Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239La gravure de timbresLe timbre-poste « Figure parlante »

La gravure de timbres

Le timbre-poste « Figure parlante »

Un art figuratif et discursif qui éduque et transmet …
Pierre Albuisson
p. 75-77

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Alors que je ne marchais pas encore, en appui sur les trois points que sont mes genoux et mon coude gauche je libérais ma main droite pour tracer des lignes sur le sol pendant des heures entières. Ensuite, vint l’expérience des papiers, des crayons, des pinceaux et de la couleur avec ma première petite amie d’école bien plus expérimentée en peinture. Mais c’est à l’âge de sept ans que se produira le premier choc de mon existence, qui déterminera ma vocation : la vision dans la vitrine d’un libraire d’une gravure d’Albrecht Dürer. Je m’en souviens très bien, nous étions à Noël et mes parents s’étonnèrent de mon insistance à posséder ce chef-d’œuvre.

2Il est bien évident que la vision du monde qui s’ouvrait tout d’un coup à moi me parlait nettement plus que les bandes dessinées d’alors qui n’étaient pourtant pas médiocres : « Tintin », « Blake & Mortimer » pour n’en citer que quelques-unes.

3Cette œuvre de Dürer réjouissait mon âme en me dévoilant cette part de Sacré nichée au sein de la nature comme je devais le découvrir plus tard dans l’œuvre de Virgile.

Ill. 1. P. Albuisson, Le Pacafou, manière noire, 37,5 x 57 cm, sur papier BFK Rives 76 x 56 cm, 1973

Ill. 1. P. Albuisson, Le Pacafou, manière noire, 37,5 x 57 cm, sur papier BFK Rives 76 x 56 cm, 1973

4Cette évidence que l’imaginaire répondait aux mêmes lois qui celles qui régissent la matière vivante ou inerte m’imprégna tout au long de mes études à l’école des Beaux-arts. Ce sentiment ne manqua pas d’alimenter tout mon imaginaire lors de mes études et inspira mes premiers travaux sur un fantastique ancré dans le réel. Je pense que c’est au travers de l’approfondissement de la technique de la manière noire que je suis arrivé à trouver ce point de liberté lumineuse où s’équilibrent toutes les oppositions, la juste expression d’une lumière qui révèle soudain tous les mystères du monde des ténèbres.

5Cet attachement – cet ancrage - au réel, m’a surtout protégé de toutes les divagations frisant l’idolâtrie (je pèse mes mots) d’une soi-disant abstraction qui a pour vocation de s’obliger à ne rien représenter ; cet Art muet devant lequel le monde de l’art officiel se prosterne.

6Ce dictat ne laisse aux amoureux de l’Art de la représentation ou de l’Art discursif, car exprimant avec des images nécessairement des signes comme un discours avec le vocabulaire ; qu’une seule issue, une seule voie : la démolition du réel, la déstructuration vers le non reconnaissable, la perte des repères tournés vers l’Amour de toutes choses vivantes, la dissolution lente de la notion du Sacré dans l’Art, la disparition de l’aspect d’exemple éducatif sur les formes, la beauté et l’Art.

7La prise de conscience du monde et de la nature par l’esprit d’analyse du dessinateur ou du graveur engendre l’acte créateur de l’anima de l’être dessiné. En effet si la représentation des formes, des matières, des couleurs et des ombres et lumières est profondément ressentie et juste l’anima, de l’être du paysage ou de l’objet vient habiter l’œuvre dans une sorte de trans-réalisme. Toute œuvre digne de ce nom est « habitée ».

Ill. 2. P. Albuisson, bloc d’acier gravé au burin du portrait de John Huston, 10,3 x 7 cm, 2006

Ill. 2. P. Albuisson, bloc d’acier gravé au burin du portrait de John Huston, 10,3 x 7 cm, 2006

8La gravure est l’édification technique donnant vie à la matière inerte par le labeur constitué d’étapes d’élaborations raisonnées avec un fil conducteur d’inspirations et d’expirations. Un champ de travail où s’harmonise la tri - unité Esprit Mains Matière.

9Au prix de milliers d’années d’apprentissages manuels de toutes sortes, les mains occupent aujourd’hui dans l’homme 60 % des connections de son cerveau.

Avec le machinisme moderne et la disparition des métiers manuels allons-nous vers la pente inverse ?

J’affirme que oui, mais gardons une volonté optimiste !

10Si nous aimons les hommes et leurs avenirs il est temps que la prise de conscience de l’importance des métiers manuels soit relayée par des décisions d’ouvertures d’ateliers pour notre jeunesse car la grande partie des connexions cérébrales des mains se forment de la naissance à l’adolescence. Ceci est bien compris des conservatoires de musique.

11Les ateliers de gravure comme d’autres ont un rôle à jouer surtout avec les techniques directes. C’est le message que je diffuse partout en tant que « Meilleur Ouvrier de France », président de jury de la section gravure pour impression.

12La gravure est un patrimoine culturel unique qui est non seulement à préserver mais encore à enrichir.

C’est la raison pour laquelle, il n’est pas inutile de savoir que les timbres gravés des différents pays sont le dernier refuge officiel de l’art figuratif.

13Quels que soient les offices postaux des pays et les cultures, les auteurs de ces petites estampes miniatures sont des Artistes. Car, tout art, quel qu’il soit, répond d’abord à des techniques précises qui ont la particularité de s’adapter aux exigences et aux modes du temps présent.

Et c’est particulièrement vrai des timbres-poste, qui véhiculent les plus glorieux symboles.

14Car, outre les figures séculaires et les gloires nationales, le timbre commémore également tous les grands événements nationaux et internationaux. A travers le timbre-poste, on peut lire l’image qu’un pays se donne de lui-même, de sa culture et conjointement lire un livre d’histoire. Le timbre-poste est donc le reflet, pour chaque pays, d‘une symbolique lourde.

Ill. 3. P. Albuisson, timbre-poste John Huston pour Monaco, 3,6 x 4,8 cm, 2006

Ill. 3. P. Albuisson, timbre-poste John Huston pour Monaco, 3,6 x 4,8 cm, 2006

15Préambule sur les formes universelles pour situer la place de l’objet timbre :

161/ Les formes produites par accident ne connaissent ni ordre ni symétrie ni rythme chaque exemplaire est irrémédiablement unique, ce sont les galets, les nuages, les flammes, les craquelures, etc….

172/ Les formes produites par croissance, avec duplication d’une effigie avec un ordre de symétrie (dédoublement des vertébrés), ou autour d’une structure géométrique (comme l’oursin), autour d’une spirale (les coquillages), autour de plusieurs axes les arbres etc.

L’auteur (fondateur) se confond avec l’œuvre.

183/ L’œuvre est distincte de l’être qui la fabrique et extérieur à lui. Invention consciente, c’est le nid d’oiseau, la toile d’araignée, un panier, un monument, une matrice de timbre poste... Cette production s’ajoutant à la nature existe en dehors de l’auteur qui lui donne vie par son labeur pour diverses raisons, utilité, plaisir et bien d’autres.

194/ L’œuvre extérieure (catégorie 3) une fois créée, l’industrie apprend à la reproduire : c’est affaire de technique. Une matrice multiplie indéfiniment un modèle (statues, médailles, images, timbres-poste, sons, mouvements).

20De reproduction machinale, ces formes n’innovent pas, n’ajoutant qu’un nombre de répliques manufacturées au répertoire universel.

21Mon Ami Nathan Chaïkine, grand violoncelliste et collectionneur d’Art raffiné, me fit remarquer, en choisissant parmi plusieurs gravures identiques que chacune d’elles était habitée différemment.

22De ces quatre catégories (accident, croissance, projet, empreinte) certaines formes sont estimées belles, hideuses ou sans intérêt selon les goûts et les cultures.

23La nature, l’homme, la matière et la vie sont soumis aux lois physiques et biologiques qui gouvernent l’univers. Ces mêmes lois sont génératrices de beauté dans nos œuvres jusqu’au délire de l’imaginaire. Ce que nous estimons beau n’est qu’un acquiescement au jeu universel.

24Une œuvre d’Art nous donne le sentiment de perfection quand fasciné, on ne pourrait la désirer autrement et qu’elle active notre imaginaire.

25Le message que j’ai reçu à sept ans devant l’œuvre d’Albrecht Dürer c’est ce message que transmettent aux générations les milliers de timbres gravés figuratifs et leurs thématiques variées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. P. Albuisson, Le Pacafou, manière noire, 37,5 x 57 cm, sur papier BFK Rives 76 x 56 cm, 1973
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Ill. 2. P. Albuisson, bloc d’acier gravé au burin du portrait de John Huston, 10,3 x 7 cm, 2006
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Ill. 3. P. Albuisson, timbre-poste John Huston pour Monaco, 3,6 x 4,8 cm, 2006
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Albuisson, « Le timbre-poste « Figure parlante » »Nouvelles de l’estampe, 239 | 2012, 75-77.

Référence électronique

Pierre Albuisson, « Le timbre-poste « Figure parlante » »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 239 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/1030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.1030

Haut de page

Auteur

Pierre Albuisson

Graveur de timbres, Meilleur Ouvrier de France, président de l’association Art du timbre gravé

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search