Navigation – Plan du site
Actualités

Christophe Penot, responsable des éditions et du centre d’art Cristel

Céline Chicha-Castex
p. 78-81

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Texte intégral

Pouvez-vous tracer les grandes lignes de l’histoire des éditions Cristel ?

Le premier livre publié sous le label « éditions Cristel » a paru en 1996. Il s’agissait d’un livre d’entretiens dont j’étais l’auteur et qui avait pour titre Pierre Chany, l’homme aux 50 Tours de France. Pour donner plus d’écho aux rencontres que j’avais le bonheur de faire, j’ai finalement décidé, non seulement d’écrire des livres d’entretiens, mais aussi de les éditer pour rester totalement maître des textes qui seraient publiés.

Cela dit, ce premier livre, publié sous label associatif, est aussi l’aventure d’un couple. Ma femme, Élodie, qui travaillait aux éditions Paradigme, spécialisées dans le livre universitaire, m’a rejoint. Nous avons décidé, en 1998, de nous installer à Saint-Malo et de transformer l’association éditions Cristel en société. À ce jour, les éditions Cristel ont publié quatre-vingts titres principalement consacrés à notre territoire marin et breton. Une production raisonnable, et réfléchie, de cinq ou six livres par an.

Comment êtes-vous passé de l’édition de livres liés à l’histoire maritime et bretonne à l’édition d’estampes ?

C’est revenir à mon histoire personnelle. Journaliste, je suis en effet allé interviewer Joseph Foret, éditeur d’art qui avait publié des livres d’artistes illustrés par Picasso, Utrillo, Cocteau, Dali, Buffet, puis qui s’était lancé, en 1960, dans l’édition d’un livre unique, réunissant des lithographies de Dali, Léonor Fini, Foujita, Mathieu, Trémois, Zadkine et des textes de Cocteau, Rostand, Guitton, Cioran, Giono, Junger.

C’était en 1987. Joseph Foret avait quatre-vingt-six ans, j’en avais vingt-quatre. Il m’a interrogé sur mon avenir de journaliste… Je m’entends encore lui répondre très exactement : « Non, plus tard, je ferai comme vous : je serai éditeur d’art… » Un coup de foudre, ni plus ni moins ! En regardant toutes les estampes dédicacées accrochées sur ses murs, et surtout en touchant du bout du doigt, en caressant de la paume, le velours des papiers pur chiffon, je suis tombé définitivement amoureux de ce métier qui consiste à faire peu, mais à faire beau. C’est du reste la vocation de notre deuxième maison d’édition, Cristel éditeur d’art, lancée en 2004. Sous ce label, nous produisons peu : une trentaine de réalisations en douze ans.

Jacques Villeglé signant ses lithographies

Jacques Villeglé signant ses lithographies

Quelle est la place de l’estampe dans vos éditions ? Est-elle toujours liée au livre ?

Non, chez nous, l’estampe n’est pas liée au livre, même s’il est vrai que nous avons édité à quatre reprises des estampes pour le tirage de tête de nos plus beaux ouvrages.

En fait, nous regardons l’estampe comme une œuvre indépendante, pensée, spécialement commandée et mise en valeur… Je citerai deux exemples. En 2010, pour saluer le quarante-cinquième et dernier tour du monde de la Jeanne d’Arc, bateau mythique de la Marine nationale, nous avons édité à quarante-cinq exemplaires un portfolio réunissant une lithographie originale de Michel Bez, le président des Peintres officiels de Marine, et un texte inédit, lui aussi tiré en lithographie, de Didier Decoin. Puis en 2013, pour fêter le centième Tour de France, nous avons édité à cent exemplaires un autre portfolio réunissant une lithographie de Jacques Villeglé et un texte d’Érik Orsenna.

Comment choisissez-vous les artistes à qui vous passez commande d’estampes ?

Le premier artiste auquel nous avons passé commande était Raymond Moretti, auteur de nombreuses lithographies et sérigraphies. Je l’avais rencontré à l’occasion d’une interview réalisée pour Le Monde ; j’avais pour lui – j’ai toujours – une immense admiration. Je lui ai demandé de lancer avec nous l’aventure de Cristel éditeur d’art.

Ensuite, nous avons travaillé avec Eduardo Arroyo et Ernest Pignon-Ernest. Puis, sur les conseils d’Ernest, nous avons œuvré avec un autre merveilleux artiste : Henri Cueco. Puis nous nous sommes tournés vers Mark Brusse dont j’avais découvert les lithographies dans un atelier. Puis Mark Brusse nous a conduits vers Peter Stämpfli, comme Peter Stämpfli nous conduira à son tour vers Jacques Villeglé : une chaîne sans fin, qui s’explique par la totale confiance que nous témoignent les artistes.

N’ayons pas peur des mots : dans le monde de l’estampe, beaucoup de choses n’ont pas toujours été à l’honneur des rares éditeurs qui ont subsisté après les années 1970. Je songe notamment à ces estampes données à signer aux artistes sous la mention H. C. (Hors Commerce)… Des pratiques absolument injustifiables puisque l’on sait que la quantité des Hors Commerce dépasse parfois celle du tirage officiel !

Chez nous, rien de plus exact, de plus scrupuleux, que le colophon ! Lorsque, par exemple, nous annonçons qu’une estampe a été tirée en soixante-huit épreuves, nous donnons le strict détail des épreuves mises en vente, des épreuves réservées aux artistes, des une ou deux épreuves réservées à l’atelier ainsi que de l’épreuve réservée pour la Bibliothèque nationale. Quant aux feuilles supplémentaires, nous les déchirons une à une, systématiquement, devant les artistes, par respect pour notre colophon, qui est la garantie offerte à nos clients !

Avec quels imprimeurs travaillez-vous ?

Dans le même état d’esprit, nous travaillons avec des artisans d’art qui ont notre confiance. Une confiance qui repose sur des règles à chaque fois répétées : aucune feuille imprimée ne doit traîner, destruction systématique des plaques après les tirages ! Ceci, encore une fois, pour garantir nos colophons.

Et puis, bien sûr, nous attendons de leur part une passion égale à la nôtre, donc un même souci de qualité. Pour la lithographie, nous travaillons depuis dix ans avec l’atelier À Fleur de Pierre, dirigé par Laurence Lépron et Étienne de Champfleury. Ce sont deux artisans d’art auxquels nous sommes fidèles, parce que, dans nos métiers de créateurs, la fidélité compte pour beaucoup. J’ai confiance en leur savoir-faire, et n’hésite jamais à me tourner vers eux pour demander conseil. Et pour qu’ils sachent combien nous sommes heureux et fiers de travailler avec eux, nous mentionnons toujours, absolument toujours, leurs noms sur nos colophons.

De même, pour la réalisation de nos estampes numériques, nous sommes heureux de travailler avec Ariel Termine, le collaborateur de Christian Bramsen dans l’atelier Clot, Bramsen & Georges. D’Ariel, qui nous a été présenté par le peintre Erró, nous avons appris que l’estampe numérique n’est pas un reniement de la tradition, mais une manière nouvelle de rendre possible la créativité de certains artistes. Pour un éditeur d’art, c’est une leçon majeure car elle prouve que l’estampe d’art, si elle est honnêtement présentée, garde un bel avenir devant elle.

Parlez-nous de votre Centre d’art à Saint-Malo.

Notre centre Cristel éditeur d’Art est né d’une nécessité liée à ce que je viens d’exprimer : pour pérenniser nos savoir-faire, et pour saluer le talent de nos artistes, nous avions besoin d’une vitrine. D’où l’ouverture d’une salle de cent mètres carrés où nous avons déjà exposé Jacques Villeglé et Mark Brusse, où nous comptons ensuite exposer tous les artistes que nous avons édités. Expositions d’estampes, bien sûr, mais aussi de peintures, de dessins ou de bronzes d’art que nous éditons avec un autre artisan, Christophe Le Floch, dans le même esprit soigné et rigoureux que celui qui préside à la réalisation de nos estampes.

Jacques Villeglé devant ses lithographies

Jacques Villeglé devant ses lithographies

Quelle est votre actualité ?

J’ai envie de dire que notre actualité consiste à répondre à l’attente de nos visiteurs. Incontestablement, avec nos deux premières expositions, nous avons créé un élan de curiosité. Curiosité pour l’estampe, d’abord, puisqu’une presse lithographique trône au cœur de notre espace. Et, de manière plus générale, une curiosité pour des artistes de renom que les Malouins croyaient réservés aux galeries parisiennes.

Enfin, l’actualité c’est également l’embauche d’une première collaboratrice, Justine Bauchet, qui arrive pour nous aider à développer notre centre d’art. Parce que nos métiers d’art ne doivent pas seulement servir à donner du sens. Pour prendre pleinement leur place dans la collectivité, ils doivent aussi être porteurs d’ambition économique.

Quelles sont les prochaines expositions que vous allez organiser ?

Nous allons organiser à l’automne une exposition autour des bois gravés d’Émile Bernard. Nous exposerons aussi des artistes disparus, dont Raymond Moretti. Sans oublier deux lauréats du prix de Rome, André Tondu et Pierre Jérôme, dont l’œuvre est à redécouvrir.

Et puis, au printemps 2015, nous allons exposer notre ami Erró, formidable artiste islandais, avec lequel nous avons déjà réalisé deux estampes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jacques Villeglé signant ses lithographies
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Jacques Villeglé devant ses lithographies
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Chicha-Castex, « Christophe Penot, responsable des éditions et du centre d’art Cristel », Nouvelles de l’estampe, 248 | 2014, 78-81.

Référence électronique

Céline Chicha-Castex, « Christophe Penot, responsable des éditions et du centre d’art Cristel », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 248 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/estampe/719

Haut de page

Auteur

Céline Chicha-Castex

Conservateur des estampes du xxe siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals