Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Henri Marie Petiet (1894-1980), marchand d’estampes

Valérie Sueur-Hermel
p. 127-129
Référence(s) :

Christine Oddo, L’art et son marchand. Henri Marie Petiet, Paris, éditions des Cendres, 2017. 299 pages. ISBN 978-2-86742-269-0.

Christine Oddo, Henri Marie Petiet. Art and the Dealer, ouvrage traduit par Anita Conrade. ISBN 978-2-86742-270-6.

Texte intégral

  • 1 Étude Ader-Picard-Tajan, puis étude PIASA.
  • 2 Étude Ader-Nordmann.

1Depuis 1991, deux rendez-vous annuels ont réuni, à l’Hôtel Drouot, les amateurs d’estampes modernes venus assister à la dispersion de l’immense collection d’Henri Marie Petiet. Tout inépuisable que pût sembler ce fonds d’estampes majeures du xixe et du xxe siècles, le ralentissement récent du rythme des ventes, passées de deux à une par an en 2012, laissait présager l’imminence d’un tarissement. Dernier acte venu clore en beauté vingt-six années qui feront date dans l’histoire des ventes d’estampes, la cinquantième et ultime mise à l’encan d’un ensemble comptant six-cent-vingt-deux numéros, a eu lieu les samedi 25 et dimanche 26 novembre dans la salle de l’Opéra-comique. Les cinquante ventes alignant avec régularité les noms des plus grands maîtres de l’estampe, de Delacroix à Picasso, ont mobilisé deux générations d’experts (Denise Rousseau, Jean-Claude Romand et Arsène Bonafous-Murat puis Hélène Bonafous-Murat et Nicolas Romand), qui ont décrit avec soin des épreuves, rares et parfois uniques, adjugées sous le marteau de maître Jean-Louis Picard d’abord1, puis par maître David Nordmann2. Reste une collection de catalogues de grande qualité, invariablement introduits par le portrait d’Henri Marie Petiet, cet « un homme hors du commun », dressé par son neveu Hervé Dufresne. Les mêmes mots reviennent dans le témoignage, rédigé en 1991, par Jean-Claude Romand. Ces hommages trop brefs invitent à mieux connaître ce marchand d’art avisé, expert à l’œil exceptionnel, bibliophile, éditeur mais également collectionneur d’automobiles et de modèles réduits ferroviaires.

Portrait d’Henri Marie Petiet, photographie.

Portrait d’Henri Marie Petiet, photographie.

BnF, Estampes, N2 (Petiet).

2Christine Oddo vient fort à propos satisfaire notre curiosité en publiant aux éditions des Cendres une biographie richement documentée. Avec patience et ténacité, elle a longuement enquêté ne se contentant pas d’exploiter les archives familiales auxquelles sa qualité de petite-nièce du marchand lui a donné accès mais en élargissant ses recherches au marché et à l’édition d’estampes des années 1930 aux années 1960. Il en résulte un récit vivant, écrit d’une plume alerte, qui retrace, en douze chapitres, la trajectoire originale de ce personnage issu d’une famille de la grande bourgeoisie dans laquelle hommes de guerre, ingénieurs et industriels se sont successivement illustrés. Henri Marie Petiet a rompu avec la tradition en choisissant de faire de la bibliophilie, une des passions de sa jeunesse, le ferment d’une carrière, bien différente de celles de son frère Charles, fondateur et directeur de la société d’automobiles Ariès, avec qui il collabora un temps, et de Robert, militaire. Il garda de l’investissement familial dans les chemins de fer (son grand-père Jules a été le directeur des Chemins de fer du Nord) et dans l’automobile, un intérêt pour ces deux domaines à l’origine de collections dont l’ampleur et la qualité rivalisent avec sa collection d’estampes.

3Sur les traces d’Henri Beraldi, c’est la bibliophilie qui le conduisit à l’estampe et c’est auprès de Marcel Guiot et de Maurice Le Garrec, au lendemain de la Grande Guerre, que s’est affiné son goût pour l’image imprimée. Le sacrifice de sa bibliothèque mêlant éditions originales et livres illustrés, vendue en 1927, lui permit de donner corps à cette nouvelle passion. En 1924, les premiers achats d’œuvres de Maurice Denis, Odilon Redon et Pablo Picasso chez Ambroise Vollard, dont il rachètera à sa mort le fonds d’estampes, confirme une prédilection pour l’œuvre des peintres-graveurs de la seconde moitié du xixe siècle et des premières décennies du XXe rapidement étayée par un engagement éditorial qui le pousse à publier estampes ou livres illustrés d’André Derain, d’André Dunoyer de Segonzac, de Marcel Gromaire, de Marie Laurencin, de Jean-Émile Laboureur et de beaucoup d’autres.

4Son activité de marchand s’exerce d’abord en appartement rue d’Assas, puis à partir de novembre 1933 dans une boutique située 8, rue du Tournon dont l’enseigne « À la belle épreuve », empruntée à la préface-manifeste rédigée par Philippe Burty, pour accompagner la publication de Cadart, L’Eau-forte en 1875, annonce sans détours la hauteur de ses ambitions. La qualité des tirages, les états rares, les épreuves rehaussées sont en effet au cœur des préoccupations de Petiet. Ces exigences qualitatives lui assurent une place de choix sur le marché international qu’il cherche à conquérir. Les liens avec les institutions et collectionneurs britanniques et américains se multiplient, favorisés par le relais efficace de son ami de toujours Jean Goriany, installé à New-York. Ils sont souvent meilleurs qu’avec les institutions françaises qu’il ne ménage guère. Si le personnage, au port altier et à la distinction naturelle, inspire le respect, il suscite parfois la crainte de ses interlocuteurs auprès desquels il manie un art de la provocation fait de saillies notoires. Tout autant que sa carrière, Christine Oddo restitue, avec finesse, les aspects – voire les aspérités – d’un caractère mystérieux, jugé timide ou inaccessible, qui se dessine au fil des aléas de la vie. Les photographies extraites des albums familiaux, placées en fin d’ouvrage, illustrent les paradoxes de ce personnage tantôt concentré sur ses achats en salle des ventes, tantôt chevauchant les wagons de l’un de ses circuits ferroviaires miniatures.

5Au-delà d’un simple cahier photographique, le récit de cette vie au contact des œuvres d’art appelait une iconographie choisie. L’éditeur n’a pas hésité à truffer le récit de Christine Oddo de quelques quatre-vingts reproductions d’estampes de Pierre Bonnard, Mary Cassatt, Honoré Daumier, Maurice Denis, Edgar Degas, André Derain, Raoul Dufy, Dunoyer de Segonzac, Foujita, Paul Gauguin, Marie Laurencin, Aristide Maillol, Henri Matisse, Charles Meryon, Berthe Morisot ou Pablo Picasso, entre autres, sans oublier les fameux panneaux peints par Odilon Redon pour le château de Robert de Domecy dans l’Yonne que Petiet a acquis en 1978 et qui rejoindront plus tard, grâce à une dation des héritiers, les collections du musée d’Orsay. À cet ensemble d’illustrations judicieusement placées au cœur du texte s’ajoutent les portraits que les artistes amis de Petiet, Laboureur, Gromaire, Goerg et Marie Laurencin ont laissés de lui. L’ouvrage, dont il convient de souligner l’impression soignée et l’élégance de la présentation, autant de qualités éditoriales auxquelles le bibliophile fut lui-même attaché, est introduit par trois textes liminaires, témoignages amicaux de professionnels qui l’ont côtoyé, Daniel Marchesseau, Hubert Prouté et Marc Rosen. Des annexes complètent l’ensemble : une bibliographie rendant compte de l’ampleur des recherches menées par l’auteure, les marques apposées sur les estampes, la liste des ventes Petiet, un index des noms cités et enfin l’Étude sur l’œuvre gravé de Pablo Picasso, texte inédit qui rappelle le travail d’expert mené parallèlement à son activité marchande, notamment comme collaborateur aux catalogues raisonnés de Gauguin, Mary Cassatt, et de Picasso. Il vouait une grande admiration à celui qu’il surnommait « El Grabador ». La fameuse Suite Vollard du maître espagnol dont il put acquérir les exemplaires présents chez le marchand après sa mort en 1939, a été régulièrement vendue par ses soins. La toute dernière, celle qu’il s’était réservée, l’aura été le 27 novembre dernier.

6De cet « entasseur de papier », comme il se qualifiait lui-même avec dérision, restent d’innombrables feuilles chez les collectionneurs, les amateurs d’estampes et dans les plus grands musées du monde. La présence du cachet « HMP » sur ces pièces qui, au fil des ventes, sont venues enrichir d’autres « entassements » invitera ceux qui les consulteront à se renseigner sur celui qui jadis l’apposa. Ils auront désormais à leur disposition le bel ouvrage de Christine Oddo qu’ils liront comme un roman et refermeront avec le sentiment d’avoir percé une partie du mystère du « Baron Petiet » qui fut l’un des plus grands marchands d’estampes de son temps.

Haut de page

Notes

1 Étude Ader-Picard-Tajan, puis étude PIASA.

2 Étude Ader-Nordmann.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait d’Henri Marie Petiet, photographie.
Crédits BnF, Estampes, N2 (Petiet).
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Sueur-Hermel, « Henri Marie Petiet (1894-1980), marchand d’estampes », Nouvelles de l’estampe, 261 | 2018, 127-129.

Référence électronique

Valérie Sueur-Hermel, « Henri Marie Petiet (1894-1980), marchand d’estampes », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 261 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/estampe/313

Haut de page

Auteur

Valérie Sueur-Hermel

Conservateur en chef chargé des estampes du XIXe siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals