fort taux d’absentéisme ! »

Figure 12

Figure 12

Discours d’acteurs dans un contexte de pandémie (Le Mans, Arnage, Coulaines et Allonnes)

G. Bailly, T. Louche, 2020

33Un deuxième groupe composé de deux listes concentrent leurs discours sur la nécessité du vote et de l’action politique en dépit des difficultés sanitaires : « Allonnes autrement » et « On avance Ensemble Coulaines 2020 ». À ce titre, la liste « Allonnes autrement » se distingue particulièrement : la Covid-19 devient un véritable argument de campagne. Le slogan affiché en date du 13 mars est clair : « Dimanche 15 mars je vote et je ne laisse pas un virus choisir mon maire ». La tête de cette liste s’appuie sur l’espoir d’une lutte sanitaire efficace mise en œuvre par le gouvernement. Les électeurs sont appelés à se mobiliser fortement, en toute sécurité. Dans ce cadre rassurant, la mobilisation peut donc être effective :

Le renouvèlement de l’équipe municipale est un moment important de la vie démocratique de notre pays. Quelles que soient les circonstances du vote, l’abstention n’est jamais acceptable. Des mesures ont été prises pour garantir aux électeurs un vote en toute sécurité [...] la vigilance ne doit donc pas nous faire céder à la panique. Profitons de ces instants compliqués pour remettre notre système à plat et ainsi en sortir par le haut.

34Les membres de la liste « On Avance Ensemble Coulaines 2020 » s’appuient sur une forte mobilisation lors de meeting pré-électoraux qui se traduit par une victoire à la majorité de l’élu du Parti socialiste (PS) :

Avec 80,66 % des voix dès le premier tour, nous pouvons continuer à avancer ensemble pour Coulaines. […] Au conseil municipal, nous avons 27 élus et la minorité en a 2. À Le Mans métropole, nous avons les 5 sièges. Au travail pour ce nouveau mandat.

35Nous identifions ensuite un triptyque au centre de la figure 12. Ce dernier se compose de la liste « Le Mans évidemment » (PS) qui totalise à elle seule 42,5 %, la liste « Faisons Allonnes Ensemble » (53,79 %) et enfin la liste dénommée « mon parti est Le Mans » (2,14 %). Dans ce groupe, deux listes possèdent un avantage stratégique pour le second tour (Le Mans et Allonnes). Après avoir posé le contexte d’une grave crise sanitaire, le maire sortant du Mans dresse un portrait de la situation politique à l’échelle de la communauté urbaine à l’issue du premier tour. L’allocution se ponctue par un propos rassembleur : « nous sommes au soir de ce premier tour, il faudra donc préparer le deuxième tour. J’ai donc une responsabilité avec la liste que je conduis et qui est arrivée en tête, de rassembler ». Sur le site de la mairie, l’élu leader déclare se consacrer à la gestion de la crise plutôt qu’à la poursuite de la campagne électorale. Cette attitude d’un maire en action peut révéler une stratégie de conquête ultérieure du pouvoir fondée sur le pragmatisme et la prise de hauteur vis-à-vis de l’opposition. Dans un tout autre registre, le discours du maire sortant de la ville d’Allonnes (Parti Communiste Français [PCF]) se veut également rassembleur. La liste « Faisons Allonnes ensemble » figure en tête du premier tour :

On nous juge sur un bilan ! Maintenant des élus des deux listes d’opposition siègeront au conseil municipal, et ils seront pleinement reconnus. Tous ceux qui veulent travailler au service des allonnais sont les bienvenus. Nous le ferons en bonne intelligence, comme nous le faisons déjà […] la campagne a été intense, nous étions tous les jours sur le terrain. La richesse humaine des rencontres en bas d’immeuble et dans les quartiers me restera en mémoire.

36Cette déclaration met en lumière la stratégie électorale de cet élu fondée sur un porte-à-porte proactif. Cette dernière repose à la fois sur l’importance des rencontres et temps d’échange dans les quartiers allonnais pendant la période électorale officielle et sur sa démarche de co-construction de son programme avec l’ensemble des forces vives de sa commune. Le candidat indépendant de la liste : « mon parti est Le Mans » dresse aussi un bilan politique critique distancié d’un système politique à réinventer. Le temps est également aux remerciements et aux combats politiques futurs au-delà des échéances municipales :

Cette prise en otage des municipales au Mans, par une majorité épuisée de divisions, d’une part, cette incapacité des partis à faire émerger une alternative crédible d’autre part, vient vraiment confirmer la fin d’un système que je n’ai cessé de dénoncer et qui a fait la raison d’être de ma candidature [...] il faudra désormais compter avec nous.

37Nous identifions ensuite un groupe de 5 listes dont le champ déclaratif se fonde sur le vocabulaire du rassemblement et des remerciements. Le terme coronavirus, ressort de manière systématique. Ce groupe se distingue par des faibles scores et la reconnaissance du travail effectué par les volontaires mobilisés autour des différents bureaux de vote. À ce titre, la tête de liste « ensemble, poursuivons l’ambition pour Arnage », déclare ainsi conduire une liste de rassemblement « représentative d’Arnage et de ses habitants ». Pour l’ensemble de ce groupe, les commentaires ont trait à la forte abstention et la défense de valeurs humanistes dans la poursuite du processus démocratique après les élections.

38Pour « Le Mans en commun », le discours est assez atypique puisque les électeurs ne s’étant pas déplacés sont félicités de leur attitude :

Nous préférions faire plus, mais nous estimons que ce n’est pas plutôt un score politique, mais plutôt un score dû aux circonstances, des électeurs qu’on ne peut que féliciter de ne pas être allés voter pour maintenir le confinement, voir réduire l’épidémie qui menace les plus fragiles. En voie relative, c’est seulement 13 000 voix que nous avons sur 89 000 inscrits sur les listes électorales, donc c’est un premier tour qui est représentatif de ce qui se passe actuellement avec le coronavirus, c’est très difficile d’en tirer des leçons politiques.

39Il est à noter aussi la présence d’une liste PS dissidente : « pour Le Mans avec Marietta Karamanli » qui réunit 13,25 % des suffrages. Le discours de la députée se fonde sur une bonne mobilisation dans un contexte très spécifique de pandémie : « Alors que nous vivons un moment inédit de mobilisation et d’engagement au service de la lutte contre la pandémie qui nous menace, nous tenons à vous remercier chaleureusement. » L’heure est à la remobilisation des forces pour le second tour en dépit de la faible mobilisation alors commentée. Tout comme le maire de la ville, il est aussi question d’une prise de hauteur dans la joute politique. La tête de liste tire sa légitimité électorale de son statut de députée à l’Assemblée Nationale, forte d’un ancrage local, et d’un rôle endossé à l’échelle nationale. C’est de cette posture et de ce recul politique dont il est question quand il est mentionné sur le site Internet de campagne que « les interventions régulières de l’élue qui, comme députée, alerte, propose et agit comme facilitatrice dans les prises de décision locales et nationales nécessitées par ce contexte […] Nous restons plus que jamais mobilisés pour vous. Restez chez vous, prenez soin de vos proches, et pensez aux soignants, aux forces de l’ordre, à ceux qui travaillent, aux bénévoles, qui sont tous engagés à notre service et pour limiter la propagation du virus ». Pour la liste « choisir l’écologie pour Le Mans », la thématique du coronavirus est centrale. Certes, les résultats effectifs ne sont pas à la hauteur des espoirs escomptés comme l’ensemble des autres listes de ce groupe. Néanmoins, le propos s’ancre sur la nette progression d’Europe Écologie Les Verts (EELV) à l’échelle nationale et la prise de nouveaux fiefs (9,98 % au Mans). Fort de cette dynamique, il est ici plutôt question d’une prise en considération plus large des enjeux sociaux et sanitaires dans une perspective durable :

Ce dimanche électoral s’est déroulé dans un contexte compliqué, où la pandémie pulmonaire a pu faire paraître les élections en quelque sorte secondaires. La santé publique doit en effet aujourd’hui être notre priorité et nous avons d’abord une pensée pour les personnes impactées, directement ou indirectement, par le Coronavirus. Les scores jamais vus au niveau national montrent que l’écologie est devenue incontournable dans le paysage politique.

40En définitive, plusieurs déclarations d’acteurs ne peuvent faire l’objet de regroupements, c’est le cas de la liste RN, LREM et Lutte Ouvrière (LO) qui se distinguent par des postures très tranchées. Avec un positionnement sur l’axe 2 qui se démarque nettement du reste du nuage, les déclarations du leader de la liste (RN) au Mans se distinguent par une récurrence dans le discours de l’usage du terme déception. Cette déception du faible pourcentage de vote pour ladite liste (6,05 %) est imputée au contexte de pandémie, sous fond de polémique liée à la gestion de crise de l’État. Le propos se double d’une inquiétude sécuritaire imputée au futur mandat municipal. La tête de liste déclare :

Je suis très déçu, j’ai vraiment l’impression que ces élections ont été gâchées par le tout catastrophiste du coronavirus et Cie. Je suis déçu parce que nos électeurs ont préféré faire confiance à la notoriété du maire actuel et je pense qu’ils vont déchanter très vite. Je suis déçu parce que ce choix ne va pas améliorer la sécurité et la vie économique de notre belle ville du Mans. Je suis déçu, car c’est aussi un vote de panique. Je suis déçu, car j’ai peur que Le Mans devienne comme Grenoble, une ville ancrée à gauche où le crime augmente et les zones de non-droit se multiplient.

41Les coordonnées excentrées sur l’axe 1 du candidat LO montrent une autre posture politique (0,68 % de votant). L’argumentaire correspond à la ligne directrice du parti ; la pandémie n’est qu’une conséquence d’un modèle économique consumériste en crise qu’il s’agit de combattre :

La société ne peut pas éviter la plongée dans la barbarie en continuant à être guidée par la course au profit des plus riches, qui s’oppose aux intérêts les plus élémentaires de la collectivité. L’épidémie de coronavirus elle-même, que les hommes finiront par maitriser, met en lumière les ravages de l’organisation capitaliste de la société.

42Enfin, la liste LREM du Mans se démarque également par un positionnement marginal sur l’axe 2. Le discours s’inscrit dans la ligne gouvernementale de gestion de crise. Le compte Facebook du candidat relaie les déclarations de la ligne partisane LREM : il est question de mobiliser les électeurs dans le respect des consignes édictées par le gouvernement :

Le discours d’Emmanuel Macron est cohérent et clair. Nous devons être respectueux des consignes données par les autorités. La santé doit rester en tête de nos priorités, il s’agit de protéger notre prochain. Quartier libération, ce matin. J’ai voté. Dans le respect des consignes sanitaires.

43Cette analyse de corpus illustre finement l’adaptation du discours des élus face à la crise. Cependant, la place occupée par la Covid-19 dans les débats peine à masquer une crise politique plus profonde. En dépit d’une offre politique abondante (10 listes sur la seule commune du Mans), la désaffection politique continue de s’accentuer pour une large majorité de la population à l’échelle de la communauté urbaine.

Conclusion

44Nous avons pu souligner à quel point la pandémie avait mis à mal l’organisation démocratique française au cours des élections municipales de 2020. Les allocutions des membres du gouvernement ont donné lieu à la production dans l’urgence de décrets, circulaires, précisant de nouvelles modalités d’organisation du vote adaptées à la hâte sur le terrain. De profonds décalages entre théorie et pratique ont ainsi été observés. Nous avons pu constater une forte augmentation du taux d’abstention entre deux élections municipales corroborant ainsi notre hypothèse initiale d’une faible mobilisation de la population des communes les plus peuplées de la CUM tout comme sur d’autres terrains (Rivière, 2020). Au Mans, l’issue du premier tour a été particulièrement favorable à la liste Union de Gauche et Divers Gauche, alors que les voix du Centre et de la Droite se sont diluées dans de nombreuses listes. Si le PS sort au final vainqueur de cet évènement de la vie politique locale, sa légitimité ne tient seulement qu’à 15,95 % des électeurs. À noter toutefois, sur ces deux terrains une augmentation de l’abstention entre deux élections locales (45,63 % et 63,9 %). À Allonnes, si le maire sortant est réélu sur un score serré, la victoire tient à une campagne de terrain proactive pour conserver la confiance de sa base électorale, pour une légitimé de 20,91 % en 2020 contre 25,26 % en 2014. Les maires sortant des communes de Coulaines et d’Arnage sont élus facilement, sans réelle opposition. Il est à noter une prime au sortant effective dans ces fiefs à l’instar du maire de la ville du Mans ayant dû gérer la crise de la Covid-19 dans l’entre-deux tours. Cependant, sur le plan de la progression de l’abstention entre les deux élections municipales de 2014 et 2020, l’écart le plus significatif concerne la commune-centre du Mans (42,20 % en 2014 pour 73 % en 2020). Les élus locaux se sont ainsi adaptés à ces nouvelles contraintes sanitaires, partagés entre logiques partisanes, stratégies locales, aspirations personnelles. Toutefois, notre seconde hypothèse relative à l’effet de peur lié aux annonces gouvernementales mériterait d’être pleinement corroborée en confrontant les résultats de l’abstention aux déclarations des populations s’étant abstenues. Certes la propagation de la Covid-19 a grandement perturbé le déroulement des élections, cependant, la propagation du virus ne suffit pas à éclipser un croissant désenchantement d’une majorité d’habitant vis-à-vis de l’offre politique locale.

Haut de page

Bibliographie

ARS PAYS DE LA LOIRE, 2020, bulletins d’information Covid, [En ligne], URL, https://www.pays-de-la-loire.ars.sante.fr/coronavirus-actualite-et-conduite-tenir-0, mis en ligne, mars 2020, consulté le 25 mars 2020.

BAILLY, G., LOUCHE T., 2018, « Structuration et refonte des périmètres de la Politique de la Ville au Mans Métropole : normes, effets et conséquences », Espaces citoyens Sciences de l’espace et politique, juin 2018, Avignon, France, [En ligne], http://www.geopoint.space/doc/soumis_art/GP2018_BaillyG-LoucheT_Poster.pdf, mis en ligne le 7 juin 2018, consulté le 26 mars 2020

BEAUGUITTE, L., COLANGE, C., 2013, Analyser les comportements électoraux à l’échelle du bureau de vote, ANR Cartelec, Rouen : mémoire scientifique.

BERTRAND, J-R., CHEVALIER, J., DODIER, R., GASNIER, A., 2000. Le Mans : peut-on changer la ville ?, Paris, Anthropos, collection Villes.

BOSREDON, M., 2020, « Comment le vote de ce dimanche s’organise-t-il avec le coronavirus ? », 20 minutes, [En ligne], URL : https://www.20minutes.fr/municipales/2737595-20200311-video-coronavirus-bordeaux-si-respecte-preconisations-devrait-avoir-risque-aller-voter-assure-maire-nicolas-florian, publié le 11 mars 2020, consulté le 11 mars 2020.

BRACONNIER, C., DORMAGEN, J.-Y., 2014, « Ce que s’abstenir veut dire », Le Monde diplomatique, vol.722, n° 5, p. 3-3.

BRENNETOT, A., 2010, « La gouvernance parisienne, un objet de débat public ? », Médiatisation et enjeux géoéthiques autour du Grand Paris. L’Espace Politique, vol. 10, n° 2010-1. Revue [En ligne] de géographie politique et de géopolitique, [En ligne], URL : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.1521, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 20 avril 2020.

BROUARD, S., GOAR, M., 2020, « Parole présidentielle », [En ligne], URL : https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/parole%20pre%CC%81sidentielle.pdf, publié le 21 mars 2020, consulté le 22 mars 2020.

BUSSI, M., 2006, « L’identité territoriale est-elle indispensable à la démocratie ? », L’Espace géographique, vol.35, n° 4, p. 334-339.

BUSSI, M., 2013, Géocratie, dans Séchet, R., Veschambre, V. (Eds.), Penser et Faire La Géographie Sociale : Contribution à Une Épistémologie de La Géographie Sociale, Géographie Sociale. Presses universitaires de Rennes, Rennes, pp. 63–71.

BUSSI, M., COLANGE, C., GOSSET, J.-P., FOURQUET, J., 2004, « Elections régionales 2004, deuxième tour : Plongée socio-électorale sous la vague rose », Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne], Débats, Elections en France, URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/3359, mis en ligne le 01 avril 2004, consulté le 15 mars 2020,

COMETTI, L., 2020, « Coronavirus : “Si c’était à refaire, je ne ferais pas ce scrutin…”, Des assesseurs positifs au Covid-19 après les municipales », 20 minutes, [En ligne], URL : https://www.20minutes.fr/politique/2747919-20200325-coronavirus-si-refaire-ferai-scrutin-assesseurs-positifs-covid-19-apres-municipales, publié le 25/03/20 à 19 h 20, consulté le 25 avril 2020

DECHIR, S., DUPRIEZ J., 2020, « Les assesseurs des municipales, entre inquiétude et colère », Public Sénat, [En ligne], URL : https://www.publicsenat.fr/article/politique/on-n-avait-pas-le-choix-les-assesseurs-des-municipales-entre-inquietude-et-colere, publié le 26 mars 2020, consulté le 3 avril 2020.

DENETRE, E., 2020, « Covid-19 : ils tenaient des bureaux de vote le 15 mars et ont été contaminés... », Le courrier des maires, [En ligne], URL : http://www.courrierdesmaires.fr/86806/covid-19-ils-tenaient-des-bureaux-de-vote-le-15-mars-et-ont-ete-contamines/, publié le 24/03/2020, consulté le 25 avril 2020.

FOUCAULT, M., 2019, « Les attentes des Français vis-à-vis de leurs maires : proximité et reconduction », [En ligne], URL : https://medias.amf.asso.fr/docs/DOCUMENTS/69dc6104d005b66fe44e062d84ae4c90.pdf, mis en ligne, juillet 2019, consulté le 25 avril 2020.

FRANCEINFO, 2020, « Olivier Faure (PS) : “Nous n’avons jamais été consultés pour le maintien du premier tour des municipales”, [En ligne], URL : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/olivier-faure-ps-nous-n-avons-jamais-ete-consultes-pour-le-maintien-du-premier-tour-des-municipales_3872785.html, mis en ligne le 18 mars 2020, consulté le 20 avril 2020.

GANA, A., HAMME, G. V., REBAH, M. B., 2012, « Géographie électorale et disparités socio-territoriales : les enseignements des élections pour l’assemblée constituante en Tunisie », L’Espace Politique, vol.18, n° 2012-3, Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/2486, mis en ligne le 21 Décembre 2012, consulté le 8 avril 2020.

GARNIER, J., 1942, « Le Mans », Bulletin de l’Association de géographes français, n° 149-150, 19ème année, novembre décembre, p. 117-130 ; [En ligne], URL : doi : https://doi.org/10.3406/bagf.1942.7138, consulté le 25 mars 2020.

GIRAUT, F., 2004, « Le vote extrémiste à l’assaut de nouveaux territoires », L’Espace Géographique, vol. 33, n° 1, pp. 87-91.

GOMBIN, J., 2014, « Contextualiser sans faire de l’espace un facteur autonome. La modélisation multiniveau comme lieu de rencontre entre sociologie et géographie électorales », L’Espace Politique, vol.23, n° 2014-2, Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/3066, mis en ligne le 3 juillet 2014, consulté le 25 mars 2020.

HAGERSTRAND, T. (1953), Innovation Diffusion as a Spatial Process. Traduit par Pred A., 1967, Chicago, University of Chicago Press.

HERIN, M., 1982, Différenciation sociale de l’espace urbain du Mans en 1975. Contrastes et nuances, Norois, vol.113, n° 1, p. 35-51, [En ligne, URL] : https://medias.amf.asso.fr/docs/DOCUMENTS/69dc6104d005b66fe44e062d84ae4c90.pdf, consulté le 25 mars 2020.

INSEE, 2015, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3560121, publié le 1er janvier 2016, consulté le 25 avril 2020.

INSEE, 2016, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/recherche?q=IRIS+infracommunale&debut=0, publié le 22 octobre 2019, consulté le 16 mars 2020.

LE MONDE.FR, 2020, « Coronavirus : 1, 2 et 3... que veulent dire les différents stades de l’épidémie ? », [En ligne], URL : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/05/coronavirus-a-quoi-correspondent-les-trois-stades-du-plan-d-action-contre-l-epidemie_6031948_4355770.html, publié le 05 mars 2020, consulté le 20 mars 2020.

L’OBS., 2020, « Municipales : des assesseurs positifs au coronavirus, une semaine après le premier tour », [En ligne], URL : https://www.nouvelobs.com/elections-municipales-2020/20200323.OBS26449/municipales-des-assesseurs-positifs-au-coronavirus-une-semaine-apres-le-premier-tour.html, publié le 23 mars 2020, consulté le 20 avril 2020.

LEVY, J., 2003, « Vote et gradient d’urbanité », EspacesTemps.net Revue électronique des sciences humaines et sociales ; [En ligne], URL : https://www.espacestemps.net/articles/vote-et-gradient-urbanite/, mis en ligne le 5 juin 2003, consulté le 16 avril 2020.

MUXEL, A., 2007, « L’abstention : déficit démocratique ou vitalité politique ? », Pouvoirs, vol. 120, n° 1, p. 43-55.

MUXEL, A., 2008, « Abstention : défaillance citoyenne ou expression démocratique ? », Cahiers du Conseil constitutionnel, n° 23, p. 1-6.

MUXEL A., 2017, Chapitre 8 - La mobilisation électorale, du décrochage civique à l’abstention record, Perrineau, P., Le vote disruptif. Les élections présidentielle et législatives de 2017. Paris, Presses de Sciences Po, p. 153-174.

MINISTERE DE l’INTERIEUR, 2014, [En ligne], URL : https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/index.html, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 16 mars 2020.

MINISTERE DE l’INTERIEUR, 2020a, [En ligne], URL : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/comprendre-la-covid-19, mis en ligne le 7 octobre 2020, consulté le 16 mars 2020.

MINISTERE DE l’INTERIEUR, 2020b, [En ligne], URL : https://www.gouvernement.fr/partage/11439-coronavirus-ce-qu-il-faut-savoir, mis en ligne le 12 mars 2020, consulté le 16 mars 2020.

MINISTERE DE l’INTERIEUR, 2020c, [En ligne], URL : https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Comment-voter/Fonctionnement-d-un-bureau-de-vote, mis le ligne, février 2020, consulté le 16 mars 2020.

MINISTERE DE l’INTERIEUR, 2020d, circulaire du 9 mars 2020 relative à l’organisation des élections municipales des 15 et 22 mars 2020 en situation d’épidémie de coronavirus COVID-19, Ministère de l’Intérieur, légifrance, [En ligne], URL : https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf/circ?id=44943, mis en ligne le 9 mars 2020, consulté le 20 mars 2020. URL : https://www.legifrance.gouv.fr/circulaire/id/44912, mis en ligne le 9 mars 2020, consulté le 20 mars 2020.

MINISTERE DE l’INTERIEUR, 2020e, [En ligne], URL : https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020/(path)/municipales-2020/index.html, mis en ligne 15 mars 2020, consulté le 16 mars 2020.

PACHOUD, J., 2020, « participation en forte baisse sur fond de craintes de contagion du coronavirus » [WWW Document], France 24, [En ligne], URL : https://www.france24.com/fr/20200315-municipales-2020-la-france-ouvre-ses-bureaux-de-vote-malgré-le-coronavirus, publié le 15 mars 2020, consulté le 20 mars 2020.

PREFECTURE DE LA SARTHE, 2020 : [En ligne], URL : http://www.sarthe.gouv.fr/IMG/pdf/guide_municipales2020_1000_publie.pdf, publié le 9 mars 2020, consulté le 16 mars 2020.

RAVENEL, L., BULEON, P., FOURQUET, J., 2003, « Vote et gradient d’urbanité : les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002 », Espace Populations Sociétés, vol. 21, n° 3, p. 469-482.

RIVIERE, J., 2014, « Le Neuilly caennais en campagne municipale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 204, n° 4, p. 24-45.

RIVIERE, J., 2020 : « Municipales 2020 à Nantes : un premier tour anxiogène avant confinement », Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], ISSN : 2020, URL : http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=405, DOI : en attente, en cours, mis à jour le 23 mars 2020, consulté le 25 mars 2020.

ROGERS., 1995, Diffusion of innovations, New-York, Free Press, Macmillan Publishing Co, fouth edition (1er ed. 1962).

ROSIERE, S., 2017, Dix ans de L’Espace politique. Géographie politique et géopolitique en question. L’Espace Politique, vol.32, n° 2017-2, Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, [En ligne], URL : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4327, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 20 mars 2020.

SAMSON, T., 2020, « Coronavirus : Edouard Philippe annonce la fermeture de tous les lieux publics « non indispensables » », le Monde.fr avec AFP [En ligne], URL : https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/14/edouard-philippe-annonce-la-fermeture-de-tous-les-lieux-publics-non-indispensables_6033110_823448.html, publié le 14 mars 2020, consulté le 20 mars 2020.

SANGUIN, A.-L., 2013, « Résurgence institutionnelle et avenir de la géographie politique en France depuis les années 1970 », L’Espace Politique,, vol.23, n° 2013-3, Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique [En ligne], URL : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.2773, mis en ligne, le 19 novembre 2013, consulté le 20 mars 2020.

TWITTER, 2020, « Edouard Philippe sur Twitter, (2020), : “Nous devons éviter au maximum de se rassembler, limiter les réunions amicales et familiales, n’utiliser les transports en commun que pour le travail, et seulement si la présence physique est indispensable, ne sortir que pour ses courses essentielles, un peu d’exercice ou voter. https://t.co/KSaY6Jmmf3” / Twitter », [En ligne], URL : https://twitter.com/ephilippepm/status/1238914829940920321, mis en ligne le 14 mars 2020, consulté le 20 mars 2020.

VIGNON, S., 2013, « Un scrutin de « proximité » toujours participationniste ? », Savoir/Agir, vol.25, n° 3, p. 13-22.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Outils relatifs aux élections municipales et spécificités communales
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : préfecture de la Sarthe, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-1.png
Fichier image/png, 379k
Titre Figure 2
Légende Cadre règlementaire du déroulement des élections municipales
Crédits G. Bailly, T. Louche, ministère de l’Intérieur, 2020c
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-2.png
Fichier image/png, 465k
Titre Figure 3
Légende Propagation de la Covid-19 en Pays de la Loire
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : ARS, 2020 ; ministère de l’Intérieur, 2020b ; Le Monde.fr, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-3.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 4
Légende Déroulement théorique du vote dans un bureau
Crédits Source : ministère de l’Intérieur, 2020d
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-4.png
Fichier image/png, 542k
Titre Figure 5
Légende Votes et consignes sanitaires à l’entrée du bureau de vote
Crédits Source : ministère de l’Intérieur, 2020d
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-5.png
Fichier image/png, 533k
Titre Photo 1
Légende Vote et mesures sanitaires à Allonnes (72)
Crédits Crédit Ville d’Allonnes, service communication
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-6.png
Fichier image/png, 937k
Titre Carte 1
Légende L’abstention au Mans métropole, 15 mars 2020
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-7.png
Fichier image/png, 191k
Titre Carte 2
Légende Progression de l’abstention dans les municipalités du Mans Métropole (2014-2020)
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-8.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 6
Légende Analyse spatiale de l’abstention, communes de la CUM
Crédits G. Bailly, T. Louche, mars 2020, source : INSEE, 2015 ; ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-9.png
Fichier image/png, 208k
Titre Carte 3
Légende Le Mans Métropole, analyse multivariée de l’abstention des habitants de la communauté urbaine, premier tour des élections municipales
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : INSEE, 2015, ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-10.png
Fichier image/png, 305k
Titre Carte 4
Légende L’abstention dans la communauté urbaine du Mans au premier tour des élections municipales (échelle communale et infracommunale)
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-11.png
Fichier image/png, 157k
Titre Figure 7
Légende Analyse spatiale, bureaux de votes des communes les plus peuplées de la CUM (Le Mans, Allonnes, Arnage) premier tour des élections municipales de mars 2020
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : INSEE, 2016, ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-12.png
Fichier image/png, 332k
Titre Carte 5
Légende Bureaux de vote, agglomération du Mans (Le Mans, Arnage, Allonnes), analyse multivariée de l’abstention
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’intérieur 2020e, INSEE, 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-13.png
Fichier image/png, 296k
Titre Carte 6
Légende Le Mans, scores par listes à l’échelle des bureaux de vote, mars 2020
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : ministère de l’Intérieur, 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-14.png
Fichier image/png, 481k
Titre Figure 8
Légende Évolution de l’abstention dans les quatre municipalités les plus peuplées de la communauté urbaine du Mans
Crédits G. Bailly, T. Louche, source : Ministère de l’Intérieur, 2014 ; 2020e
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-15.png
Fichier image/png, 487k
Titre Figure 9
Légende Méthodologie de l’analyse multidimensionnelle issue du corpus étudié
Crédits G. Bailly, T. Louche (mars, 2020)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-16.png
Fichier image/png, 306k
Titre Tableau 1
Crédits G. Bailly, T. Louche, sources du corpus consultées en ligne du 9 au 23 mars 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-17.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 10
Légende Un premier tour de campagne municipale 2020 marqué par la crise sanitaire
Crédits G. Bailly, T. Louche, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-18.png
Fichier image/png, 292k
Titre Figure 11
Légende Premier tour des élections municipales de mars 2020 et listes déclarées
Crédits Sources : comptes de campagnes, tracts officiels
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-19.png
Fichier image/png, 926k
Titre Figure 12
Légende Discours d’acteurs dans un contexte de pandémie (Le Mans, Arnage, Coulaines et Allonnes)
Crédits G. Bailly, T. Louche, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8715/img-20.png
Fichier image/png, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Bailly et Thomas Louche, « Élections municipales françaises dans un contexte de pandémie mondiale : un niveau d’abstention élevé dans l’agglomération mancelle », L’Espace Politique [En ligne], 41 | 2020-2, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.8715

Haut de page

Auteurs

Guillaume Bailly

Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme Laboratoire ESO Le Mans, Le Mans Université
guillaume.bailly@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Thomas Louche

Enseignant-chercheur associé, UMR 6590, Le Mans Université. Laboratoire ESO Le Mans, Le Mans université
thomas.louche@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search