Navigation – Plan du site
Études

In angulo cum libro

Ou l’inattendu succès de la lettre d’une estampe, de Hieronymus Wierix à Umberto Eco
In angulo cum libro: the unexpected success of an engraving’s letter, from Hieronymus Wierix to Umberto Eco
Rémi Mathis
p. 16-25

Résumés

Une phrase latine « In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in angulo cum libro – J’ai cherché le repos partout et ne l’ai trouvé que dans un coin avec un livre » parsème la littérature européenne, généralement attribuée à Thomas a Kempis (v. 13801471), dans son bestseller L’Imitation de Jésus Christ. En réalité, cette phrase ne s’y trouve pas : elle semble plutôt une sorte de devise personnelle, qui est arrivée jusqu’à nous par la lettre des estampes, sans cesse copiées et adaptées, représentant le portrait du religieux écrivain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parce que c’est là une histoire de livre, non de misères quotidiennes, et sa lecture peut nous amen (...)

1En avant-propos à son roman Le Nom de la rose (Il Nome della rosa), Umberto Eco écrit : « Perché essa è storia di libri, non di miserie quotidiane, e la sua lettura può inclinarci a recitare, col grande imitatore da Kempis : “In omnibus requiem quaesivi, et nusquam inveni nisi in angulo cum libro”»1.

  • 2 Toutes les traductions de cet article, depuis le latin, l’italien et le néerlandais, sont de l’aute (...)

2« J’ai partout cherché le repos, et ne l’ai trouvé que dans un recoin, avec un livre2 » : quelle plus belle image pour illustrer le travail du littérateur, le bonheur du lecteur, forcément un peu à l’écart du désordre du monde, un peu ermite ?

3Le monde littéraire francophone a, lui, peut-être rencontré cette référence dans l’œuvre de Pascal Quignard. Il s’agit d’une des citations préférées de ce romancier érudit, amoureux du latin et de la culture classique, par ailleurs lauréat du prix Goncourt. On lit, par exemple, dans Vie secrète (p. 212) :

« Lire est se brancher sur un autre monde, concentrant le cerveau, dans un monde bon pour soi, qui diverge, qu’on ignore, autre. C’était mon recoin. In angulo.
In angulo cum libro.
Monsieur de Pontchâteau logeait aux granges de Port-Royal dans la petite chambre située au premier étage, à la gauche de l’escalier. On peut y monter. On peut encore la voir.
Il avait toujours à la main un livre parce qu’il avait toujours aux lèvres ce mot de l’Imitation : In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in angulo cum libro. »

4Chez Pascal Quignard, cette citation ne marque pas seulement son œuvre mais devient une sorte de devise personnelle. Rien d’étonnant chez un écrivain qui a brusquement quitté toute carrière administrative – secrétaire général de l’éditeur Gallimard – pour se consacrer à une littérature de plus en plus exigeante, voire obscure.

5Ces deux exemples ne sont que la surface émergée de l’iceberg. Vous trouverez cette phrase comme titre de forums de lecteurs, de dossiers de photos FlickR, dans les recueils de citations par centaines… Bref, cette phrase fait l’unanimité pour elle : elle permet de montrer à la fois qu’on aime les livres, qu’on méprise la vanité du monde, qu’on est cultivé et qu’on parle latin – ou en tout cas qu’on sait recopier du latin trouvé chez Eco ou chez Quignard. Elle a en quelques années quitté son origine érudite pour devenir une sorte de slogan permettant de se mettre en valeur.

  • 3 Port-Royal, Paris, Hachette, 1878, vol. 5, p. 257.

6La citation est souvent donnée de manière informelle, sans en donner par conséquent l’origine exacte. Elle est toutefois toujours présentée comme de Thomas a Kempis, et donc, forcément, du grand œuvre de cet auteur, l’Imitation de Jésus-Christ (Imitatio Christi). On le voit ci-dessus dans Quignard, comme, un siècle plus tôt, sous la plume de Sainte-Beuve3.

  • 4 L’auteur de la phrase – personne ne doute qu’il s’agisse d’a Kempis – est assurément familier de la (...)

7Originaire du sud des Pays-Bas actuels, Thomas a Kempis (v. 1380-1471) est l’un des plus fameux représentants de la Devotio moderna, ce courant de spiritualité chrétienne cherchant une relation plus personnelle à Dieu, passant par la prière et l’étude, parfois en communautés de laïcs et de clercs. Il entre chez les frères de la Vie commune, communauté où il mène une vie chaste et ascétique – avant de passer chez les chanoines réguliers de saint Augustin du Mont Saint-Agnès, près de Zwolle, où il est finalement ordonné prêtre en 1413. Alors qu’il est en charge de l’instruction des novices, il rédige quatre courts textes publiés sous le titre d’Imitation de Jésus Christ. C’est un succès immédiat, qui dure plusieurs siècles : l’ouvrage est le livre chrétien le plus lu et traduit après la Bible, on en connaît près de mille cinq cents manuscrits et cent éditions incunables ! Il a donc formé des générations d’esprits chrétiens et marqué de son empreinte la civilisation européenne de l’époque moderne4. L’ouvrage est toutefois paru de manière anonyme, attribué à plusieurs auteurs (Gerson…) et ce n’est que petit à petit que Thomas a Kempis est unanimement reconnu comme son auteur.

8Et pourtant, qui cherchera les références de notre citation dans l’Imitatio Christi aura la surprise... de ne rien trouver. Cette phrase n’appartient en réalité pas au chef-d’œuvre d’a Kempis. Il nous en faut donc tracer l’origine.

La tombe de Thomas A Kempis ?

  • 5 Dieter Mertens, "Deutscher Renaissance-Humanismus," Humanismus in Europa (Winter 1998) 187-210, at (...)
  • 6 De sepultura ejus et epitaphio ita idem Chronicon Bethlehemiticum : « Sepultus pridem , nunc vero t (...)

9On trouverait la formule sur la tombe d’a Kempis, au couvent des Augustins du mont Saint-Agnès (Klooster Sint Agnietenberg), de Zwolle5. Selon la version annotée par Rosweyde des œuvres d’a Kempis6, une « tabella » se trouvait à l’endroit de sa tombe, représentant a Kempis qui enseigne à ses disciples : l’un d’eux lui demande : « Thomas, où trouver le vrai repos ? », ce à quoi il répondait : « Je n’ai trouvé le repos complet que par la cellule, le livre et le Christ ». Notre citation, qu’A Kempis avait, selon ce texte, « toujours dans le cœur, toujours à la bouche », se trouve peinte sur le sol de la scène représentée. La source n’indique pas ce qu’elle entend par « tabella » : plus qu’une plaque de pierre, étant donné la précision de la scène, sans doute faut-il entendre un tableau peint, c’est-à-dire le lieu d’un mémorial plus qu’une tombe à proprement parler – sans doute à la suite du déplacement du cimetière dont il est question au début du texte. Nous reparlerons plus loin d’un tel tableau.

Un manuscrit ?

  • 7 « Haec legebatur sententia "In omnibus requiem quaesivi et non inveni dan in een hoecxken met een b (...)

10Le théologien Cornelius a Lapide (1567-1637) affirme avoir vu le manuscrit autographe original de l’Imitation de Jésus-Christ, et qu’au début « on lisait cette phrase : “In omnibus requiem quaesivi et non inveni dan in een hoecxken met een boecxken”, c’est-à-dire “sans s’asseoir doucement dans un coin avec un petit livre”» 7. L’hypothèse est séduisante car il est alors fréquent d’écrire sur ses ouvrages un « symbolum », c’est-à-dire une devise, sur la page de titre du livre, parfois précédé de « symb. ».

Une devise personnelle inscrite comme ex libris ?

  • 8 Thomas A Kempis, Imitatio Christi, Anvers, Plantin, 1617, p. 502 : « sacrae lectionis cellaeque sua (...)

11Plus intéressant encore est ce qu’on peut lire dans une des éditions principales de l’Imitation, celle publiée par Plantin à Anvers en 1617. Le jésuite Heribert Rosweyd, spécialiste de l’établissement des textes religieux, y écrit : « il aimait tellement lire des textes sacrés dans sa cellule qu’il rappelait souvent cette devise, inscrite sur ses livres, In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in hoexkins ond boexkins, la fin disant en germain ce qu’on dirait en latin “si ce n’est dans des petits coins et des petits livres”, laissant entendre qu’il fallait chercher le repos dans des recoins secrets et parmi des livrets »8.

  • 9 « Effigies ex tabula et pictura swollensi edita, hoc symbolon Thomae verbulo mutato et magis ad lin (...)

12Rosweyd fait toutefois mention d’une autre source quelques pages plus loin (p. 512-513) : « un portrait publié d’après un tableau et une peinture de Zwolle traduit ainsi cette devise de Thomas, dont une partie est en flamand : “In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in een hoecksken met een boecksken”, c’est-à-dire dans un petit coin, avec un petit livre »9.

13Cette dernière mention nous intéresse directement puisqu’elle fait appel à une représentation d’a Kempis.

Un tableau ?

  • 10 Edward Bensly, « Book in a corner : Thomas A Kempis », Notes and Queries, 1925, CXLIX, p. 263 -264.
  • 11 « scribit se vidisse effigiem admodum deformatam valdeque oblitteratam cum symbolo ut expressi ».
  • 12 Franciscus Tolensis Pistorius, « Vita Thomae A Kempis » dans Opera Omnia, par exemple Cologne, 1759 (...)

14Dès 1607 paraissait à Anvers chez Martin Nutius les Opera omnia d’A Kempis, censées être éditées sur les manuscrits originaux par d’érudits religieux, proches du courant de pensée du chanoine. Cet ouvrage connaît un grand succès et est encore réédité 150 ans plus tard, y compris à l’étranger (Cologne, 1659…). Franciscus Tolensis Pistorius (ou De Backer)10 y rédige une vie d’a Kempis, que Rosweyd reprend largement. Ce dernier signale que Tolensis « écrit qu’il avait vu un portrait complètement dégradé et très effacé avec la devise que j’ai dite »11. Et en effet, dans cette vie, Tolensis avance : « On montre encore un portrait de lui, avec cette remarquable devise : In omnibus requiem quaesivi, sed non inveni, nisi in hoexkens ende boexkens, c’est-à-dire dans des recoins secrets et des livrets »12.

  • 13 « unde de illo vere dici poterat, quod hodie in effigie Thomae Kempensis legitur : In omnibus requi (...)

15Giambattista Mari rédige des notes au De Viris illustribus casinensibus de Pierre Diacre en 1666. Il y compare le pape Victor III à Thomas a Kempis et avance une idée très semblable à celle de la citation : « on peut réellement dire de lui ce qu’on lit aujourd’hui sur le portrait de Thomas a Kempis : “in omnibus requiem quaesivi sed non inveni nisi in abditis recessibus et libellis”13. Mari est des rares à n’aucunement dire que la citation provient d’a Kempis : il la lie clairement à un portrait (in effigie) sans pour autant expliquer quel est ce portrait ni quel est le rapport avec la fameuse phrase.

16On voit également que la seconde partie de la phrase varie selon les auteurs : parfois « in angulo cum libro », parfois « in angello cum libello » et parfois enfin « in abditis recessibus et libellis » et « in abditis recessibus et libellulis ». Les quatre formulations ont pourtant le même sens – pourquoi ces variations qui n’apportent pourtant aucune nuance de pensée ? L’expression est en fait la traduction d’une expression néerlandaise qui a fait florès : « in een hoekje met een boekje » (dans un petit coin avec un petit livre), dont elle tente de rendre l’allitération et la rime. Elle est encore courante actuellement, jusqu’à être par exemple utilisée comme titre du blog de lecture du collège d’Ypres, en Flandres.

  • 14 Véronique Meyer, « Suites et cycles : les éditions illustrées de l’Imitation de Jésus-Christ au xvi (...)

17Qu’en est-il de ce portait ? Pour comprendre, il faut se référer aux illustrations des éditions de l’Imitation de Jésus-Christ. Une bibliographie compilée à partir des exemplaires parisiens est récemment parue, ce qui facilite notre travail. L’illustration des éditions de l’Imitation a été remarquablement étudiée par Véronique Meyer, mais cette dernière se concentre – à juste titre car notre motif n’est pas le plus fréquent dans les éditions – sur des scènes de la vie du Christ, l’image de l’Âme fidèle ou des allégories14.

Ill. 1. Thomas a Kempis Imitatio Christi

Ill. 1. Thomas a Kempis Imitatio Christi

Anvers, ex officina Plantiniana, Apud Balthasarem et Ioannem Moretos, 1617.

Estampe de Hieronymus Wierix.

  • 15 Marie Maucquoy-Hendrickx, Les Estampes des Wierix conservées au cabinet des estampes de la biblioth (...)
  • 16 Zsuzsanna van Ruyven-Zeman, en collaboration avec Marjolein Leesberg, sous la dir. de Jan van Der S (...)
  • 17 J’ai cherché le repos en toutes choses et ne l’ai trouvé que dans un petit coin avec un petit livre
  • 18 New Hollstein 2159 et 2160.

181617 voit la parution de la version de l’Imitation par Rosweyde à Anvers, chez le grand imprimeur-libraire Plantin (ex officina Plantiniana, Apud Balthasarem et Ioannem Moretos, 1617, fol. 12v). Cette édition reprend le texte original, largement corrigé (« latiniorem »). Or, elle présente – ce qui est à l’époque nouveau (il faut se rappeler que la paternité de l’Imitation demeure un sujet de débat pendant tout l’Ancien Régime) – un portrait d’a Kempis. Ce portrait est gravé par Hieronymus Wierix vers 1617. Marie Maucquoy-Hendrickx en décrit dans son catalogue raisonné des estampes des Wierix15 plusieurs estampes, qui semblent dériver d’un premier portrait signé de Jérôme Wierix (n° 1855 ; New Hollstein16, LXVIII (Wierix Family, part X, n° 2161). La phrase apparaît alors sous une forme légèrement différente : « In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in angello cum libello17 ». Sur l’estampe, le livre qui est représenté aux pieds d’a Kempis sur l’image mêle les deux langues, faisant justice au caractère flamand de l’expression : il y est écrit en caractères italique pour le latin et en bâtarde pour le flamand « In omnibus Requiem quaesivi et nusquam inveni nisi / In een hoecxken met een boecxken ». Hieronymus Wierix grave deux autres planches très proches de celle-ci mais inversées (sauf la lettre)18 : a Kempis est tourné vers la droite. Datant d’avant 1619, une de ces deux estampes a un grand succès et ne cesse d’être copiée : on en trouve des exemplaires publiés dans les années qui suivent par Johannes Boel, Theodoor Galle, Charles/Karel de Mallery, Jean Matheus, Christoffel van Sichem II, ainsi qu’un anonyme (MH 1855c, d, e, h, g) – elles-mêmes parfois copiées (et parfois dans d’autres formats ou en sens inverse (cf. MH 1855i).

19Mais l’estampe de Wierix ne fait que placer devant la Vierge à l’enfant un portrait d’a Kempis situé devant son monastère d’Agnietenberg. Son modèle est un autre portrait qui possède lui aussi un bon succès pendant plusieurs siècles.

20

Ill. 2. Anonyme parisien, copié d’après une estampe néerlandaise, Effigies S. Thomae de Kempis, excudit Pierre Firens, v. 1630

Ill. 2. Anonyme parisien, copié d’après une estampe néerlandaise, Effigies S. Thomae de Kempis, excudit Pierre Firens, v. 1630

Burin.

BnF, Estampes, N2

A Kempis

Ill. 3. Frederick Bloemaert, d’après Abraham Bloemaert, Vera Effigies Thomae de Kempis ad vivum, vers 1635-1650

Ill. 3. Frederick Bloemaert, d’après Abraham Bloemaert, Vera Effigies Thomae de Kempis ad vivum, vers 1635-1650

Burin, 460 x 290.

BnF, Estampes, N2 (A Kempis). Hollstein 232.

21L’illustration 2 prétend avoir été tracé sur le vif, du vivant d’A Kempis (effigies… ad vivum). Ce dernier, assis de trois quarts sur un rocher, tient un livre ouvert de sa main gauche et un chapelet de la droite. Le texte est repris dans un mélange de latin et de néerlandais : « In omnibus… nisi in een hoecxken met een boecxken » sur un livre ouvert aux pieds du théologien, accompagné de deux autres livres, fermés. Derrière lui, à gauche, un paysage de campagne avec des fermes et un troupeau de moutons. À droite, on retrouve a Kempis, dans une grotte, en train de lire. Au-dessus de sa tête se déroule un phylactère portant une phrase de sens très proche : « Nusquam tuta quies nisi cella, codice, claustro » (« Jamais de repos si ce n’est par la cellule, le livre, le cloître »). Cette phrase pose aussi problème car on attendrait « Christo » et non « claustro », qui fait double emploi avec « cella », ainsi que le rappelle Rosweyd lui-même. On peut se demander dans quelle mesure l’estampe ne reproduit donc pas fidèlement un tableau, perdu, où le dernier mot, effacé, aurait été mal lu et mal recopié.

  • 19 Les mauvaises langues diront qu’il ne semble pas comprendre la partie latine non plus, qui comprend (...)

22L’image a en tout cas du succès, donnant lieu à plusieurs versions, comme, en France, par Karl Audran et Pierre Firens. Ce dernier supprime toutefois la partie flamande, qu’il ne comprend pas ou ne juge pas pertinente pour son public parisien19.

Ill. 4. Anonyme, Thomas a Kempis au mont Agnès

Ill. 4. Anonyme, Thomas a Kempis au mont Agnès

Huile sur toile, XVIIe s., 92 x 123 cm.

Zwolle, Stedelijk Museum.

23Ces estampes pourraient donc interpréter directement le tableau peint originel, celui qui aurait porté la fameuse phrase. Peut-être celui dont nous avons déjà parlé, qui aurait été accroché sur la tombe d’a Kempis, et qui aurait été très dégradé par les éléments, au point d’être difficilement lisible par le graveur qui l’a voulu reproduire. Le portrait est en effet à la base d’à peu près tous les autres, qui se contentent de reprendre le visage du religieux.

24Une autre représentation, apparemment lancée par Abraham Bloemaert, toujours dans les années 1625, en est issue. On en connaît le dessin préparatoire, réalisé dans le même sens que le portrait ayant servi de modèle, si bien que l’estampe est inversée.

25Dans ce cas, on prend au pied de la lettre ladite lettre et le petit coin doit forcément se trouver dans un lieu clos. D’autant qu’un phylactère vient doubler notre phrase avec une seconde de sens proche : « Nusquam tuta quies nisi cella, codice, claustro » (avec toujours, donc, « claustro » pour « Christo »). Dans tous les cas, notre phrase est conservée, ce qui montre toute son importance dans la symbolique de ces images.

26Ces estampes servent à leur tour de modèle pour de nouveaux portraits peints, jusqu’aux xviie et xixe siècles (voir des exemples au Collegium Augustinianum de Gaesdonck à Goch ou au couvent de Sainte-Agathe, dans le Brabant du Nord)

Récapitulatif en guise de conclusion

27Nous partons certainement d’une phrase-devise que Thomas a Kempis a composée ou en tout cas fait sienne. Il la cite souvent et l’écrit vraisemblablement sur les livres qu’il possède. Elle est typique de ce milieu de lettrés flamand, à moitié en latin et à moitié en néerlandais, avec à la fois une référence à la Bible et un jeu de mot flamand, jouant sur les sonorités.

28La citation est reportée sur un portrait peint, objet de vénération pour les amis et disciples d’a Kempis, à une époque où on commence de plus en plus fréquemment à lui attribuer l’Imitation (et non à Gerson). Ce tableau se diffuse par l’estampe, sous diverses formes, pendant près de deux siècles. La phrase est à l’origine placée en dehors de l’image. Mais le motif du livre ouvert portant la phrase est tellement fort et en lien avec l’idée énoncée que la lettre dans l’image l’emporte finalement sur la lettre en dehors de l’image.

29Cette phrase est traduite et touche donc un public non-flamand qui aurait été incapable de comprendre les boexkens… Cette traduction elle-même varie : « abditis recessibus », stylistiquement peu satisfaisant, laisse place à la même recherche sur les sonorités qu’en flamand, avec « in angello cum libello ».

30Le rapport texte-image est extrêmement fort, car la phrase n’apparaît jamais sur un autre motif que le portrait. On aurait pu imaginer que cela accompagne une autre image de l’Imitation, voire qu’elle soit reprise pour illustrer des vies de saints ou des pères des déserts, mais ce ne fut jamais le cas. Le lien personnel entre a Kempis et la phrase demeure.

31On aurait dû s’arrêter là, mais la phrase aurait alors été oubliée, comme de très nombreuses citations latines. Ce n’a pas été le cas, grâce à la sécularisation de l’idée énoncée. Le « libello » en question est bien évidemment un livre religieux, la Bible, des vies de saints…

32Les érudits du xixe siècle ne l’entendirent cependant pas de cette oreille. Les bibliophiles d’alors aiment cette phrase et la citent à leur tour. Elle donc quitte le domaine de l’iconographie pour devenir une phrase littéraire, et même la phrase type de l’amoureux des livres. La religion de l’art, puis de la Culture, remplace la religion catholique, et on aime à montrer qu’un « intellectuel » ne se sent bien qu’un peu en marge de la société, dans des activités qui n’ont rien de mondaines. Les « clercs » d’alors, ceux de la Trahison des clercs, se placent dans la lignée des clercs médiévaux ou en tout cas d’Ancien Régime. Cette filiation est évidente dans un texte d’Anatole France sur l’élection de Leconte de Lisle à l’Académie française. France est un bibliophile très bon connaisseur de la production imprimée ancienne. Il traite du vieux parnassien, qui a cultivé une image du dandy, du poète sacré hors de la Société, loin de la « plèbe carnassière »… et compare donc Leconte de Lisle à « des moines qui sont des sages, puisqu’ils vivent cachés, un livre à la main, in angello cum libello ».

33Cette réappropriation par le monde littéraire a permis la diffusion de la citation, la maintenant vivante au cours de la seconde période, celle des xix-xxe siècles, alors même qu’on ne lit plus a Kempis. Elle demeure connue, employée, analysée chez le même type d’auteurs intellectuels faisant l’éloge de la lecture et du livre – forcément en marge de la société. Mais justement, notre méconnaissance actuelle de son œuvre, le fait qu’il ne soit plus qu’un nom qui ne signifie rien, nous a fait perdre l’origine de la phrase, attribuée par défaut à l’Imitation.

34On voit ainsi comment l’estampe peut porter et diffuser non seulement des images, des représentations, mais aussi des textes contribuant à les faire passer dans un inconscient collectif, qui oublie jusqu’à l’existence de cet humble messager.

Haut de page

Notes

1 Parce que c’est là une histoire de livre, non de misères quotidiennes, et sa lecture peut nous amener à réciter, avec le grand imitateur a Kempis : " In omnibus requiem quaesivi, et nusquam inveni nisi in angulo cum libro".

2 Toutes les traductions de cet article, depuis le latin, l’italien et le néerlandais, sont de l’auteur.

3 Port-Royal, Paris, Hachette, 1878, vol. 5, p. 257.

4 L’auteur de la phrase – personne ne doute qu’il s’agisse d’a Kempis – est assurément familier de la Bible, à quoi elle fait référence (Eccli. 24, 11 : « in his omnibus requiem quaesivi » ; Ierem. 45, 3 : « et requiem non inveni »).

5 Dieter Mertens, "Deutscher Renaissance-Humanismus," Humanismus in Europa (Winter 1998) 187-210, at 192-193, n. 12

6 De sepultura ejus et epitaphio ita idem Chronicon Bethlehemiticum : « Sepultus pridem , nunc vero translatus in novo australi ambitu ipsius monasterii. Illic parieti affixa tabella cum epitaphio ejusmodi cernitur. Canonicus regularis depictus genibus provolvitur venerabili Patri Thomae, in humili depicta sedenti sellula et rotulo, quem manibus discipulus retinet, ita interrogat : « Thoma, vera quies ubi quaeritur indubitato ? ». Cui Thomas altero rotulo, in manibus suis servato, quod semper docere consuevit, nullam esse dotrinam sapidam, mentem vere quietantem, nisi in cella custodia, Sacrae Scripturae humili scientia et in Christi vitae et Passionis exercitiis, unico versu in rotulo complectens, ita discipulo respondet : « Nusquam tuta quies, nisi cella, codice, Christo ». In ipsa vero tabulla versus depictum ipsius pavimentum, proverbium ipsius devoti Patris, quod semper in corde, semper in ore illi inerat, rotulo decurrente, ita inscriptum continetur : « In omnibus requiem quaesivi et non inveni nisi in een bueksken ende in een bueksken [sic pour hueksken] ».

7 « Haec legebatur sententia "In omnibus requiem quaesivi et non inveni dan in een hoecxken met een boecxken”, id est nisi sensim sedens in angulo cum libello » t. 1 in Genesim, c. XXIV, p. 259, col. 2. (édition de Paris en 21 vol. 1861-1863).

8 Thomas A Kempis, Imitatio Christi, Anvers, Plantin, 1617, p. 502 : « sacrae lectionis cellaeque suae ita amans fuit, ut hoc symbolum saepius ore proferret, librisque suis inscriberet In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in hoexkins ond boexkins quod postremum Teutonicum latine sonat nisi in angellis et libellis, quietem inveniendam insinuans in abditis recessibus et libelullis ».

9 « Effigies ex tabula et pictura swollensi edita, hoc symbolon Thomae verbulo mutato et magis ad linguam flandricam, ita exprimit : « In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in een hoecksken met een boecksken, id est nisi in angello cum libello ». 

10 Edward Bensly, « Book in a corner : Thomas A Kempis », Notes and Queries, 1925, CXLIX, p. 263 -264.

11 « scribit se vidisse effigiem admodum deformatam valdeque oblitteratam cum symbolo ut expressi ».

12 Franciscus Tolensis Pistorius, « Vita Thomae A Kempis » dans Opera Omnia, par exemple Cologne, 1759, p. 29 : Ostenditur adhuc ejus effigies, sed admodum deformata poenèque obliterata, cum hoc insigni symbolo, In omnibus requiem quaesivi, sed non inveni, nisi in hoexkens ende boexkens : Hoc est, in abditis recessibus et libellulis.

13 « unde de illo vere dici poterat, quod hodie in effigie Thomae Kempensis legitur : In omnibus requiem quaesivi sed non inveni nisi in abditis recessibus et libellis ».

14 Véronique Meyer, « Suites et cycles : les éditions illustrées de l’Imitation de Jésus-Christ au xviie siècle », Édition et diffusion de L’Imitation de Jésus-Christ (1470-1800), Paris, BnF/bibl. Mazarine/BSG, 2010, p. 53-70.

15 Marie Maucquoy-Hendrickx, Les Estampes des Wierix conservées au cabinet des estampes de la bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles, Bibliothèque royale, 1982, vol. 3-1, p. 374-375.

16 Zsuzsanna van Ruyven-Zeman, en collaboration avec Marjolein Leesberg, sous la dir. de Jan van Der Stock and Marjolein Leesberg, New Hollstein, 2004, LXVIII, Wierix Family, part X, n° 2161. Deux états, le premier avant la lettre.

17 J’ai cherché le repos en toutes choses et ne l’ai trouvé que dans un petit coin avec un petit livre.

18 New Hollstein 2159 et 2160.

19 Les mauvaises langues diront qu’il ne semble pas comprendre la partie latine non plus, qui comprend des erreurs apparemment dues à une copie purement graphique des lettres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Thomas a Kempis Imitatio Christi
Légende Anvers, ex officina Plantiniana, Apud Balthasarem et Ioannem Moretos, 1617.
Crédits Estampe de Hieronymus Wierix.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Ill. 2. Anonyme parisien, copié d’après une estampe néerlandaise, Effigies S. Thomae de Kempis, excudit Pierre Firens, v. 1630
Légende Burin.
Crédits BnF, Estampes, N2
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Ill. 3. Frederick Bloemaert, d’après Abraham Bloemaert, Vera Effigies Thomae de Kempis ad vivum, vers 1635-1650
Légende Burin, 460 x 290.
Crédits BnF, Estampes, N2 (A Kempis). Hollstein 232.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/286/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Ill. 4. Anonyme, Thomas a Kempis au mont Agnès
Légende Huile sur toile, XVIIe s., 92 x 123 cm.
Crédits Zwolle, Stedelijk Museum.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/286/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Mathis, « In angulo cum libro », Nouvelles de l’estampe, 261 | 2018, 16-25.

Référence électronique

Rémi Mathis, « In angulo cum libro », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 261 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/estampe/286

Haut de page

Auteur

Rémi Mathis

Archiviste paléographe, conservateur chargé des estampes du XVIIe siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, rédacteur en chef des Nouvelles de l’estampe.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals