Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Comptes rendusJean-Claude Maire Vigueur, Signor...

Comptes rendus

Jean-Claude Maire Vigueur, Signorie cittadine nell'italia comunale, et Paolo Grillo, Milano Guelfa (1302-1310)

Marco Conti
p. 204-207
Référence(s) :

Jean-Claude Maire Vigueur (éd.), Signorie cittadine nell'italia comunale, Rome, Viella, 2013

Paolo Grillo, Milano Guelfa (1302-1310), Rome, Viella, 2013

Texte intégral

  • 1 Les ouvrages sont les suivants : Signorie cittadine nell'italia comunale, éd J.-C. Maire Vigueur, R (...)
  • 2 Bientôt, l’intégralité de la base de données sera disponible à l’adresse http://www.italiacomunale. (...)

1La maison d’édition italienne Viella a mis en place, depuis deux ans, une collection du nom d’Italia Comunale e signorile dirigée par Jean-Claude Maire Vigueur et Andrea Zorzi. Cette collection comprend actuellement 6 volumes1. Les deux premiers ouvrages de celle-ci, Signorie cittadine nell'italia comunale et Milano Guelfa (1302-1310) seront analysés dans cette étude afin d’en présenter un bref compte rendu et de les mettre en relation avec la nouvelle directrice de recherche. À la base de ces travaux, il y a un projet PRIN (Progammi di Ricerca di Interesse Nazionale), commencé en 2010 sur une idée de A. Zorzi, qui s’est fixé pour but de répertorier l’intégralité des seigneuries italiennes. Le RESCI (Repertorio delle signorie cittadine italiane) se présente sous la forme d’une base de données exhaustive de toutes les formes de gouvernements de caractère personnel de l’Italie communale depuis le XIIIe siècle. Cet instrument comprend trois types de fiches : une personnelle sur les seigneurs ; une autre sur les familles des seigneurs ; et une dernière sur les villes qui ont connu des expériences de gouvernement seigneurial2.

  • 3 Partie composée de quatre contributions : P. Grillo, Signori, signorie ed esperienze di potere pers (...)

2Le premier ouvrage Signorie cittadine nell'Italia comunale est dirigé par J.-C. Maire Vigueur, qui enseigne à l’Università degli Studi di Roma Tre. L’ouvrage est composé de 645 pages partagées en trois sections. Les articles présents prennent en examen toutes les formes de gouvernements personnels dans Italie communale du XIIIe siècle jusqu’à la première moitié du XVe siècle. Cette approche est très importante car elle ne souhaite pas limiter les analyses aux seuls régimes traditionnellement appelés seigneuries citadines. Après l’introduction de Maire Viguer, la première partie de l’ouvrage a pour but de donner au lecteur une image d’ensemble sur le phénomène des seigneuries en Italie centre-septentrionale3. Pour chaque zone géographique a été pris en compte le plus grand nombre possible de cas, afin de procéder à une confrontation systématique des différentes formes de gouvernement, pour comprendre les raisons du passage à des pouvoirs centrés sur un pouvoir personnel.

  • 4 Partie composée de sept articles : R. Rao, Le signorie di Popolo ; T. Perani, I signori capifazione(...)

3La deuxième partie de l’ouvrage veut mettre en lumière les différents visages des seigneuries, pour bien faire la distinction entre plusieurs profils de seigneurs (seigneur-banquier, le seigneur-condottiere, le seigneur-évêque, etc.)4, et analyser les différentes modalités d’affirmation de cette forme de gouvernement personnel.

  • 5 Contributions de la troisième partie : G. Francesconi, I signori, quale potere ? Tempi e forme di u (...)

4La troisième et dernière partie mettront en évidence les changements des systèmes politiques, et leur rapport avec la société5. Il est important de contextualiser comment ces nouveautés sont élaborées et métabolisées pour chaque commune différente, avec la création de nouvelles magistratures, en limitant les pouvoirs des conseils citadins, le contrôle du territoire, etc. Ainsi, nous pourrons mettre à jour les dynamiques des rapports entre les différentes forces politiques et sociales. L’ouvrage se termine sur les conclusions de E. Crouzet-Pavan.

5Un volume qui réussit dans son intention, avec cette importante réflexion collective, à rénover la vielle théorie qui voulait une forte contraposition entre commune et seigneurie, la seigneurie étant le résultat de la crise politique du pouvoir communal. La modification des institutions communales ou la création de nouvelles était très évidente, notamment dans les seigneuries de popolo, c’est-à-dire dans le cas ou le seigneur était imposé par l’autorité populaire, et maintenait son pouvoir seulement dans le cas où il conduisait une politique en adéquation avec l’hégémonie populaire. L’Italie est l’exemple d’un extraordinaire laboratoire d’expériences politiques, un vrai kaléidoscope de nouvelles techniques de gouvernement et de changements de la participation à la vie politique citadine. Cet ouvrage est le premier à avoir affronté de manière systématique l’histoire des seigneuries. Restent encore des questionnements à soulever, afin de pouvoir comprendre la politique menée dans plusieurs secteurs, notamment dans celui de la fiscalité et de la gestion de l’argent public.

6L’ouvrage, Milano Guelfa (1302-1310), est constitué de 267 pages et rédigé par Paolo Grillo, professeur d’histoire médiévale à l’Università degli Studi di Milano. Il s’intéresse à l’histoire sociale, institutionnelle, militaire et religieuse de l’Italie du XIIe-XIVe siècle. Cet ouvrage analyse la vie politique, institutionnelle et sociale de Milan de juin 1302 à janvier 1311. Durant cette période, la partie des gibelins, dirigée par Matteo Visconti et ses pairs, a été exclue du pouvoir au bénéfice de la faction des Della Torre, lesquels décideront dans un premier temps de ne pas prendre le pouvoir formellement. Milan fera partie de la coalition des guelfes radicaux, comptant à leur tête les « guelfes noirs » florentins. Milan, durant cette brève période, proposera une aptitude politique plutôt novatrice. Le popolo, après la révolte des Visconti, conduira une politique dans le but d’insérer Milan de manière stable, dans les réseaux des guelfes sur la péninsule italienne. Cette nouvelle politique apportera de grands bénéfices au plan économique. Milan bénéficiera des grands capitaux des marchands Toscans, de même que d’un grand marché économique grâce à ses bons rapports avec Gênes. En revanche, les rapports seront plus difficiles avec Venise. Dans le même temps, l’activité productive sera augmentée sur ce territoire. Cette période très féconde touchera à sa fin, lorsque Guido Della Torre force les institutions communales, devenant capitano del popolo en 1307. L’équilibre est désormais compromis, et quand l’empereur Henri VII descendra en Italie, les milanais, exaspérés par ces dernières années de domination des Della Torre, lui ouvriront le port de la ville, permettant ainsi le retour des Visconti. Au même moment échouera le projet de créer une Italie guelfe, basé sur l’alliance entre Naples, Florence, Milan et Padoue. Paolo Grillo a réussi à mener une grande opération de recherches grâce à une quantité de sources très limitées mises à sa disposition. Malheureusement, cette perte n’a pas permis à l’auteur d’enquêter sur les détails dans sa sphère de recherche, mais il aura malgré cela pu brosser un important portrait de Milan au début du XIVe siècle, période clé de transformation politique pour de nombreuses villes italiennes. Cet ouvrage propose un regard éclairé au plan local et national, et présente l’avantage d’interpréter l’histoire de Milan, en n’oubliant jamais les mécanismes de coordination politique « intercitadine », qui a eu d’importantes influences sur la ville.

7Ces deux ouvrages ont donc pour intention de dépasser l’opposition entre commune et seigneurie, dans le sens où la seigneurie est née de la crise des institutions communales. Ils surpassent le paradigme tant logique que chronologique du passage séquentiel de la commune à la seigneurie. Cette nouvelle prospective d’études veut être plus attentive aux processus du gouvernement et à son arrière-pays idéologique, lesquels ont rendu possible la mise en évidence de la « nature contractuelle » de nombreuses seigneuries. La seigneurie ne se présente plus comme une alternative radicale à un système communal, mais plutôt comme une solution temporaire. L’histoire des seigneuries, grâce à ces travaux, n’est plus une période de transition entre communes et états régionaux.

Haut de page

Notes

1 Les ouvrages sont les suivants : Signorie cittadine nell'italia comunale, éd J.-C. Maire Vigueur, Rome 2013 ; P. Grillo, Milano guelfa (1302-1310), Rome 2013 ; Le signorie cittadine in Toscana. Esperienze di potere e forme di governo personale (secoli XIII-XV), éd. A. Zorzi, Rome 2013 ; Signorie italiane e modelli monarchici (secoli XIII-XV), éd. P. Grillo, Rome 2013 ; Tiranni e tirannide nel Trecento italiano, éd. A. Zorzi, Rome 2013 ; Cittadinanza e mestieri. Radicamento urbano e integrazione nelle città bassomedievali (secc. XIII- XVI), éd. B. Del Bo, Rome 2014).

2 Bientôt, l’intégralité de la base de données sera disponible à l’adresse http://www.italiacomunale.org (site Internet actuellement en construction 05/02/2015)

3 Partie composée de quatre contributions : P. Grillo, Signori, signorie ed esperienze di potere personale nell'Italia nord-occidentale (1250-1396) ; G. M. Varanini, Esperienze di governo personale nelle città dell'Italia nord-orientale (secoli XIII-XIV) ; A. Zorzi, La diffusione delle forme di governo personale e signorile in Toscana ; J.-C. Maire Vigueur, Comuni e signorie nelle province dello Stato della Chiesa.

4 Partie composée de sept articles : R. Rao, Le signorie di Popolo ; T. Perani, I signori capifazione ; T. Di Carpegna Falconieri, Signori venuti dal territorio ; A. Barbero, I signori condottieri ; B. Del Bo, I signori banchieri: premesse economiche-politiche e metamorfosi sociale ; F. Negro, I signori vescovi:note sul senso di una categoria ; A. Poloni, Forme di leadership e progetti di affermazione personale nei maggiori comuni di Popolo.

5 Contributions de la troisième partie : G. Francesconi, I signori, quale potere ? Tempi e forme di un esperienza politica “costituzionale” e “rivoluzionaria” ; M. T. Caciorgna, Alterazioni e continuità delle istituzioni comunali in ambito signorile ; L. Tanzini, Signori e consigli ; S. Diacciati, La creazione di nuove magistrature ; P. Merati, Elementi distintivi della documentazione signorile ; D. Cazian, Condivisione de potere, modalità di successione e processo di danastizzazione ; G. Taddei, Le forme di governo personale e signorile sulla città e sui territori sottoposti ; F. Cengarle, A proposito di legittimazioni: spunti lombardi, V. Loré, Dissenso e contestazione ; F. Pirani, Il papato e i signori cittadini nell'Italia del Trecento.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Conti, « Jean-Claude Maire Vigueur, Signorie cittadine nell'italia comunale, et Paolo Grillo, Milano Guelfa (1302-1310) »Essais, 8 | 2016, 204-207.

Référence électronique

Marco Conti, « Jean-Claude Maire Vigueur, Signorie cittadine nell'italia comunale, et Paolo Grillo, Milano Guelfa (1302-1310) »Essais [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 28 octobre 2020, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/essais/5478 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.5478

Haut de page

Auteur

Marco Conti

ED 483 ScSo (CIHAM). Université Lumière Lyon 2
Marco.Conti@unilyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Essais

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search