Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors-série 1Avant-propos

Avant-propos

La voie passablement tortueuse de l’historien
Sandro Landi
p. 9-17

Dédicace

À Christian Marchaud, in memoriam

Texte intégral

Je souhaite exprimer ma gratitude à Frédéric Dutheil et à Maïalen Lafitte qui ont contribué à la réalisation de ce numéro d’Essais.

  • 1 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, Florence, Bemporad Marzocco, 1966, p. 9.

« Fatti gli occhi, figuratevi la sua meraviglia
quando si accorse che gli occhi si muovevano
e che lo guardavano fisso fisso.
Geppetto, vedendosi guardare
da quei due occhi di legno,
se n’ebbe quasi per male, e disse:
Occhiacci di legno, perché mi guardate? »
1

  • 2 Carlo Ginzburg, Occhiacci di legno. Nove riflessioni sulla distanza, Milan, Feltrinelli, 1988.
  • 3 Theodor Adorno, Notes sur la littérature, Paris, Flammarion, 1984 [1958], p. 241.

1À l’origine de ce recueil d’études il y a un livre au titre énigmatique, Occhiacci di legno. Nove riflessioni sulla distanza, publié par Carlo Ginzburg chez l’éditeur Feltrinelli en 19982. En lisant ce titre pour la première fois, je me souviens d’avoir éprouvé une étrange sensation de familiarité : la référence à Pinocchio m’évoquait des souvenirs d’enfance alors que le nom de l’auteur me renvoyait à mes occupations d’adulte. Les deux choses me semblaient inconciliables. J’ai ensuite réalisé que ce titre merveilleux fonctionnait lui-même comme une structure en abîme permettant d’entraîner le lecteur dans le jeu de l’auteur tout en gardant une partie d’indicible. Concernant les titres, Theodor Adorno écrit que « la recherche d’un titre tend toujours à amener au grand jour ce qui est caché. L’œuvre s’y refuse pour sa propre sauvegarde. Les bon titres sont si proches de la chose qu’ils respectent son mystère »3. Quinze ans plus tard, Occhiacci di legno a gardé le mystère de la chose. À mon sens, aucune traduction européenne de ce titre (Wodden eyes, Holzaugen, Ojazos de madera, À distance) ne rend le sentiment de malaise qu’éprouve Geppetto confronté au regard du pantin dont il revendique la paternité. Ce regard, à la fois proche et distant, qui produit un effet de trouble et de dépaysement, est proprement un regard « estrangeant ».

  • 4 Carlo Ginzburg, « Straniamento. Preistoria di un procedimento letterario », in Occhiacci di legno, (...)
  • 5 Jean Nicot, Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606, (...)
  • 6 Voir la contribution d’Isabelle Poulin publiée ici ; je renvoie également à cet article pour ce qui (...)

2Le mot « estrangement » n’existe pas dans le français contemporain. Carlo Ginzburg utilise en italien le mot « straniamento », qui est en réalité un calque du Russe ostranienie, dans le titre du premier essai de son ouvrage4. Cependant, le mot « estrangement », utilisé par le traducteur français de Ginzburg, n’est pas un simple calque de l’Italien puisqu’il existe dans l’ancien français. Par exemple, Le Trésor de la langue françoise de Jean Nicot, (1606) enregistre le verbe « estranger », à savoir « séparer et mettre hors de soy quelque chose, et la réduire en respect et condition de chose étrange »5. « Estrangement », également attesté en tant que substantif, est proprement ce qui résulte de cette action d’aliénation de soi-même et de ce qui est familier. Comme le souligne Isabelle Poulin, en utilisant un terme vieilli, le traducteur français « renvoie à cet autre point de départ : la langue de Montaigne »6 et involontairement, sans doute, à l’essai, genre d’écriture que Ginzburg pratique de façon presque exclusive. Par une sorte de phénomène de rémanence, le mot « estrangement » a, paraît-il, la capacité de désigner intuitivement un champ de l’expérience assez commun et facilement reconnaissable, mais que la langue actuelle n’arrive plus à dire correctement. On peut dès lors affirmer, que l’un des objectifs de ce recueil d’études est de contribuer à faire réapparaître ce mot dans la langue, d’abord dans la langue des chercheurs en sciences humaines et sociales, mais aussi, plus généralement, dans le langage courant.

  • 7 Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », in Mythes, emblèmes, traces. Morphol (...)
  • 8 Carlo Ginzburg, « Préface », in À Distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gal (...)
  • 9 « L’estrangement. Préhistoire d’un procédé littéraire », in À distance, op. cit., p. 16-36, à la p. (...)

3Il nous a semblé important de stimuler une réflexion sur l’estrangement pour plusieurs raisons. La première tient à la place qu’il occupe dans l’œuvre de Carlo Ginzburg. Peut-être à cause de son caractère insaisissable, l’estrangement n’a pas fait l’objet, jusqu’à présent, d’un débat comparable à celui suscité par le paradigme de l’indice, dont Ginzburg propose la théorie dans un article paru en 19797. Au début de cet article célèbre Ginzburg affirme vouloir « montrer comment est apparu silencieusement, dans le domaine des sciences humaines, un modèle épistémologique (ou, si l’on préfère, un paradigme) […] qui opère largement dans les faits […] mais auquel on n’a pas suffisamment prêté attention ». C’est une phrase qui pourrait sans doute s’adapter à l’article sur l’estrangement, tant la démarche intellectuelle qui préside à la mise en lumière de ces deux objets est similaire. En effet, dans les deux cas, il s’agit de rendre visible et de formaliser quelque chose qui est paradoxalement sous les yeux de tous, qui appartient au domaine de l’expérience commune, dont la connaissance pourrait pourtant aider à regarder la réalité autrement, c’est-à-dire de manière critique « et sans être submergé par elle »8. Dans les deux cas, en outre, l’historien, en empruntant la « voie passablement tortueuse »9 caractéristique de l’essai, poursuit une démarche de type « archéologique » et comparatif qui le mène à recomposer dans un cadre cohérent, les traces éparses d’un savoir silencieux, effacé mais toujours opératoire.

  • 10 Siegfried Kracauer, L’histoire des avant-dernières choses, Paris, Stock, 2006 [1969], p. 57 : « Cer (...)
  • 11 Carlo Ginzburg, «Qualche domanda a me stesso», in Carlo Ginzburg Premio Balzan 2010 per la storia d (...)
  • 12 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in Jeux d’échelles. La mycro-analyse à (...)
  • 13 Ginzburg, « Qualche domanda a me stesso », art. cit., p. 13.

4Entre le paradigme de l’indice et la notion d’estrangement existe donc un lien, à tel point qu’il est possible d’affirmer que le premier n’est qu’une potentialité du second. Dans les deux cas, ce qui est essentiel c’est en effet la question du point de vue en histoire mais aussi – à un autre niveau – de l’histoire comme point de vue « estrangeant » sur le monde10. Dans le paradigme de l’indice, Ginzburg préconise une technique d’analyse des faits humains fondée sur une variation de l’échelle d’observation, ce qui sera à l’origine de la méthode micro-historique11. Dans cette méthode – faut-il le souligner – ce n’est pas tant la dimension « micro » qui compte que le principe de la variation du point de vue qui bénéficie d’un privilège particulier12 : celui précisément qui vise à dénaturaliser les objets de connaissance, à les arracher à l’automatisme de la perception ordinaire du sens commun historique, autrement dit, à les « estranger ». C’est sans doute pour cette raison que Ginzburg a souvent alterné dans ses études – de façon parfois soudaine et déroutante – la perspective micro et celle macro, l’analyse du détail et la méthode morphologique et comparatiste. Les deux sont complémentaires et, comme le souligne lui-même, ce n’est qu’à travers l’étude intensive de cas, notamment de cas en apparence anomaux ou étranges, que l’on pose les conditions d’une généralisation solide13.

  • 14 À distance, op. cit., p. 11.
  • 15 Pierre Bourdieu, « L’inconscient d’école », Actes de la recherche en sciences sociales, 135, 2000, (...)
  • 16 « Il affirme qu’il voulut d’abord être romancier, puis peintre. Étudiant les humanités à Pise, il h (...)

5Dans le parcours intellectuel de Carlo Ginzburg, la découverte de l’estrangement relève d’abord d’une intuition qui est aussi une sorte d’autorévélation, celle, précisément, dont il témoigne dans la préface d’Occhiacci di legno : « j’enseigne depuis 1988 à Los Angeles. Le fait de m’adresser à un public étudiant comme celui de l’université de Californie, dont la formation est très lointaine de la mienne, et qui se compose lui-même d’individus ethniquement et culturellement divers, m’a contraint à considérer autrement des thèmes de recherche qui m’étaient familiers depuis longtemps. Leur importance n’a nullement été diminuée à mes yeux, mais elle m’est devenue moins évidente »14. Distance conçue donc ici au sens littéral du terme comme éloignement par rapport à son propre pays et à sa culture. Distance, dont l’utilité se manifeste aussi vis-à-vis de son « inconscient scolaire », c’est-à-dire, à l’ensemble des structures cognitives, fortement intégrées comme une seconde nature, qui fondent l’appartenance à une culture universitaire15. L’estrangement comme méthode implique ainsi l’acceptation de cette condition paradoxale qui consiste à s’estranger par rapport à ses mœurs académiques, à son objet d’étude et à sa discipline. Mais, jusqu’à quel point peut-on pousser ses intérêts sans oublier son identité et être toujours reconnu comme historien par ses pairs ? C’est une question que l’on peut lire en filigrane dans de nombreux articles et ouvrages de Carlo Ginzburg, comme si la condition d’historien n’était pas pour lui acquise une fois pour toutes, mais seulement au prix d’une confrontation avec d’autres disciplines, une confrontation troublante et à l’issue incertaine16. Il s’agit là d’une position sans équivalents, qui situe cet intellectuel aux marges de la corporation historienne et, en même temps, au cœur du débat historique, et qui explique aussi le rôle de sources pérennes d’inspiration que jouent dans son parcours les œuvres inclassables d’Abi Warburg, d’Eric Auerbach, de Siegfried Kracauer.

  • 17 Carlo Ginzburg, Enquête sur Piero della Francesca. Le « Baptême », le cycle d’Arezzo, la « Flagella (...)
  • 18 C. Ginzburg, À distance, op. cit., p. 157-159.
  • 19 Ibid., p. 12.
  • 20 Carlo Ginzburg, Nulle île n’est une île. Quatre regards sur la littérature anglaise, Lagrasse, Verd (...)
  • 21 Ginzburg, À distance, op. cit., p. 26 : « Comprendre moins, être ingénu, rester stupéfait, sont des (...)
  • 22 Sur le paradigme « galiléen », relatif aux disciplines qui enquêtent sur le monde naturel, cf. ibid(...)
  • 23 Poulin, art. cit., p. 185.

6Dans un livre magnifique consacré à Piero della Francesca, Ginzburg a souligné l’importance qu’il y a à effectuer des incursions dans des domaines, en l’occurrence celui de l’histoire de l’art, « pas forcément ennemi(s), mais sûrement étranger(s) »17. Les incursions récentes de Ginzburg dans des domaines privilégiés de la critique littéraire ou philosophique (ses essais sur Montaigne, Machiavel, Stendhal, Dante) obéissent à une démarche analogue : s’éloigner de son champ pour mieux saisir, en dernière analyse, ce qui fonde la spécificité de l’approche historienne de la réalité. Il y a dans cette démarche un parti pris qui, tout en rejetant la fixité des identités disciplinaires, postule une production de connaissances fondée sur le mouvement, le changement soudain de point de vue (à l’instar de la métaphore de la perspective utilisée par Machiavel dans la dédicace du Prince)18, l’effet de surprise : l’essai sur l’estrangement comme procédé littéraire, est né, écrit-il « d’une volonté de dépayser son lecteur, et avant tout son auteur »19. La forme sinueuse et expérimentale de l’essai joue un rôle déterminant dans une stratégie narrative et cognitive qui vise à saisir des configurations de la réalité qui échappent d’ordinaire à des modes d’écriture de l’histoire en apparence plus rigoureux et déductifs20. L’estrangement et son écriture interrogent ainsi la rationalité propre au métier d’historien car ils envisagent une technique de contournement du réel dont le but, malgré le caractère fragmentaire et opaque des sources, est la compréhension d’une réalité plus profonde et ignorée21. S’éloigner, donc, se rendre ignorants – par une sorte d’obnubilation volontaire et momentanée – comme condition pour s’émerveiller et faire des découvertes. La question que l’estrangement pose finalement aux historiens – mais, plus généralement, à tous ceux qui pratiquent des savoirs exclus du paradigme « galiléen »22 – est celle de la capacité à produire non seulement des connaissances nouvelles dans leur contexte disciplinaire, mais aussi à « inventer de nouveaux points de départ »23, c’est-à-dire des perspectives inexplorées sur la condition humaine et sur les rapports de force qui structurent, dans le temps, les sociétés humaines. La logique paradoxale de l’estrangement rappelle, au fond, que la condition nécessaire pour que les sciences humaines et sociales puissent continuer à remplir la fonction indispensable qui est la leur et produire du nouveau, est une pratique rigoureuse de mise à distance du côté automatique et héréditaire des questions et des méthodes qui s’engendrent dans une même communauté disciplinaire.

  • 24 Philippe Mangeot, « De près, de loin des rapports de force en histoire. Entretien avec Carlo Ginzbu (...)
  • 25 C. Ginzburg, « Mythes, emblèmes, traces », art. cit., p. 9.
  • 26 C. Ginzburg, À distance, op. cit., p. 35.
  • 27 Ibid., p. 36 : « En soulignant les enjeux cognitifs de l’estrangement, je voudrais m’opposer aussi (...)
  • 28 C. Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2003 [2000 (...)
  • 29 À ce sujet, voir les considérations de Luc Boltanski, Enigmes et complots. Une enquête à propos d’e (...)
  • 30 Perry Anderson, « The Force of the Anomaly », in London Review of Books, 34, n° 8, 26 avril 2012, p (...)
  • 31 Cf. C. Ginzburg, T. R. Gundersen, « On the dark side of history », art. cit.
  • 32 C. Ginzburg, « Qualche domanda a me stesso », art. cit. p. 10.
  • 33 C. Ginzburg, À distance, op. cit., p. 12.
  • 34 Ibid., p. 162-163 et Carlo Ginzburg et Martin Rueff, « La lettre tue. Sur quelques implications de (...)

7Le rapport à la littérature et à la fiction constitue sans doute pour l’historien la forme suprême d’estrangement. Dans un entretien, Ginzburg rappelle qu’il y a eu historiquement une compétition entre fiction et histoire pour la représentation de la réalité et que les romanciers ont fait des découvertes techniques que les historiens peuvent utiliser comme dispositifs cognitifs24. Ginzburg a souvent parlé des racines littéraires de sa vocation d’historien et tout particulièrement de la place qu’il a consacrée dans sa jeunesse à la lecture de romans25. L’estrangement est un procédé littéraire et Ginzburg en retrace en historien une histoire possible à l’usage d’abord des historiens. Si donc des historiens, écrit-il, « des chercheurs aux prises avec des documents d’archives », doivent « perdre leur temps avec l’estrangement ou tout autre de ces concepts élaborés par les théoriciens de la littérature »26, c’est parce que le bénéfice cognitif qui résulte de ce geste en apparence gratuit peut, en fin de comptes, se révéler considérable. Toutefois, pour Ginzburg, ce retour aux sources littéraires de sa profession d’historien relève aussi d’une volonté polémique27. Dans sa longue carrière, Ginzburg s’est en effet confronté à deux ennemis majeurs : le positivisme qui identifiant les sources au réel rend impossible tout travail d’interprétation ; le scepticisme qui, rapprochant histoire et fiction, relativise ou nie la possibilité d’une connaissance historique. En prenant position contre les tendances déconstructionnistes qui s’imposent et se banalisent dans les universités américaines pendant les années 1990, Ginzburg mène dans ses derniers ouvrages un combat pour la vérité en histoire contre toute dérive nihiliste. L’histoire est une forme de connaissance indirecte et conjecturale, fondée sur la lecture et l’interprétation de textes. Mais les textes – dit-il – présentent des fissures et dans le récit des témoins il y a toujours un noyau irréductible à toute tentative de manipulation, un noyau qui constitue le fondement d’une vérité probable28. Aussi, Ginzburg nous a mis tôt en garde contre le risque que représente l’effacement de la notion de preuve en histoire ; risque d’autant plus évident dans une époque comme la nôtre où l’accumulation massive d’informations non vérifiables, favorisant l’expression publique de toute sorte de vérité29, rend possible, pour la première fois, le négationnisme de masse. Comme le souligne Perry Anderson dans un compte-rendu de Le fil et les traces30, l’intensité de ce combat épistémologique et déontologique, chez un historien d’ordinaire peu enclin au militantisme31, renvoie à la mémoire de la persécution des Juifs et, indirectement, aux raisons profondes qui ont motivé le choix de Ginzburg de devenir historien. En retraçant son itinéraire de recherche, ce dernier a décrit le processus qui l’a mené de façon instinctive à s’identifier avec son premier objet d’étude (les victimes de l’Inquisition) et, progressivement, à réfléchir sur son identité juive32. La découverte de l’estrangement n’est pas sans rapport avec une nouvelle prise de conscience de sa condition identitaire : « je suis un juif né et élevé en pays catholique ; je n’ai jamais reçu d’éducation religieuse ; mon identité juive est largement le fruit de la persécution »33. L’estrangement, en somme, est aussi à mettre en relation avec cette position d’appartenance multiple, d’inclusion/exclusion particulièrement propice à discerner le côté intimement contradictoire et conflictuel de notre civilisation. Aussi, dans le rapport de proximité et de distance que les chrétiens des origines entretiennent avec la tradition juive – résumé par l’étonnante revendication d’être le « vrai Israël » (verus Israel) – Ginzburg repère l’angle mort de notre tradition, celui qui fonde la maitrise occidentale du vrai et du fictif de même que notre conception du temps historique34.

  • 35 P. Anderson, « The Force of the Anomaly », art. cit. p. 7.
  • 36 Sur l’estrangement comme « stratégie de repeuplement du monde social […] par les non humains » voir (...)
  • 37 Ph. Mangeot, « De près, de loin des rapports de force en histoire », art. cit. : « Il n’y a pas de (...)
  • 38 Sur la distinction « émique »/ « étique » (emic/etic), cf. aussi, Carlo Ginzburg, « l’historien et (...)

8Le retour sur la notion d’estrangement que proposent les articles ici réunis, prolonge la réflexion de Carlo Ginzburg autour de quelques noyaux thématiques. Une série de contributions s’intéresse à celle que Perry Anderson appelle la « famille » des « praticiens de l’estrangement » reconstituée par Ginzburg dans son ouvrage de 199835. Evidemment il ne s’agit pas ici de combler des lacunes ni de proposer une généalogie linéaire des figures de l’estrangement à la manière de l’histoire des idées. L’engendrement des textes et des auteurs qui ont adopté cette lecture de la réalité est et doit rester fragmentaire. Toutefois, lire, ou mieux relire, Montaigne (Sylvia Giocanti et Ilaria Gaspari), Montesquieu (Céline Spector) et Machiavel (Lucio Biasiori) à la lumière de l’estrangement a permis de mettre en évidence des configurations et des usages inédits, parallèles et parfois concurrents, de cette notion. De plus, si l’estrangement est, dans tous les cas étudiés, une technique de dévoilement et de maîtrise du monde politique et social, c’est surtout dans la mobilisation de figures non humaines36, notamment d’automates, que celle-ci trouve son application la plus troublante. De cet angle, l’estrangement peut être conçu comme un « dispositif scopique » qui sert à réfléchir « sur l’humanité de l’homme » (Jean-Paul Engelibert) ; ou bien comme un « opérateur pratique de déprise » dont l’enjeu, en dernière analyse, est « une interrogation sur l’évidence humaine » (Guillaume Le Blanc). Une seconde piste de réflexion correspond à une tentative de mise à l’épreuve de l’estrangement dans le travail des historiens. Pensée par un historien à l’usage d’autres historiens, cette notion révèle son efficacité tant dans la définition de nouveaux objets de recherche que dans la critique des méthodes à l’œuvre – souvent de façon implicite – dans la recherche empirique. Selon Ginzburg, le respect des morts, dans le dialogue qui s’établit avec eux, est l’une des conditions qui fondent cette discipline37. S’inscrivant en faux contre la tendance qui fait l’éloge de l’anachronisme dans la recherche historique, Ginzburg souligne dans son article que le respect du langage des acteurs du passé implique un effort constant de défamiliarisation des catégories qui sont les nôtres. En s’inspirant du linguiste et anthropologue américain Kenneth L. Pike, Ginzburg propose d’adopter dans la lecture des textes du passé une attitude qui vise systématiquement à distinguer « deux niveaux d’analyse, celui de l’observateur, et celui de l’acteur, baptisé respectivement niveau étique (de phonétique) et niveau émique (de phonémique) ». Le but de cette opération de mise à distance entre nous et eux, entre nos mots et les leurs, est la possibilité de récupérer des fragments « émiques » à même de dialoguer avec nos catégories « étiques » et, en fin des comptes, de les reformuler38. Cette exigence de résister à la proximité trompeuse des acteurs est généralement partagée. Aussi bien par l’historien de l’antiquité, confronté à la fausse familiarité que son objet d’étude suscite en lui (Christophe Pébarthe), que par celui du passé récent qui doit faire face à la concurrence des historiens non professionnels et à la propension de ceux qui pratiquent ce métier « à naturaliser le passé et en particulier les subjectivités passées » (François Godicheau). Dans un contexte différent, celui de la Méditerranée à l’époque moderne, Florence Buttay fait usage de la notion d’estrangement dans le but d’appréhender ce qui fonde la spécificité du regard que Giorgio del Giglio Pannilini – espion, renégat, voyageur – porte sur l’islam et le christianisme. Les articles d’Hélène Merlin-Kajman et d’Isabelle Poulin invitent finalement à revenir au point de départ, à savoir aux racines littéraires de l’estrangement dans la tentative de saisir ce qui fonde, par rapport à la définition de ce procédé proposée par Viktor Šklovskij en 1917, la spécificité de la démarche de Carlo Ginzburg.

9Pour terminer, un mot de remerciement pour tous ceux qui ont accepté de participer à cette expérience collective. Il nous a aussi paru approprié de revenir sur l’estrangement parce que cette notion évoque l’obligation pour tout chercheur en sciences humaines de s’ouvrir au potentiel cognitif présent dans d’autres démarches disciplinaires. Réunir des philosophes, des historiens et des littéraires autour de l’estrangement est probablement la seule manière pertinente de discuter cet aspect important de l’œuvre unique de Carlo Ginzburg. La revue Essais, qui publie les actes des journées d’étude qui ont eu lieu à Bordeaux les 23 et 24 octobre 2012, est le reflet de la volonté l’Ecole doctorale « Montaigne-Humanités » de donner le maximum de visibilité à cette obligation, constitutive des humanités telles que nous les concevons, telles que les conçoit surtout le docteur honoris causa 2012 de l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux. À Carlo Ginzburg, qui a animé ces journées avec une générosité inoubliable et qui contribue à ce numéro d’Essais avec un article inédit en français, j’adresse toute ma gratitude.

Haut de page

Notes

1 Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, Florence, Bemporad Marzocco, 1966, p. 9.

2 Carlo Ginzburg, Occhiacci di legno. Nove riflessioni sulla distanza, Milan, Feltrinelli, 1988.

3 Theodor Adorno, Notes sur la littérature, Paris, Flammarion, 1984 [1958], p. 241.

4 Carlo Ginzburg, « Straniamento. Preistoria di un procedimento letterario », in Occhiacci di legno, op. cit., p. 15-39.

5 Jean Nicot, Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606, p. 265.

6 Voir la contribution d’Isabelle Poulin publiée ici ; je renvoie également à cet article pour ce qui concerne la traduction de la notion d’ostranenie dans différentes langues européennes.

7 Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », in Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Lagrasse, Verdier, 2010 [1986] ; l’article « Spie. Radici di un paradigma indiziario » date de 1979 ; sur la réception de cet article, la bibliographie est vaste, cf. Denis Thouard (sous la dir. de), L’interprétation des indices. Enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2007 ; Carlo Ginzburg, « Postface. Réflexion sur une hypothèse » in Mythes, emblèmes, traces, op. cit., p. 351-364 ; voir en outre l’article de Ginzburg ici publié, note 52. En ce qui concerne le débat sur l’estrangement, cf. notamment Hélène Merlin-Kajman, « L’histoire au voisinage de la littérature », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003/3 no 50-3, p. 182-187 et Stéphane Van Damme, « À distance de Carlo Ginzburg, une mise à l’épreuve des méthodes de l’histoire culturelle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Stéphane Van Damme, Historiographie et méthodologie, mis en ligne le 28 juin 2007, consulté le 02 septembre 2013. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/702.

8 Carlo Ginzburg, « Préface », in À Distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 2001, p. 12.

9 « L’estrangement. Préhistoire d’un procédé littéraire », in À distance, op. cit., p. 16-36, à la p. 18.

10 Siegfried Kracauer, L’histoire des avant-dernières choses, Paris, Stock, 2006 [1969], p. 57 : « Certes, la connaissance de ce qui s’est produit ne nous apprend rien de ce qui nous attend, mais elle nous permet au moins de considérer le théâtre du monde contemporain avec une certaine distance. L’histoire a ceci de commun avec la photographie, qu’elle permet, entre autres choses, un effet d’estrangement » ; Carlo Ginzburg parle de cet ouvrage de Siegfried Kracauer dans Le fil et les traces. Vrai faux fictif, Lagrasse, Verdier, 2010 [2006], p. 389-392.

11 Carlo Ginzburg, «Qualche domanda a me stesso», in Carlo Ginzburg Premio Balzan 2010 per la storia d’Europa (1400-1700), Milan, Fondazione Internazionale Balzan, 2011, p. 13.

12 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in Jeux d’échelles. La mycro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, p. 15-36, à la p. 19 ; Carlo Ginzburg, & Trigve Riiser Gundersen, « On the Dark Side of History », Eurozine (mis en ligne le 11 juillet 2003). [http://www.eurozine.com/article/2003-07-11-ginzburg-en.html]

13 Ginzburg, « Qualche domanda a me stesso », art. cit., p. 13.

14 À distance, op. cit., p. 11.

15 Pierre Bourdieu, « L’inconscient d’école », Actes de la recherche en sciences sociales, 135, 2000, p. 3-5.

16 « Il affirme qu’il voulut d’abord être romancier, puis peintre. Étudiant les humanités à Pise, il hésitait sur la discipline qu’il choisirait, et finit par devenir historien. Mais “devint”-il vraiment historien ? » : Pierre Savy, « Carlo Ginzburg. Historic Strip », Labyrinthe, 32 | 2009 (1), mis en ligne le Ier février 2011. URL : http://labyrinthe.revues.org/3997.

17 Carlo Ginzburg, Enquête sur Piero della Francesca. Le « Baptême », le cycle d’Arezzo, la « Flagellation » d’Urbino, Paris, Flammarion, 1983 [1981], p. 19.

18 C. Ginzburg, À distance, op. cit., p. 157-159.

19 Ibid., p. 12.

20 Carlo Ginzburg, Nulle île n’est une île. Quatre regards sur la littérature anglaise, Lagrasse, Verdier, 2005 [2000], p. 11 : « Au jeu d’échecs de la recherche intellectuelle, les tours majestueuses des disciplines avancent implacablement en ligne droite : le genre de l’essai se déplace plutôt comme le cheval, de manière imprévisible, sautant d’une discipline à l’autre, d’un ensembe de textes à l’autre ».

21 Ginzburg, À distance, op. cit., p. 26 : « Comprendre moins, être ingénu, rester stupéfait, sont des réactions qui peuvent nous aider à voir davantage, à saisir une réalité plus profonde, plus naturelle », sur ce point les observations de Sylvia Giocanti dans l’article publié ici ; une technique analogue de contournement du réel est envisagée dans l’article sur le paradigme de l’indice : « si la réalité est opaque, des zones privilégiées existent – traces, indices – qui permettent de la déchiffrer », C. Ginzburg, « Traces », art. cit., p. 290.

22 Sur le paradigme « galiléen », relatif aux disciplines qui enquêtent sur le monde naturel, cf. ibid., p. 250.

23 Poulin, art. cit., p. 185.

24 Philippe Mangeot, « De près, de loin des rapports de force en histoire. Entretien avec Carlo Ginzburg », in Vacarme, 18, hiver 2002, http://www.vacarme.org/article235.html.

25 C. Ginzburg, « Mythes, emblèmes, traces », art. cit., p. 9.

26 C. Ginzburg, À distance, op. cit., p. 35.

27 Ibid., p. 36 : « En soulignant les enjeux cognitifs de l’estrangement, je voudrais m’opposer aussi avec la plus grande clarté à certaines théories en vogue, qui tendent à brouiller jusqu’à les rendre indistinctes les frontières entre l’histoire et la fiction » ; pour une discussion de cette prise de position, cf. François Hartog, « Aristote et l’histoire, une fois encore », in Critique, 2011/6 n° 769-770, p. 540-552.

28 C. Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2003 [2000], p. 82.

29 À ce sujet, voir les considérations de Luc Boltanski, Enigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012, p. 275.

30 Perry Anderson, « The Force of the Anomaly », in London Review of Books, 34, n° 8, 26 avril 2012, p. 3-13.

31 Cf. C. Ginzburg, T. R. Gundersen, « On the dark side of history », art. cit.

32 C. Ginzburg, « Qualche domanda a me stesso », art. cit. p. 10.

33 C. Ginzburg, À distance, op. cit., p. 12.

34 Ibid., p. 162-163 et Carlo Ginzburg et Martin Rueff, « La lettre tue. Sur quelques implications de la deuxième épître aux Corinthiens 2, 3.6 », Critique, 2011/6 n° 769-770, p. 576-605.

35 P. Anderson, « The Force of the Anomaly », art. cit. p. 7.

36 Sur l’estrangement comme « stratégie de repeuplement du monde social […] par les non humains » voir les observations de Van Damme, « À distance », art. cit.

37 Ph. Mangeot, « De près, de loin des rapports de force en histoire », art. cit. : « Il n’y a pas de serment d’Hérodote ou de Thucydide pour les historiens comme il y a un serment d’Hippocrate pour les médecins ; mais s’il y en avait un, le respect des morts devrait y figurer ».

38 Sur la distinction « émique »/ « étique » (emic/etic), cf. aussi, Carlo Ginzburg, « l’historien et l’avocat du diable », entretien avec Charles Illouz et Laurent Vidal », Gèneses, 2003/4 n. 53, p. 113-138, à la p. 126 et Simona Cerutti, « Histoire pragmatique, ou de la rencontre entre histoire sociale et histoire culturelle », Tracés. Revue de Sciences humaines [Online], 15 | 2008, Online since 1 December 2010, connection on 4 September 2013. URL : http://traces.revues.org/733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.733.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandro Landi, « Avant-propos »Essais, Hors-série 1 | 2013, 9-17.

Référence électronique

Sandro Landi, « Avant-propos »Essais [En ligne], Hors-série 1 | 2013, mis en ligne le 05 octobre 2020, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/essais/1877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.1877

Haut de page

Auteur

Sandro Landi

EA 4574 SPH. Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.
sandro.landi@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search