Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le graveur qui ne grava pas

Thomas Martin
p. 125-126
Référence(s) :

Maurice Imbert, Georges Seurat. Catalogue raisonné de l’oeuvre imprimé anthume, Paris, L’échoppe, 2016. ISBN 978-2-84068-279-0.

Texte intégral

  • 1 Robert L. Herbert, Seurat, cat. expo., Paris, Galeries nationales du Grand Palais (9 avril-12 août (...)

1Mort à trente et un ans, Seurat n’a, peut-être, laissé derrière lui qu’une estampe, une lithographie mystérieuse dont la paternité ne sera sans doute jamais assurée. Il laisse les fantômes de quelques essais disparus, que le peintre ne chercha pas même à conserver. La fin de ce catalogue pourrait ressembler à son prologue, à une citation choisie par l’auteur pour résumer sa démarche : « Il est étrange que Seurat ne se soit pas intéressé à la lithographie et à l’eau-forte. »1Et pourtant c’est ainsi. Cinquante pages, laissant généreusement la part des mots à la couverture morne des reproductions, c’est souvent peu pour parler d’un sujet, mais parfois suffisant lorsque celui-ci est aussi ténu. Le catalogue de l’œuvre imprimé anthume de Seurat impose bien vite l’idée que, de gravure, il ne fut pas beaucoup question dans l’esprit de l’artiste. De dessin oui, toujours, mais pas de cet exercice particulier visant à la transposition de l’esprit par un médium atypique, exigeant, complexe et souvent peu instinctif. Encore serait-il instructif de connaître son avis, en témoin de son temps, sur l’intérêt qu’il put ressentir à voir diffuser son œuvre. Mais d’image reproduite, pas plus que d’estampe, il n’y a trace dans ses écrits. Et lorsqu’un de ses contemporains souligne, tout en riant les lignes qu’elle renferme, la piquante couverture qu’il a conçue pour L’Homme à femmes de Joze, c’est bien de dessin qu’il parle. Agréablement précédé d’une mise en contexte analytique, le catalogue trouve dans ces lignes une occasion supplémentaire d’asséner l’évidence : pour Seurat l’intérêt est définitivement ailleurs. Quant au cœur de la démarche, le recueil complet de ces reproductions dont l’existence ne semblait pas l’émouvoir outre mesure, il s’élève à six numéros. Loin d’une prodigalité envahissante, cet œuvre ne s’étaye pas d’un nombre suffisant d’exemples pour transformer significativement le regard porté sur le peintre.

2Mais alors si Seurat ne grava pas, s’il ne s’intéressa pas plus à l’exercice qu’aux commodités du multiple, si de son vivant seules six digressions imprimées vinrent ponctuer un parcours tout entier fait de dessin et de peinture, pourquoi un tel catalogue ? Sans doute parce qu’il ne fait pas bon être graveur au xixe siècle, pour peu que l’on espère voir son œuvre catalogué, analysé ou même considéré, et cet ouvrage est une parenthèse de dessinateur, de peintre, et non un livre d’estampe. Mais la réalité est peut-être ailleurs. Petit, élégant, rédigé avec une précision et une méthodologie exemplaire, il est agréable à parcourir, à lire et à conserver. Hors des grandes entreprises besogneuses, il rappelle que le travail de recherche et l’exactitude ne sont pas des outils moins pertinents dissociés d’une dimension quantitative. Il est parfois malaisé de dégager les vérités d’un corpus trop étroit. Ici, aucun étouffement, chaque numéro est une respiration qui impose de considérer une époque, un contexte, on dirait aujourd’hui un réseau, le nom d’un éditeur, d’un graveur d’interprétation, et de réfléchir à des procédés inhabituels, collotype ou papier Gillot. On croise indifféremment Lautrec, Victor Joze, Camille Pissarro, Michelet, Félix Fénéon, et cela fait du bien.

Ill. 1. Georges Seurat, couverture de Victor Joze, Lhomme à femmes, roman parisien. La Ménagerie sociale, deuxième édition, Paris, P. Arnould, 1890.

Ill. 1. Georges Seurat, couverture de Victor Joze, L’homme à femmes, roman parisien. La Ménagerie sociale, deuxième édition, Paris, P. Arnould, 1890.

BnF, Réserve des livres rares, P-Y2-2918.

3Si les reproductions ont le mérite de fournir un corpus exhaustif, impressions, variantes et dessins préparatoires, c’est bien par les notices, aucunement impactées par le format du catalogue, que s’affirme l’ensemble. techniques, dimensions de l’œuvre et de son modèle, informations complémentaires sont rehaussées de remarques fournies. Une solide bibliographie renvoie enfin, pour chacune, le lecteur à une multitude d’ouvrages évoquant pour la plupart le dessin préparatoire.

4Le catalogue de Maurice Imbert est un ouvrage comme on en aimerait plus, la marque d’un intérêt réel et contagieux. Une parenthèse, comme une trace des temps.

Haut de page

Notes

1 Robert L. Herbert, Seurat, cat. expo., Paris, Galeries nationales du Grand Palais (9 avril-12 août 1991), 1991.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Georges Seurat, couverture de Victor Joze, Lhomme à femmes, roman parisien. La Ménagerie sociale, deuxième édition, Paris, P. Arnould, 1890.
Crédits BnF, Réserve des livres rares, P-Y2-2918.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Martin, « Le graveur qui ne grava pas », Nouvelles de l’estampe, 261 | 2018, 125-126.

Référence électronique

Thomas Martin, « Le graveur qui ne grava pas », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 261 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/estampe/310

Haut de page

Auteur

Thomas Martin

Galeriste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals