Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239Le mail artStamp Art : entre correspondance ...

Le mail art

Stamp Art : entre correspondance et estampe

Jean-Noël László
p. 78

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans la préface de mon livre Timbres d’artistes, Marie-Claude Le Floc’h Vellay affirme que la philatélie est un art.

Depuis bientôt cent cinquante ans, la fabrication du timbre requiert le talent et le savoir-faire très spécifique de dessinateurs et graveurs, parfois illustres, et recourt à des techniques d’impression que ne renieraient pas, dans certains cas, de grands imprimeurs d’art.

2C’est pourquoi lorsque les Nouvelles de l’estampe m’ont proposé de participer à ce numéro spécial, j’ai accepté : il m’a semblé opportun de transmettre au lectorat de la revue, mes connaissances relatives à un domaine peu connu de l’univers de l’impression d’art : le stamp art.

3L’expression « stamp art » se compose des termes anglais stamp qui signifie timbre et art qui a le même sens qu’en français. C’est donc une utilisation artistique du timbre, terme qui peut être compris sous ses deux acceptions. Il s’agit tout autant de la vignette gommée, que du tampon.

4Cette pratique relève d’un mouvement de l’art contemporain apparu à la fin des années 1950, début des années 1960 et connu sous le nom de « mail art ».

5Le mail art apparaît en France en 1971 et 1972, grâce à Jean-Marc Poinsot, historien de l’art contemporaine et universitaire, qui organise une série d’expositions sur le mail art lors de la Biennale de Paris, ainsi qu’à Belgrade, Aix-en-Provence et Anvers. Ces manifestations furent accompagnées par la publication du livre Mail art communication à distance.

6C’est à la même période que l’artiste Hervé Fischer, fait paraître son ouvrage Art et communication marginale aux éditions Balland, dans lequel il montre comment par le détournement d’un petit objet banal – le tampon de caoutchouc –, les artistes, dans leur correspondance et dans les envois postaux qu’ils échangent (art par correspondance), mettent en placent une sorte de tam-tam tribal artistique qui nous révèle l’existence d’une « sub-sculture » très active et critique vis-à-vis de la société des années 1970, préfigurant les réseaux sociaux actuels.

7Les lecteurs des Nouvelles de l’estampe auront donc à cœur de lire les contributions de ces deux auteurs qui leur permettront de comprendre et d’apprécier historiquement et culturellement le mail art et son corollaire technique : le stamp art.

8Enfin, si ce numéro ne prétend pas à l’exhaustivité, il souhaite tout de même donner au lecteur suffisamment d’informations pour se faire une idée au plus juste de notre sujet. C’est dans cette esprit que seront reproduits la version originale de mon texte « le timbre c’est le message » paru tronqué dans l’ouvrage Timbres d’artistes, du manifeste du mail art et de quelques données bibliographiques de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël László, « Stamp Art : entre correspondance et estampe »Nouvelles de l’estampe, 239 | 2012, 78.

Référence électronique

Jean-Noël László, « Stamp Art : entre correspondance et estampe »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 239 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/1032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.1032

Haut de page

Auteur

Jean-Noël László

Artiste actif dans le domaine du mail art et du livre d’artiste. Auteur de nombreux textes sur le sujet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search