Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaLe cas du Jersey international Fi...

Varia

Le cas du Jersey international Finance Center, un révélateur des tensions dans un paradis fiscal insulaire : essai d’analyse géopolitique locale

The case of the Jersey International Finance Center, an indicator of tensions in an insular tax haven : an attempt at local geopolitical analysis
Pauline Leroux

Résumés

À Jersey, le développement du secteur des finances dans la seconde moitié du XXe siècle est couplé à une crise de l’agriculture et du tourisme. Ces mutations fonctionnelles participent à la construction d’un espace insulaire sous haute-tension, comme en témoigne le nombre croissant de manifestations sur l’île. Les acteurs publics, privés et ceux de la société civile se partagent l’espace et ne font pas tous la même lecture du territoire. Ces acteurs aux avis divergents sont regroupés sur un territoire de 116 km², ce qui fait de l’île un condensé de l’expression d’une confrontation géopolitique locale. Depuis 2015, la construction d’un centre financier, le Jersey International Finance Center, cristallise ces tensions liées aux différentes perceptions de l’hyperspécialisation financière de l’île. Une lecture du conflit peut se faire à l’aide des outils de la géopolitique locale, qui permettent de souligner la divergence des intérêts des différents acteurs sur l’île et leurs conséquences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À Jersey, le développement du secteur des finances dans la seconde moitié du XXe siècle est couplé à une crise de l’agriculture et du tourisme, deux activités historiques de l’île. L’activité financière semble avoir pris une place telle qu’elle serait en partie liée à ces crises (Fleury, 2006). En effet, le succès de Jersey en tant que place financière mondiale a contribué à étouffer le tourisme traditionnel en faisant augmenter le coût de l’immobilier. De nombreux hôtels sont aujourd’hui devenus des banques, sorte de métaphore spatiale de la récession de l’activité touristique au profit de l’activité financière. Le nombre croissant d’employés dans la finance et son emprise spatiale ne favorisent pas l’agriculture, secteur dont la crise n’est pas seulement économique, mais participe aussi d’une crise identitaire. L’identité paysagère propre à l’île est d’ailleurs associée au vocable agricole dans l’esprit des habitants. Ces nouvelles dynamiques entraînent des mutations paysagères, parmi lesquelles l’une est particulièrement remarquable. C’est celle qui est portée par le développement du secteur financier dans la capitale St-Hélier, la « city miniature » (Fleury, 2011). Ces mutations soulèvent des tensions. En 1970, Jean Ginier parle d’une « dualité du visage de l’île » (Ginier, 1970). Transposé de nos jours, ce constat souligne un clivage entre deux représentations opposées, voire contradictoires. Il y a d’un côté l’idée d’une tradition, d’un lien à la terre et au local, et d’un autre côté l’implantation d’un élément moderne, global et exogène, qui a une dimension « hors-sol » (flux financiers, trust, compagnies immatriculées). Ces représentations diffèrent selon les acteurs et leurs intérêts.

  • 1 Il s’agit du Lieutenant-gouverneur (représentant de la Couronne), du doyen de l’Église anglicane (t (...)

2Jersey s’étend sur 116 km² et se situe dans le golfe normand-breton, à 22 kilomètres de la péninsule du Cotentin (figure 1). L’île a son propre gouvernement, les États de Jersey (States of Jersey). Elle est également autonome du point de vue juridique et fiscal. En effet, les îles anglo-normandes sont une dépendance de la couronne britannique mais ne font pas partie du Royaume-Uni, excepté dans les domaines de la représentation internationale et de la défense. Les États sont composés 49 membres élus : 8 sénateurs, 12 connétables (fonction de maire de chaque paroisse), et 29 députés. Les autres membres ne peuvent pas voter1. La Chambre des États de Jersey débat et modifie les lois et les règlements. Le pouvoir exécutif est exercé par le Premier Ministre et les neuf ministres, élus parmi les membres des États de Jersey et formant le Conseil des ministres.

  • 2 Contrat spécifique au droit anglo-saxon qui permet à un individu (« constituant » ou « fiduciant ») (...)

3C’est une île peu étudiée par les géographes. Depuis 2003, la seule thèse parue sur Jersey est celle qu’a soutenu Christian Fleury (2006). Nombreux sont les auteurs qui définissent Jersey comme un « paradis fiscal » (Chavagneux, Palan et Murphy, 2010 ; Christensen, 2013 ; Shaxson, 2011). L’île est principalement reconnue dans la gestion de trusts2 ainsi que dans le domaine de l’expertise financière. C’est tout un arsenal juridique qui promeut l’activité financière. Dès 1984, les États de Jersey ont fourni à la gestion de trust un dispositif légal spécifique, qui a permis le développement de cette pratique financière. Il n’existe pas de registre, donc ces trusts prennent la forme de nébuleuses. On ne peut pas connaître leur nombre, ni le montant des capitaux qu’ils génèrent. Dans le Financial Services Policy Framework (Cadre de politique des services financiers) datant d’avril 2014 sont rappelés les avantages fiscaux proposés par Jersey : Le taux général du régime d’impôts sur les sociétés est de 0 %, et il est de 10 % pour les entreprises de services financiers. L’impôt sur le revenu est limité à 20 %. Il n’y a pas d’impôt sur la fortune. Parmi les sept caractéristiques que Nicholas Shaxson retient pour identifier un paradis fiscal, l’un concerne bien l’offre d’une fiscalité très faible voire nulle (Shaxson, 2012). Enfin, dans un registre plus opaque, on peut évoquer les montages financiers qui bénéficient aux investisseurs. Ils donnent la possibilité d’échapper parfois totalement, parfois en grande partie à la taxe. Comme l’évoque Christian Chavagneux, « En dépit de leur rôle clé dans la mondialisation, les paradis fiscaux restent un sujet peu analysé ». L’actualité de la question des paradis fiscaux dans la recherche semble essentiellement se formuler à travers les enjeux économiques, puis géopolitiques, à l’échelle globale. Elle est traitée par un nombre restreint de géographes. Les rares sources privilégient une approche globale (Piolet, 2013 ; Sainteville, 2011). Au regard de ces dernières, cette étude tente d’aborder les questions géopolitiques à une échelle plus locale. Comme le souligne Philippe Subra, « Associer les mots “géopolitique” et “local” ne va pas de soi » (Subra, 2016). Alors que « géopolitique », au sens des rivalités de pouvoir sur les territoires (Lacoste, 2003) évoque les conflits internationaux, le mot « local » renvoie à la question de la gouvernance territoriale. Pourtant, les conflits d’aménagement se sont multipliés autour des projets d’infrastructures. Il s’agit de conflits géopolitiques, car leur enjeu est l’usage donc le contrôle de territoires.

4C’est principalement autour des représentations que le conflit suscité par la construction du Jersey International Finance Center (JIFC) est analysé. Les représentations sont des idées qui permettent à un acteur de se représenter la réalité ou de la donner à voir aux autres acteurs et à l’opinion publique (Subra, 2016). Ce projet cristallise les tensions liées à la financiarisation de l’île. Il est question de comprendre quels projets servent les représentations, et la manière dont elles cherchent à s’imposer. Il est question de l’analyse des « rivalités géopolitiques » et donc d’une situation durable de conflit d’intérêt de faible intensité entre des acteurs, qui forme la toile de fond de leur relation.

Figure 

Figure 

Les îles anglo-normandes au sein du golfe normand-breton

Source et réalisation : Fleury Christian, 2020

5Ces modifications se traduisent par le renouveau des centres-villes en concentrant les investissements dans quelques zones sélectionnées, à l’Esplanade dans le cas de Jersey. De telles politiques urbaines amplifient la fragmentation socio-spatiale des villes. Cette étude traite également des modifications paysagères induites par la financiarisation de l’île, avec une modernisation et une verticalisation du bâti. Enfin, elle se concentre sur la question des conflits d’intérêt et de l’ingérence de l’État dans le secteur privé. Plus généralement, l’étude du JIFC permet de produire une analyse par le biais des outils de la géopolitique locale.

  • 3 Issu de mon mémoire de Master 1 de géographie « Enjeux géopolitiques d’un paradis fiscal insulaire  (...)

6Cet article3 s’appuie principalement sur des techniques d’observation ainsi qu’un questionnaire dont le nombre de réponses (42) a servi à une première approche de la manière dont sont perçues les problématiques de l’île par les habitants. En outre, 11 entretiens ont été menés. Deux grands types d’acteurs ont été interviewés : les défenseurs du secteur de la finance sur l’île et ceux qui s’opposent à son hégémonie (membres des États, entrepreneurs, société civile, associations). L’article se base également sur des sources de seconde main : les principaux organes de la presse locale et des réseaux sociaux (Facebook, Blogspot, Tweeter) ont été mobilisés, de même que les contenus des sites officiels (États, associations, entreprises). Les informations collectées permettent de s’intéresser aux perceptions et ressentis des acteurs, dont le propos constitue un témoignage à une époque donnée. L’accès aux documents, écrits comme iconographiques, a permis de comprendre la manière dont le discours est construit, les enjeux qu’il sous-tend, ainsi que d’analyser les stratégies de promotion.

Le Jersey International Finance Center (JIFC) : un projet « pro finance »

Un projet récent qui participe à la construction d’un hub financier sur le front de mer de St-Hélier

7La construction du JIFC, situé sur le front de mer de St-Hélier, a débuté en 2015. Ce projet est lié au statut de centre offshore de l’île. Les promoteurs souhaitent construire un hub de classe mondiale dans le domaine des affaires. La zone a muté au cours des deux cents dernières années, passant de dunes de sable au centre financier qu’elle est aujourd’hui. Les anciens bâtiments ont été remplacés par de nouveaux dans un style moderne et le visage de l’Esplanade, une des rues du centre de la capitale, a complètement changé de caractère. Une fois terminé, le JIFC sera composé de six blocs de bureaux sur une surface totale 43 665 m2, comprenant un parking public multi-étagé de 520 places. Le total du profit estimé est de 95 millions de livres. Le développeur du projet est la Jersey development company (JDC), compagnie des États de Jersey créée en 2011. Chaque initiative que la JDC entreprend est dirigée par le gouvernement. L’ensemble des bâtiments est conçu par une équipe primée d’architectes et de paysagistes, MJP Architects. À terme, c’est plus de 50 % du JIFC qui deviendra un espace public avec un parc (figure 2). Le JIFC constitue une nouvelle extension du district d’affaires central existant et est une vitrine à l’étranger, reflet de l’identité de l’industrie principale de l’île. Ce projet s’inscrit dans une dynamique plus large, qui est la construction d’un hub financier, lancée dès les années 2008, sous l’appellation d’un « Plan directeur du quartier de l’Esplanade » avec Liberty Wharf. Il s’agit d’un site de 3,71 hectares et de l’un des plus importants projets de restauration effectués sur l’île ces dernières années.

Figure 2

Figure 2

Aperçu en trois dimensions du futur centre financier de Jersey

Source : MJP Architects, décembre 2016

Un projet aux enjeux économiques, politiques, stratégiques et symboliques

8Les enjeux qui gravitent autour du projet sont de différentes natures : économiques, stratégiques, politiques et symboliques. Ils placent les différents acteurs en compétition les uns avec les autres. Ces différents enjeux sont liés entre eux dans la réalité. Les aborder par le biais d’une approche multi-scalaire permettrait de mettre en avant les logiques principales du litige. Cependant, ne pouvant pas réellement distinguer échelle locale et nationale, nous présenterons les enjeux en fonction de leur nature. En effet, la taille de l’île (116 km2) ainsi que son nombre d’habitants (estimé à 106 800 en 2018) ne permettent pas de distinguer ces échelles. Premièrement, il y a différents enjeux économiques. À l’échelle locale, le JIFC doit amener des retombées financières. En mai 2015, le ministre du Trésor et des Ressources a chargé les fonctionnaires d’obtenir une évaluation indépendante du JIFC, qui a révélé que la valeur globale estimée du développement serait de 332 millions de livres. Les coûts de développement étant estimés à 237 millions de livres, le bénéfice serait de 95 millions de livres. Le fait d’attirer des entreprises permet de renouveler l’offre des emplois dans la finance, qui sont précieux pour les habitants de l’île. En outre, les retombées financières permettraient de gérer les services publics. À l’international, le projet vise à se lier économiquement avec les grandes places financières et entreprises étrangères. C’est le cas d’Union de banques suisses (UBS) qui est la plus grande banque de gestion de fortune dans le monde et qui est présente dans plus de 50 pays. En 2015, la société a annoncé vouloir louer un bail pour plus de 1 500 m2.

9Les enjeux ne sont pas seulement économiques, mais ils sont également stratégiques et politiques. À l’échelle locale, le fait que l’État s’approprie cette partie de l’espace par le biais de la JDC représente un surcroît de pouvoir étendant sa souveraineté plutôt que de confier la construction à des développeurs privés. En outre, s’investir dans le projet permet de continuer à bénéficier du vote d’une bonne partie des habitants, c’est-à-dire des personnes travaillant dans les banques, cabinets d’avocats et toutes autres affaires en lien avec l’activité financière. À l’international, il s’agit d’un acte stratégique visant à se faire une place au sein d’une activité concurrentielle dans un contexte de montée en puissance de l’affirmation de certains pays, notamment les pays asiatiques. En effet, parmi les 30 premières places financières dans le monde, on compte Singapour, Hong-Kong, Shanghai, Pékin, Shenzhen. Se prononcer en faveur du développement du JIFC est un acte politique qui permet de continuer à attirer les investisseurs en les rassurant sur les avantages qu’ils en tireront. Selon le Global financial centres index (GFCI) de Mars 2020, Jersey se situe à la 49ème place sur 108. La construction d’un tel centre peut lui permettre d’améliorer sa position dans le classement. En effet, ce dernier est établi selon cinq indices principaux qui forment des « domaines clés » dont fait partie la catégorie « infrastructures ». Finalement, construire un centre financier permet d’affirmer son indépendance, notamment vis-à-vis du Royaume-Uni. En tant que pays-tiers, Jersey a généralement accès au marché de l’Union européenne (UE) par ses propres accords bilatéraux qui sont indépendants des relations du Royaume-Uni avec l’UE. Ainsi, en cas de litiges entre le Royaume-Uni et les autres pays membres de l’UE, la construction du JIFC permettrait à Jersey de montrer à l’étranger une forme d’indépendance vis-à-vis de Londres.

10Les enjeux soulevés par la construction du centre financier sont enfin de nature symbolique. À l’échelle locale, il s’agit d’ancrer spatialement l’activité financière. Le regroupement de ces bâtiments dans un espace limité a un fort impact visuel. L’Esplanade est une rue « vitrine » de la prospérité de l’île. Le centre financier devient un « symbole », « une réalité matérielle […] qui communique quelque chose d’immatériel » (Monnet, 1998), ici des bâtiments qui renvoient à l’idée de pouvoir (Marcuse, 1997). Les matériaux utilisés dans la construction des « blocs » du JIFC nous évoquent la symbolique du modernisme, marqueur d’une réussite économique. Finalement, ces constructions représentent aussi bien un investissement économique qu’une démonstration du pouvoir. Le JIFC est également l’incarnation des mutations socio-économiques et politiques de l’île au tournant du XXIe siècle. La construction des différents blocs souligne la concentration des activités financières dans le quartier et participent à une transformation sociale importante (figure 3). Cet aspect symbolique se joue aussi bien à l’échelle locale qu’à l’échelle globale. Le JIFC est présenté lors des manifestations dans différents pays partenaires, et on peut donc parler d’un rayonnement de Jersey à l’étranger dans le domaine financier. Il s’agit d’une manière de se vendre au travers des constructions réalisées. Le cabinet d’architectes qui a travaillé sur le centre financier, MJP, est connu à l’international. Leurs clients viennent de Londres, Oxford, Cambridge, mais aussi Shanghai, Bangkok, ou Guangzhou. L’érection de ce centre financier participe donc au combat que se livrent les places financières afin d’être à la pointe de la modernité. L’image du territoire est un enjeu important car elle conditionne la capacité à attirer les entreprises, comme en témoigne le classement effectué par le GFCI.

Figure 3

Figure 3

La rue de l’Esplanade à Saint-Hélier : un « haut-lieu » de la finance qui polarise diverses organisations liées à l’activité principale de l’île

Source et réalisation : Leroux Pauline, novembre 2020

Un projet controversé

11Le centre financier en construction se heurte à de nombreuses oppositions. Pour en faciliter la compréhension, les principales questions sont classées en trois catégories : celles d’ordre privé-public, celles autour de l’utilité et de l’impact de la construction du centre, et enfin celles d’aménagement que la construction engendre. Elles permettent de saisir les principales préoccupations qui rythment le débat.

12Concernant les questions d’ordre privé-public, c’est la JDC qui développe ces biens immobiliers, et qui doit donc faire du profit. Une question récurrente à ce propos est « pourquoi ne pas laisser un développeur privé le faire ? ». La limite floue entre privé et public inquiète en effet les habitants, notamment le fait que certains membres du gouvernement aient des intérêts dans la construction de ces nouveaux bâtiments. À cette question, la JDC répond que son but est de gérer et de développer des biens au nom de Jersey afin de garder une forme de contrôle sur les espaces publics. Elle peut développer des espaces communautaires qui résisteront à l’épreuve du temps, ce que les promoteurs privés ont moins l’obligation de faire d’après-elle. Les Jersiais se demandent s’il n’existe pas d’autres façons de dépenser l’argent public. En outre, c’est la question des conflits d’intérêts qui est soulevée. À cet égard, Nicola Palios, présidente de JDC, et donc étroitement associé à la mise en œuvre du projet de développement du JIFC, est aussi ancienne présidente de Mourants (cabinet juridique offshore). Elle est actuellement directrice à Sanne, (un des principaux fournisseurs mondiaux de services de gestion de fonds et d’entreprises) qui loue la moitié du bâtiment 5 du JIFC. Avec ce cumul de mandat, les détracteurs questionnent la protection de l’intérêt public.

13D’autres questions concernent la nécessité de ce centre financier, voire son utilité. Les habitants se demandent notamment pourquoi cet espace doit être dédié à la finance. JDC explique que les tenants de l’industrie financière locale ont indiqué que de nouveaux locaux étaient nécessaires pour qu’ils se développent. L’industrie financière représentant environ 50 % du total des recettes fiscales à Jersey, il parait indispensable de la soutenir. D’après l’organe de statistique du gouvernement (Statistic Unit), en 2011, 25 % de la population active travaille dans le secteur de la finance et des activités juridiques. On parle donc de plus de 20 000 personnes. Dans ces arguments de défense, on retrouve l’idée d’un « cercle vicieux » en ce qui concerne le secteur financier sur l’île : maintenant qu’il emploie bon nombre de locaux et que ses retombées sont importantes, il parait difficile, voire impossible, de s’en passer. C’est également la notion de risque qui revient. Les risques ne sont pas seulement financiers, mais aussi environnementaux ; les impacts de la construction inquiètent. Les militants écologistes dénoncent les agissements de JDC sur leur blog.

  • 4 Unité administrative de base sur l’île.

14Enfin, la construction pose des questions d’aménagement. Certains habitants se demandent en quoi la construction de bureaux est nécessaire alors que le centre-ville regorge de bureaux vides. La JDC répond qu’il y a actuellement 1 390 m2 d’espace de bureau de catégorie À disponibles à Jersey, répartis sur 4 bâtiments : le taux d’inoccupation pour ce type d’hébergement est inférieur à 1 %. Cela signifie qu’il n’y a nulle part où les entreprises locales existantes peuvent se développer et que les nouvelles entreprises qui envisagent de déménager à Jersey ont très peu de choix, ce qui met la concurrence à mal. Cet espace vide conviendrait aux petites entreprises qui constituent une partie dynamique du monde des affaires à Jersey ou pourraient servir d’espaces résidentiels. Une autre question porte sur les dynamiques spatiales. Si tous les bureaux sont concentrés à l’Esplanade, cela ne peut-il pas se faire aux dépens des autres parties de la ville ? Les entreprises ont migré vers l’Esplanade depuis les années 1990. C’est l’un des quartiers de la ville qui offre l’espace nécessaire aux grandes sociétés financières internationales. Pour JDC, le fait de regrouper les bureaux peut créer un St-Hélier plus dynamique et résoudre certains des problèmes que connait l’île en matière de logement. Cela est discutable, et comme le soulignent certains, une autre trajectoire est envisageable : une concentration des activités financières et des services qu’elle fait naître dans un coin de l’île, et la « mort » d’autres paroisses4, déjà « exclues » pour certaines. Pour finir, certains se demandent ce qu’il adviendrait si le centre n’était pas construit. À cet égard, la réponse de la JDC est éloquente. Si les entreprises choisissent d’autres juridictions que Jersey, cela limitera les recettes fiscales, ce qui pourrait à terme provoquer une augmentation des taxes. Cela donne l’impression que la série d’éléments présentés laisse peu de choix : il parait inconcevable de ne pas construire ce centre car il pourrait amener à une réduction des recettes liées à la finance qui représentent plus de 50 % du produit intérieur brut (PIB) de l’île. Ici revient l’idée du « cercle vicieux ». Ces acteurs ont donc des perceptions contradictoires du projet dont la construction a déjà commencé.

Des acteurs aux représentations et intérêts divers et contradictoires

15Les protagonistes impliqués dans le différend autour de la construction du JIFC en ont des représentations qui leur sont propres. Ce sont leurs intérêts respectifs qui participent à déterminer les différentes positions adoptées. Ainsi, certains d’entre eux développent des revendications qui peuvent s’opposer à celles d’autres acteurs. Sur la scène géopolitique locale, on peut dire que toute personne morale ou physique qui agit ou est susceptible de le faire est un acteur. S’agissant d’une île, il est difficile les présenter les acteurs selon une structure à échelles. On décide donc les présenter selon la lecture qu’ils font de l’espace sur lequel est construit le JIFC. Il peut être vu comme une ressource, un marché ou un espace de compétition, comme un lieu de résidence ou un patrimoine. Certains acteurs peuvent également en faire une lecture environnementaliste. La classification par type de « lecture » du territoire peut paraitre quelque peu arbitraire et réductrice, car un acteur ne fait pas une unique lecture du territoire. Elle a néanmoins le mérite de présenter les principaux enjeux. 

Les acteurs qui envisagent l’espace comme une ressource et un marché

16Le conseil d’administration de Jersey Finance, le principal lobby de la finance sur l’île, est le premier soutien de la construction du JIFC. Robert Christensen, un membre éminent de Jersey Finance, souhaite créer un centre financier semblable à celui de Wall Street. Il explique que le fait de centraliser les activités financières en créant un hub financier permet d’accroître le rendement des activités. Si les entreprises locales sont relocalisées dans le centre financier, cela permettrait aux États de Jersey de revitaliser St-Hélier en réaménageant les locaux vacants. Pour les membres de Jersey Finance, la construction du site est donc un point positif car elle renforce l’hégémonie de l’activité sur l’île. L’espace est vu comme une ressource car la présence du centre permettra au lobby de continuer à se développer dans le monde et lui donnera une certaine visibilité.

17Ce sont également les entreprises candidates à la location des bureaux qui envisagent l’espace comme un marché. L’espace vacant représente pour ces dernières de la disponibilité foncière. En 2016, UBS et BNP Paribas louent plusieurs milliers de mètres carrés de bureaux. Plus récemment, en 2018, Sanne s’est installé dans la moitié de l’espace de bureaux dans le bâtiment 5 du JIFC. L’entreprise signifie ainsi son engagement envers l’île, et ce après une période de croissance locale et internationale soutenue. Sur le site internet de Sanne, on peut lire qu’en 2017, ses effectifs ont augmenté de 66 %. L’entreprise emploie plus de 300 personnes à Jersey. En 2020, elle a des clients sur vingt sites répartis aux États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie-Pacifique. Ces acteurs sont « extérieurs » à l’île et on peut donc supposer qu’ils se soucient peu des problèmes locaux suscités par la construction du centre financier.

18Enfin, ce sont les développeurs qui travaillent sur le projet qui font cette même lecture de l’espace. À Jersey, c’est la JDC qui est responsable de la conception du centre financier. Chacune de ses initiatives est dirigée par le gouvernement et ses investissements immobiliers sont réalisés sur des terres qui lui sont confiées par les États. Le développement d’un pôle financier est un enjeu stratégique pour les États de Jersey, c’est pourquoi ils veulent en faire une réussite et être présents dans toutes les initiatives. Du point de vue de la JDC, cette portion de territoire est une ressource et un levier pour la construction d’une vitrine d’excellence. Pour les habitants, les avantages accordés à la finance sont disproportionnés par rapport aux efforts d’aménagement local au bénéfice des îliens (espaces verts, construction de logements sociaux), d’autant plus qu’ils sont conscients de l’arsenal juridique qui promeut l’activité financière à Jersey. Finalement, la question est celle du rôle des États par rapport aux développements privés. Il y a une logique de production d’espaces urbains au bénéfice du privé, les intérêts des futurs « clients » semblant passer avant ceux des citoyens. Ces considérations renvoient aux dispositifs de partenariats public-privés (PPP) et de Business Improvement Districts (BIDs), comme dans le cas des Docklands à Londres, qui servent moins les objectifs des municipalités que ceux des acteurs privés engagés (Michon, 2008). L’utilité publique est alors cédée à la corporation en faveur des acteurs financiers. On peut questionner la relation entre le JIFC et les États de Jersey et s’interroger sur le devenir de ce centre d’affaire par rapport au modèle de la City of London Corporation (CLC) qui gouverne la City de Londres. Le gouvernement britannique entretient une relation ambiguë avec la CLC, qui intervient directement dans sa politique économique et qui est en mesure de s’imposer face à lui (Piolet, 2013). Finalement, l’état devenant agent des intérêts financiers, cela peut aboutir à une confusion des missions entre développement public et privé.

Les acteurs qui envisagent le territoire comme un lieu de pouvoir et un espace de compétition : « l’usage politique du territoire » (Subra, 2012)

  • 5 Philippe Subra définit la gouvernance territoriale « un mode de gouvernement ou de gestion du terri (...)

19Pour les principaux élus comme pour les « petits » partis, le sort que connaîtra le projet aura des conséquences électorales et politiques. C’est ce que Philippe Subra appelle « l’usage politique du territoire », comme source de mandats et de pouvoir politique (Subra, 2012). La plupart des acteurs qui font une telle lecture du territoire sont des acteurs collectifs dotés d’une personnalité juridique qui sont stables, permanents, prévisibles et qui se connaissent. Ils font partie du système de gouvernance territoriale5. Ils ont des compétences juridiques ainsi qu’un poids financier et politique. Les États de Jersey envisagent le territoire comme un lieu de pouvoir dans lequel ils peuvent affirmer leur leadership. Ils semblent soutenir le développement du centre financier via la JDC. Pourtant, cette unité apparente n’est pas vérifiée dans la réalité. Si la majorité des politiciens se prononce en faveur de ce centre, certains s’y opposent. En 2011, le connétable de St-Hélier souhaitait que le projet de développement soit abandonné le temps que les États puissent débattre de ce qui devrait être développé sur le site. Le 16 juin 2015, l’ensemble des députés ont débattu d’une proposition déposée par le député Montfort Tadier qui demandait à l’Assemblée d’accepter l’arrêt temporaire du travail sur le JIFC jusqu’à la publication des résultats d’un examen par un groupe de contrôle. La proposition a été majoritairement rejetée (17 « pour » contre 26 « contre », 2 abstentions et 4 absents). Ces chiffres illustrent un désaccord qui sépare deux groupes de politiciens. Cette opposition se résume lors de la réunion de la paroisse de St-Brelade du 21 mai 2015. L’ancien député de St-Brelade, John Young, a déclaré qu’il ne souhaitait pas voir à St-Hélier des murs de bureaux accolés les uns aux autres formant un « terrain sans âme ». Le ministre du Trésor, Alan Maclean, a estimé que les États étaient trop engagés dans le projet pour tout stopper et qu’un examen avait déjà été établi.

20« Reform jersey party » (RJP) est l’unique parti politique à Jersey, fondé en 2012 par un groupe de résidents qui se définissent comme « ordinaires ». Son but était de faire campagne pour un système plus démocratique. En mars 2014, le président, Sam Mézec, a été élu aux États de Jersey lors d’une élection partielle. Le parti a été officiellement reconnu comme le seul parti politique de Jersey le 4 juillet 2014. RJP met en avant le fait que Jersey a été capturée par la finance tout en creusant les inégalités. Il donne pour exemple la mise en place de la Goods and services tax (GST) par le gouvernement en 2008, une taxe sur la consommation qui s’applique depuis à tous les produits de première nécessité, afin de compenser les pertes occasionnées par la suppression de l’impôt sur les bénéfices pour les entreprises étrangères domiciliées à Jersey. Le parti reconnaît que Jersey est un paradis fiscal, et nombreux sont les auteurs qui définissent Jersey comme tel (Chavagneux, Palan et Murphy, 2010 ; Christensen, 2013 ; Shaxson, 2011). Pourtant, les autorités rejettent cette appellation. Pour RJP, affirmer que Jersey n’est pas un paradis fiscal mais un « centre international à fiscalité basse » relève seulement de la sémantique. Les membres du RJP s’opposent à la construction du JIFC pour deux raisons principales. D’après les deux députés interviewés, le gouvernement devrait se concentrer sur les domaines qu’il est tenu de gérer : un logement abordable, un hôpital et des établissements d’éducation. Le site public pourrait être nettement mieux utilisé, avec de meilleurs rendements sociaux, culturels et même économiques. Il y aurait deux cas de figure parmi les opposants aux projets. Il y a ceux qui ne croient pas que le gouvernement devrait s’engager dans le capitalisme d’État. Ils se demandent pourquoi les États rivalisent avec le secteur privé pour la fourniture d’espaces de bureau, quand il semble y avoir beaucoup de développeurs privés qui s’occupent de ce type d’offres. Si personne d’autre ne construisait de bureaux, peut-être que cette entreprise spéculative serait justifiée, mais ce n’est pas le cas. Il y en a d’autres qui sont ouverts à ce type d’initiatives, mais seulement s’ils fournissent un besoin social et culturel, qu’ils sont économiquement viables et qu’ils apportent un retour au contribuable. D’après le député, ces preuves manquent.

21Le 9 avril 2017, le Waterfront action group a changé de nom pour s’appeler Jersey Action Group. Une nouvelle force politique est née. Sur leur groupe Facebook, ses membres se décrivent comme une coalition de personnes qui souhaitent faire la différence dans la façon dont l’île est gouvernée. Le groupe bénéficie de l’aide et de l’expertise d’anciens politiciens, tels que Sean Power, ancien député qui dirige le groupe. Le groupe affirme que les travailleurs intermédiaires sont les plus défavorisés dans le système fiscal et les encouragent à se lever et à contester le statu quo. Ils s’opposent à la construction du JIFC car ils estiment qu’il faut cesser d’interférer dans le secteur privé où les fonds et les actifs publics sont risqués. En outre, ils estiment que la dépendance à l’égard de l’industrie financière et de la gestion de patrimoine est dangereuse. Jersey doit se diversifier. L’argent ne doit pas être investi dans le JIFC mais dans la promotion de l’atout le plus important de l’île, « unique dans sa beauté, son patrimoine et sa culture ». Ces différents acteurs envisagent l’espace du JIFC comme un moyen d’affirmer leur position sur l’échiquier politique.

Les acteurs qui envisagent le territoire comme un patrimoine et lieu de résidence et qui en font une lecture environnementaliste

22Trois acteurs principaux font une telle lecture du territoire. Ils ne constituent pas des groupes cloisonnés et étanches mais ces acteurs peuvent naviguer de l’un à l’autre. On compte les associations altermondialistes, les associations écologistes, et enfin les résidents.

  • 6 « To get to Jersey by boat takes an hour, to return from Jersey takes an hour but to place 100 mill (...)
  • 7 « Think globally, Act locally »

23Attac Jersey est une filiale locale de l’organisation Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne), présente dans une cinquantaine de pays en 2017. L’antenne a été créée à la suite d’une visite de 200 membres de Attac France le 9 juin 2001, qui avaient pour slogan « Venir à Jersey en bateau prend une heure, revenir de Jersey prend une heure, mais pour placer 100 millions d’euros électroniquement à Jersey, cela prend un quart de seconde »6. Leur idée principale est que la domination des marchés financiers sur l’ensemble de la société est le principal obstacle à la mise en place d’un nouveau mode de développement social, écologique, solidaire et démocratique. Les idées défendues le sont aussi par le réseau international Tax justice network (TJN), organisation co-fondée par John Christensen, économiste, président du Financial Justice Network, mais également ancien conseiller économique du gouvernement de Jersey. Il regroupe des organisations et des personnes travaillant pour la coopération fiscale internationale et contre la concurrence fiscale. Ces différents acteurs engagés ont une vision duelle du territoire. Ils l’envisagent d’une part comme un patrimoine mais surtout comme le lieu de résidence de bon nombre de contribuables qui pâtissent du statut de l’île. Ils le voient également comme un « trou noir » de la planète financière, un « bas-fond » (Vernay, 1968) qui participe à l’activité de fraude fiscale. Finalement, ils considèrent donc à la fois cet espace à l’échelle locale (lieu de résidence de populations qui ne voient pas les bénéfices réalisés) et à l’échelle globale (maillon de la « chaîne frauduleuse »), comme le souligne l’adage qu’ils utilisent « Penser global, agir local »7. Ils s’opposent donc à la construction du JIFC qui incarne à lui seul ce pour quoi ils luttent.

24Les militants des associations écologistes font une lecture environnementaliste du territoire : ils l’envisagent comme un paysage et un réservoir de biodiversité. La principale association de l’île sur ces questions est Save our shoreline jersey (SOSJ). D’après eux, les administrations successives ont peu respecté l’environnement et ont approuvé l’accumulation des déchets toxiques dans les sites d’enfouissement. SOSJ travaille à mettre en évidence les mauvaises pratiques environnementales et veille à protéger le rivage contre la pollution et les problèmes de planification. La conseillère en sciences environnementales (« Environmental Science Advisor ») du groupe explique qu’après s’être longtemps occupée essentiellement de la côte, l’association s’intéresse « à l’intérieur des terres » parce que le développement a grignoté de vastes zones précieuses et que les intérêts financiers surpassent les décisions environnementales. C’est d’après eux le cas du JIFC. À Jersey, la zone de lande côtière située dans le nord-ouest de l’île a été désignée comme site d’intérêt scientifique particulier en 1996. En outre, Jersey possède quatre sites Ramsar. C’est donc pour ces acteurs une île au biotope riche qui est menacée par un projet de plus.

25Les habitants et les riverains sont attachés au territoire qu’ils voient comme un patrimoine dont ils ont hérité. À Jersey, l’important folklore agricole de la « Jersey Potatoe » est un marqueur identitaire de l’île. Les habitants évoquent souvent l’importance de la « nature » à Jersey, l’aspect « sauvage » de l’île. Pour décrire l’identité paysagère de l’île, une des occurrences qui revient le plus est « bocage », qui est associé à la nature. Pourtant, le bocage est une production humaine, et non l’état naturel des espaces en question. La « Nature », une représentation construite par les sociétés humaines, et non une vérité (Subra, 2016). Elle est construite et mise au service de stratégies territoriales, comme ici la défense du territoire. On ne souhaite pas juger de la validité des représentations, mais on cherche à en comprendre l’usage. Elles ont un impact sur le litige. En effet, c’est dans un esprit de défense de ces valeurs et attributs qu’une partie de l’opinion publique se manifeste pour montrer son désaccord avec le projet du JIFC, qui viendrait modifier le paysage. Les opposants aux projets mentionnent la pollution visuelle (« eyesore ») suscitée par cette structure moderne. Pour la plupart, la rue de l’Esplanade est déjà « défigurée » par la modernité. Ils parlent d’un ancien espace « naturel » qui a été massivement urbanisé. Lors d’une réunion à St-Brelade, un ilien parle du projet comme un « ghetto de verre » (« a glass ghetto »). Il souligne le fait qu’il n’y a pas de granit dans le design et demande à la JDC de « mettre un peu de Jersey » (« to put some Jersey ») dans le projet, un sentiment partagé par la majeure partie de l’assemblée. L’emploi de cette expression en dit long sur l’attachement à « l’identité » de l’île ainsi que le poids des territorialités héritées et construites par les îliens de longue date. La question posée ici est celle de la valeur, qui diffère selon les points de vue. Dans le cas du JIFC, la valeur du front de mer à l’Esplanade est pour certains supérieure à celle du projet porté. Les acteurs cités n’abordent pas le territoire selon une même logique. La logique d’un acteur est un « ensemble formé par les intérêts, les objectifs, les pratiques la culture et les représentations de ce dernier » (Subra, 2016). Cette dernière détermine ce que sera sa stratégie. La culture des acteurs, qui leur est propre, est déterminante. Elle se transmet dans le temps et est faite de représentations, souvenirs partagés, d’un « récit » collectif. La construction d’un schéma d’acteurs « bilan », à partir de la méthodologie utilisée par Philippe Subra, permet de penser le rôle, les relations, et la place de chaque acteur qui a été mentionné, c’est pour cela qu’il est multiscalaire (figure 4).

Figure 4

Figure 4

Schéma d’acteurs : le cas du Jersey International Finance Center, 2017

Source et réalisation : Leroux Pauline, novembre 2020

La production des rapports de force dans le conflit géopolitique du JIFC : étude des moyens employés par les acteurs pour appuyer leurs revendications

Deux visions opposées d’un même projet

26Un « système d’acteurs » s’est formé autour de l’enjeu de la construction du JIFC. Les composantes du système ont été étudiées et caractérisées du point de vue de leurs intérêts, de leurs objectifs, et de leur rapport au territoire. Leur analyse fournit des clés de compréhension, en permettant de comprendre quel intérêt les représentations servent. La suite de l’analyse s’intéresse aux moyens d’action et aux forces dont les acteurs disposent pour les mobiliser au service de leurs objectifs respectifs. Afin de « l’emporter », les acteurs emploient diverses stratégies. Dans le cas du JIFC, un rapport de force se créé localement. L’enjeu est la réalisation ou non d’un projet fortement contesté, qui oppose deux principaux groupes. Il s’agit de la société locale et acteurs institutionnels divisés, entre partisans du projet (milieux économiques, élus des villes qui pensent en tirer bénéfice) et autres habitants, riverains, écologistes, agriculteurs, petits élus ruraux, qui s’y opposent. Les moyens d’action employés sont principalement les médias. L’objectif final des différents acteurs est d’obtenir la réalisation de leurs revendications territoriales respectives, ou d’empêcher la concrétisation des revendications des camps opposés. Les différents médias sont une manière de justifier et légitimer leurs revendications, que ce soit aux yeux de l’opinion publique ou de la communauté internationale. Les différents acteurs ne disposent pas des mêmes capacités de diffusion. Au sein du discours, l’appareil argumentaire joue principalement sur le registre scientifique, celui de l’expertise, ou bien sur les composantes émotionnelles ou effectives afin d’obtenir l’adhésion de la population. Les deux arguments traditionnels qui s’opposent sont le développement économique et la protection de l’environnement. Dans le cas d’un projet contesté tel que celui du JIFC, les partisans du projet parlent des importantes retombées économiques et de l’impact environnemental limité. Au contraire, les opposants reprennent les thèmes de l’environnement, démontent les justifications économiques du projet (plus cher qu’annoncé, service rendu moindre).

Le recours aux médias « classiques » et réseaux sociaux

27Les défenseurs et opposants au projet ont recours à l’utilisation des médias « classiques » tels que les quotidiens nationaux, la radio, ou encore la télévision. À Jersey, il s’agit principalement du Jersey evening post (JEP), à la BBC Channel Island et BBC Radio Jersey. Ces organes couvrent l’événement régulièrement, en proposant de l’information. C’est parfois leur intégrité qui est questionnée, de même que la place du débat politique. Les opposants au JIFC parlent des médias comme du « quatrième pouvoir » et accusent la radio BBC Jersey de défendre les intérêts du gouvernement. Les médias ont une influence majeure sur les opinions publiques. Stéphane Rosière rappelle que les médias sont « faiseurs d’opinion » car « ils participent à la fabrication des représentations et des pratiques sociales » (Rosière, 2003). Afin de remédier à ces travers dénoncés, certaines chaînes « alternatives », telles que « The Jersey Trews », voient le jour (janvier 2016). Ce journal privilégie certaines actualités locales que l’auteur estime d’intérêt public et que les médias traditionnels locaux négligeraient : certains points clés seraient contournés dans une grande partie des rapports rédigés par les médias traditionnels (« mainstream media »).

  • 8 « Now we have come ‘inland’ as development has eaten up large areas of what was precious foreshore (...)
  • 9 « Our purpose is to manage and develop property on behalf of Jersey in order to: develop attractive (...)

28Internet et les réseaux sociaux permettent aux promoteurs du projet de présenter leurs arguments de manière attractive et convaincante et aux opposants de nouer des relations avec d’autres militants ailleurs localement ou à l’étranger. Comme ils constituent l’opinion, les réseaux permettent de qualifier la controverse : les différents arguments sous-tendent des discours qui renvoient à des intérêts particuliers et des représentations de l’espace. Les motifs qui dominent le discours des environnementalistes sont paysagers (obstruction du littoral) et concernent la protection de l’écosystème (« Nous nous intéressons maintenant au cœur des terres car le développement a grignoté de vastes zones précieuses d’estran et les intérêts financiers prennent le pas sur des décisions environnementales sensées »)8. Les riverains mentionnent une privatisation excessive avec un usage des lieux au bénéfice des financiers, et des conflits d’intérêts au sein du gouvernement. Finalement, cette collection d’arguments renvoie aux discours des nimbies. Au contraire, les acteurs qui voient le territoire comme une ressource vantent l’image moderne renvoyée. Le vocabulaire des retombées financières et du profit est déployé : la construction du parc ainsi que l’attractivité (création d’emplois, retombées économiques) d’un tel espace sont mises en avant pour compenser la construction de surfaces de bureaux (« Notre but est de gérer la propriété pour le compte de Jersey afin de développer des espaces communautaires attrayants qui résisteront à l’épreuve du temps, soutenir l’économie en générant du travail et des infrastructures pour permettre aux entreprises de se développer »)9. Ces arguments correspondent aux différentes lectures du territoire.

29En outre, l’usage des réseaux sociaux permet une démultiplication de l’audience. Philippe Subra parle d’un « effet de caisse de résonnance ». C’est ce que souligne l’usage des « blog list » qui renvoient à d’autres blogs partagés par la personne qui tient une page. Cela permet d’établir des ponts et de créer un réseau entre les différentes personnes qui partagent un même avis. Finalement, l’usage des réseaux sociaux a plusieurs avantages. D’une part, il y a une instantanéité de l’action, mais également une mutualisation des expériences, qui permet par exemple un partage des études scientifiques et du réseau d’experts ainsi que la coordination de certaines luttes multisites. C’est le cas d’Attac et de TJN. Nombreux sont les politiques, qu’ils soutiennent ou non la construction du centre financier, qui s’expriment sur les réseaux sociaux. Ils sont utilisés par les différents candidats pour faire entendre leurs propositions (Yanoshevsky, 2010). Ce sont également les développeurs du projet qui défendent leur point de vue sur ce dernier. Ils se servent des médias sociaux pour publier des images valorisantes et attrayantes. C’est le cas de JDC (@JerseyDevCo) et MJP Architects (@Mjparchitects) sur leurs groupes twitter respectifs (figure 5). Ils forment un réseau en « retweetant » mutuellement leurs post. L’étude des réseaux sociaux présente un intérêt certain pour l’analyse géopolitique, étant donné qu’ils sont porteurs des représentations des acteurs et qu’ils donnent à voir les rapports qu’ils entretiennent entre eux.

Figure 5

Figure 5

Images publiées sur les comptes tweeters des développeurs du JIFC (Jersey Development Company et MJP Architects), Twitter, 2017

  • 10 « Are we digging a big hole for ourselves ? ».

30Les groupes opposés au projet utilisent leurs blogs et pages Facebook afin de montrer ce qu’ils pensent être les travers de ce projet, tant en termes politiques qu’écologiques. C’est notamment le cas des pages Facebook « SOS Jersey » (@sosJersey), et « Jersey Action Group » (@JerseyActionGroup), tout comme leurs sites Web. Ils utilisent des phrases et moyens typographiques « alarmistes » afin de faire réagir le public (figure 6). En mentionnant le centre financier, ils posent par exemple la question « Sommes-nous en train de creuser notre propre tombe ? »10. Finalement, les opposants et partisans du projet dialoguent entre eux par messages interposés et publient leurs échangent sur les blogs. Ainsi, la JDC publie ses réponses aux lettres ou aux « accusations » faites par les membres de Save Our Shoreline et Jersey Action Group. Ces moyens de communication permettent donc en un sens de faire vivre le débat public. Une utilisation judicieuse des nouveaux réseaux de communication d’échanges planétaire d’informations participerait à l’invention possible de nouvelles formes de solidarité citoyenne (Gingras, 1996 ; Bardini & Proulx, 2002). Les réseaux sociaux constituent donc une plateforme d’expression, un levier de puissance dans le débat politique, aussi bien pour les hommes politiques que pour les citoyens. C’est ce qui a été montré par l’étude du cas du Jersey International Finance Center.

Figure 6

Figure 6

Document publié sur le site Internet d’un groupe opposé au projet du JIFC

Source : SOSJ, 20 janvier 2016

Le recours à d’autres moyens d’action : le droit, l’action de terrain, l’art

31L’un des moyens d’action principaux est le recours à la justice ou à la loi, qui permet de gagner du temps en suspendant le processus d’aménagement. SOSJ a évoqué le fait de demander un examen judiciaire à propos de l’approbation de la planification du bâtiment 5 du JIFC. Les tenants des différents partis ont recours à des études qui ne sont pas toujours reconnues comme fiables, ou dont les chiffres seraient manipulés. Le 30 octobre 2015, un rapport concernant la viabilité du centre financier a été établi par un comité de contrôle. Le comité de surveillance a déclaré que le projet du JIFC était spéculatif. Le rapport, qui s’appuie sur l’expertise du cabinet Ernst & Young, montre que le développement ne fournirait pas suffisamment de revenus pour financer le parking souterrain et l’espace vert pour le public. D’après le gouvernement, le rapport explique la viabilité du bâtiment 4. Depuis, les recommandations n’ont pas été suivies, et le développement du centre financier se poursuit. Les acteurs peuvent avoir recours à une toute autre utilisation de la loi, afin de garder confidentielles des informations. Les accords commerciaux de la JDC avec des tiers restent confidentiels. Le recours à un accord de non-divulgation est une pratique commerciale « standard ». Cela signifie que la loi interdit à JDC de divulguer certaines informations, il s’agit d’un autre moyen d’action.

32En outre, les opposants au projet ont recours aux manifestations pour exprimer leur mécontentement, comme celle du 7 juin 2015. Environ 2000 personnes y ont participé contre la construction du JIFC, formant notamment autour du parking une chaîne humaine, un geste symbolique. Pour les opposants au projet, cette manifestation a constitué un moment plein d’espoir. C’est pourquoi le 22 novembre 2015, une nouvelle manifestation a eu lieu. Le groupe d’action Waterfront action group invite les insulaires à les rejoindre pour une marche allant de l’Esplanade à Royal Square, à la suite des révélations faites par le comité de surveillance dans son rapport qui met sérieusement en doute la viabilité de l’ensemble du projet (figure 7). À propos de ces manifestations, le ministre du Trésor et des Ressources, Alan Maclean souligne la « mauvaise presse » que cet événement provoque à l’international. Ces manifestations et revendications relayées par la presse locale et régionale comme la British Broadcasting Corporation (BBC) inquiètent donc les défenseurs de la finance sur l’île, car ils pourraient mettre en péril les investissements. En effet, un des atouts de l’île pour les investisseurs est son « calme » et sa stabilité politique.

Figure 7a

Figure 7a

Photographie de la manifestation de juin 2015 à St-Hélier

  • 11 Sur les pancartes, on lit : « Heads must roll » (« des têtes doivent tomber »), « Stop risking our (...)

Source : JEP, manifestation du 7 juin 201511

Figure 7b

Figure 7b

Photographie de la manifestation de novembre 2015 à St-Hélier

Source : Martin Toft, novembre 2015

33Les réunions publiques sont un autre moyen d’agir. Ce sont des moments où les camps adverses peuvent échanger en face-à-face. Le 20 mai 2015 s’est tenue une réunion présidée par des figures politiques importantes, décidée à la suite d’une lettre des militants écologistes de SOSJ, qui ont demandé à toutes les parties prenantes d’arrêter de développement du projet jusqu’à ce qu’il y ait un consensus autour des risques financiers potentiels. Environ 60 personnes y ont assisté. À cet égard, les victimes potentielles du projet sont davantage mobilisées que les bénéficiaires potentiels, ce qui créé un effet d’optique déformant qui grossit le rang des opposants. Ces réunions permettent néanmoins de saisir en partie les représentations des participants, d’établir un dialogue entre les différents partis par le biais d’un échange, et de donner l’opportunité aux résidents de s’exprimer sur le projet du JIFC.

  • 12 « Go on obliterate the view, let's have another block or two »
  • 13 « They’re raising up a temple where there used to be an Esplanade, a great big finance centre and i (...)

34L’art permet de mobiliser ou de faire passer un message. Hedley le Maistre, fermier et figure locale appréciée, interprète une chanson intitulée « Office Town » (« La ville-bureau », 2015) dans laquelle il critique le futur centre financier. Dans les paroles, il déplore la tournure que prend l’aménagement de la paroisse de St-Hélier : « Anéantissons la vue, construisons un bloc ou deux de plus »12. Les paroles sont évocatrices quant aux débats soulevés, notamment à travers ces lignes qui cristallisent le ressenti d’une part de la population « Ils élèvent un temple à l’endroit où il y avait une esplanade, un grand centre financier, et c’est en train d’arriver, j’en ai bien peur »13. C’est également le cas de la directrice d’Attac Jersey, Pat Lucas, qui en plus d’être une militante active, est une artiste peintre. Elle a participé à une exposition à Jersey, intitulée « Jersey, Island of Beauty and Contradiction » (24 juin 2008). Elle s’attaque ainsi aux paradis fiscaux par l’art.

Conclusion

  • 14 Je remercie ici tout particulièrement John Heys qui m’a permis de rencontrer un bon nombre de ces a (...)

35Les outils proposés par la géopolitique locale ont permis de souligner la divergence des intérêts des différents acteurs sur l’île de Jersey, liée entre autres aux représentations contradictoires qu’ils ont du territoire. Dans son avant-propos aux Travailleurs de la Mer, Victor Hugo décrit le charme de l’Archipel de la Manche et de l’île de Jersey. Il ajoute qu’« une prospérité sans cesse croissante les attend le jour où elles seront connues » (Hugo, 1866). Transposée au XXIe siècle, cette prospérité peut être associée à l’image que renvoie la spécialisation financière de l’île, qui n’est pas appréciée de tous. Au regard de la place spécifique de Jersey dans les réseaux de la finance mondialisée, la tension entre global et local, deux directions antagonistes, a amené de nouvelles dynamiques sur l’île, qu’elles soient sociales (organisations de réunions, naissance de partis politiques et de groupes d’opposition)14 ou spatiales (mutations paysagères, verticalisation du bâti, centralisation). Ces dynamiques provoquent des tensions qui s’inscrivent dans l’espace et sont notamment cristallisées par le projet du Jersey International Finance Center. Quid du processus de résolution du différend ? On note une asymétrie de pouvoir autour du cas du JIFC : si le public est consulté, il ne semble pas être écouté où pouvoir agir sur les délais de construction. C’est ce qui participe à l’affirmation croissante des revendications sur l’île et qui amène à se demander : quelle gouvernance pour Jersey ? Les moyens investis dans le projet semblent aller dans la direction du maintien d’un équilibre fragile, la dévotion à l’industrie financière aux dépens des autres secteurs. Elle s’éloigne donc de l’horizon d’une gouvernance partagée. Pourtant, cette position se heurte de plus en plus à une société civile revendicatrice. Si depuis les manifestations de 2015 aucun événement d’une telle ampleur n’a eu lieu sur l’île, les opposants au projet continuent à faire entendre leurs voix chaque jour sur leurs réseaux. Il semblerait intéressant à l’avenir de voir en quoi l’étude de ces représentations du territoire et leur compréhension pourrait permettre une résolution du conflit. Cela participerait en outre à légitimer le rôle que les géographes ont à jouer dans l’analyse des conflits d’aménagement (Subra, 2016).

Haut de page

Bibliographie

BARDINI, T., PROULX, S., 2002, « La culture du hack en ligne. Une rupture avec les normes de la modernité », Les Cahiers du numérique, vol., n° 3, p. 35-54.

CHAVAGNEUX, C., PALAN, R., et MURPHY, R., 2010, Tax havens. How globalization really work, Cornell University Press.

CHRISTENSEN, J., SHAXSON, N., 2013, The Finance Curse : how oversized financial centres attack democracy and corrupt economies, Tax Justice Network.

FLEURY, C., 2006, Thèse de géographie, Discontinuités et systèmes spatiaux. La combinaison île/frontière à travers les exemples de Jersey, de Saint-Pierre-et-Miquelon et de Trinidad), soutenue à Caen, 625 p. 

FLEURY, C., 2011, « Jersey, de La Dérive Planétaire Au Recours Identitaire : Une Vision Élargie Du Développement Durable ? », Insularité et développement durable, p 43-61.

GINGRAS, A-M., 1996, « Internet et démocratie : quels usages pour quelle politique ? », communication au Congrès INFORCOM, Société française des sciences de l’information et de la communication.

GINIER, J., 1970, « Jersey, île touristique et agricole », Norois, vol. n° 68, p. 503-520.

HACKWORTH, J., 2006, The Neoliberal City. Governance, Ideology, and Development in American Urbanism, Cornell University Press, 248 p.

HARVEY, D., 2010, Géographie et capital, Syllepse, 126 p.

HUGO, V., 1866, Les travailleurs de la mer, Albert Lacroix et Cie.

LACOSTE, Y., 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie, Armand Colin, 413 p.

MARCUSE, P., 1997, The Ghetto of Exclusion and the Fortified Enclave : New Patterns in the United States, The American Behavioral Scientist, (41), p. 311-326.

MICHON, P., 2008, « Le partenariat public-privé et la régénération urbaine. L’exemple des Docklands », Géocarrefour, vol. n° 83, p. 119-128.

MONNET, J., 1998, « La symbolique des lieux : pour une géographie des relations entre espace, pouvoir et identité », Cybergeo : European Journal of Geography.

PIOLET, V., 2013 « Enjeux géopolitiques de la première place financière mondiale : la City de Londres », Hérodote, vol. n° 151, p. 102-119.

PIOLET, V., 2013, Géopolitique des paradis fiscaux, Politique étrangère, p. 175-187.

ROSIERE, S., 2003, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses, 320 p.

SAINTEVILLE, M., 2011, « Les paradis fiscaux dans la mondialisation boursière », L’Économie politique, vol. n° 52, p. 63-75.

SHAXSON, N., 2011, Treasure Islands : Tax Havens and the Men who Stole the World. St. Martin’s Griffin, 272 p.

SUBRA, P., 2012. « La Géopolitique, Une Ou Plurielle ? Place, Enjeux et Outils D’une Géopolitique Locale. », Hérodote, n° 146-147, p. 45-70.

SUBRA, P., 2016, Géopolitique locale. Territoires, acteurs, conflits, U Géographie, Armand Colin, 336 p. 

VERNAY, A., 1968, Les paradis fiscaux, Paris, Edition du Seuil, 331 p.

YANOSHEVSKY, G., 2010, « Les réseaux sociaux et l’échange entre l’homme politique et les internautes : le cas de Facebook après les élections présidentielles en France », Argumentation et Analyse du Discours.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du Lieutenant-gouverneur (représentant de la Couronne), du doyen de l’Église anglicane (the Dean of Jersey), du procureur (Attorney General), de l’avocat-conseil (Solicitor General), du greffier des Etats (Greffier of the States), du Vicomte de Jersey (Viscount of Jersey) du bailli (Bailiff, président de la Chambre), et du vice-bailli.

2 Contrat spécifique au droit anglo-saxon qui permet à un individu (« constituant » ou « fiduciant ») de céder sa propriété sur un bien à une personne de confiance (« trustee » ou « fiduciaire ») qui le gère pour le bénéfice d’un tiers.

3 Issu de mon mémoire de Master 1 de géographie « Enjeux géopolitiques d’un paradis fiscal insulaire : l’île de Jersey » soutenu en 2017 (UFR de Géographie - Université de Paris 1), sous la direction de M. Yann Richard et Mme Maude Sainteville, que je remercie.

4 Unité administrative de base sur l’île.

5 Philippe Subra définit la gouvernance territoriale « un mode de gouvernement ou de gestion du territoire par les acteurs publics (Services de l’Etat, collectivités territoriales) qui intègre l’ensemble des “parties prenantes” (associations, entreprises, habitants) pour aboutir à un “meilleur développement” » (Subra, 2016).

6 « To get to Jersey by boat takes an hour, to return from Jersey takes an hour but to place 100 million euros in Jersey electronically takes a quarter of a second ».

7 « Think globally, Act locally »

8 « Now we have come ‘inland’ as development has eaten up large areas of what was precious foreshore and financial interests override sensible environmental decisions », SOSJ blog, « SOS Jersey, Channel Islands – Home », 9 juillet 2015

9 « Our purpose is to manage and develop property on behalf of Jersey in order to: develop attractive community spaces that will stand the test of time, support the economy by generating work and infrastructure for business to grow » JDC blog, « The Facts: Jersey’s International Finance Centre », 15 mai 2015

10 « Are we digging a big hole for ourselves ? ».

11 Sur les pancartes, on lit : « Heads must roll » (« des têtes doivent tomber »), « Stop risking our money » (« arrêter de risquer notre argent »), « Enough is enough » (« trop, c’est trop »).

12 « Go on obliterate the view, let's have another block or two »

13 « They’re raising up a temple where there used to be an Esplanade, a great big finance centre and it's happening I'm afraid »

14 Je remercie ici tout particulièrement John Heys qui m’a permis de rencontrer un bon nombre de ces acteurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 
Légende Les îles anglo-normandes au sein du golfe normand-breton
Crédits Source et réalisation : Fleury Christian, 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-1.png
Fichier image/png, 449k
Titre Figure 2
Légende Aperçu en trois dimensions du futur centre financier de Jersey
Crédits Source : MJP Architects, décembre 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 3
Légende La rue de l’Esplanade à Saint-Hélier : un « haut-lieu » de la finance qui polarise diverses organisations liées à l’activité principale de l’île
Crédits Source et réalisation : Leroux Pauline, novembre 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-3.png
Fichier image/png, 248k
Titre Figure 4
Légende Schéma d’acteurs : le cas du Jersey International Finance Center, 2017
Crédits Source et réalisation : Leroux Pauline, novembre 2020
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-4.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure 5
Légende Images publiées sur les comptes tweeters des développeurs du JIFC (Jersey Development Company et MJP Architects), Twitter, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Figure 6
Légende Document publié sur le site Internet d’un groupe opposé au projet du JIFC
Crédits Source : SOSJ, 20 janvier 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Figure 7a
Légende Photographie de la manifestation de juin 2015 à St-Hélier
Crédits Source : JEP, manifestation du 7 juin 201511
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 7b
Légende Photographie de la manifestation de novembre 2015 à St-Hélier
Crédits Source : Martin Toft, novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/8758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Leroux, « Le cas du Jersey international Finance Center, un révélateur des tensions dans un paradis fiscal insulaire : essai d’analyse géopolitique locale », L’Espace Politique [En ligne], 41 | 2020-2, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.8758

Haut de page

Auteur

Pauline Leroux

Professeur d’histoire-géographie au lycée, agrégée de géographie
pauline_lerouxX@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search