Navigation – Plan du site

AccueilNuméros268Comptes rendusLa linogravure en Europe des anné...

Comptes rendus

La linogravure en Europe des années 1930 aux années 1950

Fiona Piccolo
Référence(s) :

Lill Tschudi : Die Fazsination des modernen Linolschnitt 1930-1950 / Lill Tschudi : The Excitement of the Modern Linocut 1930-1950 , cat. exp. Zurich, Graphische Sammlung ETH Zurich, 1er décembre 2021-13 mars 2022, Zurich, Scheidegger & Spiess, 2021.

Entrées d’index

Keywords:

linocut, review

Index géographique :

Europe

Index chronologique :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1C’est dans un espace européen que sont à suivre les trajectoires des sources d’inspiration et des étapes de la formation de Lill (Lilian) Tchudi (1911 - 2004) de sa Suisse natale par la Belgique, l’Autriche, l’Angleterre et la France. L’apparente souplesse des frontières de sa carrière reflète le caractère transnational du réseau de diffusion et de circulation de l’estampe contemporaine, dont les territoires germanophone, anglophone et francophone constituent les zones privilégiées depuis la fin du XIXe siècle. L’œuvre gravée, mieux connue et davantage collectionnée par un public anglophone élargi, est réexaminée au prisme de son identité européenne continentale. Le catalogue opère ainsi par une forme de « retour aux sources ». Il accompagne l’exposition suisse éponyme Lill Tschudi : Die Fazsination des modernen Linolschnitt 1930-1950 / Lill Tschudi : The Excitement of the Modern Linocut 1930-1950 présentée à la Graphische Sammlung (collection graphique) de l’école polytechnique fédérale (ETH) de Zurich et publié aux éditions Scheidegger & Spiess. L’exposition est le fruit de la collaboration entre Alexandra Barcal, conservatrice de la collection graphique de l’ETH de Zurich, et Marcel Just, chercheur indépendant et co-commissaire invité. Le catalogue comprend en plus d’une contribution par Barcal et trois par Just, un texte de Jennifer Farrell, conservatrice d’estampes modernes et contemporaines au Metropolitan Museum of Art de New York, et un d’Anna Lehninger, historienne de l’art spécialiste de l’illustration de livres pour enfants.

  • 1 Linda Schädler, « Vorwort », in Lill Tschudi : Die Fazsination des modernen Linolschnitt 1930-1950 (...)

2Exposition et catalogue, comme l’indique la conservatrice en chef de la collection graphique de l’ETH de Zurich dans la préface, ont pour ambition de faire connaître « son œuvre ici aussi [à Zurich], à un public élargi ».1 La démarche s’inscrit donc directement dans la lignée de celle engagée par la Kunsthaus de Glarus qui depuis 1971 montre régulièrement l’œuvre de Tschudi. L’exposition de 2004, dernière en date, était pensée dans les mêmes termes, adressée à un public suisse, organisée thématiquement, présentant une variété de médiums. Presque une vingtaine d’années plus tard, l’exposition de Zurich se distingue en ce qu’elle réunit pour la première fois la totalité des œuvres de Tschudi conservées à la Graphische Sammlung de l’ETH, ainsi que des objets de nature davantage documentaire récemment découverts. C’est le cas par exemple d’un album au format leporello (pliable en accordéon) dans lequel Tschudi collectionnait des photographies de presse de diverses sources à des fins créatives. Le reste des œuvres présentées proviennent de collections publiques et privées Suisses et étrangères.

3Le format bilingue allemand-anglais facilite non seulement une diffusion et appréhension élargie de l’œuvre et la carrière artistique de Tschudi, mais constitue aussi la première présentation monographique dédiée de l’artiste en anglais. C’est dire si, en plus du public suisse visé par l’exposition, le catalogue entend, lui, également toucher une communauté d’amateurs et de collectionneurs publics et privés des œuvres de Tschudi majoritairement anglophone. En effet et comme le souligne bien la contribution de Jennifer Farrell, si le contexte de production et de formation de Tschudi est bel et bien européen, la diffusion de son œuvre s’effectue principalement dans un milieu anglophone entre Angleterre, États-Unis et Australie. Cause et/ou effet de cet intérêt spécial, l’accent porte sur la filiation entre Tschudi et la Grosvenor School londonienne où Claude Flight lui enseigne la technique de la linogravure en 1929. Malgré les séjours ponctuels de Tschudi à Paris pendant les trois années qui suivent – à l’académie d’André Lhote, à l’académie moderne de Fernand Léger et à l’académie Ranson avec Gino Severini – les six mois passés à Londres marqueront son œuvre gravée de l’estampille « Grosvenor School », signe d’appartenance à la fois stylistique et institutionnelle. Tant et si bien que, encore aujourd’hui, de grandes parties de son œuvre sont conservées dans des institutions comme le MoMA et le Metropolitan Museum à New York de même que dans des collections privées anglophones.

4Il est difficile de juger des raisons qui ont pu motiver le choix de traduire le terme allemand Fazsination tel qu’il apparaît dans le sous-titre par excitement plutôt que fascination qui constitue son équivalent anglais direct et littéral. Toujours est-il qu’il est question de l’enthousiasme de Tschudi sous une forme ou une autre et de son attachement à la technique de la linogravure qu’elle utilise à diverses fins tout au long de sa carrière.

5Le catalogue retrace ainsi le parcours de Tschudi qui traverse et transcende parfois les catégories desdits beaux-arts, arts appliqués, de la publicité, de la propagande et de l’illustration de livres pour enfants. L’étude de sa pratique polyvalente permet d’observer en coupe transversale un contexte de production, de diffusion et de consommation de la linogravure durant la période englobant l’avant, le pendant et l’après Seconde Guerre mondiale en Europe extrême occidentale et en Suisse plus particulièrement.

6Le terme « panoptique » utilisé par Barcal pour le titre de sa contribution introduit bien cette capacité de l’œuvre individuelle à agir comme point nodal d’une constellation liant méthodes, techniques et sources d’inspirations, et partant, comme point d’observation privilégié d’un contexte historico-artistique élargi. Barcal revient notamment sur les développements contemporains de la linogravure dans la Vienne du début du siècle et dans les travaux de l’artiste pédagogue Franz Čižek qui servirent de modèle à Flight pour ses méthodes d’enseignement à la Grosvenor School. Puis elle s’intéresse à la source d’inspiration directe pour Tschudi qu’a, potentiellement, constitué la peinture animalière de Norbertine Bresslern-Roth, elle-même autrichienne. En pendant de cette étude thématique, formelle et stylistique des linogravures de Tschudi replacées dans leur contexte européen, le texte de Farrell présente sa production par le prisme de la Grosvenor School et de sa réception par les milieux anglophones britannique et américain d’hier et d’aujourd’hui. Les contributions de Just permettent de dépasser un simple contexte « artistique » de la gravure originale, et, au-delà, d’appréhender la présence et la fonction de la linogravure dans les arts appliqués avec les ex libris et insignes héraldiques produits par Tschudi, dans le milieu publicitaire des années 1930 et dans la propagande militaire du front « féminin » intérieur suisse pendant la Seconde Guerre mondiale. Le texte de Lehninger enfin s’intéresse aux expérimentations de Tschudi dans le genre de l’illustration de livres pour enfants. Ses travaux, rarement publiés, sont à comprendre dans les deux contextes distincts : celui de sa vie personnelle, comme le montre l’unique exemplaire du livre illustré qu’elle créé spécialement pour son neveu, et celui de son engagement social pendant la seconde guerre mondiale à travers des projets qui dépassent souvent le cadre de la littérature pour enfants. Pour toutes ces raisons, la pratique de Tschudi, majoritairement marquée caractère expérimental, ne se développera jamais en une activité d’illustratrice à part entière.

7L’intérêt de ce double regard suisse et américain est de rendre une image claire et plus complète du contexte et des motivations qui sous-tendent la production comme la réception de l’œuvre gravée de Tschudi. Partir du contexte suisse permet de réaffirmer l’ancrage européen de l’œuvre avant son rayonnement outre-Atlantique. Le catalogue offre ainsi un aperçu des multiples facettes de Tschudi artiste internationale et locale, d’un œuvre tantôt urbain et rural, artistique et publicitaire, engagé et personnel. De manière plus générale, il constitue un nouveau témoignage de la polyvalence essentielle du médium de l’estampe, de son importance dans le cadre des échanges artistiques et idéologiques inter- et transnationaux, et de son potentiel invariablement subversif lorsque se pose la question des catégories et hiérarchies artistiques.

8Pour sa mise en page éditoriale, l’ouvrage utilise un modèle assez courant et s’organise en sept sections chacune d’une couleur différente auxquelles correspondent la préface et les six contributions déjà présentées. S’ajoutent à intervalles réguliers entre ces chapitres des sections purement iconographiques qui reprennent le découpage thématique que suivait le parcours de l’exposition dans la salle de la Graphische Sammlung. Cette structure rigoureuse apporte une lisibilité appréciable à un ouvrage richement illustré. De façon particulièrement ingénieuse, des extraits des pages ou planches de l’album-leporello de Tschudi ont été reproduites sur les contre-plats et premières et dernières pages du catalogue, venant ainsi significativement encadrer la production et l’analyse de l’œuvre de l’artiste. Cette présentation fait aussi écho à l’importance du Leporello dans le parcours de l’exposition, qui trônait, de manière tout aussi suggestive, au centre de la salle.

Haut de page

Notes

1 Linda Schädler, « Vorwort », in Lill Tschudi : Die Fazsination des modernen Linolschnitt 1930-1950 / Lill Tschudi : The Excitement of the Modern Linocut 1930-1950 , cat. exp. Zurich, Graphische Sammlung ETH Zurich, 1er décembre 2021-13 mars 2022, Zurich, Scheidegger & Spiess, 2021, p. 5. « ihr Werk auch hier, einem breiten Publikum nähezubringen »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiona Piccolo, « La linogravure en Europe des années 1930 aux années 1950 »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 268 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/estampe/3289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.3289

Haut de page

Auteur

Fiona Piccolo

Doctorante en histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search