Navigation – Plan du site
Rubriques

Hans Hartung, estampes

Céline Chicha-Castex
p. 56-58

Entrées d’index

Index géographique :

France, Allemagne

Index chronologique :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1La Bibliothèque nationale de France présente, du 12 octobre 2010 au 16 janvier 2011, sur le site François Mitterrand, une exposition consacrée à l’œuvre imprimé de Hans Hartung. Cette exposition, organisée en partenariat avec la Fondation Hartung-Bergman à l’occasion de la donation de 344 estampes, présentera, pour la première fois, une sélection représentative de l’œuvre imprimé de cet artiste majeur du XXe siècle.

  • 1 Le catalogue raisonné est en ligne gratuitement sur le site de la Fondation Hartung-Bergman : http: (...)
  • 2 Extrait d’une lettre de Hans Hartung répondant à un questionnaire sur la gravure adressé par Franço (...)

2Hans Hartung est surtout connu comme peintre. Pourtant, son œuvre imprimé est considérable, comptant près de 610 numéros d’après le récent catalogue raisonné établi par Rainer Michael Mason1. Il a abordé l’estampe de manière sérielle, bien souvent lorsque l’occasion lui était donnée de travailler, pendant un temps donné, dans un atelier de gravure ou de lithographie, créant alors des ensembles de planches. Cette abondance traduit un réél goût de l’artiste pour les possibilités plastiques offertes par la gravure et la lithographie. Si ses œuvres graphiques s’inscrivent pleinement dans son évolution plastique, l’artiste cherchant bien souvent à transposer, au moyen des procédés d’impression, ses recherches en peinture, la pratique de la gravure et de la lithographie a également eu, à l’inverse, une incidence sur sa manière de peindre tout au long de son parcours artistique. C’est ce va et vient entre peinture et dessin d’une part, gravure et lithographie de l’autre, que cette exposition mettra en valeur. C’est au contact des imprimeurs que Hartung s’initie véritablement à l’art de l’estampe, après en avoir appris les rudiments à l’Académie des beaux-arts de Munich, auprès du professeur Schinnerer. Ses premières planches gravées dans les années 1920 sont figuratives, alors qu’il commence déjà, dans ces années, à s’orienter vers l’abstraction, notamment dans ses aquarelles, sa pratique de la gravure étant alors plus proche de celle du dessin. Répondant en 1963 à un questionnaire adressé par Françoise Adam-Woimant2, il explique ainsi ses motivations : « Étant porté dans les arts plastiques à tout ce qui est graphisme, j’étais naturellement attiré par la gravure et la lithographie, techniques qui toujours au moment de leur grandeur étaient basées sur le noir et le blanc ainsi que sur le trait. » A ses débuts, la gravure est intimement liée au dessin, le trait dominant ses premières œuvres. Si Hartung s’essaye à la couleur dans les années 1950, il l’abandonne rapidement, la lenteur de la réalisation d’une estampe en couleur étant contraire à son souhait d’aller vite :

  • 3 « Hans Hartung : sur la gravure et la lithographie. Entretien avec Daniel Abadie. 28 avril 1977 », (...)
  • 4 On se reportera à l’étude de Franz-W. Kaiser, « Conceptuel avant la lettre », dans Hartung x 3, Ang (...)

3« En principe, je préfère l’inspiration directe, momentanée et toutes les lithos en couleur, et plus encore les gravures en couleur, sont réalisées en deux, trois ou quatre étapes. Il faut faire d’abord la planche jaune, puis la noire, puis la verte, attendre que cela sèche, revenir deux jours après, quatre ou six jours après, puis c’est dimanche, puis c’est lundi, finalement vous n’êtes plus dans le bain. Si à un moment je veux encore améliorer ou reprendre quelque chose, ce n’est plus ça, il n’y a plus la spontanéité première que je recherche en art3. » Si la spontanéité de son travail a été contestée lors de récents travaux4, tout au moins pour les œuvres antérieures aux années 1960, Hartung met toutefois au point, dès les années 1930, un vocabulaire plastique très graphique qu’il développera dans ses œuvres après-guerre : on retrouve ainsi dans de nombreuses compositions créées en 1946 d’après des dessins réalisés en 1938, ce geste véhément de haut en bas caractéristique de son art. La réduction de sa palette permet de radicaliser encore plus le geste dès le milieu des années 1950.

  • 5 Entretien Abadie, op. cit.
  • 6 Hans Hartung, Autoportrait, récit recueilli par Monique Lefebvre, Paris, Bernard Grasset, Paris 197 (...)

4L’année 1960 marque un tournant dans la peinture de Hans Hartung : il adopte en effet la peinture vinylique séchant plus rapidement que l’huile qui lui permet de travailler de manière plus directe, sans recourir à une esquisse. Il gratte la couche picturale encore fraîche au moyen de divers outils qui dessinent, par abrasion, un réseau de lignes. Hartung lui-même établit un lien entre cette action de gratter la peinture et la pratique de la gravure : “ […] La manière même de gratter dans ma propre peinture, dans la couche que je viens de mettre, vient de la gravure : enfin et surtout j’ai cherché en peinture la même chose que le traitement en lithographie de grandes surfaces par les variations de mouvement du rouleau, ou de l’objet avec lequel vous appliquez la couleur sur la pierre, et qui le laisse visible et sensible en mettant par exemple une couleur sombre au-dessous d’un blanc et au-dessous d’une autre couche claire, si bien que l’on sent au travers ce qui s’est passé au-dessous ; il y a déjà eu une action et un rythme qui reste perceptible et qui est contredit, souligné par celui qui s’y superpose. »5 Dès 1966, il peint sur ses toiles de grands formats des taches sombres réalisées par pulvérisation de couleurs, sans ajouts de signes complémentaires ni de grattages. “Par ces grandes masses brunâtres ou noires, j’essayais de saisir de l’intérieur, de m’identifier aux tensions atmosphériques et cosmiques, aux énergies, aux rayonnements qui gouvernent l’univers.”6 La technique du crachis lui permet de transposer ces effets en lithographie dans une série de planches qu’il crée à l’atelier Erker à Saint-Gall où il travaille régulièrement depuis 1963. Dans certaines œuvres, le signe s’efface au profit de surfaces nébuleuses, alors que dans d’autres, le trait et le fond semblent s’affronter.

Hans Hartung, I. 93, 1963. Lithographie, 601 x 524 mm. Imprimeur : Erker-Presse, Saint-Gall. RMN 171

Hans Hartung, I. 93, 1963. Lithographie, 601 x 524 mm. Imprimeur : Erker-Presse, Saint-Gall. RMN 171
  • 7 Hans Hartung, Autoportrait, op. cit.

5Les œuvres créées dans les années 1970 gagnent en ampleur. Hartung renoue avec l’eau-forte dans l’atelier de Gustavo Gili, à Barcelone, qui lui donne les moyens de réaliser des planches de grand format (en moyenne 50 x 80 cm). Il en travaille toute la surface, comme s’il s’agissait de toiles, attaquant le cuivre avec une grande liberté à l’aide de nouveaux instruments, qui creusent des sillons. Avec l’apport technique de l’imprimeur, il expérimente les nombreuses possibilités offertes par l’eau-forte, réalisant par exemple une série de tirages inversés, la planche étant une première fois encrée dans les creux, puis ensuite “roulée en noir”. Il poursuit sa collaboration avec Erker, réalisant ainsi une série inattendue de gravures sur bois en 1973 : il contourne les difficultés de la résistance de la matière en utilisant toutes sortes d’outils qui l’abrase, la martèle, la raye, créant des œuvres très graphiques. Il trouve, dans la lithographie, une technique appropriée à sa création. La tension entre le signe et le fond disparaît au profit de larges surfaces scandées de grands coups de rouleaux lithographique, dont la masse est parfois striées de lignes dessinées en négatif. Là encore, la pratique de l’estampe influence sa peinture, puisqu’il réutilise, dans ces années le rouleau lithographique pour créer un ensemble de toiles magistrales. « Ces dernières années s’est donc développée une nouvelle peinture qui est, dans un certain sens, le fruit de mes longues recherches en lithographie. Celle-ci m’a inspiré des constructions massives et m’a libéré de la dépendance du trait qui m’a été coutumier presque toute ma vie7. »

6Hartung peintre-graveur ou graveur-peintre ? Au regard de son œuvre imprimé, il semble difficile de déterminer le terme le plus approprié, le dessin, l’estampe et la peinture sont imbriqués dans l’œuvre de Hartung, se nourrissant les uns les autres. Loin d’un recours à l’estampe comme simple moyen de diffusion de peintures, Hans Hartung a poussé loin les possibilités offertes par les procédés graphiques permettant ainsi de les faire évoluer.

Catalogue :

7Catalogue bilingue (français-allemand) édité par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec le Kupferstichkabinett, cabinet des estampes des musées nationaux de Berlin et le Cabinet d’arts graphiques des Musées d’art et d’histoire de la ville de Genève à l’occasion des expositions de Berlin, Paris, et Genève consacrées à l’œuvre imprimé de Hans Hartung.

Exposition :

8Vom Esprit der Gesten. Hans Hartung. Das Informel und die Folgen, Staatliche Museen zu Berlin, Stiftung Preußischer Kulturbesitz, du 30 juillet au 10 octobre 2010

9Hans Hartung, Estampes, Bibliothèque nationale de France, Site François Mitterrand, salle François 1er, du 12 octobre 2010 au 16 janvier 2011

10Hans Hartung. Estampes, Musées d’art et d’histoire de Genève, du 23 juin au 25 septembre 2011

Haut de page

Notes

1 Le catalogue raisonné est en ligne gratuitement sur le site de la Fondation Hartung-Bergman : http://www.fondationhartungbergman.fr. On se reportera à ce sujet à l’article de Rainer Michael Mason, « Un nouveau catalogue raisonné de l’œuvre imprimé de Hans Hartung », publié dans la présente revue.

2 Extrait d’une lettre de Hans Hartung répondant à un questionnaire sur la gravure adressé par Françoise Adam Woimant, envoyée le 27 novembre 1963, archivée dans le fonds de la Fondation Hartung-Bergman.

3 « Hans Hartung : sur la gravure et la lithographie. Entretien avec Daniel Abadie. 28 avril 1977 », dans Hartung, catalogue d’une exposition itinérante d’estampes organisée par le musée national d’Art moderne, Paris, musée national d’Art moderne, 1977.

4 On se reportera à l’étude de Franz-W. Kaiser, « Conceptuel avant la lettre », dans Hartung x 3, Angers / [Antibes], Expressions contemporaines / Fondation Hans Hartung et Anna-Eva Bergman, 2003, p. 7-41.

5 Entretien Abadie, op. cit.

6 Hans Hartung, Autoportrait, récit recueilli par Monique Lefebvre, Paris, Bernard Grasset, Paris 1976.

7 Hans Hartung, Autoportrait, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hans Hartung, I. 93, 1963. Lithographie, 601 x 524 mm. Imprimeur : Erker-Presse, Saint-Gall. RMN 171
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/1302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Chicha-Castex, « Hans Hartung, estampes », Nouvelles de l’estampe, 231 | 2010, 56-58.

Référence électronique

Céline Chicha-Castex, « Hans Hartung, estampes », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 231 | 2010, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/estampe/1302

Haut de page

Auteur

Céline Chicha-Castex

Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals