Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239La gravure de timbresCeux qui créent nos timbres

La gravure de timbres

Ceux qui créent nos timbres

Graveurs d’hier et d’aujourd’hui
Monika Nowacka
p. 15-29

Entrées d’index

Index géographique:

France

Index chronologique:

20e siècle, 21e siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lettre non datée d'Albert Decaris à Pierre Béquet, archives personnelles de l'artiste.

Ce xxe siècle vieillissant a la fièvre et cherche un équilibre difficile, étourdi et bousculé par ses inventions stupéfiantes. Elles ont rapidement modifié les habitudes et les comportements vingt fois séculaires. Elles quittent les centres de recherche, les laboratoires et les usines pour se dresser, gigantesques, bénéfiques ou maléfiques, dans le cours hasardeux de nos existences, où la vitesse, le vacarme, la violence se sont imposés. Et c’est alors, devant ces conditions souvent agressives, que s’affirme avec force la personnalité du graveur et plus encore celle de mes confrères graveurs de timbres-poste. Car ils sont, eux, l’antithèse de l’agitation et du désordre. Dans le silence de leurs ateliers les heures tournent, les matins et les soirs se succèdent, sur leurs têtes les années s’accumulent. L’œil collé à la loupe, ils creusent inlassablement, en retenant leur souffle, dans l’acier ou le cuivre, d’un burin qu’il leur faut, à la fois, pousser et retenir, les innombrables sillons qui vont constituer la gravure. Sûreté du dessin, richesse de l’imagination, maîtrise d’une technique passionnante, cet ensemble de tons et de science fait de ces graveurs des artistes accomplis, gardiens et continuateurs des qualités qui seront toujours à la base de l’œuvre d’art. À chaque émission leur travail est apprécié et commenté par des milliers de connaisseurs et l’Administration des Postes assure, par ses commandes, l’avenir d’un métier qui nous vient du fond des âges et qui a créé d’incomparables chefs-d’œuvre. Sans elle, il aurait peut-être déjà disparu1.

1Tout timbre commence par la trace d’un crayon ou d’un pinceau sur papier. Muni d’un burin, le graveur interprète le sujet à l’envers et à la taille du timbre sur une plaque en acier doux appelé « poinçon ». Ce savoir-faire requiert une perfection technique et ne permet aucune hésitation, aucun repentir. Il demande force, souplesse, patience et précision.

2Comment devient-on graveur de timbres-poste ? Pour mieux comprendre cette discipline artistique et technique particulièrement exigeante, quelques artistes d’hier et d’aujourd’hui ouvrent les portes de leurs ateliers...

Pierre Béquet

3Pierre Béquet est né le 27 octobre 1932, à Versailles. Adolescent, il fréquente l’atelier de Paul-Pierre Lemagny, graveur, membre de l’Institut et grand prix de Rome, qui lui fait comprendre que le dessin peut se concrétiser et devenir une forme d’art à part entière grâce à la gravure en taille-douce. Mais l’artiste ne touche à la gravure que lorsqu’il entre, en 1948, à l’école Estienne dans l’atelier de René Cottet. Quatre ans plus tard, il obtient son CAP de graveur en taille-douce avec mention très bien et entre, en 1953, à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Robert Cami. L’école Estienne lui ayant apporté la maîtrise de l’outil, l’école des Beaux-Arts, lui permet de se perfectionner et d’enrichir ses connaissances.

  • 2 Pierre Béquet, Itinéraire d'un artiste graveur en taille-douce, 2009

Estienne... école-temple du livre...
Du métier de graveur...
M’enseigna les techniques
Pointe sèche... Dessin sur le métal...
Burin... Festival de l’outil...
Eau-forte aux accents de l’acide...
Aquatinte -Trame-résine vibrante2...

4Lauréat de la fondation Laurent Vibert, Pierre Béquet, part avec d’autres artistes pour un premier séjour en Provence, source de contacts passionnants. Il se voit décerner, en 1960, le prix de Rome de la gravure en taille-douce.

Ill. 1. Marianne, timbre-poste d’usage courant dessiné et gravé par Pierre Béquet, imprimé en taille-douce et émis le 2 janvier 1971. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

Ill. 1. Marianne, timbre-poste d’usage courant dessiné et gravé par Pierre Béquet, imprimé en taille-douce et émis le 2 janvier 1971. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

5Soutenu par ses professeurs Cami et Cottet, c’est en 1961 qu’il dessine et grave sa première figurine postale : un timbre-taxe émis par le Congo sur le thème des moyens de transport des courriers. C’est le début d’une longue collaboration avec La Poste. En 1962, la Côte française des Somalis émet ses deux premiers timbres-poste dessinés et gravés. Suivent ensuite le Tchad, Monaco et bien d’autres pays... Sa première création pour la France, « xxe anniversaire des Maisons des Jeunes et de la Culture », voit finalement le jour en 1965. En effet, à cette époque l’artiste devait faire ses preuves en travaillant plusieurs années pour le BEPTOM et réaliser de nombreux timbres pour les pays d’outre-mer avant d’être sollicité par la France. En 1966, l’artiste reçoit le Grand Prix de l’art philatélique pour un timbre émis par les Terres australes et antarctiques françaises sur le thème de la découverte de la Terre Adélie. Ce prix lui est à nouveau remis en 1972, 1976 et 1982.

6Le timbre peut laisser une certaine liberté d’interprétation mais le plus souvent, l’artiste est tenu de fournir une image fidèle aux préconisations du cahier des charges. Aussi, en 1971, Pierre Béquet est l’auteur d’un timbre d’usage courant à l’effigie de « Marianne ». Son dessin fait beaucoup parler de lui. Le cahier des charges que reçoit l’artiste est, en effet, très stricte : la valeur doit apparaître en très gros chiffres, afin de faciliter le tri entre lettres et plis non urgents. Cet impératif ne rend malheureusement pas justice au talent de Pierre Béquet dont la Marianne, empreinte de calme et de gravité, est d’un dessin très épuré.

Ill. 2. Pierre Béquet, Temps... brasse, gravure sur cuivre, 1996. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

Ill. 2. Pierre Béquet, Temps... brasse, gravure sur cuivre, 1996. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.
  • 3 Jean-François Decaux, « Pierre Béquet, une vie partagée … avec la gravure », Timbres Magazine, dé (...)

7Cependant, certaines figurines laissaient un peu de souplesse dans le choix de la représentation et c’est le cas du timbre « Découverte des îles Crozet et Kerguelen » émis en 1972 qui reste son préféré. « Ce sont des terres mythiques que je n’ai connues qu’à travers les livres et les images qu’ils fournissent. Ces îles drainent un potentiel de rêve et de découverte, j’avais carte blanche... je me suis offert une petite part de rêve3 ».

Ill. 3. Marianne, illustration du document philatélique officiel du timbre-poste, dessin et gravure en taille-douce de Pierre Béquet, 1974. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 3. Marianne, illustration du document philatélique officiel du timbre-poste, dessin et gravure en taille-douce de Pierre Béquet, 1974. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
  • 4 Association d’artistes peintres, graveurs, créateurs de timbres-poste créée en 1980 qui a terminé (...)

8La première phase de son travail consiste à dessiner des parties de la composition sur des papiers calques qui, ajustés, aboutirons au dessin de la maquette six fois plus grande que le timbre. « Le danger d’une maquette aussi grande est de vouloir loger trop de détails, qui s’empâteraient à l’impression, c’est pourquoi je présente en même temps une reproduction photographique à la dimension exacte du timbre ». Longtemps président de l’association « Del. & Sc.4 » regroupant tous les créateurs de timbres, Pierre Béquet déclare avoir fait une seule concession aux procédés modernes, c’est l’utilisation de la photographie. En effet, une photo du dessin est imprimée sur le poinçon en acier que l’artiste reçoit pour son travail de gravure. « Auparavant, dit-il, les artistes devaient reproduire leur maquette à la main, à la taille exacte du timbre, sur une feuille de gélatine transparente. Ils commençaient à graver à la pointe sèche le dessin à l’endroit, puis, retournant la feuille, l’imprimaient à l’envers sur le poinçon, à l’aide de soufre déposé pour les sillons pour former un décalque. C’était évidemment beaucoup moins précis qu’une photo. »

Ill. 4. Pierre Béquet dans son atelier

Ill. 4. Pierre Béquet dans son atelier

9Pierre Béquet travaille le timbre avec la même force que pour ses créations personnelles, cuivres de grands formats. C’est, en effet, par l’élimination d’une partie du métal, puis à l’aide du burin, qu’il dessine et grave ses estampes avec son langage propre. Ses œuvres reflètent ses thèmes de prédilection : la mer, le vent, l’espace, la vitesse et pour finir le temps qui le hante et marque profondément sa gravure. Tout dernièrement, il réalise un ouvrage autobiographique intitulé Itinéraire d’un artiste graveur en taille-douce, tiré à trois cents exemplaires, dans lequel il marie l’écriture à la gravure pour créer des pages en harmonie avec les mots.

  • 5 Pierre Béquet, Itinéraire d'un artiste graveur en taille-douce, 2009, p. 37

Le Temps, embrasse, serrant son Sablier-fétiche ;
incarné en corsaire, il brasse de la toile ou use des
cinq pieds de la mesure marine, solitude du marin
ou bien geste physique, souffrant de l’abstinence
des mois passés en mer, sans aucune tendresse...
Et pendant cette escale, il brûle tous ses feux
avant de repartir au large, au gré du caprice des vents...5

René Quillivic

10Paris, boulevard Montmorency. La maison de René Quillivic où il vit et travaille actuellement, témoigne à travers son atelier des trois générations artistiques de la famille. En effet, né à Carpentras le 30 avril 1925, d’un père sculpteur et d’une mère peintre, l’artiste commence à graver très jeune. Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris où, spécialisé dans la gravure, il est élève de Robert Cami et Paul-Pierre Lemagny puis de Nicolas Untersteller et Henri Dropsy. En 1948, il travaille avec André Lhote et rencontre Fernand Léger dont il devient le disciple.

  • 6 Quillivic conçoit des médailles pour la Monnaie de Paris depuis 1948, date de la réalisation de s (...)

11Premier Second Grand Prix de Rome de gravure en taille-douce en 1950 il part, deux ans plus tard, conseillé par le graveur et membre du jury, Albert Decaris, à la Casa Vélasquez, à Madrid, où la rencontre avec la peinture de Greco le marque profondément. Riche de cette expérience, son retour à Paris, le conduit vers l’enseignement. Professeur de la Ville de Paris, il fait la connaissance Claudine Béréchel, artiste sculpteur, qu’il épouse. Après deux années d’activités dans ce domaine, il décide de se consacrer à un travail plus personnel. Ses recherches sur les volumes le mènent, d’une part au décor monumental, d’autre part à la médaille dans le cadre du renouveau de cet art à la Monnaie de Paris6. Il réalise ainsi des décors monumentaux qui s’inspirent et adoptent le principe de la gravure en creux. L’artiste creuse dans les matériaux les plus divers tels que le béton, le marbre, le granite, le schiste ou encore la céramique. Naissent alors des décors dans les écoles, casernes et autres institutions administratives ou muséales. Parmi eux, la caserne de la Garde républicaine, boulevard Kellerman, à Paris ; la pile centrale du Pont de Créteil, dans le Val-de-Marne ou encore un cadran solaire en lave de Volvic à Saint-Flour.

Ill. 5. Métiers d’art, épreuve d’artiste du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par René Quillivic, 1978. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 5. Métiers d’art, épreuve d’artiste du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par René Quillivic, 1978. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
  • 7 Établissement public à caractère administratif, dépendant du ministère de Coopération, qui de 195 (...)

12Sous le conseil d’Albert Decaris, l’artiste commence à travailler pour La Poste au début des années 1970, années florissantes pour la gravure en taille-douce. C’est sur la gravure d’un portrait de Chagall qu’il est jugé. Maret, alors directeur de l’imprimerie, lui confie pour cet examen l’original de l’aquarelle de l’artiste, son portrait photographié, un bloc d’acier et la loupe binoculaire d’André Frères, ancien graveur de l’imprimerie. En 1969, suite à cette épreuve, Quillivic se voit confier la gravure de son premier timbre-poste émis à l’occasion de la construction du nouveau siège de l’Union postale universelle, à Berne, dessiné par Bernard Minne, pour la Principauté de Monaco. Il entre alors en contact avec les graveurs de l’Atelier du timbre-poste : Jean Miermont, Roger Fenneteaux et Claude Jumelet qui lui apprennent de nombreuses astuces pour graver. L’obtention du prix Jean Goujon en 1969 lui ouvre les portes vers la création philatélique pour le Bureau d’études des postes et télécommunications d’outre-mer (BEPTOM)7. En 1973, il obtient le Grand Prix de l’art philatélique pour les territoires d’outre-mer. Son premier timbre pour la France, « Basilique de Saint-Nicolas-de-Port », n’est réalisé, lui, qu’en 1974. C’est le point de départ d’une production abondante dont témoignent près de deux cent cinquante timbres-poste qui portent sa signature, tant pour la France que pour les pays francophones. Afin de choisir son thème, sa composition, l’artiste se déplace régulièrement sur le site qui est le sujet de l’émission. Le nombre de dessins qu’il propose varie selon les émissions. Ses amis graveurs de l’imprimerie sont, à ses débuts, d’un précieux conseil en matière de la gravure des timbres, mais d’autres encore, tels que Pierre Gandon, Albert Decaris ou Eugène Lacaque participent à la formation d’un style qui lui est si personnel. L’artiste a pour habitude de faire des tirages d’épreuves d’état du poinçon mais plus encore, il adopte une méthode bien originale, insufflée par le graveur alsacien Lacaque, qui consiste à gratter de la mine de crayon comté noire au-dessus des tailles du poinçon afin d’obtenir, suite à un minutieux essuyage, une empreinte de ces creux sur un papier cartonné préalablement enduit de cire d’abeille vierge...

Ill. 6. Métiers d’art, illustration du document philatélique officiel du timbre-poste, dessin et gravure en taille-douce de René Quillivic, 1978. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 6. Métiers d’art, illustration du document philatélique officiel du timbre-poste, dessin et gravure en taille-douce de René Quillivic, 1978. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

13Bien que le travail de René Quillivic semble être très diversifié de part les matériaux et les volumes traités, l’artiste reste, durant toute sa vie, fidèle à la gravure. Il grave les murs de décors monumentaux de la même façon qu’il grave les monnaies ou les timbres. « À l’heure où la fonction même de l’œuvre d’art est remise en cause, je reste fidèle à l’outil et à la valeur magique du sillon tracé par le burin sur une plaque de cuivre, dit-il. Si dans ma vie, j’ai pratiqué des techniques multiples, au gré des circonstances ou de ma fantaisie, ma vision est demeurée graphique. Mon œil voit avant tout, la structure, l’architecture des choses. C’est « l’échelle » qui confère à l’œuvre sa grandeur indépendamment de sa taille. Le but de l’artiste est d’exprimer par son écriture ses rapports au monde. » Le timbre est selon lui l’unique véhicule qui permet de faire entrer dans la vie quotidienne de tout un chacun, une œuvre d’art quand il s’agit d’une gravure originale...

Ill. 7. René Quillivic dans son costume d’académicien

Ill. 7. René Quillivic dans son costume d’académicien

14René Quillivic est membre de l’Institut (académie des Beaux-Arts) depuis 1994 au fauteuil qu’occupait Louis-Oscar Roty, créateur du célèbre timbre-poste « Semeuse ». Aujourd’hui, l’artiste ne grave plus de figurines et se consacre d’avantage à son œuvre personnelle, la gravure des médailles pour la Monnaie de Paris et la réalisation de ses propres poèmes qu’il publie sous forme de recueils illustrés d’estampes originales numérotées et tirées à cinquante exemplaires.

15

Ill. 8. « Quand ma muse abuse, / Je ruse / Et par un huis ancien / unique issue dont j’use / Dans la nuit / Je m’enfuis / En une folle fugue ». René Quillivic, Le Ciel et la Mer, texte et illustration en taille-douce, extraits de l’ouvrage, éd. Imprimerie Nationale & ateliers Rigal, Fontenay-aux-Roses, 2005. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

Ill. 8. « Quand ma muse abuse, / Je ruse / Et par un huis ancien / unique issue dont j’use / Dans la nuit / Je m’enfuis / En une folle fugue ». René Quillivic, Le Ciel et la Mer, texte et illustration en taille-douce, extraits de l’ouvrage, éd. Imprimerie Nationale & ateliers Rigal, Fontenay-aux-Roses, 2005. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

Claude Andréotto

16Né le 9 février 1949 à Paris, Claude Andréotto est diplômé de l’école supérieure d’arts graphiques Estienne. Durant ses études, il apprend les principales techniques picturales et graphiques et notamment la gravure en taille-douce dans l’atelier de René Cottet. Dessinateur, illustrateur et metteur en page, il travaille d’abord pour la presse : L’Écho de la mode, Osmose, Emmanuelle, puis pour de nombreux éditeurs en réalisant des gravures au burin, des sérigraphies et diverses illustrations. Très vite, l’artiste découvre l’univers du timbre-poste qui l’attire par ses caractéristiques de « médium véhiculant gravure et dessin ». En 1974, il commence avec la création de son premier timbre-poste « Nicolas Copernic », une longue collaboration avec La Poste et l’outre-mer.

Ill. 9. Antoine Le Nain, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, Monaco, 1988

Ill. 9. Antoine Le Nain, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, Monaco, 1988

17Vient ensuite, l’année suivante, la commande du timbre « Fondation santé des étudiants de France » qu’il dessine et grave entièrement et en 1976 d’une figurine émise à l’occasion de l’exposition philatélique mondiale de la jeunesse « Juvarouen », élue « plus beau timbre du monde » en Italie et pour laquelle il reçoit aussi le Grand Prix de l’art philatélique français. Ce prix lui sera à nouveau remis en 1984 pour l’émission « Philexjeunes’ 84 ».

Ill. 10. Lycée Henri IV, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, France, 1996

Ill. 10. Lycée Henri IV, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, France, 1996
  • 8 Arphila '75. Art et technique du timbre-poste, Colloque international, palais de l'UNESCO, 14-15 (...)

18Parallèlement à ses créations philatéliques, Claude Andréotto participe à de nombreuses expositions parmi lesquelles « Arphila’ 75 » qui mettait en lumière la contribution apportée par le timbre-poste à la diffusion de la connaissance des arts. Le colloque qui clôt l’exposition porte sur le thème de l’art et de la technique du timbre-poste. Il fait l’objet d’une publication8 et a un impact important sur l’univers artistique du timbre dans les décennies suivantes. L’association « Del.& Sc. » voit en effet le jour réunissant autour d’une belle cause tous les artistes créateurs de timbres. Claude Andréotto en fait partie. Il est également membre du conseil d’administration de celle qui a pris la relève en 2005, « Art du timbre gravé ».

19Après « Arphila », l’artiste expose à Paris, Varsovie, Québec et New York.

Les commandes de La Poste s’accélèrent et, à coté de ses créations personnelles fondées sur la conjugaison des nouvelles technologies avec la maîtrise des médiums et techniques d’autrefois, l’artiste dessine et grave aussi bien pour la France que pour Andorre, Monaco, départements et territoires d’outre-mer ou États africains.

Ill. 11. Claude Andréotto

Ill. 11. Claude Andréotto

20Admirateur de Léonard de Vinci et de Dürer, Claude Andréotto pratique les arts plastiques dans leurs plus pures traditions. L’artiste redécouvre et applique les médiums à peindre de la Renaissance à ses œuvres, dans un souci permanent d’équilibre, d’harmonie pure pouvant contenter l’œil et peut-être plus… jusqu’à sa découverte dans les années 1980 des ordinateurs et de leurs possibilités picturales. La palette graphique devient alors son outil privilégié de création. Dès lors, son univers pictural s’enrichit et l’artiste se sent en accord avec son environnement et son époque. « Mon acquis artistique classique associé étroitement aux ‘‘nouvelles techniques’’ me permet de dépasser mes recherches, de scruter les couleurs et les formes, de trouver les meilleures harmonies. ». Avec l’ordinateur, son travail évolue. Aujourd’hui, Claude Andréotto réalise ses créations en mixant gestuelle manuelle et informatique. Mais ce qu’il conçoit sur écran n’est qu’une étape dans toute une chaîne de création qui est finalisée seulement après une impression en couleurs aux dimensions réelles du tableau ou de la maquette de timbre. Ses œuvres personnelles, résultats de ses recherches expérimentales sur différents supports et matières sont soutenues par ces moyens informatiques. En 1992, Claude Andréotto expose une trentaine de tableaux « numériques » à la fondation Vasarely à Aix-en-Provence. En 1993, voit le jour le groupe Paradoxe dont il est le fondateur ; groupe qui réunit des artistes et plasticiens autour d’un concept commun appelé « métamorphose numérique » et dont le principe est d’utiliser ou de détourner les nouvelles technologies dans la création.

Ill. 12. Pétrel à menton blanc, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, TAAF, 1996

Ill. 12. Pétrel à menton blanc, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, TAAF, 1996

21L’artiste reçoit de nombreux prix pour ses créations philatéliques de France et d’outre-mer. Il est aujourd’hui l’auteur de plus de cinq cents timbres-poste pour la France, les DOM TOM, les TAAF, Monaco et le Vatican, chiffre qui continue à augmenter d’année en année9...

Pierre Albuisson

22Né le 26 septembre 1952, à Madagascar, Pierre Albuisson est artiste dessinateur, maître-graveur et graphiste. Il a sept ans quand, au cours d’une promenade avec ses parents, il découvre un livre sur Albrecht Dürer, ouvert dans une vitrine. Une révélation pour l’enfant, qui commence alors à copier à la plume les dessins du maître allemand. Quelques années plus tard, découvrant que les œuvres de Dürer sont gravées, il achète les premiers outils nécessaires, et apprend tout seul à les utiliser, si bien qu’il n’a qu’une douzaine d’années lorsqu’il produit sa première œuvre gravée.

23Quand vient le temps du lycée, il suit les cours du soir à l’école des Beaux-Arts de Mâcon, dans laquelle il entre pour le cycle officiel d’études et obtient, trois ans plus tard, une attestation d’études d’arts plastiques. Deux ans après, en 1973, il décroche le diplôme national de gravure avec les félicitations du jury, suivi du prestigieux prix international Rank-Xerox de gravure. Durant ces années d’étude, il fait une rencontre décisive avec l’académicien, écrivain et sociologue, Roger Caillois, qui lui sert de directeur intellectuel, lui choisit ses lectures et lui propose une collaboration artistique qui aboutira à l’illustration de trois de ses ouvrages. Par la suite, il rencontrera également l’académicienne Margueritte Youcenar dont il illustrera un ouvrage.

Ill. 13. Pierre Albuisson, Bordeaux (Gironde), 2009

Ill. 13. Pierre Albuisson, Bordeaux (Gironde), 2009

24En 1975, il décroche son premier titre de « meilleur ouvrier de France » dans la catégorie gravure sur cuivre pour impression et, en 1986, le titre en gravure sur acier pour impression ; aujourd’hui il préside le jury de ce concours de gravure. Pendant cinq ans, il enseigne le dessin, le graphisme et les techniques d’impressions à l’école des Beaux-Arts de Mâcon. Cependant, en désaccord avec la pédagogie dictée et développée nationalement donc dans cette école, il quitte son poste.

25Dans le cadre d’expositions personnelles, de prix de gravure, et de biennales, il expose dans de nombreuses villes françaises ainsi qu’en Allemagne, au Brésil, en Espagne, aux États-Unis, au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Pologne, en Suisse... Nombreuses sont les thématiques abordées dans ces œuvres, sujets fantastiques aboutissant à ce qu’il nomme le « transréalisme » : réalisations classiques dans lesquelles la nature lui fournit sa plus grande source d’inspiration. Il résume ses recherches par ces quelques lignes. : « Ma trilogie est des yeux sachant contempler la Nature, un cœur capable de la ressentir, et un esprit qui ose la suivre pour la réfléchir. L’éthique rejoignant pour la nourrir l’esthétique. Toujours à la recherche de ce point de liberté lumineuse où s’équilibrent toutes les oppositions. Dans l’amour de toute chose vivante, par le dessin je découvre l’anima des choses et des êtres et leur connexion discrète, complexe qui touchent, émeuvent, et nous font effleurer du bout des doigts dans la simplicité, l’unité des lois du vivant. »

Ill. 14. Pierre Albuisson

Ill. 14. Pierre Albuisson

26En 1980, l’artiste décide de se lancer dans la gravure des timbres-poste. Aussi, il adresse à Albert Decaris un dossier contenant certaines de ses réalisations. Le célèbre graveur, impressionné par les travaux du jeune homme le met en contact avec le BEPTOM (bureau d’études pour les postes et télécommunications d’outre-mer).

27Il réalise l’année suivante son premier timbre-poste, Pierre Curie et la découverte de la radioactivité, pour la République du Mali. Son premier timbre-poste français Le Palais idéal du facteur Cheval date de 1984. Depuis, l’artiste travaille régulièrement pour la France, Andorre, les pays d’Afrique, Monaco et depuis 1998 pour les Terres australes et antarctiques françaises. Plusieurs centaines de timbres-poste voient ainsi le jour, parmi lesquels plusieurs obtiennent des récompenses mondiales. Il fait aussi l’expérience de travailler pour la fabrication des billets de banque et réalise des étiquettes de vins pour de très grands crus, étiquettes sécurisées comme les billets.

28Pierre Albuisson dessine la plupart du temps les timbres qu’il grave. Dans son atelier, se côtoient les techniques de dessins les plus traditionnelles avec des techniques informatiques diverses. Une maquette bien dessinée est, selon lui, la garantie d’une bonne œuvre gravée. Le dessinateur doit avoir conscience du travail du graveur qui suit. Mais graver à partir de dessins d’autres personnes apporte toujours quelque chose. « Quoi qu’il en soit, on fait toujours passer de soi-même dans l’œuvre, bien sûr dans le timbre ». « Il y a aussi la joie de dessiner des sujets très variés que l’on pense au départ très loin de nos affinités et qui se révèlent passionnants et enrichissants. »

29C’est toute une vie que l’artiste consacre à la gravure. « Bien imprimée avec une belle encre, elle offre des reliefs multiples ». C’est une technique qui vit en relief avec la lumière et c’est ce qui fait sa beauté. La taille-douce fait du timbre-poste l’estampe la moins chère du monde. Et certains timbres, comme ceux de Czeslaw Slania ou les timbres gravés tchèques imprimés en six ou huit couleurs superposées sont de véritables chefs-d’œuvre dans l’histoire de la gravure. C’est aussi pour l’amour de la gravure et de l’avenir du métier que Pierre Albuisson fonde, en décembre 2004, l’association Art du timbre gravé. Celle-ci compte aujourd’hui plus de mille adhérents ou se mêlent, presse philatélique, négociants, et de nombreux artistes dessinateurs et graveurs du monde entier. Préserver l’avenir du métier passe selon lui par l’apprentissage des jeunes à une époque où la gravure n’occupe pas la place qu’elle mérite.

30Après des études comparées des religions avec son guide, l’académicien Roger Caillois, et un long travail sur les résurgences de certains mythes dans le folklore européen, il se passionne pour la très ancienne tradition des tilleuls à danser. Ce travail débouche aujourd’hui sur son projet culturel européen10, car nous dit-il « il n’y a pas d’artiste qui ne soit un homme social ».

31Enfin, quand il pose ses crayons et burins, c’est pour prendre l’archet et son nyckelharpa et jouer, chanter dans le groupe de dix musiciens « Fest-Tilia » au répertoire allant de la musique à danser du Moyen-Âge à nos jours à travers l’Europe ; cultiver son jardin, soigner les arbres de son verger et marcher à l’écoute de la forêt avec son chien11.

Yves Beaujard

32Né le 27 novembre 1939 à Saint-Aignan-sur-Cher dans le Loir-et-Cher, Yves Beaujard est diplômé de l’école Estienne où il est élève de René Cottet et de Pierre Forget, tous deux auteurs de nombreux timbres-poste.

33En 1966, il réalise ses premiers timbres-poste pour le Viêt Nam, puis travaille dans le domaine de la publicité. Après ses études et son service militaire il a l’opportunité, grâce à son professeur René Cottet, de partir pour les États-Unis et de travailler dans une entreprise fiduciaire, l’US Banknote. Là, il apprend les techniques traditionnelles, pratiquées par les portraitistes du xixe siècle.

Ill. 15 et 16. Marianne et l’Europe, maquette du timbre-poste dessinée par Yves Beaujard, crayon sur papier, 2008 et timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Yves Beaujard, émis le 1er juillet 2008. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 15 et 16. Marianne et l’Europe, maquette du timbre-poste dessinée par Yves Beaujard, crayon sur papier, 2008 et timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Yves Beaujard, émis le 1er juillet 2008. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

34Ainsi, durant une dizaine d’années, Yves Beaujard grave des billets de banque, des actions bancaires ou encore des objets de collection avec des portraits de présidents américains. Il rentre en France en 1977 et, tout en continuant à travailler pour les États-Unis par correspondance, il se lance dans l’illustration et se voit confier la réalisation de couvertures de livres, puis de romans, avant de se tourner vers les illustrations documentaires pour des albums à thèmes pour un jeune public. Il a aujourd’hui à son compte, l’illustration de plus de desux cent cinquante ouvrages. Parmi eux, des classiques tels que Le Dernier des Mohicans pour Hachette, Les histoires du Père Castor pour Flammarion ou encore des livres éducatifs tels que Les Gaulois ou la Renaissance chez Fleurus. Mais Yves Beaujard n’a jamais abandonné pour autant la taille-douce et décide de reprendre contact avec La Poste qui lui confie en 1999 la réalisation de son premier timbre-poste pour la France à l’effigie de l’historien et essayiste catholique Frédéric Ozanam. Il dessine et grave ensuite les portraits de Jean-Pierre Bloch (2001), la Basilique de Notre-Dame de l’Épine (2003) et conçoit, en 2004, La Liberté éclairant le monde, clin d’œil pour l’Américain d’adoption qu’il fut durant plusieurs années9.

Ill. 17. Yves Beaujard, Charles Dickens, gravure au burin.

Ill. 17. Yves Beaujard, Charles Dickens, gravure au burin.

35Mais c’est l’année 2008 qui restera pour lui gravée à tout jamais... Cette année-là, son dessin est choisi pour figurer sur le nouveau timbre-poste d’usage courant représentant La Marianne et l’Europe, émis le 1er juillet 2008. Ce concours pour la « Marianne » ornant le timbre le plus diffusé de France, est difficile à gagner. Yves Beaujard en est conscient. Il est conscient également que son expérience de portraitiste l’a aidé. Le portrait de la République est traité de manière classique à l’image des gravures suédoises, notamment celles de Czeslaw Slania dont il admire grandement le travail. Cheveux dans le vent Marianne est vêtue d’un bonnet phrygien qu’entourent les étoiles symbolisant l’Europe.

Ill. 18. Yves Beaujard

Ill. 18. Yves Beaujard

36Depuis décembre 2004, Yves Beaujard est vice-président de l’association Art du timbre gravé qui souhaite promouvoir la gravure en taille-douce face aux nouvelles technologies. « À travers l’association nous avons pu constater que nombreux sont encore les philatélistes attachés à cette belle tradition. » Aujourd’hui, l’artiste se consacre essentiellement à la gravure ainsi qu’à la formation de la jeune génération à la technique du burin. Il se déplaçait encore récemment dans les écoles pour présenter son travail et expliquer en quoi consiste son métier. L’école Estienne lui envoyait de temps en temps ses étudiants qu’il conseillait et auxquels il apprenait à graver de très petits formats. Parallèlement, il peint et continue, occasionnellement, à graver des billets de banque pour les pays étrangers tels que le Salvador, le Venezuela ou l’Estonie.

Elsa Catelin

37Née en 1975 à Coutances, dans la Manche, Elsa Catelin est diplômée d’une licence en arts plastiques de l’université de Haute-Bretagne, à Rennes. Tout d’abord dessinatrice, elle découvre la gravure en taille-douce durant ses études à l’atelier Brito. Prise de passion pour cette discipline, elle intègre la première année de DMA gravure à l’école Estienne en 1997, où elle obtient le diplôme des métiers d’art avec les félicitations du jury.

Ill. 19. Elsa Catelin

Ill. 19. Elsa Catelin

38Durant ses études et lors de différents stages, elle s’initie à la gravure de poinçons typographiques à l’Imprimerie nationale, à la sérigraphie d’art à l’atelier Eric Seydoux, à la gravure et au timbrage de fers à dorer et au gaufrage chez l’imprimeur parisien Intaglio. Ses premières expériences professionnelles sont celles de la gravure industrielle chez Boutroué à Paris ou encore, dans le domaine médical chez Pillet Hand Protheses aux États-Unis et à l’Institut national des jeunes aveugles où elle réalise des manuels pédagogiques, tels que des abécédaires, des plans ou encore des maquettes tactiles. Elle expose ensuite à La Rochelle, à Paris et à Honfleur. Finalement, elle quitte Paris en 2004, s’installe à Périgueux, et travaille à l’atelier de gravure des timbres-poste de l’imprimerie Phil@poste-Boulazac. Elle coordonne aujourd’hui l’activité de la cellule « gravure traditionnelle et numérique » du laboratoire photographique, imprime les épreuves de présentation de tous les poinçons pour les clients et étudie la faisabilité des projets réalisés en taille-douce. « Mon métier se situe à la croisée de l’artisanat d’art et des processus industriels, dit-elle, connaissant les rouages de l’imprimerie, je suis souvent sollicitée pour l’étude de projets et n’hésite pas à aller fouiller dans les secrets de fabrication pour contribuer à donner jour à de beaux projets. »

Ill. 20. 800ème anniversaire de la cathédrale de Reims, bloc de deux timbres-poste dessinés et gravés en taille-douce par Elsa Catelin, 2011

Ill. 20. 800ème anniversaire de la cathédrale de Reims, bloc de deux timbres-poste dessinés et gravés en taille-douce par Elsa Catelin, 2011

39Elle y découvre et apprend avec plaisir la gravure industrielle et les différents stades de fabrication des timbres-poste. « Chaque branche de ce métier est intéressante... Le calage des machines pour l’impression de plusieurs couleurs, par exemple, dit-elle, il faut être extrêmement rigoureux, faire un travail propre, soigné, d’une grande précision. » Son premier poinçon gravé est l’interprétation du dessin Anniversaire de Sempé pour l’illustration du « document philatélique officiel » accompagnant l’émission du timbre-poste en 2004. Cette même année elle réalise une vignette du blason des Grimaldi pour le bloc feuillet émis par Monaco en hommage à Grace Kelly. Avant de créer son premier timbre-poste pour la France à la fin de l’année 2006, l’artiste conçoit deux figurines pour les Terres australes et antarctiques françaises cette même année. Elsa Catelin est consciente que travailler à l’imprimerie est un atout pour son apprentissage du timbre. « J’ai beaucoup appris en voyant les projets de mes confrères, depuis l’arrivée des maquettes jusqu’à l’impression et en analysant les maquettes avec le groupe d’imprimeurs, fabricants, graveurs qui déterminent les paramètres techniques. »

40La réalisation des dessins étant cadrée par un cahier des charges bien précis, les contraintes techniques guident l’artiste dans la création des dessins préparatoires au timbre. « Mon investissement dans la réalisation des maquettes est dépendant de multiples aspects : l’inspirations face au sujet, l’iconographie fournie, les possibilités techniques d’impression, la portée symbolique et affective..., explique-t-elle, chaque réalisation est singulière. Certaines ont été légères et spontanées, c’est le cas du timbre Pornic, La Rochelle ou encore 800 ans de la cathédrale de Reims ; mais d’autres ont été longues et faites d’allers et retours comme le bloc de timbres Poupées de collection ou Mémorial de Gaulle, conceptions où les demandes de modifications détournent la création initiale et où le travail de commande prend le pas sur la spontanéité ». Elsa Catelin a néanmoins un faible pour les timbres de grand format dits « panoramiques » comme celui sur le thème de La Rochelle émis en 2008, ou encore pour les blocs composés de plusieurs figurines, comme celui créé pour les Terres australes et antarctiques françaises en 2010 sur le thème des baleines des mers australes. Les paysages et l’architecture sont les thèmes qui dominent l’ensemble de ses réalisations. L’artiste travaille souvent sur calque de grand format, à l’encre ou au crayon et c’est seulement après quelle appose les légendes et l’image destinée au poinçon « report » étant le sujet secondaire du timbre.

Ill. 21. Impressions de reliefs, carnet de 12 timbres-poste gravés en taille-douce par Elsa Catelin, 2011

Ill. 21. Impressions de reliefs, carnet de 12 timbres-poste gravés en taille-douce par Elsa Catelin, 2011

41Elle est aujourd’hui l’auteur de cinquante-deux timbres-poste pour la France, Monaco et les DOM TOM, de plusieurs vignettes LISA (libre service d’affranchissement) et de gravures et illustrations de nombreux produits philatéliques tels que les documents philatéliques officiels, cartes et souvenirs.

42Son temps libre, Elsa Catelin, l’utilise pour créer et graver les timbres pour différentes Postes du monde, logos ou faire-parts. Ayant deux enfants en bas âge, elle met aujourd’hui « en sommeil sa production artistique et caresse régulièrement l’espoir de s’y remettre... »

Haut de page

Notes

1 Lettre non datée d'Albert Decaris à Pierre Béquet, archives personnelles de l'artiste.

2 Pierre Béquet, Itinéraire d'un artiste graveur en taille-douce, 2009

3 Jean-François Decaux, « Pierre Béquet, une vie partagée … avec la gravure », Timbres Magazine, décembre 2005, p. 69

4 Association d’artistes peintres, graveurs, créateurs de timbres-poste créée en 1980 qui a terminée son activité dans les années 1990.

5 Pierre Béquet, Itinéraire d'un artiste graveur en taille-douce, 2009, p. 37

6 Quillivic conçoit des médailles pour la Monnaie de Paris depuis 1948, date de la réalisation de sa première médaille : « L’Ile de Sein ».

7 Établissement public à caractère administratif, dépendant du ministère de Coopération, qui de 1956 à 1994, était chargé d'aider dans le domaine de la poste et de la télécommunication, les Territoires d'Outre-mer (TOM) et les États nouvellement indépendants qui le souhaitaient. Il était chargé notamment de la conception des timbres-poste des anciennes colonies françaises devenues indépendantes.

8 Arphila '75. Art et technique du timbre-poste, Colloque international, palais de l'UNESCO, 14-15 juin 1975.

9 Site officiel de l’artiste : http://www.andreotto.com

10 www.tilleuls-a-danser.eu

11 Site officiel de l’artiste : http://www.pierre-albuisson.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Marianne, timbre-poste d’usage courant dessiné et gravé par Pierre Béquet, imprimé en taille-douce et émis le 2 janvier 1971. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Ill. 2. Pierre Béquet, Temps... brasse, gravure sur cuivre, 1996. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Ill. 3. Marianne, illustration du document philatélique officiel du timbre-poste, dessin et gravure en taille-douce de Pierre Béquet, 1974. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Ill. 4. Pierre Béquet dans son atelier
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Ill. 5. Métiers d’art, épreuve d’artiste du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par René Quillivic, 1978. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Ill. 6. Métiers d’art, illustration du document philatélique officiel du timbre-poste, dessin et gravure en taille-douce de René Quillivic, 1978. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Ill. 7. René Quillivic dans son costume d’académicien
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Ill. 8. « Quand ma muse abuse, / Je ruse / Et par un huis ancien / unique issue dont j’use / Dans la nuit / Je m’enfuis / En une folle fugue ». René Quillivic, Le Ciel et la Mer, texte et illustration en taille-douce, extraits de l’ouvrage, éd. Imprimerie Nationale & ateliers Rigal, Fontenay-aux-Roses, 2005. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Ill. 9. Antoine Le Nain, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, Monaco, 1988
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Ill. 10. Lycée Henri IV, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, France, 1996
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Ill. 11. Claude Andréotto
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Ill. 12. Pétrel à menton blanc, épreuve du timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Claude Andréotto, TAAF, 1996
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Ill. 13. Pierre Albuisson, Bordeaux (Gironde), 2009
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Ill. 14. Pierre Albuisson
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Ill. 15 et 16. Marianne et l’Europe, maquette du timbre-poste dessinée par Yves Beaujard, crayon sur papier, 2008 et timbre-poste dessiné et gravé en taille-douce par Yves Beaujard, émis le 1er juillet 2008. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Ill. 17. Yves Beaujard, Charles Dickens, gravure au burin.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Ill. 18. Yves Beaujard
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Ill. 19. Elsa Catelin
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Ill. 20. 800ème anniversaire de la cathédrale de Reims, bloc de deux timbres-poste dessinés et gravés en taille-douce par Elsa Catelin, 2011
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Ill. 21. Impressions de reliefs, carnet de 12 timbres-poste gravés en taille-douce par Elsa Catelin, 2011
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1019/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Nowacka, « Ceux qui créent nos timbres »Nouvelles de l’estampe, 239 | 2012, 15-29.

Référence électronique

Monika Nowacka, « Ceux qui créent nos timbres »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 239 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/estampe/1019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.1019

Haut de page

Auteur

Monika Nowacka

Doctorante en histoire de l’art, chargée de conservation des collections philatéliques à l’Adresse Musée de La Poste, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search