Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Le Moyen Âge, fabrique de stéréot...Le manuscrit 5-5-16 de Séville, m...

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Le manuscrit 5-5-16 de Séville, miroir de la réception de l’Antiquité : de l’Autre au même

Seville Manuscript 5-5-16, mirror of the reception of Antiquity: from the Other to the Same
Amalia Desbrest

Résumés

Les gloses du manuscrit 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville, qui nous donne à lire la première traduction complète et glosée en castillan des Héroïdes d’Ovide, illustrent un certain intérêt de la part du glossateur pour les us et coutumes antiques. Cet article, qui mobilisera des sources latines, italiennes et espagnoles, nous permettra d’étudier comment, à travers la traduction et le travail de commentaire qui en découle, les lettrés du bas Moyen Âge nous offrent une représentation stéréotypée de l’Antiquité et construisent, en parallèle, une représentation de leur propre époque, à travers des thèmes prégnants dans les deux sociétés : mariage, veuvage, mort, adultère…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En effet, à partir de 1420, la représentation manuscrite de la lettre 15 se fait plus présente, on (...)
  • 2 Josep PujolPubli Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crí (...)

1Le manuscrit 5-5-16 de Séville (S) est l’unique témoin de la première traduction complète et glosée en castillan des Héroïdes d’Ovide. Compte tenu de ses caractéristiques, à savoir l’absence de l’Héroïde 15, l’omission des vers 39-145 dans l’Héroïde 16 et le fait que l’Héroïde 21 s’achève au vers 14, on peut dire sans aucun doute que cette traduction s’intègre à la tradition de réception des Héroïdes antérieure à 14201. Le manuscrit de Séville offre une traduction assez littérale du texte latin, et semble être le dernier maillon d’une chaîne de traduction qui suit le schéma suivant : latin > catalan > castillan. En effet, comme l’a montré Josep Pujol dans ses travaux, notamment dans le plus récent de 2018, la traduction de Séville est elle-même une traduction de la traduction catalane effectuée en 1391 par Guillem Nicolau, le chapelain de la reine Yolande de Bar2.

  • 3 Ralph J. HexterOvid and medieval schooling: studies in medieval school commentaries on Ovid’s Ars (...)
  • 4 Willem Engelbrecht, Filologie in de dertiende eeuw: de Bursarii super Ovidios van magister Willem v (...)
  • 5 Josep Pujol, Publi Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crí (...)
  • 6 Il s’agit du manuscrit GKS 2013 4°, Kongelige Bibliotek, Copenhague (K), daté du xiiie siècle et du (...)

2La traduction de Séville s’appuie donc sur une traduction catalane, ainsi que sur des commentaires latins scolaires : le commentaire de Munich Clm. 194753 (xiie siècle) et les commentaires de l’école d’Orléans, à savoir le Bursarii super Ovidianorum de Guillaume d’Orléans4 (c’est-à-dire des fragments de texte commentés) et les codices minores5 (c’est-à-dire, le texte intégral commenté dans l’interligne ou dans les marges, qui reprennent et complètent les commentaires du Bursarii, comme c’est le cas dans K ou Pe6). On retrouve certains de ces commentaires littéralement traduits dans le corps du texte ou dans les gloses marginales de S. On peut alors déceler un premier sens de « stéréotype », celui très typographique du caractère d’imprimerie qui se reproduit à l’infini, les commentaires, à l’image des caractères d’imprimerie, sont répétés dans les différents commentaires ou traductions du texte ovidien.

3Le texte des Héroïdes est parsemé de realia, qui sont les éléments propres à une réalité historique précise (l’Antiquité pour le cas qui nous occupe) et de références propres à la culture antique (rites funéraires, rites de mariage, rapport aux barbares…), et ces éléments font l’objet de commentaires de la part des médiévaux, puisqu’ils se réfèrent à une réalité lointaine, pas nécessairement connue ou comprise de la part de ces lecteurs. Les commentaires que suscitent ces realia permettent, par un processus de transmission et de répétition, de fixer une image que les médiévaux se font de l’Antiquité et, parfois même de donner un aperçu de l’image que les médiévaux ont d’eux-mêmes. Ces commentaires deviennent alors, d’une certaine façon, les vecteurs de stéréotypes sur l’Antiquité ou sur les médiévaux eux-mêmes. Nous aurons à cœur, au cours de cet article, de déterminer les aspects de l’Antiquité que les scribes et les lecteurs médiévaux considèrent comme importants. Nous verrons comment, par le commentaire des pratiques antiques, les médiévaux dressent à la fois le portrait de l’Autre antique et leur propre portrait. L’élément central de notre étude sera bien entendu le manuscrit 5-5-16 de Séville, et notamment ses gloses marginales, mais nous ne pouvons mener à bien cette analyse sans l’inclure dans la constellation de textes qui gravitent autour de lui. Le corpus sera donc constitué de sources latines, italiennes, catalane et castillanes, afin de proposer une analyse la plus complète possible.

Après avoir défini le corpus et ses enjeux, nous analyserons les techniques rhétoriques utilisées pour établir le lien entre Antiquité et Moyen Âge. Il faudra ensuite se concentrer sur les coutumes antiques les plus commentées, afin de déterminer quelle image les gloses du manuscrit 5-5-16 de Séville renvoient à la fois des antiques et des médiévaux.

Définition du corpus et de ses enjeux

4Le corpus utilisé pour cette analyse est composé de huit témoins, écrits dans des langues différentes, à savoir le latin, l’italien, le catalan et le castillan. Il s’agit soit de commentaires au texte des Héroïdes qui circulent sans le texte ovidien intégral (comme c’est le cas du Bursarii ou du Clm. 19475), soit de commentaires marginaux au texte ovidien latin (comme c’est le cas de K et Pe) ou au texte ovidien traduit en langue vernaculaire (comme c’est le cas dans S ou dans les traductions italiennes). Je me concentre sur les commentaires qui accompagnent le texte, dans la marge, ou dans un livre à part, et non sur les commentaires qui sont directement intégrés au texte ovidien via la translation, comme cela est le cas dans les Héroïdes traduites en castillan dans la General Estoria d’Alphonse x.

  • 7 Josep Pujol, Publi Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crí (...)

5Les commentaires latins du Clm. 19475 et trois manuscrits du Bursarii, qui datent des xiie et xiiie siècles, constituent les témoins de la tradition latine la plus répandue et dont l’impact est le plus important sur la tradition ovidienne romane vernaculaire au Moyen Âge. J’en veux pour preuve que, dans la traduction de Séville – que l’on peut dater de la fin du xive siècle – certaines gloses marginales reprennent le texte du Bursarii, 29 d’après l’analyse de Josep Pujol7. Ces deux commentaires canoniques apportent des précisions plutôt d’ordre stylistique, grammatical, lexical, dans une logique didactique, afin que le lecteur puisse, dans le cadre scolaire, comprendre au mieux le texte ovidien, et en particulier faire face à la difficulté qu’implique la lecture d’une œuvre versifiée. Formellement, ils sont assez éloignés des traductions vernaculaires que nous allons étudier par la suite, puisqu’ils ne donnent pas accès au texte intégral.

6Les commentaires des codices minores, K et Pe, eux, se rapprochent plus de la forme que l’on retrouvera dans les traductions vernaculaires qui nous intéressent. En effet, l’un comme l’autre présentent le texte latin intégral (selon les canons de diffusion de l’œuvre ovidienne antérieurs à 1420), en position centrale sur la page, et celui-ci est accompagné de gloses interlinéaires (qui ne nous occuperont pas pour cette analyse) et de gloses marginales, plus ou moins longues, indiquées par des petits pieds de mouche dessinés à l’encre bleue ou à l’encre rouge. Les commentaires offerts par ces deux manuscrits sont variés, ils portent sur des questions de stylistique, de syntaxe, de lexique, à l’instar de ceux qu’on lit dans les commentaires précédemment cités, mais apportent aussi des précisions sur le contenu des mythes qui sont évoqués, sur des personnages mythologiques et, ce qui m’intéresse le plus ici, sur des pratiques antiques évoquées par les héroïnes ovidiennes.

  • 8 Luca Barbieri, « Le Eroidi glossate del ms. Gaddiano Reliqui 71: Dalla tradizione ovidiana francese (...)
  • 9 Publius Ovidius NasoHeroides: volgarizzamento fiorentino trecentesco di Filippo Ceffi. 1, Introdu (...)
  • 10 Massimo ZaggiaOvidio, Heroides, Volgarizzamento fiorentino trecentesco di Filippo Ceffi, iii, Le (...)
  • 11 Ibid., p. 614.
  • 12 Josep Pujol, Publi Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crí (...)

7Les traductions sur lesquelles je m’appuie sont italiennes et espagnoles. J’ai choisi d’ajouter les traductions italiennes à mon corpus pour cette analyse car elles sont proches de la traduction de Séville (et de la traduction catalane). La traduction du reliqui Gaddiano 718 est une traduction partielle, qui ne donne accès qu’à cinq Héroïdes, mais elle est accompagnée de 162 gloses marginales. Ces gloses sont relativement longues et surtout, elles sont annoncées dans le corps du texte par une lettre écrite en exposant, comme c’est le cas dans le manuscrit de Séville. La traduction de Filippo Ceffi, que Massimo Zaggia9 date autour de 1325, est une traduction complète, et si l’autographe est exempt de gloses marginales, ce n’est pas le cas de tous les témoins de cette traduction. En effet, six témoins de la traduction de Ceffi comportent des gloses marginales : le Riccardiano 1606, le ms. Osborn Fa. 33 de l’université de Yale, le ms. Palatino 572 de la Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, le ms. Monacense It. 148, le ms. Riccardiano 1580 et le ms. Ambrosiano I 69 sup10. Les trois premiers ne nous intéressent pas particulièrement pour cette étude car ils ne contiennent que très peu de gloses (trois, en tout), et aucune ne porte sur les us et coutumes de l’Antiquité. Les trois derniers, qui ont été écrits entre la deuxième moitié du xive siècle (Riccardiano 1580 et Monacense It. 148) et 1430 (Ambrosiano), sont ceux qui vont retenir notre attention11. Ceux-ci présentent un certain nombre de gloses de nature diverse, comme dans les manuscrits latins K et Pe, et notamment certaines qui mettent en évidence l’intérêt antiquaire des commentateurs italiens. Pour les traductions espagnoles, je m’appuie surtout sur la traduction de Séville, du manuscrit 5-5-16 de la Bibliothèque colombine, puisque contrairement à la traduction catalane, celle-ci est accompagnée de gloses marginales. Les gloses marginales de la traduction de Séville sont, là encore, de natures diverses, allant du commentaire stylistique à la précision lexicale ou syntaxique, en passant par divers commentaires sur les pratiques antiques évoquées dans le texte ovidien. La traduction catalane ne contient pas de gloses, mais nous savons qu’elle aurait dû en contenir12, je ne peux donc pas réellement l’inclure au corpus étudié ici, mais je ne peux pas passer outre car elle est la source principale de la traduction de Séville et nous pouvons supposer que les commentaires proposés dans les gloses sévillanes étaient aussi présents dans les gloses catalanes, ou au moins en partie.

8Les commentaires sur les pratiques antiques dans les manuscrits latins, italiens et espagnol sont présents de façon régulière, quoiqu’ils ne soient pas abondants. Les lettres i, xiv, xvi, xviii et xxi sont absentes de ce corpus, et ce dans tous les témoins. Pour la traduction de Séville, on compte entre une et trois gloses qui commentent des pratiques antiques pour chaque lettre, ce qui constitue un total de 34 gloses castillanes. Quand elles existent, je les ai comparées avec les gloses latines dont le contenu semble se rapprocher des sources qu’a pu utiliser le traducteur (parfois issue du codex de Munich ou du Bursarii et plus fréquemment de K et Pe). Pour les gloses italiennes, nous nous appuierons sur quinze gloses, réparties entre celles du manuscrit reliqui Gaddiano 71 et celles des témoins glosés de la traduction de Ceffi. Cet échantillon rend compte, de façon significative, de l’intérêt antiquaire des glossateurs du xiie au xve siècle, notamment en Italie et en Espagne et permet de constater comment celui-ci a évolué et sur quels points il s’est centré.

Je précise que toutes les citations du manuscrit S sont le résultat d’une transcription personnelle. Les références aux manuscrits K, Pe et au Bursarii s’appuient sur le travail de référencement effectué par Josep Pujol dans son édition de la traduction catalane de Guillem Nicolau.

La rhétorique dans les commentaires sur les realia

  • 13 Les mythes sont racontés dans leur version latine, comme le montrent les choix onomastiques.

9De nombreuses gloses du manuscrit de Séville nous apportent des informations sur l’Antiquité, ou plus précisément, sur les mythes antiques13, mais ce qui nous intéressera particulièrement pour cette étude, ce sont les commentaires qui rendent compte de la perception que les médiévaux avaient de l’Antiquité. Nous nous intéresserons donc aux realia antiques, c’est‑à‑dire, aux éléments propres à la réalité de cette période historique éloignée des commentateurs des xiie-xive siècles. Nous avons relevé 34 gloses castillanes qui se concentrent sur les coutumes et habitudes antiques, quinze dans l’ensemble des deux traductions italiennes et 49 dans les sources latines. Ces différentes gloses partagent, malgré leurs origines diverses, plusieurs points communs, notamment une rhétorique commune, qui permet de fixer l’image de l’Antiquité, c’est-à-dire, de l’altérité. Avant de nous intéresser aux thématiques abordées par ces gloses et à l’image qu’elles renvoient de l’Autre et du même, il nous paraît indispensable d’analyser dans un premier temps les techniques rhétoriques qui se mettent en place dans ces gloses, afin de déterminer comment les commentateurs médiévaux construisent, syntaxiquement et stylistiquement, les stéréotypes sur l’Antiquité.

Du point de vue lexical

10Une première approche lexicale nous permet de remarquer l’usage d’un groupe nominal qui fait référence à l’origine géographique des personnes ou groupes de personnes qui font l’objet de commentaires. Ce groupe nominal est introduit par l’article indéfini « los » (les), qui exclut le commentateur du groupe en question. Voici quelques exemples issus de S, auxquels nous joignons les sources latines, identifiées par Josep Pujol (pour Bursarii, K et Pe) et grâce à notre travail de recherche (pour les gloses du codex de Munich) :

S : Hér. iii, v. 1-2 : « […], e non escripta bien en griego con mano bárvara o estraña. »
La glose 3e porte sur l’adjectif « estraña »
glose 3e : « Los griegos nonbravan toda otra gente “estraña” o “bárvara” salvante los romanos por tal como dellos ovieron los romanos muchas leys ».
(f.8r)

Glose marginale de Pe : Omnes enim sunt barbari preter Grecos et Latinos.

Bursarii : Littera Greca vix bene notata barbarica manu. Vel aliter: Littera dico, vix Graeca bene, quia notata manu barbarica.

S : Hér iv, v. 37-38 : « […] Grant cobdiçia he de meterme en aquellas [las artes de caçar][…]. »
La glose 15v porte sur « en aquellas »
glose 15v : « Ypólito era grand caçador, e es costunbre de los griegos amadores que el uno auía semejar del otro por esto ella dezía que querria yr a contra con Ypolito. »
(f.12r)

Glose marginale de K : in artes, scilicet venandi, quia fuit venator Ypolitus.

Clm 19475 : <IGNOTAS MVTOR IN ARTES ex amore tui cogor mihi usurpare artes quas puto te exercere, hoc est uenaticas.>

Hér. xvii, v. 65-66: « […] por la tu tierra que es estraña. »
La glose 32c porte sur « estraña » :
glose 32c : « La gente estraña e barvara es menospreçiada entre los griegos, e toda gente es a ellos barvara, synon romanas ».
(f.47r)

Gloses marginales de KPe : Omnia omnes sunt barbari preter Grecos et Latinos.

  • 14 « Ils sont tous barbares, exceptés tous les Grecs et les Latins. » (traduction personnelle)

11Dans ces trois exemples tirés des gloses du manuscrit S, nous pouvons observer le recours à ce groupe nominal pluriel « los griegos » (les Grecs), qui ancre le commentaire dans les realia de la Grèce antique, donc, dans une aire géographique précise et éloignée de la réalité des commentateurs médiévaux. La figure de l’altérité est ainsi clairement identifiée et localisable. Ces trois gloses de S sont référencées par la critique (notamment par Josep Pujol) dans les sources latines que nous avons mentionnées dans la première partie. Cependant, seules deux gloses (identiques) semblent pouvoir expliquer la formulation que nous retrouvons dans les gloses de S, ce sont les gloses de KPe : « Omnia omnes sunt barbari preter Grecos et Latinos14 ». Les autres gloses, issues du Bursarii super Ovidianorum pour la glose iii, 3v, et de K et du codex Clm 19475 pour iv, 15v ne proposent aucune formulation similaire à celle qui donne le commentaire sur l’identification de l’altérité chez les Grecs et les Romains de l’Antiquité.

12Dans les gloses italiennes, c’est un procédé qui n’apparaît qu’une fois, dans le ms. Monacense It. 148, pour l’Héroïde xvi, au vers 149 :

adunque il laudato Teseo > Uxanza era in Grecia che le donzelle a certo tempo andavano a certi belli prati dove descoreano fonte e bie’ fiumi, e non portavano indosso altro che uno panno bianco, e balavano con gran solazzi e di questo panno si spoiavano l’una l’altra. E donzeli stavano da la lunze e vedeano ciascuno la soa ‘manza. Onde Teseo, essendo forte inamorato de Elena, senza alcuna paura sì se cazzò ultre e prexe Elena e per forza ne la portò ; ma per la grande briga che ne nasea in Grecia, sì la rendé a’ fratelli, dicendo che no li avea fato alcuna cossa disonesta. È ciò che questo dice : « more tue gentis » [Her. 16, 151 : more tuae gentis].

C’est d’ailleurs, plus précisément, un complément circonstanciel de lieu (in Grecia) et non un groupe nominal au pluriel introduit par un article indéfini qui permet d’identifier la provenance géographique de l’autre et donc de signifier l’altérité. Cependant, on retrouve le même procédé qui consiste à faire appel à l’origine géographique afin de marquer l’altérité.

Du point de vue de la temporalité

13En commentant les realia antiques, les gloses mettent en exergue leur caractère habituel et les opposent ainsi à d’autres habitudes, ancrées dans le « présent », c’est-à-dire, le temps des commentateurs médiévaux. Cette dynamique contrastive permet ainsi de distinguer l’Autre du même et d’établir des habitudes, des actions qui se répètent, fixant alors une image de l’Antiquité et du temps présent. Cette rhétorique se retrouve de façon quasiment systématique dans les gloses étudiées, que ce soit en latin, en italien ou en castillan et s’organise autour de plusieurs techniques discursives, que nous allons détailler.

  • 15 « Avoir l’habitude de ».
  • 16 « Il était d’usage de ».
  • 17 « Selon leur coutume ».

14Tout d’abord, nous observons une récurrence des adverbes temporels dans les gloses. Ces adverbes permettent d’établir un jeu de temporalité, opposant ainsi le temps passé au temps présent de l’énonciation. En latin, c’est l’adverbe « antiquitus » qui est utilisé. En castillan, « antiguamente » s’oppose à « agora » ou, plus rarement, « oy » et en italien, les commentateurs utilisent l’adverbe « anticamente » ou des locutions adverbiales comme « in quello tempo » (ms. Gaddiano reliqui 71, Hér. ii, v. 29) ou « Al tempo antico » (ms. Monacense It. 148, Hér. xiv, v. 127). Ces adverbes et locutions adverbiales ancrent le commentaire dans une certaine temporalité (passée ou présente) proche ou lointaine, mais relativement vague. En effet, il n’y a aucune mention de dates, aucune chronologie précise, ce qui ne permet pas d’identifier clairement de quel passé ou de quel présent il s’agit. L’absence de précision contribue à créer la rhétorique du stéréotype, car le caractère général de l’information la rapprocherait plus de l’idée reçue que de l’information historique. Le va et vient entre deux temporalités est renforcé par le recours aux temps verbaux correspondant, à savoir l’imparfait de l’indicatif pour le passé et le présent de l’indicatif pour le présent. L’usage de l’imparfait n’est pas anodin et est particulièrement intéressant dans le cadre de l’étude d’une rhétorique qui permet de créer un stéréotype puisque d’un point de vue aspectuel, l’imparfait qui est utilisé dans les gloses est un imparfait d’habitude. D’ailleurs, celui-ci est parfois renforcé par un verbe modalisateur de l’habitude « soler15 » ou des expressions qui permettent de renforcer cette idée comme « consuetudo erat16 » ou « secondo la loro usanza17 ». Ce sont des phénomènes qui s’observent systématiquement dans les trois types de sources que nous étudions. Voyons quelques exemples :

S : Hér. ii, v. 114-115 : « Yo só aquella que me sometí a ti, por lo qual la mi virginidat es seyda corronpida, agüeros de las malas aves por el qual coraçón casto ha seydo designada a mí con falsa mano. »
La glose 54p porte sur
« designada »
glose 54p :
(p) « Antiguamente los maridos solían desçeñir las correas a sus mugeres, e por dar a entender que ellas non devían desçeñir los riñones suyos con otro sinon con sus maridos. »
(f.7r)

Glose marginale de KPe : Casta. Quia antiquitus solebant mariti decingere uxores suas ad significandum quod ipsa non recingeret cum alio lumbos suos nisi cum marito.

Glose du Clm 19475 : Castaque consuetudo erat quando aliquam devirginaberat, quod eam <di>cingeberat.

S : Hér. vii, v. 191-192 : ¡O Ana eramana, mal meresçiere al mal mío de la mi culpable amor ! Ya darás las tus lágrimas, que son çagueras pues, sobre las mías tiendas. »
La glose 79r porte sur « tiendas ».
glose 79r : « Es a saber la mi muerte. Porque antiguamente, quando morían, los quemavan e metían la ceniza en una tinaja : e aquestas tinajas se fallan sotierra a veguadas. »
(f.23r)

Glose de K : « Rogis, quia solebant comburere corpora mortuorum. »

Hér. x, v. 119-120 : « Pues yo que morré, non veré las lágrimas de mi madre. A menudo lloro : en la muerte non será alguno que con los dedos cierre los mis ojos. »
La glose 43n porte sur le syntagme « los mis ojos ».
glose 43n : « Antiguamente aquel que más hera çercano de linaje çerrava los ojos de aquel qu’era muerto ».
(f.30v)

Glose marginale de K : « Claudat : tangit more antiquorum, quia propinquor in genere claudebat oculos morientis. »

Hér. ii, v. 65 : ymagine et cetera > Solevano fare gl’antichi, quando il loro re moriva, fare una inmagine ritracta ad somiglianza della sua forma, con lectere d’intorno le quali facevano memoria delle sue opere e della fama. [Ora dice Filis : « La tua inmagine sarà posta a llato a quella di tuo padre, la quale adparirà degna di molta gloria per le molte grandi opere ch’elli à facte, e la tua apparirà piena d’infamia e povera di lode, però che tu m’ài tradita e ingannata, e altro bene né altra vertù non ài saputo adoperare.] (ms. Ambrosiano I 69 Sup, commento Peruzziano)

Hér. xiii, v. 49 : l’arme a Giove et cetera > Secondo la loro usanza, quando li principi e li baroni tornavano con vittoria a casa, si spogliavano l’arme e per memoria l’aportavano nel tempio di Giove. (ms. Ambrosiano I 69 Sup, commento Peruzziano).

15Dans les exemples cités, nous pouvons constater la récurrence de l’adverbe « antiguamente / antiquitus », ou de locutions dérivées (more antiquorum) et de l’emploi de l’imparfait de l’indicatif qui ancre donc les actions décrites dans un passé lointain, en gras dans le texte. Cet usage de l’imparfait permet de mettre en évidence la valeur itérative de ces actions, et cette valeur se voit renforcée par l’usage du verbe « solere / soler » qui veut dire « avoir l’habitude de ». Notons que le recours à l’imparfait se fait à partir d’une énonciation dans le présent des commentateurs, outre le fait qu’il rend compte d’une réalité historique passée, l’usage de l’imparfait permet de mettre à distance des commentateurs médiévaux les attitudes décrites, les ancrant ainsi dans l’altérité antique. L’instance narrative de ces gloses à l’imparfait adopte une posture omnisciente, distanciée. Nous constatons à travers ces exemples la transmission d’une rhétorique, puisque les techniques rhétoriques des gloses latines de KPe, datant du xiiie siècle se retrouvent dans la traduction de Filippo Ceffi, de 1325, puis dans les gloses de S, de la fin du xive siècle.

16Parfois, nous trouvons des gloses uniquement au présent de l’indicatif. Celles-ci commentent pourtant un passage du texte ovidien, fixé dans la réalité antique, mais le recours au présent, qui est un présent gnomique, semble relier la période antique à l’époque des commentateurs médiévaux, comme si la distance temporelle s’annulait momentanément. Nous pensons que cette absence de distance peut signifier que le commentateur s’appuie sur une parole ancrée dans l’Antiquité pour énoncer une vérité sur sa propre époque, vérité qui peut être vérifiée à l’époque antique, puisque l’absence d’imparfait peut signifier une mise en parallèle entre les deux époques, comme nous pouvons le voir dans l’exemple suivant.

S : Hér. ix v. 1-2 : « Hércoles, yo Deanira, he grand gozo cómo la tierra de Oetalia se es allegada a los nuestros títulos, e he duelo cómo tú, vençedor de omnes eres vençido por Yolante, vençida. »
La glose 1x porte sur « títulos ».
glose 1x : « Ca la muger deve seer partiçipante de los titulos del marido e lo quel marido faze es atribuydo a la muger ».
(f. 25v) 

KPe : « Nostris titulis dicit, quia omne illud quod facit maritus attribuitur uxori, et e converso. »

Du point de vue des personnes verbales

17À ce jeu de temporalité s’ajoute un jeu dans le choix des formes verbales, renforcé par l’usage des pronoms. En effet, les pronoms permettent d’inclure ou d’exclure le locuteur et donc de mettre en évidence l’altérité ou l’appartenance à un même groupe. Les pronoms qui marquent l’appartenance à un même groupe sont les pronoms de première personne, et plus particulièrement le pronom de première personne du pluriel (nos / nos otros) alors que les pronoms qui marquent l’altérité sont les pronoms de troisième personne du pluriel (ellos). Rappelons qu’en espagnol, le caractère discriminant des désinences verbales ne nécessite que rarement le rappel des pronoms personnels sujets. En effet, la désinence verbale porte l’information du pronom auquel elle se rapporte, il n’y a équivoque que dans de rares cas, notamment à l’imparfait entre la première personne du singulier et la troisième personne du pluriel. Pour les pronoms qui marquent l’appartenance à un même groupe ou l’altérité, en revanche, il n’y a pas d’équivoque possible, leur usage est donc facultatif. L’alternance entre les différentes formes verbales accompagnées de pronoms peut être renforcée par la rhétorique contrastive qui oppose les temps du passé aux temps du présent. Voyons quelques exemples qui permettent d’illustrer cela.

Hér. ii, v. 41-42 : « e juraste por las cosas sagradas et figurativas de las diesas Çeris e Çebilles »
La glose 19c porte sur « figurativas » :
glose 19c : « Por figurativa representaçión eran traýdas fachas ençendidas antiguamente en los matrimonios; e agora traemos lunbre de çera *** del esposo e de la esposa a sacrificar. Que así como aquellas lunbres se ayuntan se deverá [inçitar] al amor e querer del esposo e de la esposa ».
(f.5v)

Hér. ii, v. 67-68 : « Tú seas soterrado en medio de la çibdat de Atenas, entre las ymágenes de tu ahuelo e de aquellos que son desçendidos dél, et la ymajen de tu padre esté allý delante con los grandes títulos. »
La glose 28m porte sur « ymajen » :
glose 28m : (m) Los nobles solían aver ymájenes e delante dellas eran pintados los nobles fechos. E de aquellos que avían vençidos por tal que los que berían aquello, fuesen movidos a nobles fechos.
(f.6r)

Hér. vi, v. 41-42 : « La fee prometida a mí por ty ¿en dó es ? ¿En dó son los derechos matrimoniales? ¿En dó es la tea que sería más digna que quemase delante los sepulcros de los muertos? »
La glose 19l porte sur « sería » :
glose 19l : « Asý como nos otros quemanos agora çirios en las bodas, ellos quemavan fachas de tea ».
(f.18r)

18Dans ces trois exemples, nous pouvons constater le contraste dans l’usage des pronoms. Les propositions qui se réfèrent à l’antiquité dans la glose ii, 19c et dans la glose vi, 19l sont toutes deux à l’imparfait de l’indicatif, et le sujet des deux verbes est un sujet à la troisième personne du pluriel, personne qui exclut le locuteur (ils / elles, c’est-à-dire les autres), alors que dans les propositions qui concernent l’époque médiévale, c’est-à-dire l’époque des commentateurs, en plus d’être construites avec un verbe au présent de l’indicatif, le sujet est la première personne du pluriel (nos), personne verbale qui inclut le locuteur (je + d’autres comme moi). Dans la glose ii, 28m, il n’y a que la troisième personne du pluriel, ce qui permet une totale mise à distance puisque le locuteur se concentre uniquement sur le groupe qui représente l’altérité, « los nobles ». Nous pouvons constater que dans le cas des gloses ii, 19c et vi, 19l, la rhétorique contrastive qui met en regard la première personne du pluriel et la troisième personne du pluriel, le présent et le passé, permet d’établir une comparaison entre l’Antiquité et la période contemporaine aux commentateurs médiévaux. Cette comparaison se fait à l’aide d’une locution adverbiale de comparaison « asý como » qui permet d’établir une analogie entre les deux époques et les deux pratiques (celle de faire brûler des torches ou des cierges pendant la célébration d’un mariage).

  • 18 Frédéric Duval, « Comment interpréter les anachronismes ? Le cas de l’histoire romaine écrite en fr (...)

19Cette construction analogique se retrouve dans certaines gloses latines, même si c’est moins fréquent, notamment pour la glose vi, 19l : « Mos erat antiquitus quod fax ardens ante sponsum et sponsam deportarentur, sicut modo cerei. » Dans cette glose, nous retrouvons l’adverbe « sicut », qui permet d’établir l’analogie, et qu’on pourrait traduire en castillan par « asý como ». Cependant, le latin joue plutôt sur la diversité lexicale pour montrer la différence entre les référents : l’Antiquité, caractérisées par « fax » (fax, facis, m., la torche) que nous retrouvons en castillan avec le groupe nominal « fachas de tea » et l’époque des commentateurs, le Moyen Âge, caractérisée par les « cerei » (cereus, ei, m., le cierge, la bougie), que nous retrouvons en castillan avec le substantif « çirios ». L’analogie passe ici, non pas par une actualisation des temps verbaux mais par une actualisation du lexique par rapport à l’époque concernée. On peut même dire que le commentateur, notamment en castillan, met en évidence l’écart qui existe entre les deux périodes par ses choix lexicaux18. En revanche, dans les gloses italiennes, nous n’avons relevé aucune occurrence de ce processus d’analogie. Au contraire, elles établissent surtout des mises à distance des coutumes antiques à travers l’emploi de locutions adverbiales telles que « Al tempo antico era uxanza » (ms. Monacense It. 148, xiv, v. 127), « Solevano fare gl’antichi, quando il lore re moriva » (ms. Ambrosiano I 69 Sup, ii, v. 65), « Secondo la loro usanza » (ms. Ambrosiano I 69 Sup, xiii, v. 49), « La credenza e la legge di queste genti era » (ms. Gaddiano reliqui 71, ii, v. 52), associées à des verbes conjugués à l’imparfait de l’indicatif, alors que les thèmes abordés sont similaires à ceux que nous retrouvons dans les gloses de S, par exemple.

20Nous avons pu voir comment les commentateurs médiévaux, entre le xiie et le xive siècle, construisent une rhétorique qui permet de désigner l’altérité, et parfois de mettre en relation l’altérité avec le même. Cette rhétorique se transmet au fil des siècles et des commentaires puisque nous la retrouvons aussi bien dans les codices minores que dans les gloses qui accompagnent les traductions italiennes et la traduction castillane du manuscrit de Séville. C’est une rhétorique qui s’appuie à la fois sur le lexique et sur la syntaxe, et qui fonctionne notamment par la création d’un contraste entre deux époques. Parfois, comme nous l’avons vu, ce contraste laisse place à l’analogie, ce qui permet de mettre l’autre et le même au même niveau. Nous avons également vu que certaines attitudes antiques évoquées par les héroïnes dans les lettres donnent lieu à des commentaires au présent gnomique de la part des médiévaux. Ces commentaires se distinguent de ceux qui mettent à distance l’Antiquité puisqu’ils semblent faire fusionner la pratique antique et la pratique médiévale, en effet, le présent de vérité générale évoque une vérité qui transcende les époques, dépassant ainsi la différence entre le même et l’Autre. Nous observons essentiellement ces commentaires au présent gnomique dans les codices minores (KPe) et dans S, nous n’en avons relevés aucun dans les gloses italiennes qui concernent les pratiques antiques. À travers l’analyse de la rhétorique des commentaires qui permettent de déterminer l’altérité, de la mettre à distance ou, au contraire, de la rapprocher du même, nous pouvons constater qu’il se crée une sorte de stéréotype rhétorique, puisque ce sont toujours les mêmes procédés stylistiques qui sont mis en œuvre pour mettre à distance ou rapprocher l’Autre du même.

À présent, il nous faut étudier ce que ces gloses à la rhétorique particulière disent de l’Antiquité et du Moyen Âge. Nous allons donc nous concentrer sur ce qui attire l’attention des commentateurs médiévaux et sur ce que cela nous dit de leur perception de l’Autre antique, mais aussi d’eux-mêmes.

Les attitudes / coutumes les plus commentées : que nous disent-elles des antiques ? et des médiévaux ?

21Dans les gloses que nous avons relevées, autant dans la traduction de Séville que dans les traductions italiennes ou dans les commentaires latins, nous observons que certaines thématiques liées aux coutumes antiques reviennent très régulièrement. Nous pouvons donc considérer que ce sont ces thèmes qui, pour un lecteur médiéval des Héroïdes, constituent le principal intérêt antiquaire. Trois thèmes reviennent systématiquement : celui du mépris des étrangers, celui de la mémoire envers les morts, les rites funéraires, celui du mariage, des rites qui y sont liées et des rapports entre hommes et femmes. Nous allons donc voir, à présent, comment ces sujets sont traités par les commentateurs médiévaux, ce qu’ils disent de leur réception de l’Antiquité et ce qu’ils disent de la perception qu’ils ont d’eux-mêmes.

22Les commentaires sur l’altérité incarnée par la différence de langue sont les moins nombreux. Ils n’apparaissent que dans trois gloses du manuscrit de Séville : Hér. iii, glose 3e, Hér. xvii, glose 32c, Hér. xvii, glose 47v. Pour les deux premières occurrences de cette thématique, nous retrouvons une gloses latine correspondante au commentaire castillan, dans K, Pe et dans le Bursarii de Guillaume d’Orléans. Pour la dernière occurrence, la critique n’a pas identifié de référence dans les sources latines, cependant, le texte de la glose xvii, 47v est extrêmement proche de celui de la glose xvii, 32c :

glose 32c : « La gente estraña e bárvara es menospreçiada entre los griegos, e toda gente es a ellos barvara, synon romanas ». (f. 47r)

glose 47v : « Menospreçiavan los griegos toda otra tierra sinon Greçia ». (f.48r)

  • 19 Les accessus sont les paragraphes qui introduisent chacune des lettres. Ils contiennent un bref rés (...)

23On retrouve en effet le verbe « menospreçiar » (mépriser), à la forme passive dans la glose 32c et à la forme active dans la glose 47v. Le point de vue adopté est légèrement différent d’une glose à l’autre, mais finalement l’idée du mépris de l’étranger reste. Le mépris de l’étranger est d’ailleurs un thème qui revient régulièrement dans les accessus des lettres19, l’intentio auctoris reproche souvent aux héroïnes d’avoir aimé un étranger, ce qui pousse d’ailleurs les rédacteurs de l’intentio auctoris à condamner l’amour fou des héroïnes qui se prennent d’amour pour un étranger. Le mépris envers les étrangers, c’est-à-dire envers ceux qui ne partagent pas la langue des Grecs ou des Romains constitue donc un premier centre d’intérêt antiquaire de la part des commentateurs, puisque comme nous avons pu le constater, les commentaires sur le sujet sont déjà présents dans les codex les plus anciens, notamment le Bursarii super Ovidianorum de Guillaume d’Orléans. En revanche, nous constatons que dans les gloses italiennes consultées, le sujet des « barbares » n’apparaît pas.

  • 20 François Lissargue, « Femmes au figuré », in Georges Duby et Michelle Perrot (éds.), Histoire des f (...)
  • 21 Je pense à Catulle, notamment au chant 64 de ses Odes.
  • 22 Frédéric Duval, « Comment interpréter les anachronismes ? Le cas de l’histoire romaine écrite en fr (...)

24Les différentes gloses font ressortir un trait de caractère des antiques qui semble avoir beaucoup d’importance pour les commentateurs médiévaux, chrétiens, c’est la piété des personnages. En effet, dans les commentaires qui concernent les rites funéraires, les rites matrimoniaux ou l’attitude des héroïnes qui attendent le retour de l’être aimé, nous sommes frappés par les différentes marques de piété dont les personnages font preuve. Ces commentaires sont particulièrement intéressants car ils sont généralement l’occasion pour les commentateurs d’établir un lien entre les comportements antiques et les comportements médiévaux, participant ainsi à la vision d’une Antiquité pieuse, et surtout, à la piété respectable aux yeux des médiévaux chrétiens entre le xiie et le xve siècle. Les commentaires au sujet du mariage participent à la construction d’une représentation des rites antiques. En effet, dans les diverses gloses, qu’elles soient latines, castillanes ou italiennes, nous retrouvons les représentations habituelles des rites matrimoniaux antiques : la procession nuptiale de la maison de la mariée à la maison de son mari, les torches et les chants d’hyménée qui accompagnent la procession, le mari qui dénoue la ceinture (gage de virginité) de sa jeune épouse, comme dans les représentations des noces de Thétis et Pélée, qui circulent depuis le vi-ve siècle avant J.-C., sur des vases athéniens par exemple20 ou dans la littérature augustéenne21. Il en va de même pour les commentaires au sujet des rites funéraires, ils renvoient les images habituelles que l’on se fait de ces rites : libations, crémation des cadavres et tombeaux érigés autour des urnes qui contiennent les cendres. Ce sont des images des rites nuptiaux et funéraires que nous avons encore en tête aujourd’hui, et leur ancrage dans un temps passé relativement indéfini (seulement caractérisé par l’adverbe « antiguamente » ou les formules adverbiales similaires) nous permet de les rapprocher du stéréotype au sens d’idée qui se transmet à l’infini. Ces commentaires, par leur abondance et leur répétition sont au moins la preuve que ce genre de thématiques suscitaient vivement l’intérêt des commentateurs médiévaux. Une des raisons qui peut expliquer cet intérêt est la familiarité que les lecteurs-commentateurs médiévaux peuvent éprouver en lisant les passages qui relatent des rites nuptiaux ou funéraires. En effet, comme nous l’avons vu dans la partie précédente, la syntaxe sert une rhétorique contrastive, qui permet d’établir des comparaisons ou des analogies entre les pratiques antiques et les pratiques médiévales. L’attention portée aux objets du rite (les « fachas » et les « çirios ») montre qu’il y a un écart, pour reprendre la terminologie de Frédéric Duval22 c’est-à-dire, une différence, qui se ressent dans les choix lexicaux, mais tout de même une certaine continuité car, si ce ne sont pas les mêmes objets qui produisent la lumière lors des rites nuptiaux ou funéraires, dans les deux cas, la présence de la lumière est importante, comme on peut le voir dans les gloses suivantes :

Hér. ii, glose 19c : « Por figurativa representaçión eran traydas fachas ençendidas antiguamente en los matrimonios; e agora traemos lunbre de çera *** del esposo e de la esposa a sacrificar. Que así como aquellas lunbres se ayuntan se deverá [inçitar] al amor e querer del esposo e de la esposa ». (f. 5v)

Hér. vi, glose 19l : « Asý como nos otros quemanos agora çirios en las bodas, ellos quemavan fachas de tea ». (f. 18r)

  • 23 Ralph J. Hexter, Ovid and medieval schooling, op. cit., p. 142.
  • 24 Irene Salvo García, « Historiografía y cartas de amor: la recepción medieval de las Heroidas de Ovi (...)

25Ces nombreux commentaires sur les rites nuptiaux et funéraires permettent de mettre en avant la piété dont font preuve les antiques. C’est une qualité particulièrement appréciée des commentateurs chrétiens médiévaux. En effet, la lecture des Héroïdes s’inscrit dans un horizon d’attente spécifique, mis en place dès le xiie siècle, et alimenté dans les siècles suivants, celui d’une lecture morale. Les Héroïdes étaient lues, dans le milieu scolaire23 mais aussi dans le milieu curial, comme un recueil d’exemples et de contre-exemples, notamment sur les questions amoureuses24. Or, on retrouve cette dimension exemplaire dans les gloses. Les gloses créent l’image d’une antiquité pieuse, exemplaire pour les lecteurs médiévaux, faisant ainsi des comportements antiques des modèles de conduite, comme on peut le constater, notamment, dans la glose xiii, 66d :

« Antiguamente juravan por lo que más amavan. Asý devemos fazer nos ca devemos jurar por Dios e non por otra criatura. » (f.40r)

26L’adverbe anaphorique « asý » reprend la phrase précédente, qui décrit l’attitude pieuse des antiques, il est suivi de la périphrase « devemos fazer nos » qui transmet l’idée d’obligation. Cette proposition introduite par l’adverbe anaphorique permet aussi de rapprocher « los que más amavan » et « Dios ». En effet, le texte glosé, les vers 157-158 de l’Héroïde de Laodamie à Protésilas, est une phrase où l’héroïne associe le corps de Protésilas à « los mis dioses », qui sont donc les deux choses qu’elle aime le plus. Les commentateurs médiévaux incitent donc les lecteurs à « jurar », à prier pour ce qu’ils aiment le plus, qui doit être Dieu.

  • 25 María Eugenia Lacarra, « Representaciones de mujeres en la literatura española de la Edad Media (es (...)
  • 26 Yan Thomas, « La division des sexes en droit romain », in Georges Duby et Michelle Perrot (éds.), i (...)
  • 27 Silvana Vecchio, « La bonne épouse », in Georges Duby et Michelle Perrot (éds.), Histoire des femme (...)

27Enfin, il convient de nuancer le propos au sujet de la construction d’une image de l’Antiquité à travers les gloses médiévales. En effet, si le propos (fictif) des héroïnes est toujours rattaché à une réalité antique et lointaine, le commentaire qui résulte de ce propos est parfois directement ancré dans une réalité toute autre, la réalité médiévale des commentateurs. C’est notamment le cas des commentaires qui concernent la paternité puisque, nous retrouvons plusieurs gloses, dans l’Héroïde vi et dans l’Héroïde xii, qui soulignent l’importance de la ressemblance physique entre les enfants et leur père, car c’est un gage de la fidélité de l’épouse et une garantie de la paternité25. Cependant, nous savons que dans l’Antiquité, particulièrement chez les Romains, le droit n’accordait finalement que peu de valeur à la structure de la filiation, autrement dit, il importait peu que le paterfamilias ne soit pas le géniteur des enfants de sa famille, dès l’instant où les enfants étaient bien ceux de la materfamilias, qui était sous son autorité26. Les Romains, sous l’Empire (en particulier au temps d’Ovide), ne se préoccupaient que peu de la chasteté des époux, c’est une prérogative qui arrive plus tardivement, à partir du iiie siècle, avec les prédicateurs chrétiens. Au Moyen Âge, notamment à partir du xiiie siècle, avec le concile de Latran (1215), la fidélité devient l’unique garantie de la légitimité de la progéniture, ce qui implique que le mari exerce un contrôle sur le corps de son épouse, afin d’assurer sa paternité27. Dans les deux gloses mentionnées, c’est bien l’idée qui ressort : la ressemblance physique des enfants avec leur père assure la légitimité de la progéniture qui n’est pas le fruit de la tromperie.

Hér. vi, glose 63k : « Grant gozo ha el marido quando los fijos de su muger le paresçen e pueden ser engañados … aquel que le engendró ». (f. 19v)

Hér. xii, glose 73o : « Alega otra razon que mucho deve a él nozer (mover) que son a él semejantes. El marido ha grant gozo quando los fijos le semejan e son fuera de sospecha, mas acaeçe que mientra la muger yaze con otro e leva el coraçon al marido del qual ha miedo, quando conçibe los fijos semejan mejor al marido que al padre ». (f. 36v)

28Les paroles d’Hypsipyle (v. 123-124) et de Médée (v. 189-190) destinées à attendrir Jason, soit en lui rappelant que ses enfants lui ressemblent, soit en soulignant la souffrance que provoque cette progéniture sur Médée, sont reprises par les commentateurs médiévaux pour rappeler qu’il est essentiel que les enfants ressemblent à leur père, afin que tout le monde soit assuré qu’il en est bien le géniteur, et donc que la progéniture est légitime. Ces commentaires sont absents des sources latines et des gloses italiennes, ce qui nous laisse supposer qu’il peut s’agir d’ajouts qui proviennent soit du modèle catalan, soit du traducteur-commentateur castillan, donc probablement de la fin du xive siècle. Le texte ovidien sert alors de justification d’une doctrine médiévale.

Conclusion

29Les gloses qui mettent en évidence l’intérêt des commentateurs médiévaux pour l’Antiquité sont aussi le support d’une vision de l’Autre antique de la part des médiévaux. L’expression de cette vision passe soit par la mise en évidence d’un contraste vis-à-vis du présent des commentateurs (le Moyen Âge), soit par la mise en évidence d’une ressemblance entre les deux époques. Nous avons pu constater que cela donne lieu à une rhétorique bien précise, qui fait appel à une esthétique contrastive, notamment grâce à des jeux de temporalité, mais aussi par des choix lexicaux et grammaticaux qui mettent en évidence les écarts entre les deux époques, les deux populations. Nous pouvons dire donc, que d’une certaine façon, la rhétorique qui s’instaure dans les différents témoins des Héroïdes médiévales constitue une technique discursive (stéréo)typique du commentaire des mœurs antiques. Cette rhétorique propre aux commentaires sur les coutumes antiques véhicule des représentations de l’Antiquité que l’on peut considérer comme des stéréotypes dans le sens où ce sont les représentations qui circulent le plus, notamment en ce qui concerne les rites nuptiaux et funéraires. Cependant, il arrive parfois que les propos ancrés dans le passé antique soient le terreau d’un commentaire au sujet des mœurs médiévales. Ces commentaires, au présent gnomique, peuvent donner l’impression que ce qui est dit s’applique dans une temporalité qui transcende les époques. Les gloses deviennent alors un support pour énoncer une règle dans les comportements amoureux, ou du moins dans les relations entre mari et femme, à l’époque du commentateur-traducteur médiéval, mais cette temporalité de vérité générale semble étendre cette règle aux hommes et aux femmes en général.

30Les commentaires médiévaux sur le texte ovidien des Héroïdes permettent donc aux lecteurs d’avoir accès à un miroir de l’Antiquité, des mœurs antiques et même, à un reflet de leurs propres comportements. La répétition de ces commentaires dans d’autres sources, latines ou vernaculaires, montre leur force de diffusion, ainsi que la façon dont une certaine vision des pratiques antiques a pu s’imposer au cours du Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 En effet, à partir de 1420, la représentation manuscrite de la lettre 15 se fait plus présente, on la retrouve dans plus de 150 codex. L’Héroïde 15 connaît une diffusion très tardive, on ne la trouve que dans un seul manuscrit antérieur au xve siècle. C’est à partir de 1471, quand est publiée l’édition princeps, qu’on voit apparaître systématiquement l’Héroïde 15 en fin de recueil, c’est-à-dire, après l’Héroïde 21 (entière). La diffusion des Héroïdes dans leur version « mutilée » (absence de l’Héroïde 15 et omission des vers 39-145 de l’Héroïde 16 ainsi que l’achèvement de l’Héroïde 21 au vers 14) constitue donc, avant 1420 le canon de diffusion le plus courant, et l’on considère qu’il s’agit du texte complet.

2 Josep PujolPubli Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crítica., Barcelona, Editorial Barcino, 2018, p. 18-23.

3 Ralph J. HexterOvid and medieval schooling: studies in medieval school commentaries on Ovid’s Ars amatoria, Epistulae ex Ponto, and Epistulae heroidum, München, Allemagne, Bei der Arbeo-Gesellschaft, 1986.

4 Willem Engelbrecht, Filologie in de dertiende eeuw: de Bursarii super Ovidios van magister Willem van Orléans (fl. 1200 AD: inleiding, editie en commentaar), Olomouc, Univerzity Palackého, 2003.

5 Josep Pujol, Publi Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crítica., op. cit., p. 81.

6 Il s’agit du manuscrit GKS 2013 4°, Kongelige Bibliotek, Copenhague (K), daté du xiiie siècle et du manuscrit lat. 7996, Bibliothèque nationale de France (Pe), daté du xive siècle que Josep Pujol identifie dans son édition de la traduction catalane de Guillem Nicolau (2018) comme des sources potentielles (ou en tout cas, les témoins les plus proches) du traducteur catalan.

7 Josep Pujol, Publi Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crítica., op. cit., p. 100.

8 Luca Barbieri, « Le Eroidi glossate del ms. Gaddiano Reliqui 71: Dalla tradizione ovidiana francese alla novella italiana. », Troianalexandrina, vol. 14, 2014, p. 143-181.

9 Publius Ovidius NasoHeroides: volgarizzamento fiorentino trecentesco di Filippo Ceffi. 1, Introduzione, testo secondo l’autografo e glossario / Ovidio; a cura di Massimo Zaggia, Filippo Ceffi (trad.), Italie, Firenze: SISMELed, del Galluzo, 2009, no 1.

10 Massimo ZaggiaOvidio, Heroides, Volgarizzamento fiorentino trecentesco di Filippo Ceffi, iii, Le varianti di una tradizione innovativa e le chiose aggiunte., Scuola Normale Superiore, Pisa, Edizioni Della Normale., 2015, no . iii/iii, p. 613-614.

11 Ibid., p. 614.

12 Josep Pujol, Publi Ovidi Nasó, Heroides. Traducció catalana medieval de Guillem Nicolau. Edició crítica., op. cit., p. 18-23.

13 Les mythes sont racontés dans leur version latine, comme le montrent les choix onomastiques.

14 « Ils sont tous barbares, exceptés tous les Grecs et les Latins. » (traduction personnelle)

15 « Avoir l’habitude de ».

16 « Il était d’usage de ».

17 « Selon leur coutume ».

18 Frédéric Duval, « Comment interpréter les anachronismes ? Le cas de l’histoire romaine écrite en français au début du xiiie siècle », Anabases, Traditions et réceptions de l’Antiquité, no 8, 2008, p. 27-42, p. 35.

19 Les accessus sont les paragraphes qui introduisent chacune des lettres. Ils contiennent un bref résumé du mythe dans lequel la lettre s’inscrit et se concluent par l’expression de l’intentio mittentis, c’est-à-dire, l’intention de l’émettrice de la lettre suivie de l’intention auctoris, c’est-à-dire, l’intention que les commentateurs médiévaux attribuent à Ovide dans sa démarche d’écriture.

20 François Lissargue, « Femmes au figuré », in Georges Duby et Michelle Perrot (éds.), Histoire des femmes en Occident : L’Antiquité, Paris, Plon, 1991, p. 163.

21 Je pense à Catulle, notamment au chant 64 de ses Odes.

22 Frédéric Duval, « Comment interpréter les anachronismes ? Le cas de l’histoire romaine écrite en français au début du xiiie siècle. », loc. cit., p. 35.

23 Ralph J. Hexter, Ovid and medieval schooling, op. cit., p. 142.

24 Irene Salvo García, « Historiografía y cartas de amor: la recepción medieval de las Heroidas de Ovidio en España y en Francia. », Cahiers d’études hispaniques médiévales, vol. 38, 2015, p. 45-64, p. 61.

25 María Eugenia Lacarra, « Representaciones de mujeres en la literatura española de la Edad Media (escrita en castellano) », in Breve historia feminista de la literatura española (en lengua castellana) : La mujer en la literatura española., Anthropos: Editorial del Hombre, 1995, p. 21-68, p. 25.

26 Yan Thomas, « La division des sexes en droit romain », in Georges Duby et Michelle Perrot (éds.), in Histoire des femmes en Occident : L’Antiquité, Paris, Plon, 1991, p. 139.

27 Silvana Vecchio, « La bonne épouse », in Georges Duby et Michelle Perrot (éds.), Histoire des femmes en Occident. 2. Le Moyen Âge, Paris, Plon, 1990, p. 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amalia Desbrest, « Le manuscrit 5-5-16 de Séville, miroir de la réception de l’Antiquité : de l’Autre au même »Essais [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 20 juin 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/essais/12644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.12644

Haut de page

Auteur

Amalia Desbrest

Amalia Desbrest est doctorante l’ENS de Lyon (CIHAM UMR 5648) et effectue sa thèse en cotutelle avec l’Université Autonome de Madrid, sous la direction de Carlos Heusch et Irene Salvo García. Elle est actuellement ATER en LLCER Espagnol à l’Université Lumière Lyon 2. Ses recherches portent principalement sur l’édition de manuscrits médiévaux et sur la réception médiévale des Héroïdes dans la Romania médiévale, et en particulier en Espagne. Elle s’intéresse également aux questions de traductologie puisque l’édition de l’unicum que constitue le manuscrit 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville la mène à comparer cette traduction castillane avec la traduction catalane réalisée en 1391 par Guillem Nicolau à la demande de la reine Violante de Bar, mais aussi avec les sources latines et les sources italiennes médiévales. Publications : « La première traduction complète en castillan des Héroïdes d’Ovide, ms. 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville », Cahiers de recherches médiévales et humanistes – Journal of Medieval and Humanistic Studies, n°41, 2021 – 1, p. 157-177. DOI : https://dx.doi.org/10.48611/isbn.978-2-406-11996-8.p.0157 ; https://hal.science/hal-03885944/.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search