Navigation – Plan du site

Texte intégral

1D’un point de vue politique et culturel, le patrimoine peut évoquer simultanément deux sentiments bien paradoxaux. D’une part, le patrimoine fait appel à une mémoire, il fait appel au sens, aux fondements d’une culture ou d’une pratique culturelle et à sa continuité. Le patrimoine est un témoignage fort de la culture et du passé. D’autre part, le patrimoine laisse aussi entendre une certaine fragilité, et ce, tant sur le plan matériel que sur le plan social, car le patrimoine est le legs du passé ; il est transmis et l’on entend souvent le transmettre de nouveau. La fragilité du patrimoine tient bien souvent aux déficiences ou à l’absence de formes de protection, de reconnaissance ou de communication qui pourraient participer à sa valorisation et, ultimement, à sa pérennité. À cet égard, c’est mû par cette sensibilité et par cette conscience d’une grande fragilité que le célèbre romancier français Victor Hugo en appelait à une Guerre aux démolisseurs, dans un pamphlet produit en 1825 à l’intention des politiciens pour préserver le patrimoine bâti des entrepreneurs et des spéculateurs du Paris du XIXe siècle (Hugo, 1829). Ce pamphlet célèbre est une des premières manifestations contemporaines d’un activisme patrimonial et d’une volonté de politiser le patrimoine pour mieux le protéger.

2Le patrimoine est souvent considéré comme un bien commun qui nous rattache à la ligne du temps et qui tisse les liens d’une histoire collective partagée. En somme, qu’il soit question de patrimoine bâti ou de patrimoine intangible (lié à nos identités, nos manières de faire, nos pratiques et manières d’être), les processus patrimoniaux renferment une pluralité d’enjeux et recoupent plusieurs débats d’éthique publique. La notion de devoir de mémoire, au cœur de plusieurs discours patrimoniaux, nous incite à prendre en considération les thèmes découlant des éthiques de l’obligation et de la responsabilité. Inversement, cette obligation – dont les fondements sont à définir – se heurte aujourd’hui aux discours de l’action publique des différents gouvernements qui annoncent les limites des capacités des pouvoirs publics en matière patrimoniale. Tout d’abord, au devoir de mémoire se confronte une injonction à produire un avenir et le patrimoine se voit souvent relégué au second plan de projets de développement urbain et de développement industriel (Poulot, 2003). Comme quoi l’appel de Victor Hugo conserve encore toute sa pertinence.

3À ces défis s’ajoutent les limites financières qui sont souvent invoquées pour annoncer un retrait de l’État ou une intervention minimale dans le domaine. Cette logique utilitariste est particulièrement saillante dans le champ patrimonial (Gray, 2007 et 2008). L’extension de cette logique se retrouve tout naturellement dans le champ du développement international (Kila, 2013 ; Logan, 2014). Alors que des vies humaines sont en proie à d’extrêmes souffrances dans plusieurs régions du globe, et que les interventions humanitaires s’effectuent dans des contextes de ressources raréfiées, faut-il se préoccuper du patrimoine en péril ? Le patrimoine est-il source d’un discours social profondément conservateur et aveugle aux productions contemporaines de la culture (Fibiger, 2015) ou est-il source d’une éthique progressiste (Bennett, 1998), qui nous invite à nous interroger sur nos identités et manières d’être dans le monde ?

4L’objectif de ce numéro spécial consiste à faire le point sur les liens entre éthique et patrimoine culturel, tout en cherchant à mettre en relief les grandes orientations de la recherche francophone qui traite de ces questions. Ce numéro aborde les enjeux éthiques du patrimoine à travers le prisme des enjeux de représentation et de communication du patrimoine. Ces questions communicationnelles sont elles-mêmes abordées dans deux sous-thèmes ou dimensions qui structurent ce numéro spécial.

5La première partie de ce numéro met l’accent sur les enjeux éthiques et politiques de la communication du patrimoine. Le premier texte signé par Elisa Goudin met en relief l’importance de l’action collective citoyenne et de l’appel à l’éthique publique dans une stratégie de résistance à un projet patrimonial hautement controversé. Le cas de la reconstruction du Château des Hohenzollern à Berlin illustre bien les paradoxes et les dissonances qui s’articulent dans les espaces de reconnaissance patrimoniale. Cet article met en évidence un décalage entre les valeurs patrimoniales de l’élite et celles de la population berlinoise. Sur le plan communicationnel, l’auteure met de l’avant toute l’importance de l’espace médiatique et, en particulier, toute l’importance de la presse et de la sphère journalistique dans le traitement des controverses patrimoniales. Le deuxième texte de la section porte sur la politique de la représentation. Produit par Aurélie Lacassagne, cet article nous présente les défis de la communication patrimoniale en mettant l’accent sur les questions d’indigénéité culturelle au Canada et en Nouvelle-Zélande. Il traite des enjeux communicationnels tout en abordant les procédures et les pratiques mises en place afin de décoloniser les musées ainsi que le rapport aux collections dans ces deux pays respectifs. Le contexte décrit par l’auteure nous fait voir comment ces questions politiques et professionnelles ne sont pas sans conséquence sur les procédés esthétiques de la communication du patrimoine.

6La communication du patrimoine revêt aussi une dimension hautement symbolique. Or nous voyons à l’heure actuelle que nos mémoires collectives, mais surtout, nos actes commémoratifs sont mis au défi de se justifier par rapport à un nouveau contexte social et historique. Les héros et les événements hier célébrés sont sujets à un nouveau regard de la part de la société. Dans le sud des États-Unis, aussi bien qu’au Canada, on s’interroge aujourd’hui sur la reconnaissance que l’on accorde à certains acteurs de l’histoire ou à certains événements marquants. Doit-on reconnaître ou célébrer des généraux confédérés ou des premiers ministres décrits comme génocidaires ? Le troisième texte de cette section nous conduit à prendre un peu de recul et à nous interroger sur les dimensions sociales et politiques qui sont à l’œuvre dans la production et la réception des monuments historiques. Sous la plume de Lucas Latchoumaya, cet article met en relief le caractère performatif de la communication du patrimoine. En étudiant les monuments commémoratifs et historiques de l’île de La Réunion, Lucas Latchoumaya fait la démonstration d’un glissement symbolique dans la communication du patrimoine. Par ailleurs, ce texte illustre à quel point l’appel à un devoir de mémoire n’échappe pas à un processus de symbolisation et d’esthétisation de l’histoire qui n’est pas sans soulever certaines questions. La légitimité des actes et des monuments commémoratifs demeure un enjeu essentiel, mais un enjeu qui souvent s'efface ou qui cède sous la force de certains regards nostalgiques vers le passé. L’auteur nous permet de revenir aux débats qui ont cours et de nous interroger sur le véritable enjeu des monuments historiques. Le problème du monument historique et de la commémoration tient aux processus d’esthétisation qui sont à l’œuvre.

7Le quatrième texte de cette section qui met l’accent sur les processus politiques de la communication du patrimoine ouvre plutôt sur la créativité à l’œuvre dans la production du patrimoine. Fernande Abanda nous invite à voir le patrimoine comme une ressource discursive dans les luttes sociales, économiques et politiques menées par les pays du sud. En se basant sur les représentations culturelles de la forêt dans ces pays, l’auteure démontre que le discours du patrimoine, à savoir la patrimonialisation culturelle de la forêt, permet en quelque sorte de développer des stratégies de résistance sociale à un discours et à une logique économique dominante. Le patrimoine permet à la fois de reconstruire le sens culturel de la forêt tout en agissant sur un espace de normes et de valeurs qui trouvent certaines équivalences dans les discours patrimoniaux des pays du nord.

8Enfin, le cinquième et dernier texte de cette section nous invite à prendre en considération les dimensions éthique et politique des institutions du patrimoine. Cet article de Jean Dragon nous conduit à une réflexion sur les corps, la matérialité et les dynamiques discursives qui se construisent dans le tissu institutionnel des organisations patrimoniales. Son propos nous permet de repenser les liens entre art et science à travers la politique des signes et des représentations culturelles.

9La seconde partie de ce numéro porte sur les enjeux de la communication du patrimoine au prisme des réalités et des enjeux de la pratique professionnelle. Le premier texte met de l’avant la question de la responsabilité. Jonathan Paquette et Robin Nelson nous proposent d’aborder l’évolution des discours professionnels du champ patrimonial afin d’en dégager certaines pistes de réflexion pour une éthique de la responsabilité. Les auteurs traitent de grands enjeux de la communication du patrimoine tout en opérant des liens avec de grands débats de l’éthique de la responsabilité, dont ceux proposés par Paul Ricœur, Emmanuel Lévinas et Hans Jonas.

10Le deuxième texte, quant à lui, met l’accent sur la médiation culturelle et sur les questions de responsabilité qui se dressent devant les praticiens de la communication dans les institutions culturelles. Pour Rébéca Lemay-Perreault, les institutions culturelles et patrimoniales doivent être plus accessibles, plus ouvertes et inclusives de la diversité sociale. Les musées, notamment, doivent être en mesure de s’ajuster aux intérêts et aux valeurs de leurs communautés. Selon l’auteure, les professionnels de la médiation sont au cœur de l’ajustement entre institutions patrimoniales et publics. Inspiré par des idéaux communicationnels harbemassiens, cet article introduit déjà certaines problématiques qui sont approfondies dans le troisième texte proposé par Bernard Schiele, qui insiste pour sa part sur la communication du patrimoine scientifique et technique. Pour cet auteur, l’accessibilité du patrimoine scientifique traverse différentes phases qui correspondent historiquement avec différentes tendances dans les discours des professionnels de la communication des sciences. Selon lui, les professionnels de la communication des sciences et du patrimoine scientifique sont aujourd’hui des acteurs qui participent à des activités citoyennes de communication des sciences. Autrement dit, plus qu’une communication monologique fondée sur l’éducation des sciences, les professionnels aspirent maintenant à des dynamiques participatives et à produire des forums de participation citoyenne. Les enjeux politiques de la communication du patrimoine scientifique ont grandement influencé les mutations des discours professionnels.

11Le quatrième texte de cette section sur la communication et les enjeux professionnels du patrimoine nous introduit aux réalités du patrimoine au Bénin. Opêoluwa Blandine Agbaka nous invite à considérer les difficultés de la mise en œuvre d’une politique patrimoniale dans un contexte postcolonial. Au-delà des grandes limites des ressources matérielles et financières, cet article met de l’avant les complexités qui sont issues des discours et des réalités du droit du patrimoine. De manière plus importante, l’auteure met également de l’avant les paradoxes qui peuvent être associés aux pratiques et aux discours du tourisme culturel.

12Enfin, le texte qui clôt ce dossier thématique s’intéresse au patrimoine autochtone au Canada. Olivier Maligne et Annie d’Amours s’interrogent sur la contribution des services éducatifs à la transmission du patrimoine autochtone. Cet article met en lumière les enjeux et les défis qui se présentent aux professionnels de l’évaluation dans un contexte autochtone. Selon les auteurs, les approches culturellement sensibles en évaluation et l’habilitation d’évaluateurs issus des communautés autochtones constituent des éléments qui sont sujets à développer de meilleures pratiques et une culture professionnelle plus adéquate pour l’évaluation des services éducatifs et l’analyse de leurs impacts sur la transmission de la culture autochtone.

13À travers deux sous-thèmes, soit la dimension politique de la communication du patrimoine et la dimension professionnelle de la communication du patrimoine, ce numéro spécial a permis de porter une réflexion sur plusieurs enjeux de l’heure à travers plusieurs contextes, voire plusieurs études de cas d’une grande richesse, allant des contextes québécois et canadien, en passant par des problématiques qui touchent plus particulièrement les pays du sud. Par l’intermédiaire de ces différents articles, ce numéro spécial tend à confirmer qu’au cœur des problématiques éthiques du patrimoine se dresse la question d’un patrimoine fondamentalement construit et ouvert au débat. La communication du patrimoine, en retour, est traversée par les enjeux des politiques de la représentativité, des enjeux de la politique de la reconnaissance. Elle est aussi concernée par des enjeux professionnels où la responsabilité s’incarne de plusieurs manières, que ce soit une responsabilité à l’égard du passé, de l’avenir ou encore, plus simplement, une responsabilité à l’égard du public et de la société.

14On trouvera également trois textes hors thème dans la rubrique Zone libre. Le texte de Louis Chartrand aborde la difficile question de la manière de se représenter la responsabilité des agents artificiels alors qu’il n’est pas aisé de rattacher des actions à ces derniers. Le texte de Gilles Gauthier fait un retour sur le débat public autour de la liberté d’expression ayant fait suite à l’attentat contre Charlie Hebdo. Enfin, le texte de Muriel de Fabrègues et de Valérie Pernot-Burckel propose une discussion critique de l’application dans la société française du principe anglo-saxon de transparence.

Haut de page

Bibliographie

Bennett, Tony (1998), Culture: A Reformer’s Science, Sydney, Allen & Unwin.

Fibiger, Thomas (2015), « Heritage Erasure and Heritage Transformation: How Heritage is Created by Destruction in Bahrain », International Journal of Heritage Studies, vol. 21, no 4, p. 390-404.

Gray, Clive (2007), « Commodification and instrumentality in cultural policy », International Journal of Cultural Policy, vol. 13, no 2, p. 203-215.

Gray, Clive (2008), « Instrumental policies: causes, consequences, museums and galleries », Cultural Trends, vol. 17, no 4, 209-222.

Hugo, Victor ([1832] 2009), « Guerre aux démolisseurs », Revue des Deux Mondes, [en ligne], http://www.revuedesdeuxmondes.fr/guerre-aux-demolisseurs/ (consulté le 11 novembre 2017).

Kila, Joris D. (2013), « Inactive, Reactive, or Pro-Active?: Cultural Property Crimes in the Context of Contemporary Armed Conflicts », Journal of Eastern Mediterranean Archeology and Heritage Studies, vol. 1, no 4, p. 319-342.

Logan, William (2014), « Heritage Rights – Avoidance and Reinforcement », Heritage & Society, vol. 7 no 2, p. 156-169.

Poulot, Dominique (2003), Patrimoine et musées, Paris, Hachette Supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Paquette et Marc Terrisse , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 2 | 2017, mis en ligne le 08 décembre 2017, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2964

Haut de page

Auteurs

Jonathan Paquette

Jonathan Paquette est professeur agrégé à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa où il enseigne en administration publique. Son programme de recherche s’intéresse aux politiques de la culture et aux politiques du patrimoine. Depuis 2016, il dirige un projet de recherche financé par le Conseil de la recherche en sciences humaines et sociales du Canada portant sur la place des normes et des valeurs dans la transformation des politiques du patrimoine en Asie.

Articles du même auteur

Marc Terrisse

Docteur en muséologie et chercheur associé au Centre de recherches historiques de l’Ouest à l’Université du Maine au Mans en France, Marc Terrisse est également un professionnel de la culture qui a dirigé des institutions comme l’Institut du monde arabe de Tourcoing et a fondé des structures autonomes et indépendantes comme le Regard de l’Autre. Spécialiste des questions liées à la valorisation du patrimoine, il enseigne de façon régulière dans plusieurs masters ayant trait à cette problématique dans des universités françaises et étrangères.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals