Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et politiques de la communication du patrimoine

Baliser la mémoire. Approche du devoir de mémoire à travers les monuments commémoratifs de Saint-Paul de La Réunion

Lucas Latchoumaya

Résumés

Le monument est une balise de repérage temporelle et géographique. Lieu de célébration du passé, il joue le rôle de médiateur entre le passé et le présent, comme un espace du souvenir et de la célébration, le monument est une expression d’une volonté. L’île de La Réunion n’échappe pas à cette volonté commémorative, comme partout en France, mais depuis une vingtaine d’années, on constate un désir de la population pour la mise en avant des mémoires locales. En étudiant les outils de commémoration dans l’île, grâce à la méthodologie de l’inventaire général du patrimoine, il se produit un glissement du symbolique au littéral, faisant du monument un objet politique qui construit physiquement une histoire collective.

Haut de page

Texte intégral

1Le monument est une balise physique de repérage temporelle et géographique. Les lieux de célébration du passé, les plus représentés en France sont ceux qui sont dédiés aux victimes de la Grande Guerre. Leur étude a été réalisée depuis les années 1980 (Prost, 1984). Ils jouent le rôle de médiateur entre le passé et le présent, comme un espace du souvenir et de la célébration. Mais le monument est aussi une expression d’une histoire par rapport aux autres histoires. Ainsi, si l’île de La Réunion n’échappe pas à la commémoration de ces « morts pour la France » comme cela se produit partout en France, on note un désir de la population pour des mémoires plus locales. Ainsi, en se penchant sur les commémorations dans l’île, on constate que les évènements récurrents sont nationaux tandis que les célébrations locales sont réduites à la célébration d’une date. Cependant, cette affirmation doit être nuancée, car l’on assiste aujourd’hui à une émergence des monuments commémorant des faits locaux pour la commune de Saint-Paul. La commune de Saint-Paul est le berceau du peuplement de La Réunion, c’est sur ses côtes que les premiers colons définitifs s’installent en 1663 et que l’administration coloniale portée par Étienne Regnault débarque en 1665 (Marek, 2010).

2À travers la méthodologie de l’inventaire général du patrimoine (Verdier, 2007), nous proposons de mettre en avant le traitement des histoires locales et nationales à travers ces « objets intentionnels » (Riegl, 2003) que sont les « monuments-messages » (Debray, 1999) de la commune Saint-Paul. Pour cet article, nous nous focalisons sur l’étude des trois familles principales : celle consacrée aux victimes de guerre, au peuplement et celle liée à l’esclavage. Pour cela, nous étudierons trois œuvres en particulier, le monument aux morts de la première Guerre mondiale de Saint-Paul inauguré en 1922, le Tricentenaire du peuplement de Bourbon, inauguré en 1965 et le mémorial des esclaves inauguré en 1999. Ces trois éléments, premiers de leur famille, marquent tous une étape importante de l’histoire nationale et locale.

3Objet du devoir de mémoire par définition, le monument commémoratif est utilisé comme outil idéologique dont l’usage est instrumentalisé dès lors qu’il n’a pas de lien avec l’histoire nationale.

4Pour cela, nous étudierons tout d’abord ces monuments, puis leur inauguration et enfin les pratiques qui les entourent.

Les monuments évocatoires de Saint-Paul

5La catégorie reine du corpus monumental est le monument aux morts. Ces édicules sont définis par Philippe Vergain (2013) comme des « monuments élevés en l’honneur des victimes d’un conflit ou d’une catastrophe ».

Répartition des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale

Répartition des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale
  • 1 Archives départementales de La Réunion (ADR) : 2 O 216 – Procès-verbal de la Séance ordinaire du co (...)
  • 2 ADR : 2 O 222 – Courrier du 13 février 1918 n°135.
  • 3 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du dimanche 3 mai 1 (...)
  • 4 Archives Municipales de Saint-Paul (AMSP) : Discours de Jules Palant.

6La commune de Saint-Paul compte cinq monuments aux morts de la Première Guerre mondiale, répondant tous à la forme « canonique » établie par Antoine Prost (1984) : stèle nue, dans un espace symbolique avec une formule consacrée au style dépouillé pour leur identification. Dès 1916, la question du devoir de mémoire des morts de la Grande Guerre se pose. Ainsi, lors du conseil municipal de Saint-Paul le 11 septembre 1916, le conseiller Lucas mentionne qu’elle a été abordée durant une séance du conseil général dès 1916, mais est renvoyée à l’après-guerre. Il propose que le conseil vote un budget de 3 000 francs pour l’érection d’un monument pour les morts saint-paulois1. Le maire Prémont demande alors l’autorisation au gouverneur Duprat de lever une souscription sous forme d’une loterie de 20 000 francs dont le produit servirait à sa construction ce qui lui est refusé2, soulevant la question du financement. Lors du conseil du 3 mai 1918, un autre conseiller demande que tous les Saint-Paulois participent à l’effort pour la mémoire des morts de la commune3. Saint-Paul peut bénéficier de la subvention accordée par la loi du 25 octobre 1919 pour l’érection des monuments aux morts en France, mais doit le financer elle-même, car comme le fait justement remarquer Jules Palant, la France est exsangue au sortir de la Guerre4.

Monument aux morts de la Première Guerre mondiale de Saint-Paul centre

Monument aux morts de la Première Guerre mondiale de Saint-Paul centre

7Le monument aux morts de Saint-Paul est surélevé par un socle en escalier délimité par une chaîne et coiffé d’une base hexagonale surmontée d’un obélisque. Il offre par cette forme deux aspects essentiels de la balise, marqueur temporel et physique. Sur chaque face de la base, on peut lire l’énumération des morts de Saint-Paul, excepté sur celle qui fait face à l’entrée de la place sur laquelle on peut lire la dédicace de la Saint-Paul à ses soldats qui brille de sobriété : « À ses valeureux fils morts pour la Patrie 1914-1918 Saint-Paul reconnaissant ». Cette dédicace est typique des monuments républicains (Fageol, 2014), car l’absence de qualificatif au dédicaçant tend vers l’abstraction, vers une épitaphe pour les soldats. La verticalité de l’œuvre peut être perçue comme l’objet intercesseur entre le monde des vivants et celui des morts. Ce sens explique l’usage d’un obélisque et non d’une colonne brisée traditionnellement associée à la mort des jeunes soldats. L’obélisque peut dans ce cas être un acte de finitude, sacrifice ultime de Saint-Paul à la France.

  • 5 Adresse du site : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

8Les autres plaques sont gravées des noms des 127 saint-paulois morts pour la France et sont organisées en fonction de leur quartier. Contrairement à ce que l’on aurait attendu d’un monument républicain, c’est-à-dire l’ordre alphabétique pour une plus grande égalité (Fageol, 2014), les noms sont inscrits sans ordre apparent, hormis la répartition par quartier. Ainsi, grâce au site Mémoires des hommes5, nous avons pu voir que sur la plaque consacrée à Saint-Paul-Centre et Saint-Gilles-les-bains, le premier nom à apparaitre est celui de Francisque Puylaurent, né le 29 mars 1894, mort en Champagne en 1915, tandis que le dernier est celui de Lucien Némorin, né 18 octobre 1895 et mort le 24 février 1918 dans le Var. Entre eux se trouve Charles Payet (troisième), né le 14 mars 1896 et tué le 5 juillet 1916 dans la Somme. Ces trois noms pris au hasard reflètent cette absence d’organisation.

9L’hommage des vivants à leurs morts ne s’exprime pas simplement par ce monument principal. Ainsi, un réseau de monuments couvre le territoire communal, au Guillaume, à Bois-de-Nèfles, à la Saline et à Saint-Gilles-les-Hauts.

Monument aux morts de Bellemène

Monument aux morts de Bellemène

Monument aux morts du Guillaume

Monument aux morts du Guillaume

10L’étude des monuments du Guillaume et de Bois-de-Nèfles a permis de montrer une volonté commémorative derrière le monument. Ainsi, les deux plaques sont en marbre gravées des noms des morts sur une partie rectangulaire, et d’une dédicace sur une demi-sphère. La typographie et l’aspect général des plaques sont les mêmes, révélant une production en série. Ces monuments sont marqués d’une couronne d’olivier.

Monument aux morts de Saint-Gilles-les-Hauts

Monument aux morts de Saint-Gilles-les-Hauts

Monument aux morts de la Saline

Monument aux morts de la Saline
  • 6 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du dimanche 3 mai 1 (...)
  • 7 Voir http://saintlouis.re/saint-louis/patrimoine

11La plaque de Saint-Gilles-les-Hauts a sans nul doute été remplacée. En effet, alors que les stèles des autres quartiers ont des fixations rongées par la rouille, celles de Saint-Gilles-les-Hauts sont neuves. Elle est soutenue par une saillie de la butte de terre. Le monument est composé d’une colonne surmontée d’une sphère et d’une plaque en marbre noir, gravée des noms des soldats du quartier morts durant la Grande Guerre, de deux palmes et d’une dédicace. Le monument aux morts de la Saline est différent des autres monuments de la commune. Il s’agit d’un petit pilier rectangulaire en pierre, sur lequel sont gravés sur du marbre les noms, une dédicace et une couronne de laurier qui complète l’ornementation. On constate que les deux monuments sont uniques comme pour distinguer ces quartiers qui souhaitent se séparer de Saint-Paul au début du XXe siècle6. Cependant, aucun élément ne permet de dater les monuments commémoratifs des quartiers. En élargissant le terrain à toute l’ile, on constate que Saint-Paul est une des rares communes à avoir plusieurs monuments commémorant ses poilus. Comme à Saint-Louis7, où le monument est l’expression de l’identité de quartier. En effet, le quartier de la rivière Saint-Louis possède une forte identité qui aboutit en 2016 à la création d’une commune à part entière (Ministère des Outre-Mer, 2017). Cette création intervient opportunément dans un contexte où la commune de Saint-Louis est en difficulté financière et politique.

12La formule est stéréotypée pour tout le réseau des monuments de quartier : « À la glorieuse mémoire des enfants de [nom du quartier] (St Paul) morts pour la patrie 1914-1918 ». Mais elles sont surtout différentes de celle employée pour le monument de Saint-Paul, sur lequel le qualificatif « valeureux » est remplacé par « glorieux », qualificatifs qui ne relèvent pas du même champ idéologique.

13Comme pour le monument principal, ceux des quartiers ne respectent ni l’ordre chronologique ni l’ordre alphabétique. Mais plus curieusement, en comparant les noms du monument de 1922 et ceux des quartiers on constate que des noms ne sont pas inscrits soit sur l’une ou sur l’autre des plaques. Ainsi, sur la plaque de Bois-de-Nèfles on compte 13 noms, et sur celle de Saint-Paul, 24 noms. Comment interpréter cette disparité pour un seul et même quartier, d’autant que c’est le monument de 1922 qui compte le plus de noms ? Cette question interpelle, mais reste sans réponse claire et amène une autre question qui concerne cette fois la sélection des noms apposés.

Monument commémoratif du tricentenaire du peuplement de Bourbon.

Monument commémoratif du tricentenaire du peuplement de Bourbon.
  • 8 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 3 octobre 1965.
  • 9 AMSP, Extrait du P.-V. des délibérations du 8 juillet 1965 « fêtes du tricentenaire – modernisation (...)
  • 10 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 3 octobre 1965.
  • 11 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 7 octobre 1965, « 1665-1965 Tricentenaire du peuplement de l’il (...)

14L’idée d’une célébration du tricentenaire du peuplement n’est pas nouvelle car elle est évoquée depuis 19638. Ainsi, la préparation de la célébration ouvre la mandature du maire Paul Julius Bénard élu en mars 1965. Le 8 juillet, le conseil municipal lance la création d’un « monument commémoratif », exprimé en tant que tel, dans le cadre des célébrations du tricentenaire du peuplement, le 3 octobre 19659. Son exécution n’est pas confiée au service municipal, mais au service des Ponts et Chaussées qui réalise cet édifice en moins de deux mois, délai qui est qualifié de « temps record » par le journal Le Progrès10, si l’on considère l’aménagement du quai Gilbert. La conception du monument est le fruit d’une collaboration entre le conservateur du Musée Léon Dierx, Henri Wacquiez et le cabinet Hellard11. À titre de comparaison, le monument aux morts de Saint-Paul a été réalisé entre 1918 et 1922, soit en quatre ans.

15Grâce à la collection photographique issue de la visite du ministre Jacquinot, nous pouvons comparer le monument initial à sa version actuelle. Ainsi, nous pouvons dire que malgré les efforts mis en œuvre pour son inauguration et l’importance idéologique que revêt cette commémoration, il est resté à l’abandon.

  • 12 Monument commémoratif, 1965. Photo conservée aux Archives départementales de La Réunion, Iconothèqu (...)

Monument commémoratif du tricentenaire du peuplement de La Réunion12

Monument commémoratif du tricentenaire du peuplement de La Réunion12
  • 13 ADR : 1PER100/4 – La Voix des Mascareignes, 7 octobre 1965, « Histoire du peuplement »
  • 14 ADR : 1 PER84/18 – La Démocratie, 23 septembre 1965, « Saint-Paul 65 »

16Le monument se compose de trois parties. À droite, on peut lire : « En l’an 1965 dans la baie de Saint-Paul débarquèrent Étienne Regnault premier commandant de l’île et ses vingt compagnons » et à gauche « Petite-Île Bourbon, sans cesse tendue vers la mère patrie et si éprise de l’amour d’elle qu’elle enivre tous ses enfants de cet amour », mots attribués à Joseph Bédier13, coupé par un bas-relief, représentant une frégate de l’époque de Colbert14. La première citation fait état d’un évènement historique reconnu par tous, la seconde est orientée. Ainsi, l’application de la grille de lecture des monuments de la Grande Guerre à celui-ci le place du côté des monuments patriotiques. Petite-Île Bourbon renvoie au nom monarchique de l’île, tandis que l’adjectif « petit » renforcé par le champ lexical maternel « enfant » pour l’île de La Réunion, « mère » pour la France, la place dans un rapport de soumission naturelle à l’autorité maternelle, appuyé par la répétition du mot « amour ».

  • 15 ADR : 1 PER84/18 – La Démocratie, 23 septembre 1965, « Saint-Paul 65 ».
  • 16 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 7 octobre 1965, « Histoire du peuplement ».

17Le bas-relief représente l’un des trois navires sur lesquels sont arrivés Regnault et ses hommes, le Taureau, l’Aigle blanc et la Vierge du Bon Port, et est la reproduction d’un bronze visible sur la statue de Mahé de Labourdonnais, à proximité de la Préfecture de La Réunion. Ce travail de l’ouvrier réunionnais, Marius Tintou, a été réalisé par la technique de surmoulage à La Réunion même par les Forges et Fonderies de Bourbon; les détails de ce bronze pesant 250 kg ont été sablés avec « délicatesse » par l’ouvrier lui-même. Une description plus précise, faite dans La Démocratie par Jacques Lougnon15 et dans l’Hebdo de Bourbon16, offre à voir un monument en béton gratté en arc de cercle, où reposent 24 pierres taillées représentant les 24 communes de l’île. Il ne reste aujourd’hui que le bronze et les 24 pierres basaltiques.

Mémorial des esclaves

Mémorial des esclaves
  • 17 ADR : 1PER94/347 – Journal de l’île, 21 décembre 1999, « Le protocole prend un coup de sabouk ».
  • 18 ADR : 1PER131//280 – Le Quotidien, 21 décembre 1999, « Le mémorial inauguré ».
  • 19 ADR : 1PER85/270 – Témoignages, 23 décembre 1999, « Que faisons-nous du 20 décembre ? ».

18Depuis la commémoration du 150anniversaire de l’abolition de l’esclavage le 20 décembre 1998, La Réunion a connu une vague de monuments liés à l’esclavage. À Saint-Paul, le premier commémorant l’émancipation, inauguré le 20 décembre 199917, est aussi le premier d’une série de quatre stèles réparties autour de l’île. L’idée est lancée en 1998, par l’ancien directeur du Fonds régional d’art contemporain, qui – sur avis favorable du Comité du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage – lance un appel financé par la région Réunion. À Saint-Paul, c’est l’œuvre d’Alain Padeau qui est choisie18. Il s’agit d’un collier en fer ouvert de 1,2 tonne, encadré par 192 noms d’esclaves. Ce monument est le fruit d’une réflexion symbolique sur les instruments de torture, d’où l’usage du fer comme matériau principal. Il ne s’agit pas d’une commande, car la réflexion autour du « collier » marque le travail de deux années19. L’autre mémorial est situé au cimetière marin où, en février 2007, la houle du cyclone Gamède s’engouffre dans le cimetière et grignote la plage de sable noir, permettant la découverte fortuite, de sépultures hors les murs, qui donne lieu à la première fouille archéologique de sauvetage (Bizot, 2007). L’absence de l’archéologie locale, maintes fois dénoncée, démontre ici son intérêt (Géraud, 2008). En 2009, au Sénat, Madame Gélita Hoarau, sénatrice du Parti communiste réunionnais de La Réunion, attire l’attention du ministre de la Culture sur ce manque (JO, 2009 : 2606) qui, en réponse, crée un service d’archéologie régionale en 2010 (JO, 2010 : 483). La recherche autour des sépultures du cimetière marin reprend en juin 2011, permettant la découverte d’une sépulture ayant des marqueurs la liant à l’esclavage et révélant un cimetière d’esclaves (Bizot, 2011).

Mémorial aux ancêtres – Zétwal la souvenans

Mémorial aux ancêtres – Zétwal la souvenans
  • 20 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 20 décembre 2013, « Saint-Paul, un mémorial pour les ancêtres  (...)
  • 21 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 17 décembre 2013, « Saint-Paul, du peuplement à la liberté ».

19Cette découverte est célébrée par le mémorial des esclaves dit « Mémorial aux ancêtres fondateurs » et en créole Zetwal la Souvenans, du sculpteur Jack Beng-Thi. Le lauréat d’un concours lancé par la mairie, en s’inspirant d’un poème de Derek Walcott rend indirectement hommage aux chercheurs qui ont œuvré à « rendre visible l’invisible ». Le mémorial est composé de 2 ensembles, de 20 plots en pierre, représentant des tombes20 au pied d’une structure en fer qui est l’élément principal. Cette structure semble gonfler comme une voile de bateau avec, côté montagne, un texte de l’artiste et, côté mer, un montage représentant des esclaves sur un navire négrier. La stèle mesure 3,80 mètres de haut sur 2 mètres de large21.

Faire naître le monument

  • 22 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du 4 août 1922.
  • 23 ADR : 1PER81/24 – Le Peuple, 17 aout 1922.
  • 24 ADR : 1PER81/24 – Le Peuple, 17 aout 1922.

20L’inauguration d’un monument est un moment solennel. Le premier monument aux morts de la Première Guerre mondiale de La Réunion est inauguré le 14 aout 1922 à Saint-Paul22. Le choix de cette date ne semble rien signifier de particulier, mais sa célébration interpelle avec celle de l’Assomption, semblant placer les morts sous la tutelle de la Vierge. Le journal Le Peuple, du 17 août 1922,23 décrit la cérémonie qui commence par l’accueil des officiels par le maire Achille Prémont à 8 heures à la gare de Saint-Paul. Parmi eux se trouve le gouverneur Estèbe, Mgr de Beaumont et le secrétaire général Cleret, le procureur général Douillet, Jules Palant, président de l’Association fraternelle des décorés, blessés et mutilés de la Grande Guerre. Ainsi, la figure centrale de cette inauguration est celle de l’ancien combattant représenté à la fois par l’évêque de Beaumont qui en plus de représenter l’Église est un ancien soldat combattant de la bataille de Verdun et par Jules Palant. Après un bref arrêt à la mairie, le cortège participe à la messe. Tous se rendent ensuite sur la place d’Armes où les discours du maire, de Jules Palant et du gouverneur Estèbe s’enchaînent. Dans son discours, le maire exalte la première commune à glorifier les créoles morts pour la Patrie et fait l’éloge de ses habitants et de « son pays » à travers un monument où « tout est saint-paulois », des matériaux issus du sol de la commune au concepteur, le conducteur des travaux Jurien Valentin, en passant par les ouvriers. Après ces discours, l’appel des morts et un dépôt de gerbes clôturent l’inauguration officielle vers midi, laissant place à la seconde partie des festivités. Cette cérémonie est typique des « communes de droite » en faisant référence au patriotisme et à la religion (Niess, 2003). À partir de là, les festivités prennent une tournure moins protocolaire avec un banquet de 500 personnes, qualifié « d’extra » et « d’incomparable »24.

  • 25 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 30 octobre 1965, « Programme des fêtes ».
  • 26 ADR : 1PER84/18 – La Démocratie, 5 octobre 1965, « Saint-Paul 65 ».
  • 27 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 7 septembre 1965, « Tricentenaire raciste avec l’argent des impôts d (...)

21La cérémonie d’inauguration du monument du tricentenaire du peuplement de l’Isle Bourbon est très documentée grâce à un reportage photographique réalisé durant la semaine de festivités et suivant le ministre d’État chargé des DOM-TOM, Louis Jacquinot. Ainsi, l’inscription de la commémoration dans la visite du ministre a permis une instrumentalisation des festivités au profit des départementalistes (Gagneur, 2015). En effet, la cérémonie a lieu sous la « haute présidence » du ministre25 et la présence de Michel Debré, ce qui place la manifestation comme le symbole de la fidélité de La Réunion à la France, d’une part, et au général de Gaulle, d’autre part (Gauvin, 1991). Ainsi, la référence à 1665 comme année de peuplement se justifie par l’installation dans l’île d’Étienne Regnault, mandaté par la Compagnie des Indes orientales pour établir une colonie. Jean-François Géraud dans un article sur le peuplement de Bourbon vu par les auteurs du XIVe siècle montre que pour eux, la date a plus une valeur symbolique et que c’est bien le processus de peuplement qui prime (Géraud, 2013). La célébration de la « fête du tricentenaire de l’île » qui est l’intitulé des festivités s’inscrit donc dans cette logique de construction d’une liaison historique entre la France métropole et la colonie, en sacrant la relation « d’amour filiale » avec la « Mère patrie ». L’inauguration du monument du tricentenaire est l’apogée de la célébration. On peut voir 10 bannières ainsi que la partie basse d’un « immense » drapeau tricolore26. Cette commémoration est jugée comme un « déni d’histoire » par le PCR, dont le projet politique repose sur l’autonomie. Il y voit une fête « raciste », une « manipulation historique » et une « opération politique raciste »27. En outre, le PCR donne 1663 comme date du peuplement car, pour eux, 1665 est l’installation du système colonial.

  • 28 ADR : 1PER94/347 – Journal de l’île, 21 décembre 1999, « Le protocole prend un coup de sabouk ».
  • 29 ADR : 1PER131//280 –Le Quotidien, 21 décembre 1999, « Le mémorial inauguré ».
  • 30 ADR : 1PER85/270 – Témoignages, 23 décembre 1999, « Que faisons-nous du 20 décembre ? ».

22L’inauguration du mémorial des esclaves en 1999 a été marquée par la prestation d’Alain Padeau. Ainsi, lors du discours du maire, l’artiste s’est livré à une « performance » en « [déchirant] sa chemise, [découpant] sa cravate à l’aide de ciseaux, [arrachant] le voile blanc recouvrant son œuvre avant d’aller se baigner dans l’océan28 » comme une défiance vis-à-vis du protocole. Le journal Le Quotidien remarque que le maire ne s’est pas offusqué de la prestation contrairement à son entourage, qui a été visiblement choqué29. Dans le journal Témoignages30, l’artiste explique avoir vendu une performance, l’ouverture progressive du collier, allégorie de la libération, et que les promesses d’aménagements faites pour l’inauguration n’ont pas été tenues, obligeant une inauguration réduite au minimum, participant à la confusion et au manque de solennité de la cérémonie. Plus solennelle, l’inauguration du mémorial Zetwal la souvenans a eu lieu le 19 décembre 2013, en ouverture des festivités en l’honneur de Saint-Paul, au même endroit que la découverte du cimetière d’esclaves, à environ 250 mètres de celle du tricentenaire.

  • 31 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 30 aout 1965, « Votre tricentenaire est une mascarade – I Les histor (...)
  • 32 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 31 aout 1965, « C’est le racisme qui pousse les fraudeurs à renier l (...)
  • 33 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 5octobre 1965, « Le tricentenaire raciste à Saint-Paul une farce gro (...)
  • 34 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 7 octobre 1965.
  • 35 Le dénombrement de ces articles n’étant pas le sujet initial, ce chiffre concerne uniquement les ar (...)
  • 36 AMSP : Extrait des délibérations du conseil municipal du 26 septembre 2013, Affaire CM130926008/350(...)
  • 37 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 20 décembre 2013, « Saint-Paul, un mémorial pour les ancêtres  (...)

23L’inauguration peut s’inscrire dans un cadre plus grand qu’elle-même. En 1965, les festivités du tricentenaire se déroulent dans un contexte d’affrontement politique entre les départementalistes emmenés par Michel Debré et les autonomistes du Parti communiste, cristallisé autour d’une crise sucrière qui frappe l’ile comme le montre le journal communiste. Cependant, il délaisse vite la crise sucrière pour un discours axé contre des festivités jugées trop onéreuses. Ainsi, le journal n’a de cesse dans une série d’articles – parus dans ses éditions des 20 et 30 aout 1965, dans toutes les éditions du mois de septembre et dans une partie des éditions du mois d’octobre – de critiquer la manifestation décriant une « mascarade », « falsifiée31 », « raciste32 » et « grotesque33 ». Le PCR dénonce avec virulence l’éviction de Louis Payen, et surtout de « l’héritage malgache des premiers colons » des cérémonies. Cette allégation est fausse, car en analysant la série 1PER pour l’année 1965, nous avons constaté deux choses. Premièrement, la date de 1663 n’est occultée par aucun journal. Ainsi, on trouve systématiquement une chronologie du peuplement issue du Que sais-je ? publié au mois d’avril 1965 et rédigé par André Scherer (directeur des archives), qui sert ainsi de base pour la célébration. De plus, la mise en scène du débarquement de Regnault à Saint-Paul montre Louis Payen. Payen fait même partie des grands hommes cités par Le Progrès dans son édition du 7 octobre34. L’acharnement du PCR contre cette manifestation instrumentalise alors la question sociale qui ne se lit qu’à travers le prisme du tricentenaire. Mais là où les journaux qualifiés de droite – Le Progrès en tête – ne publient que 2 articles, le journal communiste fait apparaître les mots « tricentenaire raciste » dans au moins 40 articles durant la période concernée35. Cet acharnement à remettre en cause la date de 1965 pour la commémoration montre une volonté d’appropriation des festivités par le PCR. Ce qui est chose faite lors de la célébration du 350e anniversaire du peuplement le 10 novembre 2013, quarante-huit ans après le tricentenaire, par la municipalité de Saint-Paul. En 2013, c’est donc 1663 qui est retenue comme point de départ du peuplement de Bourbon, succès du « référentiel unitaire sur la mémoire officielle » (Veschambre, 2009). Lors de ce 350e anniversaire, la place lo peplaz (place du Peuplement) est inaugurée36 à l’endroit où est installé le mémorial des esclaves. Cet anniversaire est l’occasion pour la municipalité de mettre en avant sa volonté de soutenir la recherche autour du peuplement primitif de l’ile. L’inauguration des deux monuments liés à l’esclavage, le mémorial des esclaves et Zetwal la souvenans, ont été inauguré au même moment, lors d’une fête du 20 décembre. Dans ce dernier cas, au 20 décembre s’ajoute la commémoration du cimetière d’esclaves et l’année du 350e anniversaire du peuplement. La municipalité a attendu la publication officielle du rapport de diagnostic pour faire du site un lieu de mémoire de l’esclavage à La Réunion37, affirmation de l’identité des défunts reflétant, d’une part, l’état des connaissances au moment de l’érection du monument et, d’autre part, une politique de patrimonialisation.

  • 38 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 30 octobre 1965.
  • 39 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 20 aout 1965. « Dans le cadre des fêtes du tricentenaire du 3 au 10 (...)
  • 40 ADR : 1PER82/43- Le Progrès, 3 octobre 1965.

24À l’inverse, l’inauguration du monument du tricentenaire s’inscrit dans le cadre d’une semaine de festivités se déroulant du 3 au 10 octobre 196538. Et pour l’occasion, un grand nombre de manifestations sont prévues. C’est lors du tricentenaire qu’ont lieu les premières semaines commerciales de l’île, à Saint-Denis et à Saint-Pierre39. Cette semaine commerciale est l’occasion d’une vente au comptant où les « foules joyeuses vont allégrement dépenser leur argent ». Pour attirer les consommateurs chez ces commerçants, des tickets de loterie permettant de gagner un voyage en métropole ou à Madagascar, une voiture et d’autres lots sont distribués pour chaque achat. L’objectif de cette semaine commerciale est de « limiter les achats à crédit » et de permettre aux commerçants participants de vider leurs stocks40 en créant une demande.

Faire vivre le monument commémoratif

  • 41 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du lundi 11 septemb (...)
  • 42 AMSP : Journal de l’ile de La Réunion, 12 novembre 2015, « le poilu de Mafate ».
  • 43 AMPS : Extrait des délibérations du conseil municipal du 25 aout 2016. Affaire CM20160825001/Commém (...)

25La seule présence d’un monument suffit à sanctuariser un espace. Le monument aux morts de Saint-Paul est érigé sur l’ancienne place d’Armes, conformément à la demande du conseiller municipal Lucas qui la juge « tout indiquée » pour accueillir ce monument41. Il y a donc bien une adéquation entre le choix de l’emplacement et le monument, entre la vocation militaire de la place d’Armes et celle d’honorer les soldats saint-paulois. Par ailleurs, il est intéressant de noter que le monument se situe presque à la même distance de la mairie (244 mètres) que de l’église paroissiale (240 mètres), renforçant ainsi son caractère républicain. Aujourd’hui, la place d’Armes porte le nom de place de l’Appel du 18 juin 1940. Cette laïcisation spatiale inspirée du monument aux morts de Saint-Paul n’est cependant pas totale, car la cérémonie d’inauguration est précédée d’une messe à la fin de laquelle Mgr de Beaumont fait un sermon sur le « thème religieux du sacrifice ». L’approche topographique montre qu’ils s’attirent par thématique. Depuis le début du centenaire de la Grande Guerre, deux monuments ont été inaugurés dans le square de l’appel du 18 juin 1940, le statut du « poilu de Mafate »42 et le « mémorial de Verdun »43. Contrairement à ces monuments récents, un réseau de monuments est dispersé sur tout le territoire et ne répond pas à une approche systématique d’emplacement. Les espaces d’érection sont différents selon le quartier, mais coïncident avec le schéma d’implantation des monuments en France, sur les places des mairies, des églises ou dans des lieux de passage au centre du village (Prost, 1984).

Répartition des monuments par emplacement

Quartier

Emplacement

Saint-Paul

Place d’Armes et place de l’Appel du 18 juin 1940

Saint-Gilles-les-Hauts

Place de l’Église et place du 8 mai 1945

Bois-de-Nèfles

Place de la Mairie et place de l’Église

Saline

Square Célimène Gaudieux

Le Guillaume

Place de l’Église

  • 44 Archives de l’évêché de Saint-Denis : dossier de la paroisse de Sainte-Thérèse d’Avila. Note histor (...)
  • 45 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du 1er juin 1917.

26La surreprésentation des places des églises (3) par rapport à celles des mairies et des squares s’explique par l’absence de mairies annexes dans tous ces espaces et la nécessité d’ancrage des monuments dans des lieux de passage. En l’absence d’édifice civique, les monuments sont proches de l’autre centre qu’est l’église et l’on peut sans peine imaginer la récupération du monument par les paroisses recouvrant leur rôle séculier. Le cas de la Saline est intéressant, car c’est le seul à ne se trouver ni sur la place d’une église érigée en mai 186344, ni sur celle de la mairie, créée en 191645, mais dans le square Célimène Gaudieux, à environ 500 mètres de l’église et 220 mètres de la mairie et de l’usine sucrière. Cette proximité renvoie au centre le plus important et le plus proche. L’usine de Vue-Belle organisait son espace jusqu’à sa fermeture dans les années 1970. Seul centre d’activité économique du secteur, le monument répond donc à une règle du passage, car le square se trouve sur l’unique route d’accès à l’usine. Le positionnement du monument de Saint-Paul, à mi-chemin entre la mairie et l’église, le place dans une position neutre, mais la surreprésentation des places des églises qui accueillent les autres monuments dans les quartiers de la commune replace de fait la commémoration dans le domaine du sacré.

  • 46 AMSP, Extrait du procès-verbal des délibérations du 8 juillet 1965 « fêtes du tricentenaire – moder (...)
  • 47 ADR : 1PER 131/445 – Le Quotidien, 23 juin 2011, « Un « cimetière d’esclaves » sous le parking ».

27Le mémorial du tricentenaire du peuplement de Bourbon est situé sur le front de mer de Saint-Paul. Ce lieu est clairement un choix de mettre en avant le monument, car l’aménagement du quai Gilbert (Marek, 2010) a été réalisé spécialement pour la célébration du tricentenaire46. Les localisations de ce mémorial et de la place de 2013 font écho à l’ancien espace occupé par les sociétés de marines, comme point d’entrée maritime dans la colonie. Ce regard vers la mer se retrouve dans l’autre mémorial Zetwal la Souvenans, qui est situé aux abords du cimetière marin de Saint-Paul, où le sentiment d’avoir écrit l’histoire lors de la découverte du cimetière d’esclave de Saint-Paul impose à la municipalité de revoir le projet d’aménagement d’un stationnement pour la conception d’un mémorial47.

  • 48 ADR : 1PER81/24 – Le Peuple, 17 aout 1922.
  • 49 ADR : 1PER100/4 – La Voix des Mascareignes, 30 septembre 1965. « Programme ».
  • 50 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 7 octobre 1965, « 1665-1965. Tricentenaire du peuplement de l’î (...)
  • 51 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 16 septembre 1965, « Le père Barassin dans son livre est formel ».

28La sacralité des monuments se fait aussi par la célébration d’une cérémonie religieuse. Ainsi lors de l’inauguration du monument aux morts de Saint-Paul, après avoir quitté la mairie, le maire et ses invités se rendent à l’église paroissiale pour une messe solennelle célébrée par l’évêque qui exprime le souhait de voir l’Union sacrée se perpétuer48, avant de se rendre à la cérémonie officielle sur la place d’Armes, 250 mètres plus loin. Par ce discours, l’évêque entretient une relation entre la politique et la religion qui n’est plus d’actualité depuis la loi de séparation des Églises et de l’État. Cette appropriation du souvenir par l’autorité religieuse, bien que dérogeant à la législation sur la séparation des Églises et de l’État (Légifrance, 1980), est encore acceptable dans les années 1920 dans une société où l’Église catholique est le principal lien des différentes composantes de la société réunionnaise (Eve, 2005). À l’inverse, le recours à la cérémonie religieuse ne s’explique pas pour les festivités du tricentenaire. En effet, dans le programme officiel des célébrations, deux messes sont organisées à Saint-Paul le 3 octobre et à Saint-Denis le 10 octobre 196549. Faisant fi du principe de laïcité le monument est béni par le vicaire général Montrouge50 comme pour appuyer le caractère sacré du lien qui unit l’île à la métropole. Si elle est tolérée à la fin de la Grande Guerre, la bénédiction d’un monument non religieux ne peut être qu’une pratique d’un autre temps au service d’un discours politique. C’est pour cela que Témoignages s’interroge sur l’implication de l’Église dans une « manifestation politique »51. Cette collusion entre l’Église et les gouvernants durant la IVe République et le début de la Ve explique la présence du vicaire à l’inauguration. Cette présence se justifie aussi par le contexte politique d’affrontement entre les départementalistes et les autonomistes et où « être chrétien, c’est être français » (Eve, 2005).

  • 52 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 20 décembre 2013, « Saint-Paul, un mémorial pour les ancêtres  (...)

29Dans un processus de laïcisation des monuments, le Mémorial des esclaves et Zetwal la Souvenans n’ont pas eu de cérémonie religieuse et sont admirés pour leur qualité esthétique autant que pour leur signification, car la réflexion autour de ces œuvres est artistique. Cette idée d’une abstraction du monument est appuyée par la députée-maire qui souhaite par cet élément enrichir le patrimoine de La Réunion52.

30Si la vocation commémorative des monuments est bien présente au moment de leur création, le processus de mise en œuvre du souvenir est absent. En effet, sur les trois éléments considérés ici, seul celui de la Grande Guerre fait l’objet de cérémonies à l’occasion des célébrations de la fin de la guerre. Pour ce qui est du Mémorial des esclaves, il n’est pas le lieu de célébration privilégié. Depuis 2013, c’est le site de Zetwal la Souvenans, qui est le lieu du 10 mai célébrant la fin de l’esclavage. Enfin, la dégradation du Monument du tricentenaire est pour le moins explicite quant à la place que cette célébration a prise dans le paysage commémoratif réunionnais. Expression de lutte politique, son utilisation n’a plus été nécessaire dès lors que la reconnaissance de l’histoire locale n’est plus un outil idéologique en 1981, avec la reconnaissance du 20 décembre comme jour férié (Légifrance, 1983).

31En définitive, la présente étude a permis de dresser un inventaire de la commune. La pluralité des évènements commémorés permet de montrer le potentiel patrimonial de la commune, tandis qu’une approche plus ciblée sur trois familles a permis de montrer les moyens et les limites du devoir de mémoire.

32Ainsi, entre la notion d’universalité du patrimoine cristallisée dans les monuments et les pratiques qui les entourent, le devoir commémoratif s’efface au profit d’enjeux de légitimité historique. Pour ne reprendre que l’exemple du peuplement, la date, la forme, et les moyens de commémorer sont des choix politiques. Cependant, avec l’émergence des mémoires locales, la part des commémorations va crescendo dans l’espace public, de par la place de plus en plus importante qui leur est faite. Que l’on commémore un évènement historique local, où le modèle de cérémonie reste le même, avec le recours à la religion est source de légitimité.

33Point de repère topographique, les monuments commémoratifs en attirent d’autres, qu’ils soient pour le même évènement ou non. Ainsi, l’on peut remettre en question les prérogatives qui président l’érection des monuments : en érige-t-on un sur un espace ou construit-on une place pour le monument ? De la place d’Armes, symboliquement rattachée à la fonction militaire, au cimetière marin, espace de découverte archéologique, il y a un glissement du symbolique au littéral. Commémorer un évènement fait du monument un objet politique qui construit physiquement une histoire collective.

Haut de page

Bibliographie

Bizot, Bruno (2007), « Saint-Paul, La Réunion, Cimetière-Marin, Fouille de sauvetage et d’évaluation », Revue pour Tous, p. 20.

Bizot, Bruno (2011), Rapport de fouille : Saint-Paul Réunion Cimetière Marin diagnostic archéologique, Saint-Denis, s.n.

Debray, Régis (1999), « Trace, forme ou message ? », Les cahiers de médiologie, no 7, p. 27-44, Paris, Fayard.

Eve, Prosper (2005), La Laïcité en terre réunionnaise. Origines et originalités, Saint-André, Océan Édition.

Fageol, Pierre-Éric (2014), Les monuments aux morts à La Réunion durant l'entre-deux-guerres, Grand séminaire de l'océan Indien, septembre 2013, Saint-Denis, Réunion. EPICA, p.15-40.

Gagneur, David (2015), Michel Debré et les fêtes du Tricentenaire du peuplement de La Réunion (3-10 ocotbre 1965) : l'histoire politique par l'image, [en ligne], https://www.canal-u.tv/video/universite_de_la_reunion_sun/michel_debre_et_les_fetes_du_tricentenaire_du_peuplement_de_la_reunion_3_10_octobre_1965_l_histoire_politique_par_l_image.13352 (consulté le 31 octobre 2017).

Gauvin, Gilles (1991). « Un parlementaire de l'île de La Réunion : Michel Debré (1963-1967) », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 86, no 324, p. 259-291

Géraud, Jean-François (2008), Archéologie(s) réunionnaise(s), Saint-Denis, CRESOI.

Géraud, Jean-François (2013), Le premier peuplement de Bourbon vue par les auteurs du XIXème siècle, Saint-denis, s.n.

Journal officiel (2009), Question orale no 0716S de Mme Gélita Hoarau (La Réunion – CRC-SPG) publiée dans le JO Sénat du 12/11/2009, p. 2606, « Mise en place d'un service régional d'archéologie à La Réunion », 13e législature, [en ligne], http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ09110716S.html (consulté le 31 octobre 2017).

Journal officiel (2010), Réponse du ministère de la Culture et de la Communication publiée dans le JO Sénat du 27/01/2010, p. 483, « Mise en place d'un service régional d'archéologie à La Réunion », 13e législature, [en ligne], http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ09110716S.html (consulté le 31 octobre 2017).

Légifrance (1980), Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l'État, article 43, version en vigueur du 11 décembre 1905 au 9 juillet 1980, [en ligne], https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000508749&dateTexte=19800709 (consulté le 31 octobre 2017).

Légifrance (1983), Loi n° 83-550 du 30 juin 1983 relative à la commémoration de l'abolition de l'esclavage (1), [en ligne], https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000692257&dateTexte=20170301 (consulté le 31 octobre 2017).

Marek, Bernard (2010), Histoire de Saint-Paul de La Réunion depuis 1663, Saint-André, Océan Editions.

Ministère des Armées, Mémoire des hommes, [en ligne], http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ (consulté le 31 octobre 2017).

Ministère des Outre-Mer (2017), Création de La Rivière, 25e commune de La Réunion, [en ligne], http://www.outre-mer.gouv.fr/cp-ericka-bareigts-creation-de-la-la-riviere-25e-commune-de-la-reunion (consulté le 31 octobre 2017).

Niess, Alexandre (2003), « Monuments aux morts et politique : l'exemple marnais », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 4, no 212, p. 17-31.

Prost, Antoine (1984), « Les monuments aux morts », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire – Tome I : La République, Paris, Gallimard, p. 195-225.

Riegl, Aloïs (2003), Le culte moderne des monuments, sa nature, son origine, Paris, L’Harmattan.

Verdier, Hélène (2007), Principes, méthode et conduite de l'inventaire général du patrimoine culturel, Paris, Édition du Patrimoine.

Vergain, Philippe (2013) Thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés, Paris, Éditions du patrimoine.

Veschambre, Vincent (2009), « Entre luttes identitaires et instrumentalisation consensuelle », Géographie et cultures, no 72, p. 63-79, [en ligne], https://gc.revues.org/2230 consulté le 31 octobre 2017).

Haut de page

Notes

1 Archives départementales de La Réunion (ADR) : 2 O 216 – Procès-verbal de la Séance ordinaire du conseil municipale de Saint-Paul du lundi 11 septembre 1916.

2 ADR : 2 O 222 – Courrier du 13 février 1918 n°135.

3 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du dimanche 3 mai 1918.

4 Archives Municipales de Saint-Paul (AMSP) : Discours de Jules Palant.

5 Adresse du site : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

6 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du dimanche 3 mai 1918.

7 Voir http://saintlouis.re/saint-louis/patrimoine

8 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 3 octobre 1965.

9 AMSP, Extrait du P.-V. des délibérations du 8 juillet 1965 « fêtes du tricentenaire – modernisation de places et rues ».

10 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 3 octobre 1965.

11 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 7 octobre 1965, « 1665-1965 Tricentenaire du peuplement de l’ile Bourbon ».

12 Monument commémoratif, 1965. Photo conservée aux Archives départementales de La Réunion, Iconothèque historique de l’océan Indien. Fiche N°13FI47.

13 ADR : 1PER100/4 – La Voix des Mascareignes, 7 octobre 1965, « Histoire du peuplement »

14 ADR : 1 PER84/18 – La Démocratie, 23 septembre 1965, « Saint-Paul 65 »

15 ADR : 1 PER84/18 – La Démocratie, 23 septembre 1965, « Saint-Paul 65 ».

16 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 7 octobre 1965, « Histoire du peuplement ».

17 ADR : 1PER94/347 – Journal de l’île, 21 décembre 1999, « Le protocole prend un coup de sabouk ».

18 ADR : 1PER131//280 – Le Quotidien, 21 décembre 1999, « Le mémorial inauguré ».

19 ADR : 1PER85/270 – Témoignages, 23 décembre 1999, « Que faisons-nous du 20 décembre ? ».

20 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 20 décembre 2013, « Saint-Paul, un mémorial pour les ancêtres ».

21 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 17 décembre 2013, « Saint-Paul, du peuplement à la liberté ».

22 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du 4 août 1922.

23 ADR : 1PER81/24 – Le Peuple, 17 aout 1922.

24 ADR : 1PER81/24 – Le Peuple, 17 aout 1922.

25 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 30 octobre 1965, « Programme des fêtes ».

26 ADR : 1PER84/18 – La Démocratie, 5 octobre 1965, « Saint-Paul 65 ».

27 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 7 septembre 1965, « Tricentenaire raciste avec l’argent des impôts des travailleurs ».

28 ADR : 1PER94/347 – Journal de l’île, 21 décembre 1999, « Le protocole prend un coup de sabouk ».

29 ADR : 1PER131//280 –Le Quotidien, 21 décembre 1999, « Le mémorial inauguré ».

30 ADR : 1PER85/270 – Témoignages, 23 décembre 1999, « Que faisons-nous du 20 décembre ? ».

31 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 30 aout 1965, « Votre tricentenaire est une mascarade – I Les historiens sont unanimes ».

32 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 31 aout 1965, « C’est le racisme qui pousse les fraudeurs à renier le 12 premiers occupant du sol réunionnais ».

33 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 5octobre 1965, « Le tricentenaire raciste à Saint-Paul une farce grotesque, un échec lamentable sur tous les plans ».

34 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 7 octobre 1965.

35 Le dénombrement de ces articles n’étant pas le sujet initial, ce chiffre concerne uniquement les articles dépouillés.

36 AMSP : Extrait des délibérations du conseil municipal du 26 septembre 2013, Affaire CM130926008/350e anniversaire du peuplement – Programme.

37 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 20 décembre 2013, « Saint-Paul, un mémorial pour les ancêtres ».

38 ADR : 1PER82/43 – Le Progrès, 30 octobre 1965.

39 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 20 aout 1965. « Dans le cadre des fêtes du tricentenaire du 3 au 10 octobre semaine commerciale organisée par le syndicat des commerçants ».

40 ADR : 1PER82/43- Le Progrès, 3 octobre 1965.

41 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du lundi 11 septembre 1916.

42 AMSP : Journal de l’ile de La Réunion, 12 novembre 2015, « le poilu de Mafate ».

43 AMPS : Extrait des délibérations du conseil municipal du 25 aout 2016. Affaire CM20160825001/Commémoration du centenaire de la bataille de Verdun / Réalisation d’une stèle.

44 Archives de l’évêché de Saint-Denis : dossier de la paroisse de Sainte-Thérèse d’Avila. Note historique du Père Meerssemet, Article XI; Erection de La Saline en Paroisse distincte.

45 ADR : 2 O 216 – P.-V. de la Séance ordinaire du conseil municipal de Saint-Paul du 1er juin 1917.

46 AMSP, Extrait du procès-verbal des délibérations du 8 juillet 1965 « fêtes du tricentenaire – modernisation de places et rues ».

47 ADR : 1PER 131/445 – Le Quotidien, 23 juin 2011, « Un « cimetière d’esclaves » sous le parking ».

48 ADR : 1PER81/24 – Le Peuple, 17 aout 1922.

49 ADR : 1PER100/4 – La Voix des Mascareignes, 30 septembre 1965. « Programme ».

50 ADR : 1PER101/1 – Hebdo de Bourbon, 7 octobre 1965, « 1665-1965. Tricentenaire du peuplement de l’île Bourbon ».

51 ADR : 1PER85/14 – Témoignages, 16 septembre 1965, « Le père Barassin dans son livre est formel ».

52 ADR : 1PER94/515 – Journal de l’île, 20 décembre 2013, « Saint-Paul, un mémorial pour les ancêtres ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Répartition des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-1.png
Fichier image/png, 411k
Titre Monument aux morts de la Première Guerre mondiale de Saint-Paul centre
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Monument aux morts de Bellemène
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Monument aux morts du Guillaume
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Monument aux morts de Saint-Gilles-les-Hauts
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Monument aux morts de la Saline
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Monument commémoratif du tricentenaire du peuplement de Bourbon.
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Monument commémoratif du tricentenaire du peuplement de La Réunion12
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Mémorial des esclaves
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Mémorial aux ancêtres – Zétwal la souvenans
URL http://journals.openedition.org/ethiquepublique/docannexe/image/2987/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Latchoumaya , « Baliser la mémoire. Approche du devoir de mémoire à travers les monuments commémoratifs de Saint-Paul de La Réunion », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 2 | 2017, mis en ligne le 08 décembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2987 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2987

Haut de page

Auteur

Lucas Latchoumaya

Lucas Latchoumaya est doctorant en histoire au laboratoire Océan Indien Espaces et Sociétés (OIES). Pour ce travail de recherche, il bénéficie d’une Convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) au sein de la cellule Patrimoine culturel/Label Ville d’art et d’histoire de la Mairie de Saint-Paul. Ses activités de recherche, pour la collectivité, consistent à recenser et à étudier les patrimoines du territoire, où il effectue principalement un inventaire thématique du patrimoine de la Commune de Saint-Paul (île de La Réunion), à travers trois entrées, politique, religieuse et industrielle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals