Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Frontières et souveraineté : quel...Pouvoir, préservation, prédation....

Frontières et souveraineté : quelles déclinaisons américaines ?

Pouvoir, préservation, prédation. Les frontières d’Amérique latine témoins d’un continent sous tensions

Power, Preservation, Predation. Latin America's Borders, Witnessing of a Continent Under Tension
Lucile Medina

Résumés

Les frontières ont été depuis mars 2020 les instruments de logiques de fermeture simultanée partout dans le monde. En même temps, la poursuite des mouvements migratoires a montré toute leur porosité. Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux frontières étatiques de l’Amérique latine car cette situation inédite a montré une nouvelle fois combien elles sont l’objet de processus contradictoires et sont soumises à des logiques schizophrènes qui entrent en tension et traduisent les dynamiques actuelles du sous-continent. A partir d’une lecture par les border studies, et plus spécifiquement par la géographie politique des frontières, cet article interroge les processus de bordering à l’œuvre sur les frontières en Amérique latine et les dynamiques contradictoires que l’on peut observer aujourd’hui. Autour des frontières se dessinent de nouvelles réalités complexes, qui renvoient tantôt l’image d’un continent fragmenté tantôt d’une intégration sous-continentale croissante. Les tensions politiques, économiques mais aussi sociales auxquelles sont soumises aujourd’hui les frontières latino-américaines peuvent se résumer autour de trois notions qui nous paraissent rendre compte des grands enjeux qui se posent aujourd’hui dans ces espaces : pouvoir, préservation, prédation. Chacune cristallise des dialectiques fortes qui seront envisagées tour à tour : surinvestissement politique vs abandon des marges, intégration transfrontalière vs sécurisation, préservation vs prédation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ignacio Fariza, « Un bond de vingt ans en arrière », El País, 30/08/2020, repris dans Courrier Inte (...)
  • 2 « Coronavirus en América Latina: las cuarentenas que se rompen a diario en las fronteras de Centroa (...)
  • 3 Estudios Fronterizos, Frontera Norte, Si Somos Americanos: Revista de Estudios Transfronterizos.

1« We live in a very bordered world » (Diener & Hagen, 2012 : 1). L’année 2020 a confirmé cette vision d’un monde compartimenté. Le continent américain a été particulièrement touché dans son ensemble par la pandémie du coronavirus1 et la crise sanitaire associée. Les frontières, justement au cœur de l’attention depuis mars 2020 pour endiguer la circulation du virus, y ont été les instruments de logiques de fermeture simultanée. Dans le même temps, la poursuite des mouvements migratoires a montré toute leur porosité2 ainsi que la diversité des réponses gouvernementales, avec notamment l’exception des frontières nicaraguayennes qui sont restées ouvertes. Nous nous intéresserons ici plus particulièrement au cas des frontières étatiques au sein de l’Amérique latine car cette situation inédite montre une nouvelle fois combien elles sont l’objet de processus contradictoires et sont soumises à des logiques schizophrènes qui entrent en tension et traduisent les dynamiques géopolitiques et socio-économiques actuelles du sous-continent. Même si sur la scène internationale elles restent un peu invisibilisées, dans l’ombre de « la » frontière Mexique-Etats-Unis, le contraste est frappant avec l’intérêt même que les questions frontalières suscitent à l’intérieur du continent. En attestent la vitalité des recherches menées par des centres de recherches dédiés et des revues spécialisées3 qui se font écho des débats critiques et publient une riche littérature académique sur l’ensemble des frontières de cette région (Braticevic et al., 2017 ; Ghilardi & Matossian, 2020). Pour cette raison, dans toute l’Amérique latine, les frontières sont des objets particulièrement stimulants pour la recherche. Situé dans le champ des border studies (Wastl-Walter, 2011 ; Wilson & Donnan, 2012 ; Donzelli, 2013 ; Kolossov & Scott, 2013 ; Kireev & Yachin, 2019) et mobilisant plus spécifiquement la géographie politique des frontières (Amilhat-Szary, 2005 ; Amilhat-Szary, 2020), cet article interroge les processus de bordering à l’œuvre sur les frontières en Amérique latine. Autour des frontières se dessinent de nouvelles réalités complexes, qui renvoient tantôt l’image d’un continent fragmenté par des discontinuités frontalières fortes, tantôt d’une intégration sous-continentale croissante autour de frontières interfaces. Les tensions politiques, économiques mais aussi sociales auxquelles sont soumises aujourd’hui les frontières étatiques en Amérique latine peuvent se résumer autour de trois notions qui nous paraissent rendre compte des grands enjeux qui se posent aujourd’hui dans ces espaces : pouvoir, préservation, prédation. Chacune cristallise des dialectiques fortes qui seront envisagées tour à tour : surinvestissement politique vs abandon des marges, intégration transfrontalière vs sécurisation, préservation vs prédation. Fortement liées aux constructions nationales après les indépendances, les frontières du sous-continent latino-américain restent des lieux d’exercice du pouvoir, des lignes sensibles en même temps que des marges le plus souvent mal intégrées, sur lesquelles se confrontent aujourd’hui les enjeux actuels d’intégration et de sécurisation, mais également de préservation des écosystèmes et de prédation des ressources.

Surinvestissement politique VS abandon des marges

Des frontières qui restent surinvesties dans les discours nationaux

2Les frontières latino-américaines ont d’abord en commun d’avoir connu les mêmes grandes phases historiques depuis la colonisation : l’ébauche d’un maillage colonial, initié par le Traité de Tordesillas, puis la formation des États indépendants entre 1810 et 1830. Le découpage actuel en une vingtaine d’États (sans compter la Caraïbe insulaire) est présenté aujourd’hui comme consolidé, les tracés des frontières stabilisés et globalement reconnus, même si des litiges persistent. Le dernier conflit armé a opposé l’Équateur et le Pérou en 1995. Ainsi les questions que posent les frontières latino-américaines peuvent sembler moins complexes qu’ailleurs en raison de l’ancienneté des indépendances intervenues au début du XIXe siècle, et d’une consolidation ultérieure des tracés (Foucher, 1988). Malgré la globale stabilité gagnée (notamment si on la compare à l’Afrique), les frontières ont joué un rôle important dans la construction et l’affirmation des États-nations et ont occupé une grande place dans la production de discours géopolitiques. On saisit à travers les discours de la geopolítica latino-américaine et notamment brésilienne la profondeur de la fonction symbolique dévolue aux frontières. Ce qui n’exclut pas cependant un paradoxe, souligné par plusieurs auteurs (Foucher, 1988 ; Amilhat-Szary, 2005 ; Manero, 2011), entre la fréquence des tensions mais finalement la rareté des guerres qui ont opposé les États du sous-continent pour des questions de frontières.

  • 4 Expression empruntée à Freud dans Malaise dans la civilisation (1930), citée par Jacques Ténier, «  (...)
  • 5 Descendants des conquérants et métis acculturés.

3La « souveraineté ombrageuse » des jeunes États latino-américains (Guichonnet & Raffestin, 1974, p. 124), les nationalismes et les populismes se sont nourris de l’affirmation territoriale. La similitude est frappante sur la plupart des frontières latino-américaines durant le XIXe siècle : disputes frontalières à répétition sur plusieurs décennies, voire plus d’un siècle, et successions de traités. Les jeunes républiques se sont heurtées en effet à la nécessaire délimitation de frontières modernes linéaires, alors que le concept était quasi absent précédemment. Mais pour cependant expliquer complètement la récurrence des conflits frontaliers, il faut les considérer à la lumière des processus de construction nationale, comme y invite Jacques Ancel lorsqu’il affirme qu’« il n’y a pas de problèmes de frontières, il n’est que des problèmes de nations » (Ancel, 1938, p. 196). Les indépendances n’ont pas été le fruit d’une conscience de nationalité mûrie dans les anciens cadres territoriaux coloniaux. Plusieurs auteurs latino-américains ont analysé finement la façon dont le territoire devient alors « un élément constructeur et la frontière prend la signification d’une « icône » (García Buchard, 1995), cette dernière s’apparentant à un « facteur de concrétion » de l’identité nationale (Herrera Caceres, 1990). Parce que la construction nationale était difficile, il fallait se différencier des voisins proches, et la défense des frontières a été surinvestie pour servir le « narcissisme des petites différences »4. L. Perrier-Bruslé a montré à travers l’exemple de la Bolivie que, pour ces pays en quête d’identité mais qui donnaient « l’impression de nager dans des habits territoriaux trop grands pour eux », les frontières avaient acquis une sorte de dimension magique, comme catalyseur d’identité collective, plus sûrement qu’une nation improbable réunissant populations ladinas5, indigènes et parfois afro-descendantes (Perrier Bruslé, 2005, p. 15). C’est dans ce sens que des stratégies d’intégration des périphéries, connues sous le nom de Fronteras vivas (frontières vivantes) ont été poursuivies par les régimes militaires dans plusieurs pays, pour consolider leur ancrage dans le giron national.

4Les processus d’horogenèse qui viennent d’être rappelés ont suscité une vaste littérature en Amérique latine. Si les travaux des chercheurs privilégient de plus en plus des approches par le bas et des démarches constructivistes, comparatives et empiriques, on peut encore s’interroger sur la naturalisation de l’association entre frontière et État-nation et déceler la persistance d’une pensée nationaliste classique et mono-centrée dans les travaux des chercheurs latino-américains sur les frontières (Benedetti, 2018). Les perspectives historiques (et généralement partisanes) sur les frontières dans le processus de construction de l’État (brésilien et argentin notamment) ont été traditionnellement prédominantes et sont encore nombreuses. Toutefois, elles développent aujourd’hui une approche plus critique. L’ouvrage collectif récent El sistema fronterizo global en América Latina (Zepeda et al., 2017) dénonce et entend justement se dégager du « nationalisme méthodologique ». Il en est de même de L.G. Rodriguez, qui examine la notion de frontière dans la pensée géographique en Argentine, en revenant notamment sur le courant académique des années 1970 et 1980 pour lequel l’objectif était de contribuer à la défense des intérêts territoriaux nationaux et qui a pour cela appuyé la dictature dans une vision belliqueuse de la frontière (Rodríguez, 2013).

5Pour cette raison, on ne peut pas comprendre les conflits qui ont agité les frontières latino-américaines si on ne considère pas les nationalismes hérités du XIXe siècle, qui se sont accompagnés d’un « endoctrinement territorialiste » des populations (Cairo Carou & Lois, 2014, p.63). Ce climat politique a empêché pendant longtemps une lecture dépassionnée des conflits mais la littérature actuelle sur les frontières latino-américaines atteste aujourd’hui d’une réflexivité beaucoup plus grande.

  • 6 Pour une revue des conflits frontaliers dans le monde, dont en Amérique latine, voir les trois volu (...)
  • 7 Le Guatemala continue de réclamer la moitié du territoire du bélizéen, au nom de titres coloniaux. (...)

6Globalement de nos jours, peu de conflits ouverts subsistent, mais les tensions restent présentes, et se sont en partie déplacées en mer depuis que la Convention de Montego Bay a ouvert la voie à la délimitation des frontières maritimes6. Les mécanismes de résolution des conflits ne se sont pas toujours révélés efficaces (Organisation des Etats Américains, Groupe de Rio). L’Amérique centrale se pose en particulier comme un petit espace qui concentre au début du XIXsiècle près de la moitié des conflits frontaliers du sous-continent. Elle a été dans les deux dernières décennies le théâtre en particulier des requêtes croisées opposant le Costa Rica et le Nicaragua devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) de La Haye, avec une fréquence jusque-là jamais vue, et dont les derniers arrêts ont été rendus en 2018. Le Costa Rica a déposé trois requêtes contre le Nicaragua en 2005 (au sujet du dragage et de la navigation sur le fleuve frontalier San Juan), 2010 (concernant un litige de souveraineté sur une île du delta) et 2013 (à propos de la délimitation des frontières maritimes Pacifique et Caraïbe), et le Nicaragua une requête contre le Costa Rica en 2011 (contre la construction d’une route sur la rive costaricienne du San Juan) (Boeglin Naumovic, 2018). De leur côté, le Guatemala et le Belize ont accepté en 2019 de porter leur différend territorial devant la CIJ7. On pourrait citer plus au sud du continent d’autres revendications séculaires encore vives, telles la récupération d’un accès à la mer par la Bolivie, ou la revendication des Malouines par l’Argentine. Enfin, pour un certain nombre d’entre elles, les tensions frontalières sont plutôt liées de nos jours à l’instabilité politique interne de plusieurs États et à la gestion des flux aux frontières. Si les guérillas, qui ont beaucoup affecté et débordé les frontières (au Guatemala, au Salvador, en Colombie…) ont trouvé au moins légalement une issue avec des signatures d’accords de paix, on se souvient cependant de la crise régionale survenue en mars 2008, qui avait impliqué la Colombie, le Venezuela et l’Équateur, à la suite d’un raid des militaires colombiens en territoire équatorien pour aller détruire un camp des FARC où se trouvait le leader Raúl Reyes (Manero, 2011). Plus récemment, les tensions qui sont survenues à nouveau sur la frontière Colombie-Venezuela ainsi que sur les frontières du nord de l’Isthme centraméricain sont liées à la problématique migratoire. Depuis 2018 en particulier, la médiatisation des « caravanes » a focalisé l’attention sur les flux de migrants qui cheminent en direction de la frontière nord du Mexique pour atteindre les États-Unis et fuir la violence et la pauvreté de l’Isthme, et auxquels se joignent désormais des réfugiés colombiens ou des Haïtiens qui tentent la route centraméricaine (Hoffmann & Morales Gamboa, 2018 ; Torre Cantalapiedra & Mariscal Nava, 2020). Instabilités internes et difficile contrôle des flux, légaux comme illégaux, et des activités d’organisations criminelles ou paramilitaires qui les animent, sont ainsi les principaux éléments de mise sous tension des frontières de l’Amérique latine aujourd’hui. On a vu aussi des questions environnementales s’inviter dans les causes de tensions, comme entre l’Uruguay et l’Argentine à propos de la construction de deux usines de cellulose sur la rive uruguayenne du fleuve frontalier Uruguay, conduisant au blocage du pont international et au dépôt par l’Argentine d’une requête devant la Cour Internationale de Justice de La Haye pour non-respect du statut du fleuve, provoquant dans les deux pays une réaction de souveraineté nationale (Gautreau & Merlinsky, 2008).

  • 8 En 2016, l’affiche initiale d’un séminaire international sur les frontières du Pérou représentait u (...)

7On peut faire remarquer que ces tensions et conflits qui subsistent mettent en présence aujourd’hui des États démocratiques, manifestant ainsi une certaine continuité dans le nationalisme territorial (Cairo Carou & Lois, 2014), et contredisant l’idée que les tensions frontalières auraient été uniquement liées au régimes politiques dictatoriaux qui ont été très présents dans toute l’aire latino-américaine (Foucher, 1988 ; Manero, 2011). Dans un contexte plus démocratique aujourd’hui, les frontières restent un sujet hyper sensible. Les chancelleries chatouilleuses surveillent de près tout ce qui concerne leurs frontières et pourrait apparaître comme une atteinte à leur intégrité, serait-ce simplement l’affiche d’un séminaire académique ou un tracé fâcheux sur Google Maps8.

Mais demeurent des marges si lointaines

8Ce surinvestissement des frontières comme icônes de souveraineté contraste avec l’abandon relatif dont les régions frontalières sont l’objet du nord (Medina-Nicolas, 2009) au sud (Amilhat-Szary & Rouvière, 2007) du sous-continent. Même si les situations peuvent être très contrastées et qu’il semble impossible, comme l’écrit T. Machado de Oliveira (2009), d’établir un parallèle systématique dans l’immense variété des frontières en Amérique latine, celles-ci offrent cependant un certain nombre de réalités socio-économiques souvent similaires. Il est d’emblée évident qu’elles dessinent les zones peu peuplées du continent, des espaces en creux qui n’ont jamais été très contrôlés. L’éloignement réel et ressenti des centres névralgiques nationaux est une constante. L’environnement particulier que T. Machado de Oliveira appelle la « condition » de frontière est souvent celui de la permissivité, de la marginalité, d’échanges jouant sur les complémentarités et donnant naissance à quelques zones dynamiques là où le commerce est le plus actif, comme dans l’espace de la « Triple frontière » entre Argentine, Brésil et Paraguay (Machado de Oliveira, 2009). Les frontières latino-américaines se présentent donc paradoxalement comme des frontières poreuses et amicales, aux liens culturels très forts unis par une langue identique ou proche, et en même temps hostiles (Manero, 2011). Les frontières latino-américaines offrent ainsi un contraste saisissant entre la banalité quotidienne des allers et venues qui les traversent et l’objet de tensions qu’elles peuvent encore représenter dans les sphères étatiques.

9Les régions frontalières demeurent celles qui présentent les indicateurs de développement les plus bas, et la couverture en services de base (eau, électricité, assainissement) y est de façon générale beaucoup moins complète que dans les grandes agglomérations capitales. Malgré les progrès constatés, l’écart entre les centres politiques et économiques nationaux et les régions frontalières se réduit peu et constitue donc un élément préoccupant. Cette situation de marginalisation nourrit un sentiment d’abandon chez les populations frontalières, certes assez partagé dans le monde, mais manifeste en Amérique latine (Leloup & Stoffel, 2001). C’est une constante dans les discours, du simple habitant qui s’arrange de cette situation, livrant que tous les frontaliers sont un peu « hors la loi », aux élus qui se plaignent du peu d’attention accordée par l’État. Le « tiers » étranger, pour reprendre une expression de l’anthropologue M. Marié, c’est souvent, dans les régions périphériques, d’abord l’État central (Marié, 2004), davantage que le voisin vivant de l’autre côté de la frontière et avec qui on entretient davantage de proximité. Les liens de voisinage, les relations commerciales et familiales nombreuses dessinent des territoires transfrontaliers animés de ces circulations, proximités qui ont parfois conduit à pointer les « lacunes patriotiques » des populations frontalières (Wackermann, 1987).

  • 9 L’article 44 de la Constitution péruvienne de 1993 établit qu’il est « du devoir de l’État de fixer (...)
  • 10 Le « Plano Nacional de Fronteira » (PNF) mis en œuvre en 2011 concerne une frange frontalière de 15 (...)

10Des politiques spécifiques d’intégration des marges frontalières ont été conduites dans plusieurs pays, comme le Pérou, où plusieurs instruments concourent à une approche spécifique du problème du développement des régions frontalières9, ou encore le Brésil dont le Ministère de l’Intégration a mis en œuvre en 2011 un programme de développement des franges frontalières10 fortement influencé par une logique militaire de sécurisation dans des régions périphériques considérées comme instables en raison de leur pauvreté et d’une « citoyenneté limitée » (Carneiro Filho & Filippi, 2016 ; Santos, 2016).

11La persistance de ces tensions aux frontières n’a cependant pas fait obstacle au déploiement d’initiatives d’intégration régionale et ce malgré le fait que le continent reste agité politiquement et socialement : retour des droites et des populismes, crise vénézuélienne qui déborde sur les pays voisins, ou encore crises migratoires exacerbées par les violences et les inégalités.

Intégration transfrontalière vs sécurisation

Ouvertures et intégrations régionales

  • 11 On peut citer le séminaire qui a fait un point sur la question récemment, « Au-delà de la crise, pe (...)

12Au cours des soixante dernières années, le continent américain a été particulièrement la scène de l’affirmation progressive de logiques d’intégrations régionales, autour du Système d’Intégration Centraméricain (SICA, 1960) puis de la Communauté Andine (Pacte Andin de 1969 devenu CAN), qui seront suivi de la création de la Communauté Caribéenne (CARICOM, 1973), du Marché Commun du Sud (MERCOSUR, 1991), puis de l’Association de Libre Échange Nord-Américaine (ALENA, 1994). A ces initiatives se sont ajoutées la création d’institutions sous-continentales, Communauté des États latino-américains et caribéens (CELAC) et Union des Nations Sudaméricaines (UNASUR), mais également de coalitions comme l’Alliance Bolivarienne des Amériques (ALBA). Cette « vague intégrationniste » (Porras Ponceleón, 2018) semble s’être inscrite durablement dans le paysage politique du continent, malgré les nombreux questionnements actuels que suscitent des intégrations qui semblent paralysées, pour le moins en Amérique latine, car en proie à des blocages multiples11 (instabilités intérieures liées aux crises politiques de certains États comme le Venezuela, le Brésil, ou le Honduras ; et tensions souvent anciennes entre voisins évoquées précédemment).

13Les collaborations sur les frontières ont été, dans tout le sous-continent, un instrument majeur de l’intégration régionale, théorisé dans des textes fondateurs en la matière, notamment ceux parus dans la revue Integración Latinoamericana (« La frontera como factor de integración », 1986, et « La frontera : un factor de integración », 1990, éditorial non signé), ainsi que les rapports de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) (Amilhat-Szary, 2010). Les frontières ont été appréhendées à la fois comme « un espace qui permet et qui demande des processus d’intégration entre États voisins » (Londoño Niño, 2015, p. 207).

  • 12 Un premier diagnostic sur le potentiel de coopération a été élaboré dès 1973 dans trois bassins hyd (...)

14Ces dynamiques de rapprochements régionaux ont fait évoluer l’appréhension des frontières de lignes de conflit en espaces à co-construire en commun (Medina-Nicolas, 2009). Des processus de coopération transfrontalière ont émergé un peu partout en Amérique latine, impulsés par les instances supra-régionales et portés à la fois par des accords bi ou tri-nationaux, mais aussi par les acteurs locaux, au travers de commissions ou de comités transfrontaliers, parfois même, plus rarement, débouchant sur la structuration d’intercommunalités transfrontalières (à la frontière Chili-Pérou-Bolivie, ou Honduras-Guatemala-Salvador, ou Nicaragua-Honduras-Salvador). On peut citer l’ouvrage de Altmann Borbón et Beirute Brealey comme tentative de dresser un panorama des expériences de coopérations dans la région (Altmann Borbón & Beirute Brealey, 2011). Au sein de la Communauté Andine des Nations (CAN), l’article 144 de l’Accord d’intégration régionale de Carthagène (1969) établit que les pays membres entreprennent des actions conjointes sur les aires frontalières destinées à impulser leur développement et renforcer l’unité régionale. Le Groupe de haut niveau en matière de développement et d’intégration frontalière, créé en 1998 au sein de la CAN, ainsi que la Direction nationale du développement frontalier et des limites, créée en 1999 au sein du ministère des Affaires étrangères péruvien, ont joué un rôle important pour promouvoir les concepts d’intégration frontalière et de développement frontalier (Cuisinier-Raynal, 2001). Dans la même période, mais cette fois en Amérique centrale, l’identification d’un certain nombre de secteurs potentiels de coopération aux frontières a fait l’objet de documents élaborés par le Système d’Intégration Économique Centraméricain (SIECA) et la BID12.

15Ceci étant, la place faite aux coopérations transfrontalières comme instrument d’intégration a eu une portée variable. Les États n’ont pas toujours joué le jeu et les conséquences concrètes de ces accords sont parfois à relativiser. Dans le cas du MERCOSUR, F. Leloup et S. Stoffel affirment que sa création n’a pas semblé changer grand-chose dans les régions frontalières (Leloup & Stoffel, 2001). Les auteures concluent même qu’assez paradoxalement, la construction du Mercosur a affaibli l’attention portée à la zone frontalière, et ce malgré l’objectif d’intégration régionale, et qu’« il apparaît que la perception des zones frontalières existant au niveau national, largement déterminée par le centralisme politico-administratif, se soit diffusée à l’échelle régionale, au désavantage de ces zones nationales périphériques » (p. 78). Ce bilan très mitigé pourrait être généralisé un peu partout dans le sous-continent, à quelques exceptions près.

16Partout dans le sous-continent, les frontières se sont également retrouvées au cœur de vastes initiatives régionales très débattues de connexion des infrastructures. Cela a été le cas dans le cadre du Projet Mésoamérique (ancien Plan Puebla-Panama lancé en 2001) (Medina, 2019), ou de l’Initiative d’Intégration des Infrastructures de la région sud-américaine (IIRSA) proposée par la BID à la même époque (Velut, 2009), puis incorporée aux actions de l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUR, 2008) par le biais du Conseil sud-américain à l’Infrastructure et au Plan (COSIPLAN). Dans ces plans d’intégration à vaste échelle, très discutés en raison de leur orientation néo-libérale et du point de vue de leur rôle sur le développement des activités extractives, l’objectif est de développer des corridors logistiques de transport ou énergétiques pour renforcer l’appareil productif et commercial. La traversée des frontières s’apparente encore souvent à une course d’obstacle et l’intégration douanière pour une amélioration des conditions et des temps de passage aux frontières reste un défi entre beaucoup de pays de la région. L’exemple de la région centraméricaine est tout à fait illustratif des évolutions actuelles. En Amérique centrale, la vitesse moyenne estimée du transport de marchandises par voie terrestre est faible, calculée à 18,6 km/h13. Son coût est cependant élevé pour plusieurs raisons : prix élevé des combustibles, temps de transports, surcoûts liés à l’insécurité, faiblesse de l’investissement et difficulté d’accès aux crédits pour les transporteurs14. Des investissements ont été réalisés ces dernières années notamment pour la modernisation de postes frontières, mais il reste beaucoup à faire. Le SICA poursuit l’objectif d’une gestion coordonnée des postes frontières avec la Politique cadre de Mobilité et Logistique lancée en 201815, ce qu’ont fait aussi la BID et le COSIPLAN dans la partie sud du continent avec un Plan de facilitation du transport aux postes frontières démarré en 2003 et qui se poursuit par la modernisation de postes frontières, comme les nouvelles installations intégrées inaugurées en 2018 à Desaguadero, la frontière Pérou-Bolivie16.

17Ces processus renvoient à une conception des frontières envisagées comme des barrières aux échanges et qu’il convient ici d’équiper dans un objectif de transit. Les objectifs n’ont ainsi rien à voir avec des considérations de développement local des régions frontalières et dans ces conditions, le bénéfice réel retiré par les régions frontalières peut être questionné.

18Si ces dynamiques d’ouverture ont permis une intégration physique plus grande dans tout le sous-continent, et ce à différentes échelles, cependant l’ouverture aux circulations se trouve de plus en plus questionnée voire remise en cause, pour ce qui concerne certains types de flux « indésirables ». On observe aujourd’hui le souci partagé des États de contrôler leurs frontières, dans un mouvement de re-bordering impulsé depuis le Nord et qui se diffuse à tout le continent.

Contrôle, surveillance et enjeux sécuritaires accrus aux frontières

19Le début du XXIe siècle a été marqué en Amérique latine par une augmentation des migrations et du narcotrafic, mettant ainsi au défi l’ensemble des frontières de la région. Ces circulations sont la conséquence de la pauvreté, des inégalités croissantes et de l’exclusion sociale, ainsi que de la violence des sociétés locales et des États. Le couloir migratoire vers le nord du continent s’est notamment renforcé, avec des migrations vers le Mexique et les États-Unis qui drainent les populations des pays du nord de l’Isthme surtout, mais auxquelles se joignent de plus en plus des flux d’Haïtiens, de Colombiens et parfois de ressortissants africains remontant également depuis le Panama. Quant aux circuits de la drogue, ils se jouent des frontières en s’organisant par voie terrestre, aérienne et maritime (Ventura, 2014)17. Des régions frontalières et de grandes réserves naturelles peu surveillées se sont ainsi converties en zones d’activités liées à ce trafic, permettant le débarquement ou l’atterrissage de marchandises puis leur réacheminement par la route. Cela met à mal le contrôle de régions frontalières entières, dans la région caraïbe de la Mosquitia (à cheval sur le Honduras et le Nicaragua), ou encore dans les grandes forêts du Petén (Guatemala et Mexique), mais aussi plus au sud nombre de régions frontalières par lesquelles transitent les convois vers la façade atlantique en direction de l’Europe. Enfin, si le trafic de drogues est le plus significatif, l’ensemble des frontières de la région sont également transgressées par d’autres trafics matériels et immatériels tout aussi préoccupants (armes, bois précieux, animaux braconnés, argent blanchi18…).

20En réaction à ces circulations que les États souhaitent mieux contrôler, on assiste au renforcement généralisé des problématiques de surveillance des frontières dans l’agenda régional. Le thème des frontières n’est plus seulement appréhendé par le volet de l’agilisation (ou facilitation) des mouvements, mais au contraire celui de la sécurité, qui concerne également les mêmes services d’immigration et de douanes19. Ces deux orientations qui peuvent paraître contradictoires s’inscrivent bien dans ce qu’on appelle, plus au nord du continent, l’idéal de « smart borders ». Dans les deux cas, c’est bien le franchissement de la ligne qui préoccupe aujourd’hui, dans le sens de le faciliter ou de le contraindre, selon les types de flux qui circulent.

  • 20 https://www.sica.int/esca/sefro.aspx. L’UE contribue au SEFRO à hauteur de 5 millions d’euros et le (...)
  • 21 Le Costa Rica et le Panama jusque-là peu touchés par la question migratoire de transit (car le Cost (...)
  • 22 Voir la présentation en octobre 2020 d’un projet financé par les États-Unis, qui a pour objectif af (...)

21L’exemple mésoaméricain est tout à fait illustratif de cette logique de sécurisation. Après les attentats de 2001, la frontière sud du Mexique a acquis le statut de limite sud du périmètre de Homeland Security nord-américain. Depuis le Plan Sud lancé en 2001 par le gouvernement mexicain pour contrôler les flux en provenance de la frontière sud, dans le cadre large de l’Initiative de Mérida, jusqu’au Programme Frontière Sud (PFS) engagé en 2014, une série de plans régionaux se sont succédés, dont il faut souligner l’impulsion déterminante donnée aux gouvernements mexicain et centraméricains par les États-Unis en termes d’appui technique et financier. La construction de postes de contrôle sur les routes principales du sud du Mexique dessine aujourd’hui une large zone de surveillance de la frontière à l’isthme de Tehuantepec, délocalisant les fonctions frontalières en retrait de la ligne frontière (photographie 1). En 2011 la signature de la Stratégie régionale de Sécurité (ESCA) s’est inscrite comme un jalon important de la prise en compte des questions sécuritaires sur l’ensemble des frontières de l’Amérique centrale. C’est le concept de Gestion Intégrée des Frontières (GIF) qui a été mobilisé. Dans le cadre de l’ESCA, il faut souligner le rôle important qu’a joué l’Union européenne en cofinançant le Programme Régional de Sécurité Frontalière en Amérique Centrale (SEFRO) entre 2010 et 201420, avec l’aide de l’Agence européenne FRONTEX. Le SICA dispense même aujourd’hui un diplôme en « gestion intégrée de frontières » basé sur une formation de huit mois en semi-présentiel. Le thème migratoire est celui qui mobilise aujourd’hui principalement le SICA, autour des mécanismes de contrôle frontalier, d’échanges d’informations, etc21. Il est intéressant de noter que ce volet a trouvé désormais sa place dans les processus de coopérations transfrontalières, par exemple dernièrement dans le Plan Trifinio de la triple frontière entre Guatemala, Salvador et Honduras22. Or, il est évident que l’équilibre entre les besoins de sécurité frontalière et le développement de la coopération transfrontalière est délicat à trouver (Kolossov, 2005) (623), tant il s’agit de deux processus aux objectifs de fermeture et d’ouverture qui entrent en contradiction. On observe donc un glissement des enjeux (vers des problématiques transnationales), ainsi qu’un élargissement des échelles (vers une échelle de réflexion régionale et même continentale) et des acteurs dans les processus de coopérations, transformant progressivement le modèle classique westphalien de coopération.

Photographie 1

Photographie 1

Les installations imposantes du poste de douane de Dos Bocas à Catazajá, Chiapas, Mexique, construit dans le cadre de l’Initiative de Mérida, à plus de 50 km de la frontière et qui fait partie du dispositif des deux ceintures de surveillance de la frontière sud (L. Medina, 2018).

22En Amérique latine, une littérature importante aborde ainsi aujourd’hui les questions de sécurité aux frontières, en questionnant l’ensemble des politiques et la gouvernance des dispositifs de contrôle et de surveillance (Côté-Boucher et al., 2014). Si la majorité des recherches sur les processus de fermetures s’intéressent plutôt à l’Europe et l’Amérique du Nord, il convient de souligner que le nombre de travaux consacrés aux frontières d’Amérique latine s’est fortement accru (Andrade-Benítez, 2016 ; Liberona Concha et al., 2018 ; León Rojas, 2020 ; Ovando et al., 2020), face à la multiplication par les États de plans visant à sécuriser leurs frontières, qui traduit un retour à la conception de la frontière comme barrière de sécurité militarisée et pose la question des implications politiques et éthiques.

Préservation vs prédation

L’heureuse reconversion des régions frontalières en sanctuaires écologiques : fin du chapitre ?

  • 23 Les pays dits mégadivers sont les dix-sept pays à plus grande diversité biologique identifiés par l (...)
  • 24 L’Amérique du Sud est le sous-continent qui accuse depuis plusieurs décennies la variation nette de (...)

23Les frontières se trouvent également en Amérique latine au cœur d’enjeux environnementaux qui se posent désormais comme cruciaux. Pour les saisir, il faut revenir tout d’abord sur deux mouvements concomitants dont le premier a été évoqué dans la partie précédente. Il s’agit dans la période récente, d’une dynamique de pacification des conflits et la construction d’espaces d’intégration régionale sur tout le continent qui ont conduit à un changement général de regard sur les frontières. Dans le même temps, s’est affirmée une progressive conscience environnementale à l’échelle mondiale, déclinée comme un axe central des politiques de développement durable en Amérique latine. Ces préoccupations s’inscrivent dans un contexte continental de déforestation et d’atteintes importantes à la biodiversité. L’Amérique latine compte le plus de pays dits « mégadivers » de la planète23 mais cette diversité biologique extraordinaire est mise à mal par des taux de déforestation parmi les plus importants de la planète, dont la première cause est le développement des terres agricoles. Les ressources naturelles ont été exploitées depuis longtemps, occasionnant une dégradation du couvert végétal, une perte et une fragmentation des habitats et des pollutions diverses24. Malgré tout, les régions frontalières, parce qu’elles sont restées longtemps peu investies, zones de refuge et de peuplement de groupes indigènes marginalisés dans les constructions nationales, et éloignées des principaux foyers économiques et de peuplement, recèlent les dernières grandes forêts et des écosystèmes relativement préservés. Comme partout dans le monde, la préservation de ces importantes richesses naturelles jusqu’à aujourd’hui ne résulte d’une volonté politique particulière. Elle est plutôt due à l’isolement et aux faibles investissements publics que ces zones ont traditionnellement reçus. La « nature inconstante des relations entre nature et frontière » relevée par B. Debarbieux (Debarbieux, 2005) a autorisé l’heureuse et ironique conversion de ces no man’s land politiques en sanctuaires écologiques.

  • 25 « une nature sans limites et des espaces politiques bornés ».

24C’est donc assez naturellement que la préservation de l’environnement est apparue comme un thème fort des coopérations transfrontalières, permettant de construire quelque chose de commun au-delà des divisions politiques, spécialement dans le cas deux marges disputées. Le thème de l’environnement s’est imposé comme un moyen facile, neutre et consensuel pour initier des coopérations, d’autant plus que les frontières latino-américaines restaient des objets de tensions politiques. Cette vision s’inscrit dans le cadre de réflexion de la conférence des Nations unies de Stockholm (1972) qui prônait le débordement fonctionnel de la compartimentation des frontières, sous le thème « nous n’avons qu’une seule terre ». Alors que la nature était longtemps apparue « en creux » (Debarbieux, 2005, p. 80), elle s’est imposé d’emblée comme un thème fort des coopérations transfrontalières, permettant de construire quelque chose de commun, spécialement dans les marges disputées, opposant « boundless nature and bounded political spaces »25 (Fall, 2011). A partir des années 1980, à la faveur des dynamiques d’intégration régionale, et à l’heure où l’environnement se plaçait au sommet de l’agenda politique international (Rapport sur le développement durable en 1987, Conférence de Rio en 1992), l’importance du volet environnemental dans les projets transfrontaliers s’est affirmée (Girot & Granados Chaverrí, 1997).

25La carte des aires protégées en Amérique latine26 montre leur localisation fortement coïncidente avec les frontières étatiques, en tout cas pour les plus grands des périmètres protégés qui se trouvent sur les périphéries des États, de la Selva Maya à la frontière du Mexique et du Guatemala jusqu’aux glaciers de la frontière Chili-Argentine, en pensant par les parcs frontaliers du bassin de l’Amazone. Très peu de ces initiatives ont débouché cependant sur une institutionnalisation transfrontalière, à l’exception du Parc International de La Amistad créé en 1979 par le Costa Rica et le Panama sur leur frontière commune et du Parc International de la Cordillère du Condor créé en 1999 entre l’Équateur et le Pérou27.

  • 28 Le niveau de coopération doit atteindre au moins le niveau 1 (sur une échelle de 0 à 5) pour qu’une (...)

26Il faut noter aussi les tentatives de promotion d’Aires Protégées Transfrontalières (APTF) par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’UICN. Ce programme développé à l’échelle mondiale depuis les années 1970 dans le but d’encourager la paix et la coopération entre les pays, comprend les Parcs Internationaux pour la Paix, de même que d’autres périmètres comme les réserves de biosphère transfrontalière et les corridors biologiques. A la fin des années 2000 (dernières données précises disponibles), l’Amérique du Sud comptait 25 aires protégées transfrontalières (APTF) et l’Amérique centrale 1028 ainsi que le Corridor Biologique Centraméricain qui se présente comme un système transfrontalier articulant des aires protégées depuis le sud du Mexique jusqu’au Panama, pour lutter contre la fragmentation croissante des couverts végétaux et des habitats.

27Ces initiatives n’ont pas été exemptes de critiques, tant sur leur contenu que sur leurs résultats. Les Aires Protégées Transfrontalières ont pu être analysées comme des initiatives néo-libérales de gestion des écosystèmes dans le cadre de la gouvernance environnementale globale (Duffy, 2005), correspondant dans les pays en développement à une volonté de contrôle plutôt qu’un intérêt pour la nature (Fall, 2011). Il en est de même pour le Corridor Biologique mésoaméricain, associé au très controversé Plan Puebla-Panama (Zimmerer et al., 2004). De même, ces politiques de protection semblent trouver aussi leurs limites comme instruments de lutte efficace contre les déprédations. Le Corridor Biologique, présenté comme un des projets de corridors internationaux les plus avancés, fonctionne en réalité de façon très inégale selon les secteurs. La même prudence s’impose quant aux parcs et réserves transfrontalières. Enfin, ces grands périmètres dans les périphéries frontalières s’apparentent souvent à des « réserves de papier » (Calas et al., 2003), à la surveillance difficile face aux exactions nombreuses (cultures ou tailles illégales, braconnage, etc.). En fin de compte, l’heureuse reconversion des frontières semble avoir fait long feu et apparaît parfois illusoire.

  • 29  La page web du PNUE précise qu’en 2017, c’est en Amérique latine que sont survenus 60 % des 197 as (...)

28La réalité latino-américaine est donc celle d’un grand décalage entre le mythe de la perception de l’environnement comme un thème commode pour construire du commun par-delà les frontières et la difficulté réelle du fonctionnement de ces dispositifs. Elle met en lumière les limites et les fragilités des dynamiques de conservation aux frontières. Manque d’engagement de la part des États, difficultés pour mettre en œuvre de réelles coopérations en matière de conservation, manque de suivi et de surveillance sur le terrain… les obstacles sont nombreux. Et se mobiliser reste très dangereux pour les militants écologistes de toute la région dans un contexte où la criminalisation de la défense de l’environnement s’accentue29. Ainsi, même si les frontières politiques ont pu apparaître comme des « fronts écologiques » (Guyot & Richard, 2009) et que l’implantation d’aires protégées dans les régions frontalières a éveillé un grand intérêt (Aquino Pires do Rio, 2017), elles voient aujourd’hui leur biodiversité et leurs réserves de ressources naturelles devenir la convoitise des acteurs privés et d’activités extractives diverses.

De sanctuaires écologiques à zones de pillage ?

29L’Amérique latine dans son ensemble est largement concernée par le modèle d’exploitation des ressources que l’on appelle extractivisme, qui renvoie à des formes d’exploitation industrielle de la nature (Bednik, 2016). Le spécialiste latino-américain E. Gudynas, définit l’extractivisme comme l’exploitation des ressources naturelles sous une forme intensive et avec de grands volumes, lesquels sont destinés au moins pour moitié à l’exportation (Gudynas, 2013). À la suite de Gudynas et Acosta, c’est une définition large de l’extractivisme qui prévaut le plus souvent aujourd’hui, considérant que celui-ci ne se limite pas à l’extraction de minerais et d’hydrocarbures mais comprend également l’extractivisme agricole (grandes cultures commerciales de banane, ananas, palme africaine, soja…) ou forestier, et même celui généré par la pêche intensive (Acosta, 2011, p. 85). Il s’agit d’un mode de développement qui est largement documenté en termes économique et politique (passage d’un extractivisme classique à un néo-extractivisme où les États prennent un rôle plus important, voire un néo-extractivisme progressiste). Il l’est de plus en plus surtout sous l’angle des conflits socio-environnementaux et des mobilisations des communautés locales (face au problème que pose l’extraction de ressources en soi mais aussi leur exploitation par des firmes transnationales sans bénéfice aux populations locales), en analysant comment ces activités questionnent les pratiques d’appropriation et d’exploitation de la nature.

30Le développement du modèle extractif est finalement peu abordé en terme spatial. Le dernier ouvrage de la spécialiste M. Svampa, consacré justement aux frontières de l’extractivisme, ne considère pas celles-ci dans une acception spatiale (Svampa, 2019). Or il est crucial d’analyser la géographie de ces activités en adoptant une vision dynamique multiscalaire, pour apprécier les logiques de diffusion, car il s’agit d’activités qui ont une inscription spatiale forte et dont les « frontières » s’étendent. Une certaine logique semble prévaloir à l’extension des activités extractives dans les périphéries nationales, concernant de plus en plus les régions frontalières. Il faut se rendre compte que, de fronts écologiques, les régions frontalières sont en train de se reconvertir en fronts extractifs, considérées comme des réservoirs productifs. La présence de périmètres protégés peine à occulter désormais une avancée bien réelle de l’extractivisme dans ces régions. Ceci questionne la capacité des politiques environnementales et des réglementations des activités économiques à contenir les appétits des firmes transnationales dans des territoires où se dessinent des opportunités.

31Il ne s’agit pas de logiques récentes, loin s’en faut. On se réfèrera au vaste courant de pensée latino-américain décolonial qui interroge aujourd’hui la construction des rapports de pouvoir tels qu’ils ont émergé à l’époque moderne en lien avec le capitalisme. Ainsi, pour le sociologue A. Quijano, « le pouvoir (…) est un maillage d’exploitation/domination/conflits » (Quijano, 2007). Historiquement, le manque d’investissement, d’infrastructures et la faible présence de l’État ont facilité l’installation depuis le XIXe siècle d’acteurs exogènes telles les grandes entreprises transnationales étasuniennes comme la United Fruit Company. Développant des systèmes de plantation basés sur la logique de l’enclave aux périphéries des territoires nationaux, le rôle par exemple que les compagnies bananières ont joué en Amérique centrale dans la définition de certaines frontières est un fait bien établi. La question de l’articulation historique entre fronts extractifs et établissement des frontières politiques a été également posée par C. Zárate dans une analyse de la relation entre les différents fronts ouverts d’extraction des gommes élastiques et, et le processus de définition des contours territoriaux des pays du bassin de l’Amazone entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, au moment où les frontières commençaient à se dessiner plus précisément (Zárate, 2006).

  • 30 53 % de la production d’ananas du Costa Rica (sur un total de 45 000 ha) se concentre dans les cant (...)

32Dans la littérature, on observe l’émergence des réflexions sur les menaces environnementales aux frontières, des publications qui analysent la fragilité des régions frontalières latino-américaines face au processus de dégradation de leurs ressources naturelles, en liaison avec l’avancée des projets de mise en valeur agricole, minière ou industrielle. Il s’agit d’une littérature encore fragmentée et basée sur des études de cas empiriques, mais qui montre l’augmentation des inquiétudes depuis les années 2000 et la nécessité d’explorer le « binôme usage-conservation » (Morea, 2017), à partir de l’avancée de la frontière agricole dans la grande réserve de Bosowás à la frontière du Nicaragua et du Honduras (Alegría & Centeno, 1998) ; de l’expansion des cultures d’ananas à la frontière nord du Costa Rica30 (Rodríguez & Prunier, 2020) ; des défis environnementaux à la triple frontière de l’Iguazu (Aquino Pires do Rio et Name, 2017) ; ou encore des tensions et conflits d’intérêts entre politiques de conservation et expansion du capitalisme extractiviste dans les régions de frontières au Chili (Reyes Herrera, Rodriguez Torrent, 2015) comme en Argentine (Morea, 2017).

33Le mouvement d’expansion des frontières extractives semble s’approfondir aujourd’hui aux frontières des États. La question est de savoir de quelle manière, pourquoi, et avec quelles incidences. En effet aujourd’hui, la nature relativement préservée des régions frontalières (terres, forêts, eau…) constitue une ressource disponible qui offre des possibilités de développer des activités d’exploitation. De fait, on observe sur beaucoup de frontières une dégradation de l’environnement. L’avancée de l’extractivisme se fait préférentiellement vers ces territoires considérés comme improductifs (Gudynas, 2010). Toutes les activités extractives n’ont cependant pas les mêmes logiques de localisation et l’avancée vers les régions frontalières est sans doute plus évidente pour les activités agricoles. Cela demanderait une documentation plus précise des différents secteurs extractifs.

34Or les caractères des régions frontalières les rendent particulièrement vulnérables face à ces activités. Cette vulnérabilité tient à plusieurs facteurs : ressources abondantes, manque de surveillance et de contrôle de la part de l’État, faible autonomie et capacité de réponse des gouvernements locaux, précarité socio-économique de la population et très bas salaires, droits des communautés indigènes pas toujours garantis (photographie 2). F. Solíz, A. Maldonado et C. Valladares écrivent ainsi : « Si l’exploitation minière, comme toute autre activité extractive, est violente pour l’environnement et les droits des populations vivant dans son rayon d’influence, lorsqu’elle est pratiquée dans des zones frontalières, jette les bases de conditions d’illégalité durables, qui se traduisent par des conditions environnementales plus mauvaises et des violations plus larges des droits de l’homme » (Solíz et al., 2012, p.79, traduction). La dimension transfrontalière des activités extractives joue également une caractéristique essentielle dans l’avancée des fronts extractifs qui traversent les limites nationales et jouent avec les législations nationales et les possibilités d’employer une main d’œuvre circulant illégalement (León Araya et Montoya Tabash, 2021). Le formidable développement des mines d’or (garimpos) au nord du Brésil, dénoncé sans grand succès par les ONG et les groupes indigènes affectés, offre une illustration de la facilité avec laquelle ces sites se sont multipliés sur des zones considérées comme « vides », parfois même avec le soutien des autorités (Albert & Le Tourneau, 2005) et débordant ensuite les frontières en direction du Surinam et de la Guyane française (Le Tourneau, 2020).

Photographie 2

Photographie 2

Peinture murale près du pont frontalier, Sixaola, Panama (2015). L’ouvrier agricole des bananeraies, dont on perçoit la petite maison typique sur pilotis à l’arrière-plan, est face aux appétits d’un monstrueux crocodile dans lequel on peut deviner les firmes agro-alimentaires transnationales (L. Medina, 2015).

35Ces transformations productives sur les périphéries frontalières des États s’imposent aujourd’hui comme un élément clé des recompositions territoriales aux frontières et devraient s’affirmer comme une des priorités de la recherche sur les frontières latino-américaines. Elles demandent donc de mener des recherches comparatives sur différents terrains frontaliers du continent, afin de pouvoir spatialiser l’extension des activités extractives et analyser ses impacts. L’information manque encore à ce jour. A l’échelle de l’Amérique latine, quelques cartes existent, réalisées en général par des ONG et mises en ligne pour accompagner les populations dans leur lutte contre les projets extractifs. Mais elles sont à petite échelle, concernent surtout les activités minières et ont vocation à renseigner plutôt sur les lieux de conflits déclarés. Dans la lignée d’auteurs qui considèrent la conservation écologique et l’expansion des cultures extractives comme deux expressions de la néolibéralisation de la nature (Castree, 2008 ; Cano Castellanos, 2013), il y a urgence à re-questionner la relation frontière-environnement et à analyser l’approfondissement des politiques néolibérales de développement exogène sur les frontières latino-américaines à travers ce prisme.

Conclusion

36Les processus synchroniques qui viennent d’être déclinés dessinent des réalités frontalières complexes et pour certaines nouvelles du Mexique à la Terre de Feu. Nous avons insisté sur le fait que les frontières qui séparent les Etats de cette région du monde demeurent sur le temps long des éléments structurants de l’affirmation des souverainetés, dans les processus de constructions nationales post-indépendances et encore de nos jours. Si ces frontières sont surinvesties politiquement et restent des lignes sensibles, elles voient leur situation évoluer en liaison avec l’évolution du contexte géopolitique régional et international mais aussi l’affirmation du modèle économique de « reprimarisation » des économies latino-américaines. L’image des cycles (économiques mais aussi politiques), qui colle tant à l’Amérique latine, peut ici se décliner. Les préoccupations sécuritaires grandissantes et le piétinement des groupements d’intégration régionale laissent à penser que l’on est en train de passer d’un cycle d’intégration, qui avait démarré dans les années 1980, à un cycle de replis nationaux choisis ou imposés par les États-Unis. Les espaces frontaliers ne semblent plus seulement envisagés comme des espaces à co-construire mais surtout comme des espaces à co-surveiller ; plus seulement comme des espaces cumulant les handicaps, en retard de développement, mais comme des espaces à risque. La coopération ne sert plus ici à ouvrir les frontières, elle a pour objet de les fermer ou du moins de les convertir en filtres sélectifs. L’avancée des activités extractives dans les régions frontalières nous ouvre les yeux sur le fait que l’on est en train de passer d’un cycle de préservation à un cycle de prédation face auquel les zones frontalières sont particulièrement vulnérables, d’une nature considérée comme une valeur à préserver à une ressource estimée pour son utilité économique.

37L’incroyable vitalité des recherches sur les frontières en Amérique latine s’explique sans doute par ces dynamiques complexes. Le contexte sanitaire de 2020 et les changements d’usages introduits par la pandémie, avec par exemple la multiplication des séminaires à distance, donnent une visibilité plus grande à ces recherches et la circulation des idées et des savoirs. Facilitée par le partage de deux langues proches dans tout le sous-continent, celle-ci a semblé s’accélérer. Les processus de réaffirmation des frontières et de frontiérisation comme de défrontiérisation que l’on peut observer en Amérique latine (Liberona Concha et al., 2018) méritent l’intérêt car ils sont illustratifs des schizophrénies frontalières actuelles que les politiques mises en œuvre aujourd’hui par les acteurs politiques peinent à embrasser. Comme l’écrivent Liberona Concha et al., « « il est important que, dans un contexte global de théories croissantes dans les études sur les frontières, depuis notre Sud nous rassemblions les réflexions émergentes sur le sujet » (traduction, p. 3).

Haut de page

Bibliographie

Acosta, A., 2011, « Extractivismo y neoextractivismo: dos caras de la misma maldición », Ecoportal, [En ligne] https://www.ecoportal.net/temas-especiales/mineria/extractivismo_y_neoextractivismo_dos_caras_de_la_misma_maldicion/.

Albert, B.; Le Tourneau, F.-M., 2005, « Homoxi : ruée vers l’or chez les Indiens Yanomami du haut rio Mucajaí (Brésil) », Autrepart, vol. 34, n° 2, p. 3‑28.

Alegría, J.; Centeno, M., 1998, « Avance de la frontera agrícola y su incidencia sobre la diversidad biológica en la Reserva de Recursos Naturales de Bosawás (Nicaragua) », communication au colloque España, Mundi Prensa Libros, p. 151156.

Altmann Borbón, J. ; Beirute Brealey, T. (Éd.), 2011, América Latina y el Caribe: cooperación transfronteriza, Buenos Aires, Teseo : CAF : FLACSO.

Amilhat-Szary, A.-L., 2005, « Géopolitique et frontières en Amérique latine », in S. Hardy et L. Medina (coord.), L’Amérique latine, Paris, Editions du Temps, coll. « Questions de géographie », p. 11‑33

Amilhat-Szary, A.-L., 2010, « Frontières et intégration régionale en Amérique Latine : sur la piste du chaînon manquant », in Regards croisés sur les intégrations régionales Europe / Amériques, Rencontres européennes, Bruxelles, Editions Bruylant, p. 307‑341

Amilhat-Szary, A.-L., 2020, Géopolitique des frontières : découper la terre, imposer une vision du monde, Paris, Le Cavalier bleu.

Amilhat-Szary, A.-L., Rouviere, L., 2007, « Des dynamiques transfrontalières au bilan d’aménagement du territoire : innovations et blocages dans les Andes centrales (Chili-Pérou-Bolivie) », Mosella : revue du Centre d’études géographiques de Metz, vol. 32, n° 1‑4, p. 181‑196.

Ancel, J., 1938, Géographie des frontières, Paris, Gallimard.

Andrade-Benítez, A., 2016, Géopolitique des relations d’intégration entre la Colombie et le Venezuela : enjeux historiques binationaux, construction des territoires et rapports entre sociétés locales, Thèse de doctorat, Paris, France, École des hautes études en sciences sociales.

Aquino Pires do Rio G. ; Name L., 2017, « Patrimonialización y gestión del territorio en la triple frontera de Brasil, Argentina y Paraguay : continuidades y desafíos del parque Iguazú », Revista de Geografía Norte Grande, nº 67, p. 167-182.

Bednik, A., 2016, Extractivisme : exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin.

Benedetti, A., 2018, « Algunas marcas de la nación y el nacionalismo en los estudios latinoamericanos sobre fronteras », Estudios Fronterizos, vol. 19, p. 126.

Boeglin Naumovic, N., 2018, « Un tribunal, dos estados, tres controversias », Voz experta, Université du Costa Rica, En ligne : https://www.ucr.ac.cr/noticias/2018/02/02/voz-experta-un-tribunal-dos-estados-tres-controversias.html.

Braticevic, S.; Tommei, C.; Rascovan, A.; Grupo de Estudios sobre Fronteras y Regiones (Éd.), 2017, Bordes, límites, frentes e interfaces: algunos aportes sobre la cuestión de las fronteras, Buenos Aires, Facultad de Filosofía y Letras, Universidad de Buenos Aires.

Cairo Carou, H.; Lois, M., 2014, « Geografía política de las disputas de fronteras: cambios y continuidades en los discursos geopolíticos en América Latina (1990-2013) », Cuadernos de Geografía: Revista Colombiana de Geografía, vol. 23, n° 2, p. 4567.

Calas, B. ; Cosaert, P.; Bart, F., 2003, « Quel est le véritable patrimoine des parcs animaliers est-africains ? », in Patrimoines et développement dans les pays tropicaux, Espaces tropicaux, Pessac, DYMSET, p. 333‑342

Cano Castellanos, I.-J., 2013, De montaña a “reserva forestal”: colonización, sentido de comunidad y producción de la conservación ecológica en el sureste de la Selva Lacandona, México, Thèse de doctorat, Université Paris Nanterre, CIESAS.

Carneiro Filho, C. ; Filippi, E., 2016, « Politique gouvernementale brésilienne à la frontière : entre intégration et sécurité »,

Castree, N., 2008, « Neoliberalising Nature: The Logics of Deregulation and Reregulation », Environment and Planning A: Economy and Space, vol. 40, n° 1, p. 131‑152.

Côté-Boucher, K. ; Infantino, F. ; Salter, M. B., 2014, « Border security as practice: An agenda for research », Security Dialogue, vol. 45, n° 3, p. 195‑208.

Cuisinier-Raynal, A., 2001, « La frontière au Pérou entre fronts et synapses », Espace géographique, vol. 30, n° 3, p. 213‑230.

Debarbieux, B., 2005, « La nature inconstante des relations entre nature et frontière », in H. Velasco-Graciet et Ch. Bouquet (dir.), Tropisme des frontières, Paris, L’Harmattan, p. 77‑81

Donzelli, S., 2013, « Border Studies. Theorical approaches, themes of inquiry and suggestions for future works », ISS Working Paper Series / General Series, vol. 571, p. 1‑52.

Duffy, R., 2005, « The politics of global environmental governance: the powers and limitations of transfrontier conservation areas in Central America », Review of International Studies, n° 31, p. 307‑323.

Fall, J. J., 2011, « Natural Resources and Transnational Governance », in The Ashgate Research Companion to Border Studies, Farnham, RU, Ashgate Publishing, Ltd., p. 627‑642

FAO / PNUE, 2020, La situation des forêts du monde 2020. Forêts, biodiversité et activité humaine, Rome, FAO.

Foucher, M., 1988, Fronts et frontières : un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard.

« Frontera (la) como factor de integración », (éditorial non signé), 1986, Integración Latinoamericana, Revista del Instituto para la Integración de América Latina, n° 11 (118), 93p.

« Frontera (la) : un factor de integración », (éditorial non signé), 1990, Integración Latinoamericana, Revista del Instituto para la Integración de América Latina, n° 15 (156), pp.1-2.

García Buchard, E., 1995, « Las companías bananeras y los conflictos fronterizos en Centroamérica : anti-imperialismo o anti-americanismo? », Communication, Séminaire international Estado, participación politica e identidad nacional en Centroamérica. Siglos XIX y XX.

Gautreau, P. ; Merlinsky, G., 2008, « Mouvements locaux, État et modèles de développement dans le conflit des usines de pâte à papier du fleuve Uruguay », Problemes d’Amerique latine, vol. 70, n° 4, p. 6180.

Ghilardi, M., Matossian, B. (Éd.), 2020, Fronteras interrogadas: enfoques aplicados para un concepto polisémico, Buenos Aires, Teseo.

Girot, P.; Granados Chaverrí, C.; 1997, « La cooperación transfronteriza y los nuevos paradigmas de la integración centroamericana », in Las fronteras del istmo: fronteras y sociedades entre el sur de México y América Central, Mexico, CIESAS, CEMCA, p. 289310

Gudynas, E., 2010, « Agropecuaria y nuevo extractivismo bajo los gobiernos progresistas », Revista Territorios, n° 5, p. 3754.

Gudynas, E., 2013, « Extracciones, Extractivismo y Extrahecciones. Un marco conceptual sobre la apropiacion de recursos naturales », Observatorio del Desarrollo, CLAES, p. 118.

Guichonnet, P.; Raffestin, C., 1974, Géographie des frontières, Paris, Presses Universitaires de France.

Guyot, S. ; Richard, F., 2009, « Les fronts écologiques - Une clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux ? », L’Espace Politique, n° 9, [En ligne] http://journals.openedition.org/espacepolitique/1422.

Herrera Caceres, R., 1990, Las fronteras de Honduras (un ensayo sobre las fronteras internacionales), Tegucigalpa, Honduras, Editorial Universitaria (UNAH).

Hoffmann, O. ; Morales Gamboa, A., 2018, El territorio como recurso: movilidad y apropiación del espacio en México y Centroamérica, Paris, IRD Editions.

Kireev, A. A.; Yachin, S. E., 2019, « Paradigms of Border Studies and the Metacultural Approach », Journal of Borderlands Studies, vol. 34, n° 3, p. 395‑412.

Kolossov, V., 2005, « Border Studies: Changing Perspectives and Theoretical Approaches », Geopolitics, vol. 10, n° 4, p. 606‑632.

Kolossov, V.; Scott, J., 2013, « Selected conceptual issues in border studies », Belgeo. Revue belge de géographie, En ligne : http://journals.openedition.org/belgeo/10532.

Leloup, F. ; Stoffel, S., 2001, « Intégration régionale et frontière dans le Mercosur : entre théorie, principes et réalités », Mondes en developpement, vol. N° 115-116, n° 3, p. 7380.

León Araya, A. ; Montoya Tabash, V., 2021, « La función de la frontera en la economía política de las plantaciones piñeras en Costa Rica », TRACE, n° 80, p. 116137.

León Rojas, A., 2020, « Gobernabilidad migratoria, ¿reforzando el modelo de securitización en Suramérica? El éxodo venezolano y sus retos para el Estado colombiano », Estudios Políticos (Medellín), En ligne : https://revistas.udea.edu.co/index.php/estudiospoliticos/article/view/338583.

Le Tourneau, F.-M., 2020, « Le “système garimpeiro” et la Guyane : l’orpaillage clandestin contemporain en Amazonie française », Cahiers d’Outre-Mer, vol. LXXIII, n° 282, p. 263290.

Liberona Concha, N. ; Álvarez Torres, C.; Córdova Rivera, G., 2018, « Procesos de fronterización y desfronterización en territorios latinoamericanos », Polis Revista Latinoamericana, n° 51, p. 8 [En linea].

Londoño Niño, E. A., 2015, « La frontera como factor de integración regional. Análisis a partir del caso de la frontera entre Colombia y Perú », Agenda Internacional. Año XXII, n° 33, p. 191208.

Luzardo A., 2002, « Fronteras, ambiente y desarrollo sustentable », Revista Venezolana de Análisis de Coyuntura, vol. VIII, núm. 1, p. 175-187

Machado de Oliveira, T. C., 2009, « Frontières en Amérique latine : réflexions méthodologiques », Espaces et sociétés, vol. n° 138, n° 3, p. 19‑33.

Manero, E., 2011, « A Retrospective Look at the Nature of National Borders in Latin America », in The Ashgate Research Companion to Border Studies, Farnham/Burlington, Ashgate, p. 301‑323

Marié, M., 2004, « L’anthropologue et ses territoires », Espaces et sociétés, vol. 4, n° 119, p. 177‑198.

Medina-Nicolas, L., 2009, « Les frontières de l’isthme centraméricain, de marges symboliques à des espaces en construction », Espaces et sociétés, n° 138, n° 2009-3, p. 35.

Morea, J. P., 2017, « Problemática territorial y conservación de la biodiversidad en espacios protegidos de Argentina », Investigaciones geográficas, nº 68, p. 115-132.

Ovando, C.; Álvarez, G.; González Pizarro, S. ; Iturra Valenzuela, L., 2020, « Dimensiones tradicionales y emergentes de la seguridad fronteriza del extremo norte de Chile », Estudios Fronterizos, En ligne : http://ref.uabc.mx/ojs/index.php/ref/article/view/877.

Perrier Bruslé, L., 2005, La dernière frontière, loin des Andes, trop près du Brésil : la frontière orientale et la construction du territoire en Bolivie, Thèse de doctorat en géographie, France, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Porras Ponceleón, T., 2018, « Réflexions sur l’intégration régionale en Amérique latine », Revue internationale et stratégique, vol. 111, n° 3, p. 45.

Quijano, A., 2007, « “Race” et colonialité du pouvoir », Mouvements, vol. 51, n° 3, p. 111‑118.

Reyes Herrera S.E., Rodríguez Torrent J. C., 2015, « Proyecto Hidroaysén: capitalismo extractivista, regulación estatal y acción colectiva en la Patagonia », Polis, vol. 14, nº 40, p. 439-467.

Rodríguez, L. G., 2013, « La noción de frontera en el pensamiento geográfico de 1970 y 1980 en Argentina », Cuadernos de Geografía: Revista Colombiana de Geografía, vol. 23, n° 2, p. 107119.

Rodríguez, T.; Prunier, D., 2020, « Extractivismo agrícola, frontera y fuerza de trabajo migrante: La expansión del monocultivo de piña en Costa Rica », Frontera norte, n° 32, p. 25 p.

Santos, G., 2016, « El Plan Nacional de Frontera en Brasil: ¿ Un nuevo proceso de militarización? », Revista Latinoamericana de Derechos Humanos, n° Número monográfico extraordinario, p. 217228.

Solíz, F.; Maldonado, A.; Valladares, C., 2012, « Las actividades extractivas minan los derechos de los niños y de las niñas en las fronteras », in Minería, territorio y conflicto en Colombia, Bogota, Universidad Nacional de Colombia, p. 7996

Svampa, M., 2019, Las fronteras del neoextractivismo en América Latina: Conflictos socioambientales, giro ecoterritorial y nuevas dependencias, CALAS.

Torre Cantalapiedra, E.; Mariscal Nava, D. M., 2020, « Batallando con fronteras: estrategias migratorias en tránsito de participantes en caravanas de migrantes », Estudios Fronterizos, En ligne : http://ref.uabc.mx/ojs/index.php/ref/article/view/854.

Velut, S., 2009, « Argentine – Chili : Une si longue frontière », Confins, n° 7, p. 1‑25.

VENTURA, J.P., 2014, El camino de la droga, [En ligne] https://vaventura.com/divulgacion/geografia/camino-la-droga/.

Wackermann, G., 1987, « Vécu et comportement transfrontalier ; Introduction », Revue Géographique de l’Est, vol. 27, n° 1‑2, p. 3‑4.

Wastl-Walter, D., 2011, The Ashgate Research Companion to Border Studies, Farnham/Burlington, Ashgate.

Wilson, T. M. ; Donnan, H. (Éd.), 2012, A companion to border studies, Malden, EU.

Zárate, C. G., 2006, « Frentes extractivos y fronteras políticas en la Amazonía en la época del caucho », Gestión y Ambiente, vol. 9, n° 3, p. 5567.

Zepeda, B.; Enríquez Bermeo, F.; Carrión, F. (Éd.), 2017, El sistema fronterizo global en América Latina: un estado del arte, Quito, Ciudad de Guatemala, Ottawa, FLACSO Sede Ecuador ; FLACSO Sede Guatemala ; IDRC-CDRI.

Zimmerer, K.; Holland, M.; Galt, R., 2004, « Globalization and Multi-spatial Trends in the Coverage of Protected-Area Conservation (1980–2000) », AMBIO A Journal of The Human Environment, vol. 8, n° 33.

Haut de page

Notes

1 Ignacio Fariza, « Un bond de vingt ans en arrière », El País, 30/08/2020, repris dans Courrier International n° 1558, 10-16 septembre 2020 ; Antoine Acker, Olivier Compagnon, Juliette Dumont, Mélanie Toulhoat, « Edito : L’Amérique latine et le Brésil dans l’ombre du virus », site de l’IHEAL-CREDA.

2 « Coronavirus en América Latina: las cuarentenas que se rompen a diario en las fronteras de Centroamérica », BBC Mundo, 03/04/2020 ; « Latinoamérica blinda fronteras por el COVID-19 », AP EXPLICA, 10/05/2020.

3 Estudios Fronterizos, Frontera Norte, Si Somos Americanos: Revista de Estudios Transfronterizos.

4 Expression empruntée à Freud dans Malaise dans la civilisation (1930), citée par Jacques Ténier, « La cohésion régionale au défi de la mondialisation », communication à la journée d’étude « Au-delà de la crise, penser les intégrations dans les Amériques », IHEAL, 28 mai 2019.

5 Descendants des conquérants et métis acculturés.

6 Pour une revue des conflits frontaliers dans le monde, dont en Amérique latine, voir les trois volumes d’E. Brunet-Jailly (dir.), Border Disputes : A Global Encyclopedia, ABC-CLIO, 2015.

7 Le Guatemala continue de réclamer la moitié du territoire du bélizéen, au nom de titres coloniaux. Au printemps 2020, les deux pays ont obtenu tous deux de la part de la CIJ un délai supplémentaire pour déposer les pièces du dossier (https://www.icj-cij.org/fr/affaire/177).

8 En 2016, l’affiche initiale d’un séminaire international sur les frontières du Pérou représentait une carte ancienne trouvée sur internet par l’organisateur du colloque, qui représentait le secteur dit de la triple frontière à la jonction des territoires colombien, péruvien et brésilien. À cet endroit, la frontière de la Colombie dessine un long trapèze qui avance en territoire péruvien, territoire disputé jusque dans les années 1930. Les organisateurs du colloque ayant dû porter l’affiche à la connaissance du Ministère pour accord, celui-ci a demandé que la carte soit enlevée, parce que rappelant trop fâcheusement une défaite péruvienne. L’application Google Maps s’est également retrouvée de manière inattendue au cœur d’un incident diplomatique entre le Nicaragua et le Costa Rica en 2010, faisant titrer au Courrier International « Quand Google Maps déclenche l’invasion du Costa Rica » (17/11/2010).

9 L’article 44 de la Constitution péruvienne de 1993 établit qu’il est « du devoir de l’État de fixer et d’exécuter la politique des frontières et de promouvoir l’intégration latino-américaine, ainsi que le développement et la cohésion des zones frontalières ». Dans le même esprit, la loi cadre n° 29778 du 26 juillet 2011 pour le Développement et l’Intégration Frontalière : « se donne pour objectif de renverser la tendance d’exclusion de la population qui habite la frontière, (…) qui affaiblit la défense et la souveraineté nationales (…) ». Cette base législative s’articule avec le Plan binational de développement de la région frontalière Pérou-Equateur (1998).

10 Le « Plano Nacional de Fronteira » (PNF) mis en œuvre en 2011 concerne une frange frontalière de 150 km de large, démarquée depuis 1979 comme zone de sécurité nationale, soit 27 % du territoire national.

11 On peut citer le séminaire qui a fait un point sur la question récemment, « Au-delà de la crise, penser les intégrations dans les Amériques », C. Girault et L. Perrier-Bruslé (org.), Institut des Hautes Etudes d’Amérique latine, 22 mai 2019.

12 Un premier diagnostic sur le potentiel de coopération a été élaboré dès 1973 dans trois bassins hydrographiques transfrontaliers, qui sera suivi deux accords régionaux, un « Accord pour le développement des aires frontalières » signé en 1988, et un document intitulé « Développement durable frontalier en Amérique centrale » signé par les vice-présidents en 1995.

13 Estimation SIECA 2019, « Política marco regional de movilidad y logística de Centroamérica ».

14 https://www.worldbank.org/content/dam/Worldbank/document/Road-Freight-in-Central-America_Exec%20Sum_Spa.pdf.

15 http://iirsa.org/News/Detail?Id=222 et https://www.mopt.go.cr/wps/wcm/connect/a1a26454-ad62-4897-b407-ade0af9b019c/Politica+Marco+Regional++Movilidad+y+Logistica+Nov+2016-CR.pdf?MOD=AJPERES.

16 http://www.iirsa.org/admin_iirsa_web/Uploads/Documents/pfd_ftpf2_completo.pdf et https://conexionintal.iadb.org/2018/03/26/inauguran-paso-frontera-binacional-corazon-suramerica/.

17 Juan Pérez Ventura, El camino de la droga, 2014, https://vaventura.com/divulgacion/geografia/camino-la-droga/.

18 A été remarquable ces dernières années l’expansion dans toute l’Amérique latine d’un système de prêts aux particuliers, appelé aussi « goutte-à-goutte », mis en place par les narcotrafiquants colombiens pour blanchir l’argent de la drogue (voir l’article paru dans Connectas plateforme latino-américaine d’information, traduit dans Courrier International n° 1567, 12-18 novembre 2020). On pense à ce qu’écrivait Kenichi Ohmae en 1990 dans son célèbre ouvrage The Borderless World (New-York, HarperBusiness) : « Money slips across borders in the blink of an electronic eye »… (p. 167).

19 https://www.sica.int/noticias/sica-mejora-los-plazos-en-fronteras-para-el-transporte-de-carga_1_121996.html.

20 https://www.sica.int/esca/sefro.aspx. L’UE contribue au SEFRO à hauteur de 5 millions d’euros et le SICA de 0,5 million d’euros. 6 pays (excepté le Belize) ont bénéficié de cette aide.

21 Le Costa Rica et le Panama jusque-là peu touchés par la question migratoire de transit (car le Costa Rica connaît déjà une intense migration nicaraguayenne) mais qui se trouvent désormais sur les routes de transit de migrants venus du Sud ou de la Caraïbe, ont conjointement reçu l’appui technique de Espagne pour des formations à la gestion des personnes migrantes aux frontières (infrastructures, langues…).

22 Voir la présentation en octobre 2020 d’un projet financé par les États-Unis, qui a pour objectif affiché la « sécurité, justice et prévention du crime organisé » et qui est en fait simplement un programme de surveillance des migrations illégales : https://www.plantrifinio.int/noticias/215-presentacion-de-proyectos-de-cooperacion-estadounidense-en-la-region-trifinio-guatemala.

23 Les pays dits mégadivers sont les dix-sept pays à plus grande diversité biologique identifiés par l’UNEP WCPC (UN Environment World Conservation Monitoring Centre) en 1998 (http://www.biodiversitya-z.org/content/megadiverse-countries). L’Amérique latine en compte six, Mexique, Colombie, Venezuela, Équateur, Pérou et Brésil.

24 L’Amérique du Sud est le sous-continent qui accuse depuis plusieurs décennies la variation nette de la superficie forestière la plus négative (FAO & PNUE, 2020).

25 « une nature sans limites et des espaces politiques bornés ».

26 https://nationalparksofparaguay.blogspot.com/2015/03/green-list-of-protected-areas.html?view=flipcard.

27 On peut citer aussi le massif de Montecristo entre le Guatemala, le Salvador et le Honduras (la région dite du Trifinio) où le projet du Parc Trinational de La Fraternidad a capoté, mais qui est réserve internationale de la biosphère depuis 2011.

28 Le niveau de coopération doit atteindre au moins le niveau 1 (sur une échelle de 0 à 5) pour qu’une aire protégée se trouvant à cheval sur une frontière internationale soit reconnue comme APTF. Si l’on se réfère aux 6 niveaux de coopération entre les APTF définis par l’UICN selon une gamme de critères (Sandwith et al., 2001).

29  La page web du PNUE précise qu’en 2017, c’est en Amérique latine que sont survenus 60 % des 197 assassinats de défenseurs de l’environnement dans le monde, selon les données de l’organisation Global Witness (https://www.unenvironment.org/es/news-and-stories/reportajes/un-paso-historico-favor-de-la-democracia-ambiental-en-america-latina-y). L’assassinat de la militante hondurienne Berta Cáceres, très médiatisé en 2016, s’inscrit dans une longue suite de meurtres restés impunis mais pour lesquels les complicités des gouvernements et des firmes privées sont dénoncées.

30 53 % de la production d’ananas du Costa Rica (sur un total de 45 000 ha) se concentre dans les cantons frontaliers du nord du pays, et le reste de la production se localise principalement dans les cantons frontaliers du sud.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1
Légende Les installations imposantes du poste de douane de Dos Bocas à Catazajá, Chiapas, Mexique, construit dans le cadre de l’Initiative de Mérida, à plus de 50 km de la frontière et qui fait partie du dispositif des deux ceintures de surveillance de la frontière sud (L. Medina, 2018).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9424/img-1.png
Fichier image/png, 273k
Titre Photographie 2
Légende Peinture murale près du pont frontalier, Sixaola, Panama (2015). L’ouvrier agricole des bananeraies, dont on perçoit la petite maison typique sur pilotis à l’arrière-plan, est face aux appétits d’un monstrueux crocodile dans lequel on peut deviner les firmes agro-alimentaires transnationales (L. Medina, 2015).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9424/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Medina, « Pouvoir, préservation, prédation. Les frontières d’Amérique latine témoins d’un continent sous tensions », L’Espace Politique [En ligne], 42 | 2020-3, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/9424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.9424

Haut de page

Auteur

Lucile Medina

Maître de conférences HDR en géographie
Université Paul Valéry Montpellier 3, UMR ART-Dév
lucile.medina@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search