Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Comptes rendusVittorio Frajese, La censura in I...

Comptes rendus

Vittorio Frajese, La censura in Italia. Dall’Inquisizione alla polizia

Sandro Landi
p. 202-205
Référence(s) :

Vittorio Frajese, La censura in Italia. Dall’Inquisizione alla polizia, Roma-Bari, Laterza, 2014, 240 p. 

Texte intégral

1Il n’existait pas à ce jour une synthèse d’histoire de la censure dans la péninsule italienne à l’époque moderne. Le principal mérite de cet ouvrage c’est donc de combler cette lacune. Son originalité tient au choix d’une périodisation longue qui correspond au processus que l’auteur identifie comme le fil conducteur de son analyse : la naissance, à la moitié du XVIe siècle, de la censure ecclésiastique ; sa progressive substitution par une police des livres mise en place, dans les différents états italiens, au cours du XVIIIe et du XIXe siècle.

2Dans le premier chapitre, qui fait office d’introduction, l’auteur se propose d’expliquer la spécificité du cas italien. L’invention de l’imprimerie et la « césure » qu’elle détermine dans les manières de rendre public un texte, contraint « les grands pouvoirs d’Europe » (p. 4) à mettre en œuvre des dispositifs de censure préalable des manuscrits. À l’intérieur de ce cadre – dont la complexité, faute d’analyse comparative, est simplement évoquée – la censure qui s’installe dans les différents états italiens se caractérise par « un dualisme institutionnel ». En effet, si partout en Europe « le personnel ecclésiastique et la culture religieuse » jouent un rôle déterminant en matière de contrôle de l’imprimerie, en Italie la censure ecclésiastique est une émanation directe de la souveraineté pontificale (p. 5). En d’autres termes, cet abus de souveraineté constitue le trait dominant de la censure italienne ainsi que le facteur qui détermine, dans la longue période, ses transformations.

3En réalité, pour les deux tiers de ce livre (chapitres I-VII), la censure qui relève des états n’est traitée que de façon épisodique. Ce qui intéresse l’auteur, c’est avant tout de mettre en lumière les assises théoriques, l’étendue et le fonctionnement de la censure ecclésiastique. Par une longue digression explicative (p. 6-14), celui-ci fait remonter ses origines au premier concile de Nicée : c’est à partir de ce moment que l’Eglise s’arroge le droit de définir les vérités de la foi et d’interdire, iure ecclesiae, les écritures jugées hérétiques. Le refus de la culture savante, typique du mouvement franciscain à ses origines, ainsi que sa répulsion à l’égard de la culture écrite (p. 8) ne constituent qu’un facteur aggravant d’une attitude intellectuelle très durable dont le fondement est avant tout d’ordre juridique. V. Frajese rappelle à plusieurs endroits (par ex. p. 46) la dimension canonique de la censure : en droit canon, la censure est une peine spirituelle qui prive le chrétien, pécheur et rebelle, des biens spirituels qui sont au pouvoir de l’Eglise. Dans cette perspective, il n’est donc de véritable censure que de censure ecclésiastique.

4V. Frajese illustre la mise en œuvre de ce principe dans la période qui suit la Réforme. Les étapes de ce processus sont très connues : fondation de la Congrégation du Saint-Office, dont les pouvoirs en matière de censure sont fixés par un édit de 1543 ; création en 1572, par Grégoire XIII, de la Congrégation de l’Index à laquelle est confiée la tâche d’établir la liste des livres interdits. Grâce notamment aux travaux de Gigliola Fragnito, le rapport conflictuel qui s’établit entre ces deux organismes est également un élément acquis par l’historiographie_. Si V. Frajese n’apporte à ce sujet d’éléments novateurs, son analyse se distingue par la supériorité de droit qu’elle attribue à l’Inquisition, seule institution habilitée à invalider un Index, même celui voulu par Sixte V en 1590 (p. 37). Plus originale est l’attention que l’auteur porte aux formes de résistances engendrées par la censure ecclésiastique. Abstraction faite des explications douteuses, à caractère culturaliste, qui relient la faible résistance opposée à l’Inquisition à une supposée prédisposition à la pénitence « enracinée dans la culture italienne » (p. 49), l’auteur consacre sans doute ses meilleures pages aux formes de contournement des interdits expérimentées par des auteurs et des éditeurs (p. 69-87).

5Face à la prééminence de la censure ecclésiastique, à son enracinement et à son efficacité, du moins relative, V. Frajese peine à trouver une justification à la censure exercée parallèlement par les états de la péninsule. Il y parvient en renouant avec la catégorie désuète de juridictionnalisme, dont le principal exemple est la république de Venise au XVIIe siècle. Sur la base de travaux récents consacrés à la communication politique dans ce contexte, V. Frajese identifie la sphère de compétence de la censure civile avec la gestion de l’information et du secret d’état, essentielle dans la construction du consensus (p. 92 et 100). En outre, à la différence de la censure inquisitoriale dont le but est le contrôle de la lecture savante, la censure du prince, selon l’auteur, s’intéresserait essentiellement « aux classes populaires » (p. 53). Toutefois, à la lumière de cas de lecteurs populaires devenus également, grâce aux archives du Saint-Office (cfr. Le dossier de Domenico Scandella étudié par Carlo Ginzburg) des cas historiographiques majeurs, le caractère schématique et inopérant de cette distinction paraît évident.

6La perspective jusridictionnaliste, fondée sur la confrontation état/église, structure la partie de cet ouvrage consacrée à la sécularisation du contrôle de l’imprimé tout au long du XVIIIe et du XIXe siècle (chapitres VII-XI). Les états de la péninsule présentent à ce sujet une variété de situations irréductibles à un modèle dominant. L’auteur s’attarde en particulier sur les cas du Grand-duché de Toscane et du Duché de Milan, le premier dans l’orbite, le second, partie intégrante de l’Empire. Dans les deux cas, le déclin de la censure inquisitoriale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, procède parallèlement à l’émergence d’une « police », savoir et dispositif administratif qui s’intéresse au bon gouvernement des comportements et des opinions des sujets. Le modèle est ici celui de la polizeiwissenshaft que l’auteur étonnamment ignore pour privilégier un parallèle avec l’expérience française (p. 153-156). Sans doute parce que, dans l’optique téléologique qui est la sienne, l’évolution de ces censures vers des formes de contrôle qui privilégient la répression plutôt que la prévention des abus, semple rappeler l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. V. Frajese souligne en effet la portée anthropologique de ce texte qui détermine l’abolition de la censure des manuscrits (p. 160).

7En réalité, le chapitre consacré à la Restauration (p. 177-197) montre sans conteste que la Révolution ne constitue pas un tournant dans les dispositifs de censure en vigueur dans les états italiens. Alors que la police absorbe en large partie les fonctions exercées par l’Inquisition, la censure préalable est presque partout rétablie (p. 178). Seulement l’extension au Royaume d’Italie de la législation piémontaise sur la presse de 1848, détermine sa suppression définitive.

8Tout nouveau livre sur la censure en Italie à l’époque moderne s’inscrit dans un débat ancien et, en même temps, actuel. Plus précisément, le livre de V. Frajese s’inscrit en faux contre toute interprétation visant à souligner les ambiguïtés de la censure : en d’autres mots, le fait que la censure soit, notamment en Italie, l’expression d’une souveraineté double, ecclésiastique et étatique, fortement imbriquée. Les recherches les plus novatrices dans ce domaine ont mis en lumière la trame qui unit auteurs, censeurs et lecteurs – dont la contiguïté sociale et culturelle est parfois flagrante – dans une idéologie largement partagée de la censure et de la littérature_. Cette réalité complexe est tout simplement absente dans les pages de cette synthèse, dont la principale nouveauté est, en fin de compte, de marquer un retour de vieilles catégories et certitudes historiographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandro Landi, « Vittorio Frajese, La censura in Italia. Dall’Inquisizione alla polizia »Essais, 9 | 2016, 202-205.

Référence électronique

Sandro Landi, « Vittorio Frajese, La censura in Italia. Dall’Inquisizione alla polizia »Essais [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 23 octobre 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/essais/4838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.4838

Haut de page

Auteur

Sandro Landi

EA 4574 SPH. Université Bordeaux Montaigne
Sandro.Landi@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Essais

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search