Navigation – Plan du site
Actualités - chroniques

Tanguy Garric (1952-2017), au service de l’estampe

Par Donatella.T
Maximilien Guiol
p. 130-131

Tanguy Garric, né à Offenbourg (Allemagne) en 1952, nous a quitté le 2 octobre 2017.

Son enfance se déroule à Saint-Renan (29), Saint-Nazaire (66) et La Baule (44). Après des études de mécanicien dans la marine marchande, il s’embarque pour la pêche au Grand Nord. Venu vivre à Paris, sa rencontre avec Donatella.T, lui permet de découvrir le monde de l’art et de la taille-douce.

Tanguy se forme alors aux techniques dites classiques (burin, pointe sèche, manière noire…) à l’atelier Rigal en 1973-1974, puis dans l’atelier Maeght, fin 1974-1975, pour les techniques plus contemporaines en travaillant pour des artistes tels Miró, Tapies, Ubac…

Très rapidement l’atelier lui confie la formation d’un apprenti au métier de taille-doucier, ce qu’il continue à faire ensuite tout au long de sa carrière, avec des stagiaires de la SEMA (Société d’encouragement aux métiers d’art) et de l’école Estienne. Il ouvre en effet son premier atelier en 1977, rue des Suisses (XIVe arr.), puis au début des années 1980, rue du Tage (XIIIe arr.) pour une vingtaine d’années, où il accueille également des artistes en stages de perfectionnement

C’est dans cet esprit qu’il anime des stages de taille-douce à Tampere (Finlande) et à Séoul (Corée), où il créée des ateliers de gravure, impression, aciérage… et forme les imprimeurs et intervenants. Il travaille durant plusieurs années pour Gana Art Beaubourg avec de nombreux artistes coréens vivant à Paris ou à Séoul : Kim Tschang-Yeul, Bang Hai Ja, Kim Ki Chang, Lee Jong-Sang, Ryoo Byung-Yup, Chang Il, Sung-Woo Chun, Seund Ja Rhee…

Ses connaissances en chimie et, comme il aimait le dire, son goût pour la cuisine, favorisent sa nature curieuse et inventive : chercher, oser, tester, affiner, recommencer lui ont permis d’exécuter, pour et avec les artistes, les œuvres aux techniques parfois hétéroclites, au plus près de leurs désirs comme : la gravure au souffre avec Sicilia, Burattoni… aux essences de plantes avec Melin ou à l’aquatinte au sucre : Pincemin… et aussi avec Garouste, Ernest Pignon-Ernest, Pontoreau, Degottex, Viseux, Cortot, Kim Chang Yeul, Aurélie Nemours, Betty Goodwin, Mecarelli, Max Pappart…

Excellent graveur, il réalise également entièrement des cuivres à partir d’une reproduction de peinture, gouache ou aquarelle.

Ill. 1. Cortot, Pour saluer Giono

Image 1000000000000342000004FE60FF4F42.jpg

Estampe collages, 60 ex. numérotés, signés. 1998. 101 x 66 cm.

Éditions Tanguy Garric.

Très vite, parallèlement à cette activité d’imprimeur et de graveur, il crée sa propre maison d’édition d’estampes et de livres avec des artistes comme Vieira Da Silva, Pincemin, Garouste, Cortot, Ernest Pignon Ernest, Texier, Zaborov… dont il présente régulièrement les œuvres dans de nombreux salons en France, notamment le SAGA de 1988 à 1997, ainsi qu’en Corée, en Finlande, en Suède…

Curieux de toutes les nouvelles technologies, il est un des premiers à les adapter et les mélanger aux techniques traditionnelles : Cortot (collages, lithographies, photocopies, aquarelles, taille-douce), Donatella.T (manière noire, pointe sèche et plaques polymères), Thibaut de Reimpré (infographie, plaques polymères).

Il développe l’infographie avec l’impression numérique : Fabrice Hyvert (éditions Sollertis), Anne Ferrer (commande du ministère de la Culture) Zhang Xiao Gang (Kwai Po collection, Éditeur Hong Kong).

Il se passionne également pour les procédés anciens en recherchant les techniques des photos argentiques et aussi de l’héliogravure au grain, sans trame. Il réalise ainsi des estampes pour de nombreux photographes et artistes : Jean Louis Bauret, Ariane Thézé, Christian Louis…

À la fermeture du dernier atelier d’aciérage à Montmartre, Tanguy décide de reprendre cette activité et l’ouvre généreusement à tous. Il y met fin lorsque Didier Manonvilliers met en place une station d’aciérage à l’atelier Moret, estimant qu’un seul atelier pouvait suffire à la demande.

Aimant la vie associative et éprouvant le besoin de se consacrer aux autres, il s’investit dans la création de plusieurs associations artistiques et culturelles à Paris et à Bretoncelles, il est ainsi, cofondateur de l’association Page(s), créée à Saint-Yrieix-la-Perche avec Éric Lefèbvre, Bernard Gabriel-Lafabrie, les directrices de l’espace des Filles du Calvaire et Donatella. T. Les statuts de l’association sont déposés en 1996 ; elle compte aujourd’hui cent cinquante membres français et étrangers et a pour but la promotion du livre de bibliophilie contemporaine et du livre d’artiste en organisant deux salons annuels, l’un en novembre, l’autre en mai. Il jouera un rôle primordial jusqu’en fin 2016 dans l’organisation de ces deux salons, en assurant la pérennité de l’aventure, de renommée internationale.

Tanguy quitte Paris en 2003 pour installer son atelier à Bretoncelles (Orne). Il a été membre du Conseil des métiers d’art (2006-2009) et fait chevalier de l’ordre des Arts et Lettres en 2007.

Tanguy Garric, a suivi durant toutes ces années un parcours exemplaire, riche d’audace, de talent et d’inventivité qui l’a mené à la place d’excellence qu’il occupe.

Ill. 2 (ci-contre). Kim Tchang Yeul, aquatinte.

Image 100000000000042B00000594CF5FC843.jpg

80 ex. numérotés, signés. 76 x 56 cm. 2000.

  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals