Navigation – Plan du site

AccueilNuméros269VariaLa famille Chambon et l’édition d...

Varia

La famille Chambon et l’édition d’estampes religieuses à Avignon (v. 1663-1722)

Publishing religious prints in Avignon: the Chambon family (ca. 1663-1722)
Nastasia Gallian

Résumés

À la fin du xviie siècle, le graveur Jean Chambon (1635/1639-1709) s’attacha la clientèle des corporations et des confréries avignonnaises, auxquelles il fournit des cuivres et de nombreuses épreuves pour les fêtes religieuses. Il exécuta également des images de dévotion destinées à être vendues à la feuille à la clientèle locale. Ces œuvres, d’une facture assez fruste, constituent des témoignages de la piété comtadine, mais permettent aussi de documenter la manière dont les gravures demi-fines étaient produites et commercialisées en marge des grands foyers artistiques français et italiens. Les deux filles de Chambon, Anne (v. 1666-1721) et Anne-Marie (1677-1722), poursuivirent ces activités en enrichissant le fonds de matrices familial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’imprimerie s’implanta à Avignon sans doute dès les années 1490 et resta de libre exercice jusqu’a (...)
  • 2 Cf. Jean-François Cerquand, « L'imagerie populaire à Avignon et dans le Comtat, xviie et xviiie siè (...)
  • 3 Cf. Nastasia Gallian, La fabrication et le commerce des estampes à Avignon au xviiie siècle, mémoir (...)
  • 4 On doit à Jean Beuf les planches du Miroir d’escriture de Maurice Jausserandy (Avignon, chez l’aute (...)
  • 5 Avignon, Archives départementales de Vaucluse [AD84 ensuite], 5E30, cahier n°3, f° 32r, 34r-v ; cah (...)
  • 6 Philippe Mellan est l’auteur des frontispices des Présidents nés des Estats de la province du Langu (...)
  • 7 La corporation des Tailleurs et la confrérie de Notre-Dame-de-Purification lui confièrent l’exécuti (...)
  • 8 Avignon, AD84, 3E10/169, f° 23r-24v ; 5E17, f° 116v, 127v, 153r, 163r ; et 5E91, f° 143r. Notons qu (...)
  • 9 Sur les commandes de gravures passées par l’hôpital Saint-Bénézet, cf. Hélène Pichou, « Saint Bénéz (...)
  • 10 Avignon, AD84, 5E17, 1652 (sans foliotation) et f° 61v ; 5E30, cahier n°8-1632 ; Hôpital Saint-Béné (...)
  • 11 Maximin Quattranbat fournit en estampes l’hôpital Saint-Bénézet en 1671-1672 (Avignon, AD84, Hôpita (...)

1Au cours du xviie siècle, s’établirent progressivement à Avignon quelques professionnels de l’estampe, graveurs bien sûr, mais aussi éditeurs, marchands et imprimeurs en taille-douce. Ils pouvaient compter sur deux marchés émergents, qui étaient alors en train de se structurer lentement : celui de l’illustration des livres, soutenu par l’imprimerie locale1, et celui des images pieuses, commandées par milliers par les chapitres d’église, les hôpitaux, les confréries professionnelles et les Pénitents avignonnais2. Ces deux débouchés n’atteignirent leur pleine maturité qu’au cours du xviiie siècle3 mais, dès le siècle précédent, quelques précurseurs jetèrent les jalons de cette économie de l’estampe presque exclusivement tournée vers la taille-douce. Ce fut notamment le cas de Jean Beuf, un graveur de médailles actif entre 1600 et 1627, qui exécuta des eaux-fortes pour des livres de qualité4 tout en imprimant et en vendant régulièrement des estampes de dévotion aux confréries5. On pense aussi au buriniste Philippe Mellan († 1674), arrivé de Paris en 1657. Auteur de quelques planches pour les libraires6, il grava surtout pour le compte des associations pieuses7, auxquelles il livrait aussi régulièrement des épreuves8. Les imprimeurs-libraires eux-mêmes ne dédaignaient pas l’apport financier que représentaient les commandes passées par les confréries, les chapitres d’église et les hôpitaux9 à l’occasion des grandes fêtes : Jean Bramereau (v. 1580-1633), puis son fils Jacques II (v. 1605-1658) et son petit-fils Georges (1626-1681) imprimèrent ainsi régulièrement des images de saints pour les vendre à l’hôpital Saint-Bénézet, à l’église Saint-Didier et à diverses confréries entre 1615 et 166910. À partir des années 1670, cette clientèle se mit toutefois peu à peu à leur préférer des spécialistes de la gravure demi-fine à sujets religieux, tels Maximin Quattranbat (dont l’activité est mal documentée11) et surtout Jean Chambon, qui, à la fin du xviie siècle, devint l’imagier principal d’Avignon.

Jean Chambon (1635/1639-1709) et Marguerite Guillot (1638-1706)

  • 12 Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie populaire religieuse avignonnaise, op. cit.

2Pour cerner l’activité de Jean Chambon, on dispose de sources relativement variées, au premier rang desquelles figurent les gravures portant son adresse ou, plus souvent, son simple nom. On peut lui rattacher une vingtaine de gravures au burin, dont nous dressons une liste en fin d’article. Leur lettre précise bien souvent le rôle endossé par Chambon : graveur, éditeur ou marchand. La plupart de ces œuvres furent référencées dès 1944 par Sylvain Gagnière dans son Catalogue de l'imagerie populaire religieuse avignonnaise, un ouvrage organisé par sujet qui s’intéressait finalement très peu aux auteurs de ces gravures et aux conditions matérielles de leur activité12. De nouvelles recherches menées dans les fonds d’estampes de la Bibliothèque municipale d’Avignon, du Palais des Papes, des Archives départementales de Vaucluse, des Archives municipales d’Avignon et de la Bibliothèque nationale de France ont permis de compléter ce premier travail et de montrer que ce corpus n’est en fait représentatif que d’une petite partie de l’activité de Jean Chambon.

  • 13 Avignon, Archives municipales [ci-après AM], GG155, f° 148v.
  • 14 Avignon, AM, GG44, f° 202r.
  • 15 Avignon, AM, GG62, f°68r. Cet acte précise le nom de la défunte épouse de notre graveur et peut don (...)

3La date de naissance exacte de notre graveur est soumise à caution. Deux garçons portant son nom furent en effet baptisés à Avignon dans les années 1630 : l’un, fils de Mathieu Chambon et Claire Batarde, en novembre 1635 en l’église Saint-Pierre13 ; et l’autre, fils de Nicolas Chambon et Andrée Rabelinot, en mars 1639 en l’église Saint-Didier14. En l’absence de source ultérieure spécifiant le nom de ses parents, il est bien difficile de trancher entre les deux actes. Son acte de décès, en 1709, ne permet guère de faire mieux puisqu’il y est désigné comme « octogenarius », un adjectif régulièrement utilisé dans les registres paroissiaux avignonnais pour désigner un vieil homme dont on ne connaît pas l’âge exact15.

  • 16 Avignon, AM, GG55, f° 97r. L’acte de baptême de Marguerite Guillot est conservé sous la cote GG44 ( (...)
  • 17 Entre 1661 et 1669, Pierre Guillot livra 2100 gravures à l’effigie de saint Bénézet (Avignon, AD84, (...)
  • 18 En 1663, le trésorier remit ainsi à un certain Monsieur Crozet la somme de quatre livres « pour res (...)
  • 19 Le cuivre de Greuter, gravé en 1603, est connu par ses épreuves (par exemple, Paris, BnF, VA-84 ; A (...)

4La formation de Jean Chambon n’est pas documentée, mais son activité semble avoir pris de l’ampleur après son mariage avec Marguerite Guillot (1638-1706) en 166216. Fille de l’imprimeur avignonnais Pierre Guillot († 1678), qui fournissait en gravures l’hôpital Saint-Bénézet17, elle prit part au négoce de son mari, même si son nom n’apparaît que ponctuellement dans les sources d’archives et jamais dans la lettre des estampes. C’est d’ailleurs sans doute grâce à son entremise ou à celle de son père que Jean Chambon obtint en 1663 une première commande de la part de l’hôpital Saint-Bénézet, en l’occurrence la fourniture d’estampes à l’effigie du saint patron de l’institution18, tirées d’après un cuivre gravé par Matthäus Greuter ou par Philippe Mellan19.

  • 20 Avignon, AM, GG46, f° 8v.
  • 21 Avignon, AM, GG62, f° 34r. L’âge stipulé est peu probable puisqu’il ferait naître Jeanne-Philippe e (...)
  • 22 Avignon, AM, GG63, f° 5v.
  • 23 Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 179r, 288v ; E26, f° 27r, 64r, 74r. Chambon est parfo (...)
  • 24 Celle de Matthäus Greuter. Voir note 19.
  • 25 Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 288v.

5Après cette date, on perd la trace du couple durant quelques années. Il réapparaît seulement en 1671 dans les registres des baptêmes célébrés en l’église Saint-Didier, à la naissance de leur fille Marguerite20. Ils étaient pourtant déjà parents d’au moins deux filles à cette époque : Jeanne-Philippe (morte en 1703 à l’âge approximatif de quarante-cinq ans21) et Anne (décédée en 1721 à l’âge supposé de cinquante-cinq ans22), dont les baptêmes ne furent célébrés dans aucune des paroisses d’Avignon. Il est donc possible que les Chambon aient quitté la ville durant cette période. On les retrouve en tout cas de nouveau mentionnés à partir de 1673 comme fournisseurs d’images dans les comptes de l’hôpital Saint-Bénézet, en alternance avec d’autres imprimeurs-libraires et imprimeurs en taille-douce de la ville23. En 1675, Jean Chambon fut notamment payé cinq livres « pour impression de 100 images de la grande planche de l’hôpital24 et 200 petites dont il a fourni la planche25 » [cat. 8-9]. Le reste du temps, l’hôpital lui commandait des lots de trois cents à cinq cents images à l’occasion de la saint Bénézet, le 14 avril. Un défraiement était versé à Chambon s’il fournissait lui-même le papier nécessaire à l’impression, ce qui était généralement le cas. Certaines années, on lui payait aussi le taffetas sur lequel il imprimait les épreuves destinées à être offertes aux dignitaires avignonnais.

  • 26 Avignon, AD84, 5E17, f° 215v, 251r, 316r et 324r.
  • 27 Certaines entrées du livre de comptes ne précisent pas le fournisseur des images et il est donc pos (...)
  • 28 Avignon, AD84, 6E12, f° 47r, 50r, 101r, 121r ; et 6E14, années 1698 et 1699 (sans foliotation). Là (...)
  • 29 Avignon, AD84, 6E12, f° 79r : « Les images ou les guateaux on randu 0 £ 7 s. 0 d. ».
  • 30 Les livres de comptes de ces deux corporations ne sont pas conservés.
  • 31 Les sources archivistiques concernant cette confrérie, très lacunaires, ne mentionnent pas le nom d (...)
  • 32 Avignon, AD84, 3E10/203, f° 327v-329r (testament de 1699) et 3E10/277v-280v (testament de 1708). Ma (...)

6En plus de ces commandes passées par l’hôpital Saint-Bénézet, « Mr. Chambon imagier » obtint également le marché de l’impression des gravures de la confrérie de Notre-Dame-du Rosaire26, qu’il partageait avec Maximin Quattranbat. Entre 1678 et 1701, le couple Chambon livra ainsi au moins27 mille quatre cents burins aux confrères, qu’il facturait vingt-cinq sols le lot de cent grandes gravures et huit sols les cent petites. Les Chambon travaillèrent également pour la corporation des Cordonniers au moins entre 1679 et 169928. Pour la fête des saints Crépin et Crépinien, ils livraient à chaque commande entre quatre cents et sept cent cinquante images, qui étaient ensuite distribuées aux membres de la corporation, lesquels pouvaient laisser une petite obole pour aider l’association à rembourser la dépense29. Jean Chambon devait aussi fournir la corporation des Jardiniers, comme en témoigne une image de saint Blaise sur laquelle sont visibles les outils relatifs à ce métier [cat. 10], ainsi que la corporation des Maçons, dont on retrouve les emblèmes sur une Annonciation30 [cat. 1]. Les Pénitents noirs de la Miséricorde devaient également faire appel à ses services31 puisqu’une gravure exécutée par ses soins représente deux pénitents en prière au pied de la Croix [cat. 20]. Ses testaments nous apprennent qu’il appartenait d’ailleurs lui-même à la confrérie des Pénitents blancs32.

  • 33 À l’époque, la rue des Chevaliers était aussi appelée rue des Porchers ; il s’agit de l’actuelle ru (...)

7En plus de ces estampes imprimées et parfois gravées pour d’autres, Jean Chambon constitua un fonds de cuivres à sujets essentiellement religieux, dont il devait écouler les épreuves par d’autres moyens. L’adresse indiquée sur certaines de ses estampes (« A Avignon a la place de S. Didier Chambon fait les images en Taille douce » ou « ché chambon A la place S. didié Avignon ») laisse entendre qu’il disposait d’un atelier-boutique à proximité immédiate de l’un des plus grands cimetières de la ville, à cinq cents mètres au sud du Palais des Papes. Cette boutique n’est mentionnée dans aucune des sources d’archives que nous avons consultées, contrairement à sa maison d’habitation, située un peu plus au sud, rue des Chevaliers33.

8La majeure partie du petit corpus pouvant aujourd’hui être rattaché à Jean Chambon représente la Vierge et les saints. Certaines gravures sont circonscrites par un encadrement feint et presque toutes sont dotées d’une lettre qui précise le sujet représenté ou une prière. Quelques-unes dérivent de modèles savants [cat. 2-3], fait très rare dans la production demi-fine avignonnaise, tandis que d’autres font allusion à un lieu de culte [cat. 5] ou à un reliquaire [cat. 11] local.

  • 34 Sur Pierre-Joseph Arnavon, cf. Jean-François Cerquand, « L'imagerie populaire à Avignon… », op. cit (...)

9Les gravures exécutées ou éditées par Chambon sont de facture médiocre. Les figures sont naïves, raides et modelées grossièrement ; l’espace est bien souvent écrasé et le décor réduit à l’essentiel. Les ombres sont créées par des maillages denses, qui contrastent d’autant plus vivement avec les réserves que les valeurs intermédiaires sont peu nombreuses. Les épreuves conservées attestent de l’intense utilisation des cuivres, à partir desquels étaient tirés des milliers d’images et qui étaient retaillés plusieurs fois au cours de leur période d’exploitation. Une estampe représentant sainte Madeleine de Pazzi [cat. 18] montre ainsi que Jean Chambon avait récupéré un cuivre qui portait à l’origine l’adresse de Maximin Quattranbat, qu’il effaça grossièrement au brunissoir pour apposer la sienne. D’autres [cat. 13, 16, 18 et 20] indiquent que certaines matrices de Chambon furent utilisées par les deux générations suivantes, celle de ses filles Anne et Anne-Marie Chambon (qui exercèrent sous leur nom de jeune fille), puis celle de sa petite-fille Marie-Alix Rostan (1705-1782), épouse de l’imagier Pierre-Joseph Arnavon34 (1691-1757).

Anne Chambon (v. 1666-1721) et Jean Laserre († 1719)

  • 35 La succession donna lieu à un litige entre Anne et Anne-Marie Chambon d’une part, et les enfants de (...)
  • 36 Avignon, AD84, 3E10/209, f° 9r-10v.
  • 37 Ibid., f° 33r et 3E12/1910, f° 145r.

10De fait, à la mort de Jean Chambon en 1709, ses deux filles survivantes se partagèrent, entre autres, son fonds de planches. Pas plus qu’à la mort de Marguerite Guillot en 1706, ne fut dressé d’inventaire après décès35, si bien qu’il est impossible d’avoir une vision précise des biens détenus par Chambon à cette époque. Les deux sœurs tirèrent au sort la maison de la rue des Chevaliers, hypothéquée et évaluée à six cents livres, qui échut à Anne-Marie, tandis qu’Anne fut dédommagée de sa part en argent comptant et en devenant propriétaire de deux parcelles de vignes36. Le sort des cuivres n’est pas précisé dans les actes relatifs à la succession, mais deux d’entre eux insistent sur le fait que l’ « héritage essoit très peu considérable, ne consistant qu'à un peu d'argent, quelques planches de cuivre vielles et usées, et quelque peu de meubles fort vieux, usés37 ».

  • 38 Avignon, AM, GG, f° 115r. Le contrat de mariage est conservé aux AD84, 3E10/199, 3 janvier 1691.

11Cette succession est en tout cas l’occasion d’en apprendre davantage sur Anne Chambon, la deuxième fille de Marguerite Guillot et de Jean Chambon, sans doute née vers 1666. Elle épousa en 1690 Jean Laserre38 (ou Lasserre), maître menuisier, avec lequel elle se lança elle aussi dans l’impression et l’édition d’estampes. Un acte rédigé au cours de la succession de Jean Chambon, en l’occurrence une reconnaissance de dot couplée avec une donation entre vifs, témoigne de cette activité et du rôle majeur joué par Anne qui, pourtant, ne savait pas écrire :

  • 39 Avignon, AD84, 3E10/209, f° 81r-v. Anne Chambon déclare à la fin de l’acte être incapable de le sig (...)

Et pour l’amitié particulière que ledit Lasserre a dit avoir pour ladite Anne Chambon sa femme, en reconnaissance de sa vertu, travail et industrie à faire des images, à quoy elle gagne beaucoup d’argent, et d’avoir bien soin de son ménage, autrement parce qu’ainsy il luy a pleu […], il a donné et donne […] la somme de trois cent livres grosse monoye en augmentation de dotte39.

  • 40 Sur Louis David, cf. Jean-François Cerquand, « « L'imagerie populaire à Avignon… », op. cit., p. 46 (...)
  • 41 Cf. Nastasia Gallian, La fabrication et le commerce…, op. cit., vol. ii, p. 206-314.
  • 42 Avignon, AD84, 5E33, f° 13r (Jean ou Anne Chambon ?), 29r et 47v.
  • 43 Avignon, AD84, 6E13, f° 14v, 29r, 35v, 39r, 42r et 44v.

12Cet acte fut passé en présence du buriniste Louis David40 (1644-1721), avec lequel collaborait le couple. Fils du graveur parisien Jérôme David, celui-ci s’installa à Avignon en 1677 et il y mena une longue et prolifique carrière, au cours de laquelle il réalisa, entre autres, une cinquantaine de gravures religieuses41. Parmi ces estampes, une Vierge du Rosaire et quatre saints furent imprimés par Jean Laserre ou édités par Anne Chambon [cat. 1 à 5, et sans doute cat. des pièces attribuées n°2]. Ce sont des œuvres qui s’inscrivent dans la droite ligne des gravures produites par Jean Chambon : on y retrouve le même type d’encadrement architecturé et feuillagé, et, si l’exécution est plus souple et permet d’aboutir à des valeurs un peu plus modulées, elle reste toutefois relativement sommaire. Outre ces gravures de David, le couple Laserre imprimait également des images pour la confrérie Saint Nicolas42 (celle des bateliers du Rhône) et pour la corporation des Cordonniers43.

Anne-Marie Chambon (1677-1722)

  • 44 Avignon, AM, GG46, f° 57r.
  • 45 Le mariage fut célébré en 1699 (Avignon, AM, GG56, f° 171r). Le contrat dressé à cette occasion est (...)

13La sœur cadette d’Anne Chambon, Anne-Marie, exerçait également la profession d’imagière. Née en 167744, elle semble avoir travaillé seule, sans son mari André Rostan (ou Roustang), dont le nom est absent de la lettre des estampes et qui est toujours désigné comme maître cordonnier dans les sources45. L’activité d’Anne-Marie est mal documentée : contrairement à son père, à sa sœur puis à son gendre, elle n’est pas mentionnée dans les livres de comptes des confréries locales, si bien que seules les quatre gravures qui portent la signature « A M. Chambonne » témoignent de son travail de graveuse et d’éditrice.

  • 46 Acte de naissance : Avignon, AM, GG184, f° 243r. Acte de décès : GG64, f° 171.
  • 47 Acte de naissance : Avignon, AM, GG47, f° 120r. Acte de décès : GG65, 1782, n° 114.
  • 48 Avignon, AM, GG56, f° 171r.
  • 49 Avignon, AD84, 3E12/1925, f° 833v-839v.
  • 50 Les œuvres du couple Arnavon-Rostan figurent in Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie…, op. cit (...)

14Elle semble pourtant avoir joué indirectement un rôle-clé dans la transmission des cuivres familiaux à la génération suivante. L’une de ses matrices, ainsi que certains cuivres de Jean et Anne, furent en effet transmis à son gendre, Pierre-Joseph Arnavon46 (1691-1757) [cat. 2]. Formé comme orfèvre, ce dernier épousa Marie-Alix Rostan47 (1705-1782) en 172248, quelques mois après la mort d’Anne-Marie Chambon. Si les planches des Chambon ne sont pas mentionnées dans le contrat de mariage49, elles devaient pourtant bien figurer parmi les biens mobiliers apportés par la mariée puisqu’Arnavon grava son adresse par-dessus celle de ses prédécesseurs, souvent de manière très grossière. Ces cuivres constituèrent en tout cas le noyau à partir duquel le jeune couple constitua petit à petit un fonds d’atelier plus important50, composé principalement de gravures mariales et hagiographiques répétant les formules visuelles mises au point par les Chambon. Travaillant à leur tour pour les confréries, les corporations et la clientèle de particuliers d’Avignon, Marie-Alix Rostan et Pierre-Joseph Arnavon s’installèrent dans la maison des Rostan rue Saint-Eutrope, paroisse Saint-Didier. À la mort d’Arnavon en 1757, Marie-Alix continua à exploiter les cuivres familiaux sous le nom de « veuve Arnavon » au moins jusqu’aux années 1770.

Catalogue

Abréviations employées :

15BMA : Bibliothèque municipale d’Avignon

16BnF : Bibliothèque nationale de France

  • 51 Ce recueil, relié en parchemin de remploi, contient des gravures des xviie et xviiie siècles majori (...)

17PP, AA : Palais des Papes, Album Arnavon51

Jean Chambon (1639-1709)

181. Annonciation

19Sous la Vierge, « Chambon fecit ». Sous la scène principale, emblèmes de la corporation des Maçons d’Avignon.

20Burin, 25,6x19,1 cm au coup de planche.

21Loc. : PP, AA, n°37.

22Bib. : Crespo, n°1 ; Gagnière, n°40.

232. La Vierge, l’Enfant et saint Jean-Baptiste

  • 52 Sans doute le graveur Pierre ier Firens (v. 1580-1638), actif à Anvers, Lyon et Paris. Il édita cer (...)

24Dans l’angle inférieur gauche : « Firens52 » ; dans l’angle inférieur droit : « Chambon fecit A Auignon ».

25Burin, 17x19 cm au coup de planche.

26Loc. : PP, AA, n°98.

273. Notre Dame de Beaulieu de Mirabeau

28Estampe dérivée de la Vierge à la chaise de Raphaël.

29« ORAISON A NOTRE DAME DE BEAV LIEV DE MIRABEAU / Ie vous salue [etc.] ».
Sous l’oraison : « A Avignon a la place de S. Didier Chambon fait les images en Taille douce ».

30Burin, 25,5x20,2 cm au coup de planche.

31Loc. : PP, AA, n°40.

32Bib. : Gagnière, n°70.

334. Notre Dame du Puy-en-Velay

34Sous le trait carré : « Ni caveas Crimen caueas contingere limen / Nam Regina Poli vult sine sorde Coli ». Armes royales et aigle impériale dans les angles supérieurs.
Dans l’angle inférieur gauche : « Chambon ».

35Burin, 15,8x9,9 cm au coup de planche.

36Loc. : PP, AA, n°19.

375. Notre Dame de Pureté

38Sur le socle de la statue : « ORAISON A NOSTRE DAME DE PVRETE / O Marie la plus pure des uierges [etc.] ».
Sous l’oraison : « an avignon ont vent ch. Chambon ».

39Burin, 22,1x15,5 cm (épreuve rognée).

40Loc. : PP, AA, n°4.

41Bib. : Gagnière, n°135.

426. Saint Antoine dans une grotte sous les arbres

43Sous le cadre, « ST ANTHONIVS ».
Dans les angles inférieurs du cadre : « A Avignon Chambon ex ».

44Burin, 19,5x13,8 cm au coup de planche.

45Loc. : PP, AA, n°184.

46Bib. : Gagnière, n°191.

477. Saint Antoine au travail dans sa grotte

48Sous l’image : « Sainct Antoine priez povr novs pavve pechevr »
Dans l’angle inférieur droit : « A Avignon Chambon ex ».

49Burin, 17,3x24,3 cm au coup de planche.

50Loc. : PP, AA, n°183.

51Bib. : Gagnière, n°192.

528. Saint Bénézet

53Sous l’image : « S. benoit. berger. que. le. vulgaire. par. diminutif. Appelle. St. Benezet aagé. de. douze. ans. gardant. les. / brebis. [etc.] ».
Sous les moutons : « ché chambon A la place S. didie Auignon ».

54Burin, 21x16 cm.

55Loc. : BMA, Ms 2452, f° 3.

56Bib. : Gagnière, n°210 ; Pichou, p. 182.

579. Saint Bénézet dans un médaillon

  • 53 Peut-être Jacques Beaudeau, auteur de planches pour l’Armorial des Etats du Languedoc, Montpellier, (...)

58« S. BENEZET FONDATEVR DV PONT D’AVIGNON / Priere. Qve. Faisoit. S. Pierre De / Lvxembourg A Saint Benezet. / [etc.] ».
À droite du médaillon : « Chambon Auignon » ; sous la lettre, à gauche : « Beaudeau53 f. ».

59Burin, 10,4x7,4 cm au coup de planche.

60Loc. : BnF, Rd2 (saint Bénézet) ; PP, AA, n°230.

61Bib. : Cerquand, n°6 ; Pichou, p. 182.

6210. Saint Blaise

63Sous le cadre : « O GLORIEVX. S. BLAISE PRIES POVR NOVS ».
Dans l’angle inférieur droit : « A Avignon Chambon f ». Sous le trait carré, emblèmes de la corporation des Jardiniers d’Avignon.

64Burin, 24,6x15,2 cm au coup de planche.

65Loc. : PP, AA, n°209.

66Bib. : Gagnière, n°219.

6711. Buste-reliquaire de saint Elzéar dans l’église d’Ansouis

68Sous le cadre : « VERA EFFIGIES. S. ELZEARII / COMITIS ARIANENSIS ».
Dans l’angle inférieur droit : « Chambon f. A avignon ».

69Burin, 22x15,4 cm au coup de planche.

70Loc. : PP, AA, n°198.

71Bib. : Crespo, n°134 ; Gagnière, n°238.

7212. Saint Étienne

73Sous le cadre : « ST ETIENNE PRIEZ POVR NOVS ».
Sous le titre, à gauche : « Chambon fecit A Avignon a la place St didier ».

74Burin, 21x15 cm (épreuve rognée).

75Loc. : PP, AA, n°172.

76Bib. : Gagnière, n°242.

7713. Saint Fiacre

78Sous le trait carré : « ORAISONASAINCT FIACRE / Glorieux amy de Dieu [etc.] ».

79Burin, 28,1x20,5 cm au coup de planche.

80État i/3 : à la suite de l’oraison, « I. Chambon fecit ». Loc. : BnF, Rd-2 (Saint Fiacre)-Fol H 174086.

81État i/2 : dans l’image, sur la bêche : « l. David fecit » ; à la suite de l’oraison, « A Chambonne ». Pas d’épreuve localisée.

82État ii/2 : à la suite de l’oraison, « Avignon A [sic] chez Arnavon » gravé au-dessus de « A Chambonne ». Loc. : PP, AA n°193. Bib. : Gagnière, n°246.

8314. Saint Jacques

84Le saint pèlerin debout, flanqué de deux autres pèlerins agenouillés, en taille réduite.
« ST IAQUES ».
À gauche : « Chambon A avignon fecit ».

85Burin, 16,9x12,3 cm.

86Loc. : ancienne collection Gagnière.

87Bib. : Gagnière n°274.

8815. Saint Pierre

89Sous le cadre : « SAINCT PIERRE PRIEZ POVR NOVS PAVVRE PECHEVR ».
Sous le titre, à droite : « A Avignon Chambon fecit ».

90Burin, 21x14,7 cm au coup de planche.

91Loc. : PP, AA, n°175.

92Bib. : Gagnière, n°319.

9316. Saint Symphorien

94Sous l’image : « Ora pro nobis beate martyr Symphoriane ut digni efficiamur [etc.] ».

95Burin, 22,8x16,5 cm.

96État i/2 : « A Avignon Chambon ». Pas d’épreuve localisée.

97État ii/2 : « Avignon chez arnavon », gravé au-dessus de l’adresse précédente, encore visible. Loc. : PP, AA n°201.

98Bib. : Gagnière, n°342.

9917. Sainte Barbara

100La sainte en buste, de trois quarts, avec une palme et une épée.

101« S. BARBARA ».
Sous l’image : « Avignon, Chambon » et « I. le Clerc exc. ».

102Burin, 12,2x9,6 cm.

103Loc. : ancienne collection Gagnière.

104Bib. : Gagnière, n°361.

10518. Sainte Madeleine de Pazzi

106Sous l’image : « MON DIEV qui aues doue Sainte Magdeléne de Passis [etc.] ».

107Burin, 24,6x17,7 cm au coup de planche.

108État i/2 : édité par Maximin Quattranbat. Pas d’épreuve localisée.

109État ii/2 : « on vend che me [Quattranbat, recouvert de tailles] an auignon Chambon ». Loc. : PP, AA, n°143.

110Bib. : Gagnière, n°378.

11119. L’ange gardien

112Sous le trait carré : « ANGELI DOMINI SVNT CVSTODES [etc.] ».
Sous la lettre, à droite : « chambon fecit Avignon ».

113Burin, 29,6x21 cm (épreuve rognée).

114Loc. : PP, AA, n°137.

115Bib. : Gagnière, n°176.

11620. Pénitents adorant le Christ en Croix

117Sous le trait carré : « LES PENITENS DE LA MISERICORDE ».

118Burin, 25,5x17,1 au coup de planche.

119État i/2 : entre les pénitents, « A Avignon Chambon fe ». Loc. : PP, AA, n°85. Bib. : Crespo, n°102.

120État ii/2 : planche retaillée et adresse précédente masquée sous des tailles. Sous le titre, à droite : « simprime chez arnavon pre St eutrpe [sic.] avignon ». Loc. : BMA, Atlas 8, n°151.

12121. La délivrance des âmes du Purgatoire.

122Sous l’ovale contenant l’image : « ORAISON a lhonneur du St Suaire pour la deliurance dune ame de purgaroire [sic]. / Seigneur Dieu [etc.] ».
Dans l’angle inférieur gauche : « chambon exc. ».

123Burin, 20,7x14,6 cm au coup de planche.

124Loc. : PP, AA, n°80.

125Bib. : Gagnière, n°29.

12622. Vue d’Avignon depuis la rive opposée du Rhône, avec trois joueurs de cartes

127Sur une pierre : « Chambon sculp ».

128Burin, 17,5x50,8 cm.

129Loc. : BnF, Va-84 (1)-Fol (cartes, plans et vues d’Avignon ; épr. avec planche usée).

130Bib. : I. F. F. xviie, vol. ii, p. 268 n°1.

13123. Vue d’Avignon depuis la rive opposée du Rhône

132Sur un cartouche aux armes d’Avignon : « Muris [etc.] ».
En bas, sous le cartouche : « A avignon J. chambon Xcul. [sic.] ».

133Burin, 19,8x52,3 cm.

134Loc. : BnF, Va-84 (1)-Fol (cartes, plans et vues d’Avignon).

135Bib. : I. F. F. xviie, vol. ii, p. 268 n°2.

Anne Chambon (v. 1666-1721) et Jean Laserre († 1719)

1361. Notre Dame du Rosaire.

137Sous le médaillon principal : « Les Devoirs des Confreres du Saint Rosaire / [etc.] ».
Dans celui-ci, sur le globe : « L. Dauid fecit » ; au-dessus des pilastres, sur l’entablement : « Sette Image / Miraculeuse / A esté Gravée // et Desiné [sic] par / Louis David / Agé de 90 ans » ; sous le trait carré, au centre : « S’imprime Chez I. laserre et Anne Chambonne a Auignon ». 

138Burin, 40,2x29,1 cm.

139Loc. : BMA, atlas 8, n°142, atlas 24, n°47 et atlas 71, n°179 ; PP, AA, n°101.

140Bib. : Cerquand, n°62 ; Crespo, n°30 ; Duhamel, p. 129 ; I.F.F xviie, vol. iii, p. 393.

1412. Saint Fiacre

142Sous le trait carré : « ORAISONASAINCT FIACRE / Glorieux amy de Dieu [etc.] ».

143Burin, 28,1x20,5 cm au coup de planche.

144État i/3 : à la suite de l’oraison, « I. Chambon fecit ». Loc. : BnF, Rd2 (saint Fiacre) H 174086.

145État i/2 : dans l’image, sur la bêche : « l. David fecit » ; à la suite de l’oraison, « A Chambonne ». Pas d’épreuve localisée.

146État ii/2 : à la suite de l’oraison, « Avignon A [sic] chez Arnavon » gravé au-dessus de « A Chambonne ». Loc. : PP, AA n°193. Bib. : Gagnière, n°246.

1473. Saint Pont

148Sous le saint : « Saint. Pont. Priez. Pour. Nous ».

149Burin, 22x15,6 cm au coup de planche.

150État i/2 : dans l’image, sur la palme, « L. David f » et « chez I. Laserre ». Loc. : PP, AA n°171. Bib. : Gagnière, n°321.

  • 54 À la mort de son mari Antoine Désandré en 1785, Anne Pascal prit la tête de l’entreprise d’édition (...)

151État ii/2 : planche retaillée pour ne conserver que les tailles principales. En bas, au centre : « Ve Desandré54 Place neuve à Avignon ». Loc. : BMA, atlas 24 n°71. Bib. : Crespo, n°161 ; Duchartre et Saulnier, p. 428 ; Gagnière, n°322.

1524. Saint Ruf

153« Saint Rvf Priez pour nous. ».

154Burin, 22,3x15,2 cm au coup de planche.

155État i/3 : sur un rocher, en bas à gauche, « Lud. David fecit » ; sous le cadre, au centre : « [ill.] chez Anne Chambonne ». Loc. : BnF, Rd-2-Fol (Saint Ruf).

156État ii/3 : « s’imprime / chez / arnavon ». Loc. : BnF, Rd-2-Fol (Saint Ruf).

157État iii/3 : L’adresse recouverte de tailles. Loc. : PP, AA, n°168 et BMA, in-fol. 58, n°130.

158Bib. : Gagnière, n°332.

1595. Sainte Catherine

160Sous le cadre : « Sainte Catherine Priez Pour Nous ».
Dans l’angle inférieur droit de l’image : « 1712 / L. David. fecit » ; sur la roue : « S’imprime Chez A. Chambonne ».

161Burin, 16,3x12,8 cm au coup de planche.

162Loc. : PP, AA, n°152.

163Bib. : Gagnière, n°364.

Anne-Marie Chambon (1677-1722)

1641. Notre Dame de Pureté de Terre Forte

165Sous la Vierge à l’Enfant : « NostreDame de Purete / de Terre Forte ».
Dans l’angle inférieur droit : « A M. Chambonne ».

166Burin, 17,4x11,2 cm (épreuve rognée).

167Loc. : PP, AA, n°47.

168Bib. : Gagnière, n°136.

1692. Saint Blaise

170Dans un cartouche sous le saint : « Oraison A St Blaise Eveqve Et Martyr / O Glorieux [etc.] ».

171Burin, 29x20 cm au coup de planche.

172Bib. : Cerquand, n°43 ; Crespo, n°128 ; Gagnière, n°221-222.

173État i/2 : dans le cartouche, au centre : « auignon. Ch. Arnauon. Uers. St. Eutrope » ; dessous, à gauche : « AM. Chambonne * ». Loc. : BMA, Atlas 8, n°83.

174État ii/2 : planche retaillée. Dans le cartouche : « imprimé chez arnauon pre st eutrope a auignon ». Loc. : PP, AA, n°211.

1753. Saint Joseph

176Sous le cadre : « IOSEPH. NVTRITIUS. DEI ».
Dans l’angle inférieur droit : « AM Chambonne fec ».

177Burin, 18,5x15 cm au coup de planche.

178Loc. : PP, AA, n°164.

179Bib. : Gagnière, n°282.

1804. Sainte Marthe

181Dans un cartouche sous la sainte : « Anta Supermus hospes [etc.] ».
Dans l’angle inférieur droit de l’image : « AM Chambonn [sic] »

182Burin, 25x17,9 cm au coup de planche.

183Loc. : PP, AA, n°151.

184Bib. : Crespo, n°194 ; Gagnière, n°383.

Œuvres attribuées

1851. Notre Dame de Pitié du Saint Sépulcre.

186A la suite de l’oraison : « 1670 » ; sous l’oraison : « pour la devote Confrerie de notre dame de pitié ».

187Burin, 25,8x17,3 cm (épreuve rognée).

188État i/2 : pas d’épreuve localisée.

189État ii/2 : titre de l’oraison passé au brunissoir et modifié en « ORAISON A NOSTRE DAME DE PITIE DU ST SEPULCRE ». Dans l’angle inférieur droit : « S’INPRIME CHE ARNAVON » (mention gravée sur une autre, illisible). Loc. : PP, AA n°43. Bib. : Gagnière, n°134.

1902. Drapelet à l’effigie de saint Jacques

191Sur le cadre entourant l’image du saint : « Le Vray Portrait De St Iacqve Le Mageore / S Iacqve a este Decapite Dans la Ville de Ierusalem / [etc.] ».
Sur la langue supérieure du drapelet : « Gravé par L David [2-3 mots illisibles] Aagé [sic] de 85 ans ».
En bas : « la Tres devotte Confreries [sic] des pellerins de St Iacques erigée dans l’Eglise de St Didier ».

192Burin, 37,2x24,2 cm (épreuve détourée).

193État i/2 : pas d’épreuve localisée.

194État ii/2 : planche regravée. Sur la langue inférieure, en haut : « Simprime chez ARnavon [sic] a Aiugon [sic] » recouvrant une autre adresse passée au brunissoir (l’un des Chambon ?). Loc. : PP, AA, n°203. Bib. : Gagnière, n°275.

Haut de page

Bibliographie

Cerquand : Jean-François Cerquand, « L’imagerie populaire à Avignon et dans le Comtat, XVIIe et XVIIIe siècles », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1993, vol. III, p. 45-71.

Crespo : Didier Crespo, Chemins de la foi et iconographie comtadine : les gravures de la piété populaire (XVIIe-XIXe siècles), thèse d’Histoire et Civilisations, Anne Blanchard (dir.), Université de Montpellier III, 1990.

Duchartre et Saulnier : Pierre-Louis Duchartre et René Saulnier, L’imagerie populaire – Les images de toutes les provinces françaises du XVe siècle au Second Empire, Paris, Libr. de France, 1925.

Duhamel : Léopold Duhamel, « L’œuvre de Louis David, graveur à Avignon 1667-1718) », Annuaire administratif, historique et statistique de Vaucluse, 1891, p. 127-145.

Gagnière : Sylvain Gagnière, Catalogue de l’imagerie populaire religieuse avignonnaise, Avignon, Rullière Frères, 1943.

Pichou : Hélène Pichou, « Saint Bénézet dans l’image », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1984, vol. V, p. 175-190.

Haut de page

Notes

1 L’imprimerie s’implanta à Avignon sans doute dès les années 1490 et resta de libre exercice jusqu’au xviiie siècle. Sur ce statut particulier et sa régulation progressive, cf. René Moulinas, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au xviiie siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1974.

2 Cf. Jean-François Cerquand, « L'imagerie populaire à Avignon et dans le Comtat, xviie et xviiie siècles », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1883, t. ii, p. 45-71 ; Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie populaire religieuse avignonnaise, Avignon, Rullière frère, 1943 ; Didier Crespo, Chemins de la foi et iconographie comtadine : les gravures de la piété populaire (xviie-xixe siècles), thèse d’Histoire et Civilisations, Anne Blanchard (dir.), Université de Montpellier III, 1990.

3 Cf. Nastasia Gallian, La fabrication et le commerce des estampes à Avignon au xviiie siècle, mémoire de Master 2 d’Histoire de l’Art, Marianne Grivel (dir.), Université Paris iv, 2011.

4 On doit à Jean Beuf les planches du Miroir d’escriture de Maurice Jausserandy (Avignon, chez l’auteur, 1600), du Bouclier d’honneur de François Bening (Avignon, J. Bramereau, [1616]), du De S. Catharinae Alexandriae passae laudibus et martyrio Oratio de Franciscus Valentianus (Avignon, J. Bramereau, 1616), de l’Entrée de Loys XIII, roy de France et de Navarre dans sa ville d’Arles le XXIX octobre M.DC.XXII de Pierre Saxi (Avignon, J. Bramereau, 1622). Sept planches portant son paraphe sont également jointes au Tableau de l’histoire des princes et principauté d’Orange de Joseph de la Pise (La Haye, Th. Maire, 1639).

5 Avignon, Archives départementales de Vaucluse [AD84 ensuite], 5E30, cahier n°3, f° 32r, 34r-v ; cahiers n°4 et n°5, sans foliotation, années 1621, 1622, 1623, 1626 et 1627. Voir aussi Hôpital Saint-Bénézet, E24, f° 13r. On ne connaît aucune estampe religieuse signée de la main de Jean Beuf. Après sa mort, sa veuve continua à livrer des estampes aux confréries (AD84, 5E30, cahier n°7-1630, n°8-1632 et 1634, sans foliotation).

6 Philippe Mellan est l’auteur des frontispices des Présidents nés des Estats de la province du Languedoc de Jean-Baptiste L’Hermite de Soliers (Arles, F. Mesnier, 1659) et du Systema universae medicinae theoricae experimentalis philosophiae principiis superstructum de Jean-Joseph Alphon (Avignon, M. Chastel, 1672), ainsi que d’une planche pour Le Temple de la Clémence dédié à N. S. Père le pape Clément IX de François Delbène (Avignon, M. Chastel, 1667). Cf. Henri Requin, Philippe Mellan, graveur d’Avignon (1657-1674), Caen, Henri Delesques, 1896.

7 La corporation des Tailleurs et la confrérie de Notre-Dame-de-Purification lui confièrent l’exécution de deux planches en 1657 (Avignon, AD84, 3E10/169, f° 23r-24v), tandis que l’hôpital Saint-Bénézet lui commanda une matrice à l’effigie de son saint patron (AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 117r). Deux autres planches, réalisées pour la confrérie du Saint-Sacrement d’Avignon, sont connues par des épreuves (Avignon, Bibliothèque municipale [ci-après BM], atlas 8, n° 86 et Palais des Papes [ci-après PP], Album Arnavon, n° 77 ; cf. Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie…, op. cit., n° 33 et 30).

8 Avignon, AD84, 3E10/169, f° 23r-24v ; 5E17, f° 116v, 127v, 153r, 163r ; et 5E91, f° 143r. Notons que Philippe Mellan importait par ailleurs des gravures parisiennes et qu’il en faisait commerce à Avignon (ADV 3E9(1)/1359, f° 732r-v)

9 Sur les commandes de gravures passées par l’hôpital Saint-Bénézet, cf. Hélène Pichou, « Saint Bénézet dans l'image », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1984, 7e série, t. v, p. 175-192.

10 Avignon, AD84, 5E17, 1652 (sans foliotation) et f° 61v ; 5E30, cahier n°8-1632 ; Hôpital Saint-Bénézet, E24, f° 136v, 178v et E25, f° 7v, 19v, 57v, 76r, 102v, 153

11 Maximin Quattranbat fournit en estampes l’hôpital Saint-Bénézet en 1671-1672 (Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 165v, 172v). Il travailla également pour la confrérie de Notre-Dame-du-Rosaire, annuellement entre 1672 et 1677, puis ponctuellement jusqu’en 1694 (AD84, 5E17, f° 183r, 188r, 199r, 204r, 209v et 251r). Trois burins portent l’adresse « on le vent chez Mr Quattranbat, aux trois pillats, A avignon » : une Vierge à l’Enfant (épreuves : Avignon, BM, atlas 24, n° 282 et atlas 71, n° 125), un Saint François de Sales exécuté par Nicolas Billy (épreuves : Avignon, BM, atlas 8, n° 205 ; atlas 24, n° 284 ; atlas 71, n° 118 ; in-fol. 208, n° 25 ; et Archives municipales, 97Fi1541) et une Sainte Madeleine de Pazzi (cuivre repris par Jean Chambon, cf. cat. 18).

12 Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie populaire religieuse avignonnaise, op. cit.

13 Avignon, Archives municipales [ci-après AM], GG155, f° 148v.

14 Avignon, AM, GG44, f° 202r.

15 Avignon, AM, GG62, f°68r. Cet acte précise le nom de la défunte épouse de notre graveur et peut donc lui être imputé sans aucun doute.

16 Avignon, AM, GG55, f° 97r. L’acte de baptême de Marguerite Guillot est conservé sous la cote GG44 (f° 159r) et son acte de décès dans le registre GG62 (f° 50r).

17 Entre 1661 et 1669, Pierre Guillot livra 2100 gravures à l’effigie de saint Bénézet (Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 57v, 118r, 140v et 152v).

18 En 1663, le trésorier remit ainsi à un certain Monsieur Crozet la somme de quatre livres « pour reste des images que Chambon et sa femme ont faict pour la confrérie dudit hospital » (ibid., f° 92v). On ne sait pas s’il s’agissait du remboursement d’une dette ponctuelle ou bien si les deux parties étaient en affaire.

19 Le cuivre de Greuter, gravé en 1603, est connu par ses épreuves (par exemple, Paris, BnF, VA-84 ; Avignon, BM, atlas 71, n° 116 ; AM, 120Fi126, 120Fi250 et 120Fi251). Le cuivre de Mellan est signalé dans les livres de comptes de l’hôpital en 1664 (Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 117r). Cf. Hélène Pichou, « Saint Bénézet dans l'image », art. cité, p. 176-181.

20 Avignon, AM, GG46, f° 8v.

21 Avignon, AM, GG62, f° 34r. L’âge stipulé est peu probable puisqu’il ferait naître Jeanne-Philippe en 1658, soit quatre ans avant le mariage de ses parents, alors qu’elle est toujours présentée comme fille légitime dans les sources.

22 Avignon, AM, GG63, f° 5v.

23 Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 179r, 288v ; E26, f° 27r, 64r, 74r. Chambon est parfois désigné sous le nom de « Jambon » dans ces sources.

24 Celle de Matthäus Greuter. Voir note 19.

25 Avignon, AD84, Hôpital Saint-Bénézet, E25, f° 288v.

26 Avignon, AD84, 5E17, f° 215v, 251r, 316r et 324r.

27 Certaines entrées du livre de comptes ne précisent pas le fournisseur des images et il est donc possible que Chambon ait imprimé davantage de gravures pour le compte de la confrérie.

28 Avignon, AD84, 6E12, f° 47r, 50r, 101r, 121r ; et 6E14, années 1698 et 1699 (sans foliotation). Là encore, il est possible que les Chambon se soient chargés de certaines des livraisons anonymes consignées dans ces livres de comptes.

29 Avignon, AD84, 6E12, f° 79r : « Les images ou les guateaux on randu 0 £ 7 s. 0 d. ».

30 Les livres de comptes de ces deux corporations ne sont pas conservés.

31 Les sources archivistiques concernant cette confrérie, très lacunaires, ne mentionnent pas le nom de Chambon.

32 Avignon, AD84, 3E10/203, f° 327v-329r (testament de 1699) et 3E10/277v-280v (testament de 1708). Marguerite Guillot teste une fois en 1699 (3E10/203, f°329v-331v).

33 À l’époque, la rue des Chevaliers était aussi appelée rue des Porchers ; il s’agit de l’actuelle rue de la Bourse. Cette maison est mentionnée dans un accord passé avec son voisin, l’architecte Pierre Thibaut, en 1692 (Avignon, AD84, 3E10/200, f° 40v-41v), ainsi que dans les testaments cités à la note précédente. On la retrouve aussi dans divers actes liés à la succession (3E10/209, f° 9r-10v et 3E12/1910, f° 140v-149v, 163v-170v).

34 Sur Pierre-Joseph Arnavon, cf. Jean-François Cerquand, « L'imagerie populaire à Avignon… », op. cit., p. 46-48 ; Pierre-Louis Duchartre et René Saulnier, L'imagerie populaire : les images de toutes les provinces françaises du xve siècle au Second Empire, Paris, Libr. de France, 1925, p. 427-428 ; Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie…, op. cit., p. v ; Nastasia Gallian, La fabrication et le commerce…, op. cit., vol. ii, p. 44-140.

35 La succession donna lieu à un litige entre Anne et Anne-Marie Chambon d’une part, et les enfants de leur sœur Jeanne-Philippe (déjà décédée à la mort de Jean Chambon) et du libraire André Hécart. Les neveux d’Anne et d’Anne-Marie leur réclamaient une part plus importante d’héritage. Cf. Avignon, AD84, 3E10/209, f° 30r-36v ; 3E12/1910, f° 140v-149v et 163v-170v.

36 Avignon, AD84, 3E10/209, f° 9r-10v.

37 Ibid., f° 33r et 3E12/1910, f° 145r.

38 Avignon, AM, GG, f° 115r. Le contrat de mariage est conservé aux AD84, 3E10/199, 3 janvier 1691.

39 Avignon, AD84, 3E10/209, f° 81r-v. Anne Chambon déclare à la fin de l’acte être incapable de le signer parce qu’elle ne sait pas écrire (f° 82r).

40 Sur Louis David, cf. Jean-François Cerquand, « « L'imagerie populaire à Avignon… », op. cit., p. 46-49 ; Léopold Duhamel, « L’œuvre de Louis David, graveur à Avignon 1667-1718 », Annuaire administratif, historique et statistique de Vaucluse, 1891, p. 127-145 ; Hyacinthe Chobaut, « L’industrie des indiennes à Avignon … », op. cit., p. 133-135 ; Inventaire du fonds français : graveurs du xviie siècle, vol. iii, p. 390-398 ; Francesca Mariano, « Notes sur Louis David (1644-vers 1718) … », op. cit. Notons que Louis David est mort de la peste en 1721 (Avignon, AM, GG63, f° 7v) et non en 1718.

41 Cf. Nastasia Gallian, La fabrication et le commerce…, op. cit., vol. ii, p. 206-314.

42 Avignon, AD84, 5E33, f° 13r (Jean ou Anne Chambon ?), 29r et 47v.

43 Avignon, AD84, 6E13, f° 14v, 29r, 35v, 39r, 42r et 44v.

44 Avignon, AM, GG46, f° 57r.

45 Le mariage fut célébré en 1699 (Avignon, AM, GG56, f° 171r). Le contrat dressé à cette occasion est conservé aux AD84, 3E12/1899, f° 719r-724r. La dot d’une valeur de 200 livres est versée en nature (« meubles et linges ») et en argent, et ne fait pas mention de matrices.

46 Acte de naissance : Avignon, AM, GG184, f° 243r. Acte de décès : GG64, f° 171.

47 Acte de naissance : Avignon, AM, GG47, f° 120r. Acte de décès : GG65, 1782, n° 114.

48 Avignon, AM, GG56, f° 171r.

49 Avignon, AD84, 3E12/1925, f° 833v-839v.

50 Les œuvres du couple Arnavon-Rostan figurent in Sylvain Gagnière, Catalogue de l'imagerie…, op. cit.. Nous les replacerons dans leur contexte de fabrication et de vente dans un article ultérieur.

51 Ce recueil, relié en parchemin de remploi, contient des gravures des xviie et xviiie siècles majoritairement produites à Avignon. Dépourvu de cote, il provient du fonds du Musée du Vieil Avignon, aujourd’hui fermé.

52 Sans doute le graveur Pierre ier Firens (v. 1580-1638), actif à Anvers, Lyon et Paris. Il édita certaines matrices gravées par des membres de la famille David et sa fille épousa Charles David, oncle du graveur Louis David, installé à Avignon à partir de 1677. Peut-être cette matrice est-elle arrivée là par ce canal. Cf. Maxime Préaud, Pierre Casselle et al., Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis ; Editions du Cercle de la Librairie, 1987, p. 125-127.

53 Peut-être Jacques Beaudeau, auteur de planches pour l’Armorial des Etats du Languedoc, Montpellier, D. Pech, 1686.

54 À la mort de son mari Antoine Désandré en 1785, Anne Pascal prit la tête de l’entreprise d’édition d’estampes familiale. Elle mourut à Avignon en 1810. Le couple a semble-t-il acquis des cuivres auprès de Marie-Alix Rostan, nièce d’Anne Chambon et épouse de l’éditeur Pierre-Joseph Arnavon. Cf. Nastasia Gallian, La fabrication et le commerce…, vol. ii, p. 336-346.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/3915/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nastasia Gallian, « La famille Chambon et l’édition d’estampes religieuses à Avignon (v. 1663-1722) »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 269 | 2023, mis en ligne le 06 avril 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/estampe/3915 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.3915

Haut de page

Auteur

Nastasia Gallian

Maîtresse de conférences en Histoire de l’Art de la Renaissance et des Temps modernes, Sorbonne Université / Centre André Chastel UMR 8150

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search