Navigation – Plan du site

AccueilInformations pour la publicationAppels à contributionsAprès le Sommet de la Valette (20...

Après le Sommet de la Valette (2015) : Quelles pratiques et politiques migratoires en Afrique ?

Reconfiguration des routes, des frontières et des expériences migratoires en Afrique et vers l'Europe

Appel à contributions du numéro 44 (2021-2) de la revue L’Espace Politique

Date limite d'envoi des articles : le lundi 26 juillet 2021 (inclus)

Numéro coordonné par :

  • Florence Boyer, IRD URMIS

  • Harouna Mounkaila, GERMES Université Abdou Moumouni de Niamey

  • Stéphanie Lima, INUC - LISST Université Toulouse 2

Argumentaire

Le Sommet de La Valette sur les migrations, qui s’est tenu les 11 et 12 novembre 2015 et a réuni les chefs d’États européens et africains, constitue un tournant dans le partenariat entre l’Union européenne (UE) et certains États africains sur les migrations internationales. En effet, alors que la déclaration politique et le plan d’actions décidés lors de ce sommet s’inscrivent dans la continuité de l’Approche globale de l’UE comme dans celle de l’Approche commune de la CEDEAO, la mise en place d’un Fonds fiduciaire d’urgence (FFU) ou European Union Emergency Trust Fund (EUTF) dont le but est d’agir sur les causes profondes de la migration et de lutter contre le phénomène des personnes déplacées. Ce fonds doté de 4,7 milliards d’euros (fin 2019) bénéficie à 26 pays du continent africain (dont cinq jugés « prioritaires » : le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Mali et l’Éthiopie). Il a permis d’infléchir fortement non seulement les politiques et dispositifs en matière de migrations de ces pays, mais aussi les politiques humanitaires et de développement (Boyer, Mounkaila, 2018 ; Boyer 2019). Le FFU s’inscrit dans la continuité de cette longue chronique de la conditionnalité de l’aide qui marque les relations Europe-Afrique depuis les Accords de Cotonou (2000) et le Processus de Rabat (2006) (CIMADE, 2020 ; El Qadim, 2018 ; Migreurop, 2017).

Les États concernés, qu’ils soient dits de « départ » ou de « transit », doivent mettre en œuvre des politiques de contrôle des déplacements (dispositifs législatifs de lutte contre le trafic et la traite des personnes, dispositifs de contrôle des frontières, entre autres) des personnes quel que soit leur statut et/ou s’inscrire dans le cadre d’accords de réadmission. Également, dans le contexte particulier de l’Afrique subsaharienne, où non seulement les États n’ont pas toujours les moyens de telles politiques, et où la question migratoire peut constituer un enjeu politique fort, comme au Mali, l’UE peut s’adjoindre la collaboration d’organisations internationales, telles que l’ONUDC, l’OIM ou le HCR, chacune jouant un rôle dans le contrôle des frontières, la gestion du renvoi des populations ou la gestion de l’asile (van Dessel, 2019 ; Scheel, Ratfisch, 2014 ; Geiger, Pécoud, 2010). Ainsi, l’originalité du FFU ne repose pas tant sur les principes politiques et d’actions prônés, que sur le fait que, en tant qu’outil financier, il amène l’UE à construire sa politique d’aide au développement en fonction de sa politique migratoire, les États bénéficiaires étant contraints de s’inscrire dans la même démarche.

Plus précisément, les principes directeurs des projets bénéficiaires du FFU sont le développement local pour « stabiliser les populations », la sécurité intérieure (par le contrôle des frontières et le maillage du territoire) et la protection tournée vers l’accueil de réfugiés, déplacés internes et demandeurs d’asile et vers les migrants dits vulnérables. Ce triptyque (Boyer, 2019) conduit à plusieurs glissements à la fois sémantiques et fonctionnels dans les politiques nationales des pays concernés : politique de développement, politique de décentralisation, politique de sécurité intérieure, politique migratoire, politique humanitaire. La « gestion » des migrations devient la clé d’entrée et de lecture de toute initiative territorialisée, alors que parallèlement la « territorialisation » des politiques publiques est à l’ordre du jour pour certains de ces États qui tentent de poursuivre leur réforme de décentralisation (Coulibaly, Lima, 2017).

Une autre particularité de ce fonds est de concerner trois zones géographiques : l’Afrique du Nord, le Sahel et lac Tchad, la Corne de l’Afrique. Malgré une définition extensive de ces espaces, il ressort que les États concernés (dont plusieurs sont membres de la CEDEAO) sont essentiellement des espaces de passage (dits « de transit ») pour des migrants en route vers l’Afrique du nord (Algérie, Lybie), voire l’Europe ; si certains sont aussi des espaces de départ, d’autres, comme le Niger, le Tchad ou le Burkina Faso ont des systèmes migratoires tournés essentiellement vers le reste du continent africain et marginalement vers l’Europe (Boesen, Marfaing, 2014 ; Mercandalli, Losch, 2018). D’autres encore, en particulier dans la Corne de l’Afrique sont des États autoritaires et/ou en conflit, producteurs de réfugiés et de déplacés internes, avec lesquels le partenariat pose question. Quels que soient les espaces, l’impact du FFU est loin d’être anodin étant donné que l’injonction à penser les conséquences locales et/ou régionales des migrations internes et internationales se construit souvent à rebours des représentations et pratiques migratoires situées. Et ce à l’opposé des tentatives récentes de renouveler le rôle de l’espace local dans les dynamiques de développement socio-spatial (Retaillé, 2007 ; Lima, 2019).

Cinq après le sommet de La Valette, et alors que le FFU touche vraisemblablement à sa fin, il apparaît important d’analyser les différentes actions qui ont été portées à la fois par les Etats concernés et les agences récipiendaires de ce fonds (pour la plupart européennes) et leurs conséquences aux échelles sous régionales, nationales et locales, dans les trois domaines qui ont été les siens : la sécurité, le développement et la protection.

L’objectif de ce numéro est d’analyser à toutes les échelles spatiales, temporelles et sociales les effets de cette nouvelle rhétorique et de cette nouvelle pragmatique des migrations internationales dont le fil conducteur reste la sécurité, le développement et la protection. Si une attention particulière sera accordée aux effets du FFU sur les pratiques et politiques migratoires en Afrique, ce dossier sera aussi ouvert à des contributions consacrées aux recompositions des mouvements migratoires intra-africains et vers d’autres régions du monde, aux évolutions de la gouvernance des migrations et aux enjeux politiques des dynamiques en cours (frontières, retours, expulsions, camps, etc.).

Les questionnements proposés sont les suivants et ce dossier invite les contributrices·eurs à s’y inscrire :

1. Reconfigurations des routes et expériences migratoires, mutations dans les discours et les représentations des migrations. Comment ce nouveau cadre de partenariat qu’est le FFU contribue-t-il, non seulement à la reconfiguration des routes et des expériences migratoires en direction de l’Europe, mais aussi - et surtout - des routes et expériences migratoires au sein du continent africain ? Plus largement, comment modifie-t-il les discours et les représentations des migrations, changements qui peuvent différer selon les acteurs et les échelles de pouvoir auxquelles ils se situent ? L’analyse de ces différentes reconfigurations et changements dans les discours peut ouvrir sur une approche critique de la notion d’externalisation des politiques migratoires (Migreurop, 2017). Si l’UE, en tant que bailleur qui impose un cadre et des acteurs pour l’intervention, s’inscrit dans la logique d’un rapport de domination, il n’en reste pas moins que chacun des États concernés dispose d’une certaine liberté de manœuvre qui a pu évoluer au fil du temps. Celle-ci ne concerne pas uniquement l’échelle nationale, mais peut se construire à des échelles locales lors de la mise en œuvre des projets. Dans la mesure où les organisations récipiendaires du FFU sont en majorité des agences de coopération européenne et des organisations internationales, comment se positionnent-elles dans le dialogue inter et intra-étatique ?

2. Vers une « frontiérisation » des espaces migratoires ? Des constructions territoriales paradoxales se dessinent progressivement autour d’une double frontiérisation, à deux échelles : interne, d’une part avec des frontières s’imposant via la multiplication des contrôles et/ou des renvois suivant l’injonction à la « stabilisation des populations » quel que soit leur statut et les dispositifs de contrôle. Internationale, d’autre part, via ces mêmes dispositifs, au travers de projets mettant en avant les principes de « migration management », tels celui porté par la GIZ (coopération allemande) dans la Corne de l’Afrique. Dans cette perspective, le grand Sahel est-il devenu la nouvelle frontière de l’Europe (OCDE-CSAO, 2014), suivant la poursuite du processus d’externalisation des politiques migratoires et de sous-traitance du contrôle des déplacements ? (Kabbanji, 2011). Ou ces États sahéliens parviennent-ils à affirmer leurs propres logiques politiques en s’insérant dans la rhétorique d’une « gouvernance internationale des migrations » (Pécoud, 2010) ? Plus globalement, les politiques migratoires adoptées récemment (au Sénégal, Niger ou Mali par exemple) reflètent-elles cette tension entre une fermeture progressive des espaces et une « vision africaine » de la libre-circulation ?

  • 1 https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N18/244/48/PDF/N1824448.pdf?OpenElement

3. Vers une territorialisation des migrations internationales ? Comment ces trois termes, que sont la sécurité, le développement et la protection, ont-ils été redéfinis au prisme des migrations internationales ? En quoi cette redéfinition a contribué à l’émergence d’une approche territorialisée des migrations au niveau local, c’est-à-dire que leurs causes et leurs conséquences sont pensées dans un espace défini et circonscrit ? Ce prisme du territoire local participe d’un enfermement qui transparaît dans la volonté de promouvoir des « migrations sûres, ordonnées et régulières1 », et dans une rhétorique de la fixation des populations. Ces dernières se retrouvent en grande partie reprises tant dans les processus d’élaboration de politiques migratoires engagés par certains États, que dans les modes de gestion des déplacements forcés, tels que construits par les organisations internationales.

4. Vers de nouvelles formes de mobilisation et de citoyenneté à plusieurs échelles ? Comment cette rhétorique et cette position pragmatique participent d’une part d’une reconfiguration du rôle des différents acteurs, nationaux et internationaux, impliqués dans le champ des migrations et d’autre part d’une redéfinition (ou de l’émergence) de formes de mobilisations citoyennes et migrantes ? Comment les routes et les expériences migratoires s’en trouvent-elles redéfinies participant à la construction de discours inédits de la part des migrants et/ou des réfugiés et demandeurs d’asile ? Outre l’échelle des individus et des collectifs migrants, les logiques de délégation et/ou de sous-traitance des agences de coopération européennes ou des organisations internationales contribuent aussi à l’émergence ou au renouvellement des débats et de la place des migrations dans l’espace public, y compris selon un effet d’opportunité pour des structures locales.

Ces questionnements visent à baliser le champ de réflexion, et toutes contributions s’inscrivant en transversalité thématique et spatiale sont les bienvenues. Le numéro s’attachera également à représenter l’ensemble des zones géographiques touchées par l’EUTF, directement et indirectement, et des contributions comparatives sont encouragées.

Calendrier

- Le lundi 26 juillet 2021 (inclus) : date limite d’envoi des articles

- Fin septembre 2021 : retours aux auteurs

- Décembre 2021 : date limite des versions corrigées

- Début 2022 : publication

Recommandations, procédure de dépôt et contacts

Les articles ne doivent pas dépasser 60 000 signes (espaces compris) et respecter les normes de publication de L’Espace Politique [En ligne http://espacepolitique.revues.org/1302].

Les propositions d’articles sont à envoyer conjointement à :

Bibliographie

Boesen, E., Marfaing, L., 2014, Mobilités dans l’espace ouest africain. Ressources, développement local et intégration régionale, Paris, Karthala.

Boyer, F., Mounkaïla, H., 2018, « Européanisation des politiques migratoires au Sahel », In Grégoire, Kobiané, Lange, L’Etat réhabilité en Afrique, Karthala, pp. 267-286

Boyer, F., 2019, « Sécurité, développement, protection. Le triptyque de l’externalisation des politiques migratoires au Niger », Hérodote, 2019/1, n° 172, pp. 171-191

Coulibaly, H.; et Lima, S., 2017, Decentralization and territorialization of migratory resources in Mali: toward which local and transnational governance?, in T. Lacroix and A. Desille (Eds.), International Migrations and Local Governance. A Global Perspective, Londres, Palgrave Mac Millan, pp.97-110

Geiger, M.; Pécoud, A., 2010, The Politics of International Migration Management. Migration, Minorities and Citizenship, Londres, Palgrave Macmillan.

Kabbanji, L., 2011, « Vers une reconfiguration de l’agenda politique migratoire en Afrique de l’Ouest », Études internationales, 42 (1), p. 47–71.

La Cimade, 2020, La mise en œuvre du Fonds fiduciaire d’urgence au Mali, Niger et Sénégal. Outil de développement ou de contrôle des migrations ?, Note d’analyse, https://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2020/11/LaCim.CollNotes2-UFF-10F-.pdf

Lima, S., 2019, « Politiques du découpage local au Sénégal sous influences : inachèvement, hybridation, fragmentation », L’Espace Politique [En ligne], 39 | 2019-3, mis en ligne le 17 juillet 2020, consulté le 23 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7476 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7476

Mercandalli, S. ; Losch, B., (Eds.), 2018. Une Afrique rurale en mouvement. Dynamiques et facteurs des migrations au sud du Sahara. Rome, FAO et CIRAD, 60 p.

OCDE/CSAO, 2014, Un atlas du Sahara-Sahel : Géographie, économie et insécurité, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Éditions de l’OCDE, URL http://dx.doi.org/10.1787/9789264222335-fr

MIGREUROP, 2017, Atlas des migrants en Europe, Approches critiques des politiques migratoires, Paris, Armand Colin.

Pécoud, A., 2010, La bonne gouvernance des frontières ? « Plein droit », revue du GISTI, n°87, 2010/4, p. 24-27

Retaillé, D., 2007, « Quel est l’impact de la mondialisation sur le développement local ? Les échelles paradoxales du développement », Les Cahiers d’Outre-Mer, n°238, pp. 167-183

Scheel, S., Ratfisch, P., 2014, Refugee Protection Meets Migration Management: UNHCR as a Global Police of Populations, Journal of Ethnic and Migration Studies, 40 (6), p. 924-941

Van Dessel, J., 2019, International Delegation and Agency in the Externalization Process of EU Migration and Asylum Policy: the Role of the IOM and the UNHCR in Niger, European Journal of Migration, vol. 21, p. 435-458

Haut de page

Notes

1 https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N18/244/48/PDF/N1824448.pdf?OpenElement

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search