Navigation – Plan du site
Vie de l'estampe

Les tours de force de Didier Mutel

Michel Melot
p. 60-63

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

20e siècle, 21e siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre de Didier Mutel commence par un coup d’éclat : un livre impressionnant portant en grands caractères le texte intégral, gravé avec une précision d’orfèvre sur des plaques de cuivre de 80 x 60 cm, de la nouvelle de Stevenson The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde. Mais l’intérêt du livre n’est pas que dans la performance manuelle : c’est le « livre d’artiste » par excellence puisque les lettres du texte gravées jouent un rôle actif dans l’intrigue : d’abord sagement alignées pour le début de l’histoire, elles commencent à se troubler lorsqu’apparaît le diabolique Mr Hyde, d’abord en filigrane, en transparence ou sous formes de crevés, puis de façon intrusive et agressive à mesure que le double de l’honnête Jekyll vient perturber sa conscience jusqu’à la confusion totale et brutale, traduite graphiquement par le désordre savamment brouillé des caractères en folie, jusqu’à les rendre illisibles. Le texte est littéralement mordu puis peu à peu dévoré par l’acide du graveur. Rarement après Mallarmé, l’ambiguïté d’un « texte » littéraire et graphique, a été ainsi mise en page.

2Didier Mutel a fait ses armes d’imprimeur en taille-douce, adoubé par le maître d’art Pierre Lallier qui en a fait son héritier spirituel et lui a légué les presses du grand atelier de la rue Saint-Jacques. Ce qui a plu à Pierre Lallier chez ce jeune homme décidé c’est non seulement son talent de graveur et d’imprimeur mais son attirance inlassable pour les projets infaisables. Sa version gravée d’Alice au pays des merveilles n’est pas moins fantastique que le texte de Lewis Carroll : chaque page est imprimée sur un papier différent et le livre apparaît en bloc comme un énorme pavé de couleurs dans lequel les yeux et les doigts vont de surprise en surprise. Une autre prouesse intellectuelle et graphique est son interprétation de la nouvelle de Maupassant, Le Horla, dont le sujet tout aussi freudien que celui de Dr Jekyll, est répété ou fragmenté dans vingt-six livres reliés de formes géométriques variées qui viennent s’emboîter les unes dans les autres comme un puzzle littéraire et livresque .

3Les projets de Mutel sont autant de défis techniques et intellectuels : il travaille actuellement sur l’impression en taille-douce d’une mappemonde de 80 cm de diamètre, véritable planète imaginaire. Les trente-trois feuilles en forme de fuseau sont gravées puis assemblées pour épouser la forme sphérique. Sous le titre Nova Terra Acidae, ce globe entraîne son lecteur dans des terres inconnues dont le nom en latin de fantaisie rend hommage à leur découvreur : Dürer, Mantegna, Rembrandt ou Meryon. La cartographie gravée est chargée de courants et de monstres dans la plus pure tradition médiévale. Un deuxième globe est en cours d’achèvement : ce sera la sphère céleste, entièrement couverte de mots gravés en caractères typographiques entrecoupés d’étoiles, comme une voûte de verbes.

Ill. 1. Didier Mutel, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, livre d’artiste, 96 pages, eaux-fortes imprimées sur vélin d’Arches à l’atelier G. Leblanc, 1994, 60 ex.

Ill. 1. Didier Mutel, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, livre d’artiste, 96 pages, eaux-fortes imprimées sur vélin d’Arches à l’atelier G. Leblanc, 1994, 60 ex.
  • 1 Didier Mutel, ’Créer c’est transmettre : transmission d’un atelier historique de gravure et d’impre (...)

4Didier Mutel aime les grands projets et il lui a fallu cet esprit entreprenant pour ne pas céder au déclin du marché de l’estampe après les années 1970. Il a emporté ses livres monumentaux aux États-Unis pour s’y constituer un réseau de collectionneurs qui lui ont permis de poursuivre son ambitieux travail. Pour enrayer la morosité qui s’est emparée du monde de l’estampe après la fermeture des grands ateliers parisiens et la disparition des éditeurs d’estampes, il a publié son Manifeste de l’acide brut, assemblage de textes qui voulait être un révulsif sur un tissu meurtri. Dans un récent article il écrit à propose de la situation dans laquelle il se trouvait pour commencer sa carrière : « Je suis au, milieu d’un vide, d’un désastre total et c’est une chance formidable car cela m’oblige à faire le point et à poursuivre un profond travail de redéfinition déjà commencé1. »

5Il lui a fallu cette confiance pour envisager, dans les années 2000, de reprendre à lui seul l’atelier Lallier où il a appris le métier, quand personne ne voulait sauver ce lieu historique de la gravure française qui depuis le XVIIIe siècle a vu défiler les plus grands graveurs sous la houlette de Salmon, de Porcabeuf puis de Leblanc. Hélas, tous les efforts furent vains pour faire de ce lieu magnifique dans les cours successives et ombragées du faubourg Saint-Jacques, une « maison de l’estampe » comme beaucoup le proposaient. La loi immobilière a eu raison de ces rêves mais Didier Mutel ne s’est pas avoué vaincu. Il a transporté le matériel dans une friche du Jura pour en faire son atelier. Ce le cinquième depuis le début de sa carrière, en 1989 où il rêvait déjà d’avoir « un atelier à moi ».

Renaissance d’un atelier parisien dans le Jura

6Le 31 mai dernier, Didier Mutel a pu enfin réaliser son rêve : ouvrir un grand atelier (1000 m²) de gravure et d’impression en taille-douce, où sont réinstallées la douzaine de presses, dont certaines vieilles de deux siècles, avec leur piétement à colonnes, les cartons, les pigments et la presse à satiner, qui ont fait la richesse de l’atelier Leblanc qu’avaient repris en 1969 Pierre Lallier et son père, 187 rue Saint-Jacques, en plein quartier latin, berceau des éditeurs d’estampes depuis toujours. Créé en 1793, l’atelier changea d’adresse pour intégrer les ateliers remarquablement conçus avec dans différents pavillons l’atelier proprement dit, la salle de séchage, une salle d’exposition et des bureaux, sous la direction de Salmon et Porcabeuf, où furent imprimés les retirages de la Tauromachie de Goya et le projet inachevé de ‘Le Jour et la nuit’, qui devait être l’organe de l’estampe impressionniste mené par Degas, Pissarro, Bracquemond et Mary Cassatt, puis fréquenté après la Guerre, sous la direction de Georges Leblanc, par les plus célèbres graveurs modernes.

Ill. 2. Didier Mutel, Sphère terrestre. Nova Terra Acidae, eaux-fortes imprimées sur vélin d’Arches et contrecollées sur un globe, diamètre 80 cm, 12 ex.

Ill. 2. Didier Mutel, Sphère terrestre. Nova Terra Acidae, eaux-fortes imprimées sur vélin d’Arches et contrecollées sur un globe, diamètre 80 cm, 12 ex.

7Didier Mutel, après une longue prospection de la région entre Besançon, où il enseigne, et Dôle où il a de la famille, a investi une ancienne usine de tissage, immense bâtiment vide qu’il a entrepris d’aménager sur ses deux étages, 42 rue de la Libération dans le village d’Orchamps, près de Dôle. Il compte bien y attirer les graveurs de passage ou en résidence, y imprimer avec eux des éditions partagées, y tenir au moins deux expositions par an et en faire un centre vivant de la taille-douce. Une salle y est spécialement consacrée à la pédagogie, meublée de matériel et d’exemples, pour recevoir les écoles, les curieux et les touristes. Il prévoit d’y installer cinq chambres d’accueil.

8Pour son ouverture, Didier Mutel a tenu à rendre hommage à son maître, Pierre Lallier, célèbre comme imprimeur, qui a reçu, en 1995, le titre de ‘maître d’art’ du Conseil national des métiers d’art. Mais on ignorait que la passion de Pierre Lallier pour la taille-douce s’étendait jusqu’à un œuvre gravé de plusieurs centaines de planches qu’il a toute sa vie jalousement tenues secrètes. Paradoxalement, cet imprimeur imprimait peu ses propres œuvres, parfois en un seul exemplaire, attaché plutôt à l’œuvre de l’acide qu’à celle de l’encre. C’est l’occasion d’en montrer soixante-cinq dans ce lieu qui se présente comme la continuation de l’atelier parisien. Didier Mutel y présentera quarante gravures dont huit bois monumentaux imprimés sur tissu et 14 eaux-fortes d’un mètre de côté.

Ill. 3. Didier Mutel dans son nouvel atelier. Cliché Gilles Leimdorfer

Ill. 3. Didier Mutel dans son nouvel atelier. Cliché Gilles Leimdorfer

Parcours

1986 : Intègre à quinze ans l’Ecole supérieure Estienne, cherche un stage dans un atelier de taille-douce. Il est accueilli par Pierre Lallier, dans l’ex-atelier Georges Leblanc, 187 rue Saint-Jacques

1989 : Après le stage de 4 semaines, revient souvent à l’atelier et rêve d’avoir un atelier à lui.

1991 : Elève à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs il intègre l’Atelier national de création typographique de l’Imprimerie nationale. Souffre du début de la crise du marché de l’estampe.

1991 – 1994 : Met toute son énergie et ses économies sur son grand œuvre de The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde qu’il fait imprimer par Pierre Lallier. Voyage aux Etats-Unis où il se constitue un réseau d’amateurs.

1995 - 1996 : Pierre Lallier, nommé ‘maître d’art’ par le Conseil national des métiers d’art, le prend comme élève pour deux ans.

1997 – 1998 : Pensionnaire à la Villa Médicis.

1999 – 2006 : Intègre des collections prestigieuses et continue son œuvre à Paris.

2003 : Enseigne depuis cette date à l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon.

2006 : Signe le ‘Manifeste de l’acide brut’.

2007 : Fermeture de l’atelier Lacourière-Frélaut.

2008 : Après une bataille juridique qui se termine par un avis d’éviction, l’atelier Georges Leblanc ferme. Pierre Lallier transmet à Didier Mutel une partie du matériel historique.

2013 : Reçoit le titre de ‘maître d’art’ au ministère de la culture

1er juin 2014 : Ouverture de l’atelier Didier Mutel à Orchamps (Jura).

Haut de page

Notes

1 Didier Mutel, ’Créer c’est transmettre : transmission d’un atelier historique de gravure et d’impression en taille-douce’ dans Les Métiers à mots découverts, Institut national des métiers d’art. Les Arts décoratifs, 2013, p. 109 – 114.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Didier Mutel, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, livre d’artiste, 96 pages, eaux-fortes imprimées sur vélin d’Arches à l’atelier G. Leblanc, 1994, 60 ex.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Ill. 2. Didier Mutel, Sphère terrestre. Nova Terra Acidae, eaux-fortes imprimées sur vélin d’Arches et contrecollées sur un globe, diamètre 80 cm, 12 ex.
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Ill. 3. Didier Mutel dans son nouvel atelier. Cliché Gilles Leimdorfer
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Melot, « Les tours de force de Didier Mutel », Nouvelles de l’estampe, 247 | 2014, 60-63.

Référence électronique

Michel Melot, « Les tours de force de Didier Mutel », Nouvelles de l’estampe [En ligne], 247 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/estampe/739 ; DOI : 10.4000/estampe.739

Haut de page

Auteur

Michel Melot

Archiviste paléographe, conservateur général honoraire, directeur honoraire du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, président du Comité national de l’estampe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals