Skip to navigation – Site map

HomeNuméros253Comptes rendusDu noir et de l’effroi 

Comptes rendus

Du noir et de l’effroi 

Johanna Daniel
p. 73-76
Bibliographical reference

Valérie Sueur-Hermel, Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon, Bibliothèque nationale de France, 2015. ISBN 9782717726602

Index terms

Geographical index:

France

Chronological index:

19e siècle
Top of page

Full text

1Cet hiver, le Petit-Palais accueille deux expositions consacrées à l’estampe : la première résulte d’un prêt exceptionnel d’un collectionneur japonais, passionné du graveur Utagawa Kunyioshi (1797-1861) ; la seconde est une production hors les murs de la Bibliothèque nationale de France, qui explore le thème du fantastique à travers l’estampe du xixe siècle. 

Trois vagues du romantisme noir

2Cette dernière exposition est le fruit de quinze années de recherche passionnées menées par Valérie Sueur-Hermel, conservatrice en charge du xixe siècle au sein du département des Estampes et de la Photographie à la Bibliothèque nationale de France. L’idée a germé en 1999, alors qu’elle feuilletait les milliers de « recueils mobiles » qui renferment une part non négligeable de la production française d’images : le thème fantastique y revient sans cesse, des lithographies de Delacroix dans les années 1820 aux eaux-fortes fin de siècle des symbolistes. Il apparaît que l’estampe, royaume du noir et blanc, a été tout au long du siècle le refuge d’un romantisme noir, qui s’y épanouit par vagues successives. 

3La première correspond à celle du « romantisme historique », des années 1830, où arts et littérature sont intimement mêlés : on pense aux lithographies de Delacroix illustrant Faust ou Macbeth, aux estampes de Célestin Nanteuil mais aussi aux fantasques inventions de Grandville et de Tony Johannot. Malgré le triomphe du courant réaliste autour de 1850, l’irrationnel impose encore sa marque dans les paysages gravés par Charles Meryon ou entre les pages des ouvrages illustrés par Gustave Doré. Une troisième vague du romantisme noir épouse les inquiétudes fin de siècle, exprimées avec onirisme par Odilon Redon ou de façon plus cruelle et morbide par Eugène Viala, Félicien Rops et James Ensor. 

Dialogues visuels

4Le parcours de l’exposition suit le mouvement de ces trois vagues fantastiques qui traversent le siècle. Il s’ouvre néanmoins par une section plus éclectique, rassemblant des tirages plus anciens, qui entend montrer combien ce thème du fantastique puise profondément ses racines dans l’art de l’estampe. Dès les origines de la gravure, des figures inquiétantes et mystérieuses ont été incisées dans le cuivre : on songe à La Tentation de saint Antoine, gravée à deux reprises par Jacques Callot au xviie siècle, mais aussi à Melancolia I d’Albrecht Dürer ou encore au Docteur Faust de Rembrandt. Autant d’estampes extrêmement célèbres que les graveurs du xixe siècle ont regardées et dans lesquelles ils ont puisé un thème, une inspiration, une manière. Ce jeu ininterrompu d’échos et de réinventions est au cœur du propos de la commissaire, qui a su mettre en avant avec brio les processus d’appropriation et de réinterprétation. Ainsi, le visiteur découvre comment le célèbre Sommeil de la raison de Goya a pu imprégner profondément la culture visuelle alors même que les tirages originaux de cette estampe étaient rarissimes à Paris au début du siècle. C’est en effet par des reproductions, interprétations et variantes, parfois assez éloignées des originaux, que les œuvres de Goya sont popularisées : en 1834, Meissonnier reprend la composition du Sommeil de la raison pour évoquer la situation politique de Louis-Philippe dans une caricature parue dans Le Charivari. Une référence qui n’a certainement pas échappé aux amateurs éclairés… En 1885, Odilon Redon intitule un recueil d’estampes Hommage à Goya. Au-delà de ce titre, programmatique, les compositions du maître espagnol ont continué à inspirer de nombreux graveurs, comme Félix Bracquemond, qui donne en 1860 un Don Quichotte fortement inspiré de Goya, où encore Félix Buhot, dont la très belle planche des Hiboux, gravée en 1883, est présentée à l’exposition.

Ill. 1. Eugène Jazet d’après Horace Vernet, Lenore. Ballade allemande de Bürger, Aquatinte, 1840, BnF. Ef-236h-ft 4

Ill. 1. Eugène Jazet d’après Horace Vernet, Lenore. Ballade allemande de Bürger, Aquatinte, 1840, BnF. Ef-236h-ft 4

5Mais les sources d’inspiration sont parfois plus surprenantes : les artistes n’ont pas hésité à puiser leurs motifs dans la culture populaire des baraquements de foires, où jeux visuels et effets d’optiques – autres passions du temps – ravissaient petits et grands. Un témoignage nous en est donné à travers cette feuille aujourd’hui rare, reprenant les fantasmagories du prestidigitateur Louis Comte, qui faisait alors fureur à Paris. 

Dialogues littéraires

6Le dialogue entre littérature et estampe est l’autre fil rouge de cette exposition. Le genre fantastique est d’abord né en littérature : au tournant du siècle Hoffmann et Goethe signent les premières nouvelles fantastiques. Le genre est repris en France par de nombreux écrivains : Charles Nodier, Honoré de Balzac, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Guy de Maupassant. Tous vont être illustrés, à diverses échelles, par les graveurs de leur temps. 

7La littérature contemporaine est loin d’être la seule source pour les graveurs épris de fantastique : c’est après avoir assisté à une représentation théâtrale des œuvres de Shakespeare que Delacroix donne sa magistrale série illustrant Macbeth. Macbeth consultant les sorcières est une œuvre emblématique du romantisme français et l’un des premiers chefs-d’œuvre de la lithographie : Delacroix use de la pointe pour gratter la surface de la pierre et donner à sa scène nocturne, traitée comme une manière noire, toute son intensité. 

8Victor Hugo est, sans conteste, une des figures tutélaires du romantisme noir : ses textes ont été abondamment illustrés par deux graveurs fameux des années 1830, Célestin Nanteuil et Louis Boulanger. L’écrivain aux multiples talents dessinait également, on le sait. Ses créations à l’encre ont été traduites dans l’estampe par Fortuné Méaulle. En 1888, ce dernier donne une interprétation magistrale du Burg à la Croix, dont il résulte une estampe monumentale de cent trente-cinq centimètres de large : la plus grande pièce de l’exposition ! 

Ill. 2. François-Nicolas Chifflard, Improvisation sur cuivre, le choléra à Paris, eau-forte, 1865, BnF. SNR-3 Chifflard

Ill. 2. François-Nicolas Chifflard, Improvisation sur cuivre, le choléra à Paris, eau-forte, 1865, BnF. SNR-3 Chifflard

Une exposition majeure

9Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon, que les Bordelais auront la chance d’admirer à leur tour à l’été 2016, restera à n’en pas douter parmi les plus mémorables expositions d’estampes de cette décennie. La Bibliothèque nationale de France nous offre une occasion exceptionnelle d’admirer de près une sélection de chefs-d’œuvre du xixe siècle. Certaines pièces, majeures, sont rarement montrées en raison de leur fragilité : la Bibliothèque nous a réservé ses plus beaux tirages. D’autres, surprenantes, sont quasi inédites ou simplement peu connues du public, car peu reproduites. Songeons par exemple aux gypsographies de Pierre Roche, qui ne manqueront pas d’étonner les amateurs par la singularité de leur technique. Autant de raisons pour lesquelles cette manifestation est incontournable. On regrettera cependant qu’une place plus importante n’ait été accordée à la médiation : les panneaux explicatifs sont peu nombreux au sein du parcours, alors même que le sujet, pointu, nécessite à la fois des connaissances techniques, historiques et littéraires. 

10Par ailleurs, l’entrée de l’exposition Fantastique ! étant située à la sortie de l’exposition consacrée à Kuniyoshi, elle-même d’un accrochage très dense (deux cent cinquante œuvres !), qui laisse souvent les visiteurs repus et fatigués, sans doute convenait-il de programmer sa visite en deux fois. D’autant que, en parallèle des expositions Fantastique !, le Petit-Palais propose un accrochage temporaire au sein de son parcours permanent autour du thème « Sabbat et tentations ». Le visiteur y découvre une sélection de chefs-d’œuvre de l’estampe européenne, choisis au sein de la collection du musée des beaux-arts de la Ville de Paris, parmi lesquels des pièces de Dürer, Callot et du graveur contemporain Érik Desmazières.

Ill. 3. Eugène Delâtre, En visite ou La Mort en fourrures, eau-forte et aquatinte, vers 1897, BnF. Réserve Aa-4 Delâtre (Eugène)

Ill. 3. Eugène Delâtre, En visite ou La Mort en fourrures, eau-forte et aquatinte, vers 1897, BnF. Réserve Aa-4 Delâtre (Eugène)
Top of page

List of illustrations

Title Ill. 1. Eugène Jazet d’après Horace Vernet, Lenore. Ballade allemande de Bürger, Aquatinte, 1840, BnF. Ef-236h-ft 4
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/579/img-1.jpg
File image/jpeg, 404k
Title Ill. 2. François-Nicolas Chifflard, Improvisation sur cuivre, le choléra à Paris, eau-forte, 1865, BnF. SNR-3 Chifflard
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/579/img-2.jpg
File image/jpeg, 404k
Title Ill. 3. Eugène Delâtre, En visite ou La Mort en fourrures, eau-forte et aquatinte, vers 1897, BnF. Réserve Aa-4 Delâtre (Eugène)
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/579/img-3.jpg
File image/jpeg, 451k
Top of page

References

Bibliographical reference

Johanna Daniel, “Du noir et de l’effroi ”Nouvelles de l’estampe, 253 | 2015, 73-76.

Electronic reference

Johanna Daniel, “Du noir et de l’effroi ”Nouvelles de l’estampe [Online], 253 | 2015, Online since 15 October 2019, connection on 21 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/estampe/579; DOI: https://doi.org/10.4000/estampe.579

Top of page

About the author

Johanna Daniel

Chargée de TD en histoire de l’estampe à l’École du Louvre et à Paris 8 ; chargée de projet web aux archives départementales du Val de Marne

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Top of page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search