Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244ActualitésLes Origines de l’estampe en Euro...

Actualités

Les Origines de l’estampe en Europe du Nord (1400-1470)

Séverine Lepape
p. 89-90

Entrées d’index

Index géographique :

Allemagne, France

Index chronologique :

15e siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’apparition de l’estampe constitue un phénomène majeur pour l’histoire et l’art en l’Occident. À partir de 1400, artistes et graveurs expérimentent diverses techniques permettant, par l’impression d’une matrice gravée et encrée sur un support, de créer et de diffuser des images multipliables à l’identique. Si les estampes circulèrent très vite partout en Europe, les régions germaniques en furent le foyer originel, bien avant que cette invention ne fût transposée dans le domaine de l’impression des textes par Gutenberg dans les années 1450.

2L’exposition se propose de traiter de l’apparition de ce phénomène en l’étudiant sur une durée de soixante-dix ans, jusqu’au début de la carrière de Martin Schongauer, graveur rhénan qui changea fondamentalement le statut de l’estampe au sein des arts. En articulant deux fonds majeurs en France et en Europe, la collection de la Réserve du département des Estampes et la collection Rothschild du département des Arts graphiques au musée du Louvre, elle souhaite mettre en valeur les différentes étapes de l’évolution de l’estampe, ses acteurs et ses modalités de production, ses rapports avec les autres arts et ses usages.

Vierge à l’enfant, xylographie coloriée, vers 1420-1440, Souabe, 28,2 x 20 cm, BnF, Est., réserve Ea-5 (4)-boîte

Vierge à l’enfant, xylographie coloriée, vers 1420-1440, Souabe, 28,2 x 20 cm, BnF, Est., réserve Ea-5 (4)-boîte

3L’estampe des origines a été essentiellement pratiquée selon trois techniques principales, la xylographie, la gravure sur métal en relief et la gravure au burin. La gravure sur bois fut la première à apparaître en Allemagne, dès 1400. Peu d’exemplaires antérieurs à 1450 ont été conservés et encore moins de matrices, aussi, la présence au sein de l’exposition du Bois Protat, ancêtre emblématique de la gravure car considérée comme la plus ancienne matrice conservée au monde, constituera-t-elle un événement et servira de point d’ancrage et de fil conducteur à cette production qui resta populaire et importante tout au long du xve siècle. Très vite, près de trente ans après l’invention de la gravure sur bois, les orfèvres saisirent l’occasion du marché ouvert par la xylographie pour graver des plaques de métal et en faire des tirages qu’ils gardaient comme modèles ou qu’ils vendaient. Le domaine de l’estampe s’enrichit donc de nouveaux sujets et de nouvelles conceptions esthétiques. Semblablement au Bois Protat, cette production se trouvera présentée au sein de l’exposition autour d’une matrice gravée en métal en criblé, L’Annonciation, conservée au département des Objets d’art du Louvre.

4Leur mode de conservation actuel dans des montages tend à faire oublier que les estampes au xve siècle étaient souvent collées dans des manuscrits, où elles ornaient l’intérieur des plats de la reliure, ou jouaient le rôle d’images mises en rapport avec le texte copié. Quelques exemples de gravures encore in situ dans leur volume d’origine permettra aux visiteurs d’appréhender cette réalité.

5Par différents exemples choisis, l’exposition montrera la diversité des thèmes employés, tant religieux que profanes et traitera des usages essentiels de l’estampe, support et instrument de la dévotion du temps, où le fidèle était encouragé à développer sa foi dans un rapport plus personnel et plus affectif avec les saints et Dieu.

6La présentation des deux fonds parisiens permettra enfin de comprendre combien ces deux collections sont complémentaires, le baron Edmond de Rothschild ayant constitué sa collection d’estampes du xve siècle en s’entourant des conseils des conservateurs de la Bibliothèque nationale et en achetant des pièces en rapport avec celles de la Bibliothèque. L’étude des estampes en France s’est faite par ailleurs dans un contexte nationaliste évident, où les tensions de l’après-Sedan entre Allemagne et France se sont trouvées déplacées sur le terrain intellectuel, avec le débat autour du pays « inventeur » du phénomène de la gravure. À ce titre, l’exposition et surtout le catalogue, reviendront sur un certain nombre d’attributions françaises forcées faites par les conservateurs en charge des deux collections, Bouchot et Blum, et sera l’occasion de montrer que l’histoire de l’estampe est indissociable de la grande histoire.

7Le commissariat scientifique de l’exposition sera assuré par Séverine Lepape, conservateur responsable du service de l’estampe ancienne, et de la Réserve au département des Estampes et de la Photographies de la BNF et Pascal Torrès, conservateur en charge du fonds Rothschild au département des Arts graphiques du Louvre. À l’occasion de l’exposition, un catalogue sera publié par les éditions du Louvre et les éditions Le Passage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vierge à l’enfant, xylographie coloriée, vers 1420-1440, Souabe, 28,2 x 20 cm, BnF, Est., réserve Ea-5 (4)-boîte
URL http://journals.openedition.org/estampe/docannexe/image/873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Lepape, « Les Origines de l’estampe en Europe du Nord (1400-1470) »Nouvelles de l’estampe, 244 | 2013, 89-90.

Référence électronique

Séverine Lepape, « Les Origines de l’estampe en Europe du Nord (1400-1470) »Nouvelles de l’estampe [En ligne], 244 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/estampe/873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/estampe.873

Haut de page

Auteur

Séverine Lepape

Archiviste paléographe, conservateur responsable du service de l’estampe ancienne et de la réserve du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
La revue Nouvelles de l’estampe est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Comité national de l'estampe
  • Logo Bibliothèque nationale de France
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search