Navigation – Plan du site
Actualités

Résultats du prix Lacourière

Caroline Mansuy et Cécile Pocheau-Lesteven
p. 90-91

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le prix de gravure Lacourière a été créé en 1979 sous l’égide de la fondation de France par Madeleine Lacourière en mémoire de son mari décédé en 1966. Roger Lacourière, célèbre maître imprimeur et graveur, avait fondé en 1929 l’atelier Lacourière (devenu officiellement en 1970 l’atelier Lacourière-Frélaut), atelier parisien renommé qui a accueilli les plus grands artistes : Picasso et Matisse, Braque, Chagall, Miró et de nombreux autres à leur suite, venus à l’atelier pour bénéficier du savoir-faire exceptionnel du maître imprimeur et parfois pour se former aux techniques de la gravure en taille-douce.

Encourager les jeunes graveurs

2Pour rendre hommage au maître imprimeur, faire écho à la passion qu’il mettait dans la transmission de sa technique et promouvoir la gravure en taille-douce, le prix de gravure Lacourière, doté d’un montant de dix mille euros, récompense tous les deux ans un artiste de moins de quarante-cinq ans et pratiquant la gravure en taille-douce en intégrant ces techniques dans une démarche personnelle. Le jury est composé de spécialistes (conservateurs, imprimeurs, critiques et historiens de l’art, galeristes). Un exemplaire de chaque tirage constituant les œuvres récompensées est déposé au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France qui a depuis 1979 mis en œuvre vingt-quatre éditions du prix Lacourière.

Édition 2016 du prix Lacourière

3Le prix Lacourière 2016 a été attribué à Lucile Piketty, vingt-six ans, qui avait déjà été nominée lors de l’édition 2012.

Artiste graveuse et illustratrice, elle est diplômée du secteur image imprimée de l’École nationale supérieure des arts décoratifs en 2015, de l’école Estienne en gravure en 2011 et a effectué un semestre en 2014 à la Parsons School de New York. Elle pratique toutes les techniques d’impression : taille-douce ainsi que linogravure, gravure sur bois, risographie ou encore sérigraphie. Le rapport homme/temps est le principal fil conducteur de ses recherches. L’introduction d’un sentiment d’étrangeté dans ses images lui permet d’inviter le spectateur à s’interroger sur la scène regardée. La série Si je disparaissais, dont elle a présenté cinq planches pour le prix Lacourière, est un projet en cours, commencé en décembre 2015.

L’obtention du prix Lacourière cette année lui donne la possibilité d’acquérir une presse pour son atelier.

Lucile Piketty, Si je disparaissais. Cinquième jour, pointe sèche et manière noire, 495 x 676, 2015

Lucile Piketty, Si je disparaissais. Cinquième jour, pointe sèche et manière noire, 495 x 676, 2015

4Une mention a été décernée à trois artistes :

Laureline Lê, 27 ans, est diplômée de L’ENSBA (Beaux-Arts de Paris) en 2014 et de l’école Estienne en 2009. Elle présentait cette année une série de cinq gravures sur le thème de la transcription des phénomènes scientifiques, des « sous-orages » en particulier.

Ximena de Leon Lucero, 36 ans, buriniste diplômée de l’école des beaux-arts de Buenos Aires, a rejoint la France en 2002. Elle enseigne la gravure sur métal à l’atelier Sobre Papel à Vincennes et dans son atelier à Morlaix. Elle présentait une série de cinq planches au burin et chine collé.

Donatien Mary, 34 ans, dessinateur, illustrateur et graveur, diplômé de l’école des arts décoratifs de Strasbourg en 2007. Il présentait cinq planches gravées originales de la BD Que la bête fleurisse dont les cases sont constituées de quatre cents eaux-fortes, aquatintes et pointes sèches et qui a été publiée aux éditions Cornélius en 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lucile Piketty, Si je disparaissais. Cinquième jour, pointe sèche et manière noire, 495 x 676, 2015
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Mansuy et Cécile Pocheau-Lesteven, « Résultats du prix Lacourière », Nouvelles de l’estampe, 255 | 2016, 90-91.

Référence électronique

Caroline Mansuy et Cécile Pocheau-Lesteven, « Résultats du prix Lacourière », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 255 | 2016, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/estampe/527

Haut de page

Auteurs

Caroline Mansuy

Articles du même auteur

Cécile Pocheau-Lesteven

Conservateur chargé des estampes contemporaines au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals