Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Le Moyen Âge, fabrique de stéréot...Le Moyen Âge, fabrique de stéréot...

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Avant-propos
The Middle Ages: a factory of stereotypes? Foreword
Marco Conti, Amalia Desbrest et Simon Rozanès

Texte intégral

  • 1 Journées d’étude organisées par Laura Baldacchino, Enki Baptiste, Marco Conti, Amalia Desbrest, Mat (...)
  • 2 Florian Besson, Tobias Boestad, Maxime Fulconis, Pauline Guéna, Simon Hasdenteufel, Catherine Kikuc (...)
  • 3 Tommaso di Carpegna Falconieri, The Militant Middle Ages: Contemporary Politics between new Barbari (...)
  • 4 Alban Gautier, Laurent Vissière (éds.), « Moyen Âge en séries », Médiévales, 78/2020. En ligne : ht (...)
  • 5 Bruno Dumézil et Hugues Micol, Les temps barbares : de la chute de Rome à Pépin le Bref, Paris, La (...)

1Ce numéro pluridisciplinaire de la revue Essais se propose de croiser les analyses de doctorants et jeunes docteurs autour d’une question commune : le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ? Cette thématique, issue des journées des doctorants du CIHAM, organisées les 28 et 29 octobre 2021, dans les locaux du CIHAM, à Lyon1, s’inscrit dans une réflexion plus large au cœur des études médiévales2. En effet, ces dernières années, de plus en plus d’événements scientifiques et culturels interrogent la place du médiéviste face au médiévalisme, dont le point d’orgue fut sans doute atteint lors du colloque tenu à Poitiers du 29 mars au 2 avril 2021 « Le médiéviste face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? ». Plus généralement, la réception et la réutilisation du Moyen Âge aujourd’hui, comme par le passé3, suscitent des réflexions et des médiatisations, du numéro spécial de Médiévales (78), « Le Moyen Âge en séries » paru en 20204, aux dernières publications de la collection Histoire dessinée de la France à destination d’un public plus large et moins expert, notamment l’ouvrage signé par Bruno Dumézil et Hugues Micol, Les temps barbares : de la chute de Rome à Pépin le Bref5, ou encore, l’exposition La Dame à la licorne, médiévale et si contemporaine du Musée des Abattoirs de Toulouse (30 octobre 2021 – 16 janvier 2022). Mais ce n’est pas le seul médiévalisme qui a attiré notre attention. En tant que jeunes chercheurs, nous sommes en outre frappés par la quantité croissante de programmes et de médias qui mettent en lumière le Moyen Âge : des podcasts tel celui de Fanny Cohen Moreau, Passion Médiévistes, des chaînes de vulgarisation YouTube, telle la plus connue Nota Bene, ou des blogs comme Actuel Moyen Âge… Tous font intervenir des scientifiques, et permettent ainsi de déconstruire à des degrés divers certains stéréotypes qui circulent sur la période médiévale. Nous avons donc voulu explorer comment le Moyen Âge devenait une fabrique de stéréotypes, et chercher à en établir les raisons. En choisissant ce titre, nous avons à cœur d’étudier la fabrique du stéréotype sous deux aspects. Nous proposons d’abord l’aspect le plus évident, à savoir que le Moyen Âge, ou plutôt ses représentations, est reconstruit a posteriori par les stéréotypes qu’il véhicule, mais aussi un aspect moins évident, celui du Moyen Âge comme moment de construction de certains stéréotypes à propos de l’Autre, éloigné dans le temps ou géographiquement.

  • 6 Marcel Grandière, Michel Molin (éds.), Le stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, Presse (...)
  • 7 Frank Robert, « Qu’est-ce qu’un stéréotype », in : Jeanneney Jean Noël (éd.), Une idée fausse est u (...)

2Le concept de stéréotypes est une notion empruntée à la sociologie qui entre peu à peu dans les études historiques et littéraires6. De prime abord, il peut paraître anachronique de l’évoquer pour le Moyen Âge puisque c’est un terme qui apparaît avec l’imprimerie, le stéréotype est ce qui permet de fixer un caractère d’imprimerie, une image. Mais si le mot est alors inconnu, la réalité à laquelle il renvoie existe bel et bien. En effet, les médiévaux avaient déjà recours à des écrits, à une rhétorique, à des images, qui créaient des stéréotypes, qu’il s’agisse d’images de saints, par le biais des enluminures ou des statues, qui incarnent des vertus, la littérature exemplaire, telles les vies de saints ou les contes…. Aussi, les stéréotypes sont des images figées qui permettent de fixer certaines représentations, et rendent ainsi possible leur étude par les historiens. Plus précisément, les traits distinctifs du stéréotype que nous proposons ici de retenir sont « sa réduction simplificatrice, sa dimension sociale et collective, sa durée et sa répétition dans le temps, ainsi que son expression d’un jugement »7.

  • 8 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 98.
  • 9 Grandière Marcel, « Introduction. La notion de stéréotype », in: Molin Michel et Grandière Marcel, (...)

3Approfondir le concept de stéréotype revient à constater leur ambiguïté, ou peut-être plutôt l’aspect foncièrement dialectique du concept, et ce à plus d’un titre. Ambiguïté axiologique tout d’abord, entre des valeurs d’autorité, de vérité pour les contemporains, mais une valeur péjorative pour les historiens, les observateurs, qui s’ensuit d’un rejet, et une valeur plus neutre, alors propice à l’étude scientifique. Le stéréotype devient donc un « outil qui permet d’étudier les représentations et les expressions des identités, tout en les déconstruisant »8. Pour Marcel Grandière, les stéréotypes prennent ainsi une dimension sociale, ils légitiment voire façonnent dans une certaine mesure des comportements, des attitudes, des idées. Toutes les couches de la population n’entretiennent pas le même rapport aux stéréotypes : les élites peuvent par exemple en produire certains, tels ceux qui concernent les sorcières, au bas Moyen Âge et surtout à l’époque moderne, élaborés par les juges, les démonologues, puis répandus, reproduits, dans le reste de la société9.

  • 10 Geslot Jean-Charles, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypotheses 21 (1), 08.11.2018, p. 163‑ (...)

4Pour autant, ces stéréotypes ne sont pas des créations ex nihilo, mais au contraire sont construits à partir de représentations, d’idées, voire de stéréotypes antérieurs qui se nourrissent les uns et les autres et évoluent de la sorte. « Pourrait-il d’ailleurs en être autrement ? Créateurs et récepteurs de stéréotypes ne peuvent en concevoir l’intelligibilité hors de la vision du monde qui est la leur et qu’ils ont en partage »10. La production des stéréotypes oscille alors entre une sorte d’incarnation, de « produit empirique » des idées de l’époque, de « l’air du temps », et des stratégies conscientes. En creux, si certains stéréotypes sont formés comme sans le vouloir, leur succès ne dépend alors pas que de leur contenu, mais aussi de leur diffusion et de leur réception.

  • 11 Ibid.
  • 12 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 95.
  • 13 Grandière, « Introduction. La notion de stéréotype », art. cit., 2015.
  • 14 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

5Par suite, leur caractère figé peut être ici quelque peu interrogé. En effet, l’ambivalence des stéréotypes se rencontre encore dans la dynamique de leur évolution, ou plutôt de leurs évolutions, aspect central s’il en est pour les historiens. Bien qu’ils semblent immobiles, ils se reproduisent, se perpétuent et peuvent se transformer, en tant qu’ils représentent des instruments « de régulation entre les groupes culturels, nationaux et sociaux, qui les produisent, et qui informent de cette manière sur eux-mêmes »11. Cette – relative – souplesse des stéréotypes peut aussi se retrouver dans le fait qu’ils servent de support à la connaissance de l’altérité. En effet, de manière surprenante, « les stéréotypes peuvent également constituer le premier vecteur de connaissance de l’autre, même s’ils fournissent en fait plus de confort que de connaissance. » Autrement dit, « le stéréotype est la conséquence d’un désir de connaissance, qui, ensuite, se fige et s’annule lui-même »12. De même, le stéréotype peut aussi assembler une construction intellectuelle qui vise à « traduire en éléments intelligibles et donner du sens à des “réalités” perçues, mais difficiles à cerner ». Ainsi, pour connu et stable qu’il soit, le stéréotype doit faire preuve d’une relative souplesse « pour accueillir la nouveauté et l’adapter »13, c’est-à-dire faire entrer la réalité nouvelle dans les cadres de pensée déjà existants, et non l’inverse. Enfin, ultime aspect de cette relation dialectique entre permanence et évolution des stéréotypes, leur circulation, diachronique et synchronique, s’opère dans un contexte de réception, des structures sociales, politiques, ou idéologiques elles-mêmes en transformation14.

  • 15 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 94.

6De surcroît, le concept de stéréotype contient une ambivalence supplémentaire, « entre la projection de soi et la représentation de l’autre »15. Par effet retour ou miroir, les stéréotypes portés sur l’altérité conduisent à la construction d’identité propre, tout autant stéréotypée. Aussi, comme le conclut Jean-Charles Geslot :

  • 16 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

« Poser la question du vrai et du faux ne revêt donc aucune utilité. Ce qui est intéressant, ce n’est pas de voir ce que le stéréotype dit de ceux dont ils parlent, mais de comprendre la façon dont ceux-ci sont vus et considérés d’une part, et ce que cela dit de ceux qui le créent, le diffusent, le colportent, d’autre part. Il s’agit à travers eux de comprendre un système de pensée, de mentalités, de représentations : comment, à travers l’autre, et à travers la vision déformée qu’on en a, chacun se définit, en miroir ? »16

  • 17 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 101.
  • 18 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.
  • 19 Ibid., p. 100.

7Comment alors étudier le stéréotype ? Tout d’abord, le chercheur ne doit pas perdre de vue que le stéréotype n’est pas un donné, mais un construit, il est donc « élaboré, réfléchi et motivé »17. Son caractère répété, systématique, montre son rôle, son usage dans le cadre de discours, d’idéologies : il sert à quelque chose et, ce faisant, il devient part des représentations collectives de la société examinée. Une fois ce constat fait, on peut distinguer deux axes de travail, deux études complémentaires. Le premier axe tient à une analyse sémiologique, selon les mots de Jean-Charles Geslot18. Les stéréotypes entretiennent un rapport fluctuant à la réalité, en tant qu’ils la simplifient systématiquement : il convient alors d’en relever « les motifs constitutifs, à les distinguer de la réalité historique, avant d’envisager les évolutions possibles »19. Autrement dit, l’examen de leur contenu ne nous apprend pas tant sur les sociétés, les groupes ou les personnes visées, mais sur celles qui les émettent.

  • 20 Grandière, « Introduction. La notion de stéréotype », art. cit., 2015.

8Dans le deuxième axe d’analyse, l’étude se fonde sur le triptyque « production-diffusion-réception » des stéréotypes, ce que J.-C. Geslot qualifie d’« approche pragmatique ». Dans cette perspective, plus difficile à mettre en œuvre faute de sources ou de données satisfaisantes, la prise en compte du contexte social, des usages sociaux et politiques des stéréotypes s’avère essentielle lors de ces trois étapes. Cette réception n’est d’ailleurs pas sans effets sur le réel, tant « ces modèles stéréotypés constituent des types de schémas, des classifications toutes faites permettant de comprendre et d’agir au quotidien, de saisir les événements, les personnes, pour les resituer dans le connu, pour les intégrer dans un schème existant, ce qui permet de tranquilliser les esprits, d’organiser la relation à l’étranger, à l’étrange, à l’Autre. »20

  • 21 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

9Jusqu’aux xixe et xxe siècles, les stéréotypes ont dû emprunter d’autres vecteurs, des processus de diffusion différents que le texte pour toucher un plus large public. Faire l’étude des stéréotypes, c’est alors nécessairement prendre en compte les moyens de diffusion dans les représentations communes.21 Et ce, d’autant plus que faute d’une diffusion suffisante de l’accès à l’écrit, cette diffusion et fixation du stéréotype pour les périodes moderne et surtout médiévale a eu pour seuls vecteurs la voix et l’image. À l’époque contemporaine, le foisonnement des supports bouleverse le rapport aux stéréotypes dans leur diffusion et réception. D’une part, la démultiplication des sources peut conduire à en atténuer la force, par la possibilité de connaître davantage d’informations, à une plus grande diversité de productions, artistiques ou non, à d’éventuelles contradictions entre les stéréotypes et la réalité. Mais d’autre part, ils peuvent aussi, et surtout, décupler l’impact de ces images, stéréotypées ou non. L’imprimé, puis la reproduction industrielle à grande échelle des stéréotypes iconographiques leur donnent une ampleur inégalée jamais atteinte antérieurement. Mais c’est surtout le changement d’échelle dans la diffusion et la réception des stéréotypes permis par le cinéma puis enfin les « petits écrans », à l’heure d’internet, qui peut leur assurer une diffusion d’une tout autre envergure, auparavant inenvisageable. Ce qui ne veut certes pas dire que les stéréotypes actuels sur le Moyen Âge sont nécessairement les mêmes que ceux des médiévaux.

10S’il est possible d’étudier les stéréotypes, les représentations figées au cours de la période médiévale, il l’est bien davantage encore pour ceux forgés ultérieurement au sujet du Moyen Âge. De ce point de vue, il constitue d’abord un outil pédagogique puissant, puisque c’est à partir de celui-ci, telles l’image du barbare poilu et sale ou celle des prétendues sorcières, que l’historien, le philologue ou l’enseignant peuvent déconstruire le stéréotype et élaborer un discours scientifique sur le Moyen Âge. La notion de stéréotype est donc parlante et efficace, dans les disciplines comme la philologie ou l’histoire, tant pour les études médiévistes que pour les études médiévalistes. En outre, il permet d’interroger nos propres conceptions, ou celles des sociétés modernes ou contemporaines.

Le dossier s’organisera donc en deux parties : la première partie portera sur la fabrique des stéréotypes par le Moyen Âge et les médiévaux, puis la deuxième partie sera l’occasion d’étudier comment le Moyen Âge devient un vivier de stéréotypes pour les époques postérieures.

11Les contributions se pencheront dans un premier temps sur la conscience que les sociétés médiévales avaient d’elles-mêmes et de leur passé. Nous verrons que le regard que portent les médiévaux sur l’Antiquité se manifeste dans les sources géographiques comme les mappemondes par exemple. Ces mappemondes, qu’elles soient de type T-O ou Y-O, permettent de faire le lien entre la représentation du monde des antiques et la représentation du monde au haut Moyen Âge. En effet, celles-ci sont élaborées à partir de la connaissance géographique tirée des dessins antiques. Nous verrons avec la contribution de Julie Richard Dalsace que les mappemondes du haut Moyen Âge sont bien éloignées des représentations stéréotypées et imaginaires qu’on trouve dans la littérature fantaisie ; le type des mappemondes Y-O nous permettent d’interroger la construction d’une conception du monde habité partagée par les hommes du haut Moyen Âge. Si la rupture entre Antiquité tardive et Moyen Âge doit être interrogée, on remarque toutefois dans les sources littéraires l’émergence d’un positionnement des médiévaux par rapport à l’Antiquité, qui passe par la production de traductions et de commentaires des autorités antiques. Les grands centres littéraires comme l’école d’Orléans en France (xiie siècle) ou l’atelier alphonsin en Espagne (xiiie siècle) commentent et traduisent des auteurs tels qu’Ovide, Lucain, fixent les autorités et transmettent une interprétation de ces textes, comme le fait le cliché avec l’image. Les lecteurs médiévaux font face aux realia antiques, qui peuvent entrer en conflit avec leur propre cosmovision. Cela sera abordé à travers l’article d’Amalia Desbrest qui étudie la création des stéréotypes sur l’Antiquité dans les gloses marginales castillanes de la première traduction complète en castillan des Héroïdes d’Ovide, conservée dans le manuscrit 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville. La confrontation avec l’Autre, qui est éloigné dans le temps et qui représente une culture lointaine, permet de fixer non seulement une image de l’Antiquité, mais aussi l’image du Moyen Âge.

12Partant, dans les sociétés médiévales, pour être partagés, ces stéréotypes sont bien souvent produits par les groupes sociaux dominants, ou le fruit des représentations dominantes dans la société. Ainsi, dans le monde byzantin, les auteurs tels que Procope de Césarée et Agathias établissent dans leurs textes une sorte « d’échelle de barbarité », comme un miroir déformé de la notion de romanité, pour classer et différencier les peuples barbares, ce que propose d’étudier Sébastien Villevieille. Ces stéréotypes sont ainsi forgés par le jeu des institutions, de l’Église, du droit, et plus largement par la vie sociale. C’est pourquoi nous voulons souligner la dimension idéologique des stéréotypes au Moyen Âge, ici par la construction de la catégorie juridique de l’hérétique et aux qualificatifs accolés par les groupes dominants aux populations ainsi accusées. C’est ce que permet d’explorer l’article de Damien Varenne, qui s’intéresse à la façon dont on diabolise le juif et l’hérétique dans les affaires d’hérésie de Sens et d’Orléans, affaires qui sont au cœur de mouvements de réforme de l’Église. Cela permettra aussi de déterminer leur imprégnation dans l’ensemble de la société, voire, au-delà, l’existence de stéréotypes propres aux groupes dominés ou dominants. Montrer des représentations communes par l’étude des clichés et stéréotypes permet d’étudier en creux la construction des normes, mais aussi, dans une certaine mesure, des rapports sociaux, de formation d’identités partagées et des jeux de pouvoir.

13Concernant le deuxième axe de recherche, trois articles vont nous permettre de comprendre davantage comment les stéréotypes médiévaux nourrissent les époques postérieures. La contribution de Pauline Guillemet nous présente comment des auteurs tels Edmund Burke, William Cobbett, Thomas Carlyle, John Ruskin ou William Morris, utilisent une représentation stéréotypée de la guilde médiévale comme un instrument de critique sociale, dirigée contre la société industrielle de la Grande-Bretagne du XIXe siècle. L’article écrit à quatre mains par Sébastien Ginhoux et Solène Minier nous montre l’emploi des stéréotypes de l’antisémitisme médiéval et contemporain dans l’œuvre de fantasy Le Sorceleur de Andrzej Sapkowski. Cet auteur trace des parallèles entre les peuples non humains de son univers et les communautés juives européennes. Simon Rozanès, dans le dernier article, s’intéresse au rapport que la pop culture entretient avec le Moyen Âge. Plus précisément, cette contribution veut nous montrer comment le Moyen Âge est représenté dans les memes diffusés sur les réseaux sociaux. Le meme devient un vecteur possible de stéréotype par son contenu, mais aussi par sa représentation graphique.

En dehors des articles présentés, la rubrique Rencontre de ce numéro sera aussi dédiée à l’utilisation et à la réutilisation des stéréotypes médiévaux hors du cadre proprement universitaire, à travers un entretien croisé avec Bruno Dumézil, Laurent di Filippo et Romain Vincent. Nous les remercions chaleureusement de bien avoir voulu se prêter au jeu.

Haut de page

Notes

1 Journées d’étude organisées par Laura Baldacchino, Enki Baptiste, Marco Conti, Amalia Desbrest, Matthias Gille Levenson et Simon Rozanès.

2 Florian Besson, Tobias Boestad, Maxime Fulconis, Pauline Guéna, Simon Hasdenteufel, Catherine Kikuchi, Actuel Moyen Âge. L’aventure continue, Paris : Arkhè, 2019 ; Mark Burde, « Entre médiéval et moyenâgeux… de la marge de manœuvre ? » in Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (éds.), Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyen-âgeux, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014, p. 259‑261. En ligne : http://books.openedition.org/pup/2149, consulté le 20/01/2022.

3 Tommaso di Carpegna Falconieri, The Militant Middle Ages: Contemporary Politics between new Barbarians and Modern Crusaders, Leyde-Boston : Brill, 2020.

4 Alban Gautier, Laurent Vissière (éds.), « Moyen Âge en séries », Médiévales, 78/2020. En ligne : https://journals.openedition.org/medievales/10722, consulté le 20/01/2022.

5 Bruno Dumézil et Hugues Micol, Les temps barbares : de la chute de Rome à Pépin le Bref, Paris, La revue dessinée/La découverte, 2018.

6 Marcel Grandière, Michel Molin (éds.), Le stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2004 ; Jean-Charles Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 163-176. En ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-163.html, consulté le 20/01/2022 ; Julien Edrom, et al. « Pour un usage du stéréotype en Histoire », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 93-102. En ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-93.htm., consulté le 20/01/2022.

7 Frank Robert, « Qu’est-ce qu’un stéréotype », in : Jeanneney Jean Noël (éd.), Une idée fausse est un fait vrai : les stéréotypes nationaux en Europe, Paris, O. Jacob, 2000 ; cité dans Edrom Julien, Guérin Raphaël, Griot Witold et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », Hypotheses 21 (1), 08.11.2018, p. 94.

8 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 98.

9 Grandière Marcel, « Introduction. La notion de stéréotype », in: Molin Michel et Grandière Marcel, Le stéréotype : outil de régulations sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 (Histoire), p. 7‑12. En ligne : http://books.openedition.org/pur/20998, consulté le 13.12.2021.

10 Geslot Jean-Charles, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypotheses 21 (1), 08.11.2018, p. 163‑176.

11 Ibid.

12 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 95.

13 Grandière, « Introduction. La notion de stéréotype », art. cit., 2015.

14 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

15 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 94.

16 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

17 Edrom et al., « Pour un usage du stéréotype en Histoire », art. cit., 2018, p. 101.

18 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

19 Ibid., p. 100.

20 Grandière, « Introduction. La notion de stéréotype », art. cit., 2015.

21 Geslot, « Stéréotypes et histoire culturelle », art. cit., 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Conti, Amalia Desbrest et Simon Rozanès, « Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ? »Essais [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 20 juin 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/essais/12494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.12494

Haut de page

Auteurs

Marco Conti

Marco Conti enseigne l’histoire médiévale à l’Université de Bordeaux. Il a soutenu sa thèse à l’Université Lyon 2 en 2021 sous la direction du professeur Jean-Louis Gaulin. Sa thèse, « Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) », sera bientôt publiée. Il a récemment publié le livre « Fare i conti con la morte. Il Liber introituum del Comune di Bologna del 1347 ». Ses recherches portent principalement sur la fiscalité médiévale et l’utilisation pratique de l’écriture.

Articles du même auteur

Amalia Desbrest

Amalia Desbrest est doctorante l’ENS de Lyon (CIHAM UMR 5648) et effectue sa thèse en cotutelle avec l’Université Autonome de Madrid, sous la direction de Carlos Heusch et Irene Salvo García. Elle est actuellement ATER en LLCER Espagnol à l’Université Lumière Lyon 2. Ses recherches portent principalement sur l’édition de manuscrits médiévaux et sur la réception médiévale des Héroïdes dans la Romania médiévale, et en particulier en Espagne. Elle s’intéresse également aux questions de traductologie puisque l’édition de l’unicum que constitue le manuscrit 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville la mène à comparer cette traduction castillane avec la traduction catalane réalisée en 1391 par Guillem Nicolau à la demande de la reine Violante de Bar, mais aussi avec les sources latines et les sources italiennes médiévales. Publications : « La première traduction complète en castillan des Héroïdes d’Ovide, ms. 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville », Cahiers de recherches médiévales et humanistes – Journal of Medieval and Humanistic Studies, n°41, 2021 – 1, p. 157-177. DOI : https://dx.doi.org/10.48611/isbn.978-2-406-11996-8.p.0157 ; https://hal.science/hal-03885944/.

Articles du même auteur

Simon Rozanès

Simon Rozanès est doctorant contractuel en 3e année à l’Université Lyon 2 Lumière, rattaché au CIHAM (UMR 5648), sous la direction de Julien Théry et de Simone Balossino. Ses travaux portent sur une histoire comparée de la vie politique dans les petites communautés de la basse vallée du Rhône, dans la région d’Avignon, en Provence et dans le Gard, entre la fin du XIIe et le début du XVe siècle. Il s’intéresse notamment aux soubassements socio-politiques des évolutions institutionnelles, associés à une perspective de micro-histoire.
s.rozanes@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search