Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Le Moyen Âge, fabrique de stéréot...Les mappae mundi « Y-O » pseudo-i...

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Les mappae mundi « Y-O » pseudo-isidoriennes : un stéréotype de la cartographie du haut Moyen Âge ?

Une réflexion autour de la mappemonde du manuscrit Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss. Lat. Fol. 74
The pseudo-Isidorian mappae mundi “Y-O”: a stereotype of early medieval cartography? A reflection on the world map in the manuscript Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss. Lat. Fol. 74
Julie Richard Dalsace

Résumés

Dans The History of Cartography, David Woodward a classé les mappae mundi avec le Marais Méotide comme un type bien défini de la cartographie médiévale dit « carte Y-O ». Cet article tente de questionner la validité de cette typologie pour les représentations cartographiques du haut Moyen Âge. Il s’agit de se demander si ces mappae mundi sont des stéréotypes produits par les copistes des VIIIe-Xe siècle en figurant leurs conceptions figées du monde habité ou s’il s’agit plutôt d’un stéréotype de recherche généré par certains historiens de la cartographie au XXe siècle. L’étude de la fabrique de ce stéréotype s’articulera autour d’un des plus anciens témoins manuscrits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression T-O est explicitée au XVe siècle par Leonardo di Stagio Dati dans son œuvre la Sfera q (...)
  • 2 Pour une synthèse des différentes typologies voir David Woodward, op. cit., p. 295 et Patrick Gauti (...)
  • 3 David Woodward, op. cit., p. 345-346.
  • 4 Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132r (Figure 1). La première partie du manu (...)
  • 5 Les deux chapitres sont le De Orbe et le De Asia. Pour une étude de la géographie isidorienne voir (...)

1Les mappemondes du haut Moyen Âge qui ont été les plus conservées dans les manuscrits sont des figures schématiques du monde habité appelées mappa mundi. Souvent orientées à l’est, ces mappae mundi montrent un monde divisé en trois parties l’Asie, l’Europe et l’Afrique qui sont entourées par un océan circulaire. Cette forme très reconnaissable a été la source du nom donné à ces cartes, dites cartes en T-O1. Au cours du XXe siècle, certains historiens de la cartographie, comme David Woodward, ont même classé ces cartes schématiques en T-O comme un type bien défini de la cartographie médiévale2. Ce type serait rattaché à Isidore de Séville dont les manuscrits des Etymologies et du Traité de la Nature copiés entre le VIIIe et le XIIe comportent un très grand nombre de mappae mundi. David Woodward considère même qu’un nouveau type, qu’il nomme Y-O, se serait développé au VIIIe siècle à partir des cartes en T-O3. Les concepteurs de ces mappae mundi auraient modifié la forme originelle des cartes en T-O par l’ajout du Marais Méotide, nom donné par les auteurs antiques à la mer d’Azov. Cette dernière est représentée par le tracé de deux barres obliques disposées de chaque côté du Tanaïs (le Don), fleuve considéré depuis l’Antiquité comme étant la limite de l’Asie et l’Europe. Le T se transforme ainsi en Y. Cette forme de mappemonde se rencontre dans un manuscrit copié aux environs des années 830 et 840 sous la supervision de Loup, érudit et abbé de Ferrière à partir de 840, alors qu’il était à l’abbaye de Fulda pour étudier auprès de Raban Maur4. Dans ce manuscrit et les 26 autres antérieurs au XIIIe siècle que j’ai pu recenser, les mappemondes sont liées par leur thème et la mise en page aux chapitres 2 et 3 du livre XIV des Etymologies d’Isidore de Séville5. Isidore décrit dans ce passage les différentes parties du monde habité et leur répartition en s’appuyant sur des sources antiques et chrétiennes. Il y évoque aussi le Marais Méotide pour situer les bornes septentrionales de l’Asie.

Figure 1 : Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132r, Fulda, IXe (Groupe 1)

Figure 1 : Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132r, Fulda, IXe (Groupe 1)
  • 6 Patrick Gautier Dalché, « De la glose à la contemplation. Place et fonction de la carte dans les ma (...)
  • 7 Patrick Gautier Dalché, Ibid., p. 708.
  • 8 Les mappae mundi comportant le Marais Méotide représentent environ 20 % du corpus de mappemondes an (...)
  • 9 Ce travail de mise en série de mappemondes s’est appuyé sur la base de données Innovating Knowledge(...)

2Patrick Gautier Dalché a déjà bien démontré qu’une approche typologique de la cartographie médiévale n’est pas pertinente6. L’idée même d’un type « isidorien » de mappemondes est faussée par le décalage temporel qui existe entre la rédaction des Etymologies au début du VIIe siècle et le moment de la réalisation des mappae mundi. Ces mappemondes sont ajoutées au texte des manuscrits des Etymologies entre le VIIIe et le IXe siècle et Isidore de Séville ne peut en être l’auteur7. S’il n’est pas dessiné sur toutes les mappemondes conjointes au texte d’Isidore de Séville, le Marais Méotide est bien présent de façon continue dans les manuscrits entre IXe siècle et le XIIsiècle. Cette manière de concevoir le monde s’est transmise et a fait sens pour les copistes et les utilisateurs de ces manuscrits tout au long du haut Moyen Âge, façonnant une façon commune de figurer le monde habité. Il est ainsi possible de se demander si les mappae mundi montrant le Marais Méotide forgent un stéréotype dans la mesure où elles offrent une façon figée de figurer le monde habité, dont la forme et les toponymes ont été reproduits de nombreuses fois ensuite8. Le manuscrit de Loup de Ferrière, aujourd’hui conservé à Leyde, est le plus ancien témoin de mappae mundi avec le Marais Méotide qui puisse être bien contextualisé. Un examen de ce manuscrit parait nécessaire pour saisir par quels procédés les mappae mundi appelées Y-O ont été élaborées et comment elles véhiculeraient une vision stéréotypée du monde habité. Replacer le manuscrit de Leyde au sein de la série de mappemondes figurant le Marais Méotide permettra de s’interroger sur les manières dont ce stéréotype se serait diffusé dans les manuscrits isidoriens entre le VIIIe et le XIIe siècle9. L’analyse des transformations formelles que connaissent les mappae mundi avec le Marais Méotide nous invitera alors a abandonné le concept de stéréotype pour utiliser plutôt le concept de modèle qui permet mieux de comprendre comment ces mappemondes ont été recomposées dans différents scriptoria européens du haut Moyen Âge.

La cartographie du Marais Méotide : fabrique d’un type 

  • 10 Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 97r, lien vers le manuscrit numérisé : http (...)
  • 11 On notera également le débordement du « n » d’« occidens » sur le « d » de « diviserunt » à la lign (...)
  • 12 Karel Ad. De Meyier, op. cit., p. 153-155.

3La mappa mundi du manuscrit de Leyde renferme plusieurs indices sur les modes de figuration du Marais Méotide dans la cartographie du haut Moyen Âge. Le copiste a en effet choisi de n’indiquer en majuscule que le nom d’une seule des trois parties du monde : l’Asie. Il n’a pas réparti l’ensemble du terme « oceanus » sur la bande circulaire représentant l’océan. Il n’a pas non plus laissé une place suffisante pour inscrire le terme « meotis » qui a été écrit avec une minuscule caroline peu lisible. Le terme « meotis » a ensuite reporté sur le côté droit de la mappemonde grâce à un signe de rappel, écrit peut-être par un correcteur. Ce traitement contraste fortement avec le soin porté à l’autre représentation figurée présente dans le manuscrit, un schéma tracé à la règle montrant les relations de parenté qu’explique Isidore dans le livre IX des Etymologies10. La mappa mundi disposée dans un espace de sept lignes du corps du texte a pourtant été prévue lors de la copie, ce qui permet d’écarter l’idée d’une simple maladresse du copiste. C’est aussi la même main qui a copié cette partie du livre XIV et une légende qui commente la mappemonde juste avant le début du chapitre 3. Cette main aurait ainsi laissé la place nécessaire à la réalisation de la mappemonde avant de poursuivre sa copie avec la légende et la suite du livre XIV. Cette main ne semble néanmoins pas avoir écrit la nomenclature de la mappa mundi. Le décalage entre l’écriture en majuscule de « Asia » et le reste de la mappemonde pourrait indiquer que la mappemonde a été terminée en plusieurs étapes après la copie du texte11. Après la légende et le texte copiés par une première main, la première main ou une deuxième aurait inscrit le terme « Asia » avant qu’une troisième main trace la mappemonde et note le reste de la nomenclature. Dans un dernier temps, la mappemonde aurait été reprise par cette troisième main ou un autre correcteur pour faire le renvoi au « meotis ». Loup de Ferrière a lui-même copié une partie du manuscrit et lui a apporté des corrections, surtout dans la première partie12. Il serait alors tentant de faire de Loup l’auteur de la correction de la mappemonde, si ce n’est la réalisation de cette dernière. Mais l’attribution de la conception de mappemonde à la main de Loup de Ferrière reste très hypothétique. Les différents aspects formels pointés ici permettent toutefois d’émettre l’hypothèse que le concepteur de la mappemonde, que ce soit Loup lui-même ou des copistes travaillant dans son entourage, n’était pas très familier d’une figuration du monde habité avec le Marais Méotide et qu’il n’a pas eu accès à un modèle direct pour réaliser la mappemonde.

  • 13 Zofingen, Stadtbibliothek, Pa 32, f. 214v. Lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices. (...)
  • 14 La légende affirme « ecce sic diviserunt terram filii noe post diluvium » c’est-à-dire « voici comm (...)

4La première raison qui peut être avancée pour expliquer l’ignorance du concepteur relève d’un écart entre le texte d’Isidore et la mappemonde. Cette dernière n’a pas pu être composée seulement en transposant le chapitre deux des Etymologies qui expose la division du monde habité. En effet, le Marais Méotide n’est pas évoqué dans ce chapitre où Isidore donne les limites des parties du monde que sont les fleuves Tanaïs et Nil ainsi que la Mer Méditerranée. Isidore y fait référence au chapitre trois, afin de situer l’Asie et dans le chapitre quatre pour délimiter la Scythie, première région de l’Europe. Il est évident que le concepteur de la mappemonde a pu établir des liens entre ces différentes parties du texte. Mais en choisissant de figurer le Palus, il se détache des mappemondes antérieures. En dehors d’un manuscrit produit à Saint-Gall qui sera examiné dans la troisième partie13, aucune autre mappemonde associée aux manuscrits des Etymologies et datés de la première moitié du IXe siècle ne montre le Palus. Le Marais Méotide n’est pas le seul élément géographique ajouté sur la mappa mundi qui s’écarte du texte d’Isidore. Le copiste a aussi écrit le nom des fils de Noé : Sem, Japhet et Cham, sous chacune des parties du monde. La légende placée juste en dessous la mappemonde explique que la mappemonde expose la répartition des fils de Noé après le déluge14.

  • 15 Loup de Ferrière, Correspondance, Léon Levillain (éd.), Les classiques de l’histoire de la France d (...)
  • 16 Vaticano, Biblioteca apostolica Vaticana, Vat. Lat. 4929, f. 150v. Lien vers le manuscrit numérisé  (...)
  • 17 Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 6370, f. 89v. Lien vers le manuscrit numérisé : http (...)
  • 18 Patrick Gautier Dalché, op. cit., p. 714.

5D’après les connaissances géographiques et cartographiques que l’on peut reconstituer à partir de sa correspondance, de ses manuscrits et des travaux de ses élèves, il ne devait pas non plus être évident pour Loup de figurer les fils de Noé avec le Marais Méotide sur une mappemonde15. Loup a connaissances de la Chorographie de Pomponius Mela, auteur romain du Ier siècle, dont un des manuscrits est commenté en 860 et 862 par Remi d’Auxerre disciple de Heiric, lui-même, élève de Loup. Dans le livre 1 de cet ouvrage décrivant le monde habité, Pomponius Mela dispose le Marais Méotide à l’embouchure du Tanaïs selon un emplacement qui concorde avec la mappemonde16. Concernant la cartographie, un manuscrit de la première moitié du IXe siècle du Commentaire au Songe de Scipion de Macrobe rappelle l’attention particulière que porte Loup de Ferrière à la présence de mappemonde dans les manuscrits réalisés sous sa direction ou par lui-même17. Loup de Ferrière a effacé les dernières lignes du chapitre 9 du deuxième livre de Macrobe pour tracer une mappa montrant la disposition des zones terrestres habitées18. Cependant, l’assignation des Noachides à l’Asie, l’Europe et l’Afrique accompagnée du Marais Méotide, ne se distingue pas dans les productions écrites de Loup de Ferrière.

  • 19 Stéphane Lebreton, « Des représentations des Détroits », DHA Supplément, 15, 2016, p. 72-77.
  • 20 Isidore of Sevilla, De natura rerum, trad. Faith Wallis et Calvin B. Kendall, Liverpool, Liverpool (...)
  • 21 Martianus Capella, Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome VI, Livre VI : La Géométrie, 661, tr (...)
  • 22 Ibid., 626, p. 24-25. Pour une étude des commentaires voir Natalia Lozovsky, « The Earth Is Our Boo (...)
  • 23 , Dicuil, Liber de mensura orbis terrae, VII, 50, James J. Tierney (éd.), Dublin, The Dublin Instit (...)

6La présence du Marais Méotide et des fils de Noé sur les mappemondes semble issue de traditions textuelles et figurées bien distinctes qui prennent sources d’abord dans les œuvres antiques pour le premier et dans les œuvres chrétiennes pour les seconds. Au IVe siècle av. J-C dans ses Météores, Aristote situe le Marais Méotide dans la suite de l’Ethiopie et de la Scythie selon un axe nord-sud, qui comprend aussi chez Eratosthène les détroits du Pont-Euxin, de l’Hellespont, du Borysthène et le Nil19. Au Ier siècle av. J-C, Hygin opte pour cette limite géographique afin de séparer la partie européenne et la partie asiatique. Sa phrase mentionnant le Marais Méotide est même directement insérée dans une des versions circulant dès le VIIe siècle du Traité de la Nature où Isidore décrit la disposition du monde habité20. Dans Noces de Philologie et Mercure, Martianus Capella dépeint au VIe siècle le quatrième golfe de l’Europe qui s’étend du Bosphore au Marais Méotide21. Le sixième livre de cette œuvre consacrée à la géométrie place également le Marais comme un des confins de l’Europe et est commenté à partir des années 820 ou 830 dans les scriptoria de la vallée de la Loire22. Cet emploi est ensuite repris par les auteurs carolingiens comme Dicuil, qui donne la mesure du Marais Méotide en 825, ou comme l’auteur du De situ orbis, composé vers 856 par un écolâtre proche de Charles le Chauve, où le Marais sert de bornes hydrographiques tout comme le Nil et le Tanaïs23. Dans ces descriptions géographiques, le Marais Méotide se présente ainsi comme un référent spatial pour situer l’Asie, l’Europe et sa première région la Scythie, sans que soient mentionnés les fils de Noé et l’attribution à ceux-ci de certaines parties du monde.

  • 24 Gen. 9,19 et 10,32.
  • 25 « Au commencement du trente-troisième jubilé, ils répartirent la terre en trois lots, pour Sem, Cha (...)
  • 26 Oschema Klaus, Bilder von Europa im Mittelalter, Ostfildern, Thorbecke, 2013, p. 115–117, et 336–34 (...)
  • 27 Inglebert Hervé, Interpretatio christinana, les mutations des savoirs (cosmographie, géographie, et (...)
  • 28 Eucherii Lugdunensis opera, Pars I, Formulae spiritalis intellegentiae, Instructionum libri duo, I, (...)
  • 29 Seuls trois manuscrits avec des carrés tripartites datés du IXsiècle ont été conservés : un est o (...)
  • 30 Loup est un correspondant d’Hincmar à qui est destiné le manuscrit le manuscrit de Reims avec le di (...)
  • 31 Raban Maur, De universo, ed. PL 111. Col.0333C - Col.0334A.

7Si les fils de Noé et la division tripartite du monde apparaissent bien dans la Bible, les livre 9 et 10 de la Genèse ne mentionnent pas leur assignation à l’Asie, l’Europe pou l’Afrique24. C’est la tradition juive qui insiste dans le livre 8 des Jubilés sur la géographie de cette répartition, ainsi que sur la position du Marais Méotide25, ce que répètent l’historiographie juive, en particulier Flavius Josèphe, et les listes de peuples d’après Noé du Liber Generationis écrit par Hyppolyte de Rome au Ve siècle26. Dès le VIe siècle, la tradition scolaire a probablement permis de stabiliser l’association entre les fils de Noé et une partie du monde notamment au travers des jeux de questions et réponses nommés Joca monachorum, encore bien présente au IXe siècle dans les Questions et réponses d’Alcuin27. Une des œuvres les plus emblématiques de cet usage sont les dialogues fictifs d’Eucher, moine à Lérins et évêque de Lyon entre 435 et 449. Dans ces Instructiones, Eucher fait explicitement la correspondance entre chaque partie du monde, un point cardinal et un des fils de Noé28. Ces trois informations sont aussi disposées sur des diagrammes quadrangulaires divisés en trois et présents après 850 dans les manuscrits des Étymologies. Par leur forme quadrangulaire, ces diagrammes proposent une autre façon de figurer la distribution des Noachides dans le monde habité que les mappemondes29. La mappa mundi du manuscrit de Loup partage avec ces carrés tripartites la légende identifiant Sem, Cham et Japhet comme les fils de Noé, mais aucun manuscrit comportant un carré tripartite n’est recensé autour des scriptoria de la vallée de la Loire ou de Fulda dans la première moitié du IXe siècle30. Pour autant, Raban Maur, maître de Loup de Ferrière à Fulda, semble avoir hérité d’une partie de cette tradition figurée et textuelle. Dans le De Rerum naturis composée en 844, œuvre visant à aider la lecture des textes bibliques, Raban consacre un chapitre à la division du monde habité s’inspirant fortement des Etymologies. Sans mentionner le Palus, il met en avant plusieurs informations géographiques que n’évoque pas Isidore de Séville dans le livre XIV. Raban Maur présente la disposition des points cardinaux comme des angles du monde et signale aussi la diffusion des peuples dans l’œcoumène31. Le De Rerum naturis étant fortement lié à la pratique de l’enseignement, on peut supposer que le concept du lien entre les fils de Noé et les parties du monde circulait chez les élèves de Raban dont Loup faisait partie.

  • 32 Julie Richard Dalsace, « Concevoir l’espace à l’échelle du monde dans les manuscrits saint-gallois (...)

8La fabrication des mappae mundi montrant le Marais Méotide s’est opérée selon un choix parmi des conventions de représentations de l’œcoumène présentes dans les scriptoria et les écoles carolingiennes. La mappemonde à l’aspect presque brouillon du manuscrit de Loup de Ferrière commenté plus haut ne parait pas être l’indice d’un état embryonnaire de ces mappae mundi. Elle est plutôt le signe d’une circulation encore faible de mappemondes figurant le Marais Méotide avec les fils de Noé, dans la première moitié du IXe siècle à Fulda et dans la vallée de la Loire. Ces dernières sont adaptées d’un prototype dont l’origine antique bien que difficilement démontrable ne peut pas être exclue. Pour autant, la mappa mundi du manuscrit de Loup fixe une certaine conception du monde où le Marais Méotide est considéré comme la séparation hydrographique entre l’Asie et l’Europe et où les fils de Noé sont attachés à chacune des parties du monde habité. Elle met en lumière l’habitation du monde après le déluge en offrant un cadre temporel précis à la description. Le deuxième âge du monde sert alors de référence au livre XIV où la mappemonde se dresse après le deuxième chapitre32. La mappemonde effectue ainsi une réinterprétation de la description d’Isidore et des traditions géographiques, qu’elle simplifie et fige par la figuration.

  • 33 Magali Coumert, Origines des peuples : les récits du Haut Moyen Âge occidental (550 - 850), Paris, (...)
  • 34 Voir aussi les chroniques comme les Histoires de Richer composées entre 991 et 998 au monastère de (...)

9En dessinant le Marais Méotide, la mappemonde établit aussi un rapport avec l’histoire des origines des peuples. Le Palus est un lieu clef pour les récits des origines des Alains, des Goths, des Vandales ou des origines troyennes des Francs33. Porte d’entrée des Francs dans la partie européenne, il fonctionne comme un « faiseur de peuple » dans le Liber Historiae Francorum daté de 737 et enferme les peuples barbares dans l’éloge funèbre d’Eric de Frioul écrit par Paulin d’Aquilée en 79934. Il parait alors nécessaire de se demander dans quels contextes se sont effectuées ces relectures du De Terra d’Isidore et avec qui elles sont partagées. Si ces mappae mundi sont répétées et transmises entre le milieu du IXe et le XIIsiècle, est-il possible alors de considérer qu’elles forment un stéréotype au sens de représentations figurées collectives et figées ? Situer le manuscrit de Loup par les autres mappemondes comportant le Marais Méotide et les fils de Noé permettra d’approfondir ce questionnement. Il sera alors aussi possible de saisir en partie la circulation et les transformations que connaissent les cartes dites Y-O entre le IXe et le XIIe siècle et peut-être d’identifier le contexte de production du prototype à partir des manuscrits les plus anciens.

Transmission et circulation des cartes Y-O : du stéréotype au modèle

  • 35 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 167, f. 276r ; El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P. I.7, f (...)
  • 36 Il ne s’agit pas ici de construire un stemma de mappemondes à l’aide d’une méthode philologique.
  • 37 Voir la Figure 2.

10Mis à part le manuscrit de Leyde, les fils de Noé et le Marais Méotide sont réunis au IXe siècle au sein de sept manuscrits des Etymologies35. Les mappemondes n’y sont pas toutes identiques. Elles peuvent être distinguées selon leurs toponymes et les façons dont ils sont représentés36. La dénomination de l’océan, la disposition des points cardinaux et la séparation des différents éléments de l’hydrographie permettent de dégager quatre groupes de mappemondes, dont le premier groupe comporte la mappa mundi du manuscrit de Loup37.

Figure 2 : Tableau montrant les critères de distinction des groupes

Groupe 1

Groupe 2

Groupe 3

Groupe 4

Mappa mundi la plus ancienne connue

Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132r

(v. 830-840)

St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r

(v. 850-875)

St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p. 139

(v. 875-925)

Madrid, Biblioteca de la real accadémia de la historia, 25, f. 208v

(946)

Dénomination du Marais Méotide

Meotis Palus

Meotides Paludes

Meotides Paludes

Meotis Palus

Dénomination de l’anneau océanique

 Oceanus

Oceanum mare

Absent

Oceanus et oceanum mare

Dénomination des fleuves

Sans fluvius

Avec fluvius

Avec fluvius

Sans fluvius

Mer rouge

Absente

Absente

Absente

Présente

Séparation des fleuves et de la mer

Présente

Absente

Absente

Présente

Points cardinaux

Tournés vers l’intérieur

Disposés à l’horizontal

Absents

Tournés vers l’intérieur

La mention de la légende

Une mention

Une mention

Sans

Sans

Occurrences au IXe

3

3

2

0

Occurrences au Xe

1

0

2

4

Occurrences au XIe

0

3

0

1

Occurrences au XIIe

4

4

0

0

  • 38 Voir la Figure 3.

11Les mappae mundi du groupe 2 sont distinctes de la mappa mundi de celles du groupe 1 par une appellation du Marais Méotide au pluriel, la désignation du l’océan par le terme « mare oceanum », l’ajout du terme « fluvius » aux noms des fleuves, la disposition des points cardinaux placés à l’horizontale et l’absence de séparation entre les fleuves et la mer Méditerranée38.

Figure 3 : St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r, Saint-Gall, IXe (Groupe 2)

Figure 3 : St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r, Saint-Gall, IXe (Groupe 2)
  • 39 Voir la Figure 4.

12Les mappemondes des groupes 3 et 4 montrent chacune une ou plusieurs informations supplémentaires. Au sein du groupe 3, un demi-cercle se dresse sous la partie occidentale de l’océan39.

Figure 4 : St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p. 139 et p. 138, Saint-Gall, IXe-Xe (Groupe 3)

Figure 4 : St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p. 139 et p. 138, Saint-Gall, IXe-Xe (Groupe 3)
  • 40 Voir la Figure 5.

13Les mappae mundi du 4e groupes figurent la mer Rouge ou énumèrent en surcroît les provinces, les îles et les chaînes de montagnes40.

Figure 5 : El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-2, f. 17v, San Martín de Albelda, Xe (Groupe 4)

Figure 5 : El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-2, f. 17v, San Martín de Albelda, Xe (Groupe 4)
  • 41 Voir la Figure 6.

14Au IXe siècle, les trois premiers groupes sont dispersés entre deux pôles distincts. Quatre manuscrits avec des mappemondes des groupes 2 et 3 sont composés autour de l’abbaye de Saint-Gall. Les quatre autres mappae mundi relèvent du groupe 1 et ont une répartition plus éclatée allant du Nord de l’Espagne à l’abbaye de Fulda en passant par Tours41.

Figure 6 : Carte de la répartition des mappemondes avec le Marais Méotide (IXe-XIIe siècle)

Figure 6 : Carte de la répartition des mappemondes avec le Marais Méotide (IXe-XIIe siècle)
  • 42 La question de l’origine antique des mappemondes a déjà été développée par Patrick Gautier Dalché, (...)

15La présence de mappemondes partageant des références communes à un même moment peut laisser supposer l’existence d’un prototype plus ancien que la mappemonde du manuscrit de Loup et qui aurait circulé entre la péninsule Ibérique, la vallée de la Loire et l’Alémanie42. Se tourner vers les scriptoria du Nord de l’Espagne, une des premières étapes de la diffusion des Etymologies, paraît d’abord nécessaire pour saisir les modalités de transmission de ce prototype dessinant le Marais Méotide associés aux fils de Noé.

  • 43 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P- I-7, f. 222v. Ce manuscrit appartient à la famille (...)
  • 44 AS 66 et ME396 ; Anne Grondeux and Franck Cinato (éd.), Liber Glossarum Digital, Paris, 2016 (http: (...)
  • 45 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, R-II-18, f. 25r, lien vers le manuscrit numérisé : htt (...)
  • 46 Madrid, Biblioteca Nacional, Vitr. 14,3, f. 117v, lien vers le manuscrit numérisé : http://bdh.bne. (...)
  • 47 Madrid, Archivo Histórico Nacional, 1097B (olim 1240), f. 1v ; Gérone, Museu de la catedral 7[10], (...)
  • 48 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, T-II-24, f. 175r, lien vers le manuscrit numérisé : ht (...)

16Témoin de la rédaction espagnole des Etymologies, le manuscrit P-I-7 conservé à l’Escurial a été copié au début du IXe en Castille selon Jose Carracedo Fraga43. Ce manuscrit est très proche du modèle ayant servi à la conception du Liber glossarum, un glossaire encyclopédique, qui se répand dans l’Europe carolingienne dès la fin du VIIIe siècle. Le Liber Glossarum possède une entrée à propos de l’Asie qui mentionne le Marais Méotide d’après Isidore44. Toutefois, il n’y est pas directement établi de rapport entre les Noachides et les parties du monde. Les fils de Noé sont pourtant bien présents dans les représentations de l’orbis terrarum du Nord de l’Espagne dès le IXe siècle. Dans un des plus anciens manuscrits isidoriens associant le De Natura rerum et une partie du livre XIV des Etymologies, les Noachides ont été ajoutés par un lecteur postérieur, à l’extérieur du cercle de la mappemonde45. Des indications écrites en arabe ont aussi pu être rajoutées après le dessin de la mappemonde, probablement entre le Xe et le XIIe siècle dans un manuscrit daté du IXe46. Les Noachides se rencontrent aussi dans les mappemondes tripartites placées au Xe siècle, à la suite de la table de la généalogie de Sem, dans les premiers feuillets des manuscrits de Beatus de Liébana, mais sans le Marais Méotide47. Mais, le Palus est bien présent dans le manuscrit T-II-24 daté du milieu du Xe qui présente par ailleurs le nom des fils de Noé inscrits en arabe48. Il est ainsi possible de considérer que la mention des Noachides sur les mappemondes est banale en Espagne dès le IXe siècle et qu’un ou plusieurs manuscrits qui n’ont pas été conservés possédaient des mappae mundi associant le Marais et les fils de Noé dans les scriptoria du nord de l’Espagne avant leur diffusion en Germanie.

  • 49 Magali Coumert, op. cit., p. 103-124 et p. 141. Les Goths sont rattachés plus spécifiquement à Mago (...)
  • 50 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P-I-7, f. 1v voir Gonzalo Menéndez Pidal, Varia mediev (...)
  • 51 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-2, f. 17v, lien vers le manuscrit numérisé : https (...)
  • 52 Hélène Sirantoine, Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de León (IXe-XIIe(...)
  • 53 Un usage politique des mappemondes du XIe siècle appartenant au groupe 4 ainsi que leur lien avec l (...)

17Si l’existence de mappae mundi avec les fils de Noé et le Marais Méotide est attestée en Espagne aux IXe-Xe siècles, le sens de cette addition à la description isidorienne et son contexte précis restent difficiles à déterminer. Outre la fonction du Marais comme limite de référence entre l’Asie et l’Europe, il serait possible d’insister sur le rôle du Palus dans la répartition et l’origine des Goths. Au sein de ses deux versions de l’Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, Isidore de Séville place l’origine des Goths en Scythie située grâce au Marais Méotide dans les Etymologies49. La transmission du manuscrit P-I-7 pourrait également contribuer à la construction de cette ethnogenèse spatialisée. Gonzalo Menéndez Pidal estime que la note inscrite dans le labyrinthe tracé au premier folio de ce manuscrit renvoie à Alfonse III, roi des Asturies de 866 à 910, qui aurait été l’un des possesseurs du manuscrit50. Son règne est marqué par une idéologie néogothique où la référence aux Goths est mise au service de la construction de la légitimité monarchique qui s’appuie sur une continuité historique avec les Wisigoths. Cette corrélation se rencontre aussi dans un manuscrit qui rassemble la Collectio canonica hispana, le Liber Judicum, et la Chronique d’Albelda. Il contient un passage du De terra auquel est jointe une mappa mundi avec le Marais Méotide. Ce manuscrit a été rédigé entre 974 et 976 dans le monastère d’Albelda51. Hélène Sirantoine a montré que ce manuscrit réalisé sous le règne de Sanche II Garcès (970-994) permettait d’inscrire le royaume de Pampelune à la suite du royaume asturien dans le prolongement du royaume wisigothique52. La présence figurée du Marais Méotide, étape de la migration des Goths vers l’Espagne, pourrait participer à ce rattachement mythologique du royaume à l’histoire des Goths53.

  • 54 Paris, Bibliothèque nationale, Nal 2169, f. 264v, lien vers la mappemonde numérisée : http://visual (...)
  • 55 Lisboa, Biblioteca nacional, 446, p. 279, lien vers le manuscrit numérisé : https://purl.pt/26138 ; (...)
  • 56 Isabelle Heullant-Donat et Daniel Russo, « Introduction », dans Apprendre, produire, se conduire. L (...)
  • 57 Emmanuelle Vagnon, « Une géographie pour l’école ? Invention d’un savoir scolaire dans l’Occident l (...)
  • 58 St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r, Saint-Gall, IXe (Groupe 2) voir Figure 2.

18Les mappemondes espagnoles des Etymologies à la fin du XIe et au XIIe siècle conservent des traits caractéristiques de cette figuration du monde avec notamment un manuscrit de Silos daté de 1072 qui ne retient que les fils de Noé54. Elle a encore un succès visible au XIIe siècle à travers la conservation de trois manuscrits dont la répartition est éclatée : l’un est produit dans le monastère cistercien d’Alcobaça et les deux autres en Italie et dans l’abbaye prémontrée de Belval en 117055. Malgré cette présence répétée du IXe au XIIe siècle, est-il encore envisageable de regarder ces mappae mundi comme des stéréotypes médiévaux ? Si la mappemonde de Loup de Ferrière joue avec les mêmes conventions que celles des manuscrits espagnols, certains choix de figuration diffèrent et soulignent la réinterprétation locale du prototype initial. Le concept de modèle parait alors préférable à celui de stéréotype pour comprendre cette pratique56. Cette qualification permet de mettre en avant l’emploi de ces mappae mundi comme outil explicatif et mnémotechnique57. Le concept de modèle renvoie à l’acte même de copie d’un manuscrit d’après un ou plusieurs autres, tout en insistant sur le remaniement des connaissances géographiques partagées selon les besoins et les attentes du concepteur. La légende évoquant les fils de Noé présente dans le manuscrit de Loup de Ferrière et absente des mappemondes des manuscrits espagnols est un bon exemple de recomposition du modèle. Elle n’est transcrite que sur un autre manuscrit du IXsiècle réalisé dans une abbaye qui entretient des liens avec celle de Fulda : l’abbaye de Saint-Gall, un autre nœud bien identifiable de reconception de la figuration du monde où le Marais se tient à la limite de l’Asie et de l’Europe58.

La recomposition du modèle à Saint-Gall

  • 59 Evina Steinova, « Two Carolingian Redactions of the Etymologiae from St. Gallen », Mittellateinisch (...)
  • 60 Zofingen, Stadtbibliothek, Pa 32, f. 214v.
  • 61 St. Gallen, Stiftsbibliothek, MS 232, p. 108, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codic (...)

19Le manuscrit des Etymologies de Loup de Ferrière est contemporain d’un important travail d’édition de l’œuvre d’Isidore à Saint-Gall, un des lieux où est conservé le plus grand nombre de manuscrits des Etymologies. A partir de l’étude des signes d’écriture, Evina Steinova a démontré que cette activité éditoriale s’est déployée à travers deux versions parallèles qu’élaborent un cercle de moines probablement lié à Hartmut, responsable de la copie des livres sous l’abbé Grimald à partir de 84059. Le manuscrit Pa 32 conservé aujourd’hui à Zofingue est le témoin de la première rédaction saint-galloise des Etymologies qui débute au plus tard au début des années 87060. Elle se traduit par l’insertion du De Natura rerum dans le livre III des Etymologies et une mappemonde avec le Palus appartenant au groupe 2, proche de celle du manuscrit 236 originaire aussi à Saint-Gall. Produits dans les années 880, les manuscrits 231-232 conservés à Saint-Gall forment une variante de luxe, témoin de la deuxième rédaction. Un espace blanc a été laissé là où est tracée la mappemonde dans l’autre édition61.

  • 62 Brigitte English, « Die St. Galler Kartentradition des frühen Mittelalters », Helvetia archaeologic (...)
  • 63 Evina Steinova, op. cit., p. 322-323 et p. 332.

20Les conventions de ces mappae mundi, classées dans le groupe 2, ont été transformées dans ce contexte éditorial. Cette tradition cartographique que Brigitte English a qualifiée de « saint-galloise » s’appuie en réalité sur un modèle proche des mappemondes des manuscrits espagnols62. Les copistes de Saint-Gall sont probablement entrés en contact avec ces mappemondes par l’intermédiaire de l’abbaye de Fulda au temps de Raban Maur, dont Hartmut a aussi été l’élève, ce le montre plusieurs indices. Tout d’abord, le manuscrit de Loup de Ferrière avec le Marais Méotide est antérieur aux rédactions saint-galloises. Il présente aussi la même légende mentionnant les Noachides que celle de la mappemonde du manuscrit 236. La mappa du manuscrit Saint-Gall 236 offre un lien supplémentaire avec Raban Maur. En effet, ce manuscrit qui contient la seconde partie des Etymologies a été copié à Saint-Gall après 850 pour compléter les dix premiers livres réalisés à Mayence dont Raban Maur est l’archevêque à partir 84763. Une mappa comportant les fils de Noé et le Marais Méotide a pu ainsi circuler entre Fulda et Saint-Gall puis être transformée et copiée dans le manuscrit Saint-Gall 236. En piochant dans ces références, le concepteur de la mappa du manuscrit de Zofingen n’aurait pas retenu une légende redondante à un moment où la place des fils de Noé sur la mappa mundi était déjà explicite par l’image elle-même.

  • 64 St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 237, p. 1 et p. 219.
  • 65 Cette mappemonde est placée en face d’une autre mappa mundi tripartite dont les caractéristiques se (...)
  • 66 St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 2, p. 553-557, lien vers le manuscript numérisé : https://www.e (...)
  • 67 St. Gallen, Stiftsbibliothek, 621, p. 35, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.u (...)
  • 68 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 263, p. 182 ; Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 321, p. 3, lien vers le m (...)

21La place du Marais Méotide comme séparation significative entre l’Asie et l’Europe fait sens dans le contexte saint-gallois de la seconde moitié du IXe siècle. Le Palus est en effet esquissé sur un folio qui fait figure de page d’exercice et qui a été rajouté à un manuscrit des Etymologies comportant lui aussi une mappemonde64. Il se loge aussi entre l’Europe et l’Asie dans le manuscrit 459 de Saint-Gall, copié à la fin du IXe siècle65. Cette mappemonde affichant une représentation du paradis relève du troisième groupe que j’ai pu établir. Le nom du fleuve Tanaïs n’a pas été transcrit sur cette mappa mundi faisant du Marais Méotide le seul repère délimitant l’Europe et l’Asie. Ces parties du monde concentrent l’attention du concepteur car les premières lignes de la description isidorienne de l’Asie sont inscrites dans la partie asiatique. Elles précèdent une compilation sous forme de liste du chapitre 3 et 4 sur l’Europe du livre XIV au verso de la mappemonde dont ont été supprimées les renvois aux confronts comme le Marais Méotide. L’intérêt pour la description de l’Asie est aussi perceptible dans la tradition textuelle saint-galloise, dès le VIIIe siècle. Dans deux de ses manuscrits comprenant une Bible et un glossaire étymologique, le scribe Winithar a copié le poème Versus de Asia et de universi rota, comportant une description versifiée de l’Asie66. Dans un manuscrit d’Orose copié à Saint-Gall avant 883, une main à l’encre noire a ajouté la mention du Marais Méotide pour préciser l’extension de la mer Méditerranée indiquant que cette limite fait encore sens à la fin du IXsiècle67. La mappemonde du manuscrit 459 a ensuite pu servir de modèle pour les mappae mundi de deux manuscrits réalisés au Xe dans l’abbaye d’Einsiedeln située à une centaine de kilomètre de celle de Saint-Gall68. Ces mappae mundi montrent le partage des connaissances sur le monde habité par une élite monastique dont les membres comme Hartmut s’inscrivent dans un réseau qui connecte l’abbaye de Saint-Gall à celles de Fulda et d’Einsiedeln.

  • 69 Evina Steinova, op. cit., p.  343-345.
  • 70 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 167, f. 276r.
  • 71 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Guelf. 2 Weiss, f. 154r, lien vers le manuscrit numérisé : (...)
  • 72 St. Gallen, Stiftsbibliothek, 621, p. 41 et p.  315 ; Natalia Lozovsky, « The uses of classical his (...)
  • 73 Isidore de Séville, Étymologies, IX, II, 66. Sur la construction du rapport entre les Huns et les H (...)

22Alors que ce manuscrit n’était probablement pas pensé pour servir ensuite de modèle, le Zofingen Pa 32 et sa mappemonde font sens pour la communauté saint-galloise car ce sont eux et non la version de luxe qui sont fortement copiés dans la vallée du Rhin entre la fin du IXe et le XIe siècle69. Le manuscrit sert en effet de référence pour la copie de manuscrits pour la fondation de l’abbaye d’Einsiedeln à la fin du IXe siècle. Il pouvait peut-être plus facilement répondre au besoin d’une nouvelle bibliothèque grâce à la présence du Traité de la Nature dans un seul volume70. La mappemonde se rencontre est aussi imitée à Wissembourg dont les scribes comme Otfrid, qui a aussi étudié à Fulda, sont fortement liés à Saint-Gall dans la seconde moitié du IXe siècle71. La transmission de ces codes peut aussi s’expliquer par le questionnement autour de l’arrivée de nouveaux peuples de l’est en Alémanie au tournant du Xe siècle, étroitement liée à la mémoire de l’abbaye de Saint-Gall. Natalia Lozovsky a repéré dans les notes interlinéaires du manuscrit d’Orose plusieurs références aux Hongrois qui mettent à sac l’abbaye de Saint-Gall en 92672. Une main très similaire à celle qui a évoqué le Palus précise que les Hongrois vivent en Pannonie. Dans une glose plus tardive, le chroniqueur saint-gallois Ekkehard IV critique la confusion des Hongrois avec les Sarrasins faite par certains moines du monastère. Les Hongrois ont pu être assimilés aux Huns qu’Isidore de Séville place dans le livre 9 comme les premiers habitants du Marais Méotide73. La limite entre l’Asie et l’Europe, le Palus fait sens en permettant de situer spatialement les Hongrois parmi les nations issues de Noé.

Conclusion

  • 74 Par exemple, Sandra Sáenz-López Pérez qualifie la mappemonde de « Y-O » pour la distinguer d’un dia (...)
  • 75 « T and O map », Wikipedia, 18 octobre 2021 consulté le 15/03/2022.

23En parlant de carte Y-O, David Woodward construit un stéréotype historiographique qui peut être un outil de recherches. Cette catégorisation associant une mappa mundi à un type permet d’avoir un premier aperçu des productions cartographiques médiévales. Mais une partie de l’historiographie les emploie encore à tort74. La classification de la cartographie du haut Moyen Âge s’étend aussi à un public plus large à travers des notices encyclopédiques qui poussent à considérer les cartes médiévales selon l’identité présumée de leur auteur. L’article de Wikipédia anglophone sur les cartes en T-O s’en fait bien l’écho en parlant de carte isidorienne, là où la version française, traduisant la version allemande, fait d’Isidore le premier descripteur de ces cartes75. Si le stéréotype existe aujourd’hui, les copistes du haut Moyen Âge ont-ils pour autant fabriqué un stéréotype cartographique en concevant ce que David Woodward nomme carte Y-O ?

  • 76 Evina Steinova, op. cit., p. 345-347.

24Cette typologie anachronique parait trop réductrice pour saisir l’inventivité de la cartographie médiévale. Les mappemondes sont bien mises en relations, dans les manuscrits, avec l’œuvre d’Isidore de Séville, mais il n’en est pas l’auteur. Elles sont ajoutées par des utilisateurs postérieurs à Isidore qui effectuent un choix parmi des conventions cartographiques et proposent leurs propres conceptions du monde habité. Dans le cas de ces mappemondes, il s’agit de répondre à des problématiques spatiales du IXe siècle qui se réactualisent ensuite pour être transmises, en l’occurrence afin de faire du Marais Méotide la limite à franchir pour passer de l’Asie à l’Europe, tout en figurant spatialement l’origine des peuples. La circulation de ces conventions partagées ne peut ainsi s’opérer que par des variations qui permettent de pointer les liens entre les centres de productions du savoir géographique sur le monde habité du haut Moyen Âge. Le manuscrit 74 de Leyde est un bon indicateur de la circulation et de la recomposition non pas d’un stéréotype mais d’un modèle de représentation de l’orbis terrarum. Il souligne que les concepteurs œuvrant à Fulda, Tours, Saint-Gall et dans les scriptoria espagnols partagent au IXe siècle une façon proche de représenter le monde habité mais avec leurs propres variations. Les conventions peuvent être ensuite fortement réadaptées comme c’est le cas dans la Rioja du Xe ou plutôt conservées pour la production saint-galloise. Le manuscrit Zofingen Pa 32 et sa mappemonde connaissent un succès dans deux monastères cisterciens de la vallée du Rhin au XIIe siècle, puis sont encore copiés en 1496 dans l’Ouest de l’Allemagne76.

Haut de page

Bibliographie

Liste des manuscrits

Charleville Mézières, Bibliothèque municipale, 264, f. 116v, Abbaye de Notre de Dame de Belval, XIIe (Groupe 1).

Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 167, f. 276 r, Saint-Gall puis Einsiedeln, IXe (Groupe 2). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0092.

Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 263, p. 182, Einsiedeln, Xe (Groupe 3). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0500.

Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 321, p. 3, Lac de Constance, Xe (Groupe 3). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0093.

El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, &-I-3, f. 177v, Castille, XIe (Groupe 4).

El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-1, f. 14v, San Millán de la Cogolla, Xe (Groupe 4). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0096.

El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-2, f. 17v, San Martín de Albelda, Xe (Groupe 4). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0097.

El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P-I-7, Nord de l’Espagne, f. 222v, IXe (Groupe 1). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0101.

El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, T-II-24, f. 175 r, Sud de l’Espagne, IXe (Groupe 1). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0104.

Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132 r, Vallée de la Loire et Fulda, IXe (Groupe 1). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0146.

Leiden. Universiteitsbibliotheek, Per F 2, f. 127 r, Ouest de l’Allemagne, XIIe (Groupe 2).

Lisboa, Biblioteca nacional, 446, p. 279, Alcobaça, XIIe (Groupe 1).

London, British Library, Harley 2660, f. 123v, Ouest Allemagne, XIIe (Groupe 2).

Madrid, Biblioteca de la Real Academia Española, 20, f. 135v, Inconnue, XIIe (Groupe 2).

Madrid, Biblioteca de la real accadémia de la historia, 25, f. 208v, San Millán de la Cogolla, Xe (Groupe 4). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0179.

Madrid, Biblioteca de la real accadémia de la historia, 76, f. 108r, Cardeña, Xe (Groupe 4). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0180.

Madrid, Biblioteca nacional, 10008, f. 166v, Castille, XIe (Groupe 1).

New York, Columbia University Library, Plimpton College, 125, f. 116r, Italie, XIIe-XIIIe (Groupe 1).

Paris, Bibliothèque nationale, Nal 2169, f. 264v, Silos, XIe (Groupe 1).

St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89 r, Saint-Gall, IXe (Groupe 2). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0342.

St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 237, f. 1 r, Saint-Gall, IXe (Groupe 3). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0343.

St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p. 139 et p. 138, Saint-Gall, IXe-Xe (Groupe 3). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0347.

Tours, Bibliothèque municipale, 844, f. 110, Tours, IXe (Groupe 1). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0368.

Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg.lat.630, f. 23r, Inconnue, XIIe (Groupe 1).

Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Guelf. 2 Weiss, f. 154r, Wissembourg, XIe (Groupe 2).

Zofingen, Stadtbibliothek, Pa 32, f. 214v, Saint-Gall, IXe (Groupe 2). Lien vers Innovating Knowledge : https://db.innovatingknowledge.nl/ - detail/M0438.

Haut de page

Notes

1 L’expression T-O est explicitée au XVe siècle par Leonardo di Stagio Dati dans son œuvre la Sfera qui affirme que la figure montre « un T à l’intérieur d’un O car la terre est divisée en trois parties », voir David Woodward, « Medieval Mappaemundi », dans John B. Harley et David Woodward (éd.), The History of cartography, vol. 1, Cartography. Prehistoric, Ancient, and Medieval Europe, and the Mediterranean, Chicago, University Press of Chicago, 1987, note 83 p. 301.

2 Pour une synthèse des différentes typologies voir David Woodward, op. cit., p. 295 et Patrick Gautier Dalché, « Mappae mundi antérieures au XIIIe siècle dans les manuscrits de la Bibliothèque nationale de France », Scriptorium, 52, 1998, p. 102-110.

3 David Woodward, op. cit., p. 345-346.

4 Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132r (Figure 1). La première partie du manuscrit (f. 1-106v) a été réalisée dans la région de la Loire, voir Karel Ad. De Meyier, Codices Vossiani latini. Pars I, Codices in folio, Leiden, Universitaire Pers, 1973, p. 153-155.

5 Les deux chapitres sont le De Orbe et le De Asia. Pour une étude de la géographie isidorienne voir Andy Merrils, « Geography and memory in Isidore’s Etymologies », dans K. D. Lilley (éd.), Mapping Medieval Geographies. Geographical Encounters in the Latin West and Beyond, 300-1600, Cambridge, 2013, p. 45-64.

6 Patrick Gautier Dalché, « De la glose à la contemplation. Place et fonction de la carte dans les manuscrits du haut Moyen Âge », dans Testo e immagine nell’alto medioevo, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XLI, 2, Spolète, 1994, p. 700-704.

7 Patrick Gautier Dalché, Ibid., p. 708.

8 Les mappae mundi comportant le Marais Méotide représentent environ 20 % du corpus de mappemondes antérieures au XIIIe siècle et associées aux Etymologies d’Isidore de Séville que j’ai pu répertorier à ce jour. Ma réflexion se place ici dans la continuité de l’étude d’Alfred Hiatt sur les mappemondes accompagnant le Commentaire au Songe de Scipion de Macrobe. Alfred Hiatt y interroge d’une certaine façon les liens entre la cartographie médiévale et les stéréotypes en montrant la conception d’un « standard » des mappemondes au Xe-XIe siècle qui se traduit par la récurrence d’un ensemble de toponymes, voir Alfred Hiatt, « The map of Macrobius before 1100 », Imago mundi, 59, 2007, p. 149-176.

9 Ce travail de mise en série de mappemondes s’est appuyé sur la base de données Innovating Knowledge créée par Evina Steinova en 2021 recense l’ensemble des manuscrits des Etymologies antérieurs au XIe siècle. Voir les références des différents manuscrits dans la liste présentée à la fin de l’article.

10 Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 97r, lien vers le manuscrit numérisé : https://primarysources.brillonline.com/browse/vossiani-latini/vlf-074-isidorus-hispalensis. Cette figure appartient à la première partie des Etymologies qui a été réalisée avant le voyage de Loup de Ferrière et par un autre copiste.

11 On notera également le débordement du « n » d’« occidens » sur le « d » de « diviserunt » à la ligne suivante ainsi que celui du cercle représentant l’océan sur le « l » de « filii ».

12 Karel Ad. De Meyier, op. cit., p. 153-155.

13 Zofingen, Stadtbibliothek, Pa 32, f. 214v. Lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/zos/pa0032.

14 La légende affirme « ecce sic diviserunt terram filii noe post diluvium » c’est-à-dire « voici comment les fils de Noé divisèrent la Terre après le Déluge ».

15 Loup de Ferrière, Correspondance, Léon Levillain (éd.), Les classiques de l’histoire de la France du Moyen Âge, Paris, 1964 ; Élisabeth Pellegrin, « Les manuscrits de Loup de Ferrière : à propos du ms. Orléans 162 (139) corrigé de sa main », Bibliothèque de l’École des chartes, 115, 1957, p. 5–31.

16 Vaticano, Biblioteca apostolica Vaticana, Vat. Lat. 4929, f. 150v. Lien vers le manuscrit numérisé : https://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.lat.4929. Voir Patrick Gautier Dalché, « La géographie descriptive à Saint-Germain d’Auxerre (milieu IXe-début Xe siècle) », dans Christian Sapin (dir.), Saint-Germain d’Auxerre. Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne, IXe-XIe siècles, Auxerre, 1990, p. 270-276. Pour une étude de la tradition médiévale de l’œuvre voir Catherine M. Gormley, Mary A. Rouse, Richard H. Rouse, « The medieval circulation of the De chorographia of Pomponius Mela », Mediaeval Studies, 546, 1984, p. 266-320.

17 Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 6370, f. 89v. Lien vers le manuscrit numérisé : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc34030m. Macrobe a écrit son œuvre au Ve siècle. Pour une étude des mappemondes associées à son œuvre voir Alfred Hiatt, « The map of Macrobius before 1100 », op. cit., p. 149-176.

18 Patrick Gautier Dalché, op. cit., p. 714.

19 Stéphane Lebreton, « Des représentations des Détroits », DHA Supplément, 15, 2016, p. 72-77.

20 Isidore of Sevilla, De natura rerum, trad. Faith Wallis et Calvin B. Kendall, Liverpool, Liverpool University Press, 2016, p. 42-45.

21 Martianus Capella, Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome VI, Livre VI : La Géométrie, 661, trad. Barbara Ferré, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 42-43.

22 Ibid., 626, p. 24-25. Pour une étude des commentaires voir Natalia Lozovsky, « The Earth Is Our Book ». Geographical Knowledge in the Latin West ca. 400-1000, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2000, p. 113-138 et Mariken Teeuwen, Sinéad O'Sullivan (éd.), Carolingian Scholarship and Martianus Capella. Ninth-Century Commentary Traditions on 'De nuptiis' in Context, Turhnout, Brepols, 2012.

23 , Dicuil, Liber de mensura orbis terrae, VII, 50, James J. Tierney (éd.), Dublin, The Dublin Institute for Advanced Studies, 1967, p. 70-71 ; Anonymus Leidensis, De situ orbis libri duo, I, 8, 23, Riccardo Quadri (éd.), Padoue, Antenore, 1974, p. 20.

24 Gen. 9,19 et 10,32.

25 « Au commencement du trente-troisième jubilé, ils répartirent la terre en trois lots, pour Sem, Cham et Japhet, respectivement », Jubilés, VIII, 10, dans La Bible. Ecrits intertestamentaires, André Dupont-Sommer et Marc Philonenko (dir.), Paris, La Pléiade, 1987, p. 675. Les livres VIII et IX décrivent les différents espaces inclus dans ces lots et la répartition des peuples dans chacun des territoires.

26 Oschema Klaus, Bilder von Europa im Mittelalter, Ostfildern, Thorbecke, 2013, p. 115–117, et 336–344.

27 Inglebert Hervé, Interpretatio christinana, les mutations des savoirs (cosmographie, géographie, ethnographie, histoire) dans l’antiquité chrétienne 30-630 après J.-C, Paris, Institut des Etudes Augustiennes, 2001, p.  109-192.

28 Eucherii Lugdunensis opera, Pars I, Formulae spiritalis intellegentiae, Instructionum libri duo, I, XVIII, Carmela Mandolfo (éd.), Turnhout, Brepols, 2004, p. 87.

29 Seuls trois manuscrits avec des carrés tripartites datés du IXsiècle ont été conservés : un est originaire de Saint Wandrille et deux de Reims (Paris, Bibliothèque nationale, Latin 10293, f. 139r, lien vers la mappemonde numérisée : http://classes.bnf.fr/idrisi/grand/7_01.htm ; Reims, Bibliothèque municipale, 425, f. 137v, lien vers le manuscrit numérisé : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8449010b ; Rouen, Bibliothèque municipale, 524, f. 74v, lien vers le manuscrit numérisé : https://bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?reproductionId=14939). Une autre a été ajoutée sur un manuscrit copié autour de 700 (Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 9427, f. 156v, lien vers le manuscrit numérisé : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516388/f322.item).

30 Loup est un correspondant d’Hincmar à qui est destiné le manuscrit le manuscrit de Reims avec le diagramme tripartite et sa légende.

31 Raban Maur, De universo, ed. PL 111. Col.0333C - Col.0334A.

32 Julie Richard Dalsace, « Concevoir l’espace à l’échelle du monde dans les manuscrits saint-gallois des Étymologies » dans Emmanuelle Vagnon, Sandrine Victor (éd.), La Mappa mundi d’Albi. Culture géographique et représentation du monde au haut Moyen Âge, Paris, Edition de la Sorbonne, 2022, p. 211-230.

33 Magali Coumert, Origines des peuples : les récits du Haut Moyen Âge occidental (550 - 850), Paris, Institut d’Etudes Augustiniennes, 2007, p. 509-510.

34 Voir aussi les chroniques comme les Histoires de Richer composées entre 991 et 998 au monastère de Saint Remi de Reims. Richer donne les limites de l’Asie en ces termes : « Quarum prior, a septentrione per orientis regionem usque in austrum, extrinsecus oceano disterminata, interius a Ripheis montibus usque ad terrae umbilicum, Thanai, Meothide, Mediterraneoque ab Europa distinguitur », Richer de Reims, Histories. Volume 1. Book 1-2, I,I, Justin Lake (éd.), Cambridge, Harvard University Press, p. 8.

35 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 167, f. 276r ; El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P. I.7, f. 222v, lien vers le manuscript numérisé : https://rbdigital.realbiblioteca.es/s/rbme/item/14048 - ?c=&m=&s=&cv=&xywh=-1483,-130,4618,2598 ; St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r, lien vers le manuscript numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/csg/0236 ; St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 237, p. 219, lien vers le manuscript numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/csg/0237 ; St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p. 139, lien vers le manuscript numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/csg/0459 ; Tours, Bibliothèque municipale, 844, f. 110r, lien vers la mappemonde numérisée : https://iiif.irht.cnrs.fr/iiif/Tours/B372616101/jp2/IRHT_050224_2/full/full/0/default.jpg ; Zofingen, Stadtbibliothek, Pa 32, f. 214v.

36 Il ne s’agit pas ici de construire un stemma de mappemondes à l’aide d’une méthode philologique.

37 Voir la Figure 2.

38 Voir la Figure 3.

39 Voir la Figure 4.

40 Voir la Figure 5.

41 Voir la Figure 6.

42 La question de l’origine antique des mappemondes a déjà été développée par Patrick Gautier Dalché, voir « L’héritage antique de la cartographie médiévale : les problèmes et les acquis », dans Richard Talbert et Richard W. Unger, Cartography in Antiquity and the Middle Ages : fresh perspectives, new methods, Leyde, Brill, 2008, p. 29-66.

43 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P- I-7, f. 222v. Ce manuscrit appartient à la famille γ voir Marc Reydellet, « La diffusion des Origines d’Isidore de Séville au Haut Moyen Âge », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 78, 196, p. 383-437. Pour une analyse des liens entre le Liber glossarum et les Etymologies voir Jose Carracedo Fraga, « Isidore de Séville grammairien et le Liber glossarum », Dossiers d’HEL, 10, 2016. Une mappemonde schématique qui ne montre pas le Marais Méotide a été ajoutée à un manuscrit contenant le Liber glossarum (Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 1773, f. 222r, lien vers le manuscrit numérisé : https://digi.vatlib.it/view/bav_pal_lat_1773).

44 AS 66 et ME396 ; Anne Grondeux and Franck Cinato (éd.), Liber Glossarum Digital, Paris, 2016 (http://liber-glossarum.huma-num.fr).

45 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, R-II-18, f. 25r, lien vers le manuscrit numérisé : https://rbdigital.realbiblioteca.es/s/rbme/item/14202 - ?c=&m=&s=&cv=&xywh=-1483,-130,4618,2598.

46 Madrid, Biblioteca Nacional, Vitr. 14,3, f. 117v, lien vers le manuscrit numérisé : http://bdh.bne.es/bnesearch/detalle/bdh0000051810. Voir Jean Charles Ducène, « La mappemonde d’Albi et la cartographie arabe », dans Emmanuelle Vagnon, Sandrine Victor (éd.), op. cit., p. 238-240.

47 Madrid, Archivo Histórico Nacional, 1097B (olim 1240), f. 1v ; Gérone, Museu de la catedral 7[10], f. 10v. Pour étude de ces manuscrits voir John Williams, The illustrated Beatus : a corpus of the illustrations of the Commentary on the Apocalypse. Vol. 2, The ninth and tenth centuries, London, Harvey Miller Publishers, 1994.

48 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, T-II-24, f. 175r, lien vers le manuscrit numérisé : https://rbdigital.realbiblioteca.es/s/rbme/item/14115 - ?c=&m=&s=&cv=&xywh=-1252,0,4156,2338. Il existe probablement un autre témoin du début du IXe et originaire de Tolède. Dans ce manuscrits, la disposition des points cardinaux est très proche de ceux du manuscrit P-I-7 mais la mappemonde a été découpée ce qui ne permet pas de connaitre l’ensemble de sa nomenclature : El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, &-I-14, f. 74v, lien vers le manuscrit numérisé : https://rbdigital.realbiblioteca.es/s/rbme/item/13281 - ?c=&m=&s=&cv=&xywh=-1483,-130,4618,2598.

49 Magali Coumert, op. cit., p. 103-124 et p. 141. Les Goths sont rattachés plus spécifiquement à Magog, fils de Japhet. Au XIe siècle, reprenant une pratique déjà présente au Xe siècle en Castille, un manuscrit place une mappemonde avec les fils de Noé au sein des généalogies bibliques dont les gloses indiquent que Magog est un ancêtre des Scythes et des Goths en s’appuyant sur le livre IX des Etymologies. (Madrid, Biblioteca de la Real Academia de la Historia, 78, f. 199v et f. 200v, lien vers le manuscrit numérisé : https://bibliotecadigital.rah.es/es/consulta/registro.do?id=101).

50 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, P-I-7, f. 1v voir Gonzalo Menéndez Pidal, Varia medievalia. Madrid, Real Academia de la Historia, I, 2003, p. 56.

51 El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-2, f. 17v, lien vers le manuscrit numérisé : https://rbdigital.realbiblioteca.es/s/rbme/item/13432 - ?c=&m=&s=&cv=&xywh=-1894,-1,6004,3379.

52 Hélène Sirantoine, Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de León (IXe-XIIe siècles), Paris, Broché, 2013, p. 125-127.

53 Un usage politique des mappemondes du XIe siècle appartenant au groupe 4 ainsi que leur lien avec les mappemondes de Saint-Gall sont aussi étudiés par Sandra Sáenz-López Pérez, voir « El mundo para una reinalos mappaemundi de Sancha de León (1013-1067) », Anales de historia del arte, 2, 2010, p. 331-334.

54 Paris, Bibliothèque nationale, Nal 2169, f. 264v, lien vers la mappemonde numérisée : http://visualiseur.bnf.fr/ConsulterElementNum?Destination=Mandragore&Param=E&E=JPEG&O=IFN-07837095&Deb=1&Fin=1 ; Madrid, Biblioteca nacional, 10008, f. 166v, lien vers le manuscrit numérisé : http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000043731&page=1.

55 Lisboa, Biblioteca nacional, 446, p. 279, lien vers le manuscrit numérisé : https://purl.pt/26138 ; Charleville Mézières, Bibliothèque municipale, 264, f. 116v ;  New York, Columbia University Library, Plimpton College, 125, f. 116r, lien vers le manuscrit numérisé : https://library.columbia.edu/libraries/rbml/rotating/23.html.

56 Isabelle Heullant-Donat et Daniel Russo, « Introduction », dans Apprendre, produire, se conduire. Le Modèle au Moyen Âge. Actes du XLVe congrès de la SHMESP à Nancy et Metz, mai 2014, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 14-15.

57 Emmanuelle Vagnon, « Une géographie pour l’école ? Invention d’un savoir scolaire dans l’Occident latin », dans Eric Vallet, Sandra Aube et Thierry Kouamé (dir.), Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 345-351.

58 St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r, Saint-Gall, IXe (Groupe 2) voir Figure 2.

59 Evina Steinova, « Two Carolingian Redactions of the Etymologiae from St. Gallen », Mittellateinisches Jahrbuch, 56, 2, 2021, p. 341-344.

60 Zofingen, Stadtbibliothek, Pa 32, f. 214v.

61 St. Gallen, Stiftsbibliothek, MS 232, p. 108, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/csg/0232.

62 Brigitte English, « Die St. Galler Kartentradition des frühen Mittelalters », Helvetia archaeologica, 47, 2016, p.  45-124.

63 Evina Steinova, op. cit., p. 322-323 et p. 332.

64 St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 237, p. 1 et p. 219.

65 Cette mappemonde est placée en face d’une autre mappa mundi tripartite dont les caractéristiques se retrouvent dans un manuscrit des Etymologies produit en France puis envoyé à Fulda (St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p.  139 et p.  138 ; Basel, Universitätsbibliothek, F. III 15, f. 156r, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/searchresult/list/one/ubb/F-III-0015).

66 St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 2, p. 553-557, lien vers le manuscript numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/csg/0002 ; St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 238, p. 20, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/csg/0238.

67 St. Gallen, Stiftsbibliothek, 621, p. 35, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/csg/0621.

68 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 263, p. 182 ; Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 321, p. 3, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/sbe/0321.

69 Evina Steinova, op. cit., p.  343-345.

70 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, 167, f. 276r.

71 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Guelf. 2 Weiss, f. 154r, lien vers le manuscrit numérisé : http://diglib.hab.de/mss/2-weiss/start.htm.

72 St. Gallen, Stiftsbibliothek, 621, p. 41 et p.  315 ; Natalia Lozovsky, « The uses of classical history and geography in medieval St Gall », dans J. König et G. Woolf (éd.), Encyclopaedism from Antiquity to the Renaissance, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 72. La note est aussi présente dans un manuscrit de Flavius Josèphe (St. Gallen, Stiftsbibliothek, 626, p. 130, lien vers le manuscrit numérisé : https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/csg/0626).

73 Isidore de Séville, Étymologies, IX, II, 66. Sur la construction du rapport entre les Huns et les Hongrois par l’historiographie médiévale avec des œuvres comme Chronicon Eberspergense voir Edina Bozóky, « Huns et Hongrois, une seule nation », Nation et nations au Moyen Âge, 2014, p. 37-50.

74 Par exemple, Sandra Sáenz-López Pérez qualifie la mappemonde de « Y-O » pour la distinguer d’un diagramme tripartite et des mappemondes de Beatus, voir « El mundo para una reinalos mappaemundi de Sancha de León (1013-1067) », Anales de historia del arte, 2, 2010, p. 328-329.

75 « T and O map », Wikipedia, 18 octobre 2021 consulté le 15/03/2022.

76 Evina Steinova, op. cit., p. 345-347.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Leiden, Universiteitsbibliotheek, Voss lat. Fol. 74, f. 132r, Fulda, IXe (Groupe 1)
URL http://journals.openedition.org/essais/docannexe/image/12505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 3 : St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 236, f. 89r, Saint-Gall, IXe (Groupe 2)
URL http://journals.openedition.org/essais/docannexe/image/12505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 4 : St. Gallen, Stiftsbibliothek, Sang. 459, p. 139 et p. 138, Saint-Gall, IXe-Xe (Groupe 3)
URL http://journals.openedition.org/essais/docannexe/image/12505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 5 : El Escorial, Real biblioteca de San Lorenzo, d-I-2, f. 17v, San Martín de Albelda, Xe (Groupe 4)
URL http://journals.openedition.org/essais/docannexe/image/12505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 6 : Carte de la répartition des mappemondes avec le Marais Méotide (IXe-XIIe siècle)
URL http://journals.openedition.org/essais/docannexe/image/12505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Richard Dalsace, « Les mappae mundi « Y-O » pseudo-isidoriennes : un stéréotype de la cartographie du haut Moyen Âge ? »Essais [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 20 juin 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/essais/12505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.12505

Haut de page

Auteur

Julie Richard Dalsace

Julie Richard Dalsace est doctorante contractuelle rattachée au LaMOP. Elle réalise une thèse dirigée par Geneviève Bührer-Thierry et Emmanuelle Vagnon-Chureau intitulée Dire et Figurer l’espace dans les manuscrits géographiques des VIIIe-XIIe siècles. Sa thèse porte sur les relations entre le texte et les images présents dans les manuscrits à textes géographiques copiés entre VIIIe et le XIIe siècle. Dans le cadre de ses recherches consacrées aux représentations textuelles et figurées de l’espace médiéval, elle a participé à un ouvrage collectif dédié à la mappa mundi d’Albi et publié en 2022. Dans cet article, elle interroge les modalités de conception du monde habité dans les productions cartographiques de l’abbaye de Saint-Gall au IXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search