Navigation – Plan du site

AccueilNuméros268Comptes rendusLes linogravures du groupe Les In...

Comptes rendus

Les linogravures du groupe Les Indélicats, 1932 – 1936

Emmanuel Pernoud
Référence(s) :

Barbara Dramé, Les linogravures du groupe Les Indélicats, 1932 – 1936, Brassac, Plein Chant, 2022, 285 p.

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce beau livre est tiré d’un mémoire de master réalisé à Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous notre direction. C’est en en effet dans cette université que l’auteure a été formée à l’histoire de l’estampe, d’abord par Marie Gispert, puis par nous-mêmes. En 1998, dans l’exposition Regard noir, gravures-graphzines à la BnF, nous avions montré quelques gravures des Indélicats, groupe méconnu attendant encore la recherche qui le mettrait en lumière : c’est tout naturellement que nous avons orienté Barbara Dramé vers ce sujet. C’est dire la satisfaction que nous procure cette publication qui est une vraie réussite, tant sur le fond que sur la forme, grâce au travail de l’éditeur Plein Chant.

2Des Indélicats, la postérité aura surtout retenu le nom de ses membres qui se firent connaître comme peintres après la Seconde Guerre mondiale : Maurice Estève, André Fougeron, Édouard Pignon, chacun représentant une veine différente et représentative des forces en présence dans le paysage artistique fracturé de l’après-guerre — l’abstraction, le réalisme socialiste, l’influence de Picasso et d’André Masson. Éclipse injuste d’un groupe d’artistes dont le seul tort, aux yeux d’une histoire de l’art conventionnelle, fut de s’exprimer par le biais de la gravure et, pire encore, de réaliser des images engagées, parfois très proches du dessin de presse. À l’encontre d’autres groupes d’avant-garde, c’est en effet par le médium exclusif de la gravure que les Indélicats — 21 artistes en tout — se manifestèrent, réalisant quelque 107 planches réunies en 9 portfolios. Ils le firent sur une période allant de 1932 à 1936, années marquées par une crise politique et sociale qui imprègne l’ensemble de ce corpus d’images, jalonnées par les thèmes du chômage, de la guerre, du colonialisme, du fascisme, de la répression policière, de la prostitution, du racisme et de la ségrégation. Point essentiel, ils optèrent pour une technique qui leur permettait de traduire visuellement une société du conflit et des luttes : la linogravure. Ce procédé est surtout connu par les « fonds noirs » qu’en tira Matisse pour l’estampe et l’illustration de livre, dans les années trente et quarante. C’est dans un tout autre esprit que l’utilisèrent les Indélicats, faisant jouer au maximum l’opposition des noirs et des blancs pour traduire les conflits dans le langage du contraste absolu, comme l’avaient fait avant eux Félix Vallotton et Frans Masereel dans leurs xylographies. L’auteure le rappelle, comme elle signale judicieusement la proximité des Français avec leurs homologues mexicains du Taller de Gráfica Popular, un collectif de graveurs — un peu plus tardif — portés par un idéal révolutionnaire analogue et marqués par la même exigence de faire coïncider l’art et l’aspiration des masses. Ces utopies se heurtèrent aux réalités du marché, et l’un des aspects les plus intéressants de l’histoire des Indélicats réside dans leurs contradictions : ces militants d’obédience anarcho-syndicaliste ou communiste font des images proches du dessin de presse, mais il s’agit de gravures en tirage limité ; ils adhèrent aux principes de l’art prolétarien — et sont, pour plusieurs d’entre eux, d’origine ouvrière — mais leurs réalisations relèvent de la bibliophilie et entrent dans les circuits fermés du marché de l’art. Ils tentent de concilier deux engagements, le politique et l’artistique. Y parviennent-ils ? Du côté de leurs œuvres, la réussite est évidente, comme le démontre cet ouvrage, remarquablement illustré : non seulement du côté des gravures, mais aussi des couvertures des portfolios qui suscitèrent, album après album, des expérimentations graphiques surprenantes qui contrastent, par leur constructivisme et leurs jeux de pochoirs et de collage, avec les linogravures qu’elles renfermaient. Du côté de l’utopie politique, les Indélicats échouèrent sans doute dans la volonté de déjouer l’art de classe par la diffusion — que le recours à l’estampe contenait en puissance — mais ils remplirent incontestablement leur promesse par le travail en équipe : en effet, la forme du portfolio permettait de dépasser le culte de la signature unique par la création de groupe, comme le comprirent certains mouvements d’avant-gardes notamment en Allemagne et en Autriche (c’est le sujet d’une thèse entreprise par Fiona Piccolo). Avec les Indélicats, le collectif n’était pas un vain mot : il devenait œuvre collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Pernoud, « Les linogravures du groupe Les Indélicats, 1932 – 1936  »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 268 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/estampe/2714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.2714

Haut de page

Auteur

Emmanuel Pernoud

Professeur émérite d’histoire de l’art contemporain, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search