Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253Comptes rendusL’estampe en partage

Comptes rendus

L’estampe en partage

Retour sur la 3e Fête de l’estampe
Marianne Durand-Lacaze
p. 77-81

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Il nous a semblé utile de donner la parole aux organisateurs d’un évènement afin de leur permettre de revenir sur son déroulement et son apport : la neutralité cède donc le pas à l’enthousiasme.

Texte intégral

1Manifestampe-Fédération nationale de l’estampe a organisé en mai dernier la troisième édition de la Fête de l’estampe, moment populaire à l’instar de la Fête de la musique. La manifestation a bénéficié du parrainage du ministère de la Culture et de la Communication.

2L’événement qui se déroule chaque année, partout en France, autour de la date du 26 mai, le jour même ou à partir de cette date, s’est révélé au printemps 2015 un indéniable succès. En 2013, elle avait déjà suscité la création de deux cents événements locaux pour son premier coup d’essai. Ce chiffre est cette fois dépassé. Les vingt régions et les soixante-trois départements au sein desquels ont eu lieu de multiples festivités artistiques inscrivent la Fête de l’estampe dans la durée sur l’ensemble du territoire national. Elle s’impose doucement mais sûrement comme le rendez-vous des acteurs et amateurs d’estampes à ne pas manquer. La troisième Fête de l’estampe qui a débuté un mardi, en pleine semaine, confirme ainsi sa capacité à mobiliser les acteurs passionnés de l’image imprimée sous toutes ses formes. Les participants de cette année ont adressé à Manifestampe des affiches, des photos, des articles de presse qui permettent d’en établir maintenant le bilan.

3Des expositions dans tout type de lieux, des portes ouvertes d’ateliers d’artiste, de véritables parcours sur plusieurs sites parfois, des conférences et mêmes des performances ont célébré l’estampe, y compris hors les murs, en ville comme à la campagne.

Une Fête pour faire découvrir au public un art incontournable

4C’est bien l’estampe dans sa pleine diversité qui a été fêtée : gravure, xylographie, lithographie, sérigraphie, procédé numérique… Le public a découvert, par exemple, une série de portraits d’artistes en estampes numériques à Tence (43). L’artothèque La Foeil à Ambert dans le Puy-de-Dôme (63) a mis un point d’honneur à présenter de la sérigraphie, de la linogravure, de la typogravure. À Saint-Cirq Lapopie dans le Lot (46), un atelier a ouvert ses portes avec l’invitation suivante : « Venez faire votre première gravure en pointe sèche sur Plexiglas, atelier ouvert à tout public ».

5Destinée à mettre en lumière l’estampe comme un moyen d’expression d’aujourd’hui, la Fête est organisée par de nombreux acteurs qui s’en approprient le concept : artistes, centres culturels, associations d’artistes, collectifs, imprimeurs, musées, fondations, écoles. La liste est longue. Le public est invité à découvrir toutes sortes d’événements destinés à faire connaître la gravure et l’estampe d’aujourd’hui. La richesse patrimoniale de l’estampe en France et la riche création contemporaine dont elle est l’objet méritent ce coup de projecteur. Les musées ou fondations peuvent à cette occasion créer un événement original pour mettre en valeur tel ou tel chef-d’œuvre ou collection. Il n’y a pas de thème imposé. Chacun est libre de fêter l’estampe à sa manière, les institutions comme les particuliers.

6L’estampe a été fêtée sous forme d’expositions, de démonstrations, de portes ouvertes d’ateliers, de galeries, et d’écoles d’art, de conférences, ou encore de performances, de visites guidées, de rencontres avec des artistes. La liste exhaustive serait trop longue. En France, ce mardi 26 mai, au cœur d’une semaine, les événements consacrés à l’estampe n’ont pas manqué. Toutes ces manifestations témoignent de la vitalité d’un art qui rassemble mais verse peu dans le spectaculaire.

7Ainsi à Bordeaux (33), parmi les expositions, retenons sans qu’il soit porté ombrage aux autres, l’exposition Mémoire d’une estampe qui avait invité à exposer des artistes de différents pays et l’exposition collective Ancrage, conçue par l’artiste Marie Atina Goldet, qui a présenté les différentes techniques de l’estampe : burin, eau forte, sérigraphie, lithographie.

8À Vichy (03), la galerie Habeo, outre une conférence et une exposition collective, a fait réaliser une estampe souvenir de la journée.

9Certaines villes ont organisé de véritables parcours créant une synergie urbaine autour de lieux très variés. En Loire-Atlantique (44), huit lieux ont valorisé l’estampe sur deux communes à la fois à Nantes et à Saint-Herbain : la Maison des sciences de l’homme, des galeries, le musée de l’Imprimerie, des ateliers, une médiathèque, une maison des arts. Dans ce cadre, l’université de Nantes a proposé également une journée d’étude consacrée à la valorisation de l’estampe.

10Le Museum des sciences naturelles d’Angers (49) a accueilli une exposition du groupe Impression expression. Près de trois cents estampes réalisées spécialement par une vingtaine d’artistes ont envahi les collections. Elles voisinaient avec les spécimens en place, s’infiltraient dans les boîtes, les murs, les bocaux, jouant l’humour et la complicité. Cette exposition Gravex Naturalis est restée en place jusqu’au 30 août.

11Artistes professionnels, artistes amateurs, écoles, familles… très nombreux ont été ceux qui sont venus découvrir, regarder, et même expérimenter la magie de l’estampe. À Croix (59), la responsable de l’atelier Akané rapporte : « La fête de l’estampe fut une première et près de soixante-dix personnes se sont déplacées pour découvrir plus de cent estampes, sur bois, sur zinc, et lino, sur rhénalon, des collagraphies, des sérigraphies d’artistes de formation et de niveaux différents. Ils ont joué le jeu de la confrontation sans celui de la compétition. Des gravures réalisées par des familles ont été exposées. Tous ont partagé la même passion de l’impression. » Les membres de cet atelier suivent ensemble un cours du soir pour auditeurs libres à l’école supérieure d’art de Tourcoing et avaient invité leur enseignant pour le vernissage.

12Des démonstrations d’impression ont pratiquement eu lieu partout : des monotypes en Alsace à Scherwiller (67), des impressions en couleurs à Meyrais en Dordogne (24), à Marnay en Haute-Saône (70).

13Des ateliers d’initiation, des stages, des ateliers pédagogiques ont permis à des enfants, des jeunes et des moins jeunes de graver et d’imprimer. Dans le village de Roquefort, dans les Landes (40), Valérie Bornand et Marie-Odile Giard ont ouvert leur atelier. Elles témoignent : « Nous avons eu une cinquantaine de visiteurs. Les gens sont curieux toutes générations confondues. Une classe de vingt-deux enfants de deux ans et demi à quatre ans ont réalisé des gravures taille-douce sur Tetrapack : une très belle expérience pour tout le monde ! » Des séances ont eu lieu en plein air, dans la rue, dans une crêperie, dans un moulin, sur un marché. Les organisateurs n’ont pas manqué d’imagination pour aller à la rencontre des publics, en dehors des ateliers d’artiste, des galeries, des musées, des médiathèques (plus nombreuses cette année) ou même des résidences d’artistes, fondamentalement plus disposés à soutenir et accueillir une activité artistique.

14Des écoles d’art ont ouvert leurs portes et organisé des expositions comme l’EBAG, l’école des beaux-arts du Genevois d’Annemasse (74), celle de Saint-Brieuc (22) ou l’ESAD, l’école supérieure d’art et de design de Grenoble (38). Les écoles municipales d’art ont aussi participé cette année à la fête de l’estampe. Parmi elles, citons celles de Saint-Quentin en Picardie (02), de Châtellerault (86) et de Versailles (78).

15Chaleureuse, la Fête de l’estampe a donc réuni les générations, les artistes et leur public, les musées et leurs visiteurs. Elle a été particulièrement suivie cette année en Île-de-France. Pas moins de soixante-quinze manifestations, ont vu le jour.

16Parmi les organisateurs institutionnels (75), les conservateurs de la Bibliothèque nationale de France ont participé à l’événement en présentant des chefs-d’œuvre de l’estampe conservés dans la réserve du département des Estampes et de la Photographie. L’atelier de Millet à Barbizon en Seine-et-Marne (77) a ouvert ses portes mettant en avant les gravures originales de Millet et de quelques peintres de l’École de Barbizon. La médiathèque Saint-Exupéry de Neuilly sur-Marne (93) a monté une exposition d’estampes et de livres d’artistes, une autre façon de faire découvrir l’art de l’estampe.

Se rencontrer et échanger à l’occasion de conférences

17Parmi les conférences organisées, citons celle de Maxime Préaud dans le cadre du parcours conjoint de la ville de Villeneuve-lès-Avignon (30) et de celle d’Avignon (84) qui se sont associées pour fêter l’estampe en organisant deux expositions. L’une composée d’estampes contemporaines dans le beau lieu de la tour de Philippe le Bel, l’autre composée d’œuvres patrimoniales à la médiathèque d’Avignon. Deux régions, deux départements, de part et d’autre du Rhône ont travaillé ensemble pour fêter au mieux l’estampe.

18Artistes professionnels, mais aussi artistes amateurs, écoles, familles, public se sont rencontrés pour découvrir, regarder, et même expérimenter dans une ambiance visiblement joyeuse, sans prétention, réussissant le pari osé de donner corps à la Fête de l’estampe.

19Parmi les performances, à Gif-sur-Yvette (91), dix graveurs de la Laiterie, avec à leurs côtés dix scientifiques, ont réalisé sous les yeux du public en temps réel un livre gravé sur le thème des comètes et des météorites. Cette belle initiative a concilié art et science quelques mois après l’atterrissage historique du robot Philae sur la comète Tchoury.

20Des institutions se sont saisies de l’événement pour proposer une offre riche au public du soir au matin : un parcours complet destiné à tous a vu le jour en Guadeloupe à Pointe-à-Pitre (97). Le musée Schœlcher y a organisé un atelier en plein air en invitant le 26 mai précisément à « Une journée à l’atelier ».

La Fête de l’estampe, mode d’emploi

21Initiée par Manifestampe-Fédération nationale de l’estampe, la première édition de la fête, en 2013, avait rassemblé près de dix mille visiteurs estimés. Le succès est confirmé cette année en termes d’affluence.

22La date du 26 mai n’est pas choisie au hasard. Elle marque le jour anniversaire de la signature de l’édit de Saint-Jean-de-Luz, qui accorda en 1660 aux graveurs le droit d’exercer leur art librement. Ce document historique, par des mots forts de sens, fait du 26 mai 1660 un moment fondateur de l’histoire de l’estampe en France.

23Aussi Manifestampe a-t-elle fait du 26 mai le jour possible d’une célébration annuelle de l’estampe cherchant l’occasion de faire découvrir, chaque année au même moment, l’art de l’estampe, d’en présenter les acteurs d’aujourd’hui comme ceux d’autrefois.

24Un site « Fête de l’estampe » répertorie toutes les manifestations à cette occasion : http://www.fetedelestampe.fr. Il recense et montre les archives liées à la manifestation qui revient chaque année. On y trouve aussi la liste complète des manifestations de 2015, un book avec des photos, des articles de presse et des vidéos.

25L’ouverture des inscriptions pour la 4e fête de l’estampe pour l’édition 2016 est prévue pour novembre 2015 sur le site dédié « Fête de l’estampe » qui répertorie toutes les manifestations. Elle se déroulera donc le jeudi 26 mai 2016 soit pour un jour, soit pour plusieurs, marquant ainsi le début de quelques jours de festivité.

26Conçue sur le principe réjouissant de la Fête de la musique, la Fête de l’estampe croît au fil des ans, élargissant sans cesse le cercle des passionnés, celui des défenseurs d’un art discret, de valeur qui a toujours fait sens avec son temps.

27Que ces lignes de l’équipe de Manifestampe que vous venez de lire, publiées par Nouvelles de l’estampe, soient ici le moyen de remercier tous les participants de la Fête de l’estampe 2015 et vous donnent envie de participer à la prochaine fête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Durand-Lacaze, « L’estampe en partage »Nouvelles de l’estampe, 253 | 2015, 77-81.

Référence électronique

Marianne Durand-Lacaze, « L’estampe en partage »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 253 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/581 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.581

Haut de page

Auteur

Marianne Durand-Lacaze

Historienne, responsable communication

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search