Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244ActualitésSylvie Abélanet

Actualités

Sylvie Abélanet

Marie-Cécile Miessner
p. 82-84

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Texte intégral

1C’est devant les tapisseries de la Dame à la licorne, où sa mère la guidait, que Sylvie Abélanet a connu ses premières émotions artistiques. Par la suite, la découverte du retable de Rogier van der Weyden, le Jugement dernier, à l’Hôtel-Dieu de Beaune, fut un véritable choc comme la vision du retable des frères van Eyck, l’Adoration de l’agneau mystique, conservé à la cathédrale de Gand. Elle se trouve en résonnance profonde avec l’iconographie médiévale surtout lorsque celle-ci s’enrichit de l’observation précise de la nature. La force de ces images tient en même temps à la rigueur de la composition, à la représentation des personnages, qu’ils soient protagonistes ou témoins, anges ou donateurs, et à celle des paysages et des natures mortes, tous traités avec la même attention. Le vocabulaire plastique de Sylvie Abélanet s’est nourri de la symbolique, du jeu d’échelles, et des perspectives primitives qui soutiennent la trame narrative de sa propre création.

Ill. 1. Tirage d’une épreuve

Ill. 1. Tirage d’une épreuve

La symbolique 

2La composition du retable du Paradis en morceaux s’inscrit dans un carré de 3 m x 3 m, figure statique symbolisant la matière, les fondations du monde où cohabitent l’eau, le feu, la terre et l’air. Cette estampe de 9 m2 est partagée en douze parties qui symbolisent les douze apôtres. Chacune a pour matrice une plaque gravée qui possède son propre univers et peut être lue indépendamment des autres. Rassemblées, les plaques reconstituent la scène où Ève tend le fruit défendu à Adam. Le rocher, masse sombre imposante, sur lequel est assise la femme, représente la foi. La diagonale qui coupe le carré, de l’angle supérieur gauche jusqu’au bord inférieur droit, est constituée des corps d’Adam et Ève, Ève touchant le ciel, Adam l’eau. La lumière qui s’accroche aux deux corps forme une ligne claire.

3Les végétaux et les animaux qui peuplent le paradis possèdent leur symbolique propre. Certaines fleurs sont marquées du sceau divin comme la rose trémière et l’angélique archangélique. D’autres végétaux, comme le fraisier, évoquent le jardin des délices. Les douze animaux jouent chacun un rôle dans l’ensemble de la composition. Satan a pris ici la forme du lézard, les oiseaux symbolisent les archanges chargés de défendre l’entrée du paradis, les papillons les anges. L’éphémère et la libellule évoquent le passage du temps, l’insecte xylophage et le sphinx tête de mort la destruction. Initiant le processus de disparition, Adam semble se dissoudre, alors que le bras d’Ève se transforme en branche, tous deux absorbés par la nature de laquelle ils renaîtront.

Le choix de la gravure en taille-douce

Avec la gravure j’entre dans un paradis que je ne peux pas atteindre avec le pinceau de peintre.

4Cette citation de l’artiste Friedensreich Hundertwasser souligne la grâce particulière que la gravure revêtait à ses yeux. Le processus de création d’une gravure implique d’accepter de nombreuses phases de travail, rythmées par un temps rendu élastique. Le Paradis en morceaux a nécessité deux années de travail, entre mai 2011 et mai 2013, réparties entre les recherches de composition, la mise en place de la maquette à l’échelle, la gravure des plaques, les nombreux tirages d’essai et l’impression finale.

5Aux temps rapides de morsure à l’acide se sont opposées de longues heures de séchage, de vernissage et de grattage des plaques. À l’origine de l’œuvre, sur les plaques vierges, c’est la technique du vernis mou qui m’a permis de constituer le décor floral dans lequel évoluent les personnages. L’empreinte des végétaux, laissée dans le vernis déposé sur la plaque de zinc, est creusée par l’acide et fait apparaître chaque nervure des tiges et des feuilles. Ces traces deviennent le support poétique autour duquel j’articule mon langage plastique. La multiplicité des techniques d’attaque du métal entraîne la richesse expressive du rendu : le burin, la pointe sèche, la ponceuse laissent des traces franches voire, avec la perceuse, des découpes nettes, qui permettent d’introduire la nuance supplémentaire du blanc du papier à l’impression, ainsi qu’un gaufrage. Les attaques chimiques pratiquées sur des aquatintes mordues à l’acide offrent un large éventail de nuances de valeurs. La peinture au sucre donne aux tracés une grande liberté expressive. C’est cette technique qui a été choisie pour le traitement des cheveux d’Ève et sur le corps d’Adam.

Ill. 2. Le Paradis en morceaux

Ill. 2. Le Paradis en morceaux

6À la date d’aujourd’hui, existent 4 tirages de cet ensemble monumental : 2 tirages plaque par plaque, et 2 tirages 4 plaques à la fois dans la hauteur. Sylvie Abélanet envisage un tirage total à 9 exemplaires, dont un, imprimé par RLD en mai 2013, est déjà déposé au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.

7Le Paradis en morceaux est au centre d’un dispositif scénographique. À la composition gravée, verticale, s’adjoint un panneau horizontal de mêmes dimensions, inspiré par les quatre fleuves, le Tigre, l’Euphrate, le Nil et le Gange, qui, d’après les croyances médiévales, prenaient leur source au paradis. Sur cette partie horizontale, imprimée par procédé numérique, s’offre le reflet de la scène déformée par les mouvements de l’eau. L’image troublée symbolise le doute et la promesse de l’enfer. Le spectateur est invité à fouler cette partie, protégée sous une surface de verre. Les deux gravures placées perpendiculairement se répondent et l’œil retient l’image d’un demi-cercle. Un miroir, placé à gauche de cet ensemble, fait apparaître les corps d’Adam et Ève dans la figure céleste d’un cercle.

Le Paradis en morceaux : retable contemporain et ode à la nature de Sylvie Abélanet.

Exposition, Espace Art et Liberté, 3 place des Marseillais, à Charenton métro Liberté, du 10 au 28 septembre 2013.

À l’occasion de l’exposition parait un ouvrage : Le Paradis en morceaux. Textes de Christine Moissinac, présidente du prix Gravix, Jérôme Godeau, écrivain et historien d’art et Jean-Marie Martin, prêtre de l’Oratoire, Charenton : édition Association Désir d’Encre, 96 pages. ISBN 978-2-9531501-2-4

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Tirage d’une épreuve
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Ill. 2. Le Paradis en morceaux
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Miessner, « Sylvie Abélanet »Nouvelles de l’estampe, 244 | 2013, 82-84.

Référence électronique

Marie-Cécile Miessner, « Sylvie Abélanet »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 244 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 04 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/869 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.869

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Miessner

Conservateur des estampes contemporaines au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search