Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244Comptes rendusL’estampe et le collectionneur

Comptes rendus

L’estampe et le collectionneur

Rémi Mathis
p. 67-68
Référence(s) :

Jan Piet Filedt Kok (et al.), Un Cabinet particulier, Paris, Fondation Custodia, 2010, 221 pages. ISBN 9789076863948

Entrées d’index

Index géographique :

Pays-Bas

Index chronologique :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Comme le savent bien les amateurs, l’une des plus belles collections d’estampes parisiennes se trouve dans une fondation privée, ouvertes aux chercheurs : la Fondation Custodia. Cette collection est à l’origine la création personnelle de Frits Lugt, amateur connu pour son travail sur les marques de collections, poursuivi et tenu à jour aujourd’hui encore par la Fondation, sous la conduite d’un des meilleurs connaisseurs de l’estampe ancienne à Paris, Peter Fuhring.

2Lugt a en fait collecté toute sorte d’objets, comme on peut s’en rendre compte en passant aujourd’hui rue de Lille : tableaux, lettres et documents manuscrits, même des antiquités grecques et égyptiennes. Mais l’estampe est pour lui une des portes d’entrée du monde de l’art : dès l’âge de seize ans, il rédige une biographie de Rembrandt, illustrée de dessins qu’il réalise lui-même, et achète une épreuve en tirage tardif.

3Comme le soulignent les auteurs, Frits Lugt n’a jamais cherché à constituer une collection d’estampes exhaustive, ou même qui soit représentative de la production européenne, néerlandaise ou française. Il profite en revanche de sa bonne connaissance du marché de l’art et de très grandes ventes qui ont lieu au début du xxe siècle pour acquérir des pièces exceptionnelles et introuvables aujourd’hui. En 1922, par exemple, quand la Hofbibliothek impériale de Vienne fusionne avec l’Albertina, la nouvelle institution vend un certain nombre de doubles, ce qui permet à Lugt d’effectuer des achats nombreux et exceptionnels.

4L’article introductif de Jan Piet Filedt Kok ainsi que les textes qui précèdent chacune des sections parlent longuement de la manière dont s’est constituée la collection d’estampes de Frits Lugt et comment ses goûts ou ses vœux ont évolué en fonction de son expérience et des opportunités qui s’offraient à lui sur le marché de l’art. Ce n’est pas la moindre des qualités de cette collection que d’être documentée de manière extrêmement précise, si bien qu’on en peut connaître le moindre recoin et le confronter à un tout signifiant.

5Le catalogue dont il est question ici est lié à une exposition qui a eu lieu de mai à juillet 2010 à la Fondation Custodia. Il est organisé en sept sections d’une douzaine de notices chacune, soit quatre-vingt-cinq pièces présentées et analysées. Le plan est pour partie thématique et pour partie chronologique, ce qui permet de présenter les pièces tout en soulignant les grands thèmes d’intérêt pour Lugt. Chacune de ces parties s’ouvre par une introduction qui analyse la présence de ce thème ou de cet artiste dans la collection, leur origine et l’approche que Lugt en avait.

6La première partie, intitulée « Clairs-obscurs et autres gravures sur bois », présente certaines des plus anciennes estampes de Lugt, qu’elles soient allemandes ou italiennes, parfois néerlandaises. Cette partie de la collection n’est pas la moins connue dans la mesure où elle a été l’objet de deux expositions au cours du dernier demi-siècle : la première à Paris et Rotterdam en 1965 (ce qui a été l’occasion pour Lugt de faire quelques acquisitions) et la seconde à Tokyo en 2005. Elle n’en demeure pas moins exceptionnelle, tant d’un point de vue artistique que pour comprendre l’évolution technique de l’estampe à une échelle européenne, certaines planches étant même présentées imprimées en plusieurs couleurs différentes.

7Les seconde et quatrième sections sont exclusivement consacrées à un artiste, respectivement Lucas de Leyde et Rembrandt, deux compatriotes dont Lugt a activement recherché les œuvres. Il n’est jamais aisé pour un amateur de voir des estampes, ce qui explique peut-être le fait que Lucas de Leyde ne soit pas mieux connu du grand public malgré son immense talent. Lugt en possède quatre-vingt-seize épreuves, soit la moitié de l’œuvre, et essentiellement des burins, exposés à deux reprises (1959 par Lugt lui-même, puis 1983). Quant à Rembrandt, dont il était passionné, Lugt en a réuni l’œuvre quasi-complet.

Hôtel Turgot, abritant la Fondation Custodia (Paris VI)

Hôtel Turgot, abritant la Fondation Custodia (Paris VI)

8C’est toujours pour suivre les goûts de Lugt que la troisième partie traite du portrait, genre de prédilection du collectionneur pour des raisons autant de documentation historique qu’artistiques. Cet intérêt a là encore mené à l’organisation d’une exposition (1958) dédiées aux pièces néerlandaises et française, de 1575 à 1725. Faire un choix parmi près de cinq mille pièces n’a pas dû être aisé – la production néerlandaise est finalement favorisée, avec quelques pièces françaises (Nanteuil, Morin), Wille et un unique Anglais. Le chapitre « L’histoire, le genre, la nature morte » se concentre donc sur les représentations d’événements historiques et l’œuvre de quelques graveurs recherchés pour eux-mêmes, en particulier Van Ostade dont Lugt possède plusieurs dessins. Le paysage est aussi bien représenté, comme on a pu s’en rendre compte lors d’une grande exposition du fonds, présenté dans quatre villes de France en 1968-1969. Enfin, la dernière partie, traitant du British Etching Revival (1860-1920) et du xxe siècle, est l’occasion d’aborder l’estampe moderne, que Lugt ne méprisait pas – c’est pourquoi la Fondation Custodia achète encore de l’art contemporain et expose des artistes actuels, comme, tout récemment, Frans Pannekoek.

9Les notices sont toujours d’une très grande précision : les textes sont éclairants et bien informés et accompagnés d’un historique complet de l’épreuve, d’une bibliographie, de la liste des expositions où elle fut montrée, etc.

10Le livre se veut en même temps un hommage à Mària van Berge, qui quittait alors le poste de directeur de la Fondation Custodia. Contribuent donc à l’ouvrage un certain nombre de grands spécialistes internationaux de l’estampe, qui viennent tous donner quelques notices sur les graveurs qu’ils connaissent le mieux – ce qui concourt encore à la qualité de l’ensemble.

11L’ouvrage lui-même est d’une grande élégance dans sa réalisation : tout en couleurs et tiré sur beau papier, il permet un aperçu à la fois large et très personnel de l’estampe ancienne en ne lésinant pas sur les reproductions, y compris de comparaison, même si l’on regrette parfois que l’édition papier ne permette pas de mieux voir certains détails.

12L’ouvrage n’est sans doute pas destiné au public le plus large mais les amateurs continueront à y trouver bien des richesses et font regretter encore une fois que les expositions d’estampes anciennes ne soient pas plus courantes, y compris dans les grandes villes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hôtel Turgot, abritant la Fondation Custodia (Paris VI)
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Mathis, « L’estampe et le collectionneur »Nouvelles de l’estampe, 244 | 2013, 67-68.

Référence électronique

Rémi Mathis, « L’estampe et le collectionneur »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 244 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 24 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.857

Haut de page

Auteur

Rémi Mathis

Archiviste paléographe, conservateur chargé des estampes du xviie siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France et rédacteur en chef des Nouvelles de l’estampe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search