Navigation – Plan du site

Présentation

Les Nouvelles de l’estampe sont depuis 50 ans l’unique revue académique francophone sur l’image imprimée et l’estampe publiant les meilleures recherches, largement illustrées, sur la gravure des origines à nos jours (articles, comptes rendus). La revue demeure tournée vers la création contemporaine, toujours très active dans le champ de l’estampe, à travers présentations et interviews.

Les Nouvelles de l’estampe sont fondées en 1963 par Jean Adhémar. Alors directeur du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale et rédacteur en chef de la Gazette des beaux-arts, Adhémar se trouve au centre du monde de la gravure, en plein essor, et dispose d’informations susceptibles d’intéresser un large public. Il décide donc de fonder une feuille d’information mensuelle ronéotypée au sein même de la Nationale. Cette institution ne pouvant toutefois officiellement publier les Nouvelles de l’estampe, Adhémar en confie la charge au Comité national de la gravure française, dont il est un membre influent.

Il explique alors « Ma situation était […] paradoxale : par la Gazette [des Beaux-Arts] et par mes relations, je me trouvais en possession de toutes les informations possibles, et celles concernant mon métier, mon intérêt le plus grand, ne me servaient à rien. C'est alors que j'eus l'idée des Nouvelles, sorte de bulletin de liaison. Je me décidai donc à le publier sous l'égide du Comité national de la gravure, où je trouvai un appui moral important mais un appui financier nul. Je sortis donc de ma propre autorité et avec quelques menus prodiges d'ingéniosité une revue envoyée gratuitement, douze numéros par an. »

De même que le Cabinet des estampes travaille sur le medium sans distinction de période ni d’usage, la revue cherche à signaler toute information sur l’estampe des origines à nos jours, mêlant recherche historique et création contemporaine. Elle doit également être un lieu de rencontre des différents mondes qui gravitent autour de la gravure : conservateurs et universitaires, bien sûr, mais aussi artistes, éditeurs, marchands, experts, imprimeurs, etc.

En 1972, Michel Melot, jeune conservateur du cabinet des Estampes, prend la succession d’Adhémar au poste de rédacteur en chef des Nouvelles de l’estampe. Il transforme la feuille d’information en une revue de fond, qui publié études et billets sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, tout en poursuivant son rôle de signalement des actualités. Elle est alors bimestrielle. La revue demeure donc – jusqu’à nos jours ! – très liée à la Bibliothèque nationale, qui met à disposition des locaux et un rédacteur en chef, tout en dépendant nominalement d’une société savante indépendante.

Succèdent à Michel Melot Marcelle Elgrishi-Gautrot (1981-1988), Marianne Grivel (aujourd’hui professeur à l’université Paris Sorbonne, 1988-1991), Gérard Sourd (1991-2010), qui introduit des numéros thématiques et un comité de lecture. Au fil des publications sur la création contemporaine, la revue a édité différentes estampes, notamment de Pierre Alechinsky, Jean-Luc Parant (2006), Jean-Michel Alberola (2009), François Houtin (2013), etc.

Rémi Mathis, conservateur des collections du XVIIe siècle au département des Estampes de la BnF, est rédacteur en chef depuis 2010. La revue, désormais toute en couleurs, devient trimestrielle : son caractère scientifique est affirmé et un travail de visibilité et de mise en valeur des textes amorcé. Plusieurs événements sont organisés (colloque des 50 ans de la revue en 2013, numéro spécial 250, vente aux enchères des collections d’estampes du Comité national de la gravure française, participation à la Nuit blanche de la Ville de Paris…).

Le comité national de la gravure française est rebaptisé Comité national de l’estampe en 2012, Rémi Mathis fonde des éditions de livres, en lien direct avec la revue : une collection (« tirés à part ») comprend des articles déjà parus dans les Nouvelles, mis en valeur de manière individuelle, et une autre (« après la lettre ») des textes anciens sur la gravure, présentés et mis en contexte par des spécialistes.

Les Nouvelles de l’estampe sont publiées avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France. La revue est dépouillée dans la Bibliography of the history of art (Getty Research Institute) et dans la Bibliographie de l'histoire de France (CNRS).

La revue est également OpenAccess Green, c’est-à-dire que les auteurs peuvent diffuser librement leurs textes, dans la version éditeur – et ce sans barrière mobile.

  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals