Skip to navigation – Site map

HomeNuméros238Comptes rendusLa Grisette dans tous ses états

Comptes rendus

La Grisette dans tous ses états

Valérie Sueur-Hermel
p. 72-74
Bibliographical reference

Elle coud, elle court, la Grisette !, Paris, Éditions Paris-Musées, 2011, 168 pages. ISBN 978-2759601660

Index terms

Geographical index:

France

Chronological index:

19e siècle
Top of page

Full text

Exposition : Paris, Maison de Balzac, 14 octobre 2011-15 janvier 2012. Commissariat : Claire Scamaroni.

1Lisette, Bernerette, Rigolette, Musette, Nanette sont autant de grisettes qui furent les héroïnes de chansons ou de romans, souvent de romances, sous la Restauration et la monarchie de Juillet. Qui sont ces grisettes, qui ne sauraient être confondues avec leurs comparses les lorettes, avec qui elles partagent pourtant la vedette auprès des chroniqueurs de l’époque ?

2Le catalogue de l’exposition qui s’est tenue à la Maison de Balzac du 14 octobre 2011 au 15 janvier 2012, en dresse un portrait documenté qui entraîne le lecteur dans le sillage de ce type parisien haut en couleur.

3Nathalie Preiss, auteur des textes avec Claire Scamaroni, commissaire de l’exposition, s’attache, en s’appuyant sur une iconographie habilement choisie, à capter ce personnage aux multiples facettes qui échappait à ses contemporains autant que l’origine de son nom échappe aujourd’hui à ceux qui ne le sont plus ! Le premier chapitre du catalogue, qui en contient cinq, apporte la réponse. Laissons la parole à Ernest Desprez, journaliste et auteur du chapitre sur la grisette de l’ouvrage collectif Paris ou le livre des cent et un, publié en 1834 :

Autrefois on appelait Grisette la simple casaque grise que portaient les femmes du peuple. Bientôt la rhétorique s’en mêla. Les femmes furent appelées comme leur habit. C’était le contenant pour le contenu. Les grisettes ne se doutent guère que leur nom est une métonymie. Mais voyez un peu ce que deviennent les étymologies et les grisettes ! La grisette n’est pas même vêtue de gris. Sa robe est rose l’été, bleue l’hiver. L’été, c’est de la perkaline ; l’hiver, du mérinos.

4Au premier coup d’œil, on reconnaît la grisette à son bonnet, à son châle (on écrit alors schall) bon marché et à ses escarpins, autant d’accessoires essentiels qui composent sa tenue. Couturière de son état, elle peut aussi être lingère ou brodeuse, et se distingue en tout cas de la lorette, qui, elle, est entretenue, par sa capacité à vivre, même chichement, de son travail. Citadine, elle est presque toujours parisienne et habite sous les toits dans une mansarde à peine meublée. Durant ses heures de loisir, elle flâne dans les passages à la mode ou sur les boulevards, apprécie les vaudevilles et les drames du théâtre du Luxembourg, dit Bobino, rue de Fleurus, danse dans les bals publics et s’échappe de la capitale le dimanche pour des parties de campagne à Montmorency. Coquette et galante, elle n’est jamais seule, toujours accompagnée de quelque étudiant – carabin souvent – ou rapin avec qui elle partage ses soirées et plus rarement sa vie.

Henry Monnier, Les Grisettes, Paris, Bibliothèque nationale de France, Smith Lesouef, R-3217, pl. 6

Henry Monnier, Les Grisettes, Paris, Bibliothèque nationale de France, Smith Lesouef, R-3217, pl. 6

5Voici, brossé à grands traits, ce type parisien dont la publication collective Les Français peints par eux-mêmes donnait un portrait en 1840 sous la plume de Jules Janin et le crayon de Gavarni pour le « type », autrement dit la figure en pied. Dans le registre de cette littérature populaire et pittoresque, qui fait dialoguer texte journalistique et image gravée, la grisette a eu droit à sa Physiologie, rédigée par Louis Huart en 1841 et illustrée par le même Gavarni. Elle peut, en outre, s’enorgueillir d’avoir inspiré de multiples personnages romanesques dont les plus célèbres furent la Mimi Pinson d’Alfred de Musset et la Rigolette des Mystères de Paris d’Eugène Sue, elle-même reprise par le peintre Joseph-Désiré Court dans son tableau, exposé au Salon de 1844, Rigolette cherchant à se distraire pendant l’absence de Germain.

6Omniprésente dans la littérature sous la forme multiple d’articles, de pièces de théâtre, de nouvelles, de romans et de chansons, la figure de la grisette a également séduit les artistes, et en particulier les graveurs et les lithographes qui, par leurs images, ont largement contribué à sa popularité. Les quatre-vingt-sept numéros du catalogue en font foi. Outre quelques objets, d’ailleurs bien venus, tels les principaux éléments de son costume, des échantillons d’étoffe, des faïences ou encore une lanterne magique, la part belle est faite aux estampes, sans oublier un joli dessin de Constantin Guys. Chronologiquement, c’est Pierre de La Mésangère qui ouvre la voie avec ses planches consacrées aux costumes des ouvrières de mode, dès les années 1820, et surtout un Lever et un Coucher des grisettes publiés en 1827 dans la suite Le Bon Genre. Grandville referme le sujet avec Belle-de-nuit, un dessin gravé sur acier par Charles Geoffroy, pour la célèbre suite des Fleurs animées parue en 1847. Entre les deux, les lithographies à la plume coloriées d’Henry Monnier et les planches de Gavarni forment une grande partie du corpus iconographique. Daumier, toujours présent lorsqu’il s’agit de croquer les mœurs de son temps, est plus discret sur le sujet qu’on ne l’attendrait. Mais le catalogue a surtout le mérite de tirer très provisoirement de l’oubli les Jules Platier, Eugène Morisseau, Nicolas-Eustache Maurin, Eugène Forest, Charles-Marie de Sarcus, dit Quillenbois, Charles Vernier ou encore Menut-Alophe, tous contributeurs plus ou moins talentueux, à l’iconographie de la demoiselle. Le dernier cité a même les honneurs de la première de couverture sous la forme originale d’une image à transformation, dont le public était friand à l’époque et qui consiste ici en un système de rabat dévoilant une image cachée sous la première. Un ménage parisien endimanché pose devant l’entrée de son logement du cinquième étage. La porte s’ouvre sur un intérieur modeste où un bébé, seul au milieu d’un désordre de vêtements féminins jetés à la hâte, laisse deviner la vie quotidienne de la jeune locataire de la mansarde.

7À l’image de la couverture, la maquette de l’ouvrage est particulièrement soignée et la présentation agréable. On parcourt le catalogue avec plaisir tout comme on se laisse porter par le style enlevé des textes qui n’en sont pas moins riches en informations. En appendice, le lecteur est gratifié du texte d’une chanson, Les grisettes prises au physique et au moral, composée vers 1810. C’est à une autre chanson, à chanter sur l’air du Furet du bois joli, que le catalogue doit son titre :

Elle coud, elle court, la grisette.
Elle a passé par ici.
Elle repassera par là. 
Elle est retrouvée.
Quoi ? La mode éternité.

8Hormis les chansons, de nombreux textes constituent le corpus de référence qui a servi aux auteurs à élaborer cette « physiologie » moderne de la grisette. Malheureusement, comme il est précisé en tête de la bibliographie, ce riche corpus de sources primaires n’y figure pas. C’est regrettable : une présentation raisonnée de ces références aurait été, au même titre que la bibliographie critique, un outil utile au chercheur et parlant pour quiconque s’intéresse au sujet. Qu’on nous permette enfin une réserve minime − et tout à fait personnelle − quant à l’utilisation, pour désigner les passages et les échos d’un médium à l’autre, du néologisme « transmédialité », un peu dissonant aux oreilles des dix-neuviémistes et qui risquerait bien de faire définitivement fuir la volatile grisette !

Top of page

List of illustrations

Title Henry Monnier, Les Grisettes, Paris, Bibliothèque nationale de France, Smith Lesouef, R-3217, pl. 6
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1069/img-1.jpg
File image/jpeg, 388k
Top of page

References

Bibliographical reference

Valérie Sueur-Hermel, “La Grisette dans tous ses états”Nouvelles de l’estampe, 238 | 2012, 72-74.

Electronic reference

Valérie Sueur-Hermel, “La Grisette dans tous ses états”Nouvelles de l’estampe [Online], 238 | 2012, Online since 15 October 2019, connection on 15 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/estampe/1069; DOI: https://doi.org/10.4000/estampe.1069

Top of page

About the author

Valérie Sueur-Hermel

Conservateur des estampes du XIXe siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Top of page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search