Navigation – Plan du site

AccueilNuméros270VariaLa double vie d’Hélène Bautista

Varia

La double vie d’Hélène Bautista

Rencontre dans l’atelier
Chloé Perrot et Perrine Gustin

Résumés

Hélène Bautista, artiste à la vision unique, nous offre un aperçu de son monde où la passion pour la gravure se mêle à l'enseignement des lettres. Son parcours, marqué par des rencontres inspirantes et des défis artistiques, témoigne de sa détermination à poursuivre sa double vie d'enseignante et de graveuse. Une immersion fascinante dans l'univers créatif de cette artiste aux multiples facettes.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Hélène Bautista, Autoportrait, 2019, linogravure, 10 x 22 cm. Avec autorisation de l’auteur.

1Hélène Bautista, graveuse et professeur, nous ouvre les portes de son atelier, qui n'est autre que son lieu de résidence. Cette artiste singulière, atteinte de diplopie, jongle entre son enseignement des lettres et sa passion pour la gravure et les caractères typographiques. Elle accepte de revenir sur son cheminement artistique, sa formation, et les défis qu'elle a surmontés.

2Née en 1974, Hélène Bautista a découvert sa passion pour l’image dans son enfance, à travers l’œuvre de Gustave Doré. Quand son handicap visuel est apparu, il y a une dizaine d’années, Hélène Bautista a effectué un bilan de compétences qui lui a permis de prendre conscience de son attrait pour l’illustration. Un événement marquant fut la visite d'un atelier d'impression, en tant qu’enseignante, avec une classe de 4ème, au Musée des Arts et Métiers. Après une visite des salles présentant l'histoire de l'imprimerie, elle avait participé à un atelier de gravure sur zinc à la pointe sèche avec les élèves et avait choisi de reproduire les Raboteurs de parquet de Caillebotte. Mais quand la confirmation est là, encore faut-il se sentir légitime, s’autoriser.

3Pourtant, dès le lycée Hélène Bautista était attirée par les formations artistiques. Elle avait envisagé l’École Penninghen. Sa famille ne suit pas, son orientation l’éloigne de ce projet. Bibliophage et férue de toute forme de langage, elle s’inscrit en Lettres modernes à l’université, ressentant toujours le besoin de dessiner dans les marges.

4Il lui faudra donc encore quelques années avant que le papier ne s’impose à elle, et avec lui l’image multiple. Hélène Bautista se forme pendant trois ans à Paris-Atelier en taille-douce, puis en linogravure à la Ville de Paris avec Alain Cazalis. Elle se perfectionne ensuite auprès de Muriel Rigal dans la gravure et l’édition typographique. Sa formation durera, en tout, environ 7 ans.

5Son activité artistique se développe à travers des expositions collectives et des échanges de portfolios – envoyés avec une note explicative –, notamment avec le groupe "Linocut Friends". Ils lui permettent de se faire connaître et d’aborder d’autres façons de travailler. Ces échanges d’œuvres sont favorisés par la pratique d’un art du multiple. Les réseaux sociaux se révèlent également des outils essentiels pour la découverte du travail des autres et favorisent l'échange direct. C’est ainsi qu’elle a pris contact, par exemple, avec l’artiste argentine Susana Beatriz Delgado, ou avec l'artiste ukrainienne Olesya Drusaeva.

6La rencontre avec le galeriste Christian Collin a été déterminante. Elle a été l’une des premières graveuses contemporaines qu’il a soutenues et exposées. C’est à cette période également que son réseau l'amène à Berlin, où elle travaille avec l'imprimeur Hendrik Liersch sur la revue « Body and Soul » et pour illustrer en linogravures des textes d'auteurs, publiés en tirages d'art par Corvinus Press.

Fig. 2. Vernissage de la Semaine des Galeries parisiennes du Dessin et de l'Estampe dans la galerie Christian Collin, novembre 2022. Cliché Hélène Bautista.

7Les réseaux sociaux contribuent également à sa notoriété, agissant comme des vitrines professionnelles. Leur utilisation suscite cependant quelques interrogations, notamment sur la construction d’une identité propre. Elle utilise d’abord le nom "Hélène Habbot Bautista" pour se distinguer. Ce n’est plus nécessaire aujourd’hui.

8Le défi pour un artiste concerne également la fixation des prix pour ses estampes contemporaines. Le choix du format, du papier, du tirage, et le temps de travail sont autant d'éléments à considérer. La tentation est grande, au début, de fixer des petits prix pour se faire connaître. Mais il est ensuite très difficile de les augmenter. Par ailleurs, il y a une forme de responsabilité vis-à-vis des tarifs des autres artistes.

Fig. 3. La graveuse au travail. Cliché Z. Y.

9Progressivement, Hélène Bautista a donc fait sa place. Depuis sept ans, elle jongle entre son enseignement du français et son activité artistique. La graveuse explore toutes les techniques : la linogravure, l’aquatinte, la pointe sèche. Pour la pointe sèche, elle part d’un croquis à la pointe fine 0.5 mm. Elle délaisse cependant peu à peu cette technique, lui préférant l’aquatinte qui, au contraire, la libère du trait, lui permet de travailler les masses et les camaïeux de gris. Toujours curieuse de nouvelles expériences, elle s’essaye également au gaufrage et à la typographie, créant ses propres casses.

Fig. 4. Hélène Bautista, Le grand bain, 2022, aquatinte, 30 x 40 cm. Avec autorisation de l’auteur.

Fig. 5. Casier de casses typographiques dans l’atelier d’Hélène Bautista. Cliché Hélène Bautista.

10Son travail est désormais connu et reconnu ce qui lui a permis de collaborer à des projets d’édition et notamment à l’illustration de l’ouvrage de Laurine Roux, Sur l’épaule des géants paru en 2022 aux Éditions du sonneur. Elle a créé pour l’occasion soixante-dix estampes tirées sur un papier refabriqué spécialement pour la qualité des noirs qu’il permet d’obtenir à l’impression. Ce type de réalisation stimule son imagination et nourrit la confiance dans le rapport à l’œuvre sur les plans techniques et graphiques.

11 Gageons qu’Hélène Bautista n’a pas fini de nous ravir par ses créations toujours renouvelées. Les connaisseurs attendent déjà les cartes qu’elle crée chaque année pour les fêtes et qui sont en vente à la galerie Christian Collin.

Fig. 6. Hélène Bautista, oh oh, 2021, linogravure, 8 X 4,5 cm. Avec l’autorisation de l’auteur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Hélène Bautista, Autoportrait, 2019, linogravure, 10 x 22 cm. Avec autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/4826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 2. Vernissage de la Semaine des Galeries parisiennes du Dessin et de l'Estampe dans la galerie Christian Collin, novembre 2022. Cliché Hélène Bautista.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/4826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 3. La graveuse au travail. Cliché Z. Y.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/4826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Légende Fig. 4. Hélène Bautista, Le grand bain, 2022, aquatinte, 30 x 40 cm. Avec autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/4826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 5. Casier de casses typographiques dans l’atelier d’Hélène Bautista. Cliché Hélène Bautista.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/4826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 6. Hélène Bautista, oh oh, 2021, linogravure, 8 X 4,5 cm. Avec l’autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/4826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Perrot et Perrine Gustin, « La double vie d’Hélène Bautista »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 270 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/estampe/4826 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.4826

Haut de page

Auteurs

Chloé Perrot

Conservateur des bibliothèques, Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Perrine Gustin

Adjointe de l'expert catalogue, service de l’estampe moderne et contemporaine, Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search