Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Frontières et souveraineté : quel...Les îles Malouines entre le Royau...

Frontières et souveraineté : quelles déclinaisons américaines ?

Les îles Malouines entre le Royaume-Uni et l’Argentine : construction et déconstruction d’une frontière

The Falkland Islands between the UK and Argentina: the construction and deconstruction of a border
Marc Fourches

Résumés

Le Royaume-Uni et l’Argentine sont en conflit au sujet de la souveraineté sur l’archipel des Malouines, territoire d’outre-mer britannique dans l’Atlantique Sud. Ce différend se traduit par une une activité institutionnelle de la part des États dans la sphère diplomatique, en particulier au sein des organisations internationales, mais également en dans les politiques intérieures. Cette activité se traduit par la production d’un imaginaire se déployant tout particulièrement dans le cadre d’un nationalisme territorial argentin. Cet article s’appuie, entre autres, sur la notion de « nationalisme ordinaire » (ou « nationalisme banal ») développée par Michael Billig et celle de « nationalisme flagrant » proposée par Matthew Benwell. Il montre comment la frontière entre l’Argentine et les îles est tour à tour affirmée et effacée par les institutions dans le cadre de leur action sur la délimitation, mais également dans l’imaginaire collectif par les passeports, la toponymie, les représentations du territoire véhiculées par des cartes, des objets du quotidien ou publiées dans les médias. Ces éléments contribuent à façonner la relation des individus à la frontière. Ainsi est mise en évidence la façon dont un « nationalisme flagrant » contribue à produire un imaginaire national ordinaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au cours de ces dernières années, la notion de frontière a été largement étudiée sous des angles nouveaux. Ces apports ont très largement contribué au renouvellement du champ multidisciplinaire des Border Studies. La frontière peut être ainsi perçue comme s’épaississant, ce qui remet en question la séparation linéaire et contribue à l’émergence d’une conception zonale (frontier) qui nécessite une gestion binationale (Longo, 2017) La frontière, espace instable, matériel ou dématérialisé, se fermant ou s’ouvrant, devient aussi mobile (Amilhat-Szary, 2015). L’expérience de la frontière a également tendance à s’individualiser par la multiplicité des règles et des expériences de chacun, donnant naissance à autant de « frontiérités » (Amilhat-Szary, 2015, Amilhat-Szary et Giraut, 2015)

2La conception traditionnelle, westphalienne en quelque sorte, n’est pourtant pas complètement invalidée par ces nouvelles approches de recherche. La ligne frontière n’a pas encore disparu (Amilhat Szary et Cattaruzza, 2017). Il s’agit là souvent d’une conception qui a un caractère performatif dans la mesure où elle implique le contrôle du territoire. La frontière fait l’État et l’État fait la frontière (Bigo, 2001). Elle sépare deux territoires ainsi que les sociétés humaines qui les peuplent. En ce sens, jouer sur la frontière peut se révéler un outil puissant pour réaffirmer la séparation entre un groupe humain et un autre, un territoire et un autre. Inversement, nier la frontière, c’est délégitimer l’existence de cet autre territoire différent et affirmer sa souveraineté. Anderson (1991) dans ses travaux sur l’imaginaire national a consacré un chapitre à trois outils servant en quelque sorte d’éléments grammaticaux de la nation : la carte, le musée et le recensement. La carte, en cherchant à définir les confins territoriaux de la nation, se met donc au service de l’imaginaire du nationalisme. Imaginer la frontière, c’est aussi imaginer la nation, c’est « faire nation ». Imaginaire et délimitation du territoire se complètent. La délimitation, dans la conception classique, sépare des souverainetés et l’État joue un rôle prépondérant dans sa mise en œuvre. Par l’imaginaire, un ensemble de représentations de cette délimitation façonne également l’expérience individuelle de la frontière. Comment s’articulent ces deux éléments ?

3Michael Billig a introduit le concept de « nationalisme banal », ou « ordinaire » pour reprendre une des traductions françaises (Martigny, 2011). Il s’agit d’un balisage permanent, en particulier de l’espace public, existant dans les nations constituées et qui vise à rappeler la continuité de la nation. Ce nationalisme banal, ce n’est pas tant le drapeau agité avec ferveur que celui qui pend discrètement au fronton des bâtiments publics (Billig, 1995, p 8.), alimentant ainsi de façon inconsciente l’imaginaire national. Benwell et Dodds (2011) ont utilisé la grille de Billig en l’appliquant au nationalisme argentin. Ils ont analysé les perceptions d’un petit panel de jeunes de la région de Buenos Aires et montré qu’il pouvait y avoir une grande diversité dans la réception du discours nationaliste d’État. Ce faisant, ils mettaient en lumière certaines limites de l’approche de Billig, qui établissait sans doute une distinction trop nette entre les expressions du nationalisme ordinaire et ce que Benwell, dans son analyse ultérieure des manuels scolaires argentins et falklandais, appelle un nationalisme flagrant (« blatant »), qu’il oppose au nationalisme banal de basse intensité. Les deux ne sont pas donc nécessairement exclusifs l’un de l’autre. Le flagrant est le précurseur du banal, quand, par exemple, une décision politique impose l’utilisation d’un modèle de carte unique, mais le banal annonce aussi le nationalisme flagrant. Craig Calhoun remarque en effet que « le nationalisme n’est prêt à être mobilisé de façon spectaculaire dans des buts politiques que parce qu’il est produit et reproduit tous les jours sous des formes banales » (Calhoun, 2017, p 19.). De plus, les technologies modernes multiplient les lieux d’expression du balisage. Ce qui était visible en un lieu physique unique devient très largement accessible sur la toile. Billig lui-même indiquait (Dodds, 2016) que son ouvrage de 1995 devrait, s’il était écrit maintenant, prendre en compte par exemple internet et les communautés virtuelles qui en sont issues. Les manifestations du nationalisme banal sont donc diverses. Billig, dans son ouvrage plutôt court de 1995, met l’accent sur des objets comme les drapeaux. Il mentionne également les cartes météorologiques publiées dans la presse, les billets de banque ou les pièces de monnaie.

4On voit donc également ici deux niveaux, le flagrant et le banal, le premier étant une manifestation institutionnelle du nationalisme, le second se traduisant par une déclinaison plus individualisée qui alimente les représentations de la nation. Ainsi, il est possible d’envisager l’étude de la frontière entre l’Argentine et les îles Malouines par l’analyse du discours et de l’action de l’État dans la délimitation, reflet du nationalisme flagrant, mais également par celle des manifestations du nationalisme banal se situant au niveau de l’individu. Cet article se propose donc d’étudier comment la frontière est affirmée ou effacée par le discours porté par les institutions, mais également comment ce discours se traduit dans un nationalisme banal qui se déploie à un niveau touchant directement les individus.

La question et ses enjeux

Carte n° 1

Carte n° 1

© Eric Gaba, Wikimedia Commons

Une brève histoire du différend

5Les îles Malouines (Falkland Islands/Islas Malvinas) sont un territoire d’outre-mer britannique situé dans l’Atlantique sud, au large des côtes argentines, à une distance d’environ 300 milles nautiques. Il s’agit d’un archipel comprenant deux grandes îles et une multitude d’îlots, le plus souvent nus et battus par les vents. Les arbres sont rares et le climat présente des caractéristiques peu favorables à l’agriculture ou même aux implantations humaines. D’ailleurs, avant l’arrivée des Européens en 1764, les îles n’avaient, semble-t-il, jamais connu de peuplement permanent. Le conflit de souveraineté s’ancre donc dans la période s’étendant entre 1764 et 1833 et s’inscrit dans le processus des indépendances des colonies espagnoles des Amériques et de l’expansion impériale du Royaume-Uni. Les aspects les plus récents sont couverts par Klaus Dodds (Dodds, 2002) pour la perspective britannique. Les débuts de la colonisation sont traités par Barry Gough. (Gough, 1990). La guerre de 1982 a généré une grande quantité de travaux, qui le plus souvent, comporte également une présentation rapide de l’histoire des îles. L’ouvrage de Lawrence Freedman offre la perspective la plus complète sur le déroulement de la guerre (Freedman, 2005).

  • 1 À cette période, la population des îles ne dépassait pas quelques dizaines de personnes.

6Le navigateur français Bougainville établit une colonie sur l’île orientale en 1764. Son idée est de compenser la perte du Canada par la découverte d’îles australes (Pernety, 1769, p 3.) Au même moment, une expédition britannique s’implante sur l’île occidentale. Bougainville se voit forcer de céder, contre indemnisation, son titre à une Espagne peu désireuse de voir une puissance européenne s’installer à proximité de ses colonies américaines. L’Espagne évince par la force les Britanniques avant qu’un accord ne rétablisse la petite colonie, qui finit par être retirée, en 1774, officiellement pour des raisons économiques. La Grande-Bretagne laisse une plaque pour affirmer sa souveraineté. Les îles deviennent alors une colonie pénitentiaire espagnole, administrée par la vice-royauté du Rio de la Plata, qui vient d’être créée. En 1810, dans la confusion des mouvements indépendantistes qui secouent les colonies espagnoles, détenus et gardes sont retirés et les îles sont laissées à l’abandon. À partir de 1820, Buenos Aires entend affirmer sa domination sur les îles. Un Américain, David Jewett, corsaire au profit du nouvel État prend possession de l’archipel la même année. En 1824 et 1826, Luis Vernet, un marchand d’origine allemande et descendant de Huguenots, souhaitant exploiter le potentiel agricole des îles, monte deux expéditions qui permettent d’établir une petite présence sur l’archipel. En 1829, le gouvernement de Buenos Aires nomme Vernet commandant civil et militaire des îles de façon officielle. Le Royaume-Uni émet alors une protestation formelle. En 1833, la frégate britannique Clio se présente devant les îles avec une petite force militaire et prend possession de l’archipel, expulsant le détachement argentin. La plupart des civils restent sur place1. C’est le début d’une longue période d’administration britannique, interrompue brièvement par le débarquement des troupes argentines en avril 1982, prélude à une guerre fit connaître un archipel dont sans doute peu de gens avaient entendu parler.

7Les îles Malouines présentent donc plusieurs particularités remarquables. En premier lieu, il s’agit d’une « enclave » britannique au sein d’un espace très largement luso-hispanique. En second lieu, le conflit oppose l’Argentine, pays issu de la colonisation espagnole non pas à l’ancienne puissance coloniale tutélaire mais à une autre, le Royaume-Uni. En dernier lieu, il met aussi face à face une nation largement issue de l’immigration européenne et une petite population, elle-même composée très majoritairement de descendants de migrants européens, auxquels se sont rajoutés ces dernières années des ressortissants venant de territoires et pays divers (Chili, Sainte-Hélène). On y trouve également des expatriés en provenance du Royaume-Uni ainsi qu’une importante garnison interarmées, basée essentiellement sur le site de Mount Pleasant, qui a une double fonction civile et militaire, car il sert aussi d’aéroport pour les vols réguliers

Les positions respectives

8Les positions respectives quant au différend se sont cristallisées à partir des années soixante lorsque l’ONU a été saisie de la question. Les îles Malouines avaient été inscrites sur la liste des territoires non-autonomes en 1946. En 1965 une résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies (2065) spécifiquement consacrée à la question invite les gouvernements britannique et argentin à trouver une solution au différend en tenant compte des intérêts de la population. Ce dernier point est essentiel car il résume toute la problématique du conflit. La position argentine s’appuie sur deux principes : l’intégrité territoriale et la continuité des frontières héritées de la période coloniale (uti possidetis). Les îles Malouines étaient sous souveraineté espagnole, administrées par la vice-royauté du Rio de la Plata et l’Argentine a hérité de l’archipel en sa qualité d’État successeur, l’intervention britannique de 1833 constituant une donc atteinte son intégrité territoriale. L’applicabilité du principe d’uti possidetis au cas des îles Malouines fait toutefois l’objet d’un débat intense (Kohen et Rodriguez, 2015). La position de la Grande Bretagne est en effet que les îles étaient sous sa souveraineté en dépit du retrait de la petite colonie. Elles ne peuvent donc pas avoir fait partie de la vice-royauté du Rio de la Plata. Le Royaume-Uni considère de son côté que les événements de 1833 ne sont qu’une réaffirmation d’une souveraineté qui existait déjà, souveraineté que la possession durable et paisible depuis cette date ne fait que confirmer. De plus, les habitants des îles ont droit à l’autodétermination et aucun changement de statut du territoire ne pourra avoir lieu sans leur consentement. Ce point est contesté par l’Argentine qui considère que la population des îles, implantée par le colonisateur, ne constitue pas une population indigène et donc ne peut se prévaloir du droit à disposer d’elle-même. Les deux positions sont difficilement réconciliables et l’impasse semble devoir durer (Dodds, 2012, p 700.).

Interprétations du conflit

9La littérature sur la question des îles Malouines est abondante et relève de plusieurs disciplines : l’histoire, la géographie ou le droit international. Elle s’est considérablement accrue depuis la guerre de 1982, devenue un objet d’étude particulièrement prisé, que ce soit dans une logique analytique (Freedman, 2005) ou dans une perspective testimoniale de la part d’acteurs de premier plan (Thomson, 1985 ; Woodward, 1992) ou de simple soldats (Bramley, 2011 ; Banks 2012) pour les Britanniques. La période des années soixante et soixante-dix n’a, selon M. Gonzalès (Gonzalès, 2013, p. 2) pas fait l’objet d’un travail approfondi. Le différend, du point de vue britannique, est souvent analysé dans l’optique plus large du développement et du reflux impérial ou intégré à un ensemble plus vaste comme l’Atlantique sud et l’Antarctique (Dodds, 2002). Le rôle des habitants des îles est parfois perçu comme un obstacle à toute solution négociée (Gonzalès, 2013, p. 3) Parmi les soutiens aux droits des habitants des îles, on trouve également depuis quelques années, des personnes n’appartenant pas au monde académique, politique ou juridique. Elles sont actives sur les réseaux sociaux et fournissent une quantité importante de publications (Pascoe and Pepper, 2011 ; Lorton, 2020).

  • 2 Les guillemets sont de Guber.

10En Argentine, un aspect fondamental de la question est que la revendication de souveraineté est incorporée à la constitution depuis 1994. Les programmes scolaires doivent par exemple se conformer aux dispositions constitutionnelles et affirmer les droits irrévocables de l’Argentine (Escudé, 1988a). Le monde universitaire est donc également mis à contribution. Par exemple, Rosana Guber (Guber, 2000) dans son article consacré à la récupération de la « frontière perdue » met autant l’accent sur une frontière interne à l’Argentine, séparant des interprétations divergentes de l’histoire entre « révisionnistes » et « populistes »2 d’un côté et libéraux de l’autre, que sur une frontière entre l’Argentine et le Royaume-Uni. Les voix dissidentes de ceux qui s’interrogent sur le bien-fondé de la revendication sont assez rares et leurs prises de position entraînent souvent des polémiques se diffusant rapidement dans la presse (Romero, 2012 ; Palermo, 2013). Le soutien explicite à la position officielle témoigne d’une certaine porosité entre l’appareil étatique et les milieux universitaires, ces derniers venant souvent à l’appui du premier. Ceci n’est d’ailleurs pas un phénomène récent. En effet, un de premiers ouvrages essentiels à l’appui de la position argentine est celui de Paul Groussac, un intellectuel français immigré en Argentine devenu responsable de la bibliothèque nationale, en 1910. Son livre, « Les Îles Malouines » (Groussac, 1936), rédigé en français, devient l’ouvrage de référence et, dès les années 30, un député fait voter une loi en vue de sa traduction vers l’espagnol. (Bueno, 2017). Une réédition de la version originale française est parue en 2012.

Le rôle du nationalisme territorial argentin

  • 3 En 2013, à l’occasion d’un référendum sur le maintien de leur statut de territoire d’outremer brita (...)

11Comment expliquer la Causa Malvinas soit devenu un « dispositif organisateur de l’identité argentine » (Donot, 2015, p. 54) ? Anthony Smith (Smith, 1991, p. 82), dans son étude du nationalisme a présenté une typologie différenciant un nationalisme ethnique d’un nationalisme civique, qui est très largement une conception territoriale de la nation. Dans les mouvements d’indépendance, Smith indique que les nationalismes territoriaux vont d’abord chercher l’éviction de la domination étrangère (anticolonialisme), avant de chercher à intégrer les populations du territoire dans une nouvelle communauté politique (nationalisme d’intégration). Le territoire devient en quelque sorte sacralisé. Le nationalisme en Argentine, nation composée très largement de descendants de migrants venus d’Europe, peut être défini comme un nationalisme territorial. Pour Carlos Escudé (Escudé, 1988b, p. 141), ce nationalisme se caractérise en outre par un sentiment d’une perte nette de territoire, perte qui n’est jamais mise en regard des gains territoriaux depuis l’indépendance. La question des îles Malouines s’inscrit alors dans cette subjectivité de la perte. Par ailleurs, le différend y est souvent analysé selon une grille de lecture anticolonialiste, dans laquelle l’archipel est un pion d’un impérialisme britannique toujours désireux de maintenir une prééminence dans l’Atlantique sud. Les habitants3, souvent présentés comme des colons, ne sont donc qu’un outil commode pour justifier la persistance d’une situation coloniale (Gonzalès, 2013, p. 10) En ce sens, le nationalisme territorial argentin présente également les caractéristiques du nationalisme anticolonialiste antérieur à l’indépendance selon la typologie de Smith. Le paradoxe n’est sans doute qu’apparent puisque la relation avec le Royaume-Uni demeure façonnée par la perception que les relations économiques étroites apparues dès les XIXème siècle relevaient d’un impérialisme informel. En ce sens, l’indépendance politique vis-à-vis de l’Espagne a débouché sur une forme de dépendance envers le Royaume-Uni, source de capitaux et débouchés pour les exportations agricoles. Cette dépendance s’est traduite dans le passé par une omniprésence des Britanniques dans de nombreux secteurs de l’économie (Rock, 2019). L’Argentine a pu être ainsi perçue comme faisant partie de l’Empire britannique informel ou même le « sixième dominion » (Dodds, 2002, p. 37).

Affirmation et effacement de la frontière : la question de la nationalité et du passeport

12Cette histoire et la revendication argentine façonnent la façon dont la frontière est gérée. Il importe pour l’Argentine d’effacer autant que possible une frontière perçue comme illégitime ou de la repousser pour inclure les îles au sein du territoire national, alors que pour le Royaume-Uni, et surtout pour les habitants des îles, il convient de maintenir la séparation. La situation, au regard du droit international, conduit donc à deux problématiques bien différentes. Le Royaume-Uni est reconnu comme puissance administratrice par une Organisation des Nations Unies, qui n’a pas pris parti dans le différend de souveraineté. Les îles disposent en outre d’une large autonomie de gestion, définie par une constitution octroyée en 2008 (Falkland Island Constitution 2008). En d’autres termes, le pouvoir d’administration permet de prendre des actes qui peuvent représenter de facto l’exercice d’une souveraineté. Un bon exemple en est le régime migratoire et la capacité qu’ont les institutions des îles d’exercer un contrôle sur les voyageurs arrivant à l’aéroport de Mount Pleasant. Tout l’enjeu est donc de maintenir et de pérenniser ce régime administratif, qui permet de maintenir la séparation. Il en va bien autrement de l’approche argentine, dont l’objectif est de minimiser autant que faire se peut la validité et l’efficacité de l’administration britannique, chose impossible sur le territoire de l’archipel ou au Royaume-Uni, chose faisable en Argentine, mais compliquée à mettre en œuvre ailleurs. Il s’agit donc d’une posture offensive, qui se traduit par une activité institutionnelle importante.

13Symbole de souveraineté, le passeport offre un excellent exemple de la relation entre nationalisme flagrant et nationalisme banal. Le passeport est délivré par l’État mais est un document personnalisé. L’individu qui l’utilise emporte avec lui la preuve de sa nationalité et le e tampon apposé sur le passeport matérialise le passage de la frontière. Le passeport s’inscrit bien dans la frontiérité, « relation individualisée et collective dans la création d’une frontière différentiée et individualisée (Amilhat-Szary et Giraut, 2015, p.11).

14La question du passeport et, plus largement de la nationalité, présente à bien des égards des caractéristiques communes aux autres territoires d’outremer du Royaume-Uni. Les habitants des îles relèvent toutefois d’une loi de spécifique de 1983 (The British Nationality Falkland Islands Act 1983) qui modifiait la loi de portée générale de 1981. Cette loi redéfinissait les catégories de nationalité héritée de la grande loi de 1948. Les ressortissants des territoires d’outre-mer (British Dependent Territories) ne disposaient alors pas d’un droit de résidence automatique sur le territoire du Royaume-Uni. La loi de 1983 sort les habitants des îles Malouines du droit commun de ces territoires d’outremer pour leur octroyer la citoyenneté pleine et entière. Il s’agit là d’une des conséquences de la guerre de 1982 et de la volonté d’ancrer les îles dans le giron britannique, à la fois symboliquement et dans le droit. Le passeport n’est toutefois pas le seul élément à prendre en compte. La constitution des îles définit un statut (Falkland Status), qui est la version locale du statut de belonger (« ressortissant ») propre aux territoires d’outremer britannique. Ce statut conditionne certains aspects, comme la résidence ou le travail, mais également les droits politiques. Il permet de créer un lien entre les individus et le territoire, ce que la nationalité seule ne permet pas. Dans le cas des îles Malouines, le statut n’est pas nécessairement lié à la détention d’une nationalité britannique. Des étrangers peuvent en bénéficier. C’est ainsi que des non-britanniques ont pu voter en 2013 lors du référendum sur l’avenir du territoire. L’octroi du statut relève de la compétence des autorités de l’archipel, tout comme le contrôle des personnes voulant accéder au territoire.

15La position argentine concernant la nationalité découle de la revendication territoriale sur l’archipel et de son propre code de la nationalité. Il en résulte que les personnes nées sur le territoire des Malouines sont automatiquement argentines et peuvent demander à bénéficier d’un passeport et ou d’une carte d’identité. Les quelques cas de personnes ayant fait une demande sont largement médiatisés. Alexander (Alejandro) Betts est un bon exemple. Né sur les îles en 1947, Betts quitte l’archipel après la guerre de 1982 dans des circonstances controversées. Betts indique que c’est en raison de son soutien à la position de l’Argentine qu’il a dû s’exiler. Il se voit reconnaître la nationalité argentine dès octobre 1982. Devenu un militant de la cause argentine, il participera à la délégation de ce pays auprès du comité de décolonisation des Nations Unies (comité des 24). Une journée de deuil fut décrétée par le gouvernement de la province de Terre de Feu, Antarctique et Îles du Sud, à l’occasion de sa mort en mars 2020 (Infobae, 2020).

16Ce ne sont pas seulement les organes de presse qui donnent une visibilité aux ressortissants des îles qui se voient reconnaître la nationalité argentine. Les autorités politiques, à plusieurs reprises, utilisent la remise d’un passeport à des fins de communication. Ainsi, en juin 2011, James Peck reçoit son nouveau passeport des mains de la présidente, Cristina Kirchner, tout comme un certain Peter Mc Leod l’avait reçu en 1974 des mains d’Isabel Péron. Il y a là clairement une volonté de médiatiser l’effacement de la frontière. Le citoyen des îles, lorsqu’il se voit remettre la pièce d’identité, participe à ce mouvement. Il symbolise l’appartenance individuelle des habitants de l’archipel à la nation argentine.

Photographie 1. La présidente Péron remet sa carte d’identité argentine à P. Mc Leod

Photographie 1. La présidente Péron remet sa carte d’identité argentine à P. Mc Leod

Source : Fuente: Archivo General de la Nación http://www.aposmalvinas.com.ar/​ftperon1.htm

Photographie 2. La présidente Kirchner et James Peck

Photographie 2. La présidente Kirchner et James Peck

Source : Presidencia de la Nación Argentina

17Plus problématiques pour l’Argentine restent les formalités pour ses ressortissants souhaitant se rendre sur les îles. Dans les années 70, un accord sur les communications entre le Royaume-Uni et l’Argentine avait institué une White Card qui permettait aux habitants des îles de se déplacer en Argentine, tout en étant exempté de service militaire, et aux Argentins d’accéder aux îles sans autres formalités, par le nouveau service aérien proposé par LADE (Líneas Aéreas del Estado), la Compagnie aérienne d’État argentine (Dodds, 2002, p. 147). Ces dispositions donnaient un statut particulier aux Argentins se rendant sur les îles, les dispensant de présenter un passeport. La guerre de 1982 met un terme à ces accords et il faut attendre 1989 et les accords de Madrid sur la reprise des relations diplomatiques pour que les déplacements redeviennent possibles entre l’archipel et le continent. Ce sont les familles des soldats argentins morts pendant la guerre, voire des anciens combattants eux-mêmes, qui forment les contingents les plus importants. Il s’agit là de vols spéciaux.

18Les vols réguliers sont rétablis en 1999 et les Argentins peuvent alors se rendre sur les îles en présentant un passeport. Il s’agissait alors de vols en provenance du Chili faisant escale une fois par mois à Rio Gallegos. Le passeport est tamponné par la police à l’aéroport de Mount Pleasant. Ce marquage symbolise le passage de la frontière. Il n’est donc pas étonnant que cette formalité provoque des réactions de rejet chez certains Argentins. Le juriste Marcelo Kohen (Kohen, 2014) explique pourtant qu’apposer un tampon sur un passeport ne signifie aucunement une reconnaissance de la souveraineté britannique mais seulement de son administration de fait du territoire. De plus, les modalités de déplacement ont été décidées dans le cadre du parapluie de souveraineté des accords de Madrid qui dispose que les positions respectives de chaque pays quant à la souveraineté sur l’archipel ne sont pas affectées par les accords de nature technique qui suivront. Pourtant, à plusieurs reprises, la question resurgit. En 2019, un groupe de députés argentins souhaitaient dans les îles sans que les passeports soient visés (Infobae, 2019). L’ambassade du Royaume-Uni avait alors indiqué que les procédures dépendaient des autorités des îles et que les Britanniques devaient aussi présenter et faire viser leur passeports (Mercopress, 2019). La sensibilité à cette question ne peut s’expliquer que par la symbolique de la frontière. Un tampon sur un passeport matérialise son passage. On comprend donc pourquoi les autorités des îles ne souhaitent plus accorder un traitement différent aux Argentins. On comprend également pourquoi la fin du régime de la White Card et l’obligation de présenter un passeport sont perçus comme l’érection d’une frontière illégitime par une partie de l’opinion publique argentine.

La frontière de la langue : toponymie et bilinguisme

19« Nommer le territoire est un acte politique fondateur » (Giraut, Houssay-Holzchuh, Guyot, 2008, p. 97.). L’archipel des Malouines offre un exemple probant de la nature politique de la toponymie. En l’absence d’une population résidente lors de la prise de contrôle par les puissances européennes, toutes les désignations sont par nature des exonymes qui reflètent les choix faits par les colonisateurs français et surtout britanniques ou espagnols. Ces choix se sont faits à des moments de développement différents de la présence sur l’archipel, en couches successives et de façon inégale sur le territoire de l’archipel. Cette temporalité n’implique toutefois pas nécessairement une exclusion systématique des noms donnés par d’autres colonisateurs et la toponymie des îles offre un exemple de métissage linguistique particulièrement intéressant, qui n’échappe toutefois pas à des tentatives d’instrumentalisation politique.

Falkland Islands/Islas Malvinas/Îles Malouines

20L’archipel est connu sous trois dénominations différences en anglais, français et espagnol. Historiquement, les îles n’ont pas vraiment eu de nom fixé avant les implantations européennes des années 1760. Elles avaient même été identifiées sous le nom d’îles Sebald sur certaines cartes, du nom d’un navigateur hollandais, Sebald de Weert, même si seule une partie de l’archipel semble avoir été baptisée ainsi.

21Le nom de Falkland a été donné à l’origine au seul détroit séparant les deux île principales par John Strong en 1690 en l’honneur d’un Lord de l’Amirauté. Le nom français de Malouines est directement dérivé de la ville de Saint-Malo, d’où étaient originaires de nombreux navires faisant escale dans l’archipel. Ce toponyme a été hispanisé en Malvinas par les Espagnols. L’ONU utilise les noms anglais et espagnol dans ses documents : îles Falkland (Malvinas) ou inversement dans le cas d’un document en espagnol.

La toponymie des îles

22Peter Woodman (Woodman, 2016) a étudié la dualité toponymique de l’archipel et a remarqué qu’environ 10 % des noms de lieu diffèrent entre l’anglais et l’espagnol. La toponymie présente aussi des différences d’origine. Si l’on exclut les noms purement descriptifs, qui souvent sont de simples traductions d’une langue vers l’autre, les noms anglais sont marqués par un certain nationalisme (noms de navire, de membres de l’establishment politique ou autre), alors que les noms espagnols portent la marque de la religion lorsqu’ils ont été attribués au temps de la présence espagnole ou nationaliste lorsqu’ils ont été donnés plus tard. Ceci est assez classique. L’influence religieuse ou la présence de toponymes d’explorateurs influencent fréquemment la néotoponymie lors de conquêtes coloniales (Holzschuh, 2008, p. 154) Le métissage se retrouve dans une toponymie mélangeant anglais et espagnol, qui est symbolisée par le concept de camp. Le terme est dérivé de l’espagnol campo et désigne la zone qui n’est pas la capitale Stanley. Il s’agit là d’une forme d’opposition entre capitale et province, vraisemblablement remontant à l’époque où des gauchos originaires du continent travaillaient à la garde du bétail. Plusieurs lieux ont conservé des noms d’origine espagnole : baie de San Carlos, Rincón Grande, Port Salvador. D’autres lieux ont connu des changements, comme Port-Louis, qui fut en quelque sorte la capitale de l’archipel jusque vers les années 1840. Créé par Bougainville, sous le nom de Port-Saint-Louis, la colonie fut rebaptisée Puerto Soledad par les Espagnols, Puerto Luis par Vernet avant de redevenir Port-Louis après 1833.

Stanley ou Puerto Argentina, une question capitale ?

  • 4 On trouve aussi Port Stanley, mais Stanley semble s’être imposé, en particulier auprès des habitant (...)
  • 5 En 1966, une opération dite « Condor » avait été montée par un jeune groupe nationaliste pour détou (...)

23Toutefois, c’est récemment que la question de la toponymie est devenue centrale, par le débat autour du nom de la capitale de l’archipel. Dans les années 1840, les Britanniques constatent que les eaux autour de Port Louis ne permettent pas un développement du port et se mettent en quête d’une implantation plus favorable aux navires de gros tonnage. Ils décident d’une nouvelle implantation plus au sud. Elle prend le nom de Stanley en 1845, du nom du Secrétaire d’État à la Guerre4. À la suite du débarquement argentin du 2 avril 1982, une grande confusion règne. Les premiers jours, les autorités et les médias argentins utilisent le terme de Puerto Rivero, en l’honneur du Gaucho Rivero, considéré par certains milieux comme l’instigateur du soulèvement contre l’occupation britannique de 18335. Un changement intervint rapidement et le nom de Puerto de la Isla Soledad est utilisé pendant un jour (5 avril) avant de se voir préféré le nom de Puerto de las Islas Malvinas jusqu’au 20 avril 1982. Un décret présidentiel du 16 avril renomme la ville officiellement Puerto Argentino, considérant que l’ancien nom était « étranger à l’histoire et aux traditions de notre pays » (Decreto Nacional 757/82). Ce nom s’inscrit clairement dans la typologie nationaliste de Woodman, remplaçant un autre nom de caractère nationaliste. Il n’en demeure pas moins qu’il présente une ambiguïté. S’il exprime clairement une appropriation du lieu par le nom, il peut vouloir dire que cette appartenance ne va pas de soi, ce qui va en quelque sorte à l’encontre de l’objectif recherché. Pourquoi appeler Argentino un lieu en Argentine ? Bien entendu, ce nom est catégoriquement rejeté par les habitants et demeure une source d’acrimonie. En 1999, la déclaration commune anglo-argentine comportait un volet sur la toponymie qui prévoyait que le gouvernement argentin était disposé à étudier la question en consultant les instances nationales compétentes. Une proposition de loi visant à abroger le décret fut déposée quelques jours après la signature de la déclaration commune (La Nacion, 1999a). Elle n’a jamais abouti et le décret de 1982 est toujours en vigueur, alors que c’est certainement le nom de la capitale que les Britanniques avaient à l’esprit lors de la rédaction de la déclaration. Il y a là clairement une difficulté. En effet, supprimer l’adjectif « argentino » de la toponymie de l’archipel revient à effacer le lieu de l’imaginaire national.

La délimitation maritime et sa représentation

  • 6 L’Argentine se considérant comme souveraine revendique également l’intégralité de la ZEE britanniqu (...)

24C’est au cours des trente dernières années que la question de la délimitation maritime a commencé à acquérir une large visibilité, en raison du choix des Britanniques de développer l’économie de l’archipel grâce aux ressources de la pêche. Les Îles Malouines étant séparées du continent par environ 300 milles nautiques, la superposition entre les Zones Économiques Exclusives revendiquées par le Royaume-Uni et l’Argentine est inévitable6. Si la délimitation est une affaire technique créant une ligne fictive invisible en mer, la signification symbolique de la frontière maritime n’est pas nécessairement moins importante que celle d’une frontière terrestre, en particulier lorsqu’il s’agit d’une frontière « chaude », comme le remarque Georges Labrecque à propos justement des îles Malouines (Labrecque, 2004, p.39). Cette importance se traduit dans la production d’éléments de représentation du territoire et de sa délimitation, comme les cartes, pouvant se décliner en des objets relevant d’un nationalisme banal.

Le suites de la guerre de 1982

25La convention de Montego Bay de 1982, qui est entrée en vigueur en 1994 après ratification par le 60e État, précise les notions d’eaux territoriales, de zone économique exclusive (ZEE) et de plateau continental. C’est elle qui fixe le cadre actuel du droit de la mer et encadre les revendications territoriales. Toutefois, les différends maritimes entre le Royaume-Uni et l’Argentine sont plus anciens et découlent directement des revendications respectives de souveraineté sur les îles. C’est à la suite de la guerre de 1982 que le Royaume-Uni prend l’initiative d’établir une zone de pêche autour de l’archipel. L’idée est alors de promouvoir le développement économique d’un territoire qui avait été sur le déclin au cours des décennies précédentes. L’exploitation des abondantes ressources halieutiques est une des pistes proposées par le rapport Shackleton. Lord Shackleton avait été chargé en 1976 de rédiger un rapport sur les perspectives économiques des îles Malouines. Ces travaux sont exhumés et remis à jour en 1982, ainsi que l’indique le ministre des affaires étrangères à la Chambre des communes (HC Deb, 1982) En 1986, le gouvernement britannique décrète unilatéralement la création d’une zone de protection des ressources (Falkland Islands Interim Conservation and Management Zone (FICZ)) de 160 milles nautiques en conformité avec le droit maritime international. Une des raisons du choix de cette distance était de réduire les risques d’incident avec l’Argentine, en limitant la superposition avec la ZEE de l’Argentine continentale (Symmons, 1988, p. 291). Une zone supplémentaire s’étendant jusqu’à la limite de la ZEE revendiquée (Falklands Outer Conservation Zone) est créée en 1990.

26À partir de la fin des années 80, la vente des licences de pêche devient une des ressources principales de l’archipel (Dodds, 2002). Les revenus de la pêche finissent par représenter près de 40 % du PIB de l’archipel (Falkland Island Government, 2019). L’Argentine décide également d’inscrire dans la loi une zone économique exclusive en 1991 (Boletin official, 1992). La nécessité de gérer les ressources de la pêche conduit cependant à une coopération, mise en place dans le cadre de la déclaration de Madrid du 19 octobre 1989 sur la restauration des relations diplomatiques. Ce texte gèle la question de la souveraineté. Aucune des actions prises à la suite de l’accord ne peut en effet être considérée comme modifiant les positions respectives des pays quant à la souveraineté sur les îles et les espaces maritimes. C’est ainsi qu’est établi le conseil des pêches de l’atlantique sud, qui vise à promouvoir les échanges scientifiques et techniques entre les deux pays. Deux réunions par an sont prévues, l’une à Londres et l’autre à Buenos Aires pour proposer, en particulier, des mesures de gestion des stocks. Si le pavillon des îles n’est pas reconnu par l’Argentine, il ne semble pas y avoir une volonté claire d’intervenir dans la ZEE autour de l’archipel. Les incidents concernent essentiellement des navires pêchant dans la ZEE argentine continentale sans autorisation. Il peut s’agir de navires disposant d’une licence délivrée par le gouvernement des îles et profitant de la situation pour faire une incursion dans la zone des 200 milles nautiques au large des côtes continentales. L’Argentine a également parfois protesté lorsque des pêcheurs ont été arraisonnés au large de Géorgie du Sud.

L’extension de la ZEE

27La convention de Montego Bay définit également le plateau continental et les droits qui peuvent y être attachés. Lorsque ce plateau s’étend au-delà de la zone des 200 milles nautiques, les pays riverains peuvent se voir reconnaître des droits économiques sur les ressources du fond jusqu’à une distance de 350 milles nautiques des côtes. Les pays qui avaient adhéré à la convention avant le 13 mai 1999 et qui désiraient faire reconnaître ces droits avaient jusqu’au mois de mai 2009 pour soumettre un dossier technique justifiant leur demande auprès de la Commission des limites du plateau continental. Le Royaume-Uni et l’Argentine avaient tous les deux fait cette démarche. En mars 2016, le gouvernement argentin, par l’intermédiaire du Ministère des Relations Extérieures, du Commerce International et du Culte (MRECIC) annonçait que la commission avait accepté les revendications de l’Argentine, augmentant considérablement la surface de la zone économique (MRECIC, 2017). La presse s’empresse alors de mettre en exergue une « victoire » à l’ONU qui renforce la position argentine sur la souveraineté. Le quotidien conservateur La Nación, par exemple, publie une carte où l’ensemble de l’archipel des Malouines est inclus dans la nouvelle zone, donnant l’impression que la décision de la commission valait reconnaissance des revendications territoriales argentines (La Nación, 2016). En fait, il s’agissait d’une carte issue du dossier déposé en 2009. Pagina 12, autre quotidien, ayant soutenu les présidences de Nestor et Cristina Kirchner, indiquait que le gouvernement britannique cherchait à minimiser « l’importance de la décision d’une commission des Nations Unies qui étendu le plateau continental de l’Argentine de manière à inclure encore plus les îles Malouines au territoire argentin » (Pagina 12, 2016).

Carte n° 2. Carte publiée dans La Nación

Carte n° 2. Carte publiée dans La Nación

Source : La Nación, 2016

28Une analyse plus fine du dossier, comme celle de Peter Willets (Willets, 2017), montre que la Commission n’a en aucun cas avalisé une revendication argentine, mais, bien au contraire, a bien pris soin de ne pas prendre parti dans le différend. Ceci est indiqué dans l’introduction aux recommandations de la Commission. Par ailleurs, comme l’indique Peter Willetts, les cartes publiées ne concernent que la zone nord (région de la Plata) et la zone sud, autour de la Terre de Feu. Notons au passage que la demande concernant le plateau continental antarctique a également été ignorée. Dans le cas de la délimitation du plateau continental, la volonté d’effacer la frontière a été si puissante que beaucoup ont abandonné toute prudence dans la présentation des faits. Curieusement, la nouvelle a été reprise dans certains organes de presse britanniques, essentiellement conservateurs. « Les bureaucrates des Nations Unies décident que les îles Falkland sont dans les eaux argentines » a pu titrer le Daily Express (Daily Express, 29 March 2016).

Du nationalisme flagrant au nationalisme banal

29En septembre 2018, un timbre a été émis en Argentine pour célébrer le plateau continental argentin. Ce timbre reprend la carte qui avait été incluse dans le dossier soumis par l’Argentine en 2009. Elle intègre également la revendication sur une partie de l’Antarctique, en conformité avec les principes qui ont présidé à la confection de la carte dite bicontinentale, rendue obligatoire dans le système éducatif depuis 2010 (Lois, 2012). Instrument privilégié de déploiement du nationalisme territorial, la carte, avec les limites qu'elle représente et les distances qu'elle indique, façonne les représentations. Cette nouvelle carte bicontinentale apporte un changement considérable dans la perception que le lecteur peut avoir de la place de l’archipel. Il se situe au pratiquement au milieu de la carte. La centralité physique des îles Malouines reflète la centralité de la question dans le nationalisme territorial argentin.

Photographie 3. Timbre commémoratif

Photographie 3. Timbre commémoratif

Source : MRECIC

30On retrouve le même type de présentation bicontinentale sur le billet de 50 pesos, émis à partir de 2015 et dont le thème central est constitué par des éléments symboliques de la revendication argentine ou de la guerre de 1982, comme le croiseur Belgrano, détruit au début des hostilités. Il s’agit de « rappeler chaque jour à tous les Argentins le devoir d’entretenir la flamme de l’amour des îles Malvinas » (https://www.numismaticodigital.com, 2014).

Photographie 4. Billet de 50 pesos

Photographie 4. Billet de 50 pesos

© Casa de Moneda

31La représentation des îles est fréquente dans l’espace public argentin. Elle est d’ailleurs intégrée à de nombreux monuments aux morts construits à la suite de la guerre de 1982. On la retrouve sur des panneaux, comme ci-dessous.

Photographie 5. Balisage de l’espace public

Photographie 5. Balisage de l’espace public

© Google Maps

32Cette représentation fait apparaître les îles comme une destination intérieure, mais également efface implicitement la frontière maritime puisqu’il s’agit d’une signalisation routière destinée au conducteur, qui se voit rappeler quotidiennement la présence des îles et leur inscription dans un paysage imaginé.

Conclusion

33La question des îles Malouines, née au XIXe siècle, venue sur le devant de la scène diplomatique dans les années 1960, avant de se transformer en conflit armé en 1982, montre que la conception classique de la frontière, comme séparation de souverainetés conserve une certaine pertinence, en ce sens que le rôle des États demeure central. Toutefois, d’autres approches de la frontière, centrées sur l’imaginaire national et la relation que les individus entretiennent avec la frontière, permettent d’apporter un éclairage nouveau. La notion de nationalisme banal de Michael Billig, complétée par celle de nationalisme flagrant de Matthew Benwell, permet d’affiner l’analyse en reliant le discours sur la souveraineté avec l’imaginaire.

34Dans ce différend, deux logiques opposées sont à l’œuvre. Les autorités de l’archipel, soutenues par le gouvernement britannique, cherchent à réaffirmer la permanence de la frontière, dans le maintien d’un statu quo, que les autorités argentines cherchent à remettre en question. La question des îles Malouines étant devenue un élément central d’un nationalisme territorial argentin, cette remise en question se traduit par un discours institutionnel puissant, réaffirmant la légitimité de la souveraineté argentine sur les îles, au sein des organisations internationales, mais également sur le plan intérieur. L’inscription de la revendication sur l’archipel dans la constitution en 1994 en est le moment le plus fort. Ce nationalisme flagrant se traduit dans la production d’un balisage de l’espace public, dont l’objectif est de rappeler l’illégitimité de la frontière qui sépare l’Argentine des îles Malouines. Ce balisage s’étend très largement et ne se limite pas à l’espace physique, même si les références aux îles y sont omniprésentes. Un partido (district) de Buenos Aires et un stade portent d’ailleurs le nom de Malvinas Argentinas. C’est l’imaginaire national qui est envahi par le balisage, par l’intermédiaire des cartes ou d’objet du quotidien. La frontière, constitutive de la nation, doit s’effacer dans les représentations. Sa réapparition, à l’occasion d’un voyage sur les îles, est source de critique chez les individus qui y sont confrontés.

35L’articulation entre le nationalisme flagrant et le nationalisme banal ne manque pas de soulever certaines questions. La résolution du différend territorial, pour autant qu’elle puisse être envisagée à brève échéance, nécessitera des concessions de part et d’autre. Il viendra un moment où le discours institutionnel devra être infléchi. Le risque est que le balisage créé ne vienne s’opposer à cette inflexion. En Argentine, comment par exemple faire accepter l’abandon du nom de Puerto Argentino pour désigner la capitale de l’archipel ? Le retour en arrière devient difficile, puisque le nationalisme banal peut être rapidement mobilisé dans des buts politiques pouvant remettre en question la légitimité du gouvernement qui se serait risqué à s’engager dans cette voie. Pour les habitants des îles, citoyens britanniques, l’activisme de l’Argentine voisine se traduisant par ce processus d’effacement de la frontière pourrait créer une dynamique d’affirmation d’un sentiment national propre au territoire, se distinguant de l’appartenance à une grande « famille britannique », en appendice de la métropole. Ainsi, la volonté d’effacer la frontière d’un côté se traduirait par l’apparition ou le renforcement d’un sentiment nationaliste de l’autre.

Haut de page

Bibliographie

AMILHAT SZARY, A., 2015, Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ? Paris, Presses universitaires de France.

AMILHAT SZARY, A.-L. ; CATTARUZZA, A., 2017, « Frontières de guerre, frontières de paix : nouvelles explorations des espaces et temporalités des conflits », L’Espace politique, n° 33 | 2017-3, mis en ligne le 22 février 2018, consulté le 22 mars 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4403.

AMILHAT SZARY, A., L., GIRAUT, F., 2015, Borderities: The Politics of Contemporary Mobile Borders, in A.-L. Amilhat Szary, F. Giraut, (Eds.), Borderities: The Politics of Contemporary Mobile Borders, London, Palgrave Macmillan, p. 1-19.

ANDERSON, B., 1991, Imagined Communities, London, Verso.

BANKS, T., 2013, Storming the Falklands, London, Abacus.

BENWELL, M. C., 2014, « From the banal to the blatant: Expressions of nationalism in secondary schools in Argentina and the Falkland Islands », Geoforum, vol. 52, p. 51-60.

BENWELL, M. C.; DODDS K., 2011, « Argentine territorial nationalism revisited: The Malvinas/Falklands dispute and geographies of everyday nationalism », Political Geography, vol. 30, p. 441-449.

BIGO, D., 2011, « Frontières, territoire, sécurité, souveraineté », CERISCOPE Frontières, 2011, [En ligne], http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part1/frontières-territoire-sécurité-souveraineté, consulté le 6 juin 2020.

BILLIG, M., 1995, Banal Nationalism, London, SAGE.

BOLETIN OFFICIAL, 1992, Ley 23968, Espacios marítimos: líneas de base de la republica argentina, N° 27278, p. 1, Buenos Aires, 5 dec. 1992, [En ligne] http://servicios.infoleg.gob.ar/infolegInternet/anexos/0-4999/367/norma.htm, consulté le 3 juillet 2020.

BRAMLEY, V., 2006, Forward Into Hell, London, John Blake

BRAMLEY, V., 2009, Two Sides of Hell, London, John Blake.

BUENO, M., 2017, « Pensar Malvinas: José Hernández y Paul Groussac », Amerika, n° 17, 2017-2, [En ligne] http://journals.openedition.org/amerika/8413, consulté le 6 juin 2020.

CALHOUN, C., 2017, The Rhetoric of Nationalism in Skey, in M. Antonsich, (Ed.), Everyday nationhood: Theorising culture, identity and belonging after banal nationalism, London, Palgrave Macmillan.

CLARIN, 2017, « Las llamadas a Malvinas deben ser cobradas como locales », Clarín, 12 Julio, [En ligne] https://www.clarin.com/politica/llamadas-malvinas-deben-cobradas-locales_0_Bkv5bEVHW.html, consulté le 4 mai 2020.

DAILY EXPRESS, 2016, « Falklands Row: Now United Nations bureaucrats rule islands 'lie in Argentine waters' », 29 March [En ligne] https://www.express.co.uk/news/uk/656284/Falkland-Islands-United-Nations-Susana-Malcorra-Argentina, consulté le 31 mars 2016.

DECRETO NACIONAL 757/82, Boletín Oficial, 23 de abril de 1982, Buenos Aires.

DODDS, K., 2002, Pink Ice: Britain and the South Atlantic Empire, London, I.B. Tauris.

DODDS, K., 2012, « Stormy waters: Britain, the Falkland Islands and UK–Argentine relations », International Affairs, vol. 88, n° 4, p. 683-700.

DONOT, M., 2015, « Las Malvinas son argentinas », Mots. Les langages du politique, 109/2015. [En ligne] https://doi.org/10.4000/mots.22110, consulté le 19 mai 2019.

ESCUDE, C., 1988a « Contenido nacionalista de la enseñanza de la geografía en la República Argentina,1879-1986 », Ideas en Ciencias Sociales, 9 (1988), 3-43.

ESCUDE, C., 1988b, « Argentine Territorial Nationalism », Journal of Latin American Studies, vol. 20(1), pp. 139-16

FALKLAND ISLAND GOVERNMENT, 2019, [En ligne] https://www.fig.gov.fk/fisheries/, consulté le 20 mai 2019.

FREEDMAN, L., 2005, The Official History of the Falklands Campaign, Volume 1: The Origins of the Falklands War, London, Routledge.

FREEDMAN, Lawrence, 2007, The official history of the Falklands Campaign, Volume 2: War and diplomacy, London, Routledge.

GIRAUT, F. ; HOUSSAY-HOLZSCHUCH, M. ; GUYOT, S. (2008), « Au nom des territoires : Enjeux géographiques de la toponymie », L’Espace géographique, n° 2008-2, p.97-105 [En ligne] https://doi.org/10.3917/eg.372.0097, consulté le 14 mars 2021

GONZÁLEZ, M., 2013, The genesis of the Falklands (Malvinas) Conflict: Argentina, Britain and the failed negotiations of the 1960s, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

GOUGH, B., 1990, « The British Reoccupation and Colonization of the Falkland Islands, or Malvinas, 1832-1843 », Albion: A Quarterly Journal Concerned with British Studies, vol. 22(2), p. 261-287

GROUSSAC, P., 1936, Las islas Malvinas, Buenos Aires, Comisión Protectora de Bibliotecas Populares.

GUBER, R., 2000, « La recuperación de la frontera perdida. La dimensión mítica en los derechos argentinos a las Islas Malvinas », Revista de Investigaciones Folclóricas, vol. 15, p. 77-87.

HOUSE OF COMMONS, 1982, December 8 Debate, vol. 33, Col. 851, [En ligne] https://hansard.parliament.uk/Commons/1982-12-08/debates/605f5498-ed3d-4d6d-ae8b-55085cba5fac/FalklandIslands(ShackletonReport), consulté le 13 avril 2019.

HOUSSAY-HOLZSCHUCH, M., 2008, « Nomen est omem : Lectures des changements toponymiques », L’Espace géographique, vol. 2(2), p. 153-159 [En ligne] https://doi.org/10.3917/eg.372.0153, consulté le 14 mars 2021.

INFOBAE, 2020, « Murió Alejandro Betts, el Malvinense que defendió la soberanía argentina sobre las islas », [En ligne] https://www.infobae.com/sociedad/2020/03/14/murio-alejandro-betts-el-malvinense-que-defendio-la-soberania-argentina-sobre-las-islas/, consulté le 12 mai 2020.

INFOBAE, 2019, « Malvinas: un grupo de diputados quiere ir a las islas pero pidió que los kelpers no le sellen el pasaporte », 22 Febrero 2019, [En ligne], https://www.infobae.com/politica/2019/02/22/malvinas-un-grupo-de-diputados-quiere-ir-a-las-islas-pero-pidio-que-los-kelpers-no-le-sellen-el-pasaporte/, consulté le 10 mai 2019.

KOHEN, M., 2014, « Las Malvinas y el pasaporte de Cobos », La Capital, Jueves 10 de Julio de 2014 [En ligne] https://www.lacapital.com.ar/edicion-impresa/las-malvinas-y-el-pasaporte-cobos-n617706.html, consulté le 10 mai 2019.

KOHEN, M., G.; RODRIGUEZ, F., 2015, Las Malvinas entre el derecho y la historia, Buenos Aires, Eudeba.

LABRECQUE, G., 2004, Les frontières maritimes internationales. Géopolitique de la délimitation en mer, Paris, L’Harmattan.

LA NACION, 1999a, « Proyectan cambiar el nombre a la capital isleña », La Nación, 17 Julio 1999. [En ligne] https://www.lanacion.com.ar/politica/proyectan-cambiar-el-nombre-a-la-capital-islena-nid146139/, consulté le 14 mai 2019.

LA NACION, 2016, « Cancillería presentó el nuevo límite exterior de la Plataforma Continental Argentina, con un 35% más de superficie », La Nación, 28 Marzo 2016. [En ligne] https://www.lanacion.com.ar/politica/cancilleria-presento-el-nuevo-limite-exterior-de-la-plataforma-continental-argentina-con-un-35-mas-de-superficie-nid1883832/, consulté le 31 mars 2016.

LOIS, Carla Lois, « La patria es una e indivisible », Terra Brasilis (Nova Série), n° 1 | 2012, [En ligne] https://doi.org/10.4000/terrabrasilis.138.

LONGO, M., 2017, « From Sovereignty to Imperium: Borders, Frontiers and the Specter of Neo-Imperialism », Geopolitics, vol. 22(4), p. 757-771, DOI : https://doi.org/10.1080/14650045.2017.1355785.

LORTON, R., 2020, Falklands Wars: 1700 to 1850. A concise narrative history, [En ligne] https://falklandstimeline.files.wordpress.com/2020/03/falkland-wars-1700-1850-1.pdf, consulté le 15 juin 2020.

MARTIGNY, V., 2010, « Penser le nationalisme ordinaire », Raisons politiques, vol. 1, 37, p. 5-15.

MERCOPRESS, 2019, « Argentine lawmakers wish to travel to Falklands but with no migration passport stamping », 4 [En ligne] https://en.mercopress.com/2019/02/23/argentine-lawmakers-wish-to-travel-to-falklands-but-with-no-migration-passport-stamping, consulté le 12 mai 2019.

MINISTERIO DE RELACIONES EXTERIORES, COMERCIO INTERNACIONAL Y CULTO, 2017, « Malcorra presentó la nueva Plataforma Continental argentina », Información para la prensa Nº 088/17, 22 marzo 2017.

NUMISMATICODIGITAL, « Presentado el nuevo billete de 50 pesos dedicado a las Malvinas, 22 Octubre 2014 », [En ligne] https://www.numismaticodigital.com/noticia/7200/noticias-billetes/presentado-el-nuevo-billete-de-50-pesos-dedicado-a-las-malvinas.html.

ONU, 1997, Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, [En ligne] https://www.apminebanconvention.org/fileadmin/pdf/other_languages/french/MBC/MBC_convention_text/Convention_d_Ottawa_Francais.pdf, consulté le 2 juillet 2020.

PAGINA 12, 2013, Una votación de un consorcio de okupas, 13 marzo 2013, [En ligne] https://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-215711-2013-03-13.html, consulté le 14 mars 2021.

PERNETY, A.J., 1769, Journal historique d’un voyage fait aux îles Malouines en 1763 et 1764 pour les reconnoître et y former un établissement et de deux voyages au détroit de Magellan avec une relation sur les Patagons, à Berlin, chez Etienne de Bourdeaux.

PALERMO, V., 2013, « La causa por Malvinas, en otro callejón sin salida », Clarín, 13/02/2013, [En ligne] https://www.clarin.com/opinion/causa-Malvinas-callejon-salida_0_Bk5BK-siP7l.html, consulté le 17 février 2013.

PASCOE, G.; PEPPER, P., 2012, « False Falklands History at the United Nations How Argentina misled the UN in 1964 – and still does », [En ligne] https://falklandstimeline.files.wordpress.com/2012/02/2012-false-falklands-history-at-the-un-2nd-ed.pdf, consulté le 14 juin 2020.

ROCK, D., 2019, The British in Argentina. Commerce, Settlers and Power, 1800-2000, London, Palgrave Macmillan.

ROMERO, L., A., 2012, « ¿Son realmente nuestras las Malvinas? », La Nacion, 14 Febrero, [En ligne] https://www.lanacion.com.ar/opinion/son-realmente-nuestras-las-malvinas-nid1448512/ consulté le 10 février 2013.

SYMMONS, C. R., 1988, « The Maritime Zones around the Falkland Islands », The International and Comparative Law Quarterly, vol. 37(2), Pp 283-324.

THOMPSON, J., 1985, No Picnic, London, Cassel.

WILLETTS, P., 2016, « Delimitation of the Argentine Continental Shelf », South Atlantic Occasional Papers, South Atlantic Council, [En ligne] https://www.staff.city.ac.uk/p.willetts/SAC, consulté le 28 mai 2019.

WOODMAN, P., 2016, « One territory - two toponymies: Patterns of geographical naming in the Falkland Islands », The 22nd International Seminar on Sea Names - Seas and Islands: Connecting People, Culture, History and the Future, Jeju, 23-26 octobre, [En ligne] http://eastsea1994.org/data/bbsData/14911231941.pdf, consulté le 2 juillet 2020.

WOODWARD, S., 1992, One Hundred Day, London, HarperCollins.

Haut de page

Notes

1 À cette période, la population des îles ne dépassait pas quelques dizaines de personnes.

2 Les guillemets sont de Guber.

3 En 2013, à l’occasion d’un référendum sur le maintien de leur statut de territoire d’outremer britannique, les habitants ont été présentés comme « une association de squatters » par la présidente argentine, Cristina Kirchner (Pagina 12, 2013).

4 On trouve aussi Port Stanley, mais Stanley semble s’être imposé, en particulier auprès des habitants.

5 En 1966, une opération dite « Condor » avait été montée par un jeune groupe nationaliste pour détourner un avion civil vers l’aéroport de Stanley. Ils avaient à cette occasion utilisé le nom de Puerto Rivero.

6 L’Argentine se considérant comme souveraine revendique également l’intégralité de la ZEE britannique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1
Crédits © Eric Gaba, Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-1.png
Fichier image/png, 233k
Titre Photographie 1. La présidente Péron remet sa carte d’identité argentine à P. Mc Leod
Crédits Source : Fuente: Archivo General de la Nación http://www.aposmalvinas.com.ar/​ftperon1.htm
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Titre Photographie 2. La présidente Kirchner et James Peck
Crédits Source : Presidencia de la Nación Argentina
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-3.png
Fichier image/png, 67k
Titre Carte n° 2. Carte publiée dans La Nación
Crédits Source : La Nación, 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Photographie 3. Timbre commémoratif
Crédits Source : MRECIC
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-5.png
Fichier image/png, 280k
Titre Photographie 4. Billet de 50 pesos
Crédits © Casa de Moneda
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Photographie 5. Balisage de l’espace public
Crédits © Google Maps
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/9440/img-7.png
Fichier image/png, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Fourches, « Les îles Malouines entre le Royaume-Uni et l’Argentine : construction et déconstruction d’une frontière », L’Espace Politique [En ligne], 42 | 2020-3, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/9440 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.9440

Haut de page

Auteur

Marc Fourches

Maître de conférences
Université Clermont-Auvergne, Laboratoire Communication et Sociétés
Marc.FOURCHES@uca.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search