Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et politiques de la communication du patrimoine

Démolition du Palais de la République et reconstruction du château des Hohenzollern : quelle place pour les considérations d’éthique publique dans la gestion du patrimoine berlinois ?

Elisa Goudin

Résumés

Le déboulonnage du Palais de la République pour reconstruire le château de Berlin à la place offre un laboratoire d’analyse des différents enjeux d’éthique politique dans la façon dont on met en récit un patrimoine donné pour lui faire raconter une histoire plutôt qu’une autre. Cet exemple montre que les citoyens peuvent avoir voix au chapitre dans le phénomène de patrimonialisation en se revendiquant de l’éthique. Pour certains Berlinois de l’Est, le Palais de la République était porteur d’histoire, il incarnait leur expérience collective, leur façon de penser, de vivre aujourd’hui révolue. Le Palais de la République a incarné la résistance par rapport à ce qui était perçu comme des tentatives de faire table rase du passé, d’éliminer tout ce qui rappelle la République démocratique allemande (RDA) au sein de la nouvelle capitale de l’Allemagne unifiée. La mise en récit (ici le récit de la continuité historique par delà la parenthèse du Palais de la République) devient un enjeu éthique dans le bras de fer entre l’État et un groupe de citoyens qui entend faire valoir une autre lecture de leur patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La CDU est l’Union chrétienne-démocrate (Christlich-demokratische Union), alliée à la CSU bavaroise (...)
  • 2 Le SPD, Sozialdemokratische Partei Deutschlands, est le Parti social-démocrate allemand, et Bündnis (...)
  • 3 Le Palais de la République, qui avait été inauguré solennellement le 23 avril 1976 par le régime co (...)

1Après la chute du mur de Berlin, le Palais de la République de RDA a connu un glissement très net de sa charge symbolique pour devenir non plus un symbole du pouvoir de la RDA mais un emblème de la résistance contre une unification nationale perçue par certains comme contraire aux intérêts des Allemands de l’Est. La décision de reconstruire la façade de l’ancien château des Hohenzollern à la place de ce Palais de la République impliquait un mouvement de va-et-vient historique intéressant : le 4 juillet 2011, la commission du budget du Bundestag a voté à l’unanimité, avec les voix des partis de gouvernement CDU-CSU et FDP1, ainsi que les voix de l’opposition SPD et Bündnis 90 / Die Grünen2, le déblocage de la somme de 595 millions d’euros pour faire renaître l’ancien château de Berlin, qui avait été détruit par la RDA, car elle y voyait un symbole de la noblesse, de la dynastie des Hohenzollern et de la Prusse militariste. Seule l’extrême gauche Die Linke a voté en juillet 2011 contre ce projet. Ainsi, depuis le 12 juin 2013, le château est en train d’être reconstruit. Dans la seconde moitié de 2019, après l’installation de la fondation Preußischer Kulturbesitz et de la Humboldt-Universität ainsi que de la Landes- und Zentralbibliothek de Berlin, le château devrait donc rouvrir ses portes, soit trente ans après la chute du Mur3.

2Nous proposons d’analyser le rôle des pouvoirs publics dans ce débat autour de la nécessité ou non de détruire le Palais de la République, en partant de l’examen des blogues des différentes associations de défense de ce bâtiment, et de celles de promotion du projet de reconstruction du château. Que nous apprennent ces textes sur le rôle respectif de l’État et de certains groupes communautaires, notamment d’ex-citoyens de RDA dans les dynamiques patrimoniales ? Les citoyens peuvent-ils infléchir directement les décisions publiques en matière de patrimoine architectural ? Comment s’est organisé leur effort pour se faire entendre ? Nous nous demanderons également, en parallèle, quels sont les enjeux d’éthique politique dans le travail de configuration narrative du passé qui promeut l’oubli délibéré, volontaire de certains pans du passé, comme cela a été le cas dans le cas du déboulonnage du Palais de la République. Et comment les défenseurs du projet de reconstruction du château de Berlin se situent-ils par rapport au patrimoine de l’autre, à savoir le patrimoine architectural de l’ex-RDA ? La reconstruction du château de Berlin offre un laboratoire d’analyse privilégié pour comprendre les prises que peuvent avoir les citoyens dans le phénomène de patrimonialisation et le lien entre éthique et citoyenneté dans les politiques mémorielles. Analyser ce débat sous l’angle de l’éthique publique nous amène à aborder de façon particulière la question de la prise de décision publique dans le domaine de la gestion du patrimoine.

3Il est en effet possible d’interpréter le débat sur le déboulonnage de cet édifice comme une métonymie du débat sur l’unification elle-même : s’il n’y a rien à faire de ce monument, hormis le détruire, c’est pour certains une façon de laisser entendre qu’il n’y avait rien à faire de la RDA non plus. C’est dans cette lecture très particulière que le bâtiment acquiert son caractère de monument à part entière. Il devient d’une certaine façon le monument innocent, victime du mouvement de l’Histoire. Prétendre sauver ce patrimoine architectural de la RDA, c’était donc, dans l’esprit de ses défenseurs, une façon de reprendre la phrase de Gérard Wacjman (1998 : 15), « Avoir eu lieu, c’est avoir eu un lieu » ; ils craignent qu’en supprimant les lieux de la RDA, on ne fasse en sorte, d’un point de vue symbolique, que la RDA n’ait pas eu lieu, comme si elle n’avait été qu’une simple parenthèse, un accident de l’Histoire dans une ligne qui aurait dû être continue.

Le rôle respectif des citoyens et de l’État dans les dynamiques patrimoniales

4Le patrimoine culturel est soumis à différents processus d’objectivation : la patrimonialisation, la conservation, la valorisation (Adell, 2011 : 82), etc. Dans ces différents processus qui conduisent en quelque sorte à acter son statut d’objet patrimonial, les citoyens jouent un rôle, aux côtés de la puissance publique, et parfois contre elle. Ainsi, la valeur symbolique, emblématique, du Palais de la République lui a été conférée dans un rapport de force qui s’est instauré entre les défenseurs de ce bâtiment et l’État qui souhaitait sa destruction. L’Association de défense du Palais de la République, Bündnis für den Palast, a ainsi été fondée le 19 octobre 2005 à Berlin. Il s’agit d’une initiative de jeunes architectes, qui a compté jusqu’à 350 membres, dont de nombreux étrangers, afin d’empêcher la destruction du Palais de la République. L’une de leurs publications cite un architecte hollandais, Rem Koolhaas :

  • 4 « Als Deutschland sich vereinigte, wurde meiner Meinung nach die enorme Möglichkeit vergeben, gegen (...)

Lorsque l’Allemagne s’est unifiée, on a laissé passer selon moi une possibilité énorme, celle de montrer de part et d’autre un respect réciproque pour les différentes réalisations culturelles et sociales. Je suis toujours très effrayé par le démantèlement presque agressif d’édifices est-allemands, en particulier lorsque cela est fait au nom de l’Histoire. C’est quand même absurde d’éliminer des objets historiques au nom de l’Histoire4 (Spiegel Online, 2004).

5Afin de proposer des solutions alternatives crédibles à la destruction pure et simple du Palais de la République, des architectes ont réfléchi à des projets d’aménagement. Gordon Matta-Clark, un architecte de New York, est par exemple à l’origine d’un projet nommé Slice der Republik5. Il s’agit de conserver le monument, mais d’en découper un morceau, en diagonale (selon l’axe formé par l’avenue Unter den Linden), que l’on déplacerait un peu plus avant sur la place Max Engels. Le Palais de la République serait ainsi scindé en trois morceaux, afin de symboliser la partie de l’histoire allemande que l’on a cherché à nier, à découper, en envisageant la destruction du monument. L’un des messages véhiculés par ce projet est qu’il n’est pas forcément nécessaire de détruire pour faire du nouveau, qu’il n’est pas nécessaire de faire table rase de l’héritage et de l’identité culturelle de la RDA pour définir une nouvelle identité culturelle commune. L’auteur revendique par ailleurs le côté radical et brutal de ce découpage, il s’agit pour lui de marquer l’impossibilité pour une société de se défaire complètement d’un pan de son histoire. L’idée sous-jacente est donc que l’on aurait pu – et donc, que l’on aurait dû – tenter d’atténuer les effets de la violence symbolique inhérente à la disparition d’un État comme la RDA. Gordon Matta-Clark ne fait pas lui-même le lien, mais l’on pense ici aux théories développées par Paul Ricœur dans son ouvrage Parcours de la reconnaissance (2004). Il pense à la confiance mutuelle qui permet, dans ce qu’il nomme « l’état de paix », de faire advenir une forme heureuse de la reconnaissance, une reconnaissance mutuelle effective, qui passe par une volonté partagée de reconfigurer les situations vécues par les individus pour diminuer les effets de domination. Il s’agit donc de faire en sorte de reconnaître le patrimoine de l’autre, et non de chercher, symboliquement, à le détruire.

6Le patrimoine est en effet à considérer en fonction de ce qu’il est dans sa matérialité, c’est-à-dire le monument lui-même, mais aussi en fonction des pratiques sociales qui sont attachées à ce bâtiment, qui le traversent, des représentations qui le parcourent. Un ouvrage dirigé par Daniel Fabre et Anna Luso (2010) à propos des Sassi de Matera le montre bien ; ces habitations troglodytiques sont habitées et perçues différemment selon la position sociale que l’on occupe : habitant de ces logements, élu local, représentant de l’État, expert scientifique, etc. Or, pour le Palais de la République, la perception de la valeur patrimoniale ou non du bâtiment dépendait aussi très clairement de la position. Il existe une divergence de vues irréconciliable entre un ancien Allemand de l’Est qui avait des souvenirs de pratiques sociales dans ce lieu (concerts du Nouvel An, restaurants, cérémonie de la Jugendweihe – une communion laïque, lieu de promenade dominicale, etc.) et un député du Bundestag originaire de l’Ouest qui y voyait avant tout un symbole de la dictature communiste, car ce bâtiment abritait aussi la Chambre du peuple et les simulacres de débats politiques qui y étaient organisés pour donner l’impression d’un pluralisme de façade – Scheinpluralismus.

7En ce sens, le débat sur le Palais de la République est à lire comme une métonymie du débat sur l’unification elle-même : il faut détruire le Palais de la République et revenir à l’ancien château pour refermer la parenthèse malheureuse ouverte par la division de l’Allemagne en raison de la Guerre froide. Le bâtiment devient dans cette lecture une sorte de monument innocent, victime des discontinuités de l’histoire. Cela s’explique par le fait que la transition vers la République fédérale a été largement interprétée comme une décision contre le socialisme : déboulonner la RDA pour pouvoir revenir au passé, même si ce passé, à travers le château, symbolise aussi la Prusse, la noblesse et le militarisme prussien. Le projet de reconstruire le château peut alors être lu comme une forme de revanche symbolique sur le régime du SED :

  • 6 « Viele westdeutsche Politiker wollen die Auslöschung aller Zeichen der DDR-Ära aus der städtischen (...)

De nombreux hommes politiques ouest-allemands veulent effacer du paysage urbain toutes les traces de la période de la RDA, qui représentent des symboles indésirables d’un « écart » dans l’histoire de l’après-guerre en Allemagne6 (Deuflhard, 2006 : 144).

8Le déboulonnage du Palais de la République viserait à désigner la RDA comme un écart temporaire dans une continuité historique incarnée par la seule RFA.

9Pendant l’hiver 2000, deux artistes ont installé une œuvre d’art éphémère devant le Palais de la République – une centaine de machines à laver – et ont invité les Berlinois à venir laver leur linge chaque samedi en utilisant ces machines, en se débarrassant ainsi de leur linge sale dans l’espace public (Robin, 2001 : 143). Ce happening était conçu comme une métaphore du processus par lequel la nouvelle Allemagne issue de l’unification « nettoie » son histoire de tous les souvenirs qu’elle juge encombrants et indésirables. Ce type d’action artistique devait contribuer à faire reconnaître une histoire que l’on juge dénigrée, mise à l’écart.

10En somme, le Palais de la République remplit pour de nombreux citoyens est-allemands exactement le rôle de ce que Pierre Nora définit comme un lieu de mémoire. Dans sa contribution sur la « mémoire collective » parue à la fin des années 1970 dans La Nouvelle Histoire, Nora notait déjà que « l’histoire s’écrit désormais sous la pression des mémoires collectives » qui cherchent à « compenser le déracinement historique du social et l’angoisse de l’avenir par la valorisation d’un passé qui n’était pas jusque-là vécu comme tel » (1978 : 398). Ce mécanisme est à l’œuvre pour le Palais de la République, qui a été réinvesti par les Allemands de l’Est de leurs émotions au moment où le débat sur son déboulonnage est né. Alors qu’il ne portait pas une telle charge symbolique du temps de la RDA, il s’est alors trouvé chargé de nombreux symboles de résistance contre l’alphabétisation politique par les Allemands de l’Ouest.

11Nicolas Adell parle de la situation qui « active » l’objet patrimonial : « par exemple, la destruction des Bouddhas de Bamiyan par les talibans a contribué à une extension considérable de leur réception comme “patrimoine” » (2011 : 84). Dans le cas du Palais de la République, c’est également le projet de destruction par l’État qui a « activé » le bâtiment et sa réception par une partie des citoyens comme patrimoine. Cela fait également écho aux propos de Daniel Fabre qui définit comme suit le nouveau rapport au patrimoine : « nous sommes entrés dans un “temps de l’Action” où “l’identité fusionnelle est limitée au temps bref d’une communauté d’action” » (Fabre, 1998, cité par Adell, 2011 : 83). Il y a donc une dimension importante de l’implication des citoyens dans la constitution du patrimoine en tant que patrimoine : à Berlin, ce sont les citoyens qui ont organisé leur effort pour se faire entendre, et pour tenter d’infléchir, contre la volonté du Parlement et de l’État, les décisions publiques en matière de patrimoine architectural. Cela montre donc que le rôle respectif de l’État et de certains groupes communautaires dans les dynamiques patrimoniales n’est pas monolithique ni défini une fois pour toutes. La reconnaissance d’un monument comme patrimoine peut résulter d’une « communauté d’action » explicitement organisée contre les instances publiques : en l’occurrence le projet de transformation du Palais de la République en château.

12Yves Boisvert a réfléchi au lien entre éthique et patrimoine dans un article intitulé Leçon d’éthique publique :

Pour pousser plus loin mon travail réflexif sur le concept d’éthique publique, j’émettrai dans ce texte l’hypothèse suivante : l’éthique publique constitue un cadre théorique qui devrait aider le travail de reconstruction des raisons communes productrices de cohésion sociale dans un contexte de pluralisme moral et culturel et stimuler les relations entre le système politique et son environnement social à partir d’une reconfiguration du processus démocratique (2008 : 315).

13La gestion politique du projet de reconstruction du château de Berlin peut se lire comme un contre-exemple de ce que propose Boisvert dans cet extrait d’article. En effet, loin de produire de la cohésion sociale, le projet a accentué les divisions entre les deux camps, le camp des partisans de la reconstruction du château et celui des défenseurs du Palais de la République. Aucune « reconfiguration du processus démocratique » au sens où l’entend Boisvert n’a été possible, même si le vote au Bundestag qui a entraîné la décision de détruire le Palais de la République était démocratique, les députés étant par définition la voix de la population.

Patrimoine et altérité : le patrimoine de « l’autre »

14Les tentatives de suppression du patrimoine sont toujours des stratégies d’éradication du témoignage de la présence d’autrui, de la présence d’une autre culture ou d’un autre groupe social à un endroit donné. C’est la raison pour laquelle l’éthique est toujours présente en toile de fond : lorsque la valeur patrimoniale n’est ni le résultat d’un choix de pouvoir, ni celui des élaborations du monde scientifique, mais le résultat d’un investissement des citoyens, alors ces derniers cherchent ensuite à exprimer, à justifier ou à stabiliser cet investissement émotionnel sur un bâtiment comme objet patrimonial afin de faire valoir – ou de tenter de faire valoir – le fait que l’éthique publique ne saurait refuser à leur monument ce statut de patrimoine, car il en va de la sauvegarde de leur identité de groupe social, de leur identité culturelle d’Allemands de l’Est. Lorsque l’on transmet un message politique par l’intermédiaire de la patrimonialisation, cela revient toujours à donner un sens au présent : si l’État veut déboulonner le Palais de la République, c’est parce qu’il souhaite faire table rase de l’expérience de la RDA dans la nouvelle configuration politique. Or il existe certains éléments hérités de la RDA qui auraient pu être importés dans l’Allemagne unifiée, comme le droit du sol en matière de droit de la nationalité, le droit au travail et au logement, la séparation entre l’Église et l’État. On le voit bien ici, l’ensemble de la configuration qui définit le patrimoine et qui sélectionne les objets patrimoniaux se constitue dans un rapport non seulement au passé mais aussi au présent. C’est de cette façon que le Palais de la République est devenu un des topoï de la mémoire collective est-allemande, ce qui a rendu plus difficile la promotion du projet de reconstruction du château de Berlin. Nous proposons donc de nous arrêter sur la façon dont les pouvoirs publics ont mis en récit la reconstruction du château comme reconquête de cette parcelle d’histoire détruite, quels registres discursifs ont été utilisés pour que les citoyens y adhèrent.

  • 7 Cela serait toutefois à relativiser, car le Palais de la République a été détruit avec de l’argent (...)
  • 8 « Bin zwar neugierig auf das Humbild-Forum, trauere aber trotzdem ein wenig dem Palast nach, einfac (...)

15Il existe une association qui a pour objectif de faire en sorte que l’opinion publique soutienne la reconstruction du château : la Förderverein Berliner Schloss, qui est présente sur les réseaux sociaux. Sur ce site, le projet est présenté comme un projet de la collectivité, on insiste sur le fait que la façade du château sera reconstruite grâce à des fonds privés et non des capitaux publics7. Un autre élément récurrent de la mise en récit de la renaissance du château est l’insistance mise sur la continuité historique : en faisant renaître le château de Berlin, nous guérissons une blessure de l’histoire, nous réparons une injustice architecturale commise par le SED. Il y a donc clairement une volonté d’effacer une parenthèse malheureuse, de provoquer une nouvelle discontinuité chargée en quelque sorte de faire oublier la première. Ainsi sur la page Facebook de l’Association pour le château de Berlin, on peut lire, parmi plusieurs témoignages, celui de R. J. qui affirme être « certes curieuse de voir le Forum Humboldt, mais aussi pleurer encore un petit peu le Palais de la République, qu’elle associe avec tant de bons souvenirs8 ». Un internaute, M. W., lui répond :

  • 9 « Ein mutiges und ehrliches Bekenntnis, daß -menschlich gesehen- völlig nachvollziehbar ist. Sicher (...)

Un aveu courageux et sincère, qui d’un point de vue humain est tout à fait compréhensible. C’est évidemment difficile de perdre un lieu chargé d’histoire, surtout quand on avait un lien personnel avec lui (qui perdure dans les souvenirs). Peut-être pouvez-vous alors mesurer ce qu’ont pu ressentir les Berlinois lorsque le commando de destruction de Ulbricht a fait sauter le château et avec lui 300 ans d’histoire de la ville dans un acte de barbarie culturelle sans précédent. Vous n’avez pas connu le château, c’est la raison pour laquelle la perte du Palais de la République vous affecte beaucoup. Je n’ai connu ni le château ni le Palais d’un point de vue émotionnel, je suis donc plutôt impartial ; partant de là, je considère la reconstruction du château comme un geste de réparation envers l’esprit de Berlin9.

16Ce dialogue est intéressant, car le défenseur de la reconstruction – qui utilise lui aussi un vocabulaire très brutal (commando, barbarie, etc.) pour décrire l’évolution d’un projet urbain – oublie de mentionner que le rapport au Palais de la République pour les citoyens de l’ex-RDA ne peut être similaire au rapport avec le château, dans la mesure où ce palais était un lieu de convivialité, associé à des pratiques sociales, contrairement au château. Nora a montré que cet élément est décisif : il faut qu’une collectivité réinvestisse un lieu de ses émotions, de ses souvenirs, pour que ce lieu devienne un lieu de mémoire. Les citoyens de l’ex-RDA entraient dans le Palais de la République, y mangeaient, y dansaient, y fêtaient des événements, etc. Entre l’ouverture en 1976 et la fermeture en 1990, ce bâtiment a reçu 70 millions de visiteurs, ce qui, rapporté à la population de la RDA, est considérable. Le dialogue entre les deux contributeurs sur la page Facebook met donc en évidence une opposition irréductible : pour l’un, retrouver une continuité serait un acte de Wiedergutmachung, de réparation, il utilise le même terme que pour les réparations de guerre, et considère que le château fait partie de « l’esprit de Berlin » qui a subi un préjudice. Retrouver une continuité revient donc pour lui à refermer cette blessure, la mémoire blessée de Berlin, sans prendre en compte le fait que pour l’autre personne, qui a grandi en RDA, le Palais de la République fonctionne comme un lieu de mémoire. Il y a dans cette continuité décrétée, affirmée, un paradoxe évident. Les deux événements – la destruction et la reconstruction – peuvent être considérés comme des « événements sursignifiés » au sens de Ricœur (1991 : 52).

17Paradoxalement, l’association Förderverein Berliner Schloss insiste aussi sur la discontinuité temporelle. Il est par exemple précisé que derrière la façade baroque reconstruite à l’identique, on utilisera une des techniques d’éclairage les plus modernes de Berlin avec 1 300 kilomètres de câbles. La prouesse technique est décrite dans un article de l’édition du 1er septembre 2015 du Berliner Zeitung: Les câbles hyper modernes seront cachés dans les murs et dans le plafond, qui seront très épais (60 centimètres) comme dans la version originale du château, et permettront de chauffer et de refroidir en même temps : ce qui est intéressant ici, c’est que c’est la continuité historique, le fait de recréer les murs du corps de bâtiment à l’identique qui permet paradoxalement la modernité (Berliner Zeitung, 2015a). La continuité et la modernité sont mises en avant simultanément.

18L’objet patrimonial est aussi ce qui permet à un groupe social de prendre conscience de lui-même et de sa valeur, il « donne prise aux identités collectives », comme l’écrit Adell (2011). Pour le château de Berlin, cela n’est pas sans poser problème, car cette nouvelle identité collective s’est définie sur les ruines d’un État dans lequel des citoyens avaient vécu pendant quarante ans. Ces derniers ont alors eu tendance à compenser le déracinement historique et l’angoisse de l’avenir par la valorisation d’un passé qui n’était pas jusque-là valorisé comme tel. La patrimonialisation est alors à lire comme un mécanisme de défense. En s’inspirant de Françoise Choay, on peut dire qu’il existe quatre valeurs patrimoniales : l’historicité, l’exemplarité, la beauté et l’identité (au sens où le patrimoine est un lieu de mémoire pour un groupe d’individus). Pour le cas du château de Berlin, les trois premières valeurs ont servi d’arguments aux défenseurs du projet de reconstruction : retrouver une continuité historique, un beau bâtiment avec une façade sculptée qui témoigne du passé, et un modèle de beauté à imiter en tentant de reproduire à l’identique le chef-d’œuvre, ce qui lui confère son caractère exemplaire. Mais la quatrième valeur pose problème, car comme l’écrit l’ethnologue Marie Hocquet qui a analysé les effets d’exclusion de certaines pratiques patrimoniales :

Le PdR est [...] un lieu propice à la cristallisation des souvenirs et des affects, un lieu à partir duquel la pluralité des expériences individuelles s’est vue transcendée en une expérience collective. Si le PdR est cher aux Berlinois de l’Est, c’est donc essentiellement parce qu’il incarne des valeurs, mais aussi des pratiques propres à une société qui n’est plus et qui, en tant que telle, est l’objet d’une idéalisation. Face à l’abandon de ce bâtiment, certains Berlinois de l’Est déplorent « le bout d’histoire » ou « de mémoire » qui disparaît. Il apparaît que pour ces derniers, ce lieu était porteur de sens et d’histoire, une incarnation, dans l’espace, de manières d’être, de faire et de penser aujourd’hui révolues (2012 : 5).

19L’alternative entre conservation du Palais de la République et reconstruction du château de Berlin montre donc de façon particulièrement saillante comment un patrimoine, en s’inventant, en se construisant, donne prise à des identités collectives qui peuvent être antagonistes. Le patrimoine de l’autre est parfois ce qui cherche à nous empêcher d’avoir un lieu de mémoire à nous, dont la puissance publique tente de nous priver. Les décisions publiques en matière de gestion du patrimoine peuvent produire des phénomènes d’exclusion qui font paradoxalement d’un simple bâtiment un objet patrimonial revendiqué comme tel.

Enjeux d’éthique politique dans la reconfiguration narrative du passé

  • 10 « Steinerne Schönheit an der Spree. Die Berliner Museumsinsel muss man nehmen, wie sie ist: als Seh (...)

20Nous proposons dans un troisième temps d’étudier les enjeux d’ordre éthique présents dans les discours sur la reconstruction du château et le retour au passé à l’aide de quelques exemples significatifs. Dans un article de la Süddeutsche Zeitung daté du 29 août 201510, on peut lire une volonté très nette de mettre en récit le projet de reconstruction. On « vend » un imaginaire. Ainsi, le château est qualifié de « lieu de la mélancolie au milieu de la ville ». De la même façon, il est souvent fait référence, dans les articles publiés par la Förderverein Berliner Schloss et notamment dans le journal Berlin Extrablatt qu’elle publie, à une expérience, un Raumerlebnis, la vue depuis la façade côté est sera très dégagée et offrira un point de vue saisissant sur l’île aux musées. Le château est qualifié de façon récurrente de Erlebnisort, un lieu d’expérience. Les membres de l’association de promotion du projet de reconstruction définissent le château comme un objet discursif, en l’assimilant à un imaginaire qui ferait de la « renaissance » de ce château le résultat de décisions publiques guidées par des considérations d’éthique : une éthique de la fidélité au passé, à la mémoire de la ville.

21Dans son ouvrage paru récemment, Laurent Matthey met en évidence l’homologie entre les processus qui régissent aujourd’hui la production urbaine et les évolutions récentes de la production industrielle (2014 : 73), en montrant que l’habitant est aujourd’hui en quête de récits, de « climats, d’expériences à vivre plus que de ville réelle » et que dans ce mouvement il devient l’équivalent du consommateur désireux d’acquérir une expérience plutôt qu’un produit. La conséquence est que la pratique du storytelling devient de plus en plus présente dans la conception et la promotion des projets urbains. Le problème est que la prolifération des discours qui entourent les transformations de la ville devient souvent l’ultime moyen de ne pas en délibérer, et dépossède les habitants de ce que Matthey nomme « le droit à la ville » :

Dans le même temps que l’on rendait les projets urbains plus prolixes, qu’on les faisait parler plus généreusement d’eux-mêmes, on dépossédait effectivement les habitants de l’information nécessaire à leur compréhension et contestation. On défaisait les capacités de mobilisation collective […] L’urbanisme d’après l’urbanisme posait ainsi la question du droit à la ville (2014 : 145).

22Dans le cas du château de Berlin, mettre en récit la guérison d’une blessure revient à aiguiller les habitants sur le chemin de la lecture souhaitée du projet : le retour à la continuité historique, la réconciliation avec la mémoire de la ville.

  • 11 « Die politische Debatte mit Ihrem ganzen Auf und Ab und Hin und Her, die jahrelang unsere Seiten f (...)

23On pense bien sûr à l’approche de Guy Debord, et notamment à la thèse 1 de La Société du spectacle, une société annoncée dans laquelle « tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation » ([1967] 1992 : 10). Ce n’est d’ailleurs probablement pas un hasard si le mot de bienvenue publié sur la page web de l’association de promotion du château contient des mots très négatifs sur le débat politique qui a précédé la décision. L’auteur s’adresse aux visiteurs de la page web et aux donateurs potentiels en se réjouissant que le débat politique soit clos : « Le débat politique avec toutes ses fluctuations, ses hauts et ses bas, qui pendant plusieurs années a rempli nos pages, est clos11 ». Il ne parle pas de débat démocratique mais de débat politique, comme si ce dernier ne servait que des enjeux politiques, et donc était assez inutile. Cela nous semble être une illustration des analyses de Matthey sur la dépossession du droit à la ville par le storytelling, alors même que l’éthique démocratique aurait voulu que le débat s’organise de façon plus sereine.

  • 12 « Gut 30 Jahre nach dem Mauerfall wird dann die letzte, große teilungsbedingte Lücke im Stadtbild B (...)
  • 13 « Das Schloss wird die Bürger mit dem Wiederaufbau der Stadt versöhnen, findet doch jeder nun seine (...)

24Le même mot d’introduction annonce le moment où le château sera reconstruit en 2019 comme un moment où « la dernière grande béance due à la division du pays dans le paysage urbain sera refermée, trente ans après la chute du Mur12 ». Le champ lexical de la béance, de l’interstice, va avec celui de la guérison, de la rédemption. « Le château va réconcilier les citoyens avec la ville, dans la mesure où désormais chacun retrouvera sa patrie architecturale dans le nouvel ancien Berlin.13 » La notion de Heimat architecturale est intéressante, on pourrait la rapprocher des analyses de Walter Benjamin sur le concept de « salonisation » de l’espace public dans Paris, capitale du XIXe siècle, où il montrait par quels procédés la ville de la modernité avait tendance à prendre de plus en plus l’aspect cossu et douillet d’un intérieur (Benjamin, 1940 : 20). L’auteur propose une lecture de la reconstruction du château qui discrédite totalement l’expérience des citoyens de l’ex-RDA dont certains se sont davantage identifiés avec le Palais de la République qu’avec le château.

25On peut donc mettre en évidence une construction du château comme objet d’une mise en récit. Cette profusion de discours autour du projet propose une lecture particulière de la notion de continuité historique. On revient en arrière en reconstruisant la façade du château, mais en même temps on veut montrer les ruptures de l’histoire ; il y a donc une tentative de synthèse entre continuité et discontinuité, au moyen d’une discontinuité spatiale (la façade est sera moderne, mais collée à la façade ouest reproduite à l’identique, à l’exception d’une partie de la façade ouest plus récente de style néo-renaissance, datant de 1873, qui était peu en harmonie avec le reste du bâtiment de Schlüter). Il ne faut donc pas faire comme si la première discontinuité n’avait pas eu lieu en se contentant de reproduire à l’identique, et pourtant on reconstruit les escaliers conçus par Schlüter, la cour de Eosander, la coupole, etc.

  • 14 « Er verstehe sich als einen “späten Mitarbeiter” der beiden Schlossbaumeister Andreas Schlüter und (...)
  • 15 Le titre a été choisi en référence au mot de Klaus Wowereit, l’ancien maire de Berlin, sur sa ville (...)

26Cette synthèse entre continuité et discontinuité n’a pas été sans poser quelques difficultés, y compris juridiques. Franco Stella avait gagné le concours d’architectes fin 2008, mais ensuite le Bundeskartellamt a été saisi et, si le mandat de Stella n’est plus discuté juridiquement aujourd’hui, il l’est encore beaucoup sur le fond. Là encore, Wilhelm v. Boddien, le président de l’association de promotion du château, raconte le rôle que jouera Stella comme on narre une histoire : Stella se conçoit lui-même, selon Boddien, comme un collègue tardif des deux architectes du château Andreas Schlüter et Eosander von Göthe : « C’est mon travail, mandaté par le Bundestag, de concevoir l’architecture moderne de telle façon que l’œuvre de ces deux grands artistes ne soit pas endommagée, voire ne donne l’impression d’être surpassée14 ». Il y a ici l’idée qu’il faut rester humbles par rapport au passé, éviter la surenchère (übertrumpft), respecter le fil de la continuité historique. Vendre le projet comme un projet qui se met dans l’ombre du passé, au service des grands artistes du passé, est assez paradoxal en termes d’éthique. Un article paru dans le Tagesspiegel en juin 2015 était titré « Pauvre, mais château » (Tagesspiegel, 2015). Ce titre15 soulignait le caractère incongru de construire de nos jours une façade identique à celle construite au début du XVIIIe siècle. L’article porte sur la foule qui s’est précipitée en juin 2015 pour visiter le château qui était exceptionnellement ouvert au public, et mentionne le fait que certaines personnes avaient même revêtu pour l’occasion un uniforme de l’ancienne armée prussienne. La mise en récit du château s’accompagnait aussi d’une mise en scène : on a passé des valses de Strauß, puis un concert donné par l’orchestre de la Bundeswehr, etc. L’objectif était à la fois d’informer le public et de susciter l’adhésion au projet architectural, sur le modèle de l’infotainment, ce mélange d’information et de divertissement. L’insistance mise sur la continuité, y compris avec les uniformes de l’ancienne armée prussienne, fait dire à l’auteur de l’article, qui cite une visiteuse : « il ne manque plus qu’un balcon pour saluer le peuple ! »

  • 16 Voir Märkische Zeitung Online (2015), « Unterschriftenaktion für mehr Historie im Berliner Schloss  (...)
  • 17 « Das Berliner Schloss ist mehr als nur Fassade! »

27Notons que certaines voix se sont fait entendre pour réclamer encore davantage de continuité historique, et un château qui serait reconstruit de façon encore plus fidèle à l’original du bâtiment historique en suivant des considérations sur l’éthique de l’authenticité, de la fidélité au passé. Il existe une pétition16 pour réclamer que les espaces intérieurs, les escaliers, etc., soient eux aussi reconstruits selon les plans du XVIIIe siècle. Le slogan des initiateurs de cette pétition est le suivant : « Le château est davantage qu’une simple façade17 ! » Ils réclament davantage de Historie et non pas Geschichte, donc une fidélité à l’Histoire comme science (Historie), au-delà de la seule chronologie des événements (Geschichte), ce qui semble signifier pour eux que la continuité ne doit pas être seulement de façade, et que le mélange de modernité et de reconstruction historique est un manquement à l’éthique car il est une infidélité à l’Histoire.

28À l’opposé, il existe, comme on pouvait s’y attendre, des voix très critiques contre le projet de réplique de la façade. Ces prises de position font souvent écho aux discours très revendicatifs pour la sauvegarde du Palais de la République que nous analysions en première partie. Une colonne de Georg Diez peut fournir une illustration de ce phénomène. Le titre est très provocateur : « Attentat contre les sens » (Spiegel Online, 2015). Mais au-delà des aspects esthétiques, c’est bien l’aspect symbolique qui est dénoncé. Le château reconstruit est présenté comme un « boulet historique », un billot (der historische Klotz) qui incarne la violence symbolique du pouvoir d’Angela Merkel contre les Allemands de l’Est, même si cette dernière est elle aussi issue de l’ex-RDA. Un parallèle est établi entre la défaite de 1945 et celle de 1989 :

  • 18 « Man muss sich ja mal erinnern: Hier wurde wirklich Gleiches mit Gleichem bezahlt. Die DDR riss da (...)

Il faut quand même bien se souvenir : ici on a vraiment rendu la pareille. La RDA a détruit le château des Hohenzollern, qui n’était plus qu’une ruine, parce que la vieille Allemagne avait perdu la Seconde Guerre mondiale. Et la nouvelle Allemagne a détruit le Parlement de la RDA, le Palais de la République, parce que cette dernière avait perdu la Guerre froide18 (Spiegel Online, 2015).

  • 19 « Was aber dann passierte, war ein Akt der Demütigung, der Auslöschung, des Exorzismus. Seither sch (...)

29Le début de cette citation est important, car l’auteur cherche à donner l’impression qu’il essaie de rétablir une vérité (« quand même bien », ja mal) contre les tentatives de distorsion de la mémoire. Comme les partisans de la reconstruction du château, il fonde son argumentation sur une éthique de la mémoire, mais aussi sur une éthique de la cohésion sociale comme objectif de l’action publique. La reconstruction du château est alors présentée comme « une mesure d’humiliation, d’effacement, d’exorcisme19 » (Spiegel Online, 2015). Les trois termes sont importants, car on retrouve l’idée d’humiliation collective que nous avions analysée à propos de la destruction du Palais de la République, mais elle s’accompagne ici de la notion d’effacement, d’oubli prescrit par en haut, par les autorités, contre la volonté générale, ou du moins contre ce qui est supposé être la volonté générale. L’antagonisme entre l’État et un groupe social est présent ici en filigrane dans cette notion d’oubli prescrit par en haut.

30Cela fait écho à deux catégories d’oubli parmi les sept distinguées par Paul Connerton : l’effacement répressif, repressive erasure, qui se définit par son rôle de déni d’une rupture historique – ici l’absence de continuité entre la Prusse et la RDA –, et l’oubli prescrit, prescriptive forgetting, que Connerton définit par sa capacité à restaurer la cohésion de la société civile (2008 : 59). Dès lors, il n’est pas étonnant que le troisième terme employé dans cette colonne soit celui d’exorcisme, qui fait écho à la nécessité, pour certains, de restaurer la cohésion de la société allemande en faisant symboliquement comme si la RDA n’avait pas existé.

31La critique va très loin, Diez défend l’idée que le projet de reconstruction du château est par essence réactionnaire et s’explique par une volonté d’enjamber fictivement dans la mémoire collective le national-socialisme :

  • 20 « Der Plan für dieses Schloss ist [...] in einer Zeit entstanden, in der der Reaktionär noch reakti (...)

Le projet de ce château a vu le jour à une époque, lorsque les réactionnaires étaient encore réactionnaires et savaient encore ce qu’ils faisaient – ils voulaient tendre la main, par-dessus la déchirure du meurtre des Juifs, à l’ancienne, à la meilleure Allemagne, à l’Allemagne allemande. Aujourd’hui, il ne reste toutefois de cette pensée réactionnaire que le geste, le pathos tragique de la façade baroque accolée, une sorte de Prusse à la façon Disney20 (Spiegel Online, 2015).

  • 21 « Von diesem Ort aus verwandelt sich Berlin zu Stein – es ist die Petrifizierung einer einst offene (...)
  • 22 « Ein paar Herren mit Manschettenknöpfen und zu viel Zeit (durften) ihr dünkelhaftes Hobby ausleben (...)
  • 23 « Hier kann man sehen, […] wie etwas entsteht, das vollkommen sinnlos ist, das niemand wirklich wil (...)

32Il poursuit ainsi : « À partir de cet endroit, Berlin se transforme en une pierre – c’est la pétrification d’une ville jadis ouverte avec des milliers de possibles, une euphorie et un esprit positif21 ». L’oubli prescrit, au sens de Connerton, est donc pour l’auteur de cette colonne une des modalités de l’oubli répressif : on refuse une rupture historique afin de promouvoir un enjambement de la mémoire qui passerait directement de 1933 à 1990, ce qui est à la fois artificiel et peut revêtir un caractère réactionnaire. Il y a aussi une dimension de lutte des classes dans la façon dont ce journaliste met en récit la reconstruction du château : une décision du pouvoir contre ceux d’en bas, des instances de l’État contre les citoyens. Il parle de décideurs hautains « en boutons de manchettes qui ont du temps à perdre, et agissent aux dépens des contribuables22 » (Spiegel Online, 2015). Il y a bien sûr une forme de déni de la démocratie dans ce propos, car le Bundestag a voté très majoritairement en faveur du projet, ce que Diez nie en écrivant que personne ne soutient ce projet : « On peut observer comment un projet délirant que personne ne veut vraiment et que personne ne peut se payer, apparaît. C’est une pièce de théâtre de l’absurde23 » (Spiegel Online, 2015), comme si la gestion du patrimoine architectural était le fait des pouvoirs publics, coupés des citoyens.

Conclusion

33Les questions d’éthique sont depuis longtemps au cœur des réflexions sur les dynamiques patrimoniales. L’exemple du déboulonnage du Palais de la République pour reconstruire le château de Berlin à la place offre un laboratoire d’analyse des différents enjeux d’éthique politique dans le travail de configuration narrative du passé, de mise en récit d’un patrimoine donné pour lui faire raconter une histoire plutôt qu’une autre. Cet exemple est aussi un cas d’école pour comprendre comment les défenseurs du projet de reconstruction du château de Berlin se situent par rapport au patrimoine de l’autre, comment le projet de destruction peut instituer un patrimoine qui auparavant n’en était pas un, et, par conséquent, analyser en quoi une tentative de suppression du patrimoine représente une stratégie d’éradication du témoignage de la présence d’autrui. Cet exemple montre que les citoyens peuvent avoir voix au chapitre dans le phénomène de patrimonialisation en se revendiquant de l’éthique. Ils entendent faire reconnaître la légitimité de leur combat pour la sauvegarde de leur patrimoine en s’appuyant sur des arguments moraux de disparition d’une mémoire collective. Comme l’écrit Alain Bourdin : « Lorsqu’elle prend la forme d’un grand récit, l’histoire est matrice de sens pour le présent et lorsqu’elle se fait nostalgie elle devient discours sur ce qui manque au présent » (1996 : 10). Pour certains Berlinois de l’Est, le Palais de la République était porteur d’histoire, il incarnait leur expérience collective, leur façon de penser, de vivre, aujourd’hui révolue, mais qu’ils refusent d’oublier.

  • 24 Président de la République fédérale d’Allemagne de 2012 à 2017.
  • 25 « Die DDR hat das Schloss abgeschafft, nun wird im Schloss-Neubau die Abschaffung der DDR gefeiert. (...)

34Sur la page Facebook consacrée au château, un internaute a écrit, en réaction à un article sur une visite du président Gauck24 qui s’était rendu sur le chantier : « La RDA a supprimé le château, maintenant on célèbre avec la reconstruction du château la suppression de la RDA – une ironie de l’Histoire !25 ». Le Palais de la République a commencé bien après la fin de la RDA à personnifier l’utopie, l’espoir d’élaboration d’une alternative au système ouest-allemand, etc. Il a incarné la résistance par rapport à ce qui était perçu comme des tentatives pour faire table rase du passé. Entre le 26 janvier et le 10 mai 2005, l’artiste norvégien Lars Ramberg a ainsi installé sur le toit du Palais de la République les lettres du mot ZWEIFEL (doute en allemand) en néon de plus de six mètres de haut. Cette décision peut se lire comme une volonté de questionner la mise en récit proposée par les architectes du projet de reconstruction du château, qui, par l’activité narrative, ont cherché à donner un sens, à justifier leur projet architectural en le présentant comme une renaissance d’un patrimoine injustement détruit, preuve, s’il en est, que l’activité de raconter des histoires est intrinsèquement liée avec celle d’en construire la réception. La mise en récit (ici le récit de la continuité historique par delà la parenthèse du Palais de la République) devient un enjeu éthique dans le bras de fer entre l’État et un groupe de citoyens qui entend faire valoir une autre lecture du patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Adell, Nicolas (2011), « Le patrimoine, l’éthique, l’identité », La Ricerca Folklorica, no 64, p. 81-93.

Benjamin, Walter ([1940] 1995), « Paris, die Hauptstadt des XIX. Jahrhunderts », dans Walter Benjamin, Illuminationen. Ausgewählte Schriften 1, Frankfurt, Suhrkamp Taschenbuch.

Berliner Zeitung (2015a), « Diese roten Kabel sind Berlins modernste Klimaanlage », 1er septembre, [en ligne], http://www.bz-berlin.de/berlin/mitte/diese-roten-kabel-sind-berlins-modernste-klimaanlage (consulté le 10 juillet 2017).

Boddien, Wilhelm (von) et Helmut Engel (2000), Die Berliner Schlossdebatte, Pro und Contra, Berlin, Berlin Verlag Spitz.

Boisvert, Yves (2008), « Leçon d’éthique publique », Santé publique, vol. 20, no 4, p. 313-325.

Bourdin, Alain (1996), « Sur quoi fonder les politiques du patrimoine urbain ? Professionnels et citoyens face aux témoins du passé », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 72, no 1, p. 6-13.

Choay, Françoise (1992), L’Allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil.

Connerton Paul (2008), « Seven types of forgetting », Memory Studies, vol. 1, no 1, p. 59-71.

Debord, Guy ([1967] 1992), La société du spectacle, [en ligne], http://classiques.uqac.ca/contemporains/debord_guy/societe_du_spectacle/societe_du_spectacle.pdf (consulté le 27 octobre 2017).

Deuflhard, Emilie (2006), Volkspalast, Zwischen Aktivismus und Kunst, Berlin, Éditions Theater der Zeit.

Fabre, Daniel et Anna Luso (2010), Les monuments sont habités, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Fabre Daniel (1998), « Conclusion de la journée du 7 janvier », dans Jacques Le Golf (dir.), Patrimoine et passions identitaires, Paris, Fayard/Éditions du Patrimoine, p. 285-296.

Förderverein Berliner Schloss E.V. (2013), So weit sind wir jetzt: Das Berliner Schloss – Humboldt Forum ist im Bau, [en ligne], http://berliner-schloss.de/aktuelle-infos/wo-stehen-wir-heute-der-sachstand/ (consulté le 10 septembre 2015).

Hocquet, Marie (2012), « Les effets d’exclusion du geste destructeur : le cas du Palais de la République à Berlin », Ethnographies des pratiques patrimoniales : temporalités, territoires, communautés, no 24, [en ligne], http://www.ethnographiques.org/2012/Hocquet (consulté le 27 octobre 2017).

Le Goff Jacques (1998), « Conclusion », dans Jacques Le Goff (dir.), Patrimoine et passions identitaires, Fayard/Éditions du Patrimoine, Paris, p. 427-438.

Märkische Zeitung Online (2015), « Unterschriftenaktion für mehr Historie im Berliner Schloss », 24 août, [en ligne], https://www.rbb24.de/kultur/thema/stadtschloss-berlin/beitraege/gesellschaft-berliner-stadtschloss-will-mehr-historie.html, (consulté le 27 octobre 2017).

Matthey, Laurent (2014), Building up stories. Sur l’action urbanistique à l’heure de la société du spectacle intégré, Genève, A•Type éditions.

Nora, Pierre (1978), « La mémoire collective », dans Jacques Le Goff, Roger Chartier et Jacques Revel, La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL, p. 398-401.

Ricœur, Paul (2004), Parcours de la reconnaissance – Trois études, Stock, Paris.

Robin, Régine (2001), Berlin chantiers : essai sur les passés fragiles, Paris, Stock.

Süddeutsche Zeitung (2015), « Steinerne Schönheit an der Spree. Die Berliner Museumsinsel muss man nehmen, wie sie ist: als Sehnsuchtsort mitten in der Stadt », article de Verena Mayer, 29 août, [en ligne], http://www.sueddeutsche.de/reise/berlin-schoenheit-aus-stein-1.2622041 (consulté le 5 septembre 2015).

Tagesspiegel (2015), « Bürger besichtigen Berliner Stadtschloss. Humboldtforum: Arm, aber Schloss », article de Johannes Groschupf, 14 juin, [en ligne], http://www.tagesspiegel.de/berlin/buerger-besichtigen-berliner-stadtschloss-humboldtforum-arm-aber-schloss/11913328.html (consulté le 12 juillet 2015).

Spiegel Online (2015), « Anschlag auf die Sinne », article de Georg Diez, 5 juin, [en ligne], http://www.spiegel.de/kultur/gesellschaft/angela-merkel-und-das-stadtschloss-was-sie-gemein-haben-a-1037364.html (consulté le 7 septembre 2015).

Spiegel Online (2004), « Es war ein Verbrechen, den Palast der Republik nicht zu retten », article de Rem Koolhaas, 27 avril, [en ligne], http://www.spiegel.de/kultur/gesellschaft/interview-mit-architekt-koolhaas-es-war-ein-verbrechen-den-palast-der-republik-nicht-zu-retten-a-296828.html (consulté le 27 octobre 2017).

Wacjman, Gérard (1998), L’objet du siècle, Lagrasse, Éditions Verdier.

Haut de page

Notes

1 La CDU est l’Union chrétienne-démocrate (Christlich-demokratische Union), alliée à la CSU bavaroise, Union sociale démocrate (Christlich Soziale Union) ; le FDP, qui était alors leur partenaire dans la coalition gouvernementale, est le Parti des libéraux, Freie Demokratische Partei.

2 Le SPD, Sozialdemokratische Partei Deutschlands, est le Parti social-démocrate allemand, et Bündnis 90/Die Grünen est le Parti des Verts.

3 Le Palais de la République, qui avait été inauguré solennellement le 23 avril 1976 par le régime communiste, abritait à la fois le Parlement de la RDA, Volkskammer, ainsi qu’un lieu de création culturelle, une maison de la culture conçue sur le modèle des Volksheime préconisées par le mouvement ouvrier dès le milieu du XIXe siècle – et qui donneront des constructions diverses telles que le Centre Georges Pompidou à Paris ou le Kulturhuset à Stockholm, mais aussi aux Pays-Bas, en Belgique et bien sûr en Union soviétique. Il y a donc eu une utilisation à la fois artistique et politique.

4 « Als Deutschland sich vereinigte, wurde meiner Meinung nach die enorme Möglichkeit vergeben, gegenseitigen Respekt für die unterschiedlichen kulturellen und sozialen Bemühungen auf beiden Seiten zu zeigen. Ich bin noch immer sehr erschrocken über die geradezu aggressive Auslöschung ostdeutscher Bauten, besonders, wenn sie im Namen der Geschichte geschieht. Es ist doch absurd, wenn Historisches im Namen der Geschichte eliminiert wird » (toutes les traductions sont de l‘auteure).

5 Voir http://subbotnik.a.tu-berlin.de/cbm/sdr/ (consulté le 5 juillet 2015).

6 « Viele westdeutsche Politiker wollen die Auslöschung aller Zeichen der DDR-Ära aus der städtischen Landschaft, die unerwünschte Symbole einer, Abweichung in der Nachkriegsgeschichte Deutschlands repräsentieren ».

7 Cela serait toutefois à relativiser, car le Palais de la République a été détruit avec de l’argent public. De plus, c’est l’État qui finance le Humboldtforum qu’abritera le château.

8 « Bin zwar neugierig auf das Humbild-Forum, trauere aber trotzdem ein wenig dem Palast nach, einfach weil ich ihn mit so vielen schönen Erinnerungen verbinde. »

9 « Ein mutiges und ehrliches Bekenntnis, daß -menschlich gesehen- völlig nachvollziehbar ist. Sicher ist das hart einen geschichtsträchtigen Ort zu verlieren, besonders dann, wenn ein persönlicher Bezug zu ihm bestand (und in Erinnerungen fortbesteht). Vielleicht können Sie jetzt ermessen, wie es damals den Berlinern gegangen sein muß, als Ulbrichts Spreng-Kommandos in einem beispiellosen Akt der Kulturbarberei das Schloß - und mit ihm über 300 Jahre Stadtgeschichte - hinwegsprengte. Sie haben das Schloß nicht erlebt, deshalb trifft sie der Verlust des PDR sehr. Ich habe weder Schloß noch PDR erlebt, bin also emotional eher unbefangen; aus dieser Haltung heraus betrachte ich die Reko des Schlosses als eine Geste der Wiedergutmachung dem genius loci gegenüber […] » (Page Facebook Wiederaufbau Berliner Schloss, consultée le 11 septembre 2015).

10 « Steinerne Schönheit an der Spree. Die Berliner Museumsinsel muss man nehmen, wie sie ist: als Sehnsuchtsort mitten in der Stadt. »

11 « Die politische Debatte mit Ihrem ganzen Auf und Ab und Hin und Her, die jahrelang unsere Seiten füllte, ist abgeschlossen », dans Förderverein Berliner Schloss E.V. (2013).

12 « Gut 30 Jahre nach dem Mauerfall wird dann die letzte, große teilungsbedingte Lücke im Stadtbild Berlins geschlossen sein », dans Förderverein Berliner Schloss E.V. (2013).

13 « Das Schloss wird die Bürger mit dem Wiederaufbau der Stadt versöhnen, findet doch jeder nun seine bauliche Heimat im alt-neuen Berlin », dans Förderverein Berliner Schloss E.V. (2013).

14 « Er verstehe sich als einen “späten Mitarbeiter” der beiden Schlossbaumeister Andreas Schlüter und Eosander von Göthe. Es sei seine Aufgabe, im Auftrag des Bundestags die gewünschte moderne Architektur so zu gestalten, dass das Werk dieser großen Künstler nicht beschädigt oder gar übertrumpft werde », dans Förderverein Berliner Schloss E.V. (2013).

15 Le titre a été choisi en référence au mot de Klaus Wowereit, l’ancien maire de Berlin, sur sa ville « Pauvre, mais sexy ».

16 Voir Märkische Zeitung Online (2015), « Unterschriftenaktion für mehr Historie im Berliner Schloss ».

17 « Das Berliner Schloss ist mehr als nur Fassade! »

18 « Man muss sich ja mal erinnern: Hier wurde wirklich Gleiches mit Gleichem bezahlt. Die DDR riss das Hohenzollernschloss ab, das nur noch eine Ruine war, weil das alte Deutschland den Zweiten Weltkrieg verloren hatte. Und das neue Deutschland riss dann das Parlament der DDR ab, den Palast der Republik, weil die den Kalten Krieg verloren hatte ».

19 « Was aber dann passierte, war ein Akt der Demütigung, der Auslöschung, des Exorzismus. Seither schlägt hier das kalte Herz des Historismus ».

20 « Der Plan für dieses Schloss ist [...] in einer Zeit entstanden, in der der Reaktionär noch reaktionär war und auch noch wusste, was er tat - er wollte über den Riss des Judenmordes die Hand reichen zum alten, zum besseren, zum deutschen Deutschland […] Heute aber ist von diesem reaktionären Denken nur mehr die Geste geblieben, das traurige Pathos einer angehängten Barockfassade, eine Art Disney-Preußen ».

21 « Von diesem Ort aus verwandelt sich Berlin zu Stein – es ist die Petrifizierung einer einst offenen Stadt mit tausend Möglichkeiten und einer Euphorie, einem positiven Geist ».

22 « Ein paar Herren mit Manschettenknöpfen und zu viel Zeit (durften) ihr dünkelhaftes Hobby ausleben – auf Kosten der Steuerzahler ».

23 « Hier kann man sehen, […] wie etwas entsteht, das vollkommen sinnlos ist, das niemand wirklich will und sich niemand leisten kann: Es ist ein Stück absurdes Theater ».

24 Président de la République fédérale d’Allemagne de 2012 à 2017.

25 « Die DDR hat das Schloss abgeschafft, nun wird im Schloss-Neubau die Abschaffung der DDR gefeiert. - Eine Ironie der Geschichte! », commentaire de U. K (nous anonymisons).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Goudin , « Démolition du Palais de la République et reconstruction du château des Hohenzollern : quelle place pour les considérations d’éthique publique dans la gestion du patrimoine berlinois ? », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 2 | 2017, mis en ligne le 08 décembre 2017, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2966 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2966

Haut de page

Auteur

Elisa Goudin

Elisa Goudin, agrégée d’allemand (1999), docteur en études germaniques (doctorat soutenu en 2002 sur le thème « Les inflexions de la politique culturelle allemande suite à l’unification, à l’exemple de la ville de Leipzig », sous la direction de madame Saint Sauveur – Henn), diplômée de l’ENS de la rue d’Ulm et de l’Institut d’études politiques de Paris, est maître de conférences en civilisation allemande contemporaine à l’Université de Paris 3 - Sorbonne nouvelle depuis 2003 (département d’Études germaniques).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals