Navigation – Plan du site
Réalités et enjeux sur le plan de la pratique professionnelle

Éthique et patrimoine scientifique : Regards sur l’évolution des musées de sciences et technologies

Bernard Schiele

Résumés

Cet article examine les changements qu’ont connus les musées de sciences et de technologies (MST) et tente de cerner leur évolution future à partir des tendances que l’on peut observer aujourd’hui. Les changements qu’ont connus les MST sont en bonne partie portés par des transformations politiques et sociales qui commandent à la fois de nouvelles manières de définir, de construire et de préserver le patrimoine scientifique, et de nouvelles manières de communiquer ce patrimoine. Ces transformations sociales et politiques qui exercent une influence certaine sur les institutions culturelles renvoient plus fondamentalement à des enjeux d’éthique publique et notamment à des questions d’accessibilité des sciences et du patrimoine scientifique. En portant un regard critique sur les MST en Europe et en Amérique du Nord, cet article définit cinq phases historiques de développement des musées qui correspondent avec cinq perspectives sur l’accessibilité des sciences. Ces différentes phases illustrent par ailleurs la grande diversité des enjeux normatifs qui traversent les institutions du patrimoine scientifique et technique.

Haut de page

Texte intégral

1Par définition, un musée de sciences et de technologies (MST) est un musée consacré à la science. Si une telle définition permet aisément de distinguer les MST des musées d’art ou des musées d’histoire, la délimitation des frontières institutionnelles est moins aisée pour opérer une distinction avec les zoos, les aquariums, les planétariums, les observatoires, les conservatoires, les jardins botaniques, les arboretums, les parcs naturels, les centres d’expositions, sans oublier les space centers, les musées du transport, les musées du chemin de fer, etc., autant de lieux qui ont tous pour dénominateur commun soit la diffusion de la connaissance scientifique, soit celle des applications technologiques, soit les deux à la fois. Par ailleurs, les musées de société et notamment, les musées d’ethnologie s’intéressent également aux sciences et aux technologies, notamment par le truchement de leurs collections sur les rapports entre l’homme et son environnement. La muséographie ethnologique consacre une grande place aux techniques dans le développement des cultures et des sociétés.

2Bien que les frontières ne soient pas très étanches, pour les besoins de cet article, nous définirons les MST comme des musées essentiellement fondés sur une collection ou sur une activité de communication de nature scientifique. Parmi les MST, on compte généralement les musées des sciences et des technologies, voués à l’histoire des sciences et techniques, les musées d’histoire naturelle et les centres de science. Les institutions du patrimoine et de la culture scientifique sont par conséquent dédiées au collectionnement et/ou à la communication d’un savoir et d’un patrimoine scientifique. La pensée de Jorge Wagensberg traduit bien les attentes sociales qui se sont développées à l’égard des MST. Wagensberg écrit, le MST

  • 1 Toutes les traductions sont de l’auteur.

[…] est un espace dédié à la production de stimuli, pour n’importe quel citoyen, quel qu’il soit, au profit du savoir scientifique, de la méthode scientifique et de l’opinion scientifique, laquelle est réalisée principalement par le recours à la réalité (objets et phénomènes vrais) en conversation avec elle-même et avec les visiteurs1 (2006 : 26).

3Cette définition généralement acceptée aujourd’hui pour définir la nature et le rôle d’un MST n’est pas sans susciter certaines questions sur le plan éthique. Notamment de quelle conversation s’agit-il ? Pour Sharon Macdonald (2001 : 5), dans l’esprit de Tony Bennett (1995) et de Michel Foucault (1970 et 1977), les « musées peuvent être considérés comme des technologies culturelles qui définissent certains types de savoirs (et certains savoirs comme “savoir” ou “science”) et certains types de publics ». Autrement dit, il ne s’agit pas seulement de vouloir couvrir un domaine du savoir – le champ scientifique –, ni de se cantonner à une forme de diffusion de ce savoir – la diffusion informelle –, ni non plus à une modalité de celle-ci – offrir des stimuli, comme le soutient Wagensberg –, mais de comprendre comment une institution – les MST – met en scène un savoir. Car, toujours pour Macdonald : « il ne s’agit pas que de mettre la science en exposition, mais bien de créer une certaine science pour le public et ainsi de la légitimer en lui conférant [un] imprimatur ». Autrement dit, de quoi est-il question dans la conversation lancée par les MST ?

4Les stratégies de médiation adoptées par les MST font fond sur l’évolution des relations science/société, comme cela a déjà été rappelé. Ainsi, lorsque les sociétés occidentales ont vécu des changements sociaux et culturels profonds au cours des années 1970, ceux-ci se sont manifestés dans le champ muséal par une revendication de démocratisation, laquelle, à terme, a conduit à une transformation radicale des relations entre musée et visiteurs. Rappelons au passage quelques-uns des facteurs qui ont provoqué un tel changement : l’élévation du niveau de scolarité, celle du niveau de vie, le mouvement d’urbanisation de la société moderne, le développement des technologies de communication, la montée du tourisme de masse (Hobsbawm, 2004), et, à partir des années 1990 la poussée du mouvement néolibéral (Landry et Schiele, 2013 ; Paquette, 2009). De même, lorsque le Select Committee de la Chambre des Lords (2000 : 1) déclare dans son rapport « que la relation entre la société avec la science est entrée dans une phase critique », il fait état d’une « d’une crise de confiance » en Angleterre qui touche la société tout entière, un état d’esprit collectif dont les MST ne peuvent faire abstraction, et auquel, surtout, ils doivent faire face quotidiennement dans leurs relations avec les visiteurs. Car les musées ne vivent pas en vase clos : lorsque la société change, ils changent aussi. Et même si les contraintes que la société exerce sont habituellement diffuses et indirectes, elles n’en sont pas moins effectives.

5Afin de bien saisir les enjeux d’éthique publique qui se dressent à travers les dispositifs de représentation et de médiation du patrimoine scientifique dans les MST, le présent article propose un regard critique sur l’histoire de cette institution. Nous partons de l’hypothèse que l’histoire des MST est révélatrice de l’évolution des rapports entre science et société, mais qu’elle est aussi à même de faire émerger les ambivalences et les paradoxes des réponses et des pistes de solution proposées par les MST dans l’articulation des rapports entre science et société. Ce texte propose d’illustrer les enjeux d’éthique et d’éthique professionnelle qui s’imposent notamment à ceux qui se proposent de communiquer la science et le patrimoine scientifique au sein de ces institutions. Afin de dégager les éléments essentiels à cette réflexion, cet article propose de s’interroger sur trois éléments, à savoir : les dispositifs successifs de présentation des sciences au public, les modes de médiation utilisés et les représentations de la science qui découlent de ces dispositifs muséaux et patrimoniaux.

Développement des MST et accessibilité du patrimoine scientifique et technique : perspective historique et éthique

6Nous découpons le mouvement d’évolution des musées de sciences en quatre phases principales. La première phase est caractérisée par l’histoire de la technologie, la seconde et la troisième par l’accent mis sur les sciences contemporaines, et la quatrième par les interactions science-société. La cinquième phase est celle qui se dessine actuellement. Elle sera traitée séparément (infra). Chacune de ces phases reflète de nouvelles questions et de nouveaux défis pour les MST qui se traduisent par de nouvelles approches de médiation et de communication du patrimoine scientifique. Sur le plan éthique, ces différences correspondent également à différents idéaux sociaux de l’accessibilité des sciences.

Une première phase : l’accessibilité des objets techniques

7Cette phase débute avec la création du London Science Museum en 1857 dont la collection est constituée à partir du legs de la Great Exhibition de Londres (1851). À l’instar du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Paris, fondé en 1794 et installé en 1799 au Prieuré de Saint-Martin-des-Champs, où il se trouve toujours, le London Science Museum à l’époque « était d’abord et avant tout voué à l’enseignement des principes de base aux enseignants et aux ouvriers qualifiés. Les collections de cette institution d’enseignement avaient été constituées à cette fin » (Hudson, 1988 : 91).

8À l’époque, l’enrichissement de la collection et sa mise en valeur primaient. Les musées exposaient leurs collections, et le public s’y rendait pour les voir et les admirer. On attendait des objets remarquables présentés au public, un effet d’exemple, de formation et ultimement d’élévation de l’esprit. Ainsi à l’origine, la collection du CNAM était constituée d’instruments scientifiques, alors que celle du London Science Museum, plus disparate, regroupait des objets techniques, industriels et artistiques. Dans ces musées, l’accent était mis sur les techniques plus que sur la science. Celle-ci, pour le rappeler, qui était jusqu’alors restée l’apanage des amateurs éclairés, commençait à se professionnaliser, la recherche migrant dès lors dans les universités, les académies et les musées (principalement les musées de sciences naturelles). L’intérêt porté aux métiers et aux techniques par L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert (publiée de 1751 à 1772), et toutes les imitations auxquelles elle a donné lieu comme l’Encyclopédie méthodique (1782-1832), ont certainement contribué à l’engouement des musées pour les techniques et les savoir-faire, matérialisés dans des objets techniques bien concrets.

9Au terme des enjeux de l’éthique publique, cette première phase historique des MST correspond à un désir d’accessibilité de l’objet scientifique. Le MST est alors un espace similaire à une bibliothèque d’objets, peu répandus dans la société, mais que l’on expose pour les rendre accessibles. Ainsi, l’accessibilité de la science passe par l’accessibilité des objets de sa pratique. Le MST est en ce sens traversé par un ethos d’éducation populaire. Au Canada et dans plusieurs pays de l’Empire britannique, l’influence des Mechanics Institutes est particulièrement manifeste dans le développement des MST au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. À titre d’exemple, les MST éducatifs promus par Ryerson en Ontario au XIXe siècle répondent de cet idéal de rendre accessible l’objet de la pratique scientifique.

Une deuxième phase : l’accessibilité du discours scientifique

10Le premier pas vers notre modernité, pour dire les choses simplement, a été, d’une part, le passage d’une muséologie orientée vers le passé à une muséologie centrée sur le présent ; et, d’autre part, la valorisation de la science pure plutôt que l’histoire des techniques. Jean Perrin, qui a conçu et créé le Palais de la Découverte écrivait : « nous avons d’abord voulu familiariser nos visiteurs avec les recherches fondamentales par où s’est créée la science » (Perrin, cité par Rose, 1967 : 206). Le Palais de la Découverte s’était donné pour objectif de faire « comprendre la part déterminante que la découverte a prise dans la création de la civilisation » (Roussel, 1979 : 2), et pour atteindre cet objectif, il répétait journellement devant les visiteurs les grandes expériences auxquelles ont abouti les recherches fondamentales (Roussel, 1979). Entre la création du London Science Museum et l’ouverture du Palais de la Découverte, la présence de la science, et l’idée de progrès dont elle s’accompagne, s’étaient affirmées dans la société et dans l’imaginaire. A Century of Progress, l’exposition internationale de Chicago de 1932 avec pour thème l’interdépendance entre l’industrie et la recherche scientifique, et dont la devise était Science Finds, Industry Applies, Man Conforms, en témoignait. Elle illustrait à quel point la science était devenue un vecteur de changement de la société, en transformant en énergie un rayon de l’étoile Arcturus capté par une cellule photoélectrique pour déclencher l’illumination nocturne le jour de l’ouverture (Schroeder-Gudehus et Rasmussen, 1992).

11Le regroupement thématique des objets, plutôt qu’une présentation suivant le classement disciplinaire scientifique, sera vite adopté par les MST. Ils seront notamment inspirés par les modes de présentation des expositions universelles qui devaient faire en sorte que le plus grand nombre de visiteurs voient le plus grand nombre d’objets exposés. Ainsi la Grande Galerie de Zoologie (Paris 1889) qui deviendra la Grande Galerie de l’Évolution du Museum national d’Histoire naturelle (rouverte en 1994) regroupe aujourd’hui les spécimens qu’elle expose en fonction de thématiques – comme les « milieux pélagiques », les « récifs coralliens » ou encore les « plaines abyssales » – et non pas selon les taxinomies animales ou végétales.

12Le Museum of Science and Industry de Chicago, innove lui aussi. Il avait déjà tiré parti des réalisations du Deutsches Museum (Munich 1903), lequel présentait notamment des modèles en état de fonctionnement qui pouvaient être actionnés par les visiteurs, invités à activer des boutons. Lorsque le London Science Museum s’ouvre pour la seconde fois au public, avec la généralisation de ce dispositif « interactif » dans tout le musée, au point d’en devenir sa caractéristique, il fait du visiteur un élément et un acteur de l’exposition. Le Palais de la Découverte reprendra à son compte nombre de ces innovations. D’une part, il opte radicalement pour la mise en exposition de la recherche pure, détachée de toute autre considération. Le Museum of Science and Industry, à titre de comparaison, réservait encore une grande place à l’histoire des techniques. En phase avec l’esprit qui anime la recherche scientifique à l’époque, le Palais de la Découverte valorise une curiosité gratuite et une quête désintéressée de l’inconnu qui culminent dans la découverte. C’est cette perspective qu’il modélise par les modes de médiation qu’il exploite systématiquement : l’exposition-spectacle, les démonstrateurs, l’invitation à toucher et le presse-bouton – ces deux derniers préfigurant l’interactivité (Eidelman, 1988). D’autre part, il est tout entier organisé autour du savoir disciplinaire et des sciences fondamentales.

13C’est évidemment ce savoir qu’il promeut et dont il souhaite la dissémination. Son modèle de médiation repose sur la classe-laboratoire transposée en exposition-spectacle, animée par des démonstrateurs qui reproduisent des expériences spectaculaires et les expliquent à un auditoire. Il se veut didactique et met en scène les concepts de la science contemporaine. Centré sur le présent, il signifie sa modernité en usant de tous les moyens de communication alors disponibles. Surtout, il rompt avec une muséologie d’objets, pour devenir une muséologie d’idées, au double sens du terme : en reproduisant les expériences décisives – celles qui ont mené à des découvertes radicales – et en invitant les visiteurs qui assistent à la démonstration à refaire le cheminement intellectuel qui a conduit à une telle découverte. Encore une fois, les mouvements d’éducation populaire ont une grande influence sur la définition des missions sociales et éducatives des MST. Sur le plan éthique, on cherche à rendre la science accessible et notamment le discours scientifique. Les expositions sont vouées à la démonstration et à l’éducation aux méthodes scientifiques. Pour l’essentiel, les MST tendent à exposer le patrimoine scientifique à travers le discours de la méthode scientifique. De manière générale, l’éthique des MST est portée par un idéal d’espoir à l’égard du futur et par les valeurs de la modernité.

Une troisième phase : démocratiser la dimension expérientielle de la science

14L’ouverture de l’Exploratorim de San Francisco et celle de l’Ontario Science Center peuvent servir de repères car, en se concentrant sur les visiteurs et en tablant sur l’interactivité, ils rejettent définitivement le primat du savoir pour favoriser une relation d’appropriation des connaissances. De plus, ils renoncent définitivement à la sacralisation de l’objet qui avait jusqu’alors prévalu en muséologie des sciences. Ce tournant muséologique peut très bien être considéré comme celui de l’avènement du modèle des centres des sciences.

15À partir des années 1970, les MST deviennent des établissements se voulant ouverts et accessibles aux visiteurs : ils se démocratisent. Il faut dire que les sociétés occidentales étaient balayées par un vent de changement et que les musées, sommés de s’adapter ou de disparaître (Dagognet, 1984), tentaient des expériences pour se rapprocher du public. Dans la foulée, de nouvelles institutions, que l’on englobera plus tard dans la catégorie de musée, voient le jour pour combler les attentes d’un public insatisfait de l’offre culturelle traditionnelle. C’est une période d’effervescence et d’expérimentation. Ce qui conduit à une diversification de l’offre muséale (Mairesse, 2002). L’arrivée des Science Centers peut être vue comme une adaptation du champ muséal à la conjoncture sociale, et une réponse à l’aspiration de liberté et de satisfaction personnelle qui s’exprimait ouvertement alors. De plus, ils vont cibler un public jeune, particulièrement les scolaires, et, pour ce faire, vont tisser des liens avec l’école.

16Cette transformation du projet muséal s’inscrit dans un profond mouvement de libération culturelle et sociale auquel la conception de l’Exploratorium et celle de l’Ontario Science Center participent (Schiele, 2008). Et l’Exploratorium est porteur des aspirations nouvelles. En outre, la nouvelle vision qu’il met de l’avant est en complète rupture avec les pratiques muséales jusqu’alors dominantes, lesquelles à la fois sacralisaient l’objet et les maintenaient à distance respectueuse des visiteurs. Hilde Hein relatant les premières années du musée rappelle l’état d’esprit qui régnait alors : « l’Exploratorium utilisait un langage libérateur […] et le personnel jouissait d’une grande liberté » (1990 : 202). Cette liberté les conduisit à repenser la place et le rôle des visiteurs dans le musée : c’est l’expérience de chacun qui désormais devenait déterminante et l’enjeu de la conception des exhibits. Le succès de l’Exploratorium tient au fait qu’il a réussi à « abolir la distance entre le public et le contenu du musée, le lui restituer en le lui rendant perceptible pour les uns, le laisser à sa portée en ne le privant pas de sa jouissance pour les autres » (Desvallées, 1992 : 19). Et cela au moment même où chacun revendiquait le droit à une liberté individuelle et le droit d’en jouir, et, par conséquent, de décider des expériences qu’il allait faire.

17Ce que l’on a qualifié de tournant communicationnel des musées ne s’explique pas sans les pressions qui se sont exercées sur les institutions muséales à cette époque. Le public ne se satisfaisait plus d’une muséologie l’enfermant dans un rôle d’observateur passif d’une science achevée (Hein, 1990 : 2). Ainsi, avec l’Exploratorium il s’agit donc d’impliquer les visiteurs tout au long de leur visite et de les engager à devenir les acteurs de leur propre processus d’apprentissage. Il n’était plus question qu’ils se contentent de déambuler passivement d’une vitrine à l’autre, mais qu’ils dialoguent – s’ils le voulaient bien – avec ces exhibits justement conçus pour stimuler leur participation.

18Cette approche muséale – révolutionnaire en 1969 – peut être synthétisée ainsi : transformés en véritables laboratoires, ces musées revisités invitent les visiteurs à engager une conversation – pour reprendre la métaphore de Wagensberg – avec la « réalité » physique et naturelle en leur proposant des dispositifs qui stimulent une telle conversation. Cette conversation se situe à deux niveaux. Premièrement, l’accent est mis sur les idées. Ce qui compte est la compréhension des phénomènes, des faits, des notions, des concepts, des théories présentés par le musée. Deuxièmement, ce qui distingue et caractérise les MST de toutes les autres formes de diffusion des connaissances est, pour ainsi dire, l’obligation qui leur est faite de mettre en scène la « réalité », objet ou phénomène, mais aussi de la garantir et de l’authentifier. Car, à tout moment, le visiteur s’attend à savoir ce qu’il en est du statut de la « réalité » qui lui est montrée. Ainsi « il sait qu’il ne sera ni l’objet d’une tromperie, ni victime d’une illusion, ni le spectateur d’une fiction » (Davallon, 2000 : 35). Ajoutons que le rôle de l’objet – l’objet matériel – bien tangible, que collectionnent les musées, change radicalement. Désormais, l’objet n’est qu’un stimulus destiné à favoriser une conversation avec une « réalité » à découvrir.

19C’est pourquoi la conception d’exhibits de type interactif est prônée, car ils sont vus comme le moyen le plus sûr d’engager et d’impliquer les visiteurs dans un dialogue qui les conduit à découvrir ce que le musée veut leur faire observer (Hein, 1990 : xvii), et ainsi de faciliter la compréhension des idées qu’il cherche à leur communiquer, ou à tout le moins à faire en sorte qu’elles ne leur soient plus étrangères. L’originalité de l’Exploratorium, et dans la foulée celle de l’Ontario Science Center, tient au fait qu’ils présentaient des idées au moyen d’exhibits interactifs qui impliquaient la participation active des visiteurs. En d’autres mots, le musée fait de la participation du visiteur une condition de la réussite de la visite puisque c’est en interagissant avec ce qui lui est donné à voir et à toucher que le visiteur profite le plus de sa visite (Beetlestone et al., 1998 : 7).

20En faisant des MST un lieu de médiation des connaissances, sollicitant la participation active du visiteur, ils ont imposé une vision et révolutionné la pratique de la muséologie scientifique. Leur succès a fortement contribué à la pénétration de cette conception devenue courante depuis. Longtemps centré sur le savoir, le musée s’est progressivement voulu un lieu de communication avec les visiteurs; ce qui l’a amené à tenir compte des préoccupations de ceux-ci. Leurs attentes et leurs intérêts sont désormais au centre du projet muséal.

Une quatrième phase : resocialiser les sciences et techniques

21La fin des années 1970 avait donc été marquée par un renversement de polarité : présenter l’état des connaissances au visiteur ne suffisait plus. C’était leur appropriation qui importait. Et celle-ci était conçue comme une démarche individuelle entreprise par le visiteur et que le musée devait stimuler. La visite idéale était celle qui mettait le visiteur en situation d’expérimentation, un peu comme un chercheur dans un laboratoire. Le visiteur devenait ainsi producteur de ses connaissances. C’est l’objectif que s’était assigné l’Exploratorium.

22Or, au tournant des années 1980, le public ne se satisfait plus d’une science détachée des réalités sociales. Il attend des MST qu’ils abordent les sujets controversés parce qu’il y va de la capacité ou non des citoyens de se forger une opinion sur des questions qu’ils jugent importantes.

23À cet effet, depuis plusieurs années, la relation entre la société et les sciences était remise en question, avec plus d’insistance peut-être en Europe qu’aux États-Unis : l’idée de progrès, déjà fragilisée au cours de la décennie précédente, se doublait dès lors de celle de nuisances et de risques au fur et à mesure que le public prenait conscience de l’impact profond des sciences et des technologies sur la vie quotidienne, le travail et l’environnement. Car les sciences matérialisées dans les technologies – les technosciences – ne se contentent plus de vouloir comprendre le monde, d’en dévoiler l’intelligibilité ; elles le transforment à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Chacun est donc potentiellement affecté. Les musées ne pouvaient plus se limiter à propager et à diffuser la culture scientifique ni non plus se contenter de valoriser et de célébrer la science en soi, ou même de stimuler l’apprentissage des visiteurs. La présentation d’une science coupée de la société ne satisfaisait plus les attentes de visiteurs qui, loin de se vouloir passifs, s’attendaient à être informés de manière telle qu’ils soient en mesure d’agir. C’est à cet état d’esprit que faisait référence le rapport du Select Committee de la Chambre des Lords puisque cette revendication, loin de s’atténuer, s’amplifiait avec les années. Les propos de David Lowenthal résument l’état d’esprit de l’époque : « aujourd’hui l’entreprise scientifique est largement crainte et dépréciée même par ceux qui tiennent ses bénéfices pour acquis » (Lowenthal, 1997 : 164). C’est pourquoi les MST étaient aux prises avec des visiteurs qui, conscients de l’effet des technosciences sur la société, cherchaient à en anticiper les conséquences pour eux-mêmes, leurs proches et la collectivité. Les visiteurs ne se contentaient plus de constater les changements, encore moins de les subir passivement, ni de s’y adapter sans coup férir. Les visiteurs entendaient donc débattre du bien-fondé des choix proposés par les scientifiques, les politiques et les hommes d’affaires (Le Déaut, 2013 ; Schiele, 2013). Ils exigeaient aussi d’être écoutés. Car chacun se percevait directement concerné. Aussi, les MST devaient-ils composer avec des acteurs conscientisés, bien décidés à être partie prenante des décisions, et non plus de simples observateurs des changements.

24Comme d’autres MST, la Cité des sciences et de l’industrie (Paris 1986) a cherché à combler les attentes du public. Elle ne se conçoit pas comme un Science Center bien que certaines de ses expositions en aient adopté les caractéristiques, comme la Cité des enfants qui vise les jeunes (les 3-5 ans et les 5-12 ans). Toutefois, si elle propose, comme l’explique le guide mis à la disposition des visiteurs, « une promenade scientifique », elle se veut surtout « un investissement de la société envers la société », c’est-à-dire qu’elle renvoie à « une vision de la société, de ses problèmes [et] de la manière dont collectivement nous gérons notre devenir ». Car la Cité « ne peut pas être seulement un lieu de diffusion des produits culturels. Elle doit alimenter une réflexion (et s’alimenter de celle-ci) autour des rapports sciences, techniques et société » (Jantzen, 1996 : 6). Du point de vue éthique, cette phase correspond à une prise de conscience des limites de la science, et elle correspond aussi avec une expérimentation des critiques de la science. Autrement dit, les MST resocialisent la science et réintègrent les impacts sociaux des sciences et technologies et laissent occasionnellement place aux discours et aux critiques à l’égard de la science. Pour les professionnels de la communication des sciences et du patrimoine scientifique, cette phase correspond avec une reconsidération du rôle qu’ils avaient joué jusqu’alors. Elle correspond aussi à plusieurs ambivalences entre une appréciation des sciences et des avancées permises par celles-ci et l’aménagement d’un espace de dissidence à l’égard du discours scientifique.

Vers un changement de paradigme : la science en train de se faire et la parole citoyenne

25Pendant que les musées poursuivent leur réflexion ils sont en quelque sorte devancés par la société. Car celle-ci a radicalement changé en un peu plus d’une décennie, et ils peinent à la rattraper. Pour prendre la mesure de ces changements – en restant bref –, disons que les technologies qui ont permis l’ordinateur et l’Internet ont entraîné une profonde mutation sociale, dont l’effet le plus patent est à la fois une ubiquité communicationnelle planétaire et une fascination pour le moment présent. Notre modernité se pense et se vit dans l’immédiat. Elle ne cherche pas à arrêter et à fixer l’instant, mais à s’y identifier. Les MST, traversés aujourd’hui par plusieurs tendances, dont celle de l’impératif du présent, ont donc commencé à intégrer de nouveaux principes épistémologiques sur la nature du travail scientifique.

26Ainsi, s’adaptant à cette fascination du présent, les MST se tournent vers une culture de la recherche qu’ils substituent progressivement à une culture des sciences achevées (voir la figure 1), parce que présenter les recherches en cours c’est rendre compte de l’actualité de la science. Pour Morgan Meyer (2010), la présentation au public d’une science achevée est « froide » : elle se veut objective, détachée, et libre de toute idéologie ; les connaissances sont établies avec certitude et tous les conflits ont été résolus. En revanche, la présentation d’une culture de la recherche se veut « chaude » : elle table sur les émotions, engage ceux qui y sont impliqués, et mobilise les passions ; les connaissances encore incertaines comportent une large part de risque. L’une présente les faits établis d’une science pacifiée, l’autre dévoile les enjeux et les acteurs des controverses qui dynamisent leurs interactions. En outre – plus précisément, en conséquence –, le pôle d’intérêt et le propos se déplacent : au lieu de se centrer sur la production des connaissances, indépendamment des jeux des acteurs, ce sont les positions de ceux-ci et leurs relations qui retiennent l’attention. Il s’agit donc d’un double déplacement : d’une part, du passé au présent, en renonçant à présenter une science déjà achevée pour montrer plutôt celle en train de s’inventer ; et, d’autre part, de l’objet de la connaissance à la démarche des acteurs engagés dans la production des futurs objets de connaissance (Meyer, 2010). D’où l’importance accordée aux controverses actuelles par les MST.

27Puisque l’attention se déplace sur ce qui se joue ici et maintenant, on peut se demander si les expositions temporaires, même voulues de plus en plus courtes, sont encore un média d’actualité dans cette culture de flux. Car elles restent longues à réaliser, et lentes à se renouveler. Certes, certains MST tentent d’innover en concevant des expositions temporaires susceptibles d’être modifiées en cours de présentation pour tenir compte de l’actualité de la recherche scientifique et ainsi en informer le public immédiatement. Néanmoins, dans l’ensemble, les MST ont compris que l’exposition, même temporaire, n’était plus en phase avec l’esprit du temps. Car « les frontières entre le musée et l’espace social de l’expérience vécue sont devenues floues » (Cameron, 2010 : 60). C’est pourquoi ils se tournent vers la programmation d’événements éphémères en constant renouvellement : débats, forums, colloques dont la portée est étendue par des sites web et des blogues. À titre d’exemple, le Pacific Science Center présente la science en train de faire, par ceux qui la font. Il n’est donc plus question d’exposer une science achevée. C’est le présent de la science qui fait l’événement. Le Pacific Science Center a imaginé une activité intitulée Scientist Spotlight qui consiste à mettre en présence des visiteurs et des chercheurs, pour que ceux-ci présentent et discutent de leurs recherches face à face avec les visiteurs. L’idée est de maximiser les interactions directes entre chercheurs et visiteurs sur des thèmes constamment renouvelés (Selvakumar et Storksdieck, 2013). Comme les visiteurs s’y attendent, les MST leur offrent des stimuli et les mettent en contact avec un fragment de la « réalité », excepté qu’il s’agit désormais des chercheurs qui témoignent eux-mêmes de leur vie de chercheur et des recherches qu’ils conduisent, et non plus de tel objet ou de tel phénomène. Cette initiative peut être interprétée comme l’une des tentatives de repositionnement des MST : créer un événement; la venue de chercheurs, qui jouent ainsi un rôle de vedettes de la science, et par leur présence même et leur propos, témoignent du présent de la recherche.

Figure 1 (d’après Williams, 2010 ; Cameron, 2010 ; Koster, 2010 ; Meyer, 2010)

Science toute faite

Science en train de se faire

Une voix

De multiples voix

Point de vue dominant

Plusieurs perspectives

Consensus

Conflits et désaccords

Réponses

Questions

Vérités

Défis

Sans équivoque

Ambiguïtés

Approche linéaire

Approches multiples

Monde physique

Interrelations des acteurs

Nécessaire

Contingent

Faits établis

Thèmes débattus

Résultats confirmés

Résultats provisoires

Réalisations

Échecs, embûches, aberrations

Produits

Processus

Savoir stabilisé

Savoir inachevé

Savoir clos

Recherche ouverte

Savoir garanti

Recherche engagée

Savoir figé

Recherche controversée

28Certes, les expositions, pas plus que les expositions temporaires, ne disparaîtront à courte échéance. Car la culture matérielle reste au fondement du musée, même si le patrimoine immatériel y a maintenant sa place, et que la culture numérique y fait son entrée. Toutefois, c’est à une véritable reconversion que s’attellent les MST. Duncan F. Cameron (1971), en son temps, se demandait si un musée devait être un temple ou un forum. Aiguillonnés par un public avide de participer et non plus satisfait d’observer, les MST deviennent plus que jamais des espaces de dialogues, d’échanges, donc des forums, c’est-à-dire des lieux où les sciences sont en débat, car ce sont les acteurs de ce qui fait débat – ici et maintenant – qui occupent le devant de la scène.

29Les formes de publicisation des sciences qui ont prévalu jusqu’à présent (phases 1, 2 et 3), à quelques exceptions près, ont perpétué le discours d’une science achevée, les questions en litige étant rarement discutées en public. Dans cette perspective, la science parle d’une seule voix. Aucune dissension ne se manifeste. Les réponses qu’elle apporte, sans aucune ambiguïté, ont la force de la vérité. Centrée sur le monde physique, elle présente des faits, expose des résultats, pointe des réalisations ou montre des produits. Seul le savoir fermement établi, fixé, et donc fermé, est mis en scène. A contrario, déjà partiellement amorcée par la phase 4, soucieuse d’aborder les rapports entre science et société en réponse aux attentes du public – une approche plus affirmée en Europe qu’aux États-Unis –, c’est l’image d’une science moins sûre d’elle-même que les MST commencent à diffuser durant les années 1980. Ils le font alors parce que l’idée que le progrès s’accompagne de risques s’est imposée dans les esprits, érodant du coup l’autorité de la science. Ce qui ouvre ainsi la voie à d’autres discours. La mutation culturelle en cours, parce qu’elle est attentive à tous les discours en circulation dans le champ social, amplifie l’érosion de l’autorité de la science, et plus généralement de toutes les formes « d’autorités institutionnelles » (Cameron, 2010 : 61).

30La présentation de la science en train de se faire s’ouvre aux débats et aux controverses. Elle met l’accent tant sur les acteurs impliqués dans les débats que sur les vues qu’ils défendent. Le dévoilement des questions, des ambiguïtés, des désaccords, des conflits permet aux visiteurs d’engager des discussions sur des sujets qui les concernent comme les changements climatiques, la bioéthique, le développement durable, l’énergie nucléaire, les OGM, la pollution… Ainsi, ironie de l’histoire, notre culture qui se vit dans l’instant revisite la question des relations entre les sciences et la société. Les MST se rapprochent des idéaux communicationnels et éthiques de la démocratie participative. Les musées deviennent des espaces de discussion et de participation citoyenne. C’est à tout le moins ce qui se dégage des tendances actuelles des pratiques dans le champ muséologique des MST. Sur le plan pratique, plusieurs questions subsistent : est-ce que les MST sont idéaux en tant qu’arène de discussion publique sur les sciences et technologies ? Sont-ils représentatifs des citoyens et de leurs aspirations ? Comment se font-ils les relais des informations et des positionnements exprimés au sein de leurs institutions ? Enfin, quelles sont les exigences imposées par ces nouvelles fonctions au niveau professionnel ? Comment les professionnels de la muséologie scientifique et technique abordent-ils ces nouvelles tendances ?

Conclusion

31La mise en exposition du patrimoine scientifique n’est pas neutre. Elle ne l’a jamais été. De plus, tout comme la définition du patrimoine, les modes de présentation de la science au public ont été revisités au fil du temps.

32Dès leurs débuts, les MST se sont donnés pour mission de rendre accessibles les objets scientifiques et techniques. Les musées qui leur ont succédé, au cours des phases subséquentes, ont perpétué cet idéal, tout comme le font les MST aujourd’hui. Dans un premier temps, le travail éducatif et l’ethos de la communication des sciences et du patrimoine scientifique ont été portés par le caractère positif de la science, alors soutenu par les idéaux de la modernité. Ce travail d’éducation des musées, faut-il le rappeler, se voulait avant tout un travail de transmission de l’esprit et de la rationalité scientifiques, que les expositions avaient pour vocation de mettre en scène dans des dispositifs culturellement accessibles.

33Par ailleurs, dans un second temps, les MST, sensibles à l’évolution de la conjoncture sociale, ont su se démocratiser et ainsi éviter l’écueil de l’élitisme culturel dont les musées d’art ont été taxés dès la fin des années 1960. De plus, ils ont aussi su réagir à la montée des préoccupations générées par l’impact des technosciences en se décentrant par rapport au discours scientiste. Ils ont donc, avec l’arrivée des centres de science, recentré leur discours autour du visiteur, en l’installant de fait au centre du projet muséal. De plus, ils ont incorporé dans leur discours les conséquences sociales et environnementales des technosciences, et ouvert un espace destiné à leur critique.

34La muséologie scientifique et technique et les institutions du patrimoine scientifique sont aujourd’hui à la croisée des chemins et les défis sont nombreux. Parmi les tendances émergentes, la science en train de se faire prend le pas sur la mise en scène de la science faite. Il est trop tôt pour savoir si cela conduira à une ouverture plus profonde de l’espace des MST aux expériences de participation citoyenne et de délibération scientifique. D’autres espaces, plus près des arts technologiques, invitent le musée à devenir un espace de pure expérimentation avec la science, les arts et le design. Là encore, il est trop tôt pour savoir si cette voie sera retenue par les professionnels de la muséologie scientifique. Cependant, indépendamment des transformations futures du champ muséal, la mission éducative comme son corollaire – le souci de démocratisation de l’accès au savoir – resteront. Car ils constituent en quelque sorte le fil conducteur des identités professionnelles et institutionnelles des MST.

Haut de page

Bibliographie

Beetlestone, John G. et al. (1998), « The Science Center Movement: contexts, practice, next challenges », Public Understanding of Science, vol. 7, no 1, p. 5-26.

Bennett, Tony (1995), The Birth of the Museum, London, Routledge.

Williams, Caleb, (2010), « The Transformation of the Museum into a Zone of Hot Topicality and Taboo Representations: The Endorsement/Interrogation Response Syndrome », dans Fiona Cameron et Lynda Kelly (dir.), Hot Topics, Public Culture, Museums, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, p. 18-34.

Cameron, Ducan F. (1971), « The Museum, a Temple or the Forum », Curator: The Museum Journal, vol. 14, no 1, p. 11-24.

Cameron, Fiona (2010), « Risk Society, Controversial Topics and Museum Interventions: (Re)Reading Controversy and the Museum Trough a Risk Optic », dans Fiona Cameron et Lynda Kelly (dir.), Hot Topics, Public Culture, Museums, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, p. 53-75.

Dagognet, François (1984), Le musée sans fin, Seyssel, Champ Vallon.

Davallon, Jean (2000), L'exposition à l'œuvre, Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L'Harmattan.

Desvallées André (1992), Vagues – une anthologie de la nouvelle muséologie, vol. 1, Macon, éditions W, Savigny-le-temple, M.N.E.S, p. 15-39.

Eidelman, Jacqueline (1988), La Création du Palais de la Découverte, Professionnalisation de la recherche et culture scientifique dans l’entre-deux guerres. Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris V – René Descartes, Sciences-Humaines – Sorbonne.

Foucault, Michel (1966), Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Collection Bibliothèque des Sciences humaines, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel (1970), The Order of Things: An Archeology of the Human Sciences, London, Tavistock.

Foucault, Michel (1975), Surveiller et punir : naissance de la prison, Collection Bibliothèque des Histoires, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel (1977), Discipline and Punish: The Birth of the Prison, London, Allen Lane.

Hein, Hilde (1990), The Exploratorium: The Museum as Laboratory, Washington, Smithsonian Institution.

Hobsbawm, Eric, ([1994] 2004), The Age of Extremes, 1914-1991, London, Abacus.

House of Lords, Select Committee on Science and Technology (2000), Third Report, Science and Society.

Hudson, Kenneth (1988), Museums of Influence, Cambridge, New York, Melbourne, Cambridge University Press.

Jantzen, Réal (1996), La cité des sciences et de l'industrie, Paris, Cité des sciences et de l'industrie.

Koster, Emlyn (2010), Evolution of Purpose in Science Museums and Science Centres, dans Fiona Cameron et Lynda Kelly (dir.), Hot Topics, Public Culture, Museums, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, p. 76-94.

Landry, Anik et Bernard Schiele (2013), « L'impermanence du musée », Communication & langages, no 175, p. 27-46.

Le Déaut, Jean-Yves (2013), « Foreword », dans Patrick Baranger et Bernard Schiele (dir.), Science Communication Today, Paris, CNRS éditions, p. 7-11.

Lowenthal, David (1997), « Paradise and Pandora's box: why science museums must be both », dans Graham Farmelo et Janet Carding (dir.), Here and Now: Contemporary Science and Technology in Museums and Science Centers, London, Science Museum, p. 163-168.

Macdonald, Sharon (2001), The Politics of Display: Museums, Science, Culture, London, New York, Routledge.

Mairesse, François (2002), Le Musée, temple Spectaculaire – une histoire du projet muséal, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Meyer, Morgan (2010), « From "Cold" Science to "Hot" Research: The Texture of Controversy », dans Fiona Cameron et Lynda Kelly (dir.), Hot Topics, Public Culture, Museums, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, p. 129-149.

Paquette, Jonathan (2009), « Communiquer la science : métier, conflit de normes et harcèlement social », Éthique publique, vol. 11, no 2, p. 61-71.

Rose, A. J., (1967), « Le Palais de la Découverte », Museum, vol. 20, no 3, p. 204-207.

Roussel, Monique (1979), Le public adulte au Palais de la Découverte : d’après les principaux résultats d’une enquête sociopédagogique, Paris, Palais de la Découverte, 22 p.

Schiele, Bernard (2008), « Science Museums and Science Centers », dans Massimiano Bucchi et Brian Trench (dir.), Handbook of Public Communication of Science and Technology, Routledge, p. 27-39.

Schiele, Bernard (2013), « Five things we must keep in mind when talking about the mediation of science », dans Patrick Baranger et Bernard Schiele (dir.), Science Communication Today, Paris, CNRS éditions, p. 305-318.

Schroeder-Gudehus, Brigitte et Anne Rasmussen (1992), Les fastes du progrès : le guide des expositions universelles 1851-1992, Paris, Flammarion.

Selvakumar, Meena et Martin Storksdieck (2013), « Portal to the Public: Museum Educators Collaborating with Scientists to Engage Museum Visitors with Current Science », Curator: The Museum Journal, vol. 56, no 1, p. 69-78.

Wagensberg, Jorge (2006), « Toward a total museology through conversation between audience, museologists, architects and builders », dans Robert Terradas et al., (dir.), The Total Museum, Barcelona, Sacyr, p. 11-33.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions sont de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Schiele , « Éthique et patrimoine scientifique : Regards sur l’évolution des musées de sciences et technologies », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 2 | 2017, mis en ligne le 09 décembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/3036 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.3036

Haut de page

Auteur

Bernard Schiele

Bernard Schiele est professeur à la Faculté des communications de l’UQAM. Il est membre de plusieurs comités nationaux et internationaux, et est fréquemment consulté par divers organismes et paliers de gouvernement sur les questions de culture scientifique. Il est aussi un membre fondateur et un membre du comité scientifique du réseau PCST dont le prochain colloque se déroulera à Dunedin (Nouvelle-Zélande) en 2018. Il poursuit des travaux de recherche sur le rôle et l’impact des médias dans les procédures de sociodiffusion des sciences et de la culture. De 2006 à 2009, il a présidé le comité scientifique du musée de science de Pékin (New China Science and Technology Museum) ouvert en 2009 ; en 2011 et 2012, il a présidé le comité scientifique des Journées Hubert Curien (Nancy 2012), et en 2013-2014, il a été membre du comité d’experts réuni par Conseil des académies canadiennes pour dresser un état des lieux de la culture scientifique au Canada (Science Culture: Where Canada Stands 2014). Il préside actuellement le comité scientifique du Colloque Science & You, qui se déroulera Pékin en novembre 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals