Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus d'ouvrages2022Spomenik Monument Database

2022

Spomenik Monument Database

Compte rendu de l’ouvrage de Donald Niebyl, Spomenik Monument Database, éd. Fuel 2018, rééd. 2020, 208 p.
Christophe Gauchon
Référence(s) :

Donald Niebyl, Spomenik Monument Database, éd. Fuel 2018, rééd. 2020, 208 p.

Texte intégral

1Dans la Yougoslavie de l’après 1945, le régime titiste issu de la guerre de Libération couvrit le territoire national de milliers de monuments commémoratifs à la mémoire des Partisans, de leurs faits d’armes ou des massacres commis pendant la Seconde Guerre Mondiale (1941-1945). Nos relevés indiquent qu’il y eut souvent deux ou trois monuments par commune, parfois davantage.

2Comme le titre de l’ouvrage l’indique, « spomenik » voulant dire « monument » en serbo-croate, il s’agit là d’une base de données brute présentant les photographies et la description de 81 monuments spectaculaires répartis dans tout l’ex-espace yougoslave. Pour chacun d’entre eux sont indiqués, après une brève fiche d’identité : 1°) les faits historiques commémorés en ce lieu, 2°) les aspects techniques et architecturaux et 3°) le statut et l’état actuel de conservation du monument.

3L’ouvrage n’est pas exempt d’erreurs factuelles parfois gênantes. On ne peut pas dire que les forces de l’Axe aient envahi l’Istrie en 1941 (pages 36 et 144) puisque, depuis 1920, le traité de Rapallo avait attribué l’Istrie à l’Italie ! Et l’on voit mal comment Kavadarci, en Macédoine, n’aurait pu être libérée que le 7 septembre 1945…

4Les monuments de l’immédiat après-guerre n’ont pas été pris en compte dans cette base de données, comme le célèbre monument de Murska Sobota, dans l’est de la Slovénie, qui associe un Partisan yougoslave et un soldat de l’Armée rouge soviétique. À ces nombreux monuments empreints de réalisme socialiste ont succèdé des monuments yougoslaves à l’esthétique fondée sur des formes abstraites ou semi-abstraites, élancés jusqu’à 60 mètres de hauteur pour la flèche de Podgora (Croatie) ou massifs comme le globe de Maribor (Slovénie). Ces monuments se présentent souvent comme des défis à la pesanteur en jouant sur des porte-à-faux asymétriques rendus possibles par l’emploi du béton armé. Leur rhétorique vise alors la figuration d’un élan vital, bien représenté par les monuments d’Ostra en Serbie (photo p. 136-137) ou de Tjentište en Republika Srpska. Ces formes assez interchangeables d’un monument à l’autre définissent un style particulier, sans établir de lien évident entre l’événement commémoré et le projet artistique retenu.

5L’auteur ne dit pas sur quelle base il a sélectionné les 81 monuments ici décrits, mais ils illustrent tous cette période qui commence en 1960 et se poursuit sans interruption jusqu’en 1987, au-delà donc de la mort de Tito survenue en 1980. L’année 1981 est même celle qui connut le pic de construction avec neuf nouveaux monuments. Les monuments présentés dans Spomenik couvrent l’ensemble de cette période et de l’espace yougoslave et sont donc répartis entre les six anciennes républiques, y compris en Voïvodine et au Kosovo.

6Ces monuments se déploient selon deux temporalités complémentaires. Entre 1960 et 1987, ils saturent la totalité de l’espace yougoslave, ils sont érigés en ville, sur des champs de bataille, sur des lieux de massacre, dont le complexe concentrationnaire de Jasenovać en Croatie. Ces monuments, loin d’être isolés, fonctionnaient au sein d’une sémiosphère omniprésente dans la vie quotidienne. Ils étaient représentés sur les billets de banque et sur les timbres postaux, et ils accueillaient, à des dates variables selon les lieux et les républiques, les commémorations du « premier soulèvement antifasciste ».

7Après 1990, ces monuments titistes ont subi les conséquences de la dislocation de la Fédération et, d’une République à l’autre, ils ont connu des sorts très différents. Les quatre monuments slovènes sont décrits comme en assez bon état, des cérémonies continuent à être célébrées et le monument de Črni Kal, près de Koper, fait l’objet d’un projet de construction d’un centre mémoriel. Globalement, en Serbie aussi, les monuments ont été bien entretenus. À l’opposé, le monument de Makljen en Bosnie-Herzégovine a été dynamité « par des vandales » ( ?) en 2000. Les huit monuments de Macédoine du Nord décrits dans cet ouvrage sont dans un semi-abandon. Certains d’entre eux ont été pillés, surtout de leurs parties métalliques, comme la « fleur de la Liberté » à Gevgelija flanquée depuis 2017 d’une tour de communication. Le monument de Kruševo fait exception parce qu’il commémorait à la fois l’insurrection de la Macédoine en 1903 et les combats menés par les Partisans dans le secteur entre 1942 et 1944, la même date anniversaire du 2 août favorisait le rapprochement entre les deux événements. Ainsi, le pronostic sur la pérennité des monuments est d’autant plus favorable que leur message peut être remobilisé dans le nouveau cadre national issu de la disparition de la Fédération. L’ambiguïté, propre à la Yougoslavie, sur la signification du terme de « nation » facilite ce processus de réappropriation. Ainsi la « guerre de libération nationale » que célèbre le monument de Zaostrog peut, selon le contexte, être comprise dans un sens yougoslave autant que croate.

8Spomenik Monument database n’est pas un guide de dark tourism et les renseignements pratiques sont d’ailleurs assez lacunaires, mais plutôt un état des lieux de ces mémoriaux, 40 à 60 ans après l’érection de ces monuments et 30 ans après l’implosion de la Yougoslavie. Ces constructions aux lignes souvent « futuristes » témoignent d’une construction politique aujourd’hui disparue et constituent de puissants marqueurs territoriaux dont les trajectoires s’inscrivent dans le temps long. Ayant survécu au contexte qui a permis leur érection, la signification de ces hauts lieux évolue. Si certains sont instrumentalisés par les nouveaux pouvoirs, d’autres disparaissent ou deviennent parfois illisibles, ce qui augure de leur disparition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gauchon, « Spomenik Monument Database »L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 05 janvier 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/9477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.9477

Haut de page

Auteur

Christophe Gauchon

Professeur
Université Savoie Mont Blanc
christophe.gauchon@univ-smb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search