Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Varia 2020Pour une géopolitique extrospecti...

Varia 2020

Pour une géopolitique extrospective du développement urbain : Malaga et Mazara del Vallo, la coopération transfrontalière par le pragmatisme territorial

For an Extrospective Geopolitics of Urban Development: Malaga and Mazara del Vallo, Cross-Border Cooperation Through Territorial Pragmatism
William Kutz et Ilaria Giglioli

Résumés

Cet article contribue à la recherche sur la géopolitique urbaine par une théorisation « extrospective » du pouvoir local sur la scène internationale – c’est-à-dire une orientation du développement socio-économique qui encourage tant la concurrence que la coopération entre les entités métropolitaines au-delà des frontières de l’État-nation. Empiriquement, l’article se concentre sur une étude comparative des initiatives de développement extrospectives qui ont récemment émergé en réponse aux effets de la crise économique mondiale à Malaga (Espagne) et à Mazara del Vallo (la Sicile). Nous examinons les dimensions symboliques, infrastructurelles et territoriales de ces processus afin de suggérer une conception plus transversale de la géopolitique locale que celle généralement déployée par la recherche scientifique actuelle. Ce faisant, cette approche, que nous qualifions « d’extrospective » encourage une réflexion sur trois aspects qui sous-tendent le raisonnement géopolitique de l’École française : (a) ceux concernant les politiques territoriales internes et externes à l’État-nation ; (b) l’enjeu de rivalité entre pouvoir économique et pouvoir politique ; (c) le rôle du conflit ou du consensus comme facteurs qui animent l’action sur un territoire. Dans ce contexte, cette étude vise à élargir les perspectives par lesquelles se constitue la géopolitique urbaine contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le secrétaire général adjoint de l’UpM, Ihab Fahmy, déclaration sur la réunion de haut niveau de l' (...)

1L’avenir de l’Union européenne, en tant que structure de pouvoir inclusive et cohésive, dépendra de sa capacité à faire face aux défis de la région Euro-Méditerranée, qui relèvent de l’action et de l’échelle des métropoles. Le caractère historique de l’interdépendance et du développement économique inégal, conjugué à la fragilité des institutions politiques, contribuent aux multiples divisions socio-spatiales de la région. Ces défis s’intensifient depuis la crise économique mondiale, qui a limité les capacités fiscales et politiques des autorités locales de l’UE à développer des solutions durables, en raison des réformes d’austérité, des migrations depuis les zones de conflits et de la fuite des capitaux locaux (Kutz, 2017). Or, l’intégration euro-méditerranéenne vise à rééquilibrer les défis territoriaux à travers des formes de coopération régionale qui favorisent la délocalisation de l’investissement et de la programmation socio-économique avec les marchés étrangers (Damro, 2012). Les autorités urbaines jouent de fait un rôle décisif à travers diverses initiatives de coopération transfrontalière (p. ex. l’IEV CTF Med, le projet « migration ville-à-ville en Méditerranée » [MC2CM], Med Culture), ainsi que par de plus larges efforts pour « avancer la mise en œuvre du nouvel agenda urbain pour la région méditerranéenne ».1

2De telles initiatives de gouvernance locale tournées vers l’extérieur – ce que nous appelons une géopolitique extrospective du développement urbain – constituent la base de cette étude ; leur importance dans la région soulève donc des questions fondamentales : comment et dans quelle mesure ces initiatives se produisent-elles ? Sur quelles réalités géographiques se fondent leurs représentations discursives ? Enfin, quel est l’impact de ces actions sur les affaires étrangères dans la région ? Ces questions sous-tendent les recherches menées par l’École française de géopolitique depuis une quarantaine d’années, en particulier en ce qui concerne les alliances et les conflits qui se manifestent surtout à l’échelle locale (cf. Douzet, 2001 ; Prévôt-Schapira, 2001 ; Douzet et Giblin, 2013 ; Encel, 2007 ; Giblin, 2012 ; Subra, 2008 ; 2016). Néanmoins, ces travaux ont largement négligé l’influence des autorités locales dans l’intégration euro-méditerranéenne, pour privilégier l’analyse des échelles d’intervention supérieures.

3Deux facteurs expliquent cette tendance. D’une part, les théoriciens de l’École française conceptualisent la géopolitique urbaine comme des rivalités de pouvoir internes à l’État-nation, alors que les dynamiques externes de l’État sont considérées comme relevant des relations internationales. Ceci tend à laisser le voile sur les stratégies que les acteurs locaux emploient afin d’élargir l’influence politique ou économique de la ville au-delà des frontières de sa région ou même de son État-nation – comme celle promue dans les initiatives d’européanisation en Méditerranée. D’autre part, les théoriciens de l’École française « ne se [sont] pas sérieusement intéressés à l’économie » (Giblin, 2012, p.9) ou ont « opté de ne pas privilégier les enjeux économiques dans [leurs] analyses » (Lacoste, 2009, p. 40). Ceci est particulièrement problématique si l’on considère que, depuis le Printemps arabe, l’UE a cherché explicitement à assouplir son approche sécuritaire dans les relations avec les autorités du sud de la Méditerranée par la promotion de politiques de coopération socio-économiques et culturelles (Colombo, 2019).

4Notre analyse réfute ces distinctions analytiques entre l’interne et l’externe, entre la géopolitique et la géoéconomie, ou encore entre le conflit et le consensus qui structurent la recherche de l’École française ; nous proposons plutôt ici d’examiner ces changements au prisme d’une forme de géopolitique extrospective du développement local. Par extrospectif, nous qualifions un rapport politique fondé sur la construction symbolique et infrastructurelle du territoire que les entités locales emploient pour élargir la portée des marchés métropolitains vers de nouvelles frontières géographiques. Le concept s’inspire du constat formulé par Peck et Theodore (2002, p. 394) selon lequel les élites métropolitaines, face à la mondialisation économique de plus en plus compétitive, adoptent une posture « extrospective, réflexive et agressive … à l’encontre des préoccupations sur le bien-être social et l’approvisionnement d’équipements interne à l’État-nation qui ont marqué l’ère keynésienne. » Ainsi, les villes tentent de trouver des opportunités d’investissement, surveillent leurs concurrentes et mettent en œuvre des best practices pour ne pas être pas à la traîne de la compétition métropolitaine. En conséquence, ces impératifs donnent lieu à un pragmatisme politique orienté vers le marché que les autorités emploient pour répondre aux divers enjeux et contraintes dans la gestion ordinaire de la ville (McCann, 2013).

  • 2 Ces zones ne doivent pas être confondues avec les unités administratives de la Communauté autonome (...)

5Nous développons cet argument par une étude comparative de Malaga (Espagne) et de Mazara del Vallo (la Sicile) – deux exemples de développement extrospectif émergeant dans la Méditerranée. Le premier cas est localisé dans la région « d’Andalousie », une zone qui s’étend du sud de l’Espagne au nord du Maroc, tandis que le deuxième concerne une région « arabo-méditerranéenne » entre la Sicile et la Tunisie (voir Cartes 1 et 2).2 Les autorités de Malaga et de Mazara del Vallo soulignent toutes deux que le patrimoine arabo-musulman joue un rôle majeur dans l’identité de leurs villes, et insistent sur leur lien historique avec les territoires nord-africains. Cette identité leur permet de transcender l’épaisse frontière qui divise les villes européennes de leurs homologues au sud, et offre donc un prisme pertinent pour observer la construction des rapports extrospectifs dans la Méditerranée.

Carte 1 - Flux des échanges extrospectifs, Malaga-Maroc

Carte 1 - Flux des échanges extrospectifs, Malaga-Maroc

Source : conception basée sur des rapports internes et des entretiens avec des représentants de Promálaga et de l’OMAU Málaga – Réalisation : auteurs

Carte 2 – Flux des échanges extrospectifs, Mazara del Vallo-Tunisie

Carte 2 – Flux des échanges extrospectifs, Mazara del Vallo-Tunisie

Source : Conception basée sur des entretiens avec des fonctionnaires de la municipalité de Mazara del Vallo – Réalisation : auteurs

6Après avoir exposé les débats sur les approches de la géopolitique locale, puis détaillé la méthodologie employée, la première partie de l’article décrit le contexte dans lequel les administrateurs de Malaga et de Mazara del Vallo sont confrontés aux effets de la crise des subprimes, et comment ils cherchent à résoudre ces défis par la promotion d’initiatives de développement transfrontalières avec les pouvoirs locaux en Afrique du Nord. La deuxième partie explique comment ces échanges se déploient par la construction représentationnelle et infrastructurelle des espaces « andalou » et « arabo-méditerranéen ». La troisième partie cherche à saisir comment les autorités visent à gouverner les réalités territoriales que ces actions produisent. L’article conclut par une réflexion sur notre approche extrospective et sa contribution aux théories géopolitiques.

La géopolitique extrospective : les enjeux scientifiques du débat

7Depuis longtemps, les chercheurs reconnaissent d’importantes limites à la théorisation des formes extrospectives de la géopolitique locale. Le Galès et Lequesne (1997) ont fait valoir que les théoriciens étaient sceptiques quant au pouvoir des régions métropolitaines en Europe, en raison de leur faible institutionnalisation au sein de l’État-nation et de leur incapacité à organiser la coordination des acteurs économiques et sociaux au-delà de leurs propres territoires. Ce constat est étayé par le fait que la politique de régionalisation européenne ne se préoccupe pas des dynamiques urbaines (Harding, 1997 ; Rivière, 2011). Même les programmes explicitement locaux, tels que URBAN et URBACT, ont été critiqués pour leur médiocre capacité à influencer les niveaux supérieurs de gestion territoriale européenne. Ainsi, Dukes (2008, p. 14) a déclaré : « il est étonnant que le discours sur la politique urbaine européenne soit absent au niveau local ». Plus récemment, Celata et al., (2015, p. 67) soulignent qu’« aucune mention de la société civile ou des acteurs locaux n’est incluse dans les stratégies méditerranéennes ».

8L’École française de géopolitique a cependant contesté l’hypothèse selon laquelle le pouvoir politique local est nécessairement impuissant, et a donc élargi la conception de l’action géopolitique comme « toute rivalité de pouvoirs sur un territoire » (Lacoste, 2012). Selon eux, la géopolitique locale vise à étudier des conflits territoriaux qui concernent à la fois les enjeux et la mobilisation des acteurs locaux autour de circonstances plus diverses que celles souvent identifiées à d’autres échelles d’intervention (Subra, 2012). De plus, bien que la géopolitique s’intéresse aux conflits socio-spatiaux, les théoriciens ont tendance à mettre moins l’accent sur les questions concernant la violence et la destruction urbaines (une obsession de la géopolitique urbaine anglo-américaine) et davantage sur les tensions et les conflits ordinaires – que ce soit dans la rue (Morvan, 2013), dans les urnes (Douzet, 2001), ou même entre fonctionnaires et élus locaux (Giblin, et al., 2001).

9Dans ce contexte, l’influence géopolitique se constitue à travers un système d’acteurs territoriaux, par les représentations que ces derniers mobilisent ainsi que par les rapports de force qu’ils exercent sur l’orientation d’un territoire. Alors que le territoire opère comme un concept de synthèse dans l’analyse, les représentations des espaces, qu’elles soient conscientes, implicites ou accidentelles, jouent un rôle décisif dans l’animation de l’action géopolitique (Paquet, 2019). Ces visions sont importantes parce qu’elles se composent de faits objectifs ainsi que du caractère profondément subjectif par lequel les individus sont interpellés (Douzet, 2001). En conséquence, les représentations géopolitiques reflètent des perspectives contradictoires et des rapports de pouvoir asymétriques qui participent à l’organisation de la société (Lacoste 2012). La restructuration de l’État-nation – la décentralisation, la déconcentration et la multiplication des pouvoirs territoriaux – a fragmenté ces intérêts devenus concurrents, ce qui a rendu le consensus politique de plus en plus difficile à atteindre. Sous différentes formes, l’État intervient donc pour définir et arbitrer l’intérêt général autour duquel se manifestent les conflits. Néanmoins, c’est bien par l’usage de l’espace que s’affirme le contrôle territorial (Subra, 2008 ; 2012 ; 2018).

10Ainsi, l’École française propose un cadre théorique avancé pour analyser les rivalités entre pouvoirs locaux et développer des perspectives comparatives entre divers contextes territoriaux. Toutefois, les chercheurs n’ont pas encore adapté cette approche aux transformations de la géopolitique euro-méditerranéenne. Le problème est dû en particulier aux distinctions conceptuelles qui sous-tendent l’analyse de la géopolitique locale et qui opèrent : (a) entre les affaires internes et externes de l’État-nation ; (b) entre la géopolitique et la géoéconomie ; (c) ainsi qu’entre le conflit et le consensus politique. Tout cela met en évidence la nécessité de définir un concept qui tienne compte de la complexité des échanges transfrontaliers urbains qui émergent dans la région.

11D’abord, les approches théoriques définissent la géopolitique locale comme des rivalités de pouvoir internes à l’État-nation, tandis que les conflits externes entre États sont envisagés dans la perspective des relations internationales (c.f. Douzet, 2001 ; Giblin, 2012). Par exemple, bien que Subra (2012) reconnaisse que la distinction entre interne et externe de la géopolitique locale n’est pas efficace, il déclare néanmoins :

Ce qui fait le caractère local d’un conflit, ce n’est donc pas son caractère interne ou infraétatique. Ce n’est pas non plus seulement l’échelle géographique à laquelle il se déroule (la « grande échelle », comme les géographes ont l’habitude d’appeler les petits territoires). C’est la combinaison d’un territoire de relativement petite dimension (en général) et de la présence d’enjeux et d’acteurs qui sont locaux. Un conflit est local dans la mesure où une partie significative de ses enjeux, de ses acteurs, et donc de ce qu’on pourrait appeler sa logique, sont locaux. Il ne l’est pas lorsqu’ils sont d’abord nationaux ou internationaux (Subra, 2012, p. 57).

12Cette approche laisse peu de place aux stratégies extrospectives que les autorités locales visent à exercer en tant qu’acteurs dans un système de villes mondialisé (Amin et Thrift, 2005 ; Hulbert, 2009), tels que celui observé à Malaga et Mazaro del Vallo.

13Le même problème se retrouve aussi dans la distinction entre la géopolitique et la géoéconomie. Lorot (2009, p. 17), à la suite d’Yves Lacoste, soutient que la géopolitique est une « une méthode d’analyse et d’interprétation des rapports de force sur le plan international » alors que la géoéconomie « n’est pas [basée sur] le contrôle des territoires, [elle] est d’acquérir la suprématie technologique et commerciale ». Néanmoins, de telles distinctions ont tendance à masquer d’autres rivalités ou tensions territoriales par lesquelles le développement local se produit (Pérouse de Montclos, 2013 ; Giblin, 2013). Elles ne prennent pas en compte, par exemple, l’importance des formes de « soft power » économiques qui sous-tendent la diplomatie que l’UE exerce au sud de la Méditerranée (Boyer et Dehove, 2001 ; Haydar, 2016).

14Enfin, l’École française fait la distinction entre la notion de conflit et celle de consensus comme moteurs de l’action géopolitique. L’analyse du consensus est généralement considérée dans le champ de la gouvernance urbaine – c’est-à-dire comme une méthode de gestion publique qui vise à minimiser les effets de conflits non-prévus ou d’impuissance étatique par la coordination de différents acteurs urbains (Le Galès, 1995 ; Swyngedouw, et al, 2002 ; Fournet-Guérin et Vacchiani-Marcuzzo, 2009). En revanche, les géopoliticiens priorisent l’analyse de conflit comme révélateur des rapports de pouvoir sous-jacents parmi les acteurs et les réalités de territoires (Lacoste, 2012). Cette préférence pour le conflit néglige cependant l’importance de la prévention des conflits dans la politique transfrontalière, ce qui est d’autant plus pertinent que l’UE est elle-même issue d’une quête de maintien de la paix en Europe, ainsi qu’avec son voisinage plus large. Ces tendances ont des impacts sur la manière dont les entités européennes sont impliquées dans les initiatives de coopération et d’intégration transfrontalières dans l’espace méditerranéen.

15Au lieu d’insister sur la distinction entre l’interne et l’externe, la politique et l’économique ou le conflit et le consensus, ce qui limiterait la capacité de saisir la complexité des échanges entrepris à Malaga et Mazara del Vallo, notre approche associe diverses tendances à travers une grille d’analyse qui met l’accent sur l’orientation spatiale des stratégies de développement local. Elle vise à développer un concept de géopolitique dite « extrospective » qui se définit comme une stratégie par laquelle les autorités locales cherchent à étendre les initiatives politiques et économiques avec d’autres villes au niveau national ou international, et dont les bénéfices, qu’ils soient matériaux ou symboliques, visent à surmonter des défis de gouvernance locale qui sinon resteraient irrésolus s’ils étaient traités au sein de leurs territoires uniquement. Ce concept apporte ainsi deux contributions à l’École française de géopolitique. D’abord, il fournit un cadre permettant d’examiner les stratégies de développement local d’une manière transversale, afin de clarifier comment l’influence politique et économique sur un territoire (nord-africain) pourrait être déployée au profit des acteurs d’un autre territoire (européen). Deuxièmement, cette approche encourage une conceptualisation plus ouverte de la frontière entre les dimensions internes et externes de l’État, les actions politiques et économiques, ainsi que l’influence des conflits et des consensus qui structurent les rivalités de pouvoir. Enfin, le concept propose un point de vue davantage relationnel quant à la construction géopolitique – entre plusieurs acteurs et échelles de l’État (du local à l’international), ainsi que sur les diverses géométries de pouvoir (extrospectives et introspectives), où chaque stratégie a la capacité de renforcer et de transformer l’autre. Ces considérations visent à contribuer à la théorisation géopolitique, en proposant des axes de réflexion sur les modalités de constitution et d’affirmation de la souveraineté territoriale.

Aire d’étude et considérations méthodologiques

16Malaga (Espagne) et Mazara del Vallo (la Sicile) sont deux villes qui se situent dans les régions aux économies les plus faibles de l’Union européenne. Notre argument repose sur l’hypothèse que les effets de la crise économique en Europe ont changé la coordination de la gouvernance urbaine des deux métropoles – d’un ensemble d’acteurs et d’enjeux locaux vers une orientation extrospective de développement socio-économique. Ainsi, en 2006 le secteur de la construction espagnole dans la Junte d’Andalousie a contribué à 20 % de la valeur nationale du secteur et environ 20 % de l’emploi régional. L’effondrement de l’économie urbain et la délocalisation des entreprises vers des marchés aux pays tiers ont impacté la capacité des autorités publiques à gérer les services et infrastructures de base, surtout à Malaga. Jusqu’à 2018, le PIB régional par habitant était le deuxième plus bas d’Espagne avec un taux de chômage à 23 % (Fernández-Tabales et Cruz, 2013, p. 31 ; Commission européenne, 2020a). Au cours de la même période, l’économie sicilienne s’est trouvée en déclin en raison de la mauvaise performance industrielle, jusque-là soutenue par les fonds de développement régional de l’État italien (Gualini, 2005). Mazara del Vallo a bénéficié de ces fonds jusque dans les années 1990, mais la ville a été surtout affectée par l’effondrement des stocks de pêche méditerranéens dont son économie dépendait (Giglioli, 2017). Ainsi, entre 2010 et 2018, le chômage en Sicile a augmenté de plus de 50 % et accueille désormais la deuxième plus forte concentration de chômeurs en Italie (21,5 % - Commission européenne, 2020b).

17En réponse, les autorités de Malaga et de Mazara del Vallo ont lancé des initiatives de coopération transfrontalières, encourageant leurs entreprises à investir au Maroc et en Tunisie, ou bien collaborant avec des municipalités étrangères pour entreprendre des projets de développement conjoints. Ces échanges ont été possibles grâce à de longs processus de restructuration économique et administrative en Espagne depuis la transition démocratique suite à la mort de Franco en 1978 et en Italie surtout depuis les derniers 20 d’années. De plus, la Sicile est l’une des cinq régions dotées d’un statut lui conférant une autonomie accrue par rapport aux autres régions italiennes. L’équilibre entre la « périphéralité » territoriale et l’autonomie institutionnelle a donné aux délégués de Malaga et de Mazara del Vallo la possibilité d’éprouver des stratégies de développement urbain au niveau international en transformant l’image prédominante de l’Afrique du Nord d’un « espace d’insécurité » à un territoire vaguement chargé d’« opportunité ». Comme Prévot-Schapira (2001, p. 126) l’a évoqué, cette nouvelle géopolitique visait à combler les « espaces vides » de la région à travers la monumentalisation de certains « édifices territoriaux » afin de promouvoir de nouvelles formes d’intégration urbaine.

18Ces stratégies extrospectives ont eu l’ambition de renforcer le développement transfrontalier par divers moyens. À Mazara del Vallo, les autorités ont promu les relations avec les villes en Tunisie pour attirer les fonds européens dans les domaines de la coopération internationale, afin d’augmenter leur capacité à financer des projets d’aménagement local (Giglioli, 2017). De la même manière, les administrateurs de Malaga ont recherché des fonds de coopération européens afin d’élargir leur accès aux notables marocains en charge des grands projets infrastructurels du pays et pour lesquels les entreprises espagnoles pourraient participer (Kutz, 2017).

19Alors, la question se pose : comment ces stratégies ont été construites et justifiées par les autorités espagnoles et italiennes afin d’assurer le développement socio-économique de leurs propres villes ? L’étude s’appuie sur des études de terrain entrepris à Malaga et Mazara del Vallo sur une période de 10 ans après la Grande Récession (2006-2016). Un tel pas de temps nous permet d’examiner les réponses locales survenues depuis le début de la crise, ainsi que leur implication aux transformations de la politique d’européanisation aux états nord-africains après le Printemps arabe – d’une approche « macro-régionale » caractérisée par le Processus de Barcelone à une diplomatie fondée de plus en plus sur un réseau d’accords bilatéraux, qui ont facilité l’émergence de nouveaux décideurs et systèmes de pouvoir locaux au Maroc et en Tunisie avec leurs propres visions et intérêts dans leurs rapports avec l’UE (Kutz and Wolff, 2020 ; Zardo et Cavatorta, 2019).

20La recherche s’est effectuée sous la forme d’entretiens et d’observation-participante, et par l’analyse des archives de la presse locale et des données fournies par les bureaux de statistiques. Les entretiens ont été menés avec des représentants des entités publiques, des membres de la société civile, ainsi que des cadres d’entreprises des deux villes impliquées dans des programmes de coopération au Maroc et en Tunisie. En Espagne, il s’agissait de représentants de la mairie de Malaga, du Ministère des finances et de l’administration publique en charge des fonds communautaires, du bureau chargé de l’acquisition et de la gestion des fonds européens (El Observatorio de Medio Ambiente Urbano), de l’entreprise publique en charge des projets d’aménagement urbain transfrontaliers (Promálaga), ainsi que d’autres entreprises, cabinets de consultants et organisations professionnelles associés à la promotion du développement urbain au Maroc. Les reportages du journal de Malaga (Diario Sur) conservés aux archives municipales (Archivo Municipal de Málaga) ont été consultés pour corroborer les observations recueillies sur la période considérée.

21En Italie, le travail se focalise sur des entretiens auprès d’élus municipaux de Mazara del Vallo, des fonctionnaires de la région sicilienne, des membres des milieux d’affaires et de la société civile sicilienne et tunisienne, ainsi que des représentants d’Eures Group Srl ayant conseillé la ville de Mazara sur ses stratégies de marketing urbain. Ces entretiens ont été complétés par l’exploitation des procès-verbaux des réunions du conseil communal de Mazara del Vallo conservés dans les archives municipales, ainsi que les articles des journaux locaux (Giornale di Sicilia et Repubblica) situés à l’Istituto Gramsci à Palerme.

22Dans ce contexte, notre analyse vise à identifier les facteurs récurrents et distinctifs des données recueillies auprès des documents et des sources médiatiques, ainsi que des commentaires exprimés par les acteurs impliqués dans l’élaboration des nouvelles stratégies de développement extrospectif à la suite de la crise économique mondiale. Cette approche vise donc à fournir une cohérence théorique transversale afin de comparer et de généraliser les tendances observées dans les deux études de cas. Étant donné la diversité des donnés consultées, l’analyse ne soulignera que les exemples les plus pertinents des phénomènes observés de l’étude.

Trois aspects du développement extrospectif

Inventer le territoire : des villes périphériques aux « ponts » méditerranéens 

23La géopolitique urbaine ne se limite pas aux bornes juridiques de la ville, mais elle est plutôt influencée par la transformation des frontières internationales autant que par la réorganisation des limites administratives de l’État-nation (Douzet, 2001). Ces critiques de la nation et de sa spatialité ont longtemps remis en question la notion d’identité territoriale (Dietz, 2004). Les débats, par exemple, sur l’étendue « naturelle » de l’UE, ainsi que sur les efforts pour promouvoir des voies d’intégration de pays-tiers, ont contribué à la production de nombreux symboles et métaphores qui circonscrivent les espaces d’inclusion et d’exclusion dans la région. Ces représentations sous-tendent surtout la réinvention géopolitique des territoires « andalou » et « arabo-méditerranéen » depuis Malaga et Mazara del Vallo.

24Le patrimoine arabo-musulman en Andalousie a été considéré comme « le plus grand atout et fardeau de la région » (Rogozen-Soltar, 2007, p. 865), ainsi que l’un des plus controversés de tous les problèmes concernant l’identité territoriale (Dietz, 2004). L’héritage d’Al-Andalus a été au centre de la politique de la régionalisation espagnole avant même la transition démocratique en 1978. La décentralisation du pouvoir dans l’ère post-franquiste s’est fondée sur la reconnaissance attribuée à chaque communauté autonome d’une identité territoriale distincte. Les communautés autonomes qui ont démontré un caractère unique ont obtenu une plus grande autonomie administrative que d’autres (ibid, p. 868). L’identité andalouse a cependant été remise en question par le fait que, contrairement aux cas de la Catalogne et du Pays basque, la région manquait d’importantes institutions autonomes avant 1978 (Bukowski, 2002). Le régime franquiste a exploité la culture populaire andalouse (par exemple, la corrida et la danse flamenco) comme symboles emblématiques de l’identité nationale espagnole. Par conséquent, la lutte pour l’autonomie andalouse après 1978 s’est focalisée sur « la décentralisation politique avec la décolonisation idéologique de Madrid » (Dietz, 2004, p. 1095). L’un des moyens d’y parvenir était de s’appuyer sur l’héritage arabe et musulman de la région, avec une « hyper-conscience » de la manière dont ces représentations sont projetées aux niveaux national et international (Rogozen-Soltar, 2007).

25L’identité territoriale de la Sicile a également des racines profondes dans le patrimoine nord-africain. Comme dans la Junte d’Andalousie, la marginalisation de cette région au sein de l’Italie a conduit les politiques et les intellectuels à promouvoir des liens avec l’Afrique du Nord afin de mettre en valeur la place de la Sicile comme nœud de connectivité méditerranéenne. Au milieu du XIXe siècle, des orientalistes tels que Michele Amari ont écrit sur la culture et l’économie de la région sous la souveraineté arabe du IXe au XIIe siècle afin de récuser l’opinion, selon les Italiens du Nord, que les Siciliens étaient « arriérés » ou même pas des « vrais » européens (Mallette, 2010 ; Moe, 2002). La perte des colonies italiennes en Afrique du Nord en 1947 et l’inscription parallèle du « statut spécial » de la Sicile dans la Constitution italienne cette année-là ont conféré à la région une autonomie considérable dans les domaines législatif, administratif et financier. Pendant les années 1970 et 1980, les intellectuels et les politiciens siciliens ont exploité ce statut afin de cultiver des relations économiques et politiques avec l’Afrique du Nord. Leurs efforts visaient à contester la marginalisation de la région en créant des programmes de développement coordonné à l’échelle locale, au-delà des initiatives centralisées par l’État italien. Bien que ces actions n’aient jamais joué un rôle majeur dans les plans de développement local, en raison des conflits avec les autorités centrales (Frusciante, 2012), elles ont néanmoins concouru à façonner une vision de l’identité « arabo-méditerranéenne » en Sicile – telle qu’exprimée par les références au patrimoine culinaire et artistique, au métissage culturel et à l’espace « méditerranéen » partagé entre la Sicile et l’Afrique du Nord. Ces représentations ont été à nouveau invoquées dans les programmes de développement urbain au cours des années 1990, ainsi que dans les projets de coopération transfrontalière prônés après la crise de 2006.

26Bialasiewicz et al. (2013) constatent qu’une multiplicité de « fantasmes spatiaux » définit la politique d’intégration macro-régionale entre l’Union européenne et son voisinage. Les métaphores écologiques ont été importantes dans la construction des représentations géopolitiques andalouses et arabo-méditerranéennes car elles ont servi à dépolitiser la structure inégale, parfois néo-colonialiste, de la coopération menée depuis le nord. À Malaga, par exemple, les autorités se sont explicitement appuyées sur Fernand Braudel et sa conception de la Méditerranée pour justifier des échanges transfrontaliers avec le Maroc (OMAU, 2013). Comme l’a déclaré un représentant de la coopération hispano-marocaine de Malaga :

Le nord du Maroc est un marché naturel pour nous et nous sommes un marché naturel pour le Maroc. Ce que ces programmes [de coopération] peuvent faire, c’est améliorer la communication, faciliter les synergies, générer des opportunités et des relations interurbaines (entretien, OMAU, 6 septembre 2013).

27Les partisans de la coopération à Mazara del Vallo ont employé des affirmations similaires en discutant des programmes de coopération avec des villes tunisiennes. Par exemple, dans une interview de mars 2014, l’évêque de Mazara del Vallo (un fervent défenseur de l’intégration régionale) a déclaré :

La Sicile … représente depuis plus d’un millénaire un lieu de rencontre et un pont entre les civilisations et les cultures … c’est l’une des vocations de cette terre qui … peut donner la base culturelle de la vision de la Méditerranée du gouvernement italien comme zone de développement possible de l’Italie.

28De telles métaphores reflètent la résilience des discours siciliens à l’égard de la Méditerranée. Dès les années 1970 en effet, les partis politiques de gauche avaient tendance à considérer les pays récemment décolonisés comme « confrères naturels » du développement sud-sud (l’Ora, 1979). Une opinion similaire était également exprimée par le centre-droit, qui justifiait la coopération méditerranéenne comme une stratégie nécessaire pour empêcher les pays nord africains de tomber sous l’influence soviétique (entretien, Nicola Vella, février 2014). Les chrétiens-démocrates, en particulier, employaient des métaphores socio-écologiques pour relier l’héritage arabe et musulman de la Sicile à l’identité chrétienne dominante dans la région promue par l’église catholique après le Concile Vatican II en 1964 (Giovannoni, 2014 ; La Pira et Giovannoni, 2006).

29En Espagne, Dietz (2004) soutient que l’identité andalouse vise à combler les représentations historiques et fragmentées du territoire espagnol. À différentes époques, les notables ont défini l’Andalousie comme le « sommet » du continent africain et du « monde oriental » – des constats qui étaient déjà évoqués dans la région pendant la colonisation espagnole (Marín-Aguilera, 2018). Néanmoins, comme à l’époque coloniale, ces représentations sont contradictoires dans la mesure où leur projection aujourd’hui sert à obscurcir la militarisation de la frontière européenne avec le Maroc et la violence subie par les migrants clandestins qui tentent de franchir ces murs (Ferrer-Gallardo, et al., 2015). De telles tendances ont également été observées en Sicile où les pouvoirs publics ont célébré l’héritage partagé avec les pays nord africains alors que la région était profondément touchée par la crise des réfugiés et le durcissement de la frontière européenne (Casas-Cortes et al., 2013 ; Giglioli, 2017). Ces tendances montrent donc comment les collectivités conçoivent les zones de l’action géopolitique, et de quelle manière la population locale perçoit son histoire collective, son territoire, et celui de populations admises comme « autre » au sein de son espace (Encel, 2007). Pour mieux comprendre ces évolutions, il est nécessaire d’examiner les pratiques par lesquelles l’identité territoriale est mise en œuvre pour élargir l’influence espagnole et sicilienne en Afrique du Nord.

Construire et dire l’intégration transfrontalière par l’infrastructure

30Subra (2008) constate que les représentations politiques – leur contenu et leur usage – déterminent le degré de contrôle que les acteurs exercent sur l’espace. Du fait des limites territoriales incertains, ce rapport est néanmoins variable et contradictoire, ce qui réduit la capacité des autorités à projeter une vision cohérente du territoire (Douzet, 2001). La question est d’autant plus problématique pour les acteurs européens qui visent à influencer des zones auparavant colonisées de la Méditerranée (comme le Maroc et la Tunisie) car les symbolismes arabo-musulmans sur lesquels ils s’inspirent afin de construire une identité transfrontalière ont tendance à reproduire ceux violemment imposer dans la région depuis la conquête coloniale (Maalouf, 1998 ; Marin-Aguilera, 2018).

31Afin de surmonter ces clivages, les acteurs locaux cherchent à obtenir le consensus sur les « façons régionales de faire les choses » collectivement (Passi, 2009). L’institutionnalisation des normes, standards et modes opératoires est ainsi cruciale pour structurer ces « jeux de reconnaissance » (recognition games – Ringmar, 2002). Bien que l’incarnation de l’intérêt général soit médiatisée par l’État-nation dans des conflits géopolitiques internes (Subra, 2016), le rôle de ce dernier est moins évident dans les actions extrospectives où l’UE et la société civile jouent souvent de rôle d’animateurs à travers les divers programmes opérationnels et appareils institutionnels (c.f. Kutz, 2017 ; Celata et al., 2017). Comme l’a déclaré une fonctionnaire impliquée dans les projets de coopération au Maroc :

L’UE façonne le financement à tous les niveaux du gouvernement. C’est un préalable à l’accord d’adhésion de l’Espagne… Elle détermine les lignes sociales, politiques et économiques que nous suivons [à Malaga] – donc c’est pourquoi la conformité est si importante (entretien, Fundación CIEDES, 10 mai 2016).

32Malaga a joué un rôle pionnier dans le développement de formes nouvelles et expérimentales de coopération transfrontalière au sud de l’Espagne, ce qui souligne la capacité dont les administrateurs ont pu exploiter le patrimoine arabo-musulman pour construire des ponts culturels avec les autorités marocaines ainsi que leur aptitude à traduire leurs stratégies géopolitiques dans la grammaire des institutions européennes.

33Néanmoins, l’UE (comme les l’États-nations) n’est qu’un des nombreux systèmes d’acteurs avec lesquels les entités locales tirent parti des programmes et des structures de financement afin externaliser les projets de développement. Les notables de Mazara del Vallo, par exemple, ont largement évité les programmes européens pour entreprendre des projets en Tunisie ; ils préfèrent d’appuyer sur leurs liens avec la société civile tunisienne et d’autres parties prenantes. C’est le cas notamment du jumelage entre les diocèses catholiques de Mazara del Vallo et de Tunis, ou de la collaboration entre la Confédération générale italienne du travail (CGIL) et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) pour soutenir des ouvriers tunisiens ressortissant de l’Italie (entretien avec les représentants au syndicat CGIL et à la Fondation Orestiadi). Bien que leurs projets soient rarement soutenus par les fonds de l’UE, ils sont néanmoins motivés par la possibilité que les échanges faciliteraient l’obtention future de financements. 

34Alors que les approches de développement extrospectives présentent un contraste entre Malaga et Mazara del Vallo, les deux administrations emploient néanmoins des techniques similaires pour ancrer leurs visions régionales dans le territoire – à travers ce que Prévot-Schapira (2001) appelle la « monumentalisation » de l’espace urbain. Cette appropriation stratégique du territoire vise à élargir les opportunités pour la population locale de rencontrer et d’adhérer à l’identité régionale promue par les collectivités. Par exemple, en 2011, le maire de Malaga a inauguré le Centre d’études hispano-marocaines (Centro de Estudios Hispano Marroquí - CEHM) en présence de représentants des plus grandes villes du nord du Maroc. Le CEHM a été conçu comme un espace permettant aux autorités espagnoles et marocaines de partager les best practices en matière de gestion urbaine, de gouvernance administrative, et de participation démocratique dans la région (CEHM, 2018). L’emplacement du CEHM sur les remparts de l’ancienne porte de la ville musulmane (bab al-jawja) sert à légitimer la coopération transfrontalière « comme attestation du patrimoine musulman de Malaga » (CEHM, 2018) et à « faciliter un rapprochement entre les deux rives [de la Méditerranée] pour une meilleure compréhension » (CEHM, 2012). À l’entrée, les visiteurs peuvent apprécier la reconstruction historique du Centre dans la salle d’exposition où les installations artistiques et culturelles sont exposées tout au long de l’année. Cette juxtaposition de culture andalouse médiévale et de productions artistiques contemporaines reflète la manière dont la ville de Malaga cherche à ancrer sa vision extrospective dans le territoire marocain (CEHM, 2018).

35Des tendances similaires ont été observées à Mazara del Vallo où le réaménagement du quartier historique de la Casbah visait à créer une continuité visuelle avec les villes tunisiennes. Les autorités ont blanchi les murs et ont ajouté des carreaux de céramique, des vases décoratifs et des bancs publics afin de créer une esthétique méditerranéenne (Allievi, 2003). Ces activités ont fusionné autour de la Casa Tunisia en 2013 quand le maire de Mazara del Vallo, dans son discours inaugural, a présenté la fondation comme un espace de promotion de la coopération économique et culturelle avec la Tunisie, ainsi qu’un moteur pour la revitalisation urbaine de Mazara del Valo. Face à des représentants du gouvernement italien, des diplomates tunisiens et des hommes d’affaires, le maire a déclaré : 

Casa Tunisia est une source de fierté pour notre administration, qui a réussi à donner un siège à cette communauté tunisienne … nous avons aussi l’ambition de voir les tunisiens organiser des conférences et événements, créer des conditions de disponibilité pour le dialogue afin de discuter aussi de l’économie et pas seulement des aspects culturels…. J’espère que cet édifice est avant tout un signe de départ et de revitalisation de notre centre historique de la ville de Mazara (TeleIbis, 2013).

36Derrière la promotion du patrimoine culturel se cache néanmoins un impératif économique porté par la marchandisation de l’identité arabo-musulmane des deux territoires. Le programme de coopération « Arrabales » entre Malaga et les villes marocaines en est exemplaire. Entre 2011 et 2014, ce programme a cherché à fournir aux administrateurs marocains les outils et les technologies pour réhabiliter des quartiers dégradés des villes précoloniales du Maroc afin d’encourager le tourisme et les investissements internationaux. L’initiative tourne en particulier autour de la création d’un Bureau de préservation historique (Oficinas de Centros Históricos) à Tétouan sur le modèle du CEHM à Malaga, afin de coordonner la réhabilitation des sites dotés d’une valeur culturelle et économique exceptionnelle. Ainsi, en créant le bureau, les dirigeants de Malaga (ainsi que les promoteurs et les investisseurs locaux) se sont mis dans une position privilégiée de participation aux projets d’aménagement du Maroc (Kutz, 2017). Comme l’a indiqué le plan stratégique du Bureau de préservation historique de Tétouan :

[Tétouan est] une ville qui a servi de charnière entre l’Espagne, et donc l’Europe, avec le nord du Maroc. [Cette proximité] encourage l’intérêt d’une multitude d’organisations internationales, mais surtout espagnoles et andalouses, à coopérer autour du patrimoine culturel de la ville. La coordination, l’orientation, la planification, l’organisation et la facilitation de la coopération internationale sont indispensables pour le Bureau, car il est dans une position privilégiée pour faciliter ces actions de protection du patrimoine de tout type (OMAU, 2018, p. 251).

37Des circonstances similaires ont été observées à Mazara del Vallo, où la régénération urbaine visait à requalifier l’architecture musulmane et la communauté tunisienne en Sicile comme des ressources économiques à exploiter. En ce sens, en adoptant la « cohabitation multiculturelle avec la communauté nord-africaine », Mazara del Vallo vise à commander des flux capitaux transfrontaliers vers la ville afin de répondre aux « … défis futurs de l’intégration euro-méditerranéenne » (Avventura Urbana & Eures Group, 2009, p. 50-51). Comme l’indiquait un document touristique :

Mazara del Vallo est un exemple important … d’une ville multiethnique et multiculturelle, où les différences sont des ressources … une promenade à travers les ruelles et les cours de son tissu urbain et islamique rend une visite à [la ville] intéressante et engageante. (Li Vigni et Mauro, sd)

38Ces exemples montrent comment l’émergence de la géopolitique extrospective à Malaga et Mazara del Vallo est ancrée dans la monumentalisation de certaines infrastructures urbaines. Les initiatives sont mises en œuvre par le biais de programmes officiels de l’UE, ainsi que par des réseaux informels entre les autorités locales et leurs homologues nord-africaines. Le consensus avec les derniers sur les stratégies et les étapes à poursuivre est donc essentiel afin d’instaurer de nouvelles zones d’échanges transfrontalières, qu’une interprétation seulement fondée sur la distinction entre espace géopolitique interne et externe ne suffit à comprendre et expliquer.

Pragmatisme stratégique : une politique du « possible » face à l’incertitude territoriale

39Les efforts de construction d’une vision cohérente du territoire reflètent néanmoins des processus de « re-frontiérisation » européenne au niveau local, où la définition des limites territoriales joue un rôle déterminant dans l’inclusion ou l’exclusion des échanges régionaux émergents. Ces tentatives s’appuient ainsi sur la volonté des autorités nord-africaines, sur leur connaissance du terrain et sur les réseaux d’acteurs locaux, sans lesquels une politique de coopération interurbaine serait impossible. Dans ce contexte, les stratégies de développement promues par Malaga et Mazara del Vallo, bien que matériellement et symboliquement ancrées dans le tissu urbain des deux villes, sont ainsi conçues afin de permettre à leurs homologues nord-africaines de s’approprier, de modifier ou même de subvertir la représentation exclusivement européenne des régions transfrontalières. Alors que les autorités municipales espagnoles et siciliennes ont constaté que de telles formes de négociations renforçaient la qualité des coopérations métropolitaines, elles ont aussi exprimé comment ces dernières peuvent contrecarrer ou limiter leurs ambitions en Afrique du Nord – que ce soit par une résistance ouverte aux projets phares (comme la Casa Tunisia), ou par des retards et lourdeurs bureaucratiques (comme l’on a constaté à Malaga – Giglioli, 2017 ; Kutz, 2017). Afin que ces négociations ou défis ne sapent pas l’essor d’une vision géopolitique locale, les entités municipales européennes ont donc tendance à traiter les frontières émergeant de la région, qui définissent des modes d’inclusion et exclusion, avec un pragmatisme stratégique.

40L’enjeu est évident lorsque l’on considère la territorialité « versatile » (Darques, 2016) par lesquelles les activités de développement transfrontalier se manifestent à Malaga et Mazara del Vallo. En Espagne, par exemple, les échanges avec les villes marocaines étaient souvent limités aux collectivités situées dans les unités administratives a priori définies comme éligibles dans les programmes de coopération transfrontalière de l’UE, même si la zone historique d’Al-Andalus qui guide la stratégie régionale de Malaga s’étend bien au-delà de cette délimitation officielle. Les zones d’éligibilité dépendent aussi de la politique domestique des pays nord-africains (c’est-à-dire du découpage administratif et des rivalités de pouvoir interne et de clientélisme que cela suscite), ce qui détermine directement les processus d’inclusion et d’exclusion aux projets régionaux, ainsi que les incohérences et contradictions par lesquelles la géopolitique extrospective se constitue matériellement et symboliquement. Les pouvoirs locaux visent donc à construire des représentations du territoire d’une manière qui résiste à la fois aux « décalages scalaires » de l’espace régional, aux recompositions administratives de l’État-nation, ainsi qu’à la transformation des rapports diplomatiques entre les partenaires (Celata et al., 2017).

41Dans ce contexte indéterminé, les villes de Malaga et Mazara del Vallo cherchent à exploiter la variabilité du territoire nord-africain comme une « espace de possibilité », à la fois politique et économique, du développement urbain. La mise en valeur et la délimitation énigmatique de cette zone d’action est donc moins un effet des rapports contradictoires qu’une condition nécessaire pour que l’influence extrospective puisse être ordonnée, projetée, et renforcée. Ainsi, l’identité arabo-musulmane transcende donc non seulement les frontières internationales actuelles de l’Espagne et de l’Italie, mais elle renforce la perception selon laquelle l’intégration régionale est nécessaire, c’est-à-dire que certaines zones de la Méditerranée soient propices à des formes de sociabilité et d’échange d’une manière plus naturelle et authentiques que celles qui prévalent à l’échelle de l’État-nation ou de l’UE.

Conclusion

42Cet article adopte une approche extrospective de la géopolitique locale. Depuis plus de 40 ans, l’École française a formulé des cadres théoriques pour étudier les rivalités de pouvoir et les représentations territoriales du monde. Ces analyses n’expliquent néanmoins pas l’un des changements les plus importants dans l’organisation territoriale contemporaine de l’UE : le rôle croissant des collectivités locales dans la promotion de l’intégration euro-méditerranéenne. À partir d’une étude comparative des villes de Malaga (Espagne) et de Mazara del Vallo (la Sicile), notre analyse offre une interprétation alternative des enjeux et pratiques géopolitiques qui ont émergé en réponse aux effets de la crise économique en Espagne et l’Italie. Ce phénomène se manifeste à travers la construction de l’identité arabo-musulmane, l’ancrage des institutions et des pratiques transfrontalières dans l’espace urbain, et par une gouvernance à géométrie variable des territoires au sein de l’ensemble régional.

43Ce faisant, notre analyse propose donc trois contributions à l’École française. D’une part, en théorisant une approche plus transversale de la géopolitique locale, nous cherchons à renforcer le « raisonnement géographique » comme « discipline passerelle » (Giblin, 2012), afin de prendre en compte une plus grande diversité des rapports de pouvoir – une lacune de la recherche géopolitique contemporaine. Ainsi, au lieu d’insister sur la distinction entre interne et externe, notre constat fait valoir une perspective plus extrospective des villes en tant qu’acteurs internationaux dans la région Méditerranée. Deuxièmement, cette analyse rejoint une longue tradition intellectuelle qui souligne la nécessité de prendre en considération l’influence du pouvoir économique dans la structuration des espaces politiques (c.f. Claval, 1978 ; Raffestin et Bresso, 1982 ; Rosière, 2007). Notre analyse explique comment, d’un côté, les impératifs de développer des marchés régionaux au-delà de Malaga et Mazara del Vallo depuis la Grande Récession ont été politisés par la réinvention d’une culture et d’une identité en commun avec l’Afrique du Nord, tandis que, de l’autre côté, la violence néocoloniale qui sous-tend toujours la politique de l’intégration euro-méditerranéenne reste largement obscurcie par les discours du win-win de la coopération transfrontalière locale. Enfin, notre étude fait valoir l’importance du consensus politique – le principe de mutualisation, de partage des connaissances et des meilleures pratiques – comme champ de pouvoir qui demeure néanmoins négligé dans les recherches inspirées par l’École française. Cette approche de géopolitique extrospective vise à souligner comment l’École pourrait jouer un rôle majeur quant à la théorisation des tendances géopolitiques contemporaines, surtout dans une période où les théoriciens, a fortiori au sein du monde anglophone, s’intéressent de plus en plus à l’influence des villes en tant qu’espaces émergents de la diplomatie mondiale (Amin et Thrift, 2005 ; Acuto, et al., 2020). Cet enjeu nécessite d’interroger les stratégies extrospectives des acteurs locaux afin de garantir une compréhension géopolitique pertinente de notre avenir urbain.

Haut de page

Bibliographie

Acuto, M. ; Kosovac, A. ; Pejic, D. ; Jones, T.L., 2020, The city as actor in UN frameworks: formalizing ‘urban agency’in the international system?, Territory, Politics, Governance, p. 1-18.

Allievi, S., 2003, “Sociology of a newcomer: Muslim migration to Italy–religious visibility, cultural and political reactions”, Immigrants & Minorities, Vol.22(2-3), p. 141-154.

Avventura Urbana & Eures Group, 2009, Mazara città porta del Mediterraneo. Piano strategico, Marsala, Avventura Urbana Srl, Turin & Eures Group Srl.

Ash, A.; Thrift, N., 2005, “Citizens of the world: seeing the city as a site of international influence”, Harvard International Review, Vol. 27(3), p. 14-17.

Bialsaiewicz, L., 2012, “Off-shoring and out-sourcing the borders of Europe: Libya and EU border work in the Mediterranean”, Geopolitics, Vol. 17(4), p. 843-866.

Bialasiewicz, L. ; Giaccaria, P. ; Jones, A. ; Minca, C., 2013, Re-scaling ‘EU’rope: EU macro-regional fantasies in the Mediterranean. European Urban and Regional Studies, vol.20(1), p. 59-76.

Boyer, R. ; Dehove, M., 2001, Du « gouvernement économique » au gouvernement tout court, Critique internationale, n° 11, p. 179-195.

Bukowski, J., 2002, « A space for political choice? Regional development policy in Andalucía and Catalonia”, Regional & Federal Studies, vol.12(1), p. 138-170.

Casas-Cortes, M. ; Cobarrubias, S.; Pickles, J., 2013, Re-bordering the neighbourhood: Europe’s emerging geographies of non-accession integration. European Urban and Regional Studies, vol.20(1), p. 37-58.

Celata, F.; Coletti, R.; Polizzi, E., 2015, The European Neighborhood Policy, Region-Building and Bordering, in F. Celata & R. Coletti (Eds.), Neighborhood Policy and the Construction of the European External Borders, London, Springer, p. 45-102.

Celata, F.; Coletti, R.; Stocchiero, A, 2017, Neighborhood Policy, Cross-border Cooperation and the Re-bordering of the Italy–Tunisia Frontier, Journal of Borderlands Studies, vol.32(3), p. 379-393.

Centro de Estudios Hispano Marroquí (CEHM), 2012, Informe Final. Centro de estudios Hispano Marroquí [En ligne] http://www.malagamarruecos.com/proyectos/poctefex/centro-ehm, consulté le 16 janvier 2020.

Centro de Estudios Hispano Marroquí (CEHM), 2018, El Proyecto. Centro de estudios Hispano Marroquí, [En ligne] http://centroehm.malaga.eu/es/el-proyecto, Consulté le 16 janvier.

Claval, P., 1978, Espace et Pouvoir. Paris : Presses universitaires de France.

Colombo, S, 2019, Re-conceptualising EU-North Africa relations : ‘outside-in’ and ‘inside-out’ dynamics, in S. Giusti &S. Mirkina (Eds.), The EU in a Trans-European Space, London, Palgrave Macmillan, p. 177-196.

Commission européenne, 2020a, Andalusia – internal market, industry, entrepreneurship and SMEs. Consulté le 10 mars 2020. [En ligne] https://ec.europa.eu/growth/tools-databases/regional-innovation-monitor/base-profile/andalusia-0.

Commission européenne, 2020b, Sicily – internal market, industry, entreprenurship and SMEs. Consulté le 10 mars 2020 [En ligne] https://ec.europa.eu/growth/tools-databases/regional-innovation-monitor/base-profile/sicily.

Damro, C., 2012, « Market power Europe », Journal of European Public Policy, vol. 19(5), p. 682-699.

Darques, R., 2016, Mapping Versatile Boundaries: Understanding the Balkans, Londres, Springer.

Dietz, G., 2004, Frontier hybridization or culture clash? Transnational migrant communities and sub-national identity politics in Andalusia, Spain. Journal of Ethics and Migration Studies, vol. 30(6), p. 1087-1112.

Douzet, F., 2001, « Pour une démarche nouvelle de géopolitique urbaine à partir du cas d’Oakland (Californie) », Hérodote, n° 101, p. 57-75.

Douzet, F., & Giblin, B., 2013, Des frontières indépassables ? Des frontières d’État aux frontières urbaines, Paris, Armand Colin.

Dukes, T., 2008, The URBAN programme and the European urban policy discourse: Successful instruments to Europeanize the urban level?, GeoJournal, vol. 72(1-2), p. 105-119.

Encel, F., 2007, Questions de géopolitique ou la géopolitique en question. Le cas de l’école française « lacostienne », Revue pour l’histoire du CNRS, [En ligne] http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/1573, consulté le 20 mai 2020.

Ferrer-Gallardo, X. ; Albet-Mas, A. ; Espiñeira, K., 2015, « The borderscape of Punta Tarifa: concurrent invisibilisation practices at Europe’s ultimate peninsula », Cultural Geographies, vol. 22(3), p. 539-547.

Fournet-Guérin, C. ; Vacchiani-Marcuzzo, C., 2009, « Les pouvoirs dans la ville », L’Espace Politique, n° 8 (2009-2) [En ligne], http://journals.openedition.org/espacepolitique/1418, consulté le 1 juin 2020.

Frusciante, A., 2012, Taviani e la nascita del Centro per le relazioni italo-arabe. La politica araba dell’Italia democristiana. Studi e ricerche sugli anni Cinquanta, Milano, Franco Angeli, 35-53.

Giblin, B., 2012, « Géopolitique interne et analyse électorale », Hérodote, n° 146-147, p. 71-89.

Giblin, B., 2013, « Économie et géopolitique : des relations utiles à (re)penser », Hérodote, n° 151, p. 3-11.

Giblin, B., Papin, D., & Subra, P., 2001, « Paris/Londres : enjeux géopolitiques de villes capitales », Hérodote, n° 101, p. 26-56.

Giglioli, I., 2017, From 'A Frontier Land 'to' A Piece of North Africa in Italy': The Changing Politics of 'Tunisianness' in Mazara del Vallo, Sicily, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 41(5), p. 749-766.

Giovannoni, M. P., 2014, La visione e la strategia mediterranean in Giorgio La Pira, Egeria, vol. 6(3), p. 59-78.

Gualini, E., 2005, “L'«europeizzazione » delle politiche regionali: mutamento di policy e innovazione istituzionale nel caso italiano”, Stato e mercato, vol.25(3), p. 487-518.

Harding, A., 1997, “Urban Regimes in a Europe of the Cities?”, European urban and regional studies, vol. 4(4), 291-314.

Haydar, S., 2016, Le partenariat Euromed : contribution à l’étude du soft-power de l’Union Européenne, Thèse doctorale, Université de Bordeaux.

Hulbert, F., 2009, « L’espace politique de la ville : plaidoyer pour une géopolitique urbaine », L’Espace politique, n° 8 [En ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.1330.

Kutz, W., 2016, The Eurozone crisis and emergingmarket expansion: Capital switching and the uneven geographies of Spanish urbanization. International Journal of Urban and Regional Research, vol. 40(6), p. 1075-1093.

Kutz, W., 2017, Municipalizing geo-economic statecraft: Crisis and transition in Europe. Environment and Planning A, vol. 49(6), p. 1224-1246.

Kutz, W., & Wolff, S., 2020, Urban geopolitics and the decentring of migration diplomacy in EU-Moroccan affairs. Geopolitics, p. 1-26.

La Pira, G., & Giovannoni, M. P., 2006, Il grande lago di Tiberiade lettere di Giorgio La Pira per la pace nel Mediterraneo: 1954-1977, Firenze, Polistampa.

Le Galès, P., 1995, « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, vol. 45(1), p. 57-95.

Le Galès, P. ; Lequesne, C., (dir), 1997, Les Paradoxes des régions en Europe, Paris, La Découverte.

Li Vigni, G.; Mauro, G., (sans date), Museo del Satiro. Itinerari cittadini, Mazara del Vallo. 

Lacoste, Y., 2009, « Géopolitique, économie et nation », Géoéconomie, n° 50, p. 39-44.

Lacoste, Y., 2012, « La géographie, la géopolitique et le raisonnement géographique », Hérodote, n° 146-147, p. 14-44.

Lorot, P., 2009, « De la géopolitique à la géoéconomie », Géoéconomie, n° 50, p. 9-19.

Maalouf, A., 1998, Les identités meurtrières, Paris, Grasset.

McCann, E., 2013, « Policy boosterism, policy mobilities, and the extrospective city ». Urban Geography, vol. 34(1), p. 5-29.

Marin-Aguilera, B., 2018, “Distorted Narratives: Morocco, Spain, and the Colonial Stratigraphy of Cultural Heritage”, Archaeologies, vol. 14(3), p. 472-500.

Mallette, K., 2010, I nostri Saracini: Writing the History of the Arabs of Sicily, California Italian Studies, vol. 1(1), p. 1-27.

Moe, N., 2002, The View from Vesuvius: Italian Culture and the Southern Question, Berkeley, University of California Press.

Morvan, Y., 2013, « L’aménagement du grand Istanbul : entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore », Hérodote, n° 148, p. 197-210.

Observatorio de Medio Ambiente Urbano (OMAU), 2013, Los colores de la memoria: Ruta de architectura para viajeros emocionales, Ayuntamiento de Málaga, Servicio de Programas.

Observatorio de Medio Ambiente Urbano (OMAU), 2018, Modelo de Oficina de Gestión de Patrimonio. Málaga : Oficina de Gestión de Patrimonio de la Medina de Tetuán.

Paasi, A., 2009, The resurgence of the ‘region’ and ‘regional identity’: Theoretical perspectives and empirical observations on regional dynamics in Europe, Review of international studies, vol. 35(S1), p. 121-146.

Paquet, N., 2019, « Introduction à la géopolitique de Philippe Subra : Synthèse et critique », L’Espace Politique, n° 37, [En ligne] http://journals.openedition.org/espacepolitique/6440, consulté le 26 Mars 2020.

Peck, J., & Tickell, A., 2002, Neoliberalizing space, Antipode, vol. 34(3), p. 380-404.

Pérouse de Montclos, M.A., 2013, Des limites de l’économie dans la compréhension géopolitique des conflits des pays en développement, Hérodote, n° 151, p. 186-198.

Prévôt-Schapira M.-F., 2001, Buenos Aires, métropolisation et nouvel ordre politique. Hérodote, n° 101, p. 122-152.

Raffestin, C. ; Bresso, M., 1982, « Tradition, modernité, territorialité », Cahiers de géographie du Québec, vol. 26(68), p. 185-198.

Ringmar, E., 2002, The recognition game: Soviet Russia against the West, Cooperation and Conflict, vol. 37(2), p. 115-136.

Rivière, D., 2011, Le renouvellement urbain et la politique européenne de cohésion, de Naples à Saint-Denis, Rives méditerranéennes, n° 39, p. 103-123.

Rogozen-Soltar, M., 2007, Al-Andalus in Andalusia: Negotiating Moorish history and regional identity in southern Spain, Anthropological Quarterly, vol. 80(3), p. 863-886.

Rosière, S., 2007, « Comprendre l’espace politique ». L’Espace Politique. [En ligne], n° 1, 2007-1, [En ligne] http://journals.openedition.org/espacepolitique/223, consulté le 2 mai 2020.

Subra, P., 2008, « L’aménagement, une question géopolitique ! », Hérodote, n° 130, p. 222-250.

Subra, P., 2012, « La géopolitique, une ou plurielle ? Place, enjeux et outils d’une géopolitique locale », Hérodote, n° 146, p. 45-70.

Subra, P., 2018, Géopolitique de l’aménagement du territoire, 3e édition, Paris, Armand Colin.

Swyngedouw, E. ; Moulaert, F.; Rodriguez, A., 2002, « Neoliberal urbanization in Europe: large–scale urban development projects and the new urban policy », Antipode, vol. 34(3), p. 542-577.

Fernández-Tabales A & Cruz E (2013, Análisis territorial del crecimiento y la crisis del sector de la construcción en España y la Communidad Autónoma de Andalucía. EURE, vol. 39, p. 5-37.

TeleIbis (2013, Reportage sur l’inauguration de la Casa Tunisia, Mazara del Vallo, 6 décembre, consulté le 14 janvier 2019. URL : https://www.youtube.com/watch?v=Slz9M-xZY7c.

Zardo, F.; Cavatorta, F., 2019, “Friends will be friends? External–domestic interactions in EU-Tunisia and EU-Morocco security cooperation after the uprisings », International Politics, vol. 56(5), p. 678-696.

Haut de page

Notes

1 Le secrétaire général adjoint de l’UpM, Ihab Fahmy, déclaration sur la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le nouvel agenda urbain et le programme des Nations Unies pour les établissements humains, 7 septembre 2017.

2 Ces zones ne doivent pas être confondues avec les unités administratives de la Communauté autonome d'Andalousie et de la Région à statut spécial de la Sicile. La distinction sera discutée dans la section 4.3. Toute référence aux unités administratives sera spécifiée comme telle dans le texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Flux des échanges extrospectifs, Malaga-Maroc
Crédits Source : conception basée sur des rapports internes et des entretiens avec des représentants de Promálaga et de l’OMAU Málaga – Réalisation : auteurs
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9299/img-1.png
Fichier image/png, 590k
Titre Carte 2 – Flux des échanges extrospectifs, Mazara del Vallo-Tunisie
Crédits Source : Conception basée sur des entretiens avec des fonctionnaires de la municipalité de Mazara del Vallo – Réalisation : auteurs
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9299/img-2.png
Fichier image/png, 396k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Kutz et Ilaria Giglioli, « Pour une géopolitique extrospective du développement urbain : Malaga et Mazara del Vallo, la coopération transfrontalière par le pragmatisme territorial », L’Espace Politique [En ligne], 42 | 2020-3, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/9299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.9299

Haut de page

Auteurs

William Kutz

UMR 8504 Géographie-cités, Campus Condorcet
Université de Paris-Diderot – Paris 7
kutz.william@parisgeo.cnrs.fr

Ilaria Giglioli

Assistant Professor
International Studies Department
University of San Francisco
igiglioli@usfca.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search