Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239La gravure de timbresLa part de l’ombre

La gravure de timbres

La part de l’ombre

Les dessous de l’élaboration d’une émission philatélique de la poste aérienne en 1947
Laurent Albaret
p. 46-53

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je renvoie le lecteur à l’étude d’André Paul, Histoire des PTT pendant la deuxième guerre mondia (...)

1À la sortie du second conflit mondial, l’administration des Postes – comme de nombreuses institutions d’État – se recompose et se réorganise. La déroute militaire de 1940, l’exode et l’Occupation marquent une organisation et un personnel qui doivent se reconstruire en 1944, dans le cadre du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF)1. Dans ce contexte, les décisions d’épuration touchent l’administration des Postes – une commission centrale d’épuration est d’ailleurs installée pour instruire les dossiers « postaux » –, mais l’accent est mis sur les œuvres de secours et les comités d’accueil qui participent à la réconciliation nationale et qui prennent une part non négligeable dans les mesures postales, notamment dans le domaine des émissions de timbres-poste.

  • 2 Pour exemples, les timbres émis en mai 1945 « aidez les tuberculeux », émission à la demande du (...)
  • 3 Pour exemples, l’émission d’un timbre-poste « Oradour » en octobre 1945 et d’une série de timbre (...)
  • 4 Pour exemples, les émissions commémorant Alfred Fournier et Henri Becquerel en février 1946 – ré (...)
  • 5 Une série de timbres de la poste aérienne est lancée en mai 1946 par Jean Letourneau, ministre d (...)

2Dans les années d’après-guerre, les Postes vont ainsi, à plusieurs reprises, émettre des timbres-poste pour des causes nationales qui touchent la population française2, pour commémorer des villes martyres en raison de faits de guerre3, ou rendre hommage à des personnages, hommes et femmes4, défenseurs de grandes causes nationales ou qui ont marqué la période de la guerre. Les timbres-poste de la poste aérienne échappent un temps à cette politique de commémoration et du souvenir, alors qu’ils sont des vecteurs forts de communication nationale et internationale. La reprise des relations aériennes au-delà des frontières – les liaisons aéropostales transocéaniques sont rétablies dès le premier semestre 1945 –, et dans un même temps la réorganisation de la poste aérienne, provoque ces émissions, généralement liées à des augmentations de tarifs postaux, et ce dès 1946. Alors que le programme philatélique courant est fortement orienté par les comités et autres œuvres sociales, les timbres de la poste aérienne émis en 1946 et 1947 restent majoritairement allégoriques ou mythologiques5. Il faut attendre le second semestre de l’année 1947 pour voir les premières émissions de poste aérienne demandées par un comité d’œuvre sociale, l’Entr’aide Française.

Ill. 1. Maquette de Pierre Gandon retenue pour le timbre-poste Antoine de Saint-Exupéry. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 1. Maquette de Pierre Gandon retenue pour le timbre-poste Antoine de Saint-Exupéry. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

3L’Entr’aide Française a vu le jour à la Libération pour faire face aux besoins d’assistance des populations françaises en détresse. Elle succède au Secours National, créé en 1914 et chargé d’apporter une aide aux familles de militaires et aux populations civiles victimes des combats, épaulant ainsi les services sociaux de l’État. Instrumentalisé pour les besoins de la collaboration par l’État Français de Vichy, le Secours National disparaît de fait en 1944. Le général de Gaulle confie l’organisme à Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme (1944-1945) qui a présidé le Secours social en 1944, puis à Justin Godart (1945-1947). Cet organisme, dont le slogan en 1944 est « L’Entr’aide Française combat la misère », reçoit le produit de taxes pour mener à bien ses actions, notamment sur les cartes de rationnement de tabac. Entre 1944 et 1948, plusieurs émissions de timbres-poste se font également au profit de l’Entr’aide Française, et plus particulièrement les timbres de poste aérienne, à forte surtaxe faciale.

Ill. 2. Projet de Charles Mazelin non retenu pour Lionel de Marmier. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 2. Projet de Charles Mazelin non retenu pour Lionel de Marmier. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

4En 1947, l’Entr’aide Française souhaite pour son profit une émission de timbres de poste aérienne rendant hommage à des pilotes de guerre français connus ou méconnus, morts au combat dans la campagne de France de 1940 ou à la Libération en 1944. Selon la presse de l’époque, les pilotes retenus doivent être « représentatifs de l’aviation française ». L’administration des Postes porte son choix initial sur trois personnages, illustrant le monde de l’aviation et la valeur des hommes qui le composent : Antoine de Saint-Exupéry, Lionel de Marmier et Jean Dagnaux.

5Le choix du premier, Antoine de Saint-Exupéry, ne fait aucun doute et rassemble doublement les suffrages, à la fois politiques et populaires. Comme il est noté dans La quinzaine philatélique du 1er février 1948 : « peu de figures sont aussi attachantes dans l’histoire de l’aviation française que celle du commandant Antoine de Saint-Exupéry ». L’histoire officielle de cet écrivain et pilote est universellement connue. Né le 20 juin 1900 à Lyon (Rhône), il obtient, après un service militaire dans l’aviation, son brevet de pilote comme sous-lieutenant, affecté au 34e régiment d’Aviation. Engagé aux Lignes Aériennes Latécoère en 1926, chef d’escale à Cap Juby fin 1927, il travaille ensuite sur la ligne d’Amérique du Sud en 1929. Pilote d’essai, journaliste pour Paris-Soir, instructeur, il est pilote dans une escadrille de reconnaissance aérienne lors de la mobilisation en 1939. Parti aux États-Unis après l’armistice, Antoine de Saint-Exupéry obtient son retour dans l’aviation de reconnaissance en 1943, rejoignant le groupe 2/33 en Sardaigne, avec le grade de commandant. Le 31 juillet 1944, il disparaît lors d’une mission photographique en Méditerranée, probablement abattu par un avion ennemi.

Ill. 3. Projets de Charles Mazelin non retenus pour Jean Dagnaux, représenté en grande tenue avec ses décorations. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 3. Projets de Charles Mazelin non retenus pour Jean Dagnaux, représenté en grande tenue avec ses décorations. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
  • 6 Sur Lionel de Marmier, voir la revue Icare, 102, Les lignes aériennes militaires, 1982.

6La notoriété des deux autres pilotes pressentis n’est pas aussi forte. Lionel de Marmier est méconnu du grand public. Alexandre Léonel Pierre de son vrai prénom, dit Lionel, est né le 4 décembre 1897 à Bellegarde-en-Marche (Creuse). Mobilisé en 1916 en tant que pilote de chasse – comme ses deux frères dont un est tué cette année-là –, il termine le conflit avec le grade de lieutenant, six victoires, décoré de la Croix de guerre, de la médaille militaire et de la Légion d’honneur. En 1919, il entre chez l’avionneur Nieuport, comme pilote d’essai, puis rejoint la Compagnie Franco-Roumaine de Navigation Aérienne, avant de s’engager chez Potez où il participe à la mise au point du Potez 28. En 1930, il est pilote à la Compagnie Générale Aéropostale, puis poursuit chez Air France. Engagé en 1939 dans le conflit comme commandant dans l’armée de l’air, Lionel de Marmier abat trois appareils dans les premiers jours de juin 1940, puis parvient à passer en Angleterre, rejoignant les Forces Françaises Libres du général de Gaulle. À la tête du Groupe de Combat n° 1 (GC1), il appuie le général Leclerc au Cameroun fin 1940, puis fonde le groupe Lorraine en septembre 1941, alors qu’il est détaché en Syrie. Colonel en 1942, organisateur des lignes de transport aérien militaire au Moyen Orient en 1943, il est aux côtés du général de Gaulle à Paris lors de la descente des Champs-Elysées le 26 août 1944. Lionel de Marmier disparaît le 30 décembre de la même année, dans un accident d’avion entre Alger et la France, à l’âge de 47 ans, avec le grade de général, « mort pour la France » en service commandé6.

  • 7 On trouve une biographie conséquence de Jean Dagnaux dans la revue Icare, 32, Jean Dagnaux et la (...)

7Jean Charles Joseph Dagnaux a un passé d’aviateur tout aussi prestigieux, mais également une fin tragique qui fait de lui un héros militaire7. Né le 28 novembre 1891 à Montbéliard (Doubs), il sert dans le 48e régiment d’artillerie et commence la guerre comme sous-lieutenant en 1914. L’année suivante, il rejoint l’aviation, désigné comme observateur d’artillerie sur Farman dans l’escadrille MSF 63. Blessé et amputé d’une jambe en février 1916, il repart dans une nouvelle affection, l’escadrille C-11 Les Cocottes, où il effectuera 83 bombardements. Jean Dagnaux passe son brevet de pilote le 2 septembre 1918. Surnommé « l’as à la jambe de bois », il sort de la guerre avec le grade de capitaine, la Croix de guerre avec huit palmes, plusieurs citations, la Légion d’honneur, trois blessures et quatre avions ennemis abattus ; il a 27 ans. En 1919, il rejoint les équipages des grands raids de Villacoublay, et assure avec Joseph Vuillemin – son ancien chef à l’escadrille C-11 – les raids Paris-Le Caire sur Breguet XIV par Constantinople (août 1919), Paris-Gao-Dakar sur Breguet XIV B2 (1920), France-Tchad pour la mission de Goÿs (janvier 1925) ou encore Paris-Téhéran et retour, puis une tentative Paris-Madagascar sur Breguet XIX (novembre 1926 - janvier 1927) qui n’aboutira pas. « Dagnaux l’Africain » travaille ensuite aux liaisons régulières avec l’Afrique et devient naturellement directeur de la régie Air Afrique en 1934. Engagé comme commandant en 1939, la guerre l’épargne un temps, car il est affecté à l’État-major des forces aériennes françaises. Il se fait alors muter au Groupement de Bombardement n° 19 et participe à plusieurs missions sur Amiot 143, avec le grade de lieutenant-colonel. Le 17 mai 1940, il est touché par les canons anti-aériens allemands au-dessus de l’Aisne, et meurt aux commandes d’un Amiot 354 qui s’écrase en feu dans le village de La Vallée-au-Blé, non loin d’Aubenton.

  • 8 Le dossier de cette émission philatélique – timbres identifiés sous YT 21 et 22 PA – est conserv (...)

8Alors que le choix des pilotes pour figurer sur cette émission n’est pas encore fait, plusieurs artistes sont consultés par l’administration des Postes pour réaliser les maquettes ; le dossier d’émission mentionne leurs noms et les demandes8. D’ores et déjà désigné comme le graveur de la série, Pierre Gandon, connu et reconnu par l’administration des Postes, est également sollicité pour les dessins. Né le 20 janvier 1899 à L’Haÿ-Les-Roses (Val-de-Marne), Pierre Gandon a suivi la voie de son père Gaston Gandon, déjà graveur de timbres pour les Postes françaises. Après avoir étudié à l’école Estienne et aux Beaux-Arts de Paris, élève d’Antoine Dézarrois, Pierre devient graveur. Brillant, il est prix de Rome de gravure en 1922 et remporte le prix de la Ville de Paris en 1926. Dessinateur et illustrateur de plusieurs livres, peintre de la fresque du pavillon du Tourisme pour l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937 – il obtient cette même année la médaille d’or des artistes français –, Pierre Gandon ne s’intéresse à la gravure des timbres qu’en 1941. Auteur d’une première série de timbres pour la colonie française du Dahomey, il réalise plusieurs dizaines de timbres pour l’État français, dont ceux de la Légion Tricolore ou les vignettes de la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme. Suspendu quatre mois à la Libération, Pierre Gandon est néanmoins l’auteur du timbre-poste « Marianne » qui porte son nom et qui voit le jour en janvier 1945, premier timbre d’usage courant de la IVe République. En 1947, Pierre Gandon, réhabilité par sa Marianne, vient d’achever la réalisation d’une série de figurines pour la poste aérienne et de plusieurs timbres-poste touristiques, dont celui sur « Conques » en Aveyron qui sera émis en décembre.

Ill. 4 et 5. Projets de Pierre Gandon pour le timbre-poste Lionel de Marmier et Jean Dagnaux. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 4 et 5. Projets de Pierre Gandon pour le timbre-poste Lionel de Marmier et Jean Dagnaux. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

9Pour les maquettes, Achille Ouvré et Charles Mazelin sont également consultés. Le premier propose uniquement un dessin pour Antoine de Saint-Exupéry. Achille Ouvré est un graveur de renom, mais d’un autre temps, surtout reconnu pour ses illustrations de livres. À 65 ans – il est né en 1872 à Paris –, sa carrière en tant qu’illustrateur et graveur de timbres est paradoxalement récente, puisqu’il a réalisé son premier timbre-poste en 1934, commémorant Joseph Marie Jacquard. Les années suivantes, il est sollicité pour plusieurs figurines, notamment une série de poste aérienne « Avion survolant Paris » en 1936, « Clément Ader » en 1938 ou encore « Charles Guynemer » en 1940. Auteur de quelques timbres sous l’État Français, Achille Ouvré reçoit commande de timbres d’œuvres sociales en 1945, comme celui célébrant la Croisade de l’air pur, émis en juillet 1945. Le second artiste, Charles Mazelin, est graveur de timbres-poste depuis 1939. Auteur de la Cérès qui porte son nom, il est également dessinateur et graveur d’un certain nombre de timbres-poste à l’effigie du maréchal Pétain. Épargné à la Libération, Charles Mazelin signera même un timbre-poste pourtant réalisé par Pierre Gandon, un hommage à Sarah Bernhardt très discutable. En 1947, pour cette émission de la poste aérienne, Charles Mazelin réalise deux projets représentant Jean Dagnaux et un Lionel de Marmier. Pierre Gandon réalise quant à lui des maquettes pour les timbres-poste d’Antoine de Saint-Exupéry et de Jean Dagnaux.

Ill. 6. Projet d’Achille Ouvré non retenu pour Antoine de Saint-Exupéry. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 6. Projet d’Achille Ouvré non retenu pour Antoine de Saint-Exupéry. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
  • 9 Note manuscrite du ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones, cabinet du directeur général (...)
  • 10 Coïncidence, c’est durant l’année 1948 qu’Antoine de Saint-Exupéry sera officiellement reconnu « (...)

10Le 18 juillet 1947, l’émission est officiellement autorisée par une note de l’administration des Postes. Si Antoine de Saint-Exupéry est retenu, le choix n’est pas encore fait à cette date entre Jean Dagnaux et Lionel de Marmier9. Le fait qu’Antoine de Saint-Exupéry soit choisi était joué d’avance, au vu de la notoriété de l’homme10. La priorité de Jean Dagnaux sur Lionel de Marmier se fait dans les semaines suivantes. Les faits qui entérinent cette décision ne sont pas clairement connus par les courriers du dossier d’émission, mais il est probable que Max Hymans, secrétaire général à l’aviation civile et commerciale (SGACC) à la Libération, informé du dossier, ait appuyé le choix de Jean Dagnaux, comme le laisse suggérer une note lui étant destinée et conservée dans le dossier d’émission. Par ailleurs, lors de l’Exposition nationale de souvenirs aéronautiques et de poste aérienne en 1947, deux vignettes sans valeur d’affranchissement avaient été réalisées par Jules Piel, la première pour fêter le cinquantenaire Clément Ader et la seconde pour un certain… Jean Dagnaux, le tout au bénéfice des Ailes Brisées, association d’entraide aux pilotes mutilés dont ce dernier en avait été le président de 1929 jusqu’à sa disparition. Cet as de la Première guerre mondiale est donc tout désigné pour être choisi.

  • 11 Lettre de la Direction Générale des Postes, 5e bureau, adressée au directeur de l’Imprimerie des (...)
  • 12 Le Musée postal de l’hôtel Choiseul-Praslin, au 4 rue Saint-Romain dans le 6e arrondissement de (...)
  • 13 « Lorsque les poinçons auront été acceptés, les sommes dues aux artistes leur seront payées : M. (...)

11Pour ce qui est de l’émission philatélique, « l’exécution des maquettes et poinçons a été confiée à M. Gandon », officiellement chargé des deux timbres par un courrier daté du 25 octobre de la même année11. Les deux artistes malheureux, Achille Ouvré et Charles Mazelin, sont dédommagés pour leurs dessins, qui sont versés aux collections du Musée postal de l’hôtel de Choiseul-Praslin12 ; Pierre Gandon reçoit dans un même temps le règlement pour la réalisation des maquettes et des poinçons13. Par une note non datée, les valeurs d’affranchissement et de surtaxe ont été définies par l’administration des Postes : 50 F + 30 F de surtaxe pour Antoine de Saint-Exupéry, 100 F + 70 F de surtaxe pour Jean Dagnaux, soit plus de huit fois le tarif de la lettre simple pour le premier, seize fois pour le second ! Les deux timbres seront de format horizontal, imprimés en taille-douce rotative à 25 timbres par feuille, sépia violacé pour Saint-Exupéry sur presse n° 11 de l’Imprimerie des timbres-poste de Paris, bleu pour Dagnaux sur presse n° 1 et 9.

  • 14 Contemporain de l’émission, un tableau récapitulatif des étapes est joint aux courriers et notes (...)
  • 15 Le 22 octobre 1947, il n’y a plus de ministère des PTT, les services sont rattachés à la préside (...)
  • 16 Lettre du secrétariat d’État à la présidence du Conseil, adressée au directeur de l’Imprimerie d (...)
  • 17 Lettre du ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones, cabinet du directeur général, datée d (...)
  • 18 Lettre du secrétariat d’État aux Postes, datée du 15 décembre 1947, adressé au directeur de l’Im (...)
  • 19 Note de la Direction générale des Postes, datée du 30 décembre 1947, « projet de Communiqué à la (...)
  • 20 Il s’agit d’un timbre-poste à l’effigie de Louis Braille, à la valeur de 6 F + 4 F, essentiellem (...)

12L’émission, initialement prévue dans le programme philatélique de 1947, prend doucement du retard14, retard imputable en partie aux évolutions administratives des Postes durant les dernières mois de l’année 1947 qui, d’un ministère de plein exercice, sont rattachées dans un premier temps au Secrétariat d’État à la présidence, puis deviennent un Secrétariat d’État à part entière15. Le dossier d’émission renseigne précisément sur les étapes à ces deux timbres. Si les ateliers d’impression sont informés dès le 25 octobre 1947, le Secrétariat d’État à la présidence du Conseil, probablement pressée par l’Entr’aide Française, rappelle son souhait d’une émission rapide afin que « les deux timbres-poste Avion avec surtaxe, dont M. Gandon exécute actuellement le poinçon, puissent être émis, si possible avant la Noël »16. La réalisation des dessins préparatoires aux maquettes fait débat entre l’administration des Postes et l’artiste, concernant la mention des noms sur les timbres. Le 14 novembre, une note pour l’Imprimerie des timbres-poste rappelle qu’il faut noter « de Saint-Exupéry » et qu’il est nécessaire « d’en tirer les conséquence utiles pour le timbre », note sèchement signée « Le Mouel », qui n’est autre que Joseph-Jean Le Mouel, directeur général des Postes de 1946 à 195417. Pierre Gandon rétorquera qu’il a écrit sur son dessin « Saint-Exupéry », comme le mentionne bon nombre de portraits contemporains, et qu’il ne reviendra donc pas dessus. Les bons à tirer « Saint-Exupéry » et « Dagnaux » ne sont finalement transmis à l’Imprimerie de Paris Brune que le 15 décembre 1947 par le secrétariat d’État aux Postes, enregistrés respectivement sous les numéros 1705 et 110218. L’impression se fera dans des délais très courts, un « projet de communiqué à la Presse et à la Radio » pour ces deux émissions étant préparé dès le 30 décembre 194719. Il est finalement décidé que cette émission, à laquelle on joint un troisième timbre-poste20, sera la première émission philatélique de l’année 1948. La circulaire n° 1 de l’année 1948 du secrétariat d’État aux Postes, signé par Joseph-Jean Le Mouel, est adressée aux directeurs départementaux et régionaux des Postes le 5 janvier 1948, rappelant que « le produit de la surtaxe dont sont grevées ces trois figurines sera versé à l’Entr’Aide Française ». La presse recevra quant à elle le communiqué et les photos les 8 et 9 janvier, soit dix jours avant l’émission.

Ill. 7. Bon à tirer de l’épreuve collective des deux timbres de la poste aérienne, « adoptée » et datée du 22 décembre 1947. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Ill. 7. Bon à tirer de l’épreuve collective des deux timbres de la poste aérienne, « adoptée » et datée du 22 décembre 1947. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris

13Le 19 janvier 1948, les trois timbres-poste, imprimés à 970 000 exemplaires chacun, surtaxés comme prévu au profit de l’Entr’aide Française, sont émis et diffusés dans tous les bureaux de poste de France. La vente est limitée dans un premier temps à dix exemplaires de chaque timbre par personne, et ce jusqu’au 31 janvier 1948, afin d’éviter une spéculation sur ces timbres-poste à forte valeur. L’administration des Postes s’est tout de même rendue compte que la vente des deux timbres de poste aérienne, dont la valeur faciale est beaucoup plus élevée, est délicate, notamment auprès d’abonnés qui doivent débourser des sommes conséquentes alors que l’on sort de la guerre. Elle a pris acte de la situation et, dans une note du 10 janvier 1948, a autorisé ces derniers « à titre exceptionnel, de réduire de 50 p. 100 au maximum le nombre de figurines que comporte leur abonnement », information reprise dans Bulletin Officiel des Postes n° 2 daté du 20 janvier 1948.

14La série est néanmoins bien reçue par le grand public, mais également par la presse spécialisée qui salue une Poste qui « honore la mémoire de deux héros », apprécie les sujets, la composition et le travail de gravure. Seuls les « 100 F de surtaxe pour deux timbres » sont unanimement critiqués malgré l’effort de l’administration. Les chiffres de vente sur Paris sont néanmoins éloquents sur les trois premiers jours : sur les 23 000 timbres de chaque valeur repartis sur onze bureaux principaux parisiens, près de 16 000 ont été vendus en trois jours et quatre bureaux sont en rupture de stock ! Inscrites au Bulletin Officiel des Postes n° 2 du 20 janvier 1948, les deux valeurs de poste aérienne seront retirées de la vente quelques mois plus tard, le 5 juin 1948. Quant à Lionel de Marmier, dont la carrière aéronautique est pourtant un exemple, on ne verra plus jamais un projet philatélique le concernant.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie le lecteur à l’étude d’André Paul, Histoire des PTT pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), 5 volumes, ministère des PTT, direction du Budget et de la Comptabilité, 1968, plus particulièrement le dernier volume sur la période de la Libération.

2 Pour exemples, les timbres émis en mai 1945 « aidez les tuberculeux », émission à la demande du Comité national de défense contre la tuberculose – de nouveau émis en 1946 avec une surcharge faciale –, et « pour nos victimes de la guerre », émission à la demande du Comité national d’assistance aux PTT. On peut également retenir le timbre-poste « Libération », émis en octobre 1945, pour fêter le retour à la France de l’Alsace et la Lorraine, « la voie de la Liberté » et « Résistance », émis respectivement en septembre et novembre 1947. La liste de ces timbres-poste est consultable dans les catalogues de cotation (Yvert & Tellier notamment) ou dans les Bulletins Officiels des Postes publiés annuellement.

3 Pour exemples, l’émission d’un timbre-poste « Oradour » en octobre 1945 et d’une série de timbres sur Dunkerque, Rouen, Caen et Saint-Malo, villes martyres, en novembre 1945.

4 Pour exemples, les émissions commémorant Alfred Fournier et Henri Becquerel en février 1946 – réémission du premier en octobre 1947 –, à la demande du ministère de la Santé publique, de la Société de prophylaxie sanitaire et morale, et de la Ligue contre le cancer, ou encore Louis Braille en janvier 1948, à la demande de l’Union des aveugles de guerre.

5 Une série de timbres de la poste aérienne est lancée en mai 1946 par Jean Letourneau, ministre des PTT, série confiée au graveur Pierre Gandon qui réalise quatre timbres-poste, mêlant mythologie et aviation moderne – en l’occurrence un bimoteur Lockheed electra : « Iris », « Char du Soleil » en mai 1946, « Sagittaire » en juillet 1946, et « Égine enlevée par Jupiter » en janvier 1947.

6 Sur Lionel de Marmier, voir la revue Icare, 102, Les lignes aériennes militaires, 1982.

7 On trouve une biographie conséquence de Jean Dagnaux dans la revue Icare, 32, Jean Dagnaux et la naissance des lignes africaines, 1960 ; R. Labric, Jean Dagnaux, l’as à la jambe de bois, éd. La technique du Livre, Paris, 1948. Voir aussi J.-L. Trassaert, « Pionnier de l’aviation méconnu. Jean Dagnaux », Le Monde des Philatélistes, 455 et 456 (septembre et octobre 1991).

8 Le dossier de cette émission philatélique – timbres identifiés sous YT 21 et 22 PA – est conservé aux archives de l’Adresse Musée de La Poste à Paris et a été consulté par l’auteur.

9 Note manuscrite du ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones, cabinet du directeur général, signée par Honoré Farat, directeur de cabinet [nommé en juin 1945] et datée du 18 juillet 1947, adressée à Max Hymans, dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste.

10 Coïncidence, c’est durant l’année 1948 qu’Antoine de Saint-Exupéry sera officiellement reconnu « Mort pour la France ».

11 Lettre de la Direction Générale des Postes, 5e bureau, adressée au directeur de l’Imprimerie des timbres-poste, datée du 25 octobre 1947, dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste.

12 Le Musée postal de l’hôtel Choiseul-Praslin, au 4 rue Saint-Romain dans le 6e arrondissement de Paris, est l’ancêtre de l’Adresse Musée de La Poste, aujourd’hui au 34 boulevard de Vaugirard dans le 15e arrondissement de Paris.

13 « Lorsque les poinçons auront été acceptés, les sommes dues aux artistes leur seront payées : M. Gandon : 2 maquettes, 25.000 F, 2 poinçons, 30.000 F […] » (lettre de la Direction Générale des Postes, 5e bureau, au directeur de l’Imprimerie des timbres-poste, datée du 25 octobre 1947, dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste).

14 Contemporain de l’émission, un tableau récapitulatif des étapes est joint aux courriers et notes du dossier d’émission conservé à l’Adresse Musée de La Poste.

15 Le 22 octobre 1947, il n’y a plus de ministère des PTT, les services sont rattachés à la présidence du Conseil (décret du 27 octobre 1947) et à son secrétaire d’État, Eugène Thomas à cette date. Mais par un décret du 26 novembre 1947, un secrétaire d’État aux Postes, Télégraphes et Téléphones est nommé ; il s’agira… d’Eugène Thomas. Ces mouvements entraînent aussi des changements dans les directions, M. Pouget, directeur des services extérieurs, devenant directeur de l’Imprimerie des timbres-poste (arrêté du 9 janvier 1948).

16 Lettre du secrétariat d’État à la présidence du Conseil, adressée au directeur de l’Imprimerie des timbres-poste, datée du 13 novembre 1947, dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste.

17 Lettre du ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones, cabinet du directeur général, datée du 14 novembre 1947, adressé à M. Bernard [Imprimerie des timbres-poste], dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste. Les mentions marginales font allusion à la réaction agacée de Pierre Gandon.

18 Lettre du secrétariat d’État aux Postes, datée du 15 décembre 1947, adressé au directeur de l’Imprimerie des timbres-poste, dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste.

19 Note de la Direction générale des Postes, datée du 30 décembre 1947, « projet de Communiqué à la Presse et à la Radio », dossier d’émission, L’Adresse Musée de La Poste.

20 Il s’agit d’un timbre-poste à l’effigie de Louis Braille, à la valeur de 6 F + 4 F, essentiellement destiné aux tarifs de la lettre simple pour l’intérieur et de la carte postale pour l’étranger (tarifs du 8 juillet 1947). Il est présenté comme le premier timbre-poste de la série des trois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Maquette de Pierre Gandon retenue pour le timbre-poste Antoine de Saint-Exupéry. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Ill. 2. Projet de Charles Mazelin non retenu pour Lionel de Marmier. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Ill. 3. Projets de Charles Mazelin non retenus pour Jean Dagnaux, représenté en grande tenue avec ses décorations. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Ill. 4 et 5. Projets de Pierre Gandon pour le timbre-poste Lionel de Marmier et Jean Dagnaux. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Ill. 6. Projet d’Achille Ouvré non retenu pour Antoine de Saint-Exupéry. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1022/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Ill. 7. Bon à tirer de l’épreuve collective des deux timbres de la poste aérienne, « adoptée » et datée du 22 décembre 1947. Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1022/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Albaret, « La part de l’ombre »Nouvelles de l’estampe, 239 | 2012, 46-53.

Référence électronique

Laurent Albaret, « La part de l’ombre »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 239 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/1022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.1022

Haut de page

Auteur

Laurent Albaret

Historien, spécialiste de l’aéropostale en France et de la Poste pendant les conflits, président de l’Union marcophile

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search