Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244ActualitésRenaud Allirand, chemin d’encre

Actualités

Renaud Allirand, chemin d’encre

Bénédicte De Donker
p. 85-86

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

21e siècle
Haut de page

Texte intégral

1La rencontre entre le graveur Renaud Allirand, qui travaille à Ondreville-sur-Essonne dans le Loiret et lauréat, en 2006, du prix de gravure Jeanne-Champillou du Salon des artistes orléanais, et le musée des beaux-arts d’Orléans avec son fonds de cinquante mille estampes, n’était qu’une question de temps. D’une gravure donnée au musée en 2012, découle la découverte de l’univers foisonnant de la création de Renaud Allirand, car son travail est multiple.

2Sa personnalité artistique se caractérise par deux facettes : le dessinateur Dip et le peintre et graveur. Il use de média divers (gouache, acrylique, encre de Chine, pointe sèche, eau-forte, photographie...), et parfois au sein d’une même technique, emprunte des chemins au premier abord divergents. L’exposition Chemins d’encre, qui se tient dans le cabinet d’arts graphiques du musée des beaux-arts d’Orléans du 5 septembre au 8 décembre 2013 témoigne de cette diversité et explore quelques-uns de ces sentiers où flotte un parfum d’imaginaire.

3Arrivé tardivement à la gravure dans sa carrière d’artiste, en 2002, Renaud Allirand y voit comme une libération de sa parole : « La gravure m’est alors apparue comme l’unique moyen, écrire à l’endroit puis à l’envers, avec la précision des mots les plus vrais et de la pointe sèche, puis de l’acide, cette « eau-forte », morsure des mots. Écrire et réécrire sur ses propres paroles, délier mes peurs, jusqu’à certaines vérités ». Sa première série d’Écritures témoigne de cette urgence à s’exprimer, avec des calligraphies nerveuses, dont l’abstraction devient un nouveau langage où chacun peut poser ses mots.

Ill. 1. Écriture, pointe-sèche sur cuivre, 2004

Ill. 1. Écriture, pointe-sèche sur cuivre, 2004

4À l’opposé, ses Paysages imaginaires d’encre de Chine ou de gouache et d’encre colorées dévoilent un univers calme et serein et sans doute plus intime. Au-delà de la parole, Renaud Allirand nous révèle ses mondes intérieurs, des émotions et des sentiments fugaces. Une fois encore, l’artiste se fait passeur : ces paysages imaginaires sont les nôtres autant que les siens, à nous de poursuivre l’histoire sur ses premières phrases. Poètes et écrivains ne s’y sont pas trompés, qui accompagnent régulièrement le travail de Renaud Allirand se prêtant si bien aux ouvrages à deux voix (Jacques Robinet, Miroir d’ombres, 2000 et Traces, 2013 ; Jacques Lesot, Au nord des choses, 2003 ; Paul-Louis Rossi, Des mirages et des ombres, 2010 ; Frédéric Tison, Une autre ville, 2013 ; Florent Papin, Nuit d’hiver, 2013). Ces livres d’artiste témoignent aussi de l’amour de l’artiste pour le papier, qui lui fait abandonner peu à peu la toile.

Ill. 2. Sans titre, eau-forte et pointe-sèche sur zinc, 2009

Ill. 2. Sans titre, eau-forte et pointe-sèche sur zinc, 2009

5Parmi la centaine de gravures réalisées par Renaud Allirand, une quinzaine sont présentées à Orléans. Ici, les lignes de forces horizontales et verticales s’imposent plus que dans ses autres œuvres, dont elles ne sont pourtant jamais absentes, et le noir, source de lumières, prend toute son ampleur. Certaines eaux-fortes se rapprochent des paysages imaginaires, mais la plupart nous entraînent vers un univers architecturé. Un ensemble évoque des mondes hors d’atteinte baignés d’une lumière du nord au-delà de fenêtres aux structures d’une texture presque palpable. Tandis qu’au contraire, la série des Haubans nous emmène au large. Le cadrage resserré sur des lignes en tension jaillissant de toutes parts, la perte des repères où « le haut et le bas basculent et dévoilent ces tensions qui maintiennent debout », laissent présager hors champ des espaces infinis ou intérieurs à habiter de son imaginaire. Toujours « horizon et proximité se croisent, se frôlent, mais ne s’opposent pas, chacun ayant besoin de l’autre pour exister ». Toutes étonnent par leurs effets de matière si divers dans une seule technique, ces noirs « effusifs » ou poudrés, ces gris animés d’ombres ou de traînées de pluie qui dénotent une appropriation de la technique et une maîtrise de l’encrage.

Ill. 3. Nuit d’hiver, eau-forte et pointe-sèche sur zinc, 2007

Ill. 3. Nuit d’hiver, eau-forte et pointe-sèche sur zinc, 2007

6Entre abstraction et poésie, l’œuvre de Renaud Allirand, peintre et graveur, saisit les émotions et les sentiments, aussi fugaces soient-ils. Chaque technique est un révélateur propre et original de ce qui le touche, le trouble : une invitation pour le visiteur à suivre ses traces dans cet univers original et contemplatif.

Renaud Allirand. Chemins d’encre, exposition au musée des beaux-arts d’Orléans, 5 septembre – 8 décembre 2013. Rencontre avec l’artiste le dimanche 1er décembre à 15 h 30.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Écriture, pointe-sèche sur cuivre, 2004
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Ill. 2. Sans titre, eau-forte et pointe-sèche sur zinc, 2009
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Ill. 3. Nuit d’hiver, eau-forte et pointe-sèche sur zinc, 2007
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte De Donker, « Renaud Allirand, chemin d’encre »Nouvelles de l’estampe, 244 | 2013, 85-86.

Référence électronique

Bénédicte De Donker, « Renaud Allirand, chemin d’encre »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 244 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.870

Haut de page

Auteur

Bénédicte De Donker

Conservateur au musée des beaux-arts d’Orléans, responsable du cabinet des estampes

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search