Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253Comptes rendusImpressions fortes

Comptes rendus

Impressions fortes

L’estampe sous l’œil de la caméra
Valérie Sueur-Hermel
p. 82-85

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Une fois n’est pas coutume, il s’agit ici de signaler aux lecteurs des Nouvelles de l’estampe non pas la parution d’un ouvrage sur la gravure mais l’édition d’une série de films dédiés aux chefs-d’œuvre de l’estampe présentée sous le titre Impressions fortes. Produits par la société Gallix, ces films documentaires de trente-cinq minutes sont le fruit de la collaboration de Bertrand Renaudineau et d’Emmanuel da Silva avec le concours actif de Maxime Préaud, conservateur général honoraire au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, ancien responsable de la Réserve. Diffusés successivement entre 2008 et 2015 sous la forme de DVD individuels, ces sept films viennent d’être réunis dans un coffret dont la version la plus luxueuse est accompagnée des portraits des artistes gravés sur linoléum par Lise Follier-Morales.

2Dans l’ordre chronologique des œuvres choisies, distinct de celui de la réalisation des films, tel est le florilège offert : Le Chevalier, la Mort et le Diable d’Albrecht Dürer (1513), La Tentation de Saint-Antoine de Jacques Callot (1635), La Sainte Face ou L’œil d’or de Claude Mellan (1649), Les Trois Croix de Rembrandt (1653), L’Académie des sciences et des beaux-arts de Sébastien Leclerc (1698), Les Prisons imaginaires de Piranèse (1761) et Le Sommeil de la raison engendre des monstres de Goya (1799). Si le choix des graveurs répond au critère de « maître de l’estampe » universellement reconnu, les noms de Leclerc et de Mellan introduisent des personnalités célèbres en leur temps mais moins connues du public actuel. À travers cette judicieuse sélection, ce sont trois techniques majeures de la gravure en taille-douce dont on perce les secrets : le burin avec Dürer et Mellan, la pointe sèche avec Rembrandt, l’eau-forte avec Piranèse et son dérivé, l’aquatinte, grâce à Goya.

  • 1 Cet extrait du film Le Sommeil de la raison engendre des monstres est présentée dans la partie péda (...)

3L’étude approfondie de chacune des sept estampes ouvre sur le contexte de leur réalisation et sur la vie de leur auteur, toujours racontée à la première personne, mais elle est surtout l’occasion d’un décryptage attendu et souvent nécessaire du sujet comme d’un éclairage utile à tous sur les étapes de leur réalisation technique. Pour ce dernier aspect, la réussite pédagogique tient, entre autres, à la présence systématique d’un graveur contemporain, dont l’œuvre entre en résonance avec celle du maître du passé, filmé pendant l’exécution d’une de ses gravures. Érik Desmazières se place ainsi dans le sillage de Callot, avec son interprétation de la première version de la Tentation de saint Antoine puis, en graveur visionnaire, dans celui des Prisons imaginaires de Piranèse, Philippe Mohlitz et son Héros attaqué par trente-six personnages s’inscrit dans la continuité du Chevalier, la Mort et le Diable de Dürer alors que les gravures du buriniste Krzysztof Skorczewski dialoguent avec La Sainte Face de Mellan. Le graveur François Béalu et l’imprimeur François Baudequin expliquent la technique de la pointe sèche employée par Rembrandt dans Les Trois Croix tandis que José Hernandez, peintre et graveur espagnol, réalise une aquatinte manuelle dans les mêmes conditions que Goya1. En plus de lever le voile sur des techniques pas toujours aisées à comprendre lorsque l’on ne les a pas vu pratiquer, l’intervention de ces graveurs rend sensible la fortune des maîtres anciens, encore regardés de nos jours.

Le coffret de 7 DVD de la série Impressions fortes

Le coffret de 7 DVD de la série Impressions fortes

4Les deux constantes de ces films sont d’une part la présence de la caméra dans l’atelier d’un graveur contemporain et d’autre part dans la salle de lecture de la Réserve du département des Estampes et de la photographie de la BnF, véritable saint des saints du temple de l’estampe, où l’œuvre choisie, posée sur un lutrin, est soumise au regard expert de Maxime Préaud. Ce dernier n’est pas le seul à intervenir en qualité de spécialiste : l’historien de l’art Pierre Vaisse apporte ses lumières sur les gravures de Dürer et Ger Luyten les siennes sur Rembrandt. Exceptionnellement, l’existence de la matrice de l’estampe commentée a permis son retirage sous l’œil de la caméra. Dans le film consacré à La Sainte Face de Mellan, le cuivre, conservé à la Bibliothèque royale de Bruxelles, est réimprimé pour l’occasion par François Baudequin, chef de l’atelier de la Chalcographie du Louvre. On partage son émotion lorsqu’il découvre l’épreuve fraîchement imprimée de cette planche virtuose gravée d’une seule taille de burin. Trois siècles après sa création, le cuivre de L’Académie des sciences et des beaux-arts gravé par Sébastien Leclerc passe dans les mêmes mains expertes pour être tirée à nouveau. Difficile de faire preuve de plus de pédagogie à l’égard du néophyte et d’éveiller plus d’émotion chez l’amateur d’estampes anciennes ! Ce dernier aura de nombreuses occasions de parfaire ou de rafraichir ses connaissances notamment grâce à l’étude comparée des différentes versions d’une estampe ou des états successifs d’une même planche. La comparaison entre les deux versions de la Tentation de saint Antoine de Callot, la première, gravée en 1617 au début de sa carrière, et la seconde, réalisée à la fin de sa vie, est parfaitement mise en évidence tout comme le sont les différences entre les planches de la première édition des Prisons imaginaires de Piranèse publiée en 1745 et celles, remaniées, de 1761. La progression entre les états successifs des Trois Croix de Rembrandt prend une dimension à la fois concrète et vivante, tel un « work in progress », dans le film qui lui est consacré. Autant dire tout l’intérêt de la caméra et du commentaire éclairé qui accompagne les images.

L’édition numérotée du coffret avec sept portraits linogravés par Lise Follier-Morales

L’édition numérotée du coffret avec sept portraits linogravés par Lise Follier-Morales
  • 2 Maxime Préaud, texte de présentation de la série Impressions fortes, placé dans le coffret.

5La réalisation de ces films sur l’estampe amène, en effet, à se poser la question sous-jacente de la valeur ajoutée de la caméra par rapport à l’image fixe qui, grâce aux techniques numériques, offre désormais de nombreuses possibilités d’agrandissement. En dehors des avantages que nous venons de citer, cette « caméra intelligente », telle que la décrit Maxime Préaud, a le mérite de pénétrer au cœur des œuvres et de donner à « voir jusqu’au parfum de l’encre, jusqu’à la pulpe du papier »2. Faisant surgir des détails que l’œil ne remarque pas ou n’est pas apte à discerner, ces effets de zooms sont aussi vertigineux que didactiques pour qui s’attache à distinguer les barbes d’une pointe sèche ou le grain d’une aquatinte. De plus, la mobilité de la caméra offre au spectateur la possibilité d’une promenade au sein d’une œuvre dont la composition s’y prête. Happé par la caméra, il en suit les mouvements et s’égare dans les labyrinthes carcéraux imaginés par Piranèse, découvre la fantastique variété des attaques diaboliques subies par le malheureux saint Antoine dans la planche de Callot, ou se meut, de groupe en groupe, dans L’Académie des sciences et des beaux-arts de Sébastien Leclerc au point qu’il en perd tout repère, persuadé d’avoir affaire à une œuvre de format monumental, impression à laquelle la séquence filmée à la Réserve, l’œuvre posée sur le lutrin, apporte un démenti formel.

6Jamais la couleur ne fait défaut dans ces sept apologies du noir et blanc servies par un accompagnement musical soigné et toujours pertinent. La langue des commentaires est belle, elle aussi, faisant alterner critiques historiques et textes rédigés par les auteurs. Qui a écrit quoi ? Là n’est pas le propos, on se laisse porter par le texte lu par des comédiens, les sources historiques apparaissant au générique. Et puisqu’il est question de langue, signalons que tous les films sont sous-titrés en anglais, ce qui a le mérite de les rendre accessibles à un public extra-hexagonal.

La collection des DVD de la série Impressions fortes

La collection des DVD de la série Impressions fortes
  • 3 La série de films sur les ateliers de graveurs comporte, pour le moment, ceux d’Érik Desmazières, d (...)

7Si le xviiie siècle est abordé avec les œuvres de Piranèse et de Goya, aucun titre, on l’aura constaté, n’excède la limite chronologique de 1799, date de publication des Caprices auquel appartient Le sommeil de la raison engendre des monstres. Il convient toutefois de rassurer les dix-neuvièmistes dont je suis : le catalogue contenu dans le coffret annonce plusieurs films en préparation parmi lesquels Honoré Daumier, Charles Meryon, Rodolphe Bresdin, Mary Cassatt et Henri de Toulouse-Lautrec. D’autres techniques en perspective dont la lithographie et, pour les réfractaires au noir, qui ne devraient plus l’être après avoir visionné les films du coffret, de la couleur avec Cassatt et Lautrec ! Pour approfondir la question des techniques de l’estampe et découvrir la genèse de l’œuvre imprimée, nous recommandons une autre série de films consacrée aux ateliers de graveurs qui vient en complément de celle des maîtres anciens.3

  • 4 Le coffret Impressions fortes est en vente à la Galerie de l’Echiquier, 16, rue de l’Echiquier (750 (...)

8Tous les spécialistes du domaine de l’estampe, conservateurs, experts et enseignants en conviennent : pour lever les inhibitions des intimidés du médium, rebutés par la méconnaissance qu’ils en ont, il faut démystifier la technique, entrer dans les ateliers, aller à la rencontre des praticiens afin que l’estampe exerce la séduction qu’elle ne manque jamais d’exercer et gagne de nouveaux adeptes. Avec Impressions fortes4, Bertrand Renaudineau, Gérard Emmanuel da Silva et Maxime Préaud œuvrent pour cette cause qui leur tient à cœur tout comme aux Nouvelles de l’estampe. Qu’ils en soient remerciés !

Haut de page

Notes

1 Cet extrait du film Le Sommeil de la raison engendre des monstres est présentée dans la partie pédagogique consacrée aux techniques de l’estampe de l’exposition de la BnF Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon qui se tient actuellement au Petit Palais (1er octobre 2015-17 janvier 2016).

2 Maxime Préaud, texte de présentation de la série Impressions fortes, placé dans le coffret.

3 La série de films sur les ateliers de graveurs comporte, pour le moment, ceux d’Érik Desmazières, de Devorah Boxer, de Nathalie Grall et celui que partagent Maxime Préaud et Lise Follier-Morales.

4 Le coffret Impressions fortes est en vente à la Galerie de l’Echiquier, 16, rue de l’Echiquier (75010) et disponible sur le site des éditions Gallix : www.gallixproduction.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le coffret de 7 DVD de la série Impressions fortes
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre L’édition numérotée du coffret avec sept portraits linogravés par Lise Follier-Morales
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre La collection des DVD de la série Impressions fortes
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Sueur-Hermel, « Impressions fortes »Nouvelles de l’estampe, 253 | 2015, 82-85.

Référence électronique

Valérie Sueur-Hermel, « Impressions fortes »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 253 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.583

Haut de page

Auteur

Valérie Sueur-Hermel

Conservateur en chef chargé des estampes du xixe siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search