Navigation – Plan du site
Vie de l'estampe

Chez Monsieur Pruneau

L’atelier d’Agnès Gauthier-Chartrette
Maxime Préaud
p. 42-48

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

20e siècle, 21e siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Auxquels André Jammes a consacré plusieurs articles : Didotiana, Paris : [s.n.], 1994, 61 pages, (...)

1La villa Mallebay (du nom d’un propriétaire local au xixe siècle) est une étroite et courte impasse qui s’ouvre d’un côté sur la rue Didot (« Famille d’imprimeurs et libraires depuis 1713 », comme le rappelle la plaque1), entre une rôtisserie appelée « Mon petit poulet » et un caviste dont la raison sociale est « Aux vignobles du plaisir », tout un programme.

  • 2 De l’Académie des beaux-arts. Statues de De Gaulle, Churchill, à Paris, entre autres.

Agnès Gauthier-Chartrette habite et travaille au n° 10, juste à côté du futur bâtiment de la fondation du sculpteur Jean Cardot2, en pleine construction (heureusement pour lui, mais les travaux, ce vendredi 14 octobre 2016, sont un peu bruyants).

2Quand Agnès a pu faire construire sa maison – elle se rappelle que ce fut dans l’hiver 1985, quand il a fait si froid sur Paris que les opérations en furent retardées –, il n’y avait guère là que des garages, des boxes avec rideaux de fer. Cardot, un ami de ses parents, était installé en face, et il y avait encore trois ateliers formés de baraques en bois, chacune avec son jardinet : là se trouvaient les graveurs Roland de Laforcade et Michèle Atman (celle-ci toujours présente), ainsi qu’un sculpteur qui s’appelait Lelio ; le tout a été rebâti, et d’autres maisons sont sorties du sol. Malgré tout, l’ensemble a un petit air provincial, comme une bonne partie de ce côté du XIVe arrondissement de Paris.

3Les parents d’Agnès l’ont beaucoup aidée. Elle est fille unique. Sa mère (1929-2006) était une vraie Parisienne, née rue des Saints-Pères ; c’est elle qui s’appelait Chartrette, du nom d’un village de Seine-et-Marne dont sa famille était originaire, patronyme qu’Agnès a accolé à celui de son père, Gauthier, pour être distinguée non seulement de son oncle le peintre Oscar Gauthier (« paysagiste abstrait », décédé en 2009) mais aussi de toutes les Agnès Gauthier que l’on rencontre par-ci par-là. Henri Gauthier, son père (1926-2011), était dentiste. Il était né à Fours, dans la Nièvre, où la famille vivait avant de s’installer à Paris.

Ill. 1. Vue de l’atelier. Cliché M. Préaud

Ill. 1. Vue de l’atelier. Cliché M. Préaud

4Agnès est entrée aux Beaux-Arts en 1975. Mais elle avait commencé la gravure dès 1973, avec Jacques Houplain qui enseignait au musée des Arts décoratifs, rue de Rivoli. Elle dit que l’atelier de Houplain était « génial », ce qui ne surprendra personne. Il l’a beaucoup encouragée. Heureusement car l’atelier de l’École nationale des beaux-arts, lui, était plutôt déprimant : fermeture un long moment pour rénovation de la salle d’acide, décès du professeur venu de Nîmes, Lucien Coutaud, qui enseignait l’eau-forte, remplacé en 1977 par Bertrand Dorny ; lequel ne s’entendait pas avec Jacques Lagrange qui enseignait le burin et la taille d’épargne ; et les élèves étaient plus ou moins livrés à eux-mêmes. Puis Jean-Marie Granier a été nommé, ainsi que Signovert décédé trois mois plus tard, puis Pierre Courtin dont elle n’a guère pu profiter puisqu’elle avait passé son diplôme en 1980 avec Granier. Ce dernier était d’ailleurs un peu trop buriniste pour elle qui ne travaillait, et ne travaille encore, qu’à l’eau-forte.

  • 3 Cours du soir, d’initiation et de perfectionnement.

5Elle a conservé un souvenir mitigé de ses années aux Beaux-Arts. Elle y était massière cependant, c’est-à-dire qu’elle gérait en quelque sorte l’atelier et, comme c’était elle qui expliquait la gravure aux copains, ceux-là en revanche s’en souviennent avec plaisir. Comme, par exemple, dit-elle, Antoine Petel, actuellement coordinateur des Ateliers beaux-arts de la Ville de Paris, au 80 du boulevard Montparnasse, où elle enseigne depuis maintenant quatre ans, après la place des Vosges (1988-2007), Sévigné et Glacière (2007-2012)3.

6Pour entrer je fais vite, afin d’éviter que Pruneau, le chat de la maison, noir, gras et pas très bien peigné, puisse sortir. Du coup il boude, le museau à la fenêtre. Celle-ci est une verrière à pans verticaux, donnant sur l’impasse, occupant presque toute la longueur du mur à gauche de la porte.

L’atelier est bâti sur un plan à peu près carré, d’environ cinq mètres sur cinq, avec dans l’angle nord un autre carré, ou plutôt un cube, d’environ deux mètres cinquante de côté ou d’arête.

  • 4 M. Préaud, « L’atelier de Carol Texier ou La chambre d’amis », Nouvelles de l’estampe, n° 255 (Pr (...)

7Tout de suite à gauche se trouve un petit meuble bas à tiroirs, en bois blanc, où Agnès range des exemplaires de ses estampes. Dessus, une plante verte s’épanouit dans un pot : « une espèce de bégonia », me dit-elle. C’est à peu près là que s’est assis Pruneau quelques instants (il ne tient pas en place, ne pensant qu’à s’échapper). À côté est installé un plan de travail constitué d’une épaisse planche de bois posée sur deux tréteaux, sous laquelle un autre petit meuble à tiroirs renferme du courrier, des photographies, des cartes de vœux. Il y a aussi un meuble à roulettes, dans lequel elle rangeait ses tubes d’aquarelle à l’époque où, pour arrondir les fins de mois, elle coloriait les estampes choisies par les décorateurs des diverses succursales du Bistro Romain. Elle s’asseyait peut-être déjà sur ce siège métallique genre tracteur, version rouge, qui semble beaucoup plaire aux graveurs4.

Ill. 2. Agnès Gauthier-Chartrette, Mes Jardins secrets de mes gribouillis, eau-forte sur cuivre, 350 x 500, impr. sur Johannot, 2015

Ill. 2. Agnès Gauthier-Chartrette, Mes Jardins secrets de mes gribouillis, eau-forte sur cuivre, 350 x 500, impr. sur Johannot, 2015

8Tout au long de la verrière sont disposés des bocaux contenant des pigments, des pots-pourris avec des pétales de fleurs, ainsi que des cailloux de diverses formes, des coquillages, des cristaux. Il y a aussi beaucoup de plantes en pot, qui débordent sur le plan de travail. Sur la gauche de celui-là se trouve une sculpture en bois poli de Joëlle Neveu (une amie aujourd’hui décédée, qui avait autrefois son atelier dans l’impasse), fruit d’un échange entre les deux artistes (dix estampes contre une sculpture). À côté, une plaque de chauffe, qui ne sert pas à grand-chose puisque Agnès encre toujours à froid, et une pierre lithographique assez épaisse sur laquelle elle prépare ses encres ; des lampes, un petit bidon de vernis à recouvrir, un livre de Christine Dodos-Ungerer, Devenir illustrateur jeunesse, chez Eyrolles, du scotch, des stylos à bille et des feutres. Par terre, un arrosoir en plastique, à côté d’une grande plante en pot qui serait aussi une variété de bégonia, et un petit tabouret en métal.

9Le mur perpendiculaire est en grande partie occupé par une belle armoire en bois de pin (me semble-t-il), à quatre battants, rustique, achetée à Montpellier par ses parents qui la lui ont donnée pour l’atelier, entièrement chevillée, à l’intérieur de laquelle sont entreposées sur de multiples tablettes des boîtes d’encre, du papier, des carnets de dessin, des petits bocaux contenant des pigments venus de chez Sennelier ou directement de Roussillon. Agnès s’en sert justement en ce moment, pendant que Pruneau grattouille sur son griffoir, mélangeant pigment jaune et encre dorée Charbonnel, préparant son prochain tirage. Elle aime travailler ses couleurs elle-même.

10Sur le dessus de l’armoire, qui ne mesure pas plus d’un mètre quatre-vingts, elle a placé de ses estampes encadrées, mais aussi, les masquant en partie, posé divers objets dont une lampe, un pavé de savon de Marseille, une bombe d’anti-siccatif, une grosse boîte d’allumettes, un petit flacon de colle de montage.

11À gauche de l’armoire est coincé un petit meuble à tiroirs en bois ancien (qui servait autrefois de caisse à un marchand de fruits et légumes de la rue Didot) renfermant un autre petit meuble à tiroirs en bois moderne et des panières en osier pleines de trucs et de machins, et au-dessus de ce meuble est suspendu un grand vide-poches en plastique d’Ingo Maurer, donc plein de poches remplies de tout un tas de bricoles, des souvenirs, des photos, des trousseaux de clés, des règles graduées, des ciseaux, des feutres et des stylos. Sur le dessus du meuble lui-même on trouve des papiers divers, un mannequin articulé, une coloquinte séchée dans un verre, un gros bloc rosâtre orangé diffusant une lumière douce contre les ions méchants.

12La cloison à droite de l’armoire est occupée par des estampes de l’artiste, encadrées. Une porte est ouverte sur la pièce voisine, qui est le salon. Y est fixée une affiche de la Polkagalerie montrant Belmondo et Jean Seberg dans À bout de souffle. Pruneau va et vient, cette bestiole (9 kg tout de même) a la bougeotte ; il doit sentir que j’aime encore mieux les chiens.

13Le mur du fond, où sont suspendus deux cadres avec des estampes d’Agnès, est parallèle à la verrière ; il est très étroit, car il est en quelque sorte mangé par la petite pièce carrée, une sorte de cabine aménagée à l’intérieur de l’atelier pour y installer toilettes et lavabo. Sur la cloison extérieure de ce cube, perpendiculaire au mur, ont été montées des étagères supportant une bibliothèque spécialisée dans l’art et notamment celui de l’estampe, ce qui n’est pas très surprenant. Mais on y trouve aussi beaucoup d’objets, de petits souvenirs, et un bel ensemble qui lui vient de sa mère de boules à perruque en verre soufflé. Je n’en avais jamais vu, j’ai appris quelque chose. Il y a même un rouleau à pâtisserie ainsi fabriqué, destiné à un cadeau de mariage, humour des temps passés.

Ill. 3. Agnès Gauthier-Chartrette, Kimono, eau-forte sur cuivre, 610 x 250, impr. sur Johannot, 2016

Ill. 3. Agnès Gauthier-Chartrette, Kimono, eau-forte sur cuivre, 610 x 250, impr. sur Johannot, 2016

14Devant la bibliothèque, une table pliante en métal sert encore de plan de travail : papiers, ciseaux, catalogue de l’exposition Devorah Boxer à la galerie L’échiquier à Paris, Comment se préserver du stress par Suzannah Olivier, une reproduction d’une de ces photographies célèbres de Man Ray où l’on voit Meret Oppenheim bien encrée près de la presse à taille-douce – dans l’atelier de Marcoussis, me rappelle Agnès –, servant ici d’affiche pour un cours de gravure en Catalogne.

  • 5 Plus précisément à Congénies, curieux oxymore.

15Sur l’autre cloison extérieure est suspendu un meuble mural peint en rouge où Agnès conserve une importante collection de disques compacts ─ « Je ne peux pas travailler sans musique », dit-elle –, un ensemble très éclectique : classique, jazz, musique populaire. À côté sont collées deux affichettes, l’une rappelant une exposition collective en Allemagne en 2016, l’autre une présentation personnelle à Aubais, dans le Gard, en 2013. Il est vrai qu’elle a pu acquérir, après le décès de ses parents, une maison dans ce département5, accompagnée d’une remise en ruines qu’elle a pu aménager en atelier et dans laquelle elle organise des stages de gravure. La porte des toilettes s’orne d’une affiche rappelant l’exposition Graveurs dans la ville montée à la fondation Taylor en 2014 par l’association La Taille et le Crayon.

16Dans la petite pièce carrée, à côté des toilettes on trouve un évier et une paillasse : c’est ici qu’autrefois elle faisait mordre ses plaques ; aujourd’hui elle les fait mordre à l’atelier de Montparnasse. Il y a aussi un grand meuble métallique à tiroirs, blanc, dans lesquels elle range ses estampes de grand format et sur lequel elle fait sécher entre des buvards les épreuves en cours de tirage. Au-dessus de la cabine a été aménagée une mezzanine à laquelle on accède par une échelle en ce moment accrochée à la cloison ; j’y aperçois des rayonnages de bibliothèque et un grand buste en plâtre qui a été donné à Agnès en 1985 par Jean Cardot (qui n’en était pas l’auteur, il devait lui servir de modèle), représentant le baron Antoine Portal (1742-1832), président d’honneur de l’Académie de médecine qu’il a contribué à créer en 1820. Comme dit Agnès, « il veille sur l’atelier ». Il est plus calme que Pruneau.

17Devant le dernier mur, celui qui est à droite quand on y entre, s’étend un long et massif meuble bas à tiroirs, en bois genre pitchpin. C’est un ancien comptoir d’épicerie, il vient du Gard lui aussi. Sur le dessus, la chaîne hi-fi, des disques compacts, des tas de bocaux, moques, verres et boîtes contenant des crayons, des stylos, des pinceaux, des plaques de cuivre travaillées, des outils divers, des rouleaux de papier collant. La cloison au-dessus a été agrémentée d’une sorte de gouttière en métal, à mi-hauteur, sur laquelle Agnès a disposé côte à côte, verticalement, une série de plaques de cuivre gravées, chacune accompagnée d’un papier portant la teinte avec laquelle elle doit être imprimée.

Ill. 4. L’atelier. Cliché M. Préaud

Ill. 4. L’atelier. Cliché M. Préaud
  • 6 Werner Spies, Picasso sculpteur : [exposition, Paris, Centre national d’art et de culture Georges (...)
  • 7 Et Massimo Campigli.

18C’est une suite de gravures qui lui a été inspirée par certaines figures sculptées par Picasso montrées en 2000 dans une exposition au Centre Pompidou6. Ce sont de petites pièces, qui étaient présentées dans des vitrines. Picasso s’était inspiré des Étrusques, comme Giacometti7. Agnès a eu envie de faire des gravures dans cet esprit, en regardant dans les journaux, dans les livres, un peu partout, des figures longilignes, comme celles des mannequins, sans référence du tout à Giacometti. Il y en a une, inspirée directement de Picasso, qu’elle a intitulée la Mélancolie. Elle les imprime chacune d’une couleur différente qu’elle prépare elle-même.

Ill. 5. Agnès Gauthier-Chartrette, Bleu azur, eau-forte sur cuivre, 610 x 250, impr. sur Johannot, 2015

Ill. 5. Agnès Gauthier-Chartrette, Bleu azur, eau-forte sur cuivre, 610 x 250, impr. sur Johannot, 2015
  • 8 Voir M. Préaud, « L’atelier de Bernard Rémusat à Callian », Nouvelles de l’estampe, n° 245 (Hiver (...)

19La presse trône au milieu de la pièce. C’est le père d’Agnès qui la lui a offerte quand l’atelier a été installé, en 1985. Elle a été achetée à Montrouge, aux établissements Roger Le Deuil. Elle a une forte démultiplication, j’ai le sentiment que tirer une épreuve n’en finit pas, mais le mouvement des rouages est joli. Elle peut imprimer jusqu’au format raisin. Dans le Gard elle a une autre presse, plus grande, 80 cm de passage. Elle a pu l’acquérir en 2013, grâce à Marie-Thérèse Breton, et elle a été installée par notre ami Bernard Rémusat8. C’est une presse que Bernard connaît bien car il a travaillé dessus lorsqu’il imprimait pour Nall quand ce dernier avait son atelier à Vence. C’est d’ailleurs le même artisan d’Arnhem qui avait fabriqué la grande presse de Bernard, Peter van Ginkel, qui a construit celle-ci. Le monde français de l’estampe n’est pas aujourd’hui très étendu, mais il est relativement solidaire, ce qui fait plutôt plaisir.

Ill. 6. Agnès Gauthier-Chartrette, Jardin, eau-forte sur cuivre, 230 x 290, impr. sur Johannot, 2015

Ill. 6. Agnès Gauthier-Chartrette, Jardin, eau-forte sur cuivre, 230 x 290, impr. sur Johannot, 2015
Haut de page

Notes

1 Auxquels André Jammes a consacré plusieurs articles : Didotiana, Paris : [s.n.], 1994, 61 pages, ill., couv. ill. ; 24 cm, et un catalogue d’exposition, avec Françoise Courbage : Les Didot : trois siècles de typographie et de bibliophilie : 1698-1998 : [exposition, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 15 mai-30 août 1998, Musée de l’Imprimerie, Lyon, 2 octobre-5 décembre 1998], Paris, Agence culturelle de Paris, 1998.

2 De l’Académie des beaux-arts. Statues de De Gaulle, Churchill, à Paris, entre autres.

3 Cours du soir, d’initiation et de perfectionnement.

4 M. Préaud, « L’atelier de Carol Texier ou La chambre d’amis », Nouvelles de l’estampe, n° 255 (Printemps 2016), p. 62-69.

5 Plus précisément à Congénies, curieux oxymore.

6 Werner Spies, Picasso sculpteur : [exposition, Paris, Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, 7 juin-25 septembre 2000] / [organisée en collab. avec le musée Picasso, Paris] ; catalogue raisonné des sculptures établi [par] Werner Spies ; en collab. avec Christine Piot, Paris, Éd. du Centre Georges-Pompidou, 2000.

7 Et Massimo Campigli.

8 Voir M. Préaud, « L’atelier de Bernard Rémusat à Callian », Nouvelles de l’estampe, n° 245 (Hiver 2013-2014), p. 44-49.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Vue de l’atelier. Cliché M. Préaud
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Ill. 2. Agnès Gauthier-Chartrette, Mes Jardins secrets de mes gribouillis, eau-forte sur cuivre, 350 x 500, impr. sur Johannot, 2015
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Ill. 3. Agnès Gauthier-Chartrette, Kimono, eau-forte sur cuivre, 610 x 250, impr. sur Johannot, 2016
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Ill. 4. L’atelier. Cliché M. Préaud
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Ill. 5. Agnès Gauthier-Chartrette, Bleu azur, eau-forte sur cuivre, 610 x 250, impr. sur Johannot, 2015
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Ill. 6. Agnès Gauthier-Chartrette, Jardin, eau-forte sur cuivre, 230 x 290, impr. sur Johannot, 2015
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/434/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Préaud, « Chez Monsieur Pruneau », Nouvelles de l’estampe, 257 | 2016, 42-48.

Référence électronique

Maxime Préaud, « Chez Monsieur Pruneau », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 257 | 2016, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/estampe/434 ; DOI : 10.4000/estampe.434

Haut de page

Auteur

Maxime Préaud

Archiviste paléographe, conservateur général honoraire au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals